Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2018

Syrie : la France macronienne à la botte de l’Amérique !

 

Les frappes anglo-américano-françaises dans la nuit du samedi 14 avril contre de soi-disant dépôts syriens d’armes chimiques ne sont à l’arrivée — convenons-en — qu’une vaste rigolade. Un simulacre de guerre pour donner le change et sauver la face de ceux dont les effets d’annonces et les petits phrases — notamment les tweets déjantés du président Trump — outrepassent — et de loin — les limites létales (dead lines), tant militaires que diplomatiques, celles que trace de façon inflexible le réalisme géopolitique. 

Finalement la grosse centaine de missiles tirés (à bonne distance de sécurité) par la coalition occidentaliste n’a détruit qu’une poignée de hangars vides et cela, avec l’aval — si ce n’est la permission explicite — des Russes, lesquels se sont abstenus de mettre en œuvre leurs capacités dévastatrices de défense anti-aériennes hypersoniques (S300 et S400). Cela, à n’en pas douter, en concertation négociée avec le ministère de la Défense moscovite. En témoigne l’évacuation des lieux plusieurs jours avant l’intervention : ce qui signifie en clair que le cabinet militaire de la Maison-Blanche avait communiqué à son homologue du Kremlin les points de chute des missiles punitifs (et vengeurs) afin d’éviter tout préjudice collatéral. Une mise en scène assez piteuse qui en dit long sur l’impuissance des fins stratèges du Département d’État et de Langley (CIA) à faire concorder les gesticulations guerrières de la Grande Amérique et la nouvelle donne géopolitique car si la Fédération de Russie est à l’heure actuelle une nation en reconstruction (et un nain économique eu égard à l’immensité de son territoire et un PIB plus proche de l’Espagne que de l’Italie), elle est toutefois parvenue à restaurer un potentiel défensif qui oblige à la prendre au sérieux.

 

Au final la baudruche occidentaliste s’est dégonflée. Les exigences des poissons pilotes et autres commissaires politiques de Londres et de Washington — les vrais tireurs de ficelles —, se sont heurtées une fois de plus au mur de la réalité ! Résumons : les planificateurs et les logisticiens du Pentagone, lorsqu’il s’agit de jouer la partition écrite par quelque spin doctors 1, se montrent le plus souvent réticents, voire carrément rétifs. Ils pèsent le pour et le contre, les coûts et la probabilité de bénéfices escomptés. Dans ce cas, l’opération sans l’assurance préalable d’une certaine réserve de la part des Russes, était injouable. La semaine précédant l’attaque s’est donc passée en discussions et ménagements afin que Moscou — qui avait déjà fortement retroussé les babines et montré les crocs — laisse passer et laisse faire les ridicules missiles foireux des coalisés du mensonge. 71 d’entre eux sur 110 auraient en effet été interceptés par la Flak syrienne (selon Moscou), à savoir des missiles sol-air S-125 et S-200 de fabrication russe.

 

Mais ni la Russie ni l’Iran ne sont intervenus dans les contre-mesures de la République arabe syrienne. Et pour cause : pour éviter tout dérapage ou toute escalade intempestive, il fallait que les frappes revêtissent un caractère suffisamment spectaculaire tout en ne menaçant personne, pour crédibiliser les rodomontades des May, des Macron et de l’aboyeur Trump, ce dernier empêtré dans l’affaire Michael Cohen (dont le cabinet a fait l’objet d’un raid de la part du FBI), l’avocat chargé d’acheter le silence de la poisseuse porno star Stormy Daniels ; un épisode qui n’est pas sans rappeler Bill Clinton menacé fin 1998 d’impeachment comme aboutissement de l’épisode assez sordide des affaires Paula Jones et Monica Lewinski. Celui-ci, pour desserrer l’étau de la meute à ses trousses, s’était défaussé de ses cartes pourries en faisant tirer une salve de missiles de croisière Tomahawk depuis huit bâtiments de guerre croisant dans le Golfe persique et au moyen de bombardiers stratégiques B52 partis de la base de Diego Garcia dans l’Océan indien à 5 000 kilomètres de leurs cibles.

L’Opération Desert Fox 2 est lancée la veille de l’examen de la destitution du président Clinton par la Chambre des représentants, le 16 décembre 1998 et se poursuit trois jours durant. Autre analogie, Renard du désert visait — tout comme aujourd’hui — la destruction des capacités de l’État baasiste, à produire, entreposer et assurer la maintenance d’armes de destruction massive. 30 500 militaires américains et britanniques furent déployés dans le cadre de cette opération qui causa la mort estimée de deux milliers d’Irakiens. Conclusion : Bill Clinton ne regardait pas à la dépense pour valider le mythe de l’extrême dangerosité irakienne et se tirer du mauvais pas que constituaient ses frasques sexuelles à la Harvey Weinstein, digne émule du Français juif Strauss-Kahn !

 

Samedi matin, le 14 avril, le général Joe Dunford, chef d’état-major américain, a indiqué que les forces occidentales avaient frappé vendredi à 21h (01h GMT samedi) trois cibles (l’une au sud de Damas, les deux autres à proximité d’Homs) liées au « programme d’armement chimique syrien » dont les diverses composantes sont censées avoir été totalement démantelées sous contrôle de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) en 2014. C’est cette même institution internationale qui devait conduire le 14 avril (un jour trop tard !) une enquête — désormais sans objet puisque la sentence a été exécutée avant que ne soit rendu le verdict — relative au supposé pogrom chimique de Douma, motif et prétexte de la bordée de missiles tirée contre la Syrie. Il est au demeurant tout à fait exorbitant du sens commun que la punition soit infligée avant que les faits et la culpabilité ne soient clairement établis. 

En tout état de cause, si les États-Unis et leurs auxiliaires entendaient (prétendaient) détruire un potentiel de nuisance spécifique (et réputé odieux : resterait encore à déterminer si périr de suffocation est incomparablement plus tragique que d’avoir le corps déchiqueté par une bombe ?), ceux-ci ont par conséquent donné un profond coup d’épée dans l’eau, les ressources humaines et matérielles de l’armée syrienne étant restées de toute évidence parfaitement intactes. Ici une question se pose : pourquoi ces lieux de production et les dépôts visés aujourd’hui, s’ils avaient été au préalable identifiés comme tels, ne pas les avoir détruits préventivement avant que le « Boucher de Damas » n’eût recours à ces armes prohibées par la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l’usage des armes chimiques et sur leur destruction signée à Paris le 13 janvier 1993, notamment par la Syrie baasiste ?

 

Lors de la conférence de presse qu’ont tenue pendant l’attaque, le secrétaire d’État à la Défense, Jim Mattis, et le chef de l’état-major, John Dunford, le premier s’est montré dans l’incapacité de produire aucune preuve tangible d’une quelconque attaque ou de préciser, pour le second, la nature de l’agent chimique incriminé, tous deux arguant de la difficulté d’exfiltrer ces preuves de Syrie. On croit rêver ! C’est par conséquent sur de simples suppositions qu’une offensive à très longue portée 3 a été lancée contre un État souverain…

Attaque unilatérale tripartite sans l’ombre d’une esquisse de preuve et sans le moindre mandat du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations unies. Sans consultation ni vote non plus des Parlements nationaux à Paris et à Londres (comme en 1999 pour l’attaque de la Serbie par l’Otan, comme en 1991 pour la participation de la France mitterrandienne à la première guerre du Golfe contre l’Irak de Saddam Hussein et comme en 1939 pour la déclaration de guerre de la France à l’Allemagne hitlérienne).

Et ce (un comble), alors que les États-Unis, le Royaume-Uni (encaqué dans le Brexit) et la France (macronienne des zadistes, des grèves, des facultés bloquées et des conflits sociaux) sont tous trois membres permanents de ce même Conseil de sécurité et nantis du droit de veto. Qui sont — et que croient-ils être ? — ces dirigeants de « pays voyous » pour décider sur un coup de dés du sort de la communauté internationale ? Car ne nous leurrons pas, cette intervention aurait pu avoir et pourrait avoir dans l’avenir des conséquences inattendues (et potentiellement dévastatrices) pour l’équilibre du monde dans un contexte de guerre commerciale à peine larvée entre la première puissance économique planétaire, la Chine, et une Amérique sur la défensive, tandis que de forts abcès de fixation subsistent en Ukraine et dans la péninsule de Crimée, symptômes d’une nouvelle Guerre froide !

 

Quelle est in fine la légitimité en Droit de ces frappes international ? Pour le gouvernement français (à ne pas confondre avec le pays réel), la référence serait cette « ligne rouge fixée par la France en 2017 », dixit Emmanuel Macron, président de la République, qui confond sa petite personne avec l’État… reste que n’est pas Louis le quatorzième qui veut ! « Nous ne pouvons pas tolérer la banalisation de l’emploi d’armes chimiques » a encore proféré le susdit… « Il n’y a pas d’alternative à l’usage de la force pour empêcher le recours à des armes chimiques par le régime syrien » éructe pour sa part Theresa May. Et l’inénarrable Bernard Henri-Lévy, conscience des consciences humanitariennes, de déclarer sentencieux sur France Info le 14 avril : « l’intervention armée est un Droit sacré constitutif de l’essence de la légalité internationale [au-delà de la stupide et vaine légalité formelle]… afin de sauver les derniers enfants survivants d’Idlib ». Bastion où se trouvent actuellement regroupés les combattants d’Al-Qaïda, d’Al-Nosra et de Daech évacués des villes libérées par les forces loyalistes. 

On voit bien comment s’orientent les tropismes du si sympathique Lévy, homme d’un si grand cœur qu’aucun recours au pathos ne rebute, pas même le plus abject. Précisons que Bernard-Henri Lévy s’adosse pour mieux nous enfumer, à un distinguo douteux — que les media s’acharnent d’ailleurs à incruster dans l’opinion —  entre bons rebelles et méchants islamistes. Distinction relevant de la confusion mentale et de la mauvaise foi les plus crasses ; elle permet utilement de s’apitoyer sur les uns et de les armer, et de mitrailler sans état d’âme les autres (quand on ne les accueille pas à leur retour aux frais du contribuable). Las, ce sont les mêmes, certes de différentes obédiences, mais tous aussi sanguinaires que politiquement et mentalement arriérés.

Néanmoins l’opposition hexagonale regimbe maintenant à gober la langue de bois triomphaliste des redresseurs de torts défenseur d’une morale sur mesure et du shérif élyséen. Ainsi le Républicain, Julien Aubert, député de Vaucluse, s’exclame : « En bombardant sans l’aval du Conseil de sécurité un pays souverain, comme Bush en Irak, la coalition détruit le système légal de l’ONU » et compromet par là même la pérennité et la crédibilité d’une Institution déjà mal en point.

Quant à François Asselineau, candidat malheureux à la présidentielle, il n’y va pas par quatre chemins demandant aux parlementaires comme « suite à la décision solitaire et illégale d’Emmanuel Macron de frapper militairement en Syrie, d’engager la destitution du président de la République suivant l’article 68 de la Constitution ». Et à quand le Tribunal Pénal International pour Sarkozy et son cher ami Lévy, bouchers et bourreaux de la Libye, ces grands responsables des vagues invasives d’immigration en Europe ?

 

Notons que si la France croit être de retour sur la scène internationale, c’est au prix d’une servilité inégalée à l’égard de son mentor américain. Un jeu dangereux en ce qu’à travers la Syrie et le régime baasiste incarné par Bachar el-Assad, c’est d’abord la Russie qui se trouve visée et que sa grande patience atteindra forcément, à un moment ou à un autre, ses limites. Le camp occidentaliste a perdu la guerre de Syrie et ne veut pas l’admettre. Pas plus qu’il ne peut accepter la reconstitution d’une zone d’influence russe en Méditerranée orientale (bases navale de Tartous et aéroportuaire de Hmeimim en pays alaouite), ou encore le contrôle de la Mer noire et de la Mer d’Azov à partir de Sébastopol.

« Pendant ce temps, les Saoudiens tuent des Yéménites et les Turcs des Kurdes avec des armes américaines, françaises et allemandes. Le droit international moderne est à ce titre tout à fait distrayant. Le président Macron a des preuves de la vilenie du régime syrien : on espère les voir un jour… De toute façon, elles sont superflues, car quelques heures après les vidéos envoyées par les gentils islamistes appelés casques blancs, Donald Trump avait décrété dans la solitude du Bureau ovale que le coupable était “l’animal Bachar” écrit fort justement un contributeur de Boulevard Voltaire [cf.bdvoltaire/A.deLacoste15avr18].

 

Et puis, disons-le, il y en a assez du deux poids deux mesures. Bernard-Henri Lévy prétend pleurer sur le sort d’enfants syriens qu’il faudrait absolument sauver en bombardant le pays de Bachar el-Assad mais il se moque éperdument du sort des gamins palestiniens régulièrement massacrés par l’armée israélienne alors qu’il s’agit de mineurs et de civils désarmés.

Aucun pays au monde ne pourrait se permettre d’agir comme le fait Israël sans recevoir des bombes sur la tête.

La religion de la shoah confère à Israël une impunité et une immunité totales ! ... Au nom de la Mémoire tous les jours l’entité sioniste tue, humilie, affame, détruit des cadastres, rase des maisons de Palestiniens qui sont pourtant là-bas chez eux, tous les jours elle viole le droit international, les résolutions de l’ONU, la morale, le bon sens et la simple humanité sans que jamais elle ne soit amenée à répondre de ses crimes odieux. Or, s’il y a au monde un Etat voyoux, terroriste et mafieux, c’est bien de l’entité sioniste qu’il s’agit. 

 

Enfin, c’en est assez des mensonges destinés à justifier des guerres injustifiables. Qui ne se souvient de la fiole brandie à l’ONU en février 2003 par Colin Powell et qui était destinée à faire croire à l’existence d’armes de destruction massive irakiennes du temps de Saddam Hussein ? Qui ne se souvient, treize ans auparavant, du mensonge éhonté sur les bébés koweïtiens qui auraient été enlevés avec violence de leur couveuse et massacrés par la soldatesque irakienne au moment de l’annexion du Koweït par l’Irak ?

Ceux qui profèrent de telles ignobles calomnies afin de diaboliser et d’anéantir l’adversaire et de justifier des guerres atroces sont des criminels qui mériteraient d’être jugés et condamnés sans ménagement et notamment en France ...

 

 

Loi immigration: Macron renforce le droit à l’immigration, celle-ci étant de plus en plus aux mains des mafias !

 

 

La loi asile et immigration, loin de restreindre les droits de l’entrisme en France de la part des clandestins, les renforcent.

En effet elle élargit le regroupement familial en direction des mineurs, au-delà de leurs parents qui y avaient déjà droit, à leurs frères et sœurs!!

Même chose pour les filles menacées d’excision qui pourront faire bénéficier leurs parents d’un titre de séjour au nom du droit d’asile, en France, alors que le plus souvent ce sont eux qui décident de l’excision de leur fille!.. Il suffirait de menacer sa fille d’excision pour avoir le droit de s’installer en France!

Les filières clandestines véhiculent des femmes et des enfants pour les prostituer en Europe:

Les « mineurs isolés » arrivent de plus en plus nombreux depuis les zones musulmanes, d’Afrique surtout, mais aussi d’Asie, de même que les jeunes femmes qui, elles, se retrouvent souvent sur les trottoirs des villes européennes, lesquelles sont prises en main au Nigéria ou ailleurs par des mafias très organisées qui les expédient en Europe pour pouvoir les exploiter, avec leur consentement ou sur tromperie, un peu à la manière dont dans les années 90 les femmes d’Europe de l’Est: Ukrainiennes et Russes, répondant à de fausses promesses d’emploi étaient prises en main, notamment par la mafia albanaise [musulmane] qui était la plus terrible de toutes. L’entrisme des mineurs semble répondre à des aspirations semblables de la part de mafias africaines et européennes complices, et ce ne sont pas les lois qui encouragent l’homosexualité et la dépravation des mœurs en Europe qui risquent de les décourager. La part que les ONG et les gouvernements occidentaux prennent dans ces manœuvres en encourageant l’immigration est d’autant moins rassurante. Car les frontières ouvertes laissent passer, non seulement les terroristes de l’Islam mais également la pègre dans les mains de laquelle de nouveaux esclaves sont précipités, que ce soit dans les fonds marins, sur les trottoirs, dans des caves ou ailleurs.

Crimes: au-delà des attentats islamiques, la part de la pègre immigrée

S’il est difficile mais non impossible aux dirigeants européens de dissimuler les attentats islamiques de la part de l’immigration musulmane ancienne ou récente, en revanche c’est silence et bouche cousue en ce qui concerne les crimes occasionnés par la pègre qui rentre toutes portes ouvertes par nos frontières délaissées; rien de plus facile à dissimuler, il suffit de ne pas évoquer le sujet.

« A Benin City, la capitale nigériane de départ de l’immigration clandestine, on ne prononce jamais le mot « prostitution ». Dans le langage courant, les jeunes filles qui partent vers l’Italie ou la France ne vont pas faire le trottoir. Elles partent « se débrouiller ».  Les vagues de réfugiés qui affluent vers l’Europe comptent de nombreux mineurs. En Italie, comme en France, les lois ont beau imposer leur prise en charge, leur situation demeure précaire. »

Par exemple, au cours d’une des vingt-deux opérations de sauvetage réalisées les 22 et 23 août au large des côtes italiennes, sur 542 personnes, ils étaient 142 mineurs à descendre du bateau de la marine militaire locale. Pour une écrasante majorité, ils voyagent seuls comme en témoigne à RFI le commandant Antonio Dovizio : « Il y a 130 mineurs non accompagnés, souvent ils entreprennent cette traversée sans leurs parents et c’est une vraie situation d’urgence. » En Italie, selon la loi, le pays doit accueillir tous les mineurs isolés, quelle que soit leur nationalité il est impossible de les expulser. En 2014, pour prendre en charge les 13 000 jeunes concernés, Rome a débloqué 90 millions d’euros. » Source: La Libre Afrique

« Plus de 10.000 enfants migrants non accompagnés ont disparu en Europe sur les 18 à 24 derniers mois, a affirmé le 31 janvier 2016 l’agence de coordination policière Europol. Elle craint que nombre d’entre eux soient exploités, notamment sexuellement, par le crime organisé. » source: Arte info 

Pourquoi cette multitude de jeunes mineurs peuvent ainsi partir seuls, sans leurs parents ? Combien d’autres mineurs dits « isolés » sont-il rentrés en France et en Union Européenne ? Difficile de connaître les chiffres. Les photos de l’immigration qui abondaient au début de cette invasion [2014-2015] sont devenues rarissimes. Que font les reporters ? Existe-t-il une loi du silence dans les médias mainstream, ceux qui ont les moyens de payer des reportages ? Ou bien les photographes sont-il soumis à des menaces ? Les lois sur les images, le droit à l’image etc, est-il en cause ? Pour avoir une idée de cette loi du silence, il suffit de savoir que Marine Le Pen doit répondre devant la Justice d’avoir transmis une photo du terrorisme islamique, lequel terrorisme est apparemment couvert par le secret d’ Etat sous prétexte de ne pas diffuser d’image violentes. En réalité c’est la peur que provoqueraient ces réalités qui doit être à tout prix occultée: dormez braves gens, la République s’occupe de vous!

Marine Le Pen a été mise en examen pour « diffusion d’images violentes », a annoncé le parquet de Nanterre ce jeudi. Ce délit est passible de 3 ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende. La présidente du Front national avait diffusé des images d’exactions de Daech sur son compte Twitter en décembre 2015. Source: Le Parisien

On a compris: désormais les islamistes pourront égorger ou torturer, plus aucune image ne paraîtra sauf à ce que les informateurs en répondent devant les tribunaux. Le cas de Marine Le Pen restera emblématique du muselage de l’information en France en ce début de XXIème siècle. Et M. Macron nous promet que cela n’est qu’un début. Bref, l’immigration clandestine islamique, conséquence du terrorisme islamique, est recouverte d’un voile pudique.

Appel d’air à l’immigration

Le silence de plomb qui recouvre ces questions n’empêche personne de se les poser: que deviennent les mineurs isolés… même lorsqu’ils ne sont plus mineurs ? combien coûtent-ils à la collectivité ? Ce renforcement du regroupement familial étranger autour des mineurs devrait être un nouvel appel d’air à l’immigration, en toute légalité cette fois-ci. La clandestinité, loin  d’être réprimée, sera ainsi encore un peu plus récompensée et encouragée. Car les mineurs, comme les femmes, qu’ils soient pris en main par l’aide sociale ou par la pègre, ou bien qu’ils constituent eux-mêmes la pègre, pèsent lourdement sur la France.

Les clandestins de Briançon, trop nombreux, occupent la gare SNCF

On entend souvent évoquer la frontière italienne méditerranéenne, comme source de passage des clandestins en France. Mais ceux-ci rentrent aussi en abondance par les Alpes.

« Il n’y a plus de places libres au Refuge solidaire de Briançon. Il n’y a plus de places non plus dans le squat « Chez Marcel ». Alors les associations ont décidé d’occuper le hall de la gare SNCF pour mettre à l’abri une centaine d’exilés, le temps d’une nuit. Le temps aussi de trouver des solutions de repli.

Ce week-end, la pression migratoire s’est accentuée à la frontière franco-italienne. Une centaine d’Africains a réussi à franchir le col de Montgenèvre pour rejoindre Briançon. Impossible de tous les loger. Car la capacité d’accueil du Refuge solidaire n’est que de 15 places officiellement…et une soixantaine de places officieusement !

Femmes et enfants ont été hébergés à la paroisse mais face à l’urgence de la situation, les associations ont décidé d’installer des matelas et des vivres à l’intérieur de la gare SNCF afin de mettre l’Etat face à ses responsabilités.  « C’est peut-être illégal mais c’est légitime car nous n’avons pas le choix » répètent les bénévoles sur place. C’est dans ce contexte particulier que le nouveau sous-préfet de Briançon prend ses fonctions ce lundi. Si la préfecture n’a pas encore réagi face à l’occupation de ce bâtiment public, les élus de droite Arnaud Murgia (conseiller départemental) et Romain Gryzka (conseiller municipal) jugent ces actes « inacceptables » et demandent l’évacuation de la gare. » Source: Le Dauphiné Libéré du lundi 9 avril 2018

Que viennent faire dans notre pays ces femmes et ces enfants qui n’y ont pas été invités ? Les ONG « mettent l’Etat face à ses responsabilités », disent les « bénévoles »… un bon moyen pour l’État de se faire une douce violence, pardi! 

Mais les mafias européennes [souvent d’ailleurs composées de gens d’origine immigrée] s’en donnent à cœur joie elles aussi:

En Italie, « selon les enquêteurs, Misericordia, un réseau de coopératives gérant de nombreuses œuvres sociales à travers l’Italie, aurait laissé le contrôle de la fourniture des repas à des associations liées au clan Arena. Le 15 mai dernier, les carabiniers ont arrêté le principal responsable de la structure, Leonardo Sacco, membre du clan mafioso. Cet homme de 35 ans gérait les dizaines de millions d’euros versés chaque année par l’Etat italien au centre d’accueil. L’Obs

 

« La sève » catholique de M. Macron

Voilà où conduisent les Droits de l’homme dont les ONG immigrationnistes sont les fers de lance dans notre pays et dans toute l’Europe.

Dans une Europe qui doit tout aux banques dont elle s’est rendue entièrement dépendante, quelle place reste-t-il pour la protection des peuples européens ?

En France comme en Allemagne et ailleurs en Europe, les dirigeants promus par les consortiums et les capitaux apatrides œuvrent au remplacement des Européens d’origine par des déracinés de culture musulmane.

M. Macron qui n’a pas trouvé nécessaire de souhaiter de bonne fêtes de Pâques aux chrétiens, mais qui ne manque jamais de souhaiter un bon Ramadan aux musulmans, a eu beau dire, devant la conférence des Evêques de France ce lundi  que  « ce ne sont pas les racines » chrétiennes « qui importent », « c’est la sève, en précisant qu’il est « convaincu que la sève catholique doit contribuer encore et toujours à faire vivre notre Nation », qui pourrait le croire ? Par ses actes et par ses lois il prouve à tout propos qu’il œuvre pour l’extinction de la sève catholique, avec l’arme de la laïcité qui promeut le remplacement de la religion et de la civilisation chrétienne par celle de l’Islam. Cette nouvelle loi sur l’immigration, une fois encore, le prouve. D’ailleurs, comme l’expliquait le général Gomart, l’invasion n’avance pas au hasard.

Emilie Defresne .

 

Trump et Macron main dans la main pour continuer de semer le chaos au Moyen Orient .

 

Alors que l’Agence européenne pour la sécurité aérienne (EASA) a émis le 10 avril un message invoquant «de possibles frappes aériennes en Syrie dans les 72 heures à venir», et tandis que la résolution de la Russie demandant une enquête sur les gaz toxiques en Syrie, prétexte des manœuvres guerrières, a été rejetée par le camp occidental, mais soutenu par la Chine, les manœuvres s’intensifient en Méditerranée, au risque d’une confrontation directe avec la Russie.

Emmanuel Macron qui, comme le fit Hollande en son temps, essaye de trouver dans la guerre une diversion à ses problèmes intérieurs, s’est montré résolu à risquer le déclenchement d’une troisième guerre mondiale tout en tentant de se défausser de ses responsabilités par avance:

« En aucun cas les décisions que nous prendrions n’auraient vocation à toucher des alliés du régime ou s’attaquer à qui que ce soit mais bien à s’attaquer aux capacités chimiques détenues par le régime », a-t-il dit lors d’une conférence de presse commune avec le prince héritier d’Arabie saoudite Mohamed Ben Salmane, qui s’est dit pour sa part, prêt à prendre part à  la curée. Macron a également précisé hypocritement que La France « ne souhaite aucune escalade ».

Ne reculant pas devant une approximation il a continué:

« Nous avons obtenu des informations, qui d’ailleurs ont été pour une large partie d’entre elles en source ouverte et donc dont la presse, les organisations non gouvernementales se sont fait l’écho, qui ont montré qu’il y avait bien eu utilisation d’armes chimiques et que de manière évidente l’attribution pouvait en être faite au régime », a-t-il affirmé.

Or les informations en question proviennent des terroristes islamiques que sont les "Casques Bancs", rejetés des USA comme indésirables en 2016, les terroristes islamiques du Front Al-Nosra rebaptisé Jaïch al-Islam, et l’Observatoire syrien des droits de l’homme, cette officine londonienne qui travaille ouvertement pour les intérêts occidentaux et qui tire ses informations des mêmes Casques blancs et consorts.

Macron englué dans les protestations sociales de tous bords

Le président français, soucieux de faire oublier sa chute dans les sondages de popularité et les multiples conflits sociaux qui se cristallisent en France avec les étudiants, les zadistes de Notre-Dame des landes, la protestation des auxiliaires de justice contre les réformes, la grève des fonctionnaires et celle des cheminots, poursuit:

« Nous allons poursuivre les échanges d’informations techniques et stratégiques avec nos partenaires, en particulier britannique et américain, et dans les prochains jours, nous annoncerons notre décision », la « réponse (sera) forte et commune (avec Trump) au moment où la décision sera prise », a assuré le président français.

Il oublie juste de se soucier du refus du Conseil de Sécurité de l’ONU de leur accorder mandat d’agir dans ce sens.  Suite au véto de la Russie contre le projet américain d’enquête sur les prétendues attaques au gaz de Douma en Syrie, Paris et Washington menacent d’attaquer la Syrie et sont en train de disposer leurs batteries d’attaques. Ce projet US était fondamentalement vicié du fait qu’il mettait en préalable à l’enquête, dans le texte-même, la désignation du coupable, par avance et sans discussion, c’est-à-dire, la Syrie. Le projet russe qui ne mettait aucun préalable aux enquêteurs n’a pas pu aboutir non plus, bien qu’il ait été soutenu par la Chine notamment.

Comme pour l’Irak et pour la Libye, les pays occidentaux prouvent qu’ils ne se préoccupent des décisions du Conseil de sécurité de l’ONU que lorsqu’elles les arrangent, ainsi les autorités françaises, américaines et britanniques [nuancées aujourd’hui de la part des Britanniques] , comme leur projet n’a pas abouti, se moquent des décisions du Conseil de Sécurité de l’ONU dans leur soif d’embraser la planète, leurs forces unies sous commandement américain dans l’OTAN. Cela au profit des armes et pour abattre Bachar-el-Assad et s’emparer des ressources syriennes, comme ils le firent en Irak et en Libye. L’Armée française comme les armées américaines et britanniques deviendraient ainsi des armées privées au service d’intérêts privés, mais entretenues par les contribuables de ces pays respectifs.

Cependant M. Macron semble engager un peu rapidement les Britanniques à ses côtés, en effet, selon The Times, aujourd’hui:

«Theresa May a déclaré hier au Président Donald Trump que le Royaume-Uni avait besoin de plus de preuves de l’attaque chimique présumée qui aurait été effectuée par le régime de Bachar el-Assad avant de rejoindre une action militaire contre la Syrie».

Les vélléités trumpo-macronesques ne seraient que la répétition du scenario irakien mais avec la différence notable qu’à l’époque la France avait refusé de faire le jeu des Américains comme elle le pouvait encore. Une autre différence très notable est l’implication au premier rang de la Russie au Moyen-Orient, dont elle était encore totalement absente au moment de l’agression américano-britannique en Irak en 2003.

Depuis Sarkozy, et plus encore depuis Hollande, l’armée française est devenue, à l’instar de l’armée britannique, le bon petit soldat des USA. Regrettant son conflit manqué, François Hollande a soutenu son successeur: « La seule réaction possible est une frappe, ou des frappes ». Toujours aussi nostalgique des vies qu’il a été forcé d’épargner en 2013, il a rappelé qu’à cette époque, la France était prête à l’attaque, mais qu’il n’avait pas été suivi par Barack Obama et par David Cameron, l’obligeant à renoncer. A noter que depuis Sarkozy, les présidents français sont toujours au premier rang des plus déterminés à faire couler le sang au Moyen-Orient, quittes à favoriser le terrorisme et l’immigration islamique en France.

Le président américain Donald Trump a aussi annoncé lundi une décision « très bientôt », et d’ores et déjà le destroyer lance-missile USS Donald Cook a quitté l’île de Chypre et son port de Larnaca pour se positionner en Méditerranée pour frapper la Syrie, tandis que le porte-avion USS Harry S. Truman a été envoyé en « mission » «au Moyen Orient et en Europe», le 11 avril. Donald Trump, pas à une outrance prés, qualifie le président syrien d’« animal ».

La Russie prête à protéger la paix mais sans faiblesse

Ces dernières semaines, Moscou avait déjà mis en garde à plusieurs reprises contre la préparation d’attaques sous faux drapeau dans la Ghouta. Le 17 mars, le général et porte-parole de l’état-major russe, Sergueï Roudsksoï, avait ainsi rapporté que la Russie disposait «d’informations fiables selon lesquelles des instructeurs américains [avaient] formé plusieurs groupes de combattants dans les environs de la ville d’Al-Tanf, pour lancer des provocations impliquant des armes chimiques dans le sud de la Syrie». 

L’ ambassadeur russe à l’Onu, M. Vassili Nebenzia, a mis à jour, hier, à l’ONU, de l’hypocrisie du camp occidental dans son rejet d’une enquête préalable pour connaître les raisons réelles de l’intoxication au gaz qui a eu lieu à Douma prés de Damas, qui pourrait, comme pour l’affaire Skripal à Londres, avoir été fomentée par des agents spéciaux britanniques ou Américains comme cela semble avoir été le cas précédemment:

«Vous dites que nous sommes bons au jeu. Je n’en suis pas sûr. En revanche, je sais que vous êtes bons dans les menaces. Les menaces que vous énoncez maintenant à l’égard de la Syrie doivent fortement nous préoccuper, parce que nous pouvons nous retrouver au seuil d’événements extrêmement tristes et graves. Je vous demanderai une fois de plus de renoncer aux projets que vous fomentez visiblement à l’égard de la Syrie», a dit le diplomate.

«Le fait que vous n’ayez pas adopté la résolution témoigne, à notre grand regret, que nos partenaires et collègues américains n’ont besoin d’aucune enquête. Nous regrettons que cette résolution (proposée par la Russie, ndlr) n’ait pas été adoptée. Mais j’espère que la mission de l’OIAC se rendra bientôt en Syrie et s’occupera de ce dont elle doit s’occuper en vertu de son mandat, à savoir l’établissement des faits qui ont eu lieu à Douma», a poursuivi M.Nebenzia.

L’initiative russe prévoyant l’envoi de spécialistes de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) dans la ville syrienne de Douma, qui avait prétendument subi une attaque chimique samedi dernier, n’a pas obtenu le nombre minimal requis de voix. Deux membres permanents du Conseil, la Russie et la Chine, ont soutenu la proposition, ainsi que trois autres pays: la Bolivie, l’Éthiopie et le Kazakhstan. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France (membres permanents), tout comme la Pologne, ont voté contre le document. Six pays ont préféré s’abstenir.

Aujourd’hui , face à l’intensification des manœuvres guerrières occidentales, l’ambassadeur de Russie au Liban, Alexandre Zassipkine, a prévenu: «La Russie va exécuter la déclaration de son Président, relative à toute agression américaine contre la Syrie, en abattant des missiles américains et en attaquant les sites de lancement», a déclaré le diplomate à la chaîne al-Manar. Ce qui signifierait, non seulement la neutralisation des missiles mais aussi des frappes en retour contre les sites d’attaques américains.

De son côté, la Syrie, elle-même partisane d’une enquête sur le terrain se montre quelque peu blasée:

«Les allégations d’utilisation de produits chimiques sont un vieux refrain que ne croient que certains pays qui commercent avec le sang des civils et soutiennent le terrorisme en Syrie. Chaque fois que l’Armée arabe syrienne avance dans sa lutte contre le terrorisme, des allégations d’utilisation d’armes chimiques sont utilisées comme une excuse pour prolonger la vie des terroristes à Douma», a déclaré le ministère syrien des Affaires étrangères à l’agence Sana .

Au moment où s’est produite la prétendue attaque chimique dans la Ghouta orientale le 7 avril, plus de 90% de ce territoire avait été repris par l’armée syrienne. Une petite partie encerclée et sans possibilité de secours extérieurs était encore détenue par le groupe islamique soutenu par les Occidentaux, Jaïch al-Islam [ex Front al-nosra]. Celui-ci s’était déjà opposé à une évacuation humanitaire, en pilonnant le 6 avril dernier les couloirs humanitaires. Il est fort probable que les roulements de tambours, les tartarinades de Donald Trump et les déplacements de canons et autres portes-avions sont destinés à protéger et laisser le temps de souffler aux supplétifs islamiques des alliés occidentaux, sans préjuger cependant des suites que tout cela pourrait entrainer. Ces combattants formés et expérimentés sont destinés à servir encore et il ne faudrait pas décourager les bonnes volontés pour d’autres conflits. Car sans conflits comment le complexe militaro-industriel de très loin le plus puissant de la planète, celui des USA, pourrait-il prospérer ? Dans ce cadre une extension du conflit n’est pas à prendre à la légère.

Bachar-el-Assad a gagné la guerre!

Il ne faudrait pas se faire une fausse idée d’une Syrie à feu et à sang au vu des images plus ou moins vraies qui sont présentées sur les télévisions dans les petites poches de guerre qui subsistent encore sur son territoire.

En réalité au bout de six ans de conflit, la Syrie avec à sa tête Bachar-el-Assad, a gagné la guerre et la grande majorité de son territoire est actuellement en paix et de nombreux Syriens qui étaient partis ont réintégré leurs foyers. Non, Bachar-el-Assad ne sera pas chassé du pouvoir, du moins pas par les armes!

Même si la Russie, la Syrie et dans une certaine mesure l’Iran, s’efforcent à la modestie dans leur incontestable victoire afin de ne pas exciter les rancunes et les envies, c’est tout-de-même une excellente nouvelle que les États-unis et leurs alliés ont énormément de mal à digérer; malgré leurs énormes stocks de « missiles nouveaux, beaux et intelligents »(dixit Trump), il faudra bien qu’ils finissent par l’admettre.

Tentative d’intimidation seulement ?

Il est possible que le retrait amorcé du Royaume-uni ne soit que le prétexte concerté pour renoncer à l’attaque, du fait que la Russie loin de se désolidariser de la Syrie a au contraire manifesté qu’elle ne cèderait rien et même qu’elle était prête à la riposte. Et qu’en plus elle a eu l’appui  à l’ONU de la Chine, deuxième ou troisième grande puissance montante avec ses milliards d’habitants. La Chine, plus l’Iran, plus la Russie et beaucoup d’autres, cela risque de faire beaucoup de monde à affronter, sans compter les risques d’une extermination nucléaire jamais à exclure totalement dans la fièvre d’une lutte à mort… Car en effet, Teresa May semblait très déterminée jusque-là à emboiter le pas des deux va-t-en guerre de France et des USA, l’affaire Skripal ressemblant fort à des prémices. Son brusque rétro-pédalage ne semble donc être qu’une manoeuvre de plus, mais pour ouvrir une fenêtre à un renoncement à la guerre. Les manœuvres guerrières feront-elles flop en Méditerranée ? nous le saurons très vite.

Emilie Defresne .