Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2017

Pédophilie – Un dignitaire franc-maçon échappe à la prison ...

 

L’intérêt des médias dominants pour les affaires de pédophilie est très sélective. Qu’un prêtre soit incriminé et journaux et télévisions s’en délectent. Par contre, si les criminels pédophiles sont rabbins, moines bouddhistes, francs-maçons, politiciens socialistes, écologistes, personnalités du showbiz, militants LGBT ou immigrés, le sujet ne les intéresse plus.

L’exemple d’Alan Wright est significatif. Aucun grand média francophone n’a abordé l’affaire de pédophilie dans laquelle il a été impliqué.

Alan Wright, 75 ans, ancien Grand maître franc-maçon, est connu pour avoir assisté à des tenues maçonniques aux côtés du Prince Michael de Kent.

Mais il a été interpellé par la police à la fin de l’année 2016 pour tentative de corruption de mineur.

La police du Suffolk l’a débusqué après avoir recueilli des renseignements sur sa vie privée grâce à des officiers spécialisés ayant crée un faux compte d’enfant en ligne.

Wright pensait qu’il communiquait avec un garçon de 14 ans et lui envoyait des photos de ses parties génitales par Internet. Grâce à l’application de rencontres pour homosexuels Grindr, il s’est arrangé pour retrouver le «garçon» à la gare de Bury St Edmunds dans le Suffolk, en novembre dernier.

Mais lorsque Wright est arrivé, il a été accueilli par des agents de police qui l’ont emmené au commissariat pour interrogatoire. Ancien Grand Maître du Grand Conseil des Maîtres Royaux et Select (« Grand Council of Royal and Select Masters ») , il était aussi le Grand Maître de la Grande Loge Provinciale de Maîtres Maçons Mark d’Essex.

Un porte-parole de la Grande Loge unie d’Angleterre avait déclaré :

« Nous avons été mis au courant d’une allégation contre un franc-maçon le 1er décembre 2016, qui a immédiatement démissionné de l’organisation.

« Ayant pris connaissance de la situation, nous n’avons pas d’autres informations à ce jour et nous croyons pleinement qu’il s’agit d’un incident ponctuel et isolé.
« Nous pouvons confirmer que nous aiderons pleinement la police et les autorités compétentes si nous sommes contactés ou si nous constatons que nous pouvons volontairement le faire. Aucune demande n’a été faite.
« La Grande Loge unie d’Angleterre accorde une grande importance à la transparence totale dans ses relations avec les membres et nous avons un système disciplinaire robuste pour traiter avec les membres qui enfreignent la loi, enfreignent nos règles ou se conduisent d’une manière qui déconsidère la franc-maçonnerie.
« L’activité criminelle est totalement inacceptable au sein de l’organisation et totalement étrangère à nos valeurs. »

Alan Wright risquait une peine de dix ans de prison lors de son procès au tribunal de la Couronne d’Ipswich au mois de mars 2017. Mais que croyez-vous qu’il est arrivé ? Il s’en est sorti avec une peine symbolique (16 mois avec sursis), une amende de 1.200 £ et 80 heures de travaux d’intérêt général…

 

Massacre de chrétiens par des islamistes en Centrafrique .

 

Un massacre de chrétiens a eu lieu dans un village du Centrafrique. Parmi les victimes, 6 membres de la Croix-Rouge. Aux rivalités ethniques se superposent les rivalités religieuses entre miliciens islamistes Selaka et miliciens chrétiens anti-Balaka.

Une cinquantaine de chrétiens ont été égorgés par des Selaka, entraînés au Tchad, dans le village de Gambo, à 75 kilomètres de Bangassou. Hommes, femmes, enfants, tués pour se venger d’une incursion de combattants non-musulmans dans le territoire contrôlé par les miliciens Selaka.

C’est l’énième massacre de chrétiens en Centrafrique raconte Mgr Juan Josè Aguirre au quotidien des évêques italiens Avvenire. Dans son récit, il révèle aussi que la semaine dernière beaucoup de civils avaient été tués, dans ce même village, au cours de la violente réaction du contingent de l’ONU (Minusca) lors de l’irruption de militants (non musulmans) de certains groupes d’auto-défense du territoire. Mgr Aguirre définit la riposte de l’ONU

« excessive, je voudrais le souligner. Dans la fusillade sont morts tant de civils. Parmi eux Adele, la choriste de la paroisse. Et son père. Je les connaissais tous très bien… »

Hier a eu lieu la contre-offensive des Selaka qui ont assailli l’hôpital de la Croix-Rouge à Gambo, en massacrant les patients, leurs parents et aussi les volontaires présents. Tous en majeur partie chrétiens, comme a confirmé Francesco Rocca, président de la Croix-Rouge italienne. La vengeance des Selaka a été

« brutale. Ils ont fait irruption dans l’hôpital de la Croix-Rouge et ils ont massacré les blessés et les parents. Femmes, hommes, enfants, anciens. Civils chrétiens en majeur partie, il ne s’agissait pas de anti-Balaka. Ils les ont égorgés les uns après les autres. Les témoins m’ont parlé d’au moins une cinquantaine de victimes. Mais cela pourrait être plus. » « Ils les ont massacré sous les yeux de la Minusca. Et personne n’a levé le petit doigt pour les arrêter » poursuit Mgr Aguirre.

La paroisse de Gambo a été saccagée.

La tension est extrême. Le vice-secrétaire pour les Affaires humanitaires de l’ONU, Spephen O’Brien, estime qu’en Centrafrique « il y a des signes précurseurs d’un génocide».

 

Macron en chute libre .

La lune de miel entre les Français et Emmanuel Macron est terminée. D’ailleurs a-t-elle jamais commencée puisque avec une abstention plus forte que d’habitude au second tour des présidentielles, l’actuel président de la République n’avait obtenu lors de son élection que les suffrages de 43,63 % du corps électoral français (c’est-à-dire des personnes inscrites sur les listes électorales).

Aujourd’hui, 100 jours après son élection, 64 % des Français se disent mécontents de son action politique d’après un sondage Ifop publié vendredi 11 août. À la même époque, en 2012, son prédécesseur François Hollande réunissait encore 46% de personnes satisfaites...

Sur les 64% de personnes insatisfaites, 19% sont même « très mécontentes« . Près d’un quart (23%) des personnes interrogées pensent que les choses sont en train de changer « plutôt en bien« , 39% ont un avis contraire et 38% affirment qu’elles « ne changent pas ». Une chute record dans les sondages, qui lui prêtaient 62% de Français satisfaits le 7 mai dernier, quelques jours après son élection. Si 45% pensent que le chef de l’État tient ses engagements, 55% sont d’un avis contraire.

La baisse des APL, la hausse du tabac et l’augmentation de la CSG sont les mesures les plus impopulaires du moment.

Macron n’aura même pas connu de trêve estivale.