Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2017

Agression sexuelle dans un train : des agents SNCF tentent d’empêcher l’arrestation de l’agresseur et la victime est expulsée du train !

 

Le Parisien de vendredi 12 mai rapporte qu’une jeune femme agressée sexuellement dans un train de la ligne J entre Les Mureaux et Mantes-la-Jolie (Yvelines), non seulement n’a trouvé aucun secours mais a été prise à partie par le conducteur et les agents du train pour avoir tiré le signal d’alarme !

Les faits datent du jeudi 11 mai. La victime est une jeune femme de 21 ans et a subi une agression sexuelle de la part d’un garçon de 15 ans. La victime a appelé la police pour empêcher son agresseur de descendre du train lorsque celui-ci était à l’arrêt. Des agents de médiation sont alors intervenus et ont simplement demandé à l’adolescent agresseur de présenter des excuses. Estimant que cela suffisait ainsi, ces agents d’un genre douteux ont ensuite demandé à la victime d’accepter de laisser partir son agresseur. Outrée, la jeune femme a tiré le signal d’alarme pour s’assurer que le train reste à quai.

Loin d’obtenir la moindre compassion, la victime de cette agression sexuelle a dû encaisser la colère du conducteur du train. Pire encore,  un passager pressé de voir la rame repartir s’est permis d’expulser la malheureuse jeune femme du train et la poussée hors du wagon.

Mais le plus hallucinant était encore à venir. Des policiers arrivés sur place ont essayé d’interpeller l’agresseur sexuel mais les agents de médiation de la SNCF se sont interposés entre eux et l’agresseur !

Sans aucune gêne, le conducteur du train a ensuite refermé les portes du train laissant les forces de l’ordre sur le quai.

L’adolescent agresseur sexuel a finalement été interpellé et placé en garde à vue à Mantes-la-Jolie.

Le Grand Remplacement " En Marche " toute !

 

Le Grand Remplacement civilisationnel et identitaire est En marche dans la capitale française. Le quotidien Le Parisien, que l’on ne peut soupçonner d’être politiquement incorrect mais plutôt de faire de l’angélisme, a mené une enquête dans certains quartiers de Paris :

«Désormais, notre quartier est abandonné aux seuls hommes : plus une femme dans les cafés. Pas un enfant dans le square Louise-de-Marillac. Certaines d’entre nous se terrent chez elles». 

A dicter la loi ce sont des hommes dont la journaliste du Parisien tait l’origine mais donne quelques indications :

« des groupes de dizaines d’hommes seuls, vendeurs à la sauvette, dealeurs, migrants et passeurs, tiennent les rues, harcelant les femmes. »

Après des années d’accueil à tout va, Le Parisien raconte ce que sont devenus des quartiers radical-chic et bobos parisiens : des zones de non-droit, véritables enclaves dans lesquelles des hommes extra-communautaires dictent une loi proche de la charia.

 

L’article du Parisien est assez explicite pour être retranscris tel quel :

« Paris : des femmes victimes de harcèlement dans les rues du quartier Chapelle-Des femmes de ce quartier de l’est de Paris se plaignent de ne pas pouvoir se déplacer sans essuyer des remarques et des insultes de la part des hommes. 

Ce sont plusieurs centaines de mètres carrés de bitume abandonnés aux seuls hommes, et où les femmes n’ont plus droit de cité. Cafés, bars et restaurants leur sont interdits. Comme les trottoirs, la station de métro et les squares. Depuis plus d’un an, le quartier Chapelle-Pajol, à Paris (Xe- XVIIIe), a totalement changé de physionomie : des groupes de dizaines d’hommes seuls, vendeurs à la sauvette, dealeurs, migrants et passeurs, tiennent les rues, harcelant les femmes.

Réactions

Révoltées, des habitantes du quartier ont décidé de lancer une vaste pétition pour dénoncer la situation. Et un quotidien de plus en plus oppressant. Celui des jeunes filles, qui ne peuvent plus sortir seules, porter une jupe ou un pantalon trop près du corps sans recevoir une bordée d’injures : l’une d’elles raconte avoir subi un jet de cigarette allumée dans les cheveux.

 «Des réflexions incessantes»

«Nous avons toutes droit à un traitement insupportable», souligne Nathalie, 50 ans, qui revendique trente années dans le quartier, et un climat «inédit» ces derniers mois : «Ce sont des injures, des réflexions incessantes. L’ambiance est angoissante, au point de devoir modifier notre itinéraire, notre tenue vestimentaire. Certaines ont même renoncé à sortir de chez elles». A l’image de cette vieille dame de 80 ans, agressée sexuellement alors qu’elle rentrait dans son immeuble, et désormais retranchée dans son appartement.

 « Un repaire masculin»

Aurélie, une jeune femme de 38 ans, avoue ne pas reconnaître le quartier où elle vit depuis 15 ans, rue Perdonnet (Xe) : «Le simple fait de circuler est devenu problématique. Le café, en bas de chez moi, un bistrot autrefois sympa, s’est transformé en repaire exclusivement masculin et en permanence bondé : j’ai droit à mon lot de remarques lorsque je passe devant, d’autant plus qu’ils boivent énormément : il y a quelques jours, le simple fait de me mettre à ma fenêtre a déclenché un flot d’injures, et j’ai dû m’enfermer dans mon appartement. Il y a quelque temps encore, j’empruntais le boulevard de la Chapelle depuis Stalingrad, même tard le soir… C’est impensable aujourd’hui».

 Le métro Chapelle, Laure l’évite soigneusement. Comme la place du même nom : «Ces dernières semaines, j’ai été prise au milieu d’une bagarre de vendeurs à la sauvette. Affolée, je me suis mise à crier, et deux d’entre eux ont sorti des couteaux pour me menacer. J’ai cru que ma dernière heure était arrivée. Et ça fait des mois que ma fille de 12 ans ne va plus seule au collège, ni nulle part dans le quartier, d’ailleurs».

 Porter plainte aurait peu d’effet 

Comment lutter contre le phénomène ? Les femmes de La Chapelle le savent : porter plainte aurait peu d’effets. Alors, d’un commun accord, et sur les conseils de Nadine Mezence, adjointe à l’égalité hommes-femmes du maire (PS) du XVIIIe, elles ont décidé d’organiser prochainement une marche exploratoire. Ensemble, elles parcourront tous les lieux du quartier où elles sont indésirables. Puis, rendront compte, aux pouvoirs publics de leurs observations… En espérant être entendues. A la mairie d’arrondissement, on assure que leurs remarques seront examinées avec la plus grande attention.

110 opérations de police depuis le mois de janvier

La question du harcèlement des femmes, et notamment celle de la présence de dizaines de migrants rue Pajol, sera évoquée ce lundi en conseil d’arrondissement par l’élu (LR), Pierre Liscia. Tandis qu’au cabinet du maire (PS) du XVIIIe, Eric Lejoindre, on reconnaît la complexité de la situation : «Les femmes ont un sentiment de vulnérabilité devant cette violence, souvent associée à l’alcoolisation, mais la réponse publique est essentiellement policière».

Précisément, depuis lancement du dispositif «Barbès respire», au mois de janvier, par le préfet de police avec déploiement de renforts sur le secteur, 110 opérations ont donné lieu à plus de 19 000 évictions de vendeurs à la sauvette et 884 personnes ont été arrêtées. Mais les habitantes, elles, veulent des opérations de plus vaste ampleur pour retrouver leur sérénité perdue…

 Les femmes, une espèce en voie de disparition au cœur de Paris 

«Désormais, notre quartier est abandonné aux seuls hommes : plus une femme dans les cafés. Pas un enfant dans le square Louise-de-Marillac. Certaines d’entre nous se terrent chez elles».

Les habitantes de la Chapelle-Pajol viennent de rédiger une pétition, intitulée «Les femmes, une espèce en voie de disparition au cœur de Paris», qu’elles espèrent voir parapher par de nombreux soutiens et victimes avant de l’envoyer à la mairie, à la préfecture de police et au procureur de la République. Leur demandant de «faire enfin respecter lois et règlement dans les endroits où se fixent les trafiquants, de diligenter des enquêtes sur les filières et de renforcer le nombre de moyens policiers affectés au secteur».

«Il y a les insultes dans toutes les langues, les vols, l’alcoolisme de rue. Les trafics qui s’enracinent, et les employés de ces trafics, qui nous signifient chaque jour que nous sommes indésirables, nous et nos enfants. Cela doit cesser.»

Avec le nouveau gouvernement de Macron, il est sûr que cet état de fait qui n’est autre qu’un Grand Remplacement civilisationnel et identitaire continue sa marche en avant !

 

Marlène Schiappa veut interdire la messe à la télé et autoriser le voile à l’école…

 

Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes du nouveau gouvernement, ne s’est pas simplement illustrée par ses conseils sexuels aux femmes rondes, elle appartient également à ce clan d’ayatollahs de la laïcité qui déteste le catholicisme mais ouvre les portes à l’islam.

Dans une tribune publiée sur le Huffington Post en juillet 2014 et intitulée « Non, cher Manuel Valls, les quartiers populaires ne sont pas antisémites« , Marlène Schiappa se montre favorable au voile à l’école.

 « L’article 1er de la loi de 1905 prévoit que la République ‘ne reconnaît ne salarie ne subventionne aucun culte’. Ni plus ni moins. Interdire le voile, c’est reconnaître le voile comme signe religieux, donc reconnaître une religion. Interdire le voile à l’école est donc contraire à la loi de 1905« , a-t-elle écrit.

Dans ce même texte, elle estime « qu’interdire aux femmes voilées d’accompagner les sorties scolaires de leurs enfants relève ni plus ni moins de l’islamophobie« .

Mais cette même Marlène Schiappa qui veut permettre le voile à l’école, souhaite en revanche interdire « la messe et les cérémonies religieuses » à la télévision publique.

 

Mai au fait, qui est Marlène Schiappa ?

Connue comme blogueuse féministe, elle est l’auteur de différents livres. Dont Osez l’amour des rondes, paru en 2010 aux éditions La Musardine spécialisées dans la littérature érotique. Un livre considéré par plusieurs critiques féminines comme une compilation de clichés et de conseils inappropriés.

20 minutes donne la parole à Daria Marx, membre du collectif « Gras politique », qui lutte contre la discrimination à l’encontre des personnes en surpoids.

Pour Daria Marx, les problèmes commencent dès l’introduction, lorsque Marlène Schiappa tente de définir la femme ronde. Une mauvaise entame pointée aussi par une autre blogeuse, Audrey Paola. « Sous couvert de vouloir décomplexer les femmes corpulentes qui n’osent pas assumer leur vie sexuelle, on a droit à un catalogue d’idées reçues aussi fausses que celles qu’elles prétendent jeter aux orties », écrivait-elle. Elle citait alors une phrase de l’introduction : « Une seule idée reçue sur les rondes est avérée ? Elles sont sexy, elles sont sensuelles, elles attirent le mâle en rut et quand on y a goûté, on ne peut plus s’en passer »…

« La fellation, spécialité des rondes » ?

Certes, le livre se veut léger, mais ça ne pardonne pas tout, aux yeux de Daria Marx. Surtout que la suite d’Osez l’amour des rondes se corse encore un peu plus. Le chapitre listant les conseils pour séduire les hommes a particulièrement déplu à Daria Marx. « Je ne comprends pas pourquoi l’auteur pense utile de rappeler aux grosses qu’il faut se laver les dents, se laver, se maquiller… » Le livre conseille aussi de ne pas se goinfrer en public. « On mangera une sucette, pour rappeler l’aspect phallique du geste, mais pas un sandwich, qui pourrait faire penser à votre indélicate surcharge pondérale », écrivait Daria Marx, en février 2011, pour résumer l’esprit du livre. Là encore, il y a beaucoup à dire, mais Audrey Paola et Daria Marx s’attardent surtout sur un passage intitulé « La Fellation : la spécialité des rondes ». « Mais enfin, parce qu’on est ronde, on est donc censée être une experte dans ce domaine ? », s’insurge la première. On reste dans le cliché pour Daria Marx, « la grosse qui aime tant bouffer, aime forcément bouffer la queue de son amant », écrivait-elle en 2011. Le cliché de l’oralité est porté jusqu’à la fin de l’ouvrage, sans aucune trace de sarcasme dans les mots de l’auteure. Bref, « un concentré de grossophobie mais aussi de sexisme », résume aujourd’hui Daria Marx pour qualifier ce livre. « Sexisme car au final, Marlène Schiappa ne cesse de définir la femme grosse qu’à travers le prisme du plaisir qu’elle est censée offrir à l’homme », poursuit la militante de Gras Politique...