Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2019

Tous ces "bidules" qui ne servent à rien et dont les prébendiers républicains profitent sans vergogne depuis des années !

Généreuse république

La présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP) Chantal Jouanno, dont le salaire mensuel de 14666 euros brut a provoqué une vague légitime de critiques, s’est exonérée urbi et orbi de sa propre mission, sans aller toutefois jusqu’à se retirer pour le moment — position à terme intenable.

On note que le comité Théodule de CNDP qu’elle préside, comme nombres d’autres, ne sert strictement à rien — ce qui a été démontré maintes fois par la Cour des comptes, sans que jamais le maintien de ces organismes aux intitulés parfois poétiques ne soit remis en question par les politicards en place, et pour cause, puisqu’ils servent au premier chef de planques ou de parachutes dorés.

Les salaires moyens bruts des agents publics sont la plupart du temps raisonnables, et parfois même faibles. En voici quelques exemples : un magistrat gagne 4 380 euros par mois, un professeur agrégé 3 163, un directeur de prison 3 525, un commissaire de police 3 000, un inspecteur du travail 2 600, une sage-femme 2 870, un infirmier 2 246, un gendarme 2 083, un instituteur 2 000.

En revanche, dès que l’on tutoie les sommets, c’est le grand délire. Le Directeur régional des finances publiques d’Ile-de-France : 21 290 euros net par mois ; le Secrétaire général du ministère des Finances : 15 710 euros net par mois ; le Vice-président du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET) : 14 200 euros net par mois ; le Chef de l’Inspection générale des Finances (IGF) : 12 955 euros net par mois. Ne nous arrêtons pas là : le Gouverneur de la Banque de France (alors que cet organisme ne sert en pratique plus à grand-chose depuis l’abandon du Franc) : 37 580 euros brut par mois ; le Vice-président du Conseil d’Etat (qui se réunit une fois par semaine seulement) : 17 000 euros net par mois ; le Directeur de l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France : 17 500 euros brut mensuels ; le Président de la Société du Grand Paris (organisme bidon censé piloter le futur) : 17 000 euros brut mensuels ; le Président du Centre scientifique et technique du bâtiment : 16 330 euros brut par mois ; le Directeur général de l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) : 16 230 euros brut par mois ; le Directeur général de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) : 14 290 euros brut par mois.

 

FROMAGES ET DESSERTS

 

A la question que tout le monde se pose (au final, gagne-t-on plus dans le public que dans le privé ?), un rapport officiel produit par les services de Bercy eux-mêmes, fondé sur les données de 2013 et possiblement minoré du reste, conclut que le salaire moyen d’un fonctionnaire est plus élevé de 267 euros que celui d’un salarié du privé (2 469 euros contre 2 202 euros).

Voilà qui est clair, et fâcheux aussi, puisque le fonctionnaire travaille dans de nombreux services — pas tous — 32 heures par semaine, qu’il dispose de la garantie de l’emploi ainsi que d’une retraite dont le calcul s’avère plus avantageux que celui du privé...

Mais l’affaire Jouanno a surtout révélé au grand public l’existence des fameux AAI (Autorités Administratives Indépendantes, au nombre de 26) dont la grande majorité n’a aucune utilité réelle et constitue, de fait, une façon de remercier copains et parentèle. En multipliant des activités improbables — ou n’ayant pas le moindre caractère indispensable — rémunérées grassement, les obligés de la Gueuze se démasquent, en quelque sorte.

Si à la rigueur on peut admettre l’existence de l’Autorité des marchés financiers (dont le Président touche un confortable 239 000 euros annuel + avantages divers), que penser du fantomatique Comité d’Indemnisation des victimes d’accidents nucléaires, sachant que le dernier essai nucléaire français, initié par Supermenteur, a eu lieu en 1996 dans le Pacifique ? Et que dire de l’Autorité des jeux en ligne ? Son Président mérite-t-il sa rémunération de 9 000 euros net par mois ? Est-ce à ce point épuisant, sachant que les petites mains veillent et font le boulot ?

On pourrait continuer ainsi sur des pages et le lecteur, toujours souverain, jugera. Qu’il soit permis d’affirmer ici, néanmoins, que les écrasants impôts, taxes et autres, acquittés par les cocus que nous sommes, ne sont pas perdus pour tout le monde !

La lettre aux Français de Macron : mépris, arrogance et enfumage à tous les étages !

 

 En France, lorsqu’on veut se débarrasser d’une difficulté majeure, dégonfler un mécontentement, enterrer une revendication, on crée une commission ou on lance un grand débat...

On se souvient que pour ne pas avoir à réformer le code de la nationalité selon le principe du droit de filiation, contrairement à ses promesses de campagne solennisées dans la plate-forme RPR-UDF de 1986, le gouvernement de cohabitation de Jacques Chirac avait institué la commission Marceau-Lang qui avait maintenu le principe désastreux du droit du sol, assurant ainsi la création annuelle de centaines de milliers de Français de papier. De même Nicolas Sarkozy, avait-il lancé un grand débat sur l’identité nationale pour mieux enfumer le public, lui faire accroire qu’il prenait les choses en main, qu’il allait enfin conduire une politique ferme et audacieuse visant à maîtriser réellement les flux migratoires, en réalité il ne s’agissait que d’une énième entreprise de manipulation de l’opinion. 

De la même manière la lettre adressée aux Français par Emmanuel Macron le 13 janvier au soir et destinée à ouvrir le « grand débat national » qui doit se dérouler jusqu’au 15 mars, soit deux mois et demi avant les élections européennes, est une totale escroquerie et un signe de plus du mépris et de l’arrogance de l’Exécutif à l’égard du peuple. 

D’abord les sujets les plus fondamentaux pour la survie de notre peuple et de notre nation sont laissés de côté. On prétend assurer une réelle liberté de parole et d’expression alors même que d’ores et déjà on délimite les sujets que le peuple aura le droit d’aborder. Contrairement à ce qu’il avait semblé concéder lors de son message télévisé du 10 décembre dernier, où il était manifestement apeuré, la question de l’immigration ne fait pas partie des seuls quatre thèmes autorisés du débat et qui sont : l’impôt et la dépense publique, l’organisation de l’Etat, la transition écologique, la démocratie et la laïcité.

 

ET IL N’EST pas question pour le chef de l’Etat d’arrêter, et encore moins d’inverser, le courant de l’immigration dans notre pays alors même que nous connaissons un chômage massif, un endettement spectaculaire, que nous subissons des impôts et des taxes écrasants voire confiscatoires (que le chef de l’Etat ne propose pas de diminuer), une montée continue de la délinquance et du crime et des actes terroristes à répétition.

« La citoyenneté, écrit Macron dans sa missive, c’est aussi le fait de vivre ensemble. Notre pays a toujours su accueillir ceux qui ont fui les guerres, les persécutions et ont cherché refuge sur notre sol : c’est le droit d’asile, qui ne saurait être remis en cause. Notre communauté nationale s’est aussi toujours ouverte à ceux qui, nés ailleurs, ont fait le choix de la France, à la recherche d’un avenir meilleur : c’est comme cela qu’elle s’est aussi construite. Or, cette tradition est aujourd’hui bousculée par des tensions et des doutes liés à l’immigration et aux défaillances de notre système d’intégration. Que proposez-vous pour améliorer l’intégration dans notre Nation ? En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ? » Les Français n’ont à la rigueur le droit de donner leur point de vue que s’il entre dans le cadre d’une politique d’intégration des immigrés et d’accueil de nombreux migrants supplémentaires chaque année.

Ce qui signifie poursuivre une politique de Grand Remplacement et, disons-le, de génocide des Français de souche.

Car, non seulement il n’est pas question de freiner, d’arrêter ou d’inverser les flux migratoires, mais il n’est pas question non plus, le gouvernement l’a dit explicitement, de revenir sur la légalisation du mariage homosexuel, alors que cette revendication est pourtant arrivée largement en tête des revendications des Gilets jaunes sur les réseaux sociaux, non plus que sur « le droit à l’avortement ». Cela n’est pas étonnant de la part d’un pouvoir pédérastique et criminel qui ne promeut que la culture de mort et que ce qui est contre-nature. Les photos ahurissantes de Macron à la fête de la musique le 21 juin dernier avec des danseurs noirs, immigrés et LGBT, puis le 30 septembre aux Antilles avec des prisonniers noirs torses nus condamnés pour crimes en disent plus long qu’un discours sur l’inverti qui nous tient lieu de chef de l’Etat. 

 

PAS QUESTION non plus pour le président de la République de contester si peu que ce soit le dogme et la nécessité de la transition écologique. Et ce, alors même que la colère et l’indignation des Gilets jaunes sont nées directement de l’augmentation vertigineuse des taxes sur les carburants au nom de la diabolisation, très suspecte, des énergies fossiles. Là encore, les Français ne sont pas interrogés sur la pertinence de cette mode — c’est un dogme auquel on ne peut toucher et qui ne saurait être contesté — mais sur les modalités du financement de ladite transition écologique. Peut-on se moquer davantage du monde ? 

De la même manière, Macron prend les Français pour des imbéciles lorsqu’il vante l’exceptionnelle liberté de parole, d’expression et d’opinion dont on jouirait en France : « La France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires. C’est aussi une des plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d’opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie. Et chaque citoyen a le droit de choisir celles et ceux qui porteront sa voix dans la conduite du pays, dans l’élaboration des lois, dans les grandes décisions à prendre. Chacun partage le destin des autres et chacun est appelé à décider du destin de tous : c’est tout cela, la Nation française. Comment ne pas éprouver la fierté d’être Français ? » 

Comment le chef de l’Etat ose-t-il tenir de tels propos, dans son message à la nation, alors même que les lois limitant la liberté d’expression et de recherche sur un nombre chaque jour plus grand de sujets n’ont cessé de se multiplier depuis quelques décennies : loi Pleven en 1972, loi Gayssot en 1990, loi Lellouche en 2002, loi créant un délit d’homophobie en 2004, loi visant à exercer un contrôle strict des réseaux sociaux, création de la DILCRAH (Délégation interministérielle à la lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT),  loi sur les fake news, etc.

Et que de surcroît la répression des manifestants est de plus en plus féroce et la dramatisation des faits les plus anodins systématique. Les pouvoirs publics et les media à leur solde voudraient-ils légitimer le tir à balles réelles sur la foule des gilets jaunes qu’ils ne s’y prendraient pas autrement.

On excuse, on nie ou on passe sous silence les violences et la brutalité policières mais chaque incivilité, réelle ou supposée, de gilets jaunes est systématiquement mise en évidence, stigmatisée, dramatisée.

Cela est tout sauf innocent et contraste avec ce qui s’était passé avec les émeutes des banlieues, aux Minguettes en 1981, à Vaulx-en-Velin en 1990 et pendant le Ramadan 2005 un peu partout en France où l’on minimisait les violences, les exactions et les déprédations des émeutiers allogènes dont aucun n’a été ni tué ni grièvement blessé à l’époque par les forces de l’ordre alors que l’on compte déjà une douzaine de morts et deux mille blessés environ parmi les gilets jaunes depuis le début du mouvement.

On ne réforme pas un régime abject, menteur et contre-nature. On le conteste radicalement et on l’abat. Le renversement de ce pouvoir rothschildien, pro-migrants et pro-LGBT est chaque jour qui passe une nécessité des plus impérieuses. Pour la survie de notre peuple et de notre nation.

Jérôme BOURBON

13/01/2019

Sainte Famille venez au secours de la France !

 

 

 

SteFamille NazarethEn ce jour où le calendrier catholique célèbre la fête de la Sainte Famille, alors que l’anarchie et le désespoir menacent gravement notre pauvre pays, puissent les familles françaises garder ou retrouver l’espérance en considérant que toute l’œuvre de la rédemption, toute l’histoire de la chrétienté, a commencé dans cette humble famille. Si Notre Seigneur a voulu naitre et vivre trente ans, sans tapage, loin des richesses, des puissants et des médias de l’époque, soumis à sa mère Marie et à Joseph, son père nourricier, n’est-ce pas pour manifester et sanctifier le rôle éminent et irremplaçable de la famille dans la société ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On déplore à juste titre que le pouvoir politique ne s’exerce plus au service du bien commun, mais d’une ploutocratie sans vergogne.

 

Le peuple de France réalise qu’il est spolié, trompé, mais sa colère, bien légitime, s’exerce sur les conséquences et non sur les causes du mal.

 

On l’a enivré d’une liberté qui l’affranchirait de toute contrainte, même de sa propre nature, d’une égalité où chacun aurait les mêmes droits et les mêmes richesses, on l’a fait rêver d’une fraternité qui n’aurait pas besoin de père ; s’il comprenait combien il a lui-même consenti à son propre abaissement, il tomberait à genoux et s’écrierait : « Père, pardonnez-moi ! »

 

La Sainte Famille nous montre le chemin : changer le monde, restaurer la société, se prépare dans les foyers, par l’exercice quotidien des vertus familiales : piété pour rendre à Dieu les honneurs qui lui sont dus, fidélité jusqu’à la mort, bienveillante autorité, respectueuse obéissance et dévouement jusqu’au sacrifice de soi. Alors peut-être pourrons-nous espérer des chefs dévoués au bien commun, des lois justes et des citoyens respectueux tant des chefs que des lois. Que la Sainte Famille soit notre modèle ! Accomplissons ce qui dépend de nous et implorons chaque jour Jésus, Marie et Joseph de secourir notre France en péril !