Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2017

Macron en chute libre .

La lune de miel entre les Français et Emmanuel Macron est terminée. D’ailleurs a-t-elle jamais commencée puisque avec une abstention plus forte que d’habitude au second tour des présidentielles, l’actuel président de la République n’avait obtenu lors de son élection que les suffrages de 43,63 % du corps électoral français (c’est-à-dire des personnes inscrites sur les listes électorales).

Aujourd’hui, 100 jours après son élection, 64 % des Français se disent mécontents de son action politique d’après un sondage Ifop publié vendredi 11 août. À la même époque, en 2012, son prédécesseur François Hollande réunissait encore 46% de personnes satisfaites...

Sur les 64% de personnes insatisfaites, 19% sont même « très mécontentes« . Près d’un quart (23%) des personnes interrogées pensent que les choses sont en train de changer « plutôt en bien« , 39% ont un avis contraire et 38% affirment qu’elles « ne changent pas ». Une chute record dans les sondages, qui lui prêtaient 62% de Français satisfaits le 7 mai dernier, quelques jours après son élection. Si 45% pensent que le chef de l’État tient ses engagements, 55% sont d’un avis contraire.

La baisse des APL, la hausse du tabac et l’augmentation de la CSG sont les mesures les plus impopulaires du moment.

Macron n’aura même pas connu de trêve estivale.

09/08/2017

Soutenir l’action de Defend Europe .

defend
 
 

09/08/2018 – 05h30 Lampedusa (Breizh-Info.com) – Lancée à l’initiative du mouvement Génération identitaire, la mission « Defend Europe »,  vise à dissuader ceux qu’elle qualifie d’esclavagistes d’amener des migrants sur les côtes européennes et à rappeler à l’ordre les ONG qui favorisent ce trafic d’êtres humains. Comme on pouvait s’en douter, cette opération n’a pas été du goût de la presse mainstream bien-pensante qui s’est déchaînée contre cette initiative. Petit tour d’horizon d’un lynchage médiatique.

Tout a commencé au mois de juin de cette année, avec une campagne d’extrême gauche relayée par toute la presse subventionnée, visant à faire bloquer les comptes bancaires (et le site Internet) de Génération identitaire, en raison d’une levée de fonds prévue pour affréter un bateau. But de l’opération des identitaires : bloquer les ONG en Méditerranée et dissuader les migrants de tenter l’aventure européenne.

Une déferlante médiatique sans précédent plus tard, Paypal, ainsi que le Crédit Mutuel, bloquaient puis fermaient les comptes bancaires de l’association. Du jamais vu. Banquiers, journalistes, et extrême gauche antifasciste main dans la main. Pour le plus grand bonheur du Parisien qui titrera : « comment les internautes ont fait plier Paypal ».

Rue 89 Lyon fera sa manchette  : « Paypal a (enfin) gelé la cagnotte des identitaires »

Tandis que Libération se demandait « comment empêcher les identitaires de saborder le sauvetage des migrants en Méditerranée ? » 

L’AFP et France 24 (service public) expliquaient : « Utilisant sans complexe le terme d' »invasion », ces militants extrémistes y expliquent qu’ils souhaitent « protéger nos pays de l’immigration illégale et si besoin tenir tête en mer aux bateaux des ONG tel que l’Aquarius« . Directement ciblées, les organisations d’aide aux migrants sont accusées par Defend Europe d’agir « à l’unisson avec les trafiquants humains ».»

Au total, des dizaines d’articles, dans l’intégralité de la presse subventionnée, dénonceront l’opération tentée par les identitaires. Seuls des médias de la presse alternative, comme Breizh-info, prendront la peine d’interroger sur leurs motivations les acteurs de cette opération.

Un lynchage en règle

Pas de chance pour nos bien-pensants, l’opération Defend Europe s’est finalement concrétisée grâce à la mobilisation de milliers d’internautes. Et une embarcation a été trouvée. La guerre médiatique pouvait reprendre :

Mi juillet 2017, France Inter évoquait « un groupe d’extrême droite » affrétant un navire pour bloquer les ONG en Méditerranée. Dès lors, tandis que le navire se rapprochait de sa destination de patrouille, les articles se sont enchainés, glorifiant les opposants à l’opération « Defend Europe » et usant de tous les qualificatifs pour tenter de discréditer ces jeunes gens opposés à l’invasion migratoire.

L’Obs titra fin juillet : « La déconfiture des identitaires antimigrants de « Defend Europe », déjà arrêtés deux fois » . Libération (encore et toujours) : « Defend europe : la nauséabonde pêche aux migrants des identitaires ». Le journal catholique La Croix – toujours en première ligne lorsqu’il s’agit d’évoquer le « drame des migrants » –  explique par ailleurs qu’un membre du Ku Klux Klan (rien que cela) serait soutien financier de l’opération.

Puis, alors que les militants ont entamé leur mission de surveillance – montrant d’ailleurs très rapidement, sur leur page facebook l’implication des ONG dites « humanitaires » dans la nouvelle traite négrière, – la presse continue ces derniers jours de se déchaîner, érigeant en héros des pêcheurs tunisiens ayant émis le souhait « d’empêcher les racistes de se ravitailler ». 

« Le C-Star repéré près des côtes tunisiennes » alertent les journalistes militants de L’Obs. « Des ronds dans l’eau de l’extrémisme » titre La Voix du Nord. « Le bateau qui chasse les migrants » titre Le Monde.

Voir la liste de tous les articles sortis à ce sujet dernièrement

Seul un journaliste (anglais, of course, pas français) du Huffington Post a pris la peine d’aller à la rencontre des militants identitaires, pour ensuite écrire un article à ce sujet.

FranceTV, toujours aussi « neutre » malgré la redevance audiovisuelle payée y compris par les Français majoritairement opposés à l’immigration, s’interroge sur les possibilités de faire stopper cette mission par l’Union européenne.

France Inter, service public toujours, ne fait pas beaucoup mieux, en s’interrogeant : « Peut-on vraiment parler de migration de masse ? ». Anthony Bellanger – qui n’a sans doute pas passé une nuit à la gare de Naples ou de Rome cet été –  y évoque « le fantasme d’une « invasion » ou du « déferlement sur nos côtes d’une vague de migrants » venue du fin fond de l’Afrique. » .

Argument de ce journaliste militant : il n’y a pas d’explosion de l’immigration … parce que les chiffres sont les mêmes que l’an passé … période de crise migratoire sans précédent. Notre homme ne cache pas ses sympathies : « Hier ce sont les pêcheurs tunisiens qui se sont mobilisés. A l’appel du syndicat historique de la Tunisie résistance, l’UGTT, mais aussi par soucis de solidarité, eux qui au quotidien sauvent des dizaines de migrants à la dérive, les magnifiques pêcheurs tunisiens ont donc empêché le C-Star de mouiller dans leur ports.».

138 euros par an pour entendre cela au quotidien…

Nul ne sait à quoi aboutira l’action de Defend Europe et du C-star, navire qui ne pourra pas stopper l’immigration à lui tout seul. Mais l’opération de communication, parfaitement réussie et maîtrisée, a le mérite :

  • d’obliger les autorités, notamment italiennes, à confirmer les liens et les trafics entrepris entre les passeurs, les ONG, et les migrants
  • de révéler définitivement, pour ceux qui avaient encore des doutes, le parti pris, intégral, de la presse française subventionnée, en faveur des migrants et de l’immigration
  • d’empêcher les dirigeants européens de continuer la politique de l’autruche vis à vis du drame humanitaire, civilisationnel, culturel, qui se joue actuellement dans la mer Méditerranée.

Guerre totale contre la presse subventionnée

Defend Europe l’a d’ailleurs parfaitement résumé dans son dernier communiqué : «Depuis notre arrivée en Méditerranée, les ONG déchantent . Defend Europe fait actuellement la Une des médias italiens : reportage dans les journaux télévisés, émissions de radios, articles dans la presse écrite… Notre impact est énorme dans un pays frappé de plein fouet par les activités des ONG et des passeurs d’immigrés clandestins.

Dans le même temps, une partie de la gauche activiste italienne nous accuse d’avoir joué un rôle dans l’immobilisation du Juventa, ce navire de l’ONG Juggend Rettet’s, pris la main dans le sac il y a une semaine, en train d’échanger des informations avec des passeurs tout en embarquant des clandestins.

Hier, nous avons intercepté un échange radio entre le Golfo Azzuro de l’ONG Open Arms et la marine italienne. Cette dernière ayant remarqué que le Golfo Azzuro était entré dans les eaux libyennes pour récupérer des clandestins lui interdisait de remonter vers les ports italiens. Suite à quoi, nous nous sommes mêlés à la conversation pour dire à l’équipage du Golfo Azzuro qu’il n’était plus le bienvenu au large des côtes de Libye.

Enfin, une autre bonne nouvelle ! Médecins sans frontières qui refuse de signer la charte proposée par l’Italie aux ONG prévoyant notamment la présence d’un policier à bord, lance un cri d’alarme : les campagnes engagées récemment contre les ONG portent un coup très dur à ses finances. MSF parle d’une « chute verticale des dons, une véritable catastrophe sur le plan financier qui risque d’entraver notre action ». Moins d’actions des ONG, c’est moins de clandestins, et donc en bout de chaîne une baisse du chiffre d’affaires des réseaux de passeurs.»

La guerre médiatique est en tout cas totale désormais, entre des médias et des journalistes aux ordres (financiers, politiques, économiques) de quelques décideurs sans frontières (d’où le rôle d’idiots utiles joué par les militants d’extrême gauche) et la presse alternative, dont le rôle est de faire contrepoids à la propagande officielle.

Yann Vallerie

08/08/2017

Collusion entre les ONG humanitaristes et les trafiquants de migrants : les preuves sont là !

 

Pendant 40 jours, un policier italien a infiltré une ONG humanitariste qui bien loin de se cantonner à sauver des migrants qui se noient pour de vrai est devenue un véritable service de taxi entre les côtes libyennes et italiennes pour des clandestins aspirant à une vie matérialiste et consumériste dans le faux Eldorado européen.

« J’ai filmé la restitution des embarcations aux passeurs »

raconte-t-il au journal italien Il Corriere della Sera.

Il a feint d’être un agent de la sécurité travaillant pour le compte d’une société privée, embarqué sur le Vos Hestia, le bateau de l’ONG « Save the children ». Il a réussi à se procurer des preuves « avec photos et vidéos des contacts entre l’équipage de la Iuventa et les trafiquants. »

L’histoire de l’immersion de cet agent secret, Luca B., 45 ans, plongeur expérimenté, au sein du monde humanitariste qui sévit en Méditerranée, commence le 19 mai dernier.

« Je dois être vigilant, parce que ils deviennent méfiants si je fais des photos ou des vidéos »

communiquait-il à ses chefs selon ce qu’écrit Il Corriere della Sera.

« A l’aube la Vos Hestia et la Iuventa se croisent en haute mer. Quelques minutes plus trad une embarcation de trafiquants s’approche. Elle reste à peu de mètres de la Iuventa, les hommes parlent avec les volontaires. Une autre petite embarcation qui escorte un canot pneumatique plein de migrants arrive ».

Ensuite il filme les embarcations rendues aux passeurs et ramenées en Libye.

Mission accomplie pour l’agent. Les preuves de la collusion entre ONG humanitaristes et trafiquants d’êtres humains sont bien là.


 

 

Le bateau Iuventa, de l’ONG allemande Jugend Rettet dont les responsables, des rejetons de la haute société d’Outre-Rhin, n’ont pas voulu signé le code de conduite élaboré par l’État italien, vient d’être saisi par la préfecture maritime du port de Lampedusa.

« La saisie du bateau Iuventa, de la très discutable ONG allemande Jugend Rettet confirme que Forza Italia avait raison. C’est nous qui avions demandé l’enquête d’informations à la commission Défense du Sénat qui s’est ensuite conclue avec le vote unanime sur la nécessité d’une réglementation des activités des ONG. Le gouvernement a agi sur la base de ces conclusions. Et aujourd’hui les chambres du Parlement ont approuvé les résolutions de Forza Italia qui demandent des actes concrets vis-à-vis des ONG »

souligne Maurizio Gasparri, de Forza Italia, vicepresident du Sénat italien.

« L’enquête de la magistrature italienne, ajoute-t-il, confirme que nous avions vu juste. Ce sont des organisations qui alimentent l’invasion de l’Italie, qui aident en pratique la traite des personnes. Ce sont des organisations qui doivent être bannies et ne doivent plus avoir le droit d’accoster dans nos ports. La saisie du bateau (survenue hier, ndlr) doit signer une inversion de la tendance. 10, 100, 1 000 saisies pour mettre fin à l’invasion de l’Italie par des immigrés extra-communautaires. »

Le juge italien Emanuele Cersosimo a ordonné une enquête concernant l’ONG Jugend Rettet avec le chef d’inculpation de favoriser l’immigration clandestine.

« Les investigations, explique de son côté la députée Forza Italia Daniela Santanchè, sont en train de démontrer que le navire Iuventa ne se limitait pas à secourir les naufragés en eaux internationales mais allait les chercher à peu de kilomètres des côtes libyennes en les chargeant directement des embarcations des passeurs. Un vrai service de taxi des mers, en-dehors d’une quelconque règle internationale ». « Ces ONG espéraient continuer à agir en-dehors de tout contrôle et au-dessus des lois mais l’Italie a des lois et il est juste qu’également ces soi-disant organisations humanitaristes soient dans l’obligation de les respecter. »

Depuis des mois maintenant certaines ONG humanitaristes qui patrouillent en méditerranée dans le but, disent-elles, de sauver des migrants sont dans le viseur des partis et mouvements patriotes et identitaires italiens et européens, de même que de Frontex, (l‘agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne). Ces organisations à but humanitariste sont accusées, en s’approchant toujours plus des côtes libyennes et en faisant des signaux aux embarcations des passeurs, de favoriser un appel d’air et d’être en collusion avec les passeurs. La plus part d’entre elles a refusé lundi dernier de signer le nouveau code de conduite établi par le ministère de l’Intérieur italien afin de mieux surveiller leurs activités.

Le procureur de Trapani, Sicile, Ambrogio Cartosio, lors d’une conférence de presse hier afin d’expliquer la saisie de la Iuventa a signalé que les magistrats italiens ont « des preuves de rencontres en mer » bien qu’ils excluent « des liens entre les ONG et les Libyens. » De même ils ne pensent que « certains aient agi pour l’argent tandis qu’en revanche il y a des indices sérieux de leur culpabilité par rapport au délit de favoriser l’immigration clandestine, commis par ceux qui sont à bord du navire Iuventa, utilisé par l’ONG Jugend Rettet ». Pour le magistrat Cartosio cette conduite  serait « habituelle » étant donné que « des personnes qui travaillent sur la Iuventa auraient transbordé sur le bateau, par deux fois, des migrants escortés par des trafiquants libyens et qui n’étaient pas en situation de danger. »

Cette affaire est autre preuve de la collusion entre ces ONG et le mondialisme à la Soros, l‘humanitarisme immigrophile étant le cheval de Troie des mondialistes. Ces jeunes bobo-humanitaristes européens se révèlent être des agents consentants et subversifs de la submersion du Vieux Continent par des peuples totalement étrangers, voie royale pour engloutir définitivement l’Europe des peuples, en phase de décomposition avancée depuis des décennies, dans un magma multi-ethnique et un pluralisme sauvage ; pour abattre d’un dernier coup de butoir immigrationniste son identité culturelle et civilisationnelle.

Francesca de Villasmundo