Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islamisation

  • Bretagne : le club de Pont-Croix intégralement africanisé ...

     
     
     
     

     Le journal socialiste « Le Télégramme » se livre à un nouvel exercice de propagande en faveur du remplacement de la population bretonne par des colons afro-musulmans.

    Le Télégramme (source) :

    Grâce à l’arrivée de jeunes migrants d’origine africaine dans son équipe senior, le club de football de Pont-Croix, dans le Cap-Sizun, retrouve le sourire. Il grimpe même au classement de la division 3. Plaisir partagé.
    En juin 2016, le Stade pontécrucien était endeuillé par la disparition de son capitaine Jean-Marc Kerninon, à l’âge de 44 ans. Il avait été victime, sur le terrain, d’un malaise cardiaque au stade de Kersudal, à Beuzec-Cap-Sizun, lors du challenge de l’Étoile sportive. Depuis, tout allait de mal en pis. De nombreux joueurs avaient quitté l’équipe. « Nous étions à deux doigts de déposer le bilan », se souvient le coach Alex Kerivel.
    « Mon fils, qui travaille dans une entreprise à Poullan-sur-Mer, a accueilli un jeune migrant pour y travailler. Il lui a demandé s’il aimait le foot et s’il voulait y jouer », raconte l’entraîneur. Lassina Dembélé est ainsi venu taper le ballon avec les gars du Stade pontécrucien en 2018. Et comme le club manquait de joueurs, il a proposé à ses amis, dans la même situation que lui, de venir le rejoindre. Ils sont dorénavant 16, sur 23 joueurs licenciés dans l’équipe senior, à venir de Côte d’Ivoire, du Mali, du Burkina-Faso ou encore de Guinée. Dans un village breton de 1 500 habitants, cela peut surprendre.
    « Nous étions vraiment mal et ils nous ont apporté du soleil », constate Alex Kerivel. « J’ai trouvé des potes et ça me donne du courage par rapport à ma situation. Je viens jouer pour le plaisir du foot », témoigne Doro Doucouré, un jeune Malien. Le truc, c’est que l’équipe ne joue pas seulement pour le plaisir, mais gagne match après match. « C’est ça le problème ! On est bons ! », plaisante le coach. « On a les moyens de faire encore mieux », encourage la vice-présidente du club, Christine Colin.
    « Pour nous, c’est un plaisir de jouer avec des mecs comme eux car humainement ce sont des gens bien », commente Maxime Cariou, président du club et joueur dans l’équipe qui évolue en Division 3. « Ils créent un autre état d’esprit que ce que nous avons l’habitude de connaître. Ils sont entiers et je reconnais qu’en partageant d’autres cultures, l’ambiance est encore meilleure », se réjouit Alex Kerivel.Grâce au centre de loisirs de Pont-Croix et son minibus, un service de ramassage est organisé par le club, les vendredis pour les entraînements et dimanches pour les matchs. Les jeunes gens n’ont, en effet, pas de moyens de locomotion et résident, pour la majorité, à Quimper et Douarnenez. « Ils sont au minimum onze voire quinze aux entraînements », se réjouit Christine Colin...
  • La France va-t-elle continuer à faire tuer ses soldats pour défendre des pays dans lesquels ils sont insultés?

     

    Après le décès de 13 militaires français au Mali le 25 novembre dernier, bien de Français s’interrogent sur la pertinacité de l’opération militaire Barkhane menée au Sahel et au Sahara par l’armée française, et qui vise à lutter contre les groupes armés salafistes djihadistes dans toute la région du Sahel. Lancée le 1er août 2014, elle prend la suite des opérations Serval et Épervier. Elle mobilise plusieurs milliers de soldats contre quelques centaines de salafistes djihadistes.

    Un récent communiqué du spécialiste de l’Afrique mondialement reconnu, le professeur Bernard Lugan, donne des éléments de réponse.

    La France va-t-elle continuer à faire tuer ses soldats pour défendre des pays dans lesquels ils sont insultés?

    Au Sahel, alors que des soldats français tombent pour la défense de pays menacés par le jihadisme, des manifestations désormais quasi quotidiennes accusent la France de « néocolonialisme » et exigent le départ de l’armée française 

    Une telle indécence a conduit le président Macron à « convier » les chefs des cinq Etats du G5 Sahel à une réunion d’ « éclaircissement » qui se tiendra 16 décembre à Pau, base du 5e Régiment d’Hélicoptères de Combat, unité qui vient de subir de lourdes pertes au Mali.

    Lors de ce sommet de la dernière chance, trois points devront  être abordés :

    1) Les accusations de « néocolonialisme » portées contre la France doivent cesser car :

    – L’armée française ne combat pas au Sahel pour des intérêts économiques puisque la région totalise moins de 0,25% du commerce extérieur de la France. Elle ne combat pas davantage pour son uranium. Sur les 63.000 tonnes extraites de par le monde, le Sahel n’en produit en effet que 2900… Quant à l’or du Burkina Faso et du Mali, il est extrait par des sociétés canadiennes, australiennes et turques. Au point de vue économique, le Sahel est donc inexistant pour la France.

    – La France consacre 0,43% de son PIB à l’APD (Aide publique au développement), soit un peu plus de 12 milliards d’euros en 2018 (7,8 mds de dons et 4,3 de prêts dont tout le monde sait qu’ils ne seront jamais remboursés…).

    Les trois-quarts le sont à destination du Sahel, soit 9 milliards d’euros directement pris dans la poche des contribuables français. Soit le prix de trois porte-avions. Employée en France, cette somme colossale aurait permis de régler définitivement la question du financement des hôpitaux et de la Justice, tout en effaçant la dette de la SNCF…

    Cependant, paraissant davantage préoccupé par le sort des habitants du Zambèze que par celui de ses compatriotes de la Corrèze, le gouvernement vient de décider, par oukase, de porter cette APD à 0,55% du PIB de la France d’ici 2022… Les « restos du cœur » n’auront donc qu’à s’adresser à la générosité publique…cependant que les « porteurs de valises » continueront à parler de « néocolonialisme » !!!

    2) L’armée française n’a pas pour vocation de combattre à la place des Africains. C’est ainsi que des dizaines de milliers de Maliens en âge de porter les armes vivent en France, notamment à Montreuil, « deuxième ville du Mali ». Touchant des subventions et percevant des allocations généreusement versées par le « néocolonialisme » français, ils laissent nos soldats se faire tuer pour eux… et à leur place.  Le comble est qu’au sein de cette diaspora, des blogs très suivis déversent quotidiennement des tombereaux  de haine sur la France et son armée.

    S’il veut être crédible, le président Macron devra donc annoncer que les animateurs de ces blogs, ainsi que leurs contributeurs les plus virulents seront expulsés de France et remis à l’armée malienne pour incorporation éventuelle.

    3) Trois questions devront ensuite être posées aux chefs des Etats du G5 Sahel, plus particulièrement à ceux du Mali et du Burkina Faso, le cas du Tchad étant différent car l’armée tchadienne a loyalement et efficacement combattu aux côtés de nos forces :

    – Combattons-nous le même ennemi ? Si oui, vous devez en fournir rapidement la preuve.

    – Désirez-vous le maintien d’une présence militaire qui coûte à la France plus d’un million d’euros par jour ? Si oui, il n’est plus question de tolérer les indécentes manifestations anti-françaises qui se déroulent à Bamako et à Ouagadougou.

    – Quels sont vos buts de guerre ? S’il s’agit du retour à l’état antérieur, quand, adossés à l’ethno-mathématique électorale, vous exploitiez vos minorités ethniques (Touareg et Peul), ce qui a provoqué la guerre actuelle, alors, votre combat n’est pas le nôtre.

    Les guerres du Sahel ont en effet des causes historiques, politiques et anthropologiques (voir à ce sujet mon livre Les Guerres du Sahel des origines à nos jours). Quant à l’actuel islamisme, il est d’abord la surinfection de plaies ethno-raciales que les responsables politiques des pays du Sahel refusent de fermer. Barkhane  ne peut évidemment le faire à leur place, sa présence n’ayant qu’un but : éviter la désintégration régionale

    Bernard Lugan

     

  • L’arabe, langue de France ? : la nouvelle campagne de propagande !

     

     

     

    Najat Vallaud-Belkacem en rêvait. Jack Lang l’a fait.

    La vieille et coûteuse égérie socialiste qui dirige l’Institut du Monde Arabe proclame que l’arabe est une langue de France !

    Avec l’argent du contribuable, l’Institut du Monde Arabe diffuse donc une campagne de propagande à l’occasion de la Fête de la langue arabe.

    Au passage, on apprend que ce machin onusien qu’est l’UNESCO a décrété une journée internationale de la langue arabe.