Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Partis politiques

  • En France, faire l’apologie du terrorisme ne suffit pas pour remettre en cause le statut d’un réfugié !

     

    En France, il vaut mieux être un Tchétchène bénéficiant du droit d’asile qu’un pauvre Français de souche dénonçant l’invasion migratoire !!

    En effet, dans une décision rendue publique le 19 février 2021, le Conseil d’Etat a estimé qu’un réfugié tchétchène condamné pour apologie du terrorisme pouvait conserver son statut de réfugié. La plus haute juridiction administrative a ainsi désavoué l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) – l’office chargé de statuer sur les demandes d’asile – qui avait retiré son statut à un réfugié tchétchène. L’Ofpra avait motivé sa décision en arguant que sa présence sur le territoire français  «constituait une menace grave pour la société». La CNDA (Cour nationale du droit d’asile) avait ensuite annulé cette décision, soulignant que les faits d’apologie publique «ne constituaient pas un acte de terrorisme», l’un des motifs nécessaires pour enclencher la révocation du statut de réfugié.

    Venant au secours du CNDA, le Conseil d’Etat, ayant été saisi, considère désormais que “faire l’apologie du terrorisme ne suffit pas pour remettre en cause le statut d’un réfugié“!

    Quand on sait que le refugié tchétchène au cœur de cette affaire a fait l’objet de quatre condamnations pénales dont une, le 18 février 2015 à Nice, «pour des faits d’apologie publique d’un acte de terrorisme», on en reste bouche bée !

    Pour justifier sa décision, la Cour relève que les délits ayant donné lieu aux condamnations du réfugié tchétchène, et notamment celui d’apologie publique du terrorisme, ne sont pas suffisants pour le priver de ses droits en France. Selon la CNDA, pour mettre fin au statut de réfugié, « la personne doit avoir été condamnée pour un crime ou un délit constituant un acte de terrorisme ». Mieux, pour enlever le droit d’asile à un ressortissant étranger sa présence doit être jugée comme une menace grave pour la société une fois condamné pour des actes de terrorisme, comme l’a fait l’OFPRA en 2017. Or, l’apologie du terrorisme n’est pas reconnue comme un acte de terrorisme…

    A l’évidence, il est plus facile, et moins dangereux, désormais d’approuver les actes de terrorisme que de barrer, symboliquement, une frontière pour montrer l’impéritie des pouvoirs publics en matière d’immigration.

    Jamais l’adage “quos vult perdere Jupiter dementat” [Ceux qu’il veut perdre, Jupiter les rend fous] ne s’est autant appliqué qu’en ces circonstances.

     

  • Le PCF, une honte abominable jamais remise en cause par le gouvernement et les divers partis politiques français .

    Le PCF, une honte française
    100 ans d’histoire et 100 millions de morts

     

    Le 29 décembre prochain, la Parti communiste français a fêté ses 100 ans. Difficile à croire, mais il existe encore un parti communiste en France, une organisation politique qui a énormément perdu de son électorat mais qui garde intact son dogmatisme idéologique. Pire, malgré son nanisme politique, il réussit encore à influencer les débats d’idées, à déteindre sur d’autres partis gauchisants et écologistes.

    Aujourd’hui, en France, fin 2020, le secrétaire du parti, Fabien Roussel, n’a pas le moindre scrupule pour « célébrer la riche histoire » de son parti « avec les yeux braqués sur le présent et vers l’avenir ».

    Pour lui, « En 2020 comme il y a cent ans, le communisme, c’est la jeunesse du monde. Et face au vieux système capitaliste, nous avons besoin d’idées radicalement nouvelles  ».

    Le système politique qui a fait le plus de morts dans l’histoire de l’humanité est fêté en France comme n’importe quelle autre doctrine et rares sont les voix qui s’élèvent contre cette sinistre mascarade alors qu’on pleure encore les victimes d’avant la chute du mur de Berlin et qu’il existe encore dans le monde des dictatures communistes qui tuent.


    Cet événement reflète lui aussi, comme bien d’autres avant lui, selon les mots d’Alain Besançon, une « amnésie » du communisme qui s’oppose à l’« hypermnésie » du fascisme et du nazisme. Aujourd’hui, c’est devenu même une fierté de se dire communiste ! Ce qui est très grave en revanche, c’est de dire à quelqu’un qu’il est noir ou de mettre en doute le réchauffement climatique…


    Combien de fois faudra t-il donc rappeler qu’il s’agit d’une idéologie criminelle au même titre que le nazisme avec lequel il s’est allié ? Dans « Le Pacte des diables », essai qui vient de paraître, l’historien Roger Moorhouse raconte la réaction du PCF à la directive de Staline en août 1939 et « l’extraordinaire discipline, véritablement unique dans l’histoire de l’humanité » du PCF qui devint le parti allié d’Hitler dans la lutte contre « l’impérialisme bourgeoise français et britannique ». Même en mai 1940, lorsque les chars allemands avaient déjà envahi la France, le PCF continuait à critiquer le capitalisme et l’impérialisme de Londres.


    Aucun autre parti n’a été autant inféodé à une puissance étrangère, la dictature soviétique en l’occurrence, que le PCF.

    Pendant des décennies, il a obéi au doigt et à l’œil eux directives de Moscou, a approuvé les pires crimes commis au nom du communisme, les a niés lorsque la vérité a éclaté et n’a jamais voulu tirer la leçon de l’échec de cette idéologie qui a laissé, partout où elle a été au pouvoir, des montagnes de cadavres et des économies en faillite.

    Faut-il aussi rappeler que ce parti – français – a organisé et participé à des actions terroristes et de sabotage en France après la fin de la Deuxième Guerre mondiale sur ordre de Moscou et qu’il a été financé par l’URSS jusqu’en 1990 ?


    Ce parti qui fête ses cent ans a réussi, avec l’aide du reste de la gauche française, à s’acquitter lui-même sans jamais tirer les leçons du passé. Cette « grande parade », comme l’a très bien nommée Jean-François Revel, a réussi alors qu’on savait ce qui se passait dans les pays communistes. L’ouverture des archives après 1990 n’a pas poussé, non plus, les idéologues communistes à un semblant de mea culpa (rappelons que même le Parti communiste italien, aussi dogmatique que son homologue français, s’est dissous et a changé de nom).


    Le cadavre du communisme bouge encore et cette « passion française » comme l’a nommée l’historien Marc Lazar, continue à faire des émules un peu partout, à gauche, parmi les jeunes, chez les intellectuels. Ce n’est pas une passion française, c’est une honte française !

     

  • Avec Macron, la tyrannie sanitaire et le fichage des Français s’intensifient !

     

    Ces temps, avec Macron, bien des dispositions politiques prises par le gouvernement de la République française, nous ramènent aux premières années 1900. Le projet de loi sur les séparatismes nous ramène à la loi de 1905, et le fichage toujours plus pointu des Français à l’affaire des fiches des années 1900-1904.

    « Le ministre de l’Intérieur  Darmanin et sa ministre déléguée Marlène Schiappa présenteront le 9 décembre prochain en conseil des ministres un projet de loi qui 115 ans après l’adoption définitive de la loi de 1905 visera à renforcer la laïcité, à consolider les principes républicains », a annoncé le Président de la République le 2 octobre dernier.

    Alors que le projet de loi sur les séparatismes sera donc présenté demain 9 décembre au conseil des ministres, la date choisie faisant référence à la fameuse loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat qui instaure le principe de « laïcité », principe religieux s’il en est quoi qu’en disent mensongèrement les bien-pensants, un décret du 2 décembre dernier passé quasiment inaperçu, mais aux lourdes conséquences pour les libertés fondamentales et la surveillance des personnes, modifie les dispositions du code de la sécurité intérieure relatives au traitement de données à caractère personnel dénommé « Prévention des atteintes à la sécurité publique » et intensifie la tyrannie sanitaire.

    Ainsi, par ces modifications de l’article R236-13 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, le gouvernement actuel vient de s’autoriser à ficher les personnes non seulement en fonction de leurs opinions politiques, leurs convictions philosophiques, religieuses ou leur appartenance syndicale, fichage déjà contenu dans les modifications apportées en décembre 2013 de ladite loi, mais aussi en fonction « des données de santé révélant une dangerosité particulière ».

    « Article R236-13 Modifié par Décret n°2020-1511 du 2 décembre 2020 – art. 3

    L’interdiction prévue au I de l’article 6 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés s’applique au traitement mentionné à l’article R. 236-11.

    Par dérogation, sont autorisés, pour les seules fins et dans le strict respect des conditions définies à la présente section, la collecte, la conservation et le traitement de données concernant les personnes mentionnées à l’article R. 236-11 et relatives :

    1° A des signes physiques particuliers et objectifs comme éléments de signalement des personnes ;

    2° A des opinions politiques, des convictions philosophiques, religieuses ou une appartenance syndicale ;

    3° A des données de santé révélant une dangerosité particulière.

    Il est interdit de sélectionner dans le traitement une catégorie particulière de personnes à partir de ces seules données. »

    L’Etat pourra donc, au nom de la « sécurité intérieure », – et foin du secret médical -, obtenir et conserver les données médicales des Français et assimiler un tel ou un tel, parce qu’ils auront refusé les diktats vaccinaux et la doxa du scientifiquement correct, à de dangereux « terroristes », du même acabit que les islamistes égorgeurs sans que ces derniers soient vraiment inquiétés ...

    Au début du XXe siècle ce furent l’administration préfectorale, les loges maçonniques du Grand Orient de France et d’autres réseaux de renseignement qui établirent des fiches sur les officiers, afin de décider de l’avancement hiérarchique et des décorations à attribuer, et permirent ainsi de mettre en place un système où l’avancement des officiers républicains, francs-maçons ou libre-penseurs était favorisé tandis que la carrière des militaires nationalistes et catholiques, – conviction religieuse qui équivaut, pour le Grand Orient et le cabinet du général André, ministre de la guerre de l’époque, hostilité à la République -, fut entravée, dans le but de s’assurer de la loyauté de l’armée au régime en place…

    Rien de nouveau sous le soleil républicain en ce début de XXIe siècle : sous Macron, ce sont encore l’administration préfectorale et autres institutions gouvernementales, les loges maçonniques et d’autres réseaux de renseignement qui établissent des fiches contre tous les déviants à la pensée unique, dans le but de s’assurer non de la loyauté mais de la soumission des Français au régime en place!