Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2017

Censure : Leetchi ferme la cagnotte des identitaires de Poitiers… et fermait les yeux sur les cagnottes islamistes !

Censure : Leetchi ferme la cagnotte des identitaires de Poitiers… et fermait les yeux sur les cagnottes islamistes

 
 
 
Share on Facebook
Tweet on Twitter
 

 

Le site participatif de don en ligne Leetchi, qui a récemment fermé la cagnotte de cinq militants identitaires condamnés pour avoir déroulé une simple banderolle sur le chantier de la mosquée de Poitiers, a été épinglé en retour par des internautes engagés : plusieurs de ses cagnottes serviraient des causes islamistes.

Leetchi avait récemment fermé la cagnotte des militants identitaires qui avaient été condamnés à 5 ans de sursis le 7 décembre pour avoir occupé le toit d’une mosquée en construction à Poitiers en 2012. La cagnotte devait rembourser les frais d’avocat du dossier, ce qui est légal, mais Leetchi, après avoir défendu la démarche, a fini par se rétracter : dans un mail envoyé à Damien Rieu, l’un des cinq condamnés, l’équipe du site explique qu’elle n’a « pas pu collecter assez d’informations concernant la provenance des fonds » et qu’elle est dans l’obligation de bloquer la collecte.

En réponse, les militants identitaires ainsi que le site Fdesouche ont relevé plusieurs cagnottes douteuses, très vraisemblablement affiliées aux salafistes, que Leetchi avait visiblement contrôlé avec bien moins de zèle que la leur.

Leetchi avait donc laissé passer, par exemple, un appel aux dons qui a récolté plus de 11 000 euros pour la mosquée « Masjid Sounnah » du boulevard National, à Marseille. Mosquée dont la préfecture de police de la ville a ordonné la fermeture lundi pour six mois. Son imam est présenté par le préfet comme « une référence du salafisme » qui s’inscrit « dans la mouvance islamiste radicale »

D’autres cagnottes du même ordre ont été épinglées, comme celle qui totalise plus de 8000 euros, collectés auprès de 190 participants pour rembourser les dettes de la mosquée Abou Bakr Essedik, à Roubaix. La Voix du Nord indiquait en 2015 que cette mosquée a accueilli trois fois un cheikh saoudien interdit d’accès en France en tant « qu’individu susceptible de troubler l’ordre public en raison de ses prêches islamistes radicaux ».

Une autre demande d’argent vient en aide à une « famille muhajirun » (entendez : qui a quitté son pays), recommandée par plusieurs prêcheurs : l’un d’eux, Youssef Abou Anas, est cité comme un prédicateur « au discours extrémistes » par Libération, tandis qu’un autre, Abou Luqman, a été gouverneur de la ville de Raqqa, en Syrie, sous l’égide de l’État Islamique. etc ....

(Source : Valeurs Actuelles)

 

13/12/2017

Suicide collectif français .

L’illusion populiste

C’était il y a un an. Toute la gauche jacailleuse et écrivailleuse, les politologues et sociologues, les journaleux à prétentions intellectuelles, surjouaient l’affolement. Le Brexit, l’élection de Trump, la présidentielle autrichienne où les deux grands partis de gouvernement, sociaux-démocrates et conservateurs, n’avaient réuni ensemble que 22 % des voix : la « vague populiste » triomphait et allait tout emporter. Marine Le Pen peut être élue présidente de la République, si, si, on vous l’assure. En face, surtout parmi les rescapés de ce qu’on appelait jadis la Nouvelle Droite, certains faisaient chorus. Dans un livre superficiel au point d’en être gênant, Alain de Benoist célébrait « le moment populiste ». « Année après année, jubilait-il, le mouvement s’accélère ».

 

Les imposteurs du populisme

 

Las, depuis un an, ce sont les échecs qui se sont accumulés. Le système a partout repris la main.

La présidentielle française a vu l’effondrement politique et personnel du marinisme et l’élection, en la personne d’Emmanuel Macron, d’une figure ostentatoire des élites mondialistes.

Le Parti conservateur autrichien n’a eu qu’à se doter d’un nouveau chef de file, jeune, souriant et sans cravate, pour arriver largement en tête aux dernières élections ; comme les sociaux-démocrates, de leur côté, ont été dopés par le vote immigré, les populistes de la FPÖ ont même manqué la deuxième place.

Surtout, Donald Trump a renié son programme de campagne. Il avait promis d’expulser les clandestins par millions : on s’achemine de plus en plus clairement vers une amnistie massive, tout au plus adoucie par quelques mesures cosmétiques de renforcement des frontières. Ce que le lobby immigrationniste n’avait pu faire sous Obama est en passe de s’accomplir sous Trump. Nous ne saurions, nous autres Français, nous étonner de ce paradoxe : nous l’avons vécu avec Sarkozy, élu en parlant de racaille, de kärcher et d’identité nationale, et dont la politique fut ce que l’on sait.

À chacune de ces déroutes et de ces trahisons, il est des causes individuelles. Sarkozy passant de sa Cécilia à sa Carla, Marine Le Pen entre son gourou et son concubin, Trump dominé par sa fille et son gendre Kushner : autant de situations particulières, encore que, même à ce niveau, on puisse relever certaines similitudes. Mais elles trahissent un fait général, à savoir la médiocrité, pour ne pas dire davantage, des dirigeants populistes.

Le populisme est par excellence le créneau politique des charlatans. C’est qu’il est avant tout, aujourd’hui, un style de communication. Des candidats de tout bord s’évertuent à « faire peuple », « proche des gens », se font photographier en bras de chemise ou avec un casque de chantier, exhibent sur les plateaux de télévision des émotions “sincères” méticuleusement répétées avec des escouades de communicants surpayés. Laurent Wauquiez, grand bourgeois parisien hyper-diplômé, est en ce moment un exemple désopilant de cette comédie. 

Parmi les « populistes de droite » — ceux qui parlent d’immigration et d’Islam, en bravant un peu, dans des limites bien circonscrites, le politiquement correct —, certains, tels Trump, Sarkozy ou Marine Le Pen, sont très réellement grossiers et incultes, ne sachant rien, ne lisant jamais : ils jouent leur propre rôle. Mais cette vacuité intellectuelle et morale comporte aussi une complète absence, ne disons pas même de convictions, mais de repères politiques. Elle les livre à toutes les influences. Juste assez malins, le temps d’une élection — je parle de Sarkozy et de Trump —, pour comprendre qu’une ligne de droite populiste leur fera gagner des voix, ils ne sont pas capables de s’y tenir une fois élus : il leur y faudrait une fermeté presque héroïque, ou alors une espèce d’âpreté révolutionnaire, et où les puiseraient-ils ? 

On peut, bien entendu, parler d’immigration, et se faire entendre, sans recourir à la rhétorique populiste. Enoch Powell, après son discours des fleuves de sang en 1968, reçut plus de cent mille lettres de félicitations, et les dockers de Londres se mirent en grève pour le soutenir. Powell s’habillait comme un gentleman, parlait comme un gentleman, et son prestige dans les milieux populaires venait précisément de ce que, sans rien renier de ce qu’il était, cet homme d’une immense culture savait donner forme à ce qu’ils éprouvaient. Jean-Marie Le Pen, à l’époque où personne ne parlait encore de populisme, fit du Front National un grand parti ouvrier en émaillant ses discours d’imparfaits du subjonctif et de citations latines. Il est vrai que le niveau culturel moyen, il y a cinquante ou même trente ans, était autre chose que ce qu’il est aujourd’hui. Le fait est que la critique de l’immigration, du moins celle qui est relayée dans les gros médias et obtient un impact électoral, est devenue le monopole des politiciens populistes, c’est-à-dire de gens qui sont, par définition, des imposteurs : dans ce qu’ils disent, dans la manière dont ils le disent, ou dans les deux à la fois. Et à ces professionnels de l’abus de confiance, le bon peuple, hélas, apporte sa confiance.

 

Le suicide des peuples

 

C’est pour Alain de Benoist un axiome que « le peuple est parfaitement compétent pour distinguer ce qui est politiquement bon et politiquement mauvais, ce qui satisfait ses aspirations et ce qui les déçoit ». L’auteur qui, comme chacun sait, n’a rien à voir avec « l’extrême droite », se borne à signaler que celle-ci, de Joseph de Maistre à Maurras, poussa la méchanceté jusqu’à rejeter la démocratie. Rien n’est pourtant plus évidemment vrai que ce qu’écrivait Maistre en 1796, dans ses Considérations sur la France : « Le peuple craint, dit-on ; le peuple veut, le peuple ne consentira jamais ; il ne convient pas au peuple, etc. Quelle pitié ! le peuple n’est pour rien dans les révolutions, ou du moins il n’y entre que comme instrument passif […]. Le peuple, si la monarchie se rétablit, n’en décrétera pas plus le rétablissement qu’il n’en décréta la destruction, ou l’établissement du gouvernement révolutionnaire ».

Aucun de nos changements de régime depuis 1789 n’a été le résultat d’un vote populaire : tout au plus le peuple fut-il appelé à ratifier le fait accompli, ce qu’il ne manqua jamais de faire. L’ex-Nouvelle Droite, qui est devenue gaulliste en même temps qu’elle est devenue démocrate, donne volontiers De Gaulle en modèle de populisme. Oui, vous avez bien lu, De Gaulle, celui qui répétait : « Les Français sont des veaux ». Est-ce donc, désormais, « le peuple » qui l’a ramené au pouvoir en 1958 ? On s’était mis dans la tête que c’était un coup d’État militaire doublé d’un joli petit complot. 

On voudrait pouvoir croire qu’un peuple, à l’heure ultime, quand il voit devant lui le choix entre la vie et la mort, est capable d’un accès de lucidité et d’énergie qui, en démocratie, s’exprimerait dans les urnes. L’expérience, hélas, donne tout lieu d’en douter. Il est des peuples qui se suicident. Paul Bourget le soulignait dès 1909, au sommet de l’entreprise anti-religieuse de la Troisième République : « Notre langue est, comme notre race, pénétrée, pétrie de catholicisme. Nous enlever cette religion de nos origines et de nos dix siècles d’histoire, c’est proprement nous dénaturer. Besogne meurtrière à laquelle il semble parfois que notre pays se voue, dans des accès d’une sorte de psychose collective. Ces véritables impulsions au suicide, — car certaines erreurs, adoptées par la majorité, équivalent à la mort volontaire, — se traduisent par bien des signes. » Il arrive même que le suicide soit physique.

En 1992, aux dernières élections de l’Afrique du Sud blanche, plus des deux tiers des votants se prononcèrent pour la fin de l’apartheid, c’est-à-dire pour leur propre génocide. F. W. de Klerk eut ce commentaire triomphant qui était en même temps un effroyable aveu : « L’électorat blanc s’est élevé au-dessus de lui-même ». Il s’est élevé au-dessus de lui-même… Il s’est aboli, auto-génocidé, condamné à disparaître de la face de la terre.

Les 82 % de Français qui, en 2002, plébiscitèrent Chirac contre Le Pen, firent un choix du même ordre. On dira que ces votes étaient biaisés, tant était flagrante la disproportion des moyens en faveur du pouvoir en place, que les électeurs furent trompés quant aux véritables enjeux, manipulés par une gigantesque propagande. Mais il ne s’agit pas de savoir ce que pourraient être des élections dans un monde idéal. Il s’agit du suffrage universel tel qu’il s’exerce hic et nunc, dans les sociétés occidentales, où l’argent et les médias ont le pouvoir que l’on sait.

Prétendre que, dans ces conditions, le peuple — au sens politique, le peuple comme populus ou démos — est « parfaitement compétent pour distinguer ce qui est politiquement bon et politiquement mauvais », c’est par trop se moquer du monde!

Est-il besoin d’ajouter que le corps électoral comprend une proportion toujours croissante d’allogènes, lesquels, dans leur écrasante majorité, pratiquent le vote ethnique, en faveur des candidats les plus immigrationnistes et islamophiles ? Dans à peu près toutes les métropoles d’Europe occidentale, il est d’ores et déjà impossible à un parti de droite populiste de l’emporter, tant la substitution de population est avancée. Si l’espoir en un sursaut salvateur du suffrage universel était déjà illusoire au siècle dernier, qu’est-il aujourd’hui ? ...

Triomphe des fausses valeurs et des imposteurs de tous bords .

Les gazettes, les radios et les télévisions en ont vraiment fait des tonnes à propos de la mort à vingt-quatre heures d’intervalle de Jean d’Ormesson le 5 décembre et de Johnny Halliday le jour de la Saint Nicolas. Editions spéciales, hors-série, soirées exceptionnelles, l’on n’a reculé devant aucune démesure, aucun dithyrambe, aucun excès. Drucker y est allé de sa larme à l’œil à la fin de son émission en forme de panégyrique, et place de la Madeleine, le jour des obsèques où, contrairement à ce qu’ont dit les media, il n’y eut pas de messe mais seulement une cérémonie d’hommage, l’on a pu voir une banderole avec pour inscription « Johnny notre Dieu », signe manifeste d’une impressionnante idolâtrie et parallèlement témoignage de la profonde et totale déchristianisation de la quasi-totalité des Français.

 

Autrefois on honorait les saints, les héros, les martyrs dont la vie exemplaire, les vertus exceptionnelles et les hauts faits étaient un modèle à même d’enthousiasmer les intelligences, d’enflammer les âmes, d’embraser les cœurs. L’on contait les exploits du chevalier Bayard sans peur et sans reproche, l’on relatait par le menu la destinée extraordinaire de sainte Jeanne d’Arc, l’on évoquait avec fougue la mémoire des quarante rois qui ont fait la France, l’on vénérait tous les saints patrons de notre patrie, de saint Martin dont la chape, dans les temps anciens, trônait en tête des armées, à saint Louis, qui rendait la justice sous son chêne, fit construire la Sainte Chapelle et partit en croisade pour délivrer le tombeau du Christ. On évoquait saint Roch et son chien, saint François parlant avec ses amis les oiseaux, sainte Jeanne d’Arc conversant avec saint Michel, sainte Catherine et sainte Marguerite. On célébrait avec faste chaque 28 janvier la saint Charlemagne pour rendre hommage à ce grand empereur. On donnait en exemple à l’école, dans la famille la vie et les œuvres des personnages illustres et des grands hommes.

 

Aujourd’hui, puisqu’on honore plus ni les rois ni les saints ni les martyrs, puisque l’on n’a plus d’idéal spirituel et national, puisqu’il n’y a plus ni convictions ni certitudes ni foi ni colonne vertébrale, il ne reste que la société du spectacle et de l’argent-roi. Le monde moderne repose sur le vide et sur le règne de Mammon, c’est pourquoi l’on divinise des milliardaires dégénérés, des sportifs dopés, des saltimbanques cocaïnomanes, américanisés et multidivorcés, des écrivains habitués du petit écran qui ne font qu’enfoncer des portes ouvertes, des carpettes infatuées d’elles-mêmes qui cochent méticuleusement toutes les cases du conformisme et de la bien-pensance. Ce monde ne propose au public que des héros fatigués, des marchandises avariées, des personnages frelatés, des individus faisandés. Les hommes, il est vrai, ont les héros et les chefs qu’ils méritent.

 

 

 

Dans ce déluge d’hommages, l’information est passée quasiment inaperçue, mais au moment même où la France pleurait son Johnny, qui adopta deux enfants non européens, se maria cinq fois, refusa toujours de chanter aux BBR alors qu’il se rendait régulièrement à la Fête de l’Huma et participa activement cinq ans durant à l’américanisation du pays et à la révolution des goûts musicaux, Laurent Wauquiez était triomphalement élu à la présidence des Républicains. Ce qui n’est pas un événement politique totalement anodin, même s’il était attendu. Le 10 décembre, l’homme de 42 ans a en effet obtenu 74,64 % des voix, devant la filloniste Florence Portelli (16,11 % des voix) et le juppéiste Maël de Calan (9,25 %). Alors que les dirigeants du parti craignaient une participation famélique, entre 50 000 et 80 000 votants, 99 597 militants se sont officiellement exprimés sur les 234 556 adhérents à jour de cotisation, soit 42,46 % de participation. « Ce soir, c’est le début d’une nouvelle ère pour la droite », s’est félicité l’heureux élu selon lequel « la droite est de retour », formule qui était d’ailleurs son slogan de campagne. « Il faut reconstruire la droite », a également déclaré le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Désormais à la tête d’un camp dont tous les anciens chefs sont tombés à la primaire puis à la présidentielle, Wauquiez avait vu un boulevard s’ouvrir devant lui avant l’été, ses principaux concurrents (Valérie Pécresse et Xavier Bertrand) ayant renoncé à l’affronter, sachant qu’ils n’avaient aucune chance de le battre.

 

Cette victoire est objectivement une très mauvaise nouvelle, une de plus, pour Marine Le Pen tant Wauquiez, reproduisant la stratégie de Sarkozy en 2007, a choisi de droitiser son discours. Au cours d’une campagne active où il a sillonné toute la France (plus de 70 déplacements contre 11 seulement pour la présidente du FN jusqu’au congrès de Lille en mars 2018 !), Wauquiez a choisi de séduire l’électorat le plus droitier en utilisant les codes, les formules, les thèmes susceptibles de le faire tomber dans son escarcelle. Se voulant le héraut d’une « droite qui ne s’excuse pas d’être de droite », le sémillant quadragénaire a évoqué la question de l’immigration, a loué « une majorité silencieuse » méprisée par le pouvoir en place et a appelé à un référendum sur un nouveau traité européen permettant de retrouver la maîtrise des flux migratoires. Il s’agit là évidemment de promesses démagogiques qui ne seront jamais tenues mais cette stratégie de séduction de l’électorat frontiste peut à nouveau fonctionner, dix ans après, compte tenu du discrédit personnel et politique de Marine Le Pen.