Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Médecine

  • L’avortement, première cause de décès dans le monde en 2021 .

    La société Worldometer a publié le 31 décembre un rapport montrant que l’avortement a été la première cause de décès dans le monde en 2021 avec 42,6 millions de morts. Cela élève l’avortement au niveau d’un génocide.

    Plus de 42 % de tous les décès survenus en 2021 concernaient des enfants assassinés dans le ventre de leur mère, selon le Worldometer, un site de référence, exploitant les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les décès, toutes causes confondues, se sont élevés à 101,5 millions de personnes : ceux dus à l’avortement à 42,6 millions.

    Les décès dus à toutes les autres causes combinées s’élèvent à 58,7 millions.

    Ainsi, l’avortement a tué plus de personnes que le cancer, le sida, la malaria, les accidents de la route, etc.

    Si l’on compare ce chiffre au nombre de décès dus au Covid 19, qui, selon l’OMS, s’est élevé à environ 3,5 millions dans l’année, il est douze fois plus élevé. On peut mesurer l’ampleur du génocide de vies innocentes à naître.

    Worldometer a été reconnu comme l’un des meilleurs sites de référence par l’American Library Association, rapporte Breitbart. Cette organisation est dirigée par une équipe internationale de développeurs, de chercheurs et de bénévoles dont l’objectif est de réaliser des statistiques mondiales.

    Le crime de l’avortement, commis contre des innocents sans défense, crie vengeance devant Dieu, selon l’expression biblique.

    Et certains se demanderont pourquoi nous sommes frappés par les maux d’aujourd’hui…

     

  • Quand Macron se vante d' « emmerder » les non vaccinés…

    C’est une véritable passe d’armes qui a eu lieu à l’Assemblée nationale. On se rappelle la séance interrompue en raison de l’absence des députés LREM qui avait donné à Jean Castex l’occasion de rouspéter contre des députés qui selon lui s’adonnaient à de la basse politique politicienne tandis que le gouvernement s’engageait dans une course mortelle contre la montre. La ficelle est grosse mais qu’importe. Cette nuit, ce furent les mots du chef de l’Etat dans une interview donnée au Parisien qui ralluma l’incendie.

    Quand Macron veut « emmerder » les non vaccinés…

    Des propos et un ton insultants pour les millions de compatriotes qui, pour avoir refusé de se soumettre à la dictature sanitaire et à la vaccination forcée, n’en restent pas moins des Français à part entière ! Ces déclarations lamentables n’ont d’ailleurs pas tardé à susciter la colère des réseaux sociaux. Au point que, dans l’après-midi, le hashtag #boycottLeclerc s’était hissé en tête des tendances, avec plus de 40 000 tweets ! On observera toutefois que Michel-Edouard Leclerc ne faisait, au fond, que reprendre le ton de Macron lui-même. En effet, interviewé mardi par Le Parisien,  ? Indignes d’un chef de l’Etat, en raison bien sûr de leur grossièreté, mais plus encore parce qu’ils jettent l’anathème sur une partie du peuple français qui ne le mérite nullement, ces propos ont eux aussi, et fort justement, immédiatement suscité un scandale au sein de la classe politique française qui, pour partie, a condamné avec force cette ignoble sortie de Macron. A commencer par Marine Le Pen qui, jugeant celui-ci « indigne de sa fonction », a dénoncé très justement ce « garant de l’unité de la nation (qui) s’obstine à la diviser et assume vouloir faire des non vaccinés des citoyens de seconde zone ». Autre problème dans l’interview : le fait d’assumer que selon lui, les non vaccinés sont des irresponsables et que « un irresponsable n’est plus vraiment un citoyen ». Des mots d’une rare violence qu’il aura été incapable d’employer contre les terroristes et autres criminels!!

    Rappelons-le une nouvelle fois, être non vacciné n’est pas encore illégal. Ces gens que Macron insulte n’ont rien commis d’illégal, ils ne sont coupables de rien d’autre que de n’avoir pas confiance dans la parole politique d’un Véran ou d’un Castex. 

    A croire que Macron a oublié qu’il était le président de tous les Français, on peine à concevoir que cette parole est une erreur, tout porte à croire qu’il savait précisément ce qu’il disait en tenant de tels propos, reste à savoir si son calcul est bon, à première vue c’est le genre de phrase qui peut détruire une candidature. Hollande a bien été incapable de se représenter car un « Président ne devrait pas dire ça ». Bis repetita ?

     

  • les vrais chiffres des malades du COVID

    « Au cours de l’année 2020, les patients Covid représentent 5% de l’ensemble des patients pris en charge en service de soins critiques.» et « 2% de l’ensemble des hospitalisations ».

    Le rapport de l’ATIH 2020, l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation, vient de sortir. C’est une bombe il détruit les fables du covid-19.

    Les patients covid représentent 2% des hospitalisés en 2020, 5% de l’ensemble des patients pris en charge en service de soins critiques, O6% des plus de 80 ans sont décédés du covid, l’insuffisance cardiaque tue plus de 15% des plus de 80 ans.

     

    Il faut écouter le médecin de plateau Martin Blachier, transformé en girouette par la faute du covid, qui après avoir été alarmiste, vaccinaliste, hygiéniste, se rend compte que l’épidémie n’était peut-être pas si grave qu’on a voulu nous le faire croire : « "CV" est 2% des hospitalisations. C’est très très loin de l’image qu’on en a c‘est-à-dire pendant toute l’année 2020 des servcies hospitaliers qui étaient plein à rabord de patients covid qui faisait que les autres patients ne pouvaient plus rentrer à l’hôpital. »  « Le fait que la Covid cible plus les gens ayant des comorbidités, veut dire que quand il y aura une immunité suffisante dans la population, très probablement que la covid deviendra une maladie moins sévère que la grippe » ajoute-t-il.

    « En 2020, seulement 2% des hospitalisations étaient liées au Covid […] 5% en Réa. On a donné l’impression que les services étaient pleins à craquer de patients covid et en fait ce n’était pas le cas. […] La peur a été disproportionnée » analyse la psychologue Marie-Estelle Dupont.

     

    Malgré ces données, l’extrêmement faible taux de mortalité, Macron et son sous-fifre Véran ne veulent pas revenir à la raison, et traiter le covid comme une simple maladie. Le passe sanitaire est toujours de rigueur, la vaccination pareillement !

    Une bonne dose de preuves est cependant réunie dans ce rapport officiel contre l’alarmisme disproportionné des médecins et du gouvernement, et leurs mesures coercitives et liberticides. Cela débouchera-t-il sur un covidgate ? Rien n’est moins sûr, au vu de la soumission des médias maisntream au narratif covidien gouvernemental, nécessaire pour imposer le faux passe sanitaire mais vrai passe politique de contrôle social des populations.