Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2017

Scandaleuse entrée à l’Assemblée de Danièle Obono, proche des Indigènes de la République !

 

 
Scandaleuse entrée à l’Assemblée de Danièle Obono, proche des Indigènes de la République : l’AGRIF réclame sa démission.
 

 

L’AGRIF manifeste son indignation quant à l’arrivée à l’Assemblée Nationale d’une députée du parti La France insoumise, compagnon de route des Indigènes de la République. La dénommée Danièle Obono, Gabonaise d’origine, passée par le NPA, est une proche du mouvement raciste d’Houria Bouteldja, Saïd Bouamama et autre « militants anti-colonialistes » fanatiquement anti-français et anti-blancs : elle a donc très vite été repérée comme signataire d’une pétition de soutien au rappeur Saïdou et à Bouamama lorsque l’AGRIF les a assignés en justice pour le morceau de rap et le livre Nique la France.

Quand les journalistes de la radio RMC lui demandent des justifications pour cette accablante prise de position, elle répond qu’elle défendait « la liberté d’expression de cet artiste, parce que ça fait partie des libertés fondamentales ». Et dirait-elle « vive la France ! » maintenant qu’elle est devenue députée ? C’est avec une gêne mêlée de dégoût que Mme Obono répond : « Pourquoi vive la France? Oui je peux dire vive la France, mais pourquoi? Pour le 14 juillet? ».

Les adhérents et sympathisants de l’AGRIF imaginent bien à quel point cette déclaration d’amour à notre pays, même purement verbale, répugne aux militants du PIR qui font de la France l’objet de leur insondable ressentiment.

Ces déclarations ont heureusement entraîné un certain nombre de protestations de la part d’hommes publics, au Front National et au parti Les Républicains avec Thierry Mariani en particulier, mais pas avec l’ampleur que l’on serait en droit d’attendre.

L’enquête menée par le site Fdesouche a rapidement montré que cette Gabonaise d’origine, présentée comme « bibliothécaire et chercheuse en anthropologie sociale » sur son blog où elle arbore en image de profil le symbole des Black Panthers, a participé récemment, avec deux autres candidats France insoumise, à un forum du groupe Paroles d’honneur, parrainé entre autres par Houria Bouteldja, Françoise Vergès et la fille de Franz Fanon.

Antérieurement, elle a été de la plupart des actions des Indigènes de la République : signature de « l’appel contre l’islamophobie et le racisme d’Etat », de « l’appel à un printemps des quartiers populaires » et autres pétitions où l’habituelle prose islamo­-gauchiste de ce mouvement exprime toute la détestation rabique, celle des révolutionnaires nihilistes de 1793 et de 1917, que notre pays lui inspire.

L’AGRIF constate avec la plus vive inquiétude que La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon est devenu le refuge et le lieu de promotion des militants de l’anti-France héritant autant du marxisme internationaliste et de tous ses dérivés gauchistes que du discours dit « anti-colonial », né dans les universités américaines puis croisé en Europe avec les revendications islamiques.

Mme Obono est loin d’être un cas isolé dans ce parti dont la nocivité apparaît de plus en plus clairement. Ainsi, Mélenchon lui-même, dont Obono est une des porte-paroles, déclarait en entrant dans le Palais Bourbon, à la vue du drapeau européen dont les étoiles rappellent la symbolique mariale : « Franchement, on est obligé de supporter ça ? Attends, c'est la République française ici, ce n'est pas la Vierge Marie. » Preuve, s’il en fallait, de la congruence de l’extrême-gauche (ici maçonnique) antichrétienne et de la haine antifrançaise contre laquelle l’AGRIF a été seule à agir concrètement et continuera de le faire.

En conséquence, l’AGRIF réclame la démission de Danièle Obono de son poste de député et appelle tous les mouvements, politiques ou non, attachés au respect des patries à faire de même.

 

Affaire AGRIF-Obono : proposition de débat au camarade Mélenchon.
 

On pouvait s’y attendre, le camarade Mélenchon est monté au filet pour défendre son élue Danièle Obono interrogée sur ses positions en faveur des racistes antifrançais : le pseudo-penseur Saïd Bouamama et le rappeur Saïdou, militants algériens derrière l’islamo-gauchiste Houria Bouteldja. Cette dernière, révisionniste et négationniste de l’histoire de la colonisation et de l’esclavage, distille en effet une idéologie de haine coontre la France selon elle raciste et esclavagiste sans jamais considérer les réalités séculaires de l’esclavagisme turco-arabo-musulman.

Et voilà que le camarade Mélenchon, avec le plus parfait mépris léniniste de la vérité, distille sa colère dans un surréaliste amalgame de l’AGRIF (qui n’est pas d’extrême-droite alors qu’il est, lui, d’une archaïque extrême-gauche) et de milliardaires propriétaires des médias.

Je lance pour ma part au camarade Mélenchon, à madame Obono comme à Houria Bouteldja le défi de débattre loyalement avec moi et deux de mes amis sur les contradictions racistes de l’antiracisme.

B. ANTONY

 

31/05/2017

Il sera toujours impossible de modifier le sexe génétique .

Nous avons en général une vision fixiste de ce qui est appelé le gène. On s’imagine volontiers que le gène d’une maladie particulière peut s’enlever comme on le ferait par exemple d’une verrue ou d’une tâche d’encre sur son costume. Or il n’en est rien. Le gène peut plutôt se comparer à une zone d’influences. Un caractère ou une maladie donnée correspondent à plusieurs influences génétiques. Autrement dit les gènes ont des relations entre eux. De plus dans le tissu cellulaire (cytoplasme) existent des centres épigénétiques (autonomes) qui eux-mêmes entrent en relation avec plusieurs gènes. Il est aussi un autre élément que sont les mitochondries, petits organites que l’on pensait être de simples batteries des cellules et dont on découvre actuellement l’influence sur le génome (l’ensemble des gènes). Enfin et surtout les deux tiers de ce que nous sommes à ce jour dépend de l’apport sociétal. Un exemple simple : le fait de fumer du cannabis a une action sur 86 gènes. L’ensemble est d’une complexité inouïe. Nous avons été les premiers à nous enthousiasmer de la découverte du « couteau à gènes » par notre compatriote Emmanuelle Charpentier en Suède. Or son associée Jennifer Dudna a été là pour nous rappeler que ce n’était pas si simple que cela.

Dans notre article précédent sur la question du changement de sexe, nous avions mentionné la publication en février dernier des travaux effectués par deux Israéliens de l’Université de Tel Aviv, Moran Gersho et Shmuel Pietrokovski.  Bien sûr, le génome de l’homme et de la femme sont très proches, sinon l’espèce humaine n’existerait pas. Mais chaque gène a toujours une expression différente qui dépend d’informations multiples comme expliqué ci-dessus. Mais ces informations peuvent être neutres ou mauvaises. En clair en changeant un seul gène nous pouvons rameuter une série de potentialités à des maladies, voire entraîner des mutations diverses de l’organisme récepteur.

Le corps humain comporte 54 tissus différents. Chacun d’entre eux peut être impacté par le changement d’un seul gène qui lui-même peut rameuter plusieurs milliers d’autres gènes bons ou mauvais. Or ce que ces deux savants ont constaté est étonnant. Changer un seul des 1559 gènes concernés par la différence entre les sexes, est susceptible d’entraîner chez le receveur un ensemble de mutations délétères sur 6500 autres gènes ; le tout aboutissant dans tous les cas à créer une ou plusieurs maladies. Pourquoi ? Parce qu’il y aura des conflits entre les gènes du donneur et de receveur.

En réalité les tissus de l’homme et de la femme sont complètement différents. Prenons un exemple simple qui fera plaisir aux féministes. Il apparaît que génétiquement le cerveau de la femme est plus compétent que celui de l’homme. Théoriquement une femme voulant être un homme non seulement perdra cette compétence mais ensuite le ou les gènes modifiés induiront des mutations infiniment dangereuses voire mortelles pour elle.

La conclusion est simple : on ne modifiera jamais le sexe génétique ; si on essaye de le faire, le résultat sera dans tous les cas très péjoratif voire effroyable. C’est donc bien une vue nouvelle de toute la génétique qui nous est présentée. Elle explique la lenteur des progrès obtenus en thérapeutique médicale par cette voie.

On comprend que face à la nature, le changement de sexe n’est qu’une idéologie cauchemardesque hors de la réalité. Les terribles mutilations chirurgicales et hormonales des transgenres et le rouge à lèvres n’y changeront rien.

Dr. Jean-Pierre Dickès

 

25/04/2017

Avec Macron, on prend les mêmes et on continue ! ...

Le bankster macron, le poulain des internationnalistes-capitalistes-libertaires, le sorti de nulle part propulsé sur le devant de la scène par des médias au collier dont il est le chouchou, sera donc au deuxième tour de l’élection présidentielle face à Marine Le Pen.

Lors de son discours d’hier soir, pendant l’annonce des résultats du premier tour, il a fait son show !

On en retiendra la pauvreté sidérale et l’abyssale banalité des mots.  Une suite de paroles sentimentales et creuses, d’un français approximatif, du genre « Vous avez donné vos jours, et quand il ne suffisait pas vous avez donné vos nuits », scandées et entrecoupées par l’acclamation d’un par-terre d’aficionados macronnistes. Qui masquent l’absence de programme clair à part celui de battre la peste brune, bouc-émissaire de l’incompétence du système oligarchique en place depuis des décennies.

De programme en a-t-il seulement un cet ancien ministre de l’économie de François Hollande, à part celui de faire le jeu des technocrates européens et des mondialistes à la Soros ?

 

Emmanuel Macron a servi du vent, du vide, du néant, a évoqué grandiloquent « l’alternance véritable », « une transformation nouvelle » (sic), entourloupe langagière destinée à mieux camoufler le recyclage au sein de son micro-parti En Marche des apparatchiks du système socialiste et républicain, qui s’émancipent de leurs partis mis en échec et englués dans des affaires nauséabondes et courent à la soupe des peut-être futurs postes à pourvoir. « Le défi à partir de ce soir n’est pas d’aller voter contre qui que ce soit, le défi est de décider de rompre jusqu’au bout avec le système qui a été incapable de répondre aux problèmes de notre pays depuis plus de 30 ans » prétend abusivement le candidat Macron, le candidat du système, l’ancien ministre de la Hollandie.  On prend les mêmes et on recommence, telle est la véritable morale de l’histoire de cette soirée présidentielle…

Celui qui se pose en rassembleur de tous les Français, «Dès ce soir, je me dois d’aller au-delà et de rassembler tous les Français», a-t-il souligné, et de «réconcilier notre France» à commencer en insultant les 7,3 millions d’électeurs Front National ! Le candidat du système a choisi de «saluer les autres candidats au premier tour». Et de Jean-Luc Mélenchon à François Fillon, en passant par Nathalie Arthaud et Jean Lassalle, de les énumérer tous, excepté Marine Le Pen dont le nom doit lui écorcher la bouche semble-t-il. Et cet homme qui débute ainsi en divisant les Français ose ce prétendre un rassembleur alors qu’il n’est qu’un diviseur !

« Je veux ce soir m’adresser à tous les citoyens de France. Je sais vos attentes. Je souhaite dans quinze jours devenir votre Président. Le Président de tout le peuple de France. Des patriotes face à la menace des nationalistes». Comme si on peut être patriote et anti-nationaliste !

Emmanuel Macron c’est vraiment le candidat de l’anti-France et du système ripoublicain !