Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Europe

  • Contrôle mondial des peuples: du passe sanitaire au passe climatique ! ...

    Le dernier en date à avoir parler en ce sens est le démocrate Al Gore, un des khmers verts américains du réchauffement climatique. A Glasgow, devant un parterre de jet-setteurs ne se déplaçant qu’en jet privé, -la réduction des gaz ne devant peser que sur la masse des travailleurs et épargner un quelconque désagrément aux puissants qui nous gouvernent-, l’ancien vice-président d’Obama, Al Gore, grand promoteur de dogmes environnementaux, a annoncé le jeudi 4 novembre, lors d’un entretien avec la chaîne américaine MSNBC, la création d’une nouvelle technologie, Climat Trace, qui surveillera les émissions de gaz dans le monde entier. Ce nouveau « grand frère vert » est capable de retracer les « identités » des « responsables » des émissions de gaz à effet de serre.

    La COP 26, est-ce un hasard ?, a débuté à Halloween, le 31 octobre à Glasgow, en Écosse. Des milliers de politiciens, de bureaucrates, de journalistes et d’activistes ont depuis essayé d’effrayer le monde entier pour qu’il prenne des mesures immédiates et drastiques pour contrôler le « changement climatique causé par l’homme ».

    L’objectif de cet establishment international qui se retrouve, entre-soi, dans des raouts à Davos ou à Glasgow si ce n’est Rome, Paris ou New York, de contrôler la population, de la surveiller, n’est même plus caché.

    Ainsi lors de son annonce, Al Gore n’a pas hésité à appeler cette nouvelle technologie, « le grand frère vert ». La référence au Big Brother d’Orwell est patente, et ne laisse rien présager de bon pour la pauvre humanité.

    « Nous obtenons les données grâce à 300 satellites existants, à plus de 11 000 capteurs sur terre, dans les airs et en mer, à de multiples flux de données sur Internet et en utilisant l’intelligence artificielle… » a souligné Al Gore en insistant :

    « L’année prochaine, nous les aurons jusqu’au niveau de chaque centrale électrique, raffinerie, de chaque gros navire, de chaque avion, de chaque décharge et nous aurons l’identité des personnes qui sont responsables de chacun de ces flux d’émissions de gaz à effet de serre et si les investisseurs ou les gouvernements, ou les militants de la société civile veulent les tenir pour responsables, ils auront les informations sur lesquelles fonder leur action et ainsi les obliger à rendre des comptes. »

    Ainsi, ce Big Green Brother vérifiera, identifiera et enverra les preuves des condamnations contre l’environnementalisme. « Allumez-vous un feu dans les montagnes avec du bois trouvé dans les bois ? Votre vache pollue-t-elle avec l’ammoniac de ses propres excréments ou avec le méthane qu’elle émet dans l’air ? En prison ! » ironise un journaliste italien du quotidien LNBQ avant d’ajouter :

    « Ce choix de menaces, de mots et de priorités ne reconnaît pas la simple réalité : les pénuries énergétiques et alimentaires s’aggravent pour 99% des hommes et des femmes de la planète. La plupart des « solutions » à Glasgow ne sont pas seulement l’antithèse du respect de la dignité humaine, mais aussi le contraire de tout bon sens écologique.

    « L’Agence internationale de l’énergie elle-même a dû reconnaître que toute ‘’transition‘’ des combustibles fossiles vers une énergie ‘’propre, durable et renouvelable‘’ nécessitera d’énormes quantités de métaux, de minéraux et d’autres matériaux.

    Les voitures électriques ont besoin de trois fois plus de cuivre que les véhicules à essence, les éoliennes, par exemple, ont besoin de neuf fois plus de matériaux par mégawatt par rapport aux centrales de cogénération au gaz.

    Cependant, les fanatiques du climat qui se rassemblent à Glasgow pour bloquer des routes, prendre d’assaut des bâtiments publics ou manifester dans toutes les villes du monde pour exiger des actions immédiates et draconiennes, planifier le sabotage des oléoducs n’ont aucune intention d’être des mineurs, des ouvriers dans des aciéries ou des chauffeurs de camions chargés de cuivre-cobalt-nickel (indispensable pour l’énergie ‘’verte’’). »

    Et l’article de conclure avec une charge contre ces fous du ‘climat’, qui ont la haine de l’humanité en partage : 

    « La conférence des Nations Unies sur le climat ignore la privation d’énergie, le chômage, le faible niveau de vie, les maladies endémiques, l’agriculture primitive et la mort prématurée que cette tyrannie éco-impérialiste basée sur le climat perpétuera. Les bureaucrates et les extrémistes du climat se soucient peu des morts en dehors de leur cercle éclairé, en revanche, dans leur décalogue il y a le commandement malthusien. Ce n’est pas un hasard si les 1% qui veulent nous enchaîner à leurs caprices environnementaux, ne se considèrent pas liés par les règles de comportement qu’ils veulent nous imposer. 

    « De ce point de vue, le rôle de Greta Thunberg n’est compris qu’en considérant ses revenus disproportionnés accumulés en quelques années : plus les protestations absurdes sont criées dans les rues contre les gouvernements, plus grandes sont les chances qu’ils décident de mesures et de contrôles draconiens qui affectent des centaines de millions d’habitants de la planète. Tout cela, sans nuire aux intérêts milliardaires des nouveaux ‘’maîtres du monde‘’. »

    Qui du passe sanitaire au passe climatique ne feront qu’un pas. Green pass toujours !

    Francesca de Villasmundo 

     

  • L’Union européenne est devenue un camp de concentration !

     

     

    C’est désormais officiel : le premier juillet, l’Union européenne devient un immense camp de concentration, comme le note à juste titre le site Réseau international.

    Le passeport sanitaire devrait en effet être officiellement mis en place au début du second semestre 2021 pour circuler à nouveau entre les différents pays de l’Union. L’accord devra être approuvé par le Parlement européen à la prochaine session plénière du 7 au 10 juin à Strasbourg. « Ce qui permettra une entrée en vigueur le 1er juillet » a confirmé l’eurodéputé espagnol Juan Fernando Lopez Aguilar, négociateur du Parlement, lors d’une conférence de presse. Il ne fait guère de doute que tous les kapos de cette désormais Union de l’Enfermement voteront tous le bras levé à l’unanimité pour valider cet ausweis avec enthousiasme. Il en est de même d’ailleurs du Parlement national. Nul doute, pensent-ils, que tous les Européens vont accepter d’arrêter de vivre pour éviter de mourir. 

    Notons une nouvelle fois que c’est une Assemblée européenne et non un Parlement ayant pouvoir de légiférer qui s’apprête à transformer une Union européenne déjà fortement liberticide en véritable prison des peuples.

    Ne serait-il pas temps, comme nous l’indique judicieusement un correspondant, pour tous les résistants au nouvel ordre mondial d’enfiler, au moins mentalement, un gilet jaune, symbole de résistance populaire ?

    Après Gaza bombardée, humiliée, martyrisée, endeuillée, dans l’indifférence quasi-générale des chancelleries occidentales, l’entité sioniste bénéficiant d’une totale impunité grâce à son passeport shoahtique, voici que l’Europe dite occidentale est à son tour transformée en camp de concentration.

    Certes ce qui se passe ici est moins violent qu’à Gaza, c’est évident, mais cela participe de la même logique destructrice, liberticide et mortifère. Un accord vient donc d’être trouvé entre eurodéputés et États membres sur le fameux pass sanitaire qui permettra à l’aide d’un QR code d’indiquer que son titulaire a bien été vacciné, qu’il a passé un test négatif, ou encore qu’il est immunisé après avoir été infecté par le Covid-19. 

    Il ne faut pas s’y tromper : cet “ausweis” n’est rien d’autre qu’une permission de sortie de la prison européenne à ciel ouvert pour pouvoir à nouveau circuler entre les différents pays européens. Il entérine ainsi la création d’Alpha+ et de bêta-, autrement dit, une gigantesque discrimination européenne, permise celle-là, selon qu’on aura été vacciné ou non. Ce dispositif vient compléter et aggraver tout un arsenal répressif et liberticide comme le traçage, le pistage, la géolocalisation, le flicage tous azimuts, les confinements divers et variés, le port de la muselière, les couvre-feux, les limitations de déplacement dans le temps et dans l’espace, la propagande des grands médias et la censure de plus en plus implacables des réseaux sociaux (suppression de comptes YouTube, Twitter, Facebook, Instagram, VK, etc.).

    Qui ne voit que cette monstrueuse Union européenne est en guerre contre ses peuples pour asseoir définitivement sa tyrannie avant un éventuel effondrement économique, prélude au Grand Reset théorisé à de Davos et peut-être à l’instauration de la monnaie numérique, après la monnaie unique qu’est l’euro, et le revenu universel, afin de conduire à la soumission et à la sujétion de toute la classe moyenne européenne, à commencer par la classe entrepreneuriale, celle qui était jusque-là créatrice de richesses. Ce scénario cauchemardesque n’empêche pas, bien au contraire, l’Euro-Kommissar Didier Reynders de comparer cet accord à la triomphale élection d’un pape en tweetant, enthousiaste : « Fumée blanche : nous avons un accord sur la proposition de la Commission de certificat européen Covid ». « Nous avons abouti sur ce nouvel instrument en un temps record pour sauvegarder la libre circulation pour tous les citoyens », s’est-il félicité avec outrecuidance. Comment peut-on davantage se moquer du monde puisque la liberté de circulation sera désormais soumise à un passeport sanitaire ?

    De sorte qu’on en arrive à cette situation ubuesque : les immigrés extra-européens continuent à entrer en masse sur le Vieux Continent, le Grand Remplacement se poursuit et s’accélère, et les Européens, eux, pour pouvoir se déplacer d’un pays à un autre de l’Union européenne, devront passer sous les fourches caudines de la tyrannie sanitaire !

    Comme ils doivent déjà se plier à la tyrannie de la Mémoire s’ils veulent faire carrière, gravir les échelons et ne pas être socialement marginalisé et éliminé. Et pénalement sanctionné. Jusqu’à la prison ou l’exil.

    On le voit, plus le temps passe, plus les choses s’accélèrent, plus il devient évident, à qui veut voir la vérité en face, que nous sommes sans le savoir des Palestiniens en Europe occupée.

     

  • Darmanin hué par 35 000 policiers !

     

     

    La manifestation des policiers, mardi dernier, se voulait d’abord une réaction à l’assassinat de deux d’entre eux, Stéphanie Monfermé à Rambouillet, par un islamiste, et Eric Masson, quelques jours plus tard, à Avignon, par un trafiquant de drogue issu de la « diversité ».

     

    Personne ne s’était aventuré à imaginer combien de manifestants se rassembleraient devant l’Assemblée nationale pour soutenir leur police. Personne n’était capable de prédire si Darmanin, qui avait annoncé sa participation, y serait applaudi ou conspué...

    Beaucoup de policiers avaient appris que la manifestation serait sous contrôle, « institutionnalisée », car pilotée par Darmanin lui-même, avec le soutien actif des réseaux maçonniques très puissants dans la haute hiérarchie policière.

    L’information était sans doute exacte, mais le résultat est là : la foule était infiniment plus importante que prévu, plusieurs dizaines de milliers de personnes, 35 000 selon les organisateurs ! On attend « les estimations de la police », mais il est vraisemblable qu’elles ne seront guère éloignées… Quant à Darmanin lui-même, tout organisateur qu’il ait peut-être été de cette manifestation, non seulement il n’a pas été applaudi, mais il a au contraire été bel et bien hué, chahuté, traité de noms d’oiseaux !

    Pourtant, tout avait été fait pour que le rassemblement ne puisse être « récupéré » par des partisans du Rassemblement national ou des adeptes de « l’idéologie sécuritaire » : tous les syndicats de police, de droite comme de gauche, avaient été mobilisés. Tous les partis politiques avaient annoncé leur participation, à l’exception des mélenchonistes et des écologistes. Marine Le Pen avait pour sa part demandé à ses élus de participer à la manifestation. Eric Zemmour avait aussi prévu d’en être...

    Darmanin est donc venu, en effet, mais, loin d’en tirer les fruits qu’il espérait, il a bel et bien été sifflé, pris à partie par une foule considérable.

    Les « violences policières » dont ce calamiteux délateur et son président se sont faits les dénonciateurs avaient un goût d’abandon pour les policiers. Quand on sait que le même sentiment est ressenti au sein de l’armée, et jusque dans le corps préfectoral, on mesure l’échec de la macronie, sur ce terrain, ce qui n’a pas de précédents connus. Même sous Mitterrand ou sous Hollande, même avec des ministres communistes au gouvernement, une telle défiance ne s’était jamais rencontrée.

    Partis de gauche : la plus incroyable des cacophonies

    Darmanin n’a rien gagné en tentant de prendre symboliquement la tête de ce mouvement de mécontentement. Non seulement il n’a rien gagné, mais il a perdu gros. Comme l’écrit très justement Le Figaro, en descendant dans la rue avec les policiers en colère le pouvoir a en quelque sorte certifié sa propre impuissance.

    Autres grands perdants de la journée : les partis de gauche, qui ont fait entendre la plus incroyable des cacophonies, avec les formules de Mélenchon à l’emporte-pièce, les Verts déchirés par la présence annoncée de Jadot en dépit d’une opposition frontale de la quasi-totalité des autres cadres du parti. Chez les communistes, c’est aussi la division sur cette question. A trente jours des régionales, tout cela est de très mauvais augure pour eux, alors que les sondages placent la sécurité au premier rang de la préoccupation des Français.