Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fiscalité

  • Avec Macron, la dette publique a augmenté de 680 milliards d' euros et cela va continuer en 2022 !!

    Le Gouvernement Macron alourdit encore la facture en 2022 !



    L’Assemblée nationale a définitivement adopté jeudi 16 décembre, en dernière lecture, le projet de loi de finances (PLF) pour 2022, le dernier du quinquennat, dénoncé par l’opposition comme un budget de campagne.

    L’examen du PLF 2022 s’est distingué par le vote de très nombreux amendements du Gouvernement pour inscrire de nouvelles dépenses : plan d’investissement France 2030, plan « Marseille en grand », contrat d’engagement jeune pour les moins de 25 ans, bouclier tarifaire pour lutter contre la flambée des prix de l’énergie et d’autres mesures d’ordre mineur.

    Douze milliards d’euros de dépenses publiques ont ainsi été ajoutés en première lecture et 500 millions en nouvelle lecture.

    Le groupe LR a dénoncé une augmentation de 680 Mds€ de la dette publique pendant le mandat d’Emmanuel Macron. Sans attendre, 71 députés, issus des rangs de la gauche, ont déposé un recours devant le Conseil constitutionnel en brocardant la « sous-évaluation chronique et manifeste des prévisions de recettes » et estimant que « la disproportion entre autorisations d’engagements et crédits de paiements ouverts contrevient au principe à valeur constitutionnelle de sincérité budgétaire ».

    Le texte repose, en effet, sur une prévision de croissance à 6,25% pour 2021 et 4% pour 2022, le déficit atteignant 8,2% en 2021 et 5% en 2022!!

    Il est à craindre que cette facture, déjà exhorbitante en soi, ne viennent encore s’alourdir avec le temps, les gouvernements successifs ayant la fâcheuse habitude de surévaluer la croissance de l’année future et de faire voter des PLFR (projets de lois de finances rectificatifs).

    A quand un plan de rigueur ?

    Qui va payer la note ? ...

     

  • L’indemnité carburant de Castex : le summum du bidule socialo-technocratique !

     

     

     

    Encore un chèque !...

    Jean Castex a annoncé jeudi soir dernier au JT de TF1 la mise en place d’une « indemnité inflation », d’un montant de 100 €, destinée à 38 millions de français gagnant moins de 2000 € nets par mois. Ce dispositif, censé faire face à la flambée du prix du carburant, ne ciblera pourtant pas les premiers concernés, à savoir les automobilistes, mais sera destiné à tout le monde qui se trouve en dessous des 2000 € de revenus par mois.

    Elle bénéficiera également aux allocataires du RSA et sera accordée sur une base individuelle, peu importe le revenu du conjoint.

    Le plus fort, c’est que l’aide sera versée directement par l’employeur, que l’on charge encore plus. Mais que ces derniers se rassurent, cette aide sera « presque immédiatement » compensée par une baisse des cotisations patronales…


    La baisse des taxes sur le carburant, qui représente 60 % du prix, était trop simple et surtout pas assez socialiste et bureaucratique pour notre gouvernement.

    Cette mesure illustre parfaitement la politique du « je te casse une jambe, je te prête une béquille ». Ou plutôt « je te la loue » car 60 % des 100 € seront collectés par l’Etat lors des pleins d’essence.


    Cette indemnité ouvre également la voie à d’autres « chèques ». A quand « l’indemnité pâtes » pour faire face à la hausse du prix du blé ? Ou le « chèque chaussures » pour contrer une augmentation du prix du cuir ?


    Le gouvernement doit cesser son clientélisme et son étatisme. Pour le carburant, seule une baisse des taxes est une mesure viable.

  • "Pandora Papers" : les trésors cachés de ceux qui nous pillent .

     

    La nouvelle enquête journalistique du Consortium international des journalistes d’investigation révèle les richesses cachées dans les paradis fiscaux par des milliers de puissants à travers le monde. Il y a 35 chefs d’État et de gouvernement, banquiers, ministres, chefs de partis, parlementaires, ainsi que des généraux, chefs de services secrets, managers publics et privés, banquiers et industriels, chanteurs et VIP en tous genres, tout appartenant au gratin de la bonne conscience morale universelle.

    L’affaire Pandora Papers explose : cette nouvelle enquête journalistique du Consortium international des journalistes d’investigation révèle les richesses cachées dans les paradis offshore par ces milliers de puissants à travers le monde. Ce sont les trésors cachés de l’élite mondiale, du roi de Jordanie Abdallah II à l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair en passant par certains oligarques proches du président russe Vladimir Poutine. Comme le rapporte l’agence de presse italienne AdnKronos, il s’agit de « douze millions de documents hautement confidentiels qui démasquent l’offshore des politiciens, stars du sport et du divertissement, généraux et grands noms du business. Du roi de Jordanie au président ukrainien, du ministre néerlandais aux dictateurs africains, de Julio Iglesias à Claudia Schiffer ».

    Dénommés Pandora Papers, il s’agit de 12 millions de dossiers révélés par l’enquête et anticipée par la quotidien italien Espresso qui fait partie des 150 journaux internationaux qui ont investigué :

    « Cinq ans après les Panama Papers, lit-on, une nouvelle enquête journalistique internationale encore plus large révèle les richesses cachées dans les paradis fiscaux par des milliers de puissants à travers le monde. Il y a 35 chefs d’État ou de gouvernement. Plus de 300 hommes politiques de tous horizons à travers le monde. Plus de quatre-vingt-dix nations : ministres, chefs de partis, parlementaires. Aux côtés de généraux, chefs de services secrets, gestionnaires publics et privés, banquiers, industriels ». Les nouvelles cartes « documentent une myriade d’accords très riches avec les noms des bénéficiaires, jusqu’alors tenus secrets. La liste des actionnaires protégés par le voile des sociétés offshore comprend le premier ministre de la République tchèque, le ministre néerlandais de l’économie, l’ancien chef du gouvernement britannique Tony Blair, le roi de Jordanie et des présidents de pays comme l’Ukraine, le Kenya, le Chili, l’Equateur. Les noms de nombreuses célébrités du sport, de la mode et du divertissement ressortent de la liste. Mais il y a aussi des criminels. Des anciens terroristes. Des personnes qui ont fait banqueroute. Des trafiquants de drogue. Et des chefs mafieux, y compris des Italiens, avec leurs trésoriers. »

    L’enquête prend le nom de Pandora Papers car elle ouvre une boite de Pandore mondiale de poisons. Plus de 11,9 millions de documents avec les noms de plus de 29 000 bénéficiaires de sociétés offshore, inconnus jusqu’à hier. Derrière les papiers au nom des administrateurs, émergent pour la première fois des investissements et avoirs étrangers d’hommes politiques européens et sud-américains, dictateurs africains, ministres asiatiques, des cheikhs arabes. Les coffres-forts secrets de 46 oligarques russes.

    Ces sociétés offshore effacent les impôts d’une super caste de plus de 130 multimilliardaires américains, indiens, mexicains et autres. Les résultats de l’enquête, qui a duré près de deux ans, sont le fruit du travail collectif de plus de 600 journalistes de 150 journaux internationaux.

    « Les documents Pandora, lit-on encore dans l’enquête, montrent qu’un patron camorra, Raffaele Amato, a utilisé une société de fiducie basée à Montecarlo pour protéger la propriété d’une société sûre anglaise, qui a acheté un terrain et des bâtiments en Espagne. »

    Amato, pour ceux qui ne le connaissent pas, était un des plus redoutables chefs mafieux italien du clan Camorra au centre d’une sanglante guerre mafieuse. Lié à de nombreux meurtres, il purge une peine de 20 ans de prison.

    Outre le roi de Jordanie Abdallah II qui, selon le Corriere della Sera, aurait plus de 80 millions d’euros de biens immobiliers au Royaume-Uni et aux États-Unis (dont des villas à Malibu), achetés via des personnels offshore, apparait le nom de l’ex-Premier ministre britannique, Tony Blair qui avec son épouse Cherie aurait économisé plus de 350 mille euros de taxes dans l’achat d’un bureau à Londres ; puis il y a le premier ministre tchèque Andrej Babis, le premier ministre du Liban Liban, Najib Mikati, son prédécesseur Hassan Diab, le gouverneur de la Banque centrale libanaise Riad Salameh et le président kenyan Uhuru Kenyatta, qui auraient abrité 30 millions de dollars dans une fondation panaméenne. Parmi les VIP, les noms du mannequin allemand Claudia Schiffer, de la chanteuse Shakira, d’Elton John et de Julio Iglesias se démarquent.

    On retrouve également plus 600 Français cités dont Dominique Strauss-Kahn, l’ancien directeur général du Fonds monétaire international qui figure dans les Pandora Papers comme le directeur et actionnaire d’une entreprise à Dubaï. Il aurait fait transiter plusieurs millions de dollars sur une société marocaine, qui ne serait pas soumise à l’impôt.