Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2018

Le CESE (Conseil Economique Social et Environnemental ) sous influence maçonnique vote en faveur de l’euthanasie

 

http://media.medias-presse.info/wp-content/uploads/2018/01/cese.jpg

Le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) est sous influence maçonnique, disposant même de sa propre fraternelle maçonnique, le cercle Iéna. C’est donc sans surprise, hormis chez les naïfs... , que le CESE a décidé d’appeler à légaliser la « sédation profonde explicitement létale », doux euphémisme pour parler d’euthanasie.

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese), qui s’est saisi de la question du droit à l’euthanasie, a adopté mardi un avis appelant à légaliser la « sédation profonde explicitement létale » pour les personnes qui la demanderaient en fin de vie.
Cet avis, intitulé « Fin de vie : la France à l’heure des choix », adopté à 107 voix pour, 18 contre et 44 abstentions, prône de « pouvoir demander […] de recevoir, dans des conditions strictement définies, une sédation profonde expressément létale ».

Rappelons que plusieurs anciens « grands maîtres », tels Daniel Keller, siègent au Conseil Economique, Social et Environnemental !

Génération identitaire : Succès de l’opération contre l’immigration clandestine à la frontière franco-italienne .

 

La Mission Alpes de Defend Europe d’hier dimanche 21 avril est une réussite : Génération Identitaire fait plier le gouvernement sur l’immigration massive !

Génération Identitaire publie le communiqué suivant :

« Dimanche 22 avril dans la soirée, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a publié un communiqué en rapport avec notre action dans les Hautes-Alpes. Comparant notre mission à des « gesticulations », il est néanmoins contraint d’admettre plus loin que tout s’est déroulé « dans le calme ».

Génération Identitaire a fait éclater au grand jour la situation dans les Hautes-Alpes : habitants excédés par l’immigration de masse, nombre de clandestins sous-évalué, frontière passoire où les immigrés illégaux se pressent de plus en plus nombreux… D’autre part, la réalité a été cruelle pour tous les politiques lâches et démissionnaires : il a suffi d’une centaine de jeunes déterminés pour empêcher toute entrée de clandestins par le Col de l’Échelle ...

Mis au pied du mur, le ministre de l’Intérieur a conclu son communiqué en précisant que « d’importants renforts de police et de gendarmerie seront mis en place dès ce soir (…) pour s’assurer du respect absolu du contrôle des frontières. Des renforts d’unités mobiles, qui seront également présents en soirée sur zone seront déployés dès demain pour assister l’ensemble des services de la sécurité publique et de la gendarmerie territoriale engagés dans cette mission. »

Le gouvernement reconnaît donc clairement que la situation révélée par Génération Identitaire dans les Hautes-Alpes l’a obligé à réagir. Nous avons pu faire découvrir au ministre de l’Intérieur qu’en effet, il suffisait d’un peu de volonté politique pour empêcher les migrants clandestins d’entrer en France. Nous sommes heureux d’avoir pu lui permettre de s’en rappeler.

Pour notre part, nous commençons la seconde phase de notre mission dès demain.

Defend Europe Mission Alpes : la première partie de la mission s’achève, la surveillance de la frontière continue !

Débutée le samedi 21 avril, la première partie de la mission Alpes de « Defend Europe » organisée par Génération Identitaire s’achève, mais une surveillance mobile de la frontière continue avec plusieurs équipes.

Depuis le début de la mission, Génération Identitaire a déployé d’importants moyens pour empêcher les immigrés illégaux d’entrer en France. Grâce à la surveillance des points de passage à l’aide de moyens terrestres et aériens (drones et hélicoptères), l’entrée clandestine dans notre pays a été rendue impossible.

La première partie de la mission a été réussie. Nous avons démontré qu’avec de la volonté, il est possible d’empêcher les migrants clandestins de s’introduire illégalement sur notre sol. Si une centaine de jeunes ont pu le faire, alors le gouvernement le peut ! Nous appelons tous ceux qui approuvent notre action à se mobiliser en partageant nos publications sur les réseaux sociaux ou en nous faisant un don.

Génération Identitaire réclame l’arrêt définitif des flots d’immigrés illégaux qui se déversent en France et en Europe, la remigration des clandestins dans leur pays d’origine et le blocage définitif du Col de l’Échelle.

ON EST CHEZ NOUS ! »

Comme l’écrivait hier Émilie Defresne sur MPI, cette opération sur le terrain peut être mise « en parallèle avec les rosaires aux frontières : « En nom Dieu, les hommes combattront et Dieu donnera la victoire. » Sainte-Jeanne d’Arc. Car existe-t-il des racines vivaces sans la sève qui les alimente ? Les racines chrétiennes de l’Europe ne peuvent vivre que si elles sont drainées par la foi. »

Souhaitons que ces jeunes courageux se joignent à ce Rosaire aux Frontières.

Francesca de Villasmundo

17/04/2018

L’archevêque de Paris à la rencontre des « migrants » ! ...

 

 

Le monde apostasie, la France est profondément déchristianisée, la société occidentale est en voie d’islamisation forcée, la nature humaine est transformée par des apprentis-sorciers nihilistes, les Français de souche souffrent de milles maux sociétaux, économiques, moraux ..., les Parisiens n’en peuvent plus de l’insécurité exponentielle favorisée par des clandestins hermétiques aux mœurs françaises de respect des autres et des femmes… et le nouvel archevêque de Paris a une préoccupation, bien en phase avec la pensée bergoglienne : promouvoir l’accueil des migrants !

Mgr Michel Aupetit, s’est rendu hier matin dimanche 15 avril à la rencontre des « migrants », installés dans un imposant campement près de la porte de la Villette, dans le nord-est de la capitale, « en signe de fraternité et d' »écoute » » : « C’est une attention aux frères, c’est notre foi », a expliqué l’archevêque à l’AFP !...

 

Pour lui, il faut concilier « l’accueil de celui qui est là » et la question du « bien commun »: « comment accueillir ces gens du mieux possible sans déséquilibrer » le tissu social. En France, « aujourd’hui, nous avons les moyens peut-être d’accueillir plus que ce que nous faisons », a-t-il avancé !

Pendant une heure, Mgr Aupetit a déambulé le long des tentes serrées sous les ponts et rencontré de petits groupes de migrants, pour beaucoup originaires du Soudan et d’Erythrée, installés le long du canal de Sain-Denis. Il était accompagné des curés de deux paroisses voisines et de Mgr Benoist de Sinety, vicaire général du diocèse, en charge du nord-est de la capitale.

Dans ce nouveau campement du XIXe arrondissement où dorment plus d’un millier de migrants, la douceur de l’air ne doit pas faire oublier la rudesse des conditions de vie, raconte Mechac, 32 ans, arrivé il y a huit mois de Côte d’Ivoire via la Libye avec son frère jumeau Chadrac.

Cet hiver, « avec le vent, la pluie, on n’arrivait même pas à dormir », dit-il. Tous deux improvisent une chanson devant le prélat: « Qui changera ce monde ? Toi et moi, nous changerons ce monde-là ».

Cette visite doit aussi « encourager les paroisses qui essaient de faire quelque chose », a souligné le prélat. La paroisse voisine de Saint-Jacques/Saint-Christophe loge ainsi six migrants dans des studios et donne des cours d’alphabétisation.

Mgr Aupetit se fait ainsi le collaborateur du suicide de la France et de la civilisation européenne en promouvant cet « absolutisme de l’accueil » théorisé par les papes conciliaires et particulièrement François.

Comme l’a fort justement écrit Laurent Dandrieu dans son livre, Église et Immigration : Le Grand Malaise :

« à la Vieille Europe, autrefois forteresse de la Chrétienté, passée par pertes et profits, l’Église oppose désormais l’immigration conçue comme une voie nécessaire pour l’édification d’un monde réconcilié » (Jean Paul II), « une préfiguration anticipée de la Cité sans frontières de Dieu » (Benoît XVI), voire « une nouvelle humanité pour laquelle toute terre étrangère est une patrie et toute patrie une terre étrangère » (François) ».

Francesca de Villasmundo