Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique de gauche

  • Nucléaire : les responsables du désastre  .

     

    « Électricité : enquête sur une débâcle »  expliquant la succession de choix politiques désastreux qui ont mené à la crise énergétique actuelle et au saccage du parc nucléaire français.

    Comment en sommes-nous arrivés là ? La France était championne du nucléaire civil, avec un vrai temps d’avance sur les autres pays. C’était une filière d’excellence qui attirait nos meilleurs ingénieurs, un savoir-faire français, une compétence technique et technologique rare. Mais aujourd’hui, seuls 30 des 56 réacteurs d’EDF fonctionnent et cela résulte d’un long processus de déconstruction du parc nucléaire français depuis plus de 20 ans. Qui sont les responsables ?

    En 1997, sous la pression des Verts, Lionel Jospin enterre Superphénix. C’était un réacteur de quatrième génération capable d’utiliser l’uranium naturel de manière cent fois plus efficace et de brûler les déchets nucléaires les plus dangereux. Cette « promesse d’un nucléaire durable » fit enrager les anti-nucléaires, en les dépossédant de l’argument écologique. Les multiples raisons qu’ils invoquèrent pour pousser à cette décision d’arrêt furent toutes démenties par la suite. Lionel Jospin renonce ensuite au projet d’un nouveau réacteur pour remplacer la centrale à charbon de Cordemais. Elle fonctionnera à plein régime cet hiver! ...

    Ce fut ensuite une longue bataille pour conquérir l’opinion publique. Les anti-nucléaires remportèrent une victoire morale conséquente en mettant leur cause sous l’étendard de la fausse lutte contre le réchauffement climatique. Le paradigme était ainsi inversé et leur combat légitimé par la question environnementale. Une vraie bascule.

    En conséquence, en 2007, toutes les associations de l’écologie politique sont invitées au Grenelle de l’environnement de Nicolas Sarkozy. Dans la foulée, la question énergétique quitte la tutelle de Bercy pour celle du ministère de la transition écologique. On ne parle désormais plus de l’énergie sous l’angle de l’économie ou de l’industrie, mais uniquement sous le spectre climatique. Exit toutes les autres variables ! Et fin des réunions stratégiques sur l’avenir du parc nucléaire et les investissements à réaliser.

    En 2012, François Hollande reprend le pacte vert négocié par Martine Aubry et Cécile Duflot. Il prévoit un désengagement massif du nucléaire dans le mix énergétique (de 75% à 50% d’ici 2025, soit la fermeture de 17 à 20 réacteurs). Des décisions très graves sont prises comme le plafonnement de la production d’électricité d’origine nucléaire.

    En 2018, Emmanuel Macron met fin au programme Astrid. Décision prise sans débat et sans concertation. D’un revers de main, « 60 années de recherches scientifiques sont jetées aux oubliettes » (Le Point). Pourtant ce prototype reprenait l’ambition du Superphénix : réduire considérablement les déchets nucléaires par la réutilisation du plutonium. Il aurait « offert à la France une indépendance électrique de plusieurs siècles en utilisant le stock d’uranium appauvri ». Bercy commande alors un rapport qui recommande de construire au plus vite trois paires de réacteurs. Rapport aussitôt classé secret défense.

    La fermeture de Fessenheim fut ensuite entérinée par Emmanuel Macron qui invoqua des raisons de sécurité, malgré le fait qu’elle soit considérée comme l’une des centrales les plus sûres de France (selon l’Autorité Indépendante de Sureté Nucléaire). En réalité, le gouvernement céda à la pression des écologistes et des exécutifs allemand et suisse qui jugeaient cette centrale trop proche de leur frontière. Ingérence ?

    Finalement, les rapports s’accumulent sur le bureau de l’Elysée pour alerter sur la situation et les risques futurs. Qu’ils viennent de l’Autorité Indépendante de Sûreté Nucléaire, de l’Académie des Sciences ou de parlementaires, ces rapports restent bien trop longtemps lettre morte.

    Ce n’est qu’en 2022, lors de la campagne présidentielle, qu’Emmanuel Macron annonce la construction de 14 réacteurs nucléaires. Aucune commande n’a cependant encore été passée. Le gouvernement et EDF se renvoient sans cesse l’ascenseur. En réalité, comme l’a dit publiquement son directeur général d’alors, en août 2022 lors de la rentrée du Medef, – Emmanuel Macron supporta très mal cette sortie publique – EDF n’est pas en capacité d’ouvrir de nouvelles centrales. Car suite aux demandes des gouvernements successifs, EDF a adapté sa stratégie pour fermer 12 centrales et non pour en créer de nouvelles. Il y a ainsi, aujourd’hui et pour longtemps, un manque très important de main d’œuvre (ingénieurs, soudeurs, robinetiers) mais aussi de compétences !

    Les politiques français sont responsables du problème actuel, mais ils ne sont pas les seuls. L’Union Européenne, en liant les prix du gaz et de l’électricité, a aussi une grande part de responsabilité dans l’explosion des prix suite au conflit ukrainien, comme le fit remarquer Olivier Marleix (président du groupe LR à l’Assemblée nationale) le 4 octobre : « Poutine a créé une crise du gaz en Europe, l’Europe s’est inventé une crise de l’électricité ».

    Sans 20 années de mauvais choix, la France serait à l’évidence dans une situation toute autre. Cette crise énergétique est celle de la responsabilité des dirigeants politiques mais aussi celle des discours moralisateurs et lancinants des idéologues de l’écologie politique. Elle montre encore une fois le danger des politiques de court terme, cédant aux modes du moment. À l’heure de la responsabilité politique, le gouvernement se cache, avec pour seule réponse les chèques, boucliers tarifaires ou artifices de communication. !!!

     

  • La guerre économique des États-Unis contre l’Europe s' intensifie .



    La politique de sanctions économiques contre la Russie, dictées par Washington, est en train de détruire l’Europe.

    Nous savions déjà que l’activisme de l’OTAN en Europe de l’Est avait pour objectif d’utiliser les pays du Vieux continent comme tête de pont anti-russe, afin qu’ils mènent la guerre contre la Russie à la place des États-Unis. Aujourd’hui, apparaît un objectif stratégique de l’agenda états-unien : la destruction pure et simple de l’économie européenne et ce avec la complicité de Macron .


    Cette guerre économique menée par les États-Unis contre l’Europe ne date pas de la crise ukrainienne ni du Covid. Elle s’inscrit dans un mouvement historique bien plus vaste qui est celui de la transformation d’un capitalisme financier, débridé, qui a détruit l’économie américaine comme une sangsue et qui s’attaque maintenant au tissu économique européen.
    Ce néo-capitalisme apatride, dont l’un des sièges est aux États-Unis, utilise l’armée américaine et ses réseaux d’influence pour s’accaparer des richesses de l’Europe. Et la guerre en Ukraine, provoquée par les Américains, a été un formidable moyen d’accélérer et d’étendre ce processus de spoliation.

    LE DÉCLIN ÉCONOMIQUE DES ÉTATS-UNIS

    Le déclin économique des États-Unis a démarré dans les années 1970. On percevait depuis 1973 une diminution continue du taux de salaire horaire dans l’industrie (très supérieur à celui des services) américaine. Pour ce qui est de la productivité globale, celle des États-Unis était, en 1994, inférieure de 25 % à celle du Japon et de 20 % à celle de l’Allemagne.


    L’économie états-unienne est, au début des années 1990, déjà majoritairement basée sur les services. En 1993, les services représentaient 72,1 % du PIB contre 64,7 % en Allemagne, 57,5 % au Japon, et 65,6 % en Italie. La France qui avait bien entamé sa désindustrialisation avait 70,5 % de son PIB produit par les services. La Grande-Bretagne, mère des États-Unis à qui elle a offert le modèle anthropo-économique, était à 71,3 % de la part tertiaire de son PIB.


    « Vers 1994, au moment même où les sociétés souches entre en crise, la productivité des actifs américains représente 75 % de celle des Japonais et 80 % de celle des Allemands (si l’on exclut du calcul le territoire sinistré de la RDA). Plus frappante encore est la contre-performance de l’ensemble du monde anglo-saxon, si l’on définit un échantillon constitué par les États-Unis, le Royaume-Uni et ses anciens dominions. Aux 71 000 dollars par actif occupé au Japon, aux 67 000 dollars de l’Allemagne répondent modestement les 54 000 dollars des États-Unis, les 40 000 dollars du Royaume-Uni, du Canada ou de l’Australie et les 32 000 dollars de la Nouvelle-Zélande. La diversité des histoires et des spécialisations économiques nationales révèle la généralité anthropologique du problème anglo-saxon. »
    Les causes de cet effondrement économique sont à chercher du côté idéologique et de la financiarisation du capitalisme.


    Ainsi que l’a démontré l’économiste James Kenneth Galbraith, le contrôle de l’économie américaine est passé des mains des industriels à celles des banquiers, conduisant à une destruction du tissu industriel et à une financiarisation de l’économie américaine et occidentale.
    C’est dans les années 1980 qu’il y a eu ce basculement aux États-Unis comme en Grande-Bretagne.


    « Au cours des années 1970 deux mouvements conservateurs distincts s’étaient développés : l’économie de l’offre et le monétarisme — des extrémistes des réductions d’impôts et de la déréglementation d’un côté, des apôtres du strict contrôle de la masse monétaire de l’autre. Leur apogée a été la révolution Reagan de 1980, qui les a propulsés, les uns et les autres, aux plus hautes fonctions…


    Les reaganiens proposaient une combinaison bien connue de politiques issues, pour l’essentiel, de graines plantées à l’université pendant de longues années de règne ‘‘libéral’’ (NDA : le mot à, aux États-Unis, le sens ‘‘de gauche’’, une politique sociale avancée et de l’État providence). L’élément central était une réduction des impôts des riches, censée libérer les énergies productives du capital en stimulant l’épargne et l’investissement. Une politique monétaire restrictive devait éliminer l’inflation rapidement, brutalement si nécessaire. Tout cela s’accompagnerait d’un assaut généralisé contre l’État, les réglementations, les syndicats, afin de laisser les forces du marché — et les capitalistes privés — gouverner. »
    Ceux qui ont piloté cette politique reaganienne ont tous des noms à consonance non anglaise. Murray Weidenbaum et Martin Feldstein ont été les premiers présidents du Comité des conseillers économiques de l’administration Reagan. Lawrence Summers et Paul Krugman, jeunes à l’époque, ont passé chacun un an sous la direction de Feldstein.


    On retrouve les mêmes à la manœuvre de la destruction économique des États-Unis dans les années et décennies suivantes. Le Glass-Steagall Act de 1933 qui avait séparé les activités bancaires entre le crédit et la spéculation fut aboli par Robert Rubin qui a poussé à l’adoption de la Gramm-Leach-Bliley Financial Service Modernization Act de 1999 faisant sauter la digue séparant les banques de dépôt et les banques d’investissement. Ce Rubin, d’origine juive, vient de la banque judéo-américaine Goldman Sachs et il a été, de 2007 à 2017, co-président émérite du CFR (Council on Foreign Relations). Et Larry Summers, issue de la même communauté, lui succéda au poste de secrétaire au Trésor sous Clinton avant de devenir président du Conseil économique national sous Obama.


    L’Angleterre à suivi le mouvement de financiarisation de l’économie, de même que la France sous les gouvernements de gauche (Bérégovoy, ministre des Finances, 1988-1992) et de “droite” en 1993 (Balladur Premier ministre). Le tout consolidé par les directives européennes.
    Au milieu des années Reagan, de nombreuses grandes entreprises qui jouaient un rôle central dans l’économie industrielle ont été mises en difficulté par cette politique. « Beaucoup avaient été acculées à la faillite par les taux d’intérêt élevés, la récession qu’ils avaient provoquée en 1981 et 1982, et l’énorme avantage de compétitivité que le dollar fort apportait aux industries concurrentes, celles du Japon et de l’Europe. Telles étaient les conséquences immédiates, et d’autres allaient suivre. On allait assister notamment à une réorganisation des secteurs de pointe dans les années 1980, en particulier à une migration des cerveaux : les experts en technologie ont quitté les grandes firmes intégrées pour créer leur propre entreprise dans la Silicon Valley ou à Seattle. Enfin, dans les années 1990 et plus tard, les derniers vestiges de certaines firmes industrielles et techniques américaines autrefois très puissantes allaient sombrer, victimes de nouvelles vagues d’escroqueries financières. Manifestement, la grande entreprise n’était ni permanente ni invincible ; la politique macroéconomique, en particulier, pouvait déchaîner des forces qui la détruisaient. »


    Le résultat de cela a été, non pas la stimulation de l’économie, mais sa vampirisation par les banquiers spéculateurs et les multinationales profitant du libre-échange pour délocaliser leurs usines vers l’Asie et mettre au chômage les ouvriers américains.
    L’Amérique est alors sortie de l’ère du capitalisme industriel et productiviste pour entrer dans celle du capitalisme financier, d’une économie fictive dominée par les services.
    La conséquence inéluctable ressort des chiffres de la balance commerciale américaine qui a gravement penché en défaveur des États-Unis à partir de 1984 : -102 milliards en 1984 ; -162 milliards en 1998 ; -770 milliards en 2006 ; -521 milliards en 2016 ; -651 milliards en 2020.
    Les mêmes causes ont produit les mêmes effet en Grande-Bretagne. Sa balance commerciale a fait une chute libre à partir de 1986 : -3 milliards de dollars en 1986 ; -29 milliards en 1988 ; -49 milliards en 2002 ; -82 milliards en 2008 ; -54 milliards en 2016 ; il y a eu une remontée importante en 2020 avec une balance positive à 8 milliards de dollars, puis une rechute vertigineuse à -40 milliards en 2021.


    Quant à la France, sa balance commerciale était généralement positive (entre 9 et 43 milliards de dollars d’excédent commercial entre 1992 et 2004). Mais après que l’euro fut instauré, la courbe de la balance commerciale française a amorcé une descente à partir de 2003 : 26 milliards en 2003 ; 21 milliards en 2004 ; 1,8 milliard en 2005 ; -5,4 milliards en 2006 ; -18,9 milliards en 2007 ; -55 milliards en 2011 ; -28 milliards en 2017, et -60 milliards de dollars en 2021.

    LA PRÉDATION COMME MODÈLE ÉCONOMIQUE

    Pour résorber cette difficulté, les États-Unis, entrés dans un mode économique « bête de proie », ont cherché à mettre la main sur les richesses produites par les Européens.
    « Si nous admettons que l’économie américaine est, dans sa réalité physique, faiblement productive, ainsi qu’en témoigne l’importation massive et croissante de biens de consommation, nous devons considérer que la capitalisation boursière est une masse fictive et que l’argent dirigé vers les États-Unis entre, littéralement, dans un mirage. »[…]

    Jean TERRIEN.

     

  • Alban Gervaise égorgé par un islamiste dans l' indifférence générale !

    Le Docteur Alban Gervaise a été inhumé mardi 7 juin dans la plus stricte intimité. Le médecin militaire de 41 ans avait été attaqué et égorgé par un fanatique islamiste le 26 mai à Marseille devant deux de ses trois enfants (âgés de 3 et 7 ans).

    Face à ce crime odieux, pas d’hommage national, pas de réaction courroucée et scandalisée de Jean-Luc Mélenchon, pas de une de Libé, pas de pétition d’artistes engagés, pas de série Netflix en préparation de tournage…

    Rien, ou presque, rien qu’un silence embarrassé et légèrement honteux. Face à la barbarie qui s’impose chaque jour un peu plus dans le quotidien, face à l’ensauvagement de la société, les prétendues « élites » détournent la tête ou regardent le bout de leurs chaussures, conscientes de leur lourde responsabilité dans la situation actuelle. Leur seule préoccupation, au final, est qu’il n’y ait pas de « récupération politique » et surtout « pas d’amalgame ». Car le vrai danger, la véritable menace, ce ne sont pas les fous d’Allah qui errent dans nos rues, agressent, poignardent et égorgent, non, c’est cette ignoble « extrême-droite » qui, depuis maintenant des décennies, dénonce les causes et les origines de ces tragédies et demande qu’on agisse enfin pour les prévenir, pour les éviter. Il ne faut surtout pas faire le jeu de ces gens là ! C’est pourquoi toutes les victimes ne se valent pas et qu’on préfère en escamoter certaines.

    Alban Gervaise est de celles-là. Trop français, trop blanc, trop militaire, trop bourgeois pour être un bon martyr citoyen et républicain. Alors, il restera cantonné à un malheureux « fait divers » alors qu’il est tout au contraire le symbole paroxystique d’un phénomène de société qui va bien au-delà du délitement absolu de la sécurité publique  : la banalisation des crimes sauvages et gratuits dans notre quotidien et leur euphémisation systématique par les médias et les pouvoirs publics dès lors que les coupables sont des islamistes (immédiatement qualifiés de « déséquilibrés », comme si tous les assassins et autres terroristes ne l’étaient pas…) ou des individus issus de l’immigration auxquels on va s’empresser de trouver toutes les excuses sociales et sociétales possibles, même les plus abjectement grotesques.

    Cette situation nourrit légitimement un sentiment croissant d’angoisse et d’abandon au sein d’une population autochtone laissée d’autant plus dépourvue face aux hordes barbares qu’on lui dénie le droit à l’autodéfense et qu’on la désarme chaque jour davantage. Une nouvelle fois, les clercs ont trahi et cette forfaiture devrait naturellement conduire à une révolte massive, s’exprimant d’abord dans les urnes, si le verrou forgé par le bourrage de crâne médiatique permanent n’était pas si solide. Il est cependant sans doute encore possible de le faire sauter, mais le temps est désormais compté.