Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2019

Pendant que les gilets Jaunes se font matraquer, Macron et son gouvernement hâtent le "grand remplacement " .

SUBMERSION ET SUBVERSION MIGRATOIRE

 

Dans l’incapacité de prendre durablement le pouvoir par en haut, à l’occasion d’un coup de force à la façon d’octobre 1917 en Russie, ou d’un coup d’État institutionnel à la façon du sieur Macron en 2017, messianiques et illuministes (trotskistes freudo-marxistes et attaliens antinomistes anarcho-capitalistes) ont opté pour la subversion de la nation et de ses institutions par le bas. C’est-à-dire par la submersion sous un tsunami de migrants, faux réfugiés et faux mineurs fuyant la guerre, l’oppression ou cherchant un meilleur avenir. Submersion imposée au prétexte cousu de fil blanc qu’il existerait un sacro-saint droit/devoir d’asile inscrit dans le code génétique de la République et s’appliquant à tout un chacun sans la moindre discrimination. Autrement dit, sans exclusive venant contredire l’universalité granitique des nouvelles Tables de la Loi qu’est la charte des Droits de l’Homme de 1948… (dont René Cassin, maçon sans tablier, prix Nobel en 1968 (tiens donc !), sous la houlette de la pionnière lgébétiste Eleanor Roosevelt, fut le nouveau Moïse à la suite des constituants de 1789). 

Un déferlement rendu nécessaire (voire obligatoire suivant la sophistique en usage dans des classes dirigeantes) à la suite de la dépénalisation de l’avortement devenu après janvier 1975, une liberté fondamentale coûtant annuellement, en moyenne à l’Hexagone, trois cent vingt mille naissances (une IVG pour quatre accouchements). Un lourd déficit démographique qu’induit de façon permanente cette formidable avancée sociale (sur laquelle aucun retour en arrière n’est envisageable !) qui constitue un imparable prétexte à l’ouverture des frontières. Raison pour laquelle, un an après l’ouverture des avortoirs, par décret du 29 avril 1976, le regroupement familial était instauré par le couple infernal Giscard/Chirac, le ministre du Travail étant alors le célèbre Michel Durafour. 

Politique qui transforma ipso facto l’immigration temporaire de travail (désigné non sans raison par les marxistes comme « l’armée de réserve du Capital ») en immigration de peuplement… donnant, le coup d’envoi à l’actuel et cataclysmique Grand Remplacement. Assez stupidement les politiciens (des liquidateurs professionnels) crurent (ou firent mine de croire) que nous goberions en sus les autres prétextes allégués : à savoir que les migrants abonderaient les caisses de retraite.

Aujourd’hui, selon l’INSEE, 60 % des nouveaux arrivants en âge et en capacité de travailler, seraient au chômage et par conséquent, à la charge de la collectivité!

En 2018, environ 255 000 migrants se sont officiellement présentés à nos portes, et sur les quelque 60 000 demandes d’asile (100 000 en 2017) déposées au cours des sept premiers mois de l’année 2018, 70 % étaient de faux demandeurs, qui, déboutés, n’ont et ne seront jamais renvoyés.

 

COQUECIGRUES ET AUTRES BILLEVESÉES MEURTRIÈRES

 

Parmi les coquecigrues et autres billevesées meurtrières qui, dans une société bien faite, seraient inaudibles, objets de dérision ou tomberaient sous le coup de la loi, l’une d’entre elles consiste à prétendre que l’immigration nous enrichirait. Une thèse aussi absurde que stupide bien résumée par Mitterrand dans la formule emblématique : « Une chance pour la France »…

Malheureusement cette chance ineffable a un prix qui se compte en plusieurs dizaines de milliards, nul ne sait ni ne veut vraiment savoir… Un gouffre insondable où se déversent la politique de la ville, le rattrapage scolaire, les zones de priorité, les couvertures sanitaires universelles, les pensions versées dans tous les bleds et les douars du bout du monde, les fraudes multiples et le coût pharamineux des institutions judiciaires et pénitentiaires. Sujet proscrit, objet d’un interdit idéologique majeur qui, s’il était abordé sans tabou, donnerait le tournis mais également les moyens ( à la hauteur d' au moins 100 milliards d' euros) de renflouer nombre de secteurs déficitaires et de services publics en  grande souffrance.

Si Macron parvient — ce que nous ne lui souhaitons surtout pas — à la fin de son mandat, ce seront deux millions d’allochtones de plus qui au bas mot se seront, au bout de ce maudit quinquennat, installés chez nous…À l’invitation de nos gouvernants et de notre si belle et si humaine bobocratie.

Pourtant, même l’ancien ministre du sieur Sarkozy Brice Hortefeux, découvrait ce 27 janvier 2019 [BFMTV] que notre pays ne détient « ni la capacité ni la nécessité » d’accueillir tout ce beau monde débordant de vie (habité par des appétits torrentueux) qui grignote silencieusement des parts du marché démographique… et bientôt politique. D’aucuns, mal intentionnés, sont aller jusqu’à évoquer un djihad par les urnes ! L’idée d’une subversion démocratique par le nombre n’est évidemment pas à exclure et une fois le point de basculement atteint, rien n'exclut que la France puisse devenir la fille aînée de l'Islam dont la tendance n’est pas à la modération si l’on en croit le durcissement sensible de sa pratique collective dans les trois pays du Maghreb. 

In fine, le communautarisme exclusiviste aidant, cette société, pour aimablement bigarrée et plurielle qu’elle a été imaginée au départ par des idéologues ahuris, devrait assez vite aboutir — en toute logique — à une situation comparable sinon semblable à celle prévalant en Afrique australe, notamment dans le monde rural : au mieux nous pourrions d’ici trois décennies être conviés à descendre du trottoir ; au pire, le choix nous sera gracieusement offert entre la valise et le cercueil. Les Français d’Algérie ont déjà connu cela, et l’histoire bègue affichera à la commissure de ses lèvres tremblantes, la bave sanguinolente de tous les renoncements. 

 

12/02/2019

Face à un gouvernement totalement corrompu et qui est le principal ennemi des français, ne votons plus !

 

ATTENDRE DE BOURREAUX qu’ils deviennent des bienfaiteurs est faire preuve d’une sottise sans nom. Or, à en croire certains représentants autoproclamés des Gilets jaunes, il serait possible de dialoguer avec le pouvoir en place et d’obtenir de lui des réformes, dont le fameux RIC, le référendum d’initiative citoyenne. Croire cela, c’est ne rien comprendre au fonctionnement du pouvoir oligarchique qui nous opprime et qui n’a d’autre finalité que de nous détruire et de poursuivre et d’amplifier sa domination communautaire.

Jamais l’Etat profond n’acceptera de donner la parole au peuple sur des sujets fondamentaux et vitaux qui engagent son avenir. Lorsque Macron et ses acolytes disent qu’ils acceptent de dialoguer, c’est qu’en réalité ils veulent continuer à enfumer, à manipuler et à tromper.

Lorsqu’ils affirment qu’ils sont prêts à poser des questions au peuple français par voie référendaire, c’est qu’ils veulent faire taire la contestation, désarmer l’insurrection sans rien lâcher. 

C’est si vrai que les questions envisagées pour ce référendum qui pourrait avoir lieu le jour des élections européennes, le 26 mai prochain, sont sans aucun rapport avec les causes profondes du mouvement des gilets jaunes, non plus qu’avec leurs revendications fondamentales comme l’augmentation du pouvoir d’achat, l’aspiration à pouvoir vivre décemment des fruits de son travail.

On nous parle de limitation du cumul des mandats, de réduction du nombre de parlementaires, de modification du mode de scrutin. On croirait un gag tellement c’est insultant à l’égard du peuple en général et des gilets jaunes en particulier mais ce n’en est pas un.

Le pouvoir pédérastique et rothschildien que nous subissons n’est là que pour mener à son terme la révolution arc-en-ciel. Puisque le peuple constitue une gêne, un obstacle, il convient de le manipuler, de le pervertir voire de le dissoudre. Par la destruction de la famille et de l’identité, par la submersion migratoire et la promotion tous azimuts du métissage, par la promotion de toutes les déviances. 

 

POUR METTRE FIN à un conflit, une opposition, un mécontentement, une insurrection, rien de mieux pour le Système qu’un pseudo-débat national et qu’une “bonne” élection. Les Européennes sont ainsi du pain bénit pour le pouvoir en place car pendant qu’on blablate, qu’on parlote, on n’agit pas, on endort le peuple, on l’anesthésie.

Le vote est un moyen de canaliser, de neutraliser la radicalité des contestations. De Gaulle l’avait bien compris qui, dès qu’il est revenu au pouvoir, a organisé des élections en Algérie pour diviser ainsi les Pieds-Noirs qui étaient jusque-là tous unis, dans la volonté de maintenir la présence française outre-Méditerranée. Croire que la renaissance nationale puisse naître aujourd’hui d’une « bonne élection » est faire preuve d’une confondante naïveté. Ne serait-ce que parce que les groupements et personnalités qui sont préemptés, qui ont accès aux radios et aux télévisions sont sélectionnés précisément parce qu’ils ne représentent aucun danger pour le Système actuel. Dans les démocraties occidentales, comme naguère dans les pays communistes, mais de manière plus subtile, n’a droit de cité qu’une opposition contrôlée. C’est le cas évidemment d’un Mélenchon qui fut ministre de Jospin, resta trente ans au PS, fut sénateur socialiste et qui est depuis fort longtemps un membre du Grand Orient. Mais, disons-le, c’est aussi le cas d’une Marine Le Pen qui, dès le début du mouvement des gilets jaunes, a pondu un texte réaffirmant son attachement aux institutions actuelles et à la Ve République, a redit à plusieurs reprises son rejet de l’antisémitisme et son refus de toute violence — comme si la politique ne reposait pas fondamentalement sur la peur et la violence, qu’elle soit directe ou indirecte, que cette illettrée lise Georges Sorel ! — et qui, loin de défendre réellement les intérêts des travailleurs français, campe sur une ligne national-sioniste. 

Or il est radicalement incompatible de se prétendre au chevet des catégories populaires et des classes moyennes entrepreneuriales et en même temps de faire des risettes à Goldnadel, à la Ligue de Défense juive et à toute cette camarilla communautaire dont la domination repose précisément sur l’esclavage salarial et fiscal du peuple à base d’anti-nationalisme, de dumping social et de métissage organisé.

Ce n’est pas un hasard si les personnalités médiatisées de la communauté étoilée, de BHL à Haziza, en passant par Daniel Cohn-Bendit, Kassovitz et consorts ont pris dès le départ une position très hostile aux gilets jaunes et fort méprisante à leur égard. C’est qu’ils sentaient que leur domination insolente était menacée par une insurrection populaire, si elle devait aller à son terme et renverser le pouvoir actuel qui n’est jamais qu’une émanation du CRIF, du Congrès juif mondial, d’Attali et de la banque Rothschild. 

 

IL FAUT BIEN comprendre que le pouvoir actuel, c’est essentiellement le pouvoir bancaire par la dette.

En effet pus les Etats sont endettés, plus le pouvoir des usuriers est élevé. Or, d’après l’INSEE, au troisième trimestre 2018, la dette publique française s’élève à 2322,3 milliards d’euros. Soit près de 100 % du Produit intérieur brut, c’est-à-dire la totalité de la richesse produite en France en un an. Si l’on ajoute les engagements hors bilan, comme les retraites futures des fonctionnaires à payer et toute une série d’engagements pris par les pouvoirs publics, l’endettement réel du pays est de 6 500 milliards d’euros, une somme colossale.

Au nom du remboursement de la dette et du paiement des intérêts, eux aussi colossaux, de la dette, on appauvrit le peuple, on le fragilise, on le martyrise. En réduisant ou en comprimant sans cesse les prestations, les salaires et les pensions d’une part.  En augmentant les taxes et les impôts d’autre part. En réduisant le nombre des services publics, de surcroît de plus en plus défaillants, singulièrement dans les zones rurales où l’on ne compte plus la fermeture des hôpitaux et des maternités, des écoles, des crèches et des bureaux de poste.

C’est donc une politique délibérée d’enrichissement de prédateurs internationaux, de financiers apatrides, d’usuriers sans scrupules qui est mise en œuvre par les gouvernements successifs au détriment du peuple, à rebours du bien commun. 

Et à ce pouvoir bancaire s’ajoute une idéologie cosmopolite à la fois pro-migrants et pro-LGBT qui consiste à organiser l’invasion de l’Europe et de l’Occident par des masses d’allogènes et leur dissolution par l’homosexualisme, la théorie du genre, une révolution anthropologique, sociétale et civilisationnelle sans précédent par son ampleur et sa rapidité dans l’histoire des hommes.

Mais en réalité il s’agit du même pouvoir concentré dans les mêmes mains : il n’est que d’aller sur le site de la LICRA ou d’autres sites communautaires pour se rendre compte que ces organisations défendent avec autant d’ardeur le lobby LGBT et l’ouverture totale des frontières aux migrants qu’elles condamnent et poursuivent devant les tribunaux tout ce qu’elles considèrent comme manifestation d’homophobie, de racisme et d’antisémitisme.  Sachant que pour la LICRA, être révisionniste ou anti-sioniste, c’est être antisémite, promouvoir la famille traditionnelle et s’opposer au “mariage gay”, à la GPA et à la PMA, c’est être homophobe et rejeter l’immigration de masse, c’est être raciste.

 

PAR CONSÉQUENT, il ne faut pas avoir peur de désigner l’ennemi. Car si l’on n’ose même pas le nommer, comment peut-on espérer le combattre ? Et si l’on fait ami-ami avec lui, c’est déjà qu’on a trahi. Un opposant sans concession au pouvoir actuel sera nécessairement traqué et diabolisé, les plateaux télé lui seront fermés. C’est à la façon dont le pouvoir médiatique traite les opposants qu’on sait à qui l’on a affaire. 

Car il n’y a aucune illusion à se faire : pour conserver ses prébendes et sa domination, ce pouvoir est prêt à tout, y compris à tirer sur la foule. L’acquisition de nombreux flash-balls va clairement dans ce sens. La police française utilise de plus en plus les méthodes israéliennes de répression des manifestations. Depuis Sarkozy il y a eu en effet des échanges discrets mais nombreux et suivis avec de hauts responsables israéliens quant aux méthodes musclées de maintien de l’ordre.

On veut nous traiter comme des Palestiniens dans une vaste Cisjordanie à la française, dans une bande de Gaza étendue aux six coins de l’Hexagone. Nous vivons dans un territoire occupé et cela va finir très mal .

 

 

Les mensonges du franc-maçon BLANQUER.

Depuis quelques temps, nous voyons poindre la grosse supercherie en ce qui concerne les évaluations dont se glose le ministre de l’Education .

Ne nous laissons pas berner – une fois de plus – par le discours de Monsieur BLANQUER qui, en plus d’être un véritable désinformateur – tout comme ses prédécesseurs puisqu’ils s’abreuvent à la même source – continue néanmoins à être perçu – lui – comme le redresseur de torts, ce qui est un comble !

JM. BLANQUER nous présente la question de l’évaluation comme si nous n’avions jamais évalué le travail des élèves et comme s’il se lançait dans une entreprise destinée à « consolider le grand service public de l’Education Nationale », c’est d’ailleurs ce qu’il prétend sans vergogne.

En réalité, comme pour tout ce qu’il dit et pour tout ce qu’il fait, il faut aller chercher le « loup », et le « loup », on le trouve toujours !

Suivons sa trace…

Un renforcement des évaluations ?

Le 24 octobre 2018, faisant une communication en conseil des ministres, Monsieur BLANQUER avait affirmé : « pour ‘consolider’ (sic) un grand service public de l’éducation au XXIème siècle, l’Education Nationale s’appuie sur plusieurs leviers de transformation

«… Pour cela, l’Education Nationale développe une véritable culture de l’évaluation (…):

« . A côté des évaluations internationales et des évaluations des acquis des élèves, le projet de loi pour l’Ecole de la confiance prévoit :

« . La création d’une instance nationale d’évaluation des établissements scolaires dans une logique d’audit portant sur :

  • Les enjeux des ressources humaines, budgétaires et pédagogiques,

  • La sécurité,

  • Le climat et la qualité de la vie scolaire… ».

Ce discours, qui donne l’impression d’un renforcement des évaluations, assène au contraire, la preuve du contraire à qui connaît les arcanes de la désinformation dispensée à jets intermittents mais réguliers par Monsieur Blanquer .

Le « loup » planqué dans les déclarations de Blanquer

Pour bien comprendre le discours de BLANQUER, il faut rappeler qu’en vertu de la loi de refondation de l’Ecole du 7 juillet 2013, deux systèmes éducatifs parallèles fonctionnent :

. un pour les élèves issus de l’immigration – et de l’immigration la plus récente – au sein des réseaux d’éducation prioritaire (REP et REP+), basé sur la transmission du savoir et la recherche de l’excellence des résultats,

. un pour les autres enfants basé sur des activités qui se substituent aux cours transmetteurs du savoir, sans obligation de résultat, autrement dit, système exactement inverse de celui qui caractérise une institution scolaire, mais conforme à un simple « lieu de vie ».

Dans ces conditions, il est évident que pour chacun de ces publics, les évaluations ne peuvent pas être les mêmes.

C’est bien ce que formule Blanquer quand il déclare : «… à côté des évaluations internationales et des évaluations des acquis des élèves … », il dit bien «… à côté… » et non pas, «… en plus… ».

Autrement dit, il n’y a pas superposition d’évaluation pour un même public, mais deux types d’évaluation pour deux publics différents.

Deux types d’évaluation pour deux publics différents

D’une part, les évaluations internationales et l’évaluation des acquis des élèves, qui ne peuvent être destinés qu’à ceux issus de l’immigration au sein des réseaux d’éducation prioritaire (1200 sur le territoire national), puisqu’eux seuls bénéficient non seulement d’une véritable scolarité, mais d’une scolarité d’excellence,

D’autre part, l’évaluation des établissements pour les autres, cette évaluation ne pouvant évidemment pas porter sur des résultats d’élèves puisqu’il n’y est plus question de faire cours, donc il ne peut pas davantage y être question d’obligation de résultat .

Et sur quoi va porter l’évaluation des établissements ? Elle va porter sur « les enjeux des ressources humaines et pédagogiques » autrement dit sur le remplacement progressif du personnel qualifié par du personnel sans qualification (professeur remplacé par des « emplois-avenir-professeur » créés par V.Peillon désormais appelés « contractuels »), ce qui constitue la garantie la plus sûre pour que ces personnels n’aient pas la tentation d’enseigner mais seulement d’accompagner les élèves dans leurs activités au cours desquelles ils sont censés construire leur savoir eux-mêmes. Seront également évalués la « sécurité, le climat et la qualité de la vie scolaire » !

Autrement dit, rien à voir avec des résultats scolaires, seulement une évaluation sur les moyens mis en œuvre dans un établissement-« lieu de vie ».

Conclusion

Que va-t-il en résulter ?

Tout simplement que les évaluations internationales – type PISA – sur les acquis des élèves seront faites essentiellement sur les élèves issus de l’immigration des classes des réseaux d’éducation prioritaire (REP et REP+) à qui est dispensé un enseignement d’excellence avec des « méthodes pédagogiques efficaces » (sic) et pour tous les autres, c’est la disparition pure et simple de l’évaluation des acquis au « profit » de l’évaluation des établissements !

Et que va nous annoncer Blanquer ?

Que les résultats enregistrés au cours des évaluations internationales sont satisfaisants, que grâce à lui, grâce à sa politique éducative, de nets progrès sont déjà acquis et que…le niveau monte !!!

Voilà le tour de passe-passe de ce mêêêr-veilleux Blanquer que vont encore sans doute ne pas manquer d’aduler tous les « cocus-contents ripoublicains » réfractaires à la réalité qui les dérange !