Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2017

Censure : Leetchi ferme la cagnotte des identitaires de Poitiers… et fermait les yeux sur les cagnottes islamistes !

Censure : Leetchi ferme la cagnotte des identitaires de Poitiers… et fermait les yeux sur les cagnottes islamistes

 
 
 
Share on Facebook
Tweet on Twitter
 

 

Le site participatif de don en ligne Leetchi, qui a récemment fermé la cagnotte de cinq militants identitaires condamnés pour avoir déroulé une simple banderolle sur le chantier de la mosquée de Poitiers, a été épinglé en retour par des internautes engagés : plusieurs de ses cagnottes serviraient des causes islamistes.

Leetchi avait récemment fermé la cagnotte des militants identitaires qui avaient été condamnés à 5 ans de sursis le 7 décembre pour avoir occupé le toit d’une mosquée en construction à Poitiers en 2012. La cagnotte devait rembourser les frais d’avocat du dossier, ce qui est légal, mais Leetchi, après avoir défendu la démarche, a fini par se rétracter : dans un mail envoyé à Damien Rieu, l’un des cinq condamnés, l’équipe du site explique qu’elle n’a « pas pu collecter assez d’informations concernant la provenance des fonds » et qu’elle est dans l’obligation de bloquer la collecte.

En réponse, les militants identitaires ainsi que le site Fdesouche ont relevé plusieurs cagnottes douteuses, très vraisemblablement affiliées aux salafistes, que Leetchi avait visiblement contrôlé avec bien moins de zèle que la leur.

Leetchi avait donc laissé passer, par exemple, un appel aux dons qui a récolté plus de 11 000 euros pour la mosquée « Masjid Sounnah » du boulevard National, à Marseille. Mosquée dont la préfecture de police de la ville a ordonné la fermeture lundi pour six mois. Son imam est présenté par le préfet comme « une référence du salafisme » qui s’inscrit « dans la mouvance islamiste radicale »

D’autres cagnottes du même ordre ont été épinglées, comme celle qui totalise plus de 8000 euros, collectés auprès de 190 participants pour rembourser les dettes de la mosquée Abou Bakr Essedik, à Roubaix. La Voix du Nord indiquait en 2015 que cette mosquée a accueilli trois fois un cheikh saoudien interdit d’accès en France en tant « qu’individu susceptible de troubler l’ordre public en raison de ses prêches islamistes radicaux ».

Une autre demande d’argent vient en aide à une « famille muhajirun » (entendez : qui a quitté son pays), recommandée par plusieurs prêcheurs : l’un d’eux, Youssef Abou Anas, est cité comme un prédicateur « au discours extrémistes » par Libération, tandis qu’un autre, Abou Luqman, a été gouverneur de la ville de Raqqa, en Syrie, sous l’égide de l’État Islamique. etc ....

(Source : Valeurs Actuelles)

 

12/12/2017

Ambassade des États-Unis à Jérusalem- Les chrétiens de le Ville Sainte à Trump : « un changement serait irréparable »

 

Dans une lettre, les 12 autorités religieuses des Églises de la Ville Sainte avertissent Donald Trump à propos de sa décision de transférer l’ambassade américaine de Tel-Avis à Jérusalem :

« Respecter le statu quo. Autrement la haine, les conflits et les violences augmenteront. »

La loi américaine qui permet se transfert, le Jerusalem Embassy Act, a été voté en 1995 sous la présidence de Bill Clinton. Depuis lors son application a toujours été reportée, par dérogation tous les 6 mois, pour éviter de générer un redoublement de violences au Proche-Orient. Trump lui-même l’a reportée deux fois. Avant de changer d’optique mercredi dernier. Mais à cause de cette décision de la Maison Blanche se profile à l’horizon le spectre d’une nouvelle et dramatique Intifada. La crainte concrète des chrétiens de Jérusalem est qu’en Terre Sainte et à Jérusalem il y ait une flambée de violences et de souffrances.

C’est pourquoi 12 autorités religieuses chrétiennes, patriarches, évêques et archevêques, ont adressé un courrier au président des États-Unis, à quelques heures de l’annonce du transfert, pour lui demander « de continuer de reconnaître le statut international de Jérusalem. » car « tout changement imprévu pourrait créer des dommages irréparables. » Message que visiblement Trump n’a pas entendu !

« Au Président Donald J. Trump, Président des États-Unis d’Amérique

Cher Monsieur le Président,

Nous sommes pleinement informés et nous apprécions le fait que vous ayez consacré une attention particulière au statut de Jérusalem ces derniers jours. Nous suivons cela avec attention et nous constatons qu’il est de notre devoir d’adresser cette lettre à votre Excellence. Le 17 juillet 2000, nous avions adressé une lettre similaire aux dirigeants qui s’étaient réunis à Camp David afin de décider du statut de Jérusalem. Ils avaient aimablement pris notre lettre en considération. Aujourd’hui, Monsieur le Président, nous sommes convaincus que vous aussi vous prendrez en considération notre point de vue sur l’importance du statut de Jérusalem.
Notre terre est appelée à être une terre de paix. Jérusalem, la ville de Dieu, est une ville de paix pour nous et pour le monde. Malheureusement, notre terre sainte ainsi que Jérusalem, la Ville Sainte, sont aujourd’hui une terre de conflit.
Ceux qui aiment Jérusalem mobilisent toutes leurs volontés, travaillant à en faire une terre et une ville de paix, de vie et de dignité pour tous ses habitants. Les prières de tous les croyants – les trois religions et les deux peuples qui appartiennent à cette ville – se tournent vers Dieu et demandent la paix, comme le dit le Psalmiste: «Reviens donc, Dieu Tout-Puissant ! Regarde du haut des cieux et vois ! « (80.14). Inspirez nos dirigeants et emplissez leur esprit et leur cœur de justice et de paix.
Monsieur le Président, nous suivons avec inquiétude les projets sur la possibilité de changer la manière dont les États-Unis comprennent et traitent la question du statut de Jérusalem. Nous sommes certains que de telles décisions entraîneront une augmentation de la haine, des conflits, de la violence et des souffrances à Jérusalem et en Terre Sainte, nous éloignant encore plus de l’objectif d’unité, et nous enfonçant plus profondément encore vers une division destructrice. Nous vous demandons, Monsieur le Président, de nous aider tous à avancer vers plus d’amour et vers une paix définitive, qui ne peut être atteinte sans que Jérusalem soit ouverte à tous.
Notre conseil solennel et notre demande sont que les États-Unis continuent de reconnaître le statut international actuel de Jérusalem. Tout changement soudain entraînerait un préjudice irréparable. Nous sommes convaincus que, avec le ferme soutien de nos amis, les Israéliens et les Palestiniens peuvent œuvrer à la négociation d’une paix juste et durable, au bénéfice de tous ceux qui aspirent à l’accomplissement de la destinée de la Ville Sainte de Jérusalem. La Ville Sainte peut être partagée et pleinement satisfaisante pour tous après qu’un processus politique a aidé à libérer les coeurs de tous les peuples qui y vivent des situations de conflit et de destruction dont ils font l’expérience.
Noël arrive bientôt. C’est une fête de paix. Les Anges ont chanté dans ciel d’ici : Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. En ce Noël qui vient, nous demandons que Jérusalem ne soit pas privée de la paix, nous vous demandons, Monsieur le Président, de nous aider à écouter le chant des anges. En tant que responsables chrétiens de Jérusalem, nous vous invitons à marcher avec nous dans un chemin d’espérance afin que nous construisions une paix juste et inclusive pour tous les peuples de cette Ville unique et sainte.
Avec nos meilleures salutations, et nos meilleurs voeux pour un joyeux Noël.

Jérusalem, le 6 décembre 2017

Patriarches et chefs d’Eglises à Jérusalem :
+ Patriarche Theophile III, Patriarcat Grec orthodoxe
+ Patriarche Nourhan Manougian, Patriarcat orthodoxe Apostolique Arménien
+ Archevêque Pierbattista Pizzaballa, Administrateur apostolique, Patriarcat latin
+ Fr. Francesco Patton, ofm, Custode de Terre Sainte
+ Archevêque Anba Antonious, Patriarcat Copte orthodoxe, Jérusalem
+ Mgr Swerios Malki Murad, archevêque Syrien orthodoxe
+ Archevêque Aba Embakob, Patriarcat Ethiopien orthodoxe
+ Mgr Joseph-Jules Zerey, Patriarcat grec-melkite-catholique
+ Archevêque Mosa El-Hage, Exarchat patriarcal maronite
+ Archevêque Suheil Dawani, Église épiscopale de Jérusalem et du Moyen-Orient
+ Evêque Munib Younan, Église évangélique luthérienne en Jordanie et en Terre Sainte
+ Evêque Pierre Malki, Exarchat patriarcal syrien
+ Mgr. Georges Dankaye, Exarchat patriarcal arménien catholique »

Francesca de Villasmundo

Un an de prison avec sursis et plus de 40.000€ d’amende pour avoir occupé pacifiquement le toit du chantier de la grande mosquée de Poitiers !

 

 

Un an de prison avec sursis et plus de 40.000€ d’amende à l’encontre de Maxime, Benoit, Alban, Damien et Julien, 5 anciens militants de Génération Identitaire, telle est la décision rendue aujourd’hui par le Tribunal de Grande Instance de Poitiers à l’issue d’un procès intenté par l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), antenne française des Frères Musulmans, organisation islamiste classée terroriste dans plusieurs pays ...

Leur crime ? Avoir organisé l’occupation pacifique du chantier de la Grande Mosquée de Poitiers en 2012. Plus de 70 militants de Génération Identitaire avaient occupé pacifiquement le toit du chantier de cette mosquée pour réclamer un référendum sur la construction de mosquées et l’immigration.

Les « 5 de Poitiers » et leurs avocats ont annoncé leur intention de faire immédiatement appel et de se battre jusqu’au bout.

Curieusement, lorsque ce sont des immigrés illégaux qui occupent des lieux divers et variés, la justice française se montre alors par contre très clémente. Vous avez dit préférence étrangère ?...