Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2017

On ne pourra pas reprocher à l'actuel président, plus encore que ne l'avait fait son prédécesseur, d'avoir caché son projet d'effacer la Méditerranée et d'islamiser la France aussi vite qu'il est possible !

 

 

On rappellera quelle fut la composition de la Commission Attali « pour la libération de la croissance française » dont le texte fut remis à Sarkozy en octobre 2010. Elle comprenait quarante membres. La quasi-totalité d'entre eux étant, soit de grands chefs d'entreprise, banquiers, industriels, intellectuels et journalistes formateurs de l'opinion publique, soit des hommes et des femmes politiques internationaux de pouvoir, ayant en commun de se situer à gauche ou à l'extrême gauche. Neuf ans plus tard, on les retrouvera pratiquement tous parmi les prétendus marcheurs de Macron. Lequel, étant présent bien qu'inconnu - sauf d'AttaIi - n'avait d'autre référence que d'être gérant au sein de Rotschild & Co et membre du parti Socialiste.

 

Or l'une des propositions phare de ce rapport aura été « la relance de la croissance par l'immigration ». Ce n'est même pas une trouvaille de l'ancien conseiller de Mitterrand. Elle figure dans tous les grands rapports de l'ONU et, depuis plusieurs années, dans les conciliabules du Bilderberg, de la Trilatérale, de Davos et autres lieux ridiculisés par les rats médiatiques comme fantasmes conspirationnistes. Il est bien précisé par Attali « qu'il faut faciliter la délivrance de visas aux étrangers » et que la France devra recourir de plus en plus à une main d'œuvre étrangère, peu importe son niveau de chômage. Bercy, alors occupé par Mme Lagarde qui poursuivra son travail de sape au FMI - et qu'Attali pronostique pour succéder à Macron en 2022 -, annonçait qu'en 2015 il serait nécessaire de recruter 750 000 emplois par an et qu'on ne les trouverait pas sur place. C'est une chance en somme que l'économie mondiale se soit effondrée justement en 2008 !

 

La Commission Attali ira d'ailleurs plus loin. Pour elle, en effet« l'immigration, facteur de développement de la population, est en tant que telle une source de création de richesse, donc de croissance ». Le maître des cérémonies ne craindra pas d'aller jusqu'au cynisme: « La France a besoin d'immigration, il faut s'ouvrir aux travailleurs d'Europe de l'Est, aux Chinois, aux pays d'Afrique. Sans cela, toutes nos belles discussions sur le financement des retraites n'auront pas de sens ». N'était-ce pas le même homme qui, quelques années plus tôt, expliquait que la banalisation de l'euthana-sie - mais aussi le suicide, valeur, dit-il, absolue dans ce type de société - s'imposait afin de régler la question de la vieillesse devenue un fardeau trop lourd pour l'économie globale? ...

 

UNE NATION MUSULMANE

 

En tout cas la dilection frappante de Macron pour les pays du Maghreb - son prochain voyage en Algérie, après un premier séjour au Maroc, est déjà programmé -, et son désir manifeste d'y enraciner un mouvement de circulation de plus en plus prégnant entre les deux rives de la Méditerranée, n'ont d'équivalent que sa volonté d'intégrer et de promouvoir le plus grand nombre d'immigrés de couleur. Grâce auxquels il se fait fort de transformer biologiquement les populations autochtones par le métissage :« Il n'y a pas une culture française ; il y a une culture en France : elle est diverse, elle est multiple». La colonisation, crime contre l'humanité, relève de la même dialectique d'acculturation par la contestation de l'Histoire et de l'âme de ce pays. La multiplication des candidats "marcheurs" d'origine non-européenne dans les sièges protégés qui leur assure d’ être élus n’ a pas non plus d’autre explication.De même qu ‘on n’est pas sans observer les promotions fulgurantes survenues au cours des dernières semaine dans tous les postes médiatiques « visibles », occupés en grand nombre par des représentants des minorités! Partie de la population dite française qui se développe le plus rapidement, à la fois par sa natalité prolifique et par la pression migratoire.

 

L'Islamisation de la France, puissamment promue par Sarkozy, que relaya Hollande, sera certainement l'un des axes forts que Macron a été chargé d'imposer au cours des cinq prochaines années. Voici ce que Jacques Attali qui le su-pervise écrivait en mars 1997 dans Le Monde :

 

« Si la France et l'Europe décidaient de s'affirmer comme un club chrétien, elles devraient se préparer à l'affrontement avec un milliard d'hommes, à une véritable guerre de civilisation avec, en prime, une guerre civile. » Et de peur qu'on doute de sa profonde conviction islamophile - certes moins dogmatique dès qu'il s'agit d'Israël -, il ajoutait cette précision essentielle:

 

« La France en raison de ses choix géopolitiques antérieurs, est une nation musulmane ; l'Islam est la religion de plus de deux millions de citoyens français et du tiers des immigrés sur son sol. Il serait sage de faire le choix inverse et d'assumer fièrement notre dimension musulmane ». On l'avait bien compris. Sauf qu'on a d'innombrables raisons de douter qu'il n'y ait que deux millions de musulmans sur notre sol et que le chiffre dépasse les quinze millions .

 

René BLANC.

 

20/06/2017

Un jeune agriculteur a été abattu en Saône-et-Loire par des gendarmes dans l’indifférence des grands médias .

 

 

Samedi 20 mai 2017, Jérôme Laronze, 37 ans, éleveur à Trivy en Saône-et-Loire, persécuté par l’administration jusqu’à prendre la fuite durant 9 jours, a été abattu lors de son interpellation par des gendarmes à Sailly prés de son exploitation sans que cette mort d’un fils de la terre de France, trop intelligent, n’intéresse les gros médias occupés à promouvoir le candidat du mondialisme, Emmanuel Macron.

Au bout de neuf jours de fuite, arrivé avec sa voiture blanche prés de Sailly sur un chemin de terre,  il a aperçu les gendarmes et leur a alors foncé dessus. Ils étaient six selon l’enquête, mais un seul aurait tiré, alors que semble-t-il, il suffisait de s’écarter. l’éleveur avait prévenu qu’il ne se rendrait pas.

Pour comprendre il convient, avant de laisser parler sa famille et les témoins, de laisser en premier la parole à la victime. Déjà en février 2016, le jeune éleveur avait déclaré dans une interview :

« Les agriculteurs sont plutôt des taiseux et souvent ils retournent la violence contre eux-même. C’est pour cela qu’il y a un ou deux suicides par jour dans notre profession. Mais peut-être que la violence va finir par se retourner vers les autres… » (cités par le JSL le mercredi 17 mai 2017).

« Comme Jésus avec les marchands du Temple »

« Cultivé, maniant aisément les références littéraires ou évangéliques », commence le rédacteur du journal local. Jérôme Larouze, lors de sa fuite avait contacté le Journal de Soâne-et-Loire (JSL):

« Il a notamment évoqué un épisode survenu le 6 juin 2016. Ce jour-là, des fonctionnaires de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) procèdent à une identification de ses bovins dans leurs pâtures. Mais les bêtes paniquent et selon le récit de l’agriculteur, une vingtaine d’entre elles se précipitent dans un ruisseau. Cinq n’y survivront pas. « Plus tard on m’a demandé de ne rien dire concernant ces bêtes pour que mon dossier soit régularisé, » affirme-t-il.

Les services administratifs causent la mort de 5 de ses vaches

« Traumatisé par cet épisode qu’il relate en détail dans un mail adressé au JSL, l’éleveur admet ne pas avoir été très rigoureux concernant les déclarations de traçabilité des bêtes. Il dénonce surtout « l’hyper administration qui n’apporte rien aux agriculteurs, sinon de l’humiliation et des brimades. Cela ne rapporte qu’aux marchands et aux intermédiaires. Mon cas est anecdotique, mais il illustre l’ultra-réglementation qui conduit à une destruction des paysans.. Les dossiers de la politique agricole commune sont devenus tellement compliqués que les paysans payent des gens pour faire leurs déclarations. Ils perdent ainsi la main sur leurs propres exploitations. il y a une solitude de l’agriculteur face aux nombreuses questions des contrôleurs. Pour avoir la paix, le paysan va signer tous les papiers qu’on lui tend. » Concernant la récente charte départementale destinée à « humaniser » les contrôles des agriculteurs par les services de l’État, Jérôme Laronze les considère comme un « simple instrument de communication. C’est le bal des hypocrites« .

Le pot de terre contre le pot de fer

Interrogé sur l’épisode du tracteur. L’éleveur avait déclaré avoir simplement voulu « effaroucher » les gendarmes: Quand ils sont arrivés, les contrôleurs et tous ces gens en armes, j’étais sur mon tracteur et j’y suis resté, car c’était pour moi le seul et unique moyen d’avoir droit à la parole. J’ai toujours été courtois et je n’ai jamais manqué d’égards avec les contrôleurs. Mais ce jour-là j’ai été pris de la colère du juste, comme Jésus avec les marchands du Temple. Les paysans on les fait culpabiliser du martin au soir. Et le jour où ils se déculpabilisent on leur envoie les gendarmes. »

 

Exploitation familiale de Jérôme Laronze. Que sont devenus ses animaux ?

Interrogé par le JSL sur ses intentions la veille de sa mort, Jérôme Laronze avait répondu qu’il n’avait l’intention ni de se suicider, ni de se rendre.

Ni suicide, ni reddition

« Je n’ai absolument pas l’intention de me suicider » a précisé jeudi matin au JSL, Jérôme Laronze. L’agriculteur affirme également ne pas envisager de se rendre aux forces de l’ordre. « C’est la période électorale, je vais faire campagne », répond-il sous forme de boutade.

France pays de la liberté ?

Comment en France, le pays que certains persistent à appeler « le pays de la liberté »,  un honnête homme, assidu à son travail, successeur dans l’exploitation de son père, qui n’avait ni volé ni assassiné, a-t-il pu être contraint à prendre le maquis comme on dirait en Corse, traqué par les forces de l’ordre en une époque de chômage, d’insécurité et d’attentats, où les islamistes franchissent les frontières avec une facilité déconcertante ?

« Très intelligent »

Jérôme Laronze était catholique, français ,« très intelligent » de l’avis de tous ceux qui le connaissaient comme en témoignent les reportages de la presse et des médias locaux, plus intelligent qu’il n’est admissible pour un paysan qui doit être docile à la dictature des contrôles. Cette petite paysannerie traditionnelle est en but au libéralisme sauvage représenté par le nouveau président Emmanuel Macron. Un libéralisme sauvage qui veut les faire disparaître pour laisser la place à de vastes exploitations industrielles appartenant à des consortiums chinois ou américains, qui, se plaçant au-dessus du harcèlement des fonctionnaires de la DDPP, utiliseront les dangereux produits Monsanto ou autres du même tonneau, ainsi que le Traité Transatlantique actuellement suspendu, mais non abandonné,  le prévoit.

Ils emploieront alors la population locale française dépossédée et soumise pour effectuer les travaux qu’on leur demandera.

C’est ce qu’explique dans l’interview ci-dessous Stéphanie Bignon, présidente de Terre & Famille, association pour laquelle  « les priorités spirituelles nous paraissent urgentes à restaurer pour nous enraciner,  fortifier nos âmes de paysans, de bâtisseurs et ainsi  retrouver une société ouverte vers le haut donnant toute sa place au sacré ».

Stéphanie Bignon relate le drame de Jérôme Laronze qui s’est déroulé dans sa région, emblématique de ceux de la paysannerie française, :

La famille du jeune paysan a réagi dans un communiqué transmis au Journal de Saône-et-Loire:

« Nous, parents, sœurs, neveux et nièces de Jérôme Laronze, sommes profondément choqués et indignés des conditions dans lesquelles celui-ci a été traqué pendant neuf jours puis abattu par plusieurs tirs mortels samedi 20 mai 2017 par deux gendarmes de la brigade de Cluny. »  » Les premiers éléments de l’enquête laissent penser que rien ne justifiait une telle violence à son encontre et que les deux gendarmes ont agi sans discernement et avec précipitation alors que des renforts étaient attendus. Jérôme Laronze n’était ni une personne violente, ni une personne isolée, contrairement aux propos rapportés dans la presse par une organisation syndicale avec laquelle il n’avait aucune relation personnelle. De tels propos sont une insulte à sa mémoire, outre leur violence à l’égard d’une famille en deuil. » « De telles déclarations nous obligent à réagir et à rappeler les conditions humiliantes et inhumaines dans lesquelles Jérôme a subi des contrôles répétés des services vétérinaires de la DDPP, en présence de très nombreux gendarmes, alors qu’il ne s’était jamais montré violent ou menaçant à l’égard des agents de l’administration. Aucun soutien psychologique ne lui a été proposé bien que sa famille ait signalé », dés 2016, son profond désespoir et sa révolte à l’égard d’une administration toujours plus menaçante à son encontre. La famille évoque la « grande souffrance «   dans laquelle les contrôles ont laissé Jérôme. Elle se dit « en droit d’exiger la transparence et la vérité sur les circonstances de sa mort brutale. » et « veille à ce que sa mémoire ne soit pas salie. Jérôme Laronze était un paysan poète idéaliste qui défendait une agriculture de proximité et qui exécrait la bureaucratie administrative et son système de connivence. C’est là son plus grand tort. Une trop grande lucidité doublée d’une liberté de ton dérangeante lui ont valu  un acharnement qui lui a fait perdre pied. »

« Jérôme Laronze était un paysan poète idéaliste »

Le trentenaire était célibataire et n’avait pas d’enfant, il avait pris la succession de son père dans l’exploitation familiale. Pour un de ses voisins, Jérôme Laronze était un garçon très intelligent” avec un “fort tempérament”.

Ailleurs à Trivy d’autres passants interrogés:

A Trivy, la commune où travaillait et résidait Jérôme Laronze, les habitants rencontrés ce matin  sont sous le chocCet éleveur était connu et apprécié. Ses voisins le décrivent comme un être « intelligent », « intéressant et gentil ». Tous sont stupéfaits que la situation a pu « en arriver là ».

Un habitant de Trivy avait déjà protesté avant le drame, auprès du JSL en ces termes :

« Il n’est pas une personne violente, simplement un homme qui en a marre de cet « acharnement » contre lui.  « Nous le connaissons bien et jamais il n’a fait preuve de violence, c’est une personne très intéressante. »

La confédération Paysanne va se porter partie civile en accord avec la famille

Après la mort de Jérôme Laronze,  la Confédération Paysanne va se porter partie civile en accord avec la famille, lors de l’information judiciaire.

« Jérôme Laronze n’était pas celui qu’on décrit dans la presse comme un forcené ultra-violent », explique au Journal de soâne-et-Loire du 25 mai 2017 Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération Paysanne.  C’était « un paysan à bout ». «Nous demandons un moratoire pour qu’on retrouve de l’intelligence et de la décence dans la manière dont on fait les contrôles» dans les exploitations.

La voiture dans laquelle Jérôme Laronze a été abattu

« Afin que cet éleveur ne soit pas mort pour rien »

Bruno Guichard, chargé de l’accompagnement des viticulteurs en difficulté, conciliateur de justice pour les tribunaux de Mâcon et de Chalon connaît bien les problématiques de détresse du monde agricole, il a réagi au drame qui a endeuillé le monde agricole:

« Ce dossier a été traité comme un fait divers, dit-il, or il est caractéristique de la société dans laquelle nous vivons. Il souligne l’indifférence qu’il a suscité au niveau national. Si un drame identique c’était passé en banlieue, avec deux policiers tuant un jeune, toute la presse nationale en aurait parlé. or pour un agriculteur pas un mot. »

« Nous avons le devoir de faire en sorte que cette mort ne tombe pas dans l’oubli. Il faut se poser la question: comment en 2017, un éleveur identifié en difficulté depuis des années a pu en arriver là? Pourquoi la force publique a-t-elle été sollicitée ? (…) Il faut quand même admettre qu’il peut y avoir certains comportements inadaptés de la part de l’administration. Cette affaire ne doit pas être enterrée, afin que cet éleveur ne soit pas mort pour rien. »

L’asservissement de la paysannerie française au mondialisme:

A la fin de la seconde guerre mondiale les Américains qui ont concédé le plan Marshall ont demandé en contre-partie l’américanisation de l’agriculture française. De ce fait les exploitations ont été regroupées arbitrairement et autoritairement, les tracteurs ont remplacé les chevaux, les techniques coûteuses d’exploitation ont été promues. L’agriculture française traditionnelle de grande qualité a été en grande partie enterrée. Les subventions ont fait leur apparition au prétexte d’alléger le panier de la ménagère, comme si au bout du compte il ne fallait pas que quelqu’un paye. Les paysans n’ont pas vu venir le piège qui leur était tendu, mais à partir de cela ils ont perdu la liberté du choix de leurs méthodes d’exploitation. La grande distribution a inversé le concept d’une production au service de la demande, pour créer une demande toujours plus grande au service de l’offre.  A son tour l’Union européenne dont les fondateurs émargeaient à la CIA, a imposé ses conditions dans le cadre des différentes PAC. Une administration impérieuse est venue donner ses ordres et ses conditions aux agriculteurs transformés peu à peu en sous-fonctionnaires…

« Labourage et pâturage », dont l’intendant Sully disait qu’ils étaient « les deux mamelles de la France », et qui faisaient la fierté de tous les petits écoliers il y a cinquante ans encore, sont en voie de disparition accélérée. Si les Français endormis depuis longtemps et plus encore par Emmanuel Macron ne se réveillent pas, la mémoire de la France profonde, représentée par sa paysannerie, aura complètement disparue dans le magma mondialiste, et quant à leurs enfants, ils seront engraissés aux hormones de la grande industrie chimique d’outre atlantique.

Lire à ce sujet: L’agriculture assassinée de Jean-Clair Davesnes,  paru en 1992, mais réédité récemment pour la troisième fois. Un livre à lire à tout prix pour comprendre l’ampleur du drame qui se joue.

emiliedefresne@medias-presse.info

 

13/06/2017

La France est entrée en dictature mais personne ne le sait parce que la télévision ne l’annonce pas...

C’est la révélation des présidentielles 2017: la dictature est en marche. Le contre-poids d’Internet n’était qu’une illusion, la pensée unique n’a plus de vecteur d’opposition en France. A quoi bon se démener pour ré-informer ? Depuis ces cinq dernières années le web pavoisait: bientôt les grandes chaines de télévision allaient être caduques, renvoyées dans les ténèbres de l’Histoire puisqu’ Internet allait prendre la main en mettant à nu tous les mensonges des gros médias du Système et en donnant les informations tenues cachées.

Car que voyons-nous ? Internet est partout, dans les ordinateurs, les téléphones portables, les tablettes, la porte semblait enfin grande ouverte à la ré-information, à la libre information!

Mais patatrac! Les élections présidentielles viennent de démontrer combien grande était l’illusion! C’était sans compter avec la démarche qui est volontaire sur Internet alors qu’elle est passive face à la télévision. Pour trouver sur Internet il faut chercher, il faut pianoter, il faut une série d’actes volontaires, car sur la toile, en dehors des publicités on ne trouve que ce que l’on cherche ou à peu près. Tandis qu’il suffit de s’assoir dans son fauteuil et d’appuyer sur un bouton pour que la télévision déverse sa propagande, souvent insidieuse, et le plus souvent brutale, tant les précautions sont inutiles. Il y a une sorte d’hypnotisme de la télévision qui fait que même au moment des pubs, même au cours d’une émission sans intérêt il est difficile de faire le petit acte volontaire qui consiste à changer de chaine. La télévision déverse son discours à sens unique… Avec des cerveaux formatés dés le plus jeune âge par l’éducation nationale, la nouvelle bible qui se déverse à travers le petit écran a la partie facile...

Mais le web, cette immense toile d’araignée pavoisait: la ré-information allait rentrer partout, adieu le bourrage de crâne des médias aux ordres, finie la pensée unique sortie des loges. La toile allait faire prendre conscience de la terrible désinformation des gros médias, de la terrible manipulation des cerveaux. C’était la fin du lavage de neurones des écoles de la république « alahïque » et maçonnique, désormais il serait impossible d’arrêter la grande lessive des écuries d’Ogias lesquelles allaient être lavées à grande eau par le gigantesque fleuve libre de la ré-information.

J’avoue que j’étais plus que sceptique, je me suis même fendu de quelques articles plus que dubitatifs pour mettre en garde contre cette vaste illusion… Mais à force de l’entendre, de constater l’enthousiasme des « youtubeurs » et des chroniqueurs de talents, de lire des informations qui n’apparaissent nulle part ailleurs, j’avais fini par me mirer comme les autres dans le miroir aux alouettes.

Jamais comme depuis cinq ans le régime désastreux de Hollande n’avait été mis à jour! Durant cette campagne présidentielle, les mensonges et les manipulations de Macron n’ont-ils pas été dénoncés, démasqués à leur tour sous toutes leurs innombrables formes, sur d’innombrables sites, des plus laïques aux plus catholiques? BFMacron allait voir ce qu’il allait voir! Le magnat de la presse Drahi, et son groupe n’aurait plus de secrets pour personne, ses connivences avec le ministre Macron allaient exploser. La trahison de Macron opérée contre Alstom allait soulever d’indignation la France entière! Ses millions mystérieusement non-déclarés aux impôts allaient faire trembler d’indignation les mélenchonistes et  jusqu’aux  immigrationnistes qui s’attendrissent si volontiers sur la misère des pauvres « réfugiés »…

Mais alors quelle claque monumentale au soir du deuxième tour des élections! Certes Marine Le Pen a lamentablement négocié ces trois derniers jours de campagne… Mais cela changeait-il quelque chose à la réalité du personnage d’un Macron au service de la classe des jets privés ?

Certes, même baignant dans l’illusion totale, plus aucun internaute raisonnable n’attendait encore le succès des patriotes tant le ramonage des cerveaux par les sondages et par tous les canaux médiatiques nous avaient déjà prédit la Bérézina. Mais un bon gros résultat à 40%, -voire plus- de Marine Le Pen aurait fait vaciller un instant  dans le ciel les jets des young leaders du Bilderberg où Macron a été programmé!

Au lieu de cela le score de Marine Le Pen n’a fait que descendre tout- au- long de la soirée électorale, au point qu’on pouvait se demander si le lendemain au réveil il lui resterait encore quelques voix…

Tous ceux qui ont œuvré pour une France identitaire et souverainiste, et Dieu sait s’ils sont nombreux sur la toile, ne se sont pas encore remis de cette raclée monumentale. Finies les illusions. A quoi bon des lois liberticides supplémentaires contre la libre information de la toile ? Après ces présidentielles et les législatives qui s’annoncent, à quoi bon? Les instituts de sondage disent la messe et les grands médias donnent la bénédiction finale.

La triste réalité semble être que les Français ne se servent d’Internet que  pour étaler sur Facebook leur médiocrité gentillette, pour parcourir les sites d’achats ou pire pour se vautrer dans la pornographie…  En tout cas ce qui les rassemble tous c’est la sainte télévision, leur nouvelle bible sur laquelle ils restent  le regard vissé à rire avec le Pakistanais Hanouna qui multiplie d’un air entendu les grasses plaisanteries contre Marine Le Pen et le Front national, tandis que ceux qui se veulent les plus intellectuels vont se défouler avec Laurent Ruquier contre le bouc émissaire FN dans « on n’est pas couché ».  Au moment du repas ils regardent le JT de 20 heures l’œil morne, le cerveau encore habité par Ruquier, Hanouna et tous les autres ramoneurs de crânes…

Depuis, les « youtubeurs » enthousiastes et les chroniqueurs besogneux qui avaient le sentiment de faire œuvre utile sont décontenancés, anéantis, un immense doute, un phénoménal doute a pris l’empire de leurs cerveaux. Ils ne s’indignent même plus des sondages ravageurs qui prédisent un ras-de-marée de la République en Marche aux législatives avec l’annonce de l’élection probable d’un ou deux candidats seulement pour représenter les 12 millions d’électeurs de Marine Le Pen, comme si cela n’avait absolument rien de scandaleux.  A quoi bon ? Qui les entendra ? La ré-information de la toile tourne en boucle entre gens de bonne compagnie qui se renvoient les uns aux autres les bonnes vidéos, les bons articles. Après quelques jours de sidération, les chroniqueurs désabusés ont repris leur clavier, sans illusion, bien conscients que tout cela ne sert à rien, qu’ils ne convainquent que les gens déjà convaincus, que la dictature des télés n’a jamais été aussi bien ficelée, que la pensée unique n’a jamais si bien circulé et que l’abaissement du niveau intellectuel n’a jamais été si bien orienté vers un abrutissement aussi généralisé…

Mais alors pourquoi dans le monde anglo-saxon les succès de Trump et du Brexit, objecterez-vous ? Sans doute parce que dans ce monde-là l’information n’est pas encore pleinement contrôlée comme en France. Sans doute en raison de la langue beaucoup plus répandue dans le monde que le Français, sur de beaucoup plus vastes territoires et dans de beaucoup plus nombreux pays, donc plus difficile à embrigader totalement. Ainsi  RT (Russia Today) diffuse-t-elle sur de vraies chaines de télévision aux USA et en Grande Bretagne, sur un vrai canal télévisuel, et apporte-t-elle une information alternative, ce qui n’existe pas en Français puisque ce média ne diffuse en français que sur Internet rendant son impact en France dérisoire.

Du reste l’information est tellement contrôlée en France que si des chaines indépendantes demandaient au CSA un canal de diffusion, il est bien peu probable qu’il serait accordé.

Conclusion: La France est entrée en dictature mais personne ne le sait parce que la télévision ne l’annonce pas!