Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lobbies homosexuels

  • L' Islam est une machine de guerre et la chienlit au pouvoir feint de l' ignorer .

    Je n’ai pas une sympathie particulière pour Monsieur Collomb. Mais le fait d’avoir démissionné après avoir constaté que bientôt, nous ne serions plus côte à côte avec la communauté Islamique, mais face à face, a prouvé que même un socialiste pouvait avoir des éclairs de lucidité, bien qu’ils soient rares! ...

    J’attends donc le « face à face » avec quelque impatience, pour en finir d’une façon ou d’une autre avec l’idéologie meurtrière des coraniques, ou avec ce qui fut la France.

    Peu de choses permettent d’espérer que l’Hexagone échappera à la soumission, puisque le ministre de l’intérieur chargé de défendre notre identité, avait déjà proclamé le 22 Octobre2017 que l’islam était « une religion de Paix et d’amour ». On me dira que le Pape dit à peu près la même chose, mais l’histoire de l’Église comporte aussi des antipapes, et malgré Borgia , l’institution a duré !

    Toujours est-il que cette mansuétude du citoyen Castaner allait décider Monsieur Macron à le nommer à un poste qui lui permettrait d’exprimer son amour de l’Islam. Si l’on considère depuis sa nomination l’accroissement des feux de joie, des vitrines défoncées, et des Églises salopées, de Notre dame de Paris à Notre Dame d’Oloron, ce 3 Novembre, il semble bien que monsieur Castaner est en train de réussir sa mission. D’ailleurs en réclamant la construction de 2000 mosquées supplémentaires, Monsieur Dalil Boubakeur qui représenterait un Islam dit « modéré » dit-on, sait qu’il est tout à fait raisonnable et en accord avec ce que veut le laïcisme républicain.

    On sait qu’un Islamiste « modéré » n’égorge pas. Il se contenterait de tenir la victime à égorger immobile pour éviter toute gesticulation profane. Mais si les djiadistes au Moyen Orient en étaient encore à ces méthodes médiévales, Il est permis de penser qu’en Europe, ils se soient mieux adaptés à la modernité. Ce Dimanche 3 Novembre encore, le petit écran m’apprend qu’à Chanteloup, tandis que flambait le Palais de la culture, l’islam intégral, a victorieusement repoussé la police qui tentait de faire en sorte que les pompiers puissent intervenir contre le feu de joie ! Quelques jours auparavant, à Béziers, Un collège, un Gymnase et une école prenaient feu spontanément. Je précise bien « spontanément », car dans notre Hexagonie, il est interdit de supposer qu’il pourrait y avoir une relation entre les incendies et les « chances pour la France ». Là encore la police n’a pas agi avec le discernement souhaitable. Elle a pris à partie des jeunes qui venaient simplement se chauffer un peu, et cela a paru intolérable à ces citoyens qui ont pris ce qu’ils avaient sous la main pour se défendre : On ne sait comment il se trouvait là non seulement des pierres et des bâtons, mais aussi des explosifs et même, suivant la presse, des mortiers !

    J’ai un mauvais souvenir des mortiers. Sous les obus de ces engins, le Lieutenant Joyeux a été tué à mes cotés, et la même chose pourrait arriver aux membres des forces de l’ordre. Certains prétendent que ce serait souhaitable, car cela appellerait une réponse plus radicale que l’innocent matraquage. Mais pour l’instant, tout au contraire, le gouvernement est en train de modifier les pétoires dites « non létales » pour diminuer encore leur efficacité. C’est-à-dire qu’appliquant vis-à-vis des guerriers islamistes les lois de « l’humanisme » républicain, qui consiste à espérer la conversion des criminels, le gouvernement devient complice de l’invasion du territoire. Bien sur en parlant d’invasion, je ne fais que répéter la dénonciation qu’en faisait Giscard d’Estaing, après s’en être fait le complice en décrétant le regroupement familial. Certains qui n’ont pas eu la prudence de préciser qu’ils ne faisaient que répéter les propos d’un intouchable président de la république, ont subi la rigueur des tribunaux républicains. Car il est aujourd’hui des tribunaux qui appliquent ce que disait Salvator Allende, à savoir qu’ils ne doivent point faire justice, mais appliquer les directives du parti de progrès. Je me demande si ce progrès qui hier fut socialiste, n’est pas le Macronisme ; Après les bons souhaits que Monsieur Macron vient de prodiguer au gouvernement Algérien pour l’anniversaire de ses premières atrocités, on peut s’interroger.

    Il est tout à fait évident que l’apparition des mortiers dans l’arsenal des banlieues marque le passage de l’état de contestation à l’état de Guerre.

    L’Islam est une machine de guerre, et l’Islam, ce n’est que l’application stricte du Coran.

    L’intégrité Française devrait interdire le Coran, détruire les mosquées ou l’on prêche le Coran intégral, et déchoir de la nationalité Française ceux qui favorisent d’une manière ou d’une autres, la permissivité du Coran dans la culture nationale. Cela concerne me semble-t-il le personnel de tous les partis dits « de gouvernement », qui n’ont gouverné que pour se remplir les poches.

     

     

    Tous les français qui veulent savoir, savent que l’amour de Castaner et des républicains de progrès pour l’islam, contient l’espoir de pouvoir se servir de l’Islam pour éliminer le Christianisme. Ce fut la politique constante de la république, qui, dès la chute de l’Empire, fit tout pour arrêter les conversions massives des Kabyles au catholicisme. Devenue strictement Franc-maçonne la République devait tout faire pour que l’Algérie stagne sous l’immobilisme Coranique, et Le Père de Foucault qui n’était pas Maçon, avait prévenu les Français de ce qui est arrivé !

    Certes, de 40% de mécontents il y a 6 mois, nous avons sauté à 62 % paraît-il : Il y aurait donc une prise de conscience de ce que Macron n’est pas le « chevalier blanc » que l’on attendait. Certains en déduisent que ce fut un faute de voter Macron, et je ne suis pas de cet avis. Je pense qu’il était tout à fait légitime de sortir de l’intermède socialiste dont la bêtise devenait omnipotente, avec ses mignons subventionnés, ses repris de justice sentencieux, et ses femelles en ménopause d’intelligence. On peut pardonner l’erreur politique, car elle porte des leçons pour en sortir. Mais la bêtise est incontournable, et quant elle est socialiste, elle joint le ridicule à l’incapacité et à la prétention ! Hollande avait tout du dindonneau qui glousse en faisant la roue pour séduire ses cocottes. Il glousse d’ailleurs toujours en se sachant intouchable, car la république a des bontés pour l’étron lorsqu’il est Elyséen ! Et  nous en étions là !

    Le seul maintien de Castaner à son poste, néantifie le discours de Macron sur l’appel à la mobilisation contre « l’Hydre Islamique ». Rien n’est plus contraire à l’appel du Président de la République que les anciennes déclarations de son ministre. On est étonné que la chienlit ait pu investir à ce point le Macronisme ! Bien sur, le Président a insisté sur le fait que dans cette lutte, les institutions ne suffiraient pas, et l’on peut même dire que depuis 4O ans, les institutions ont été interprétées comme devant être favorables à l’étranger ! Bien sur, que Monsieur Macron soit l’héritier d’une véritable impuissance Elyséenne à se faire obéir est évident. Cela lui vaudrait peut-être des circonstances atténuantes, lorsque la résistance nationale l’ayant emporté, il faudra juger les collabos de l’Islamisme , avec ceux de la porcification nationale.

    Car enfin, lorsque le rappeur Nick Conrad qui se prétend artiste noir et Parisien, publie et anime ce texte :« Je rentre dans les crèches, je tue les bébés blancs ; Attrapez les vite, pendez leurs parents, écartelez-les pour passer le temps et divertir les enfants noirs de tout âge petits et grands, fouettez-les fort, faites-le franchement, que ça pue la mort et que ça pisse le sang ! » et que ce pousse-au-crime ne soit condamné qu’à 5000 Euros d’amende avec sursis, on peut avoir de réelles inquiétudes sur l’état de la justice dans l’ère Macronienne !

     

     

    Car quand, lors de la fête de la musique, le 21 Juin 2018,le président invite à l’Elysée les danseurs contorsionnistes du « Voguing », la danse emblématique de la communauté des lesbiennes, gay, bisexuels et Transgenres noirs et américains, et que le chanteur de ce ramassis exhibe ostensiblement sur son T-shirt, la précision « Fils d’immigré noir et pédé », comment croire que le chef de l’état qui parait ravi, et comme dans son élément avec ce groupe, puisse prétendre à une moralisation quelconque de notre société ?

    Moi je pense que Nick Conrad n’a pas le droit d’exister parce qu’il est inhumain, et qu’une justice qui lui accorde un sursis, devrait être elle-même justiciable, pour avoir laissé un criminel potentiel en position, non pas de passer aux actes, car il est pétri de lâcheté, mais en position d’inciter sa communauté raciale à le faire.

    L’Islam lui, prône l’assassinat religieux. Et admettre l’islam, même baptisé « de France », c’est admettre l’assassinat en France, même si l’on prétend combattre l’Hydre ! Certes, quand l’ Evêque de Belfort, le citoyen Blanchet justifie sa présence dans les manifestations islamophiles en déclarant que « les musulmans sont nos frères » on ne peut le contredire, mais il faut tout de même ajouter qu’ils sont nos frères comme Caïn était le frère d’Abel ! La gestion du pays est à l’image des discours du Président de la République, dont certains sont remarquables mais ne se traduisent pas par les réformes impératives nécessaires. Par exemple quant la cour des comptes dénonce que 53000 retraites versées aux travailleurs étrangers, sont fantomatiques, et réclameraient une suspension immédiates, que fait-on ? Rien ! Et pourtant, nous avons affaire à des retraités abusifs, dont certains seraient encore vivants à 117 ans !

    Et le scandale continue, alors que l’ignoble Valls, étrillé comme il se devait par l’électeur Espagnol, avait, au temps de sa malfaisance Française, supprimé les aides aux maisons de retraite publiques, où agonisent nos vieux travailleurs. Tout cela s’ajoute au scandale d’une immigration où seulement 15 % d’indésirables sont réellement expulsés, tandis que les clandestins renforceront la natalité des Français de papier, des Coraniques polygames dont les épouses sont considérées comme des mères célibataires, et les vendeurs de drogue, qui ont créé dans notre pays des enclaves où la police ne peut plus pénétrer.

    Actuellement, ils se dit que le traitement de l’immigration, de l’intégration, et le maintient de sa gabegie, nous coûterait de vingt cinq à cent milliards suivant les critères retenus! ( Il n’y a pas de chiffres officiels...) Et dans la république inégalitaire ou pour nous faire un instant oublier les carences de l’état, Monsieur Canteloup percevrait 150 755 Euros par mois pour faire le Pître, les Paysans continuent à se pendre, pour illustrer ce qu’est notre république…

    Pendant ce temps, Erdogan demande aux femmes Turques de faire au moins 5 enfants, au cas où l’Occident résisterait encore 2O ans à l’invasion Islamique , l’Irak est au bord de la guerre civile, et le Liban n’en est pas loin ; Les troubles Algériens nous préparent une vague d’immigration massive, et Daech démontre qu’au Mali, il frappe qui il veut, quant il veut, tandis qu’en France l’action syndicale dans les troubles de la SNCF, semble illustrer , ce que disait Doumeng du Parti Communiste :   « Nous pouvons baisser à 10%, à 5%, à 2% ! Tant qu’on aura la CGT, on vous fera manger de la merde quand on voudra ! ».

    Toujours dans cette France qui s’inquiète beaucoup du sort des Français de Daech prisonniers des Kurdes, Monsieur Pechenard, ancien directeur général de la police, qui vient de dénoncer avec rigueur la paupérisation des forces de l’ordre et la remise en liberté des délinquants, déclare faire confiance à cette « droite » qui nous a donné les Giscards, les Chirac, et les Sarkozy, c’est-à-dire à la fausse droite cravatée de tricolore ! Quel crétinisme ...

     

    Alexis ARETTE

     

  • Les contradictions de Mgr Blanchet ,évêque de Belfort-Montbéliard : il ne défila pas pour la PMA par crainte de récupération mais défile pour les musulmans…

     

    Contradictions et soumission au politiquement correct sont décidément des caractéristiques fondamentales des évêques de France.

    Portrait d’un énième évêque conciliaire bien dans le vent de la pensée unique…

    Mgr Dominique Blanchet, évêque de Belfort-Montbéliard et vice-président de la Conférence des évêques de France, qui refusa de défiler contre la PMA le 6 octobre dernier « par crainte de récupération » n’a pas eu le même soucis éthique pour défiler, au premier rang, samedi dernier contre « l’islamophobie » dans les rues de Belfort.

    « Nous avons à cœur, pour chacune des religions de l’Aire urbaine de Belfort-Montbéliard, de manifester que nous sommes ensemble dès lors qu’il s’agit de garantir l’expression religieuse de chacun et de nous engager devant tous, aux yeux de tous, comme étant artisans de paix » a-il expliqué durant le défilé.

    En revanche, avant la manifestation anti-PMA organisée par une vingtaine d’associations dont La Manif pour Tous, il avait déconseillé à ses ouailles d’y participer :

    « J’invite les paroissiens à se manifester sur le sujet, mais pas à manifester. Je ne participerai pas, par crainte de récupération car le sujet est très sensible. Mais j’espère que la participation sera plus large qu’une manifestation catholique. »  

    En voici un qui a des pudeurs à géométrie variable.

    Avec de tels évêques à la tête de l’Eglise de France, grand remplacement et perversion des mœurs seront les deux mamelles de la France !

     Rappel:

    Samedi 2 novembre, l’évêque de Belfort s’est joint au cortège d’un millier de personnes manifestant dans sa ville épiscopale contre « l’islamophobie ». Mgr Dominique Blanchet se justifie dans le journal La Croix en vantant la fraternité interreligieuse ... :


    « Nous évêques de France, pouvons faire beaucoup pour développer cette fraternité. Ce n’est pas de la théorie. C’est un chemin exigeant dans la durée. Nous avons le devoir d’éduquer la société à ne pas avoir peur des religions. A cet égard, dès qu’on avance sur le front de la fraternité, on ne risque pas de se tromper ».


    Les évêques de France ne voient-ils pas que cette pseudo « islamophobie » est une arme ?

    « C’est la stratégie des islamistes que de renverser les responsabilités et se victimiser », affirme Barbara Lefebvre dans Le Figaro du 12 novembre. L’agresseur joue l’agressé. C’est le comble quand on connaît l’histoire violente de la civilisation islamique, le comble également quand on sait le sort réservé aujourd’hui même aux chrétiens dans les pays où la charia est appliquée, le comble enfin quand on sait ce que dit le Coran :


    Sourate 9 : « O vous qui croyez, ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens. Ils sont les amis les uns des autres » ; « Que Dieu anéantisse juifs et chrétiens, ils sont tellement stupides » ; « Combattez ceux qui ne croient pas en Allah, ceux qui parmi les religions du Livre ne pratiquent pas la vraie religion ». « Combattez (les chrétiens et les juifs) jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés »


    Sourate 2 : « Tuez-les partout où vous les trouverez ».


    Sourate 4 : « S’il se détournent (du chemin d’Allah), tuez-les (ceux qui ne croient pas à Allah) partout où vous les trouverez ».


    Peut-être nos évêques argueront-ils qu’il y a des sourates modérées et même des imams modérés. Il existe en effet des sourates modérées, parmi les premières sourates dites mecquoises (écrites à La Mecque) quand Mahomet et ses hommes étaient en minorité. Mais les sourates ci-dessus sont extrêmement violentes à l’égard des non-musulmans. Ce n’est pas contradictoire ! L’islam considère simplement que les premières, modérées, sont abrogées par les suivantes, « abrogeantes ».

    S’il faut apparaître soumis à l’Etat tant que l’on n’est pas en mesure d’imposer sa loi, dès lors que l’on devient suffisamment puissant, la donne change…


    Sourate 47 : « Ne faites plus appel à la paix quand vous êtes les plus forts ».


    Nos évêques imbus de la liberté religieuse de Vatican II préparent de nouveaux orages. Ne livrent-ils pas les brebis au loup en lui ouvrant gaiement la porte ? Plutôt que de disserter à n’en plus finir sur l’écologie et la fraternité humaine, ils devraient s’inquiéter davantage du salut des âmes face à l’expansion agressive de l’islam...

     

     

     

     

  • PMA, GPA: POLITIQUES ET MAÇONS ORGANISENT, LES INVERTIS SUIVENT !

     

    Homosexuels, béliers de la révolution génétique

     Les mots d’ordre, les slogans, les quelques arguments imposés par la Manif pour tous pendant la dernière manifestation sont certes justes mais cachent malheureusement derrière l’arbre de « la PMA sans père » une forêt sombre, un projet strictement transhumaniste. La PMA en général, la PMA dans sa globalité, voilà le danger, le danger d’une banalisation d’un procédé qui engendrera immanquablement les conséquences catastrophiques, certainement irrerversibles, non seulement sur le plan anthropologique mais également sur le plan biologique, génétique. Nous nous sommes tous faits avoir depuis le début avec le PACS (Pacte civil de solidarité) qui n’était bien évidemment pas une offensive exclusivement homosexualiste. Dès le départ, dès que le projet fut discuté dans les media, dans la rue, au sein des partis politiques, l’accent fut mis tous azimuts sur la fonction juridique du PACS pour les homosexuels. Le PACS était universel mais les débats étaient incessamment axés autour des “droits” des homosexuels. Pourtant l’instauration de ce pacte universel allait donner un nouveau coup très dur à l’institution du mariage traditionnel. Aujourd’hui 95 ou 96 % des PACS sont signés conjointement par un homme et une femme. Parce qu’il était aussi et surtout, ce PACS, destiné aux couples classiques dits hétérosexuels. Sans être homophobe, on n’est pas obligé d’apprécier cette galaxie, d’ailleurs on peut penser tout ce qu’on veut au fond de soi-même. Mais la population homosexuelle a été en l’occurrence puissamment instrumentalisée pour labourer un nouveau sillon dans la société française.

    LA GRANDE INSTRUMENTALISATION DES HOMOSEXUELS

    Pour manœuvrer efficacement cette population homosexuelle (au moins la militante), le pouvoir a sorti l’affreuse Boutin que nous ne décrirons pas une seconde fois mais qui ne représentait rien et rétrécissait le débat à une confrontation homosexuels/catholiques, si bien que que le débat était bel et bien vu comme tel par le public. Et pourtant le scénario avait démarré sur des revendications capricieuses d’étranges petites officines homosexualistes liées notamment au parti socialiste. Car les homosexuels étaient déjà à l’abri du destin, si l’on peut dire, avec la promulgation de la loi de 1989 sur le concubinage. La nécessité d’une réforme supplémentaire au nom de la sécurité de confort des homosexuels ne sautait pas aux yeux. Le PACS, placé sur l’arène où s’opposaient homosexuels/homophobes selon les media, a finalement bénéficié d’une publicité incroyable qui s’est bien ancrée dans l’esprit des hommes et des femmes hétérosexuels, tout en donnant une nouvelle visibilité aux gays et lesbiennes désireux de vivre comme tout le monde avec pactes et contrats… 

    Le « Mariage pour tous » paraissait, pareillement, d’emblée, comme une provocation, un caprice d’une frange de la communauté LGBT. Mais, encore une fois, c’était une infime minorité des homosexuels qui souhaitaient ou disaient souhaiter leur mariage et tous les nouveaux droits qu’il leur procurerait. Il existe en effet un point de départ à cette histoire absurde de mariage homosexuel. Bien en amont, des politiques, alors omniprésents à la télévision, avaient organisé un véritable spectacle en faveur de l’égalité des droits pour les homosexuels. Le 5 juin 2004, le maire Vert de Bègles, Noël Mamère, « constatant que le Code civil ne précise pas le sexe des époux », célèbre un mariage entre deux hommes. Logiquement, le 27 juillet suivant, le tribunal de grande instance de Bordeaux statue sur la question du sexe des mariés, en s’appuyant sur un autre article du Code civil qui précise que lors de la cérémonie du mariage, l’officier de l’état civil « recevra de chaque partie, l’une après l’autre, la déclaration qu’elles veulent se prendre pour mari et femme », et annule ce mariage. 

     

    POLITIQUES ET MAÇONS AGISSENT, ORGANISENT, LES INVERTIS SUIVENT

     

    Nous voyons bien avec cet exemple que la subversion homosexualiste est d’abord menée par de grands professionnels de la politique et par la logistique maçonnique et non uniquement par des homosexuels d’ailleurs eux aussi militants politiques quand ils se mêlent à cette agitation. Ainsi, cinq ans après le PACS, le système relançait par l’action de ses représentants les plus progressistes une propagande sur la sacro-sainte égalité des homosexuels. Et c’est encore 5 ans plus tard, en 2009, le 14 novembre que le maire de l’époque de Montpellier, Hélène Mandroux, lance l’Appel de Montpellier en faveur du mariage des couples de même sexe et de l’adoption homoparentale. Mandroux est rejointe par des dizaines de maires, par des associations et quelques milliers de signataires particuliers. Par ailleurs, plusieurs propositions de loi sont déposées devant le Parlement, mais aucune n’est adoptée. Cela ressemble à une agitation servant à amorcer un nouveau débat d’ampleur national. 

    En 2010, Martine Billard, Yves Cochet, Noël Mamère et François de Rugy proposent une loi « permettant l’accès au mariage des couples de personnes de même sexe » faisant notamment référence à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. En 2011, une proposition similaire de Patrick Bloche est rejetée par l’Assemblée nationale. En 2012, enfin, François Hollande, candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle, promet d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe dans son « engagement 31 ». Une fois élu président, cette promesse est reprise par son parti lors des élections législatives de 2012. Le 27 septembre 2012, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, annonce que le premier mariage homosexuel se déroulera à Montpellier. Le 23 avril 2013, l’Assemblée nationale adopte définitivement la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples du même sexe. Le 17 mai 2013, le Conseil constitutionnel la déclare intégralement conforme à la Constitution. Le même jour, la loi est promulguée par le président de la République, puis publiée au Journal officiel le lendemain.

    Après une grosse dizaine d’années d’agit-prop relayée avec gourmandise par la télévision, toutes chaînes confondues, les politiques et le pouvoir législatif appliquent “leurs” promesses, foncent et font appliquer les nouvelles lois en évitant désormais tout débat et en taxant d’homophobie les derniers résistants !

    François-Xavier ROCHETTE.