Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2019

Scandales dans l' Eglise conciliaire: LES INTENTIONS PERVERSES DES HOMOSEXUELS MARTEL ET D’OZON .

 

Pédomanie : le vrai visage de la secte conciliaire

La sortie quasi simultanée du livre de Frédéric Martel sur l’homosexualité au Vatican (intitulé élégamment Sodoma) et du film de François Ozon, Grâce à Dieu, sur l’affaire Preynat, prêtre pédophile du diocèse de Lyon, est un choix malheureux. Le grand public ne risque-t-il pas de retenir du livre que tous les prêtres sont homosexuels et du film que tous les prêtres sont pédophiles ? Certes, il est très utile pour l’Etat profond de jeter le discrédit sur la religion catholique, mais le redouté amalgame entre homosexualité et pédophilie n’est pas bien loin.

Pour Martel en effet, le sacerdoce est un aimant à homosexuels. Les jeunes hommes verraient dans la carrière ecclésiastique la planque idéale pour éviter de sortir du placard. Cette supposition gratuite tient d’abord et avant tout à un présupposé, celui que la chasteté parfaite est impossible pour les prêtres. Ils sont soit des frustrés, soit des homosexuels, soit les deux à la fois. Pour Martel, qui n’a aucune idée de la vie de la grâce, il est rigoureusement impossible d’être vertueux et épanoui.

Ainsi, un clerc qui défendrait une vision traditionnelle du mariage et surtout — horreur — soutiendrait que les relations homosexuelles sont un péché, est nécessairement, pour Martel, un homosexuel refoulé ou un hypocrite, qui participerait à des « chemsex parties » la nuit et fustigerait les invertis le jour… pour se refaire une virginité. L’idée phare de l’enquête de Martel, qui a duré quatre ans, mobilisé 80 collaborateurs dans 30 pays, et qui sort en huit langues le même jour — c’est dire si l’on a donné à l’auteur les moyens de ses fins —, c’est de prétendre que 80 % du clergé est homosexuel, est terrorisé à l’idée que cela se sache, et que l’omerta au sujet de la pédophilie est due à la crainte de se voir dénoncé publiquement comme homosexuel. 

Quant aux rares hétérosexuels qui auraient été ordonnés, sans doute par hasard, ils seraient eux aussi de dangereux prédateurs, les pauvres nonnes travaillant dans leur entourage étant sollicitées sans cesse. Pour Martel, il existe plusieurs types de prélats homosexuels, des plus libérés aux simples “homophiles”, les refoulés étant les pires ennemis de la communauté arc-en-ciel puisqu’ils seraient ceux justement qui, ne vivant pas une sexualité épanouie, se prononcent le plus durement contre l’homosexualité. D’après Martel, il faut donc considérer tous les prélats conservateurs comme des homosexuels coincés bons à psychanalyser. Entendons-nous bien : Martel est très heureux que les homosexuels soient si bien représentés au Vatican. Son seul regret, c’est qu’ils ne puissent se libérer totalement d’un certain carcan idéologique. Il espère donc, avec ce livre choc, réveiller les consciences, pour qu’enfin, l’Eglise catholique (en réalité l’église conciliaire) s’adapte vraiment à la modernité.

Inutile de nier que le Vatican est peuplé de dépravés qui semblent ne croire ni à Dieu ni à diable. On se souvient de cette orgie gay au Vatican interrompue par la police en juillet 2017. Mais supposer, comme le fait Martel, que parce qu’un prélat condamne l’homosexualité, il est un refoulé, c’est nier à l’Eglise enseignante sa liberté à prêcher la doctrine de toujours. Certes, le regard torve d’un Benoît XVI trônant au milieu d’hommes torses nus membres du Gay Circus a de quoi émoustiller un Frédéric Martel. Ce genre de scène donne la nausée à un catholique, mais comme elle sent le soufre, il est bien compréhensible qu’un homosexuel revendiqué comme Martel en fasse ses délices. Pensez donc ! Un occupant du siège de Pierre frétillant de plaisir devant des hommes à moitié nus. Cependant, pour Martel, tout le monde est homosexuel. Il dresse une liste de papes prétendument homosexuels depuis le Moyen-Âge, où l’on retrouve notamment… Pie XII. Toujours accusé d’être nazi, désormais soupçonné d’être un homosexuel refoulé, Pie XII n’a décidément pas de chance. L’objectif de Martel est de toute façon de salir l’Eglise et la papauté. Seul François trouve grâce à ses yeux. Martel déborde de sympathie pour Bergoglio, l’homme en blanc du « qui suis-je pour juger les gays ? », qui envoie les athées au ciel, les divorcés remariés à la communion, visite les prêtres défroqués et mariés, donne la main aux clercs sodomites et affirme, face à un jeune homosexuel : « Dieu vous a fait ainsi et vous aime ainsi. »

 

LES INTENTIONS PERVERSES DE MARTEL ET D’OZON

 

L’omerta mise en exergue par Martel, c’est ce qu’Ozon dénonce également dans son film, qui n’est pas tant un discours sur la pédophilie, qu’un exposé linéaire et ennuyeux par endroits, des étapes de la création de l’association « La Parole Libérée », association de victimes du Père Preynat. Rappelons d’abord qu’Ozon était aussi le réalisateur en 2002 du film 8 Femmes, film dont le kitsch contraste violemment avec le scénario machiavélique ; le réalisateur s’y régalait de plusieurs scènes d’“amour” lesbien. En 2013, son film Jeune et jolie présentait une jeune fille de 17 ans devenant prostituée de luxe. En 2018, L’Amant double, qui met en scène la même actrice, est fait, selon le magazine Première « d’érotisme chic et de visions glaçantes ». Et ce ne sont là que des exemples dans une filmographie où l’érotisme, souvent homosexuel, est roi. Voilà le réalisateur qui a choisi de parler de l’affaire Preynat, ce prêtre accusé de plusieurs dizaines d’agressions sexuelles et de viols. S’il fallait s’attendre au pire, Ozon a choisi habilement de ne rien montrer. Le Père Preynat de toute façon n’est presque pas le sujet du film. Il aurait presque l’air d’être une victime, lui aussi, avec ses protestations : « j’ai prévenu ma hiérarchie que j’avais un problème avec les gosses ». Il n’a jamais rien nié, mais n’a jamais été sanctionné. Aussi le véritable ennemi à abattre est-il l’institution elle-même. Barbarin, censé la représenter, est dépeint comme un homme mielleux, faux, double, qui essaie d’endormir les victimes. L’Eglise catholique (ou ce qui en tient lieu) et sa foi, voilà les cibles d’Ozon, qui ouvre le film avec une famille catholique bourgeoise, et le clôt sur un dîner durant lequel le seul personnage catholique annonce que sa fille ne recevra pas les sacrements, tandis que l’athée militant du groupe se réjouit d’avoir apostasié publiquement en faisant inscrire sur les registres qu’il reniait la foi de son baptême. Les dernières paroles du film sont prononcées par un adolescent qui interroge son père : « tu crois toujours en Dieu ? » Silence. Au silence, à l’omerta de l’institution, succède le silence du croyant, reflet sans aucun doute de ce Dieu qui n’existe pas, de ce Jésus qui a dit « laissez venir à moi les petits enfants. » C’est à Preynat qu’Ozon fait répéter ces paroles du Christ, pour les laisser résonner de façon menaçante et pour souiller ce qu’il y a de plus pur, de plus saint et de plus innocent.

UN VÉRITABLE CLOAQUE

François Ozon, qui comme Martel est homosexuel, a des raisons d’avoir une dent contre Barbarin, qui s’était engagé avec la Manif pour tous contre la loi Taubira. En 2014, on l’entendait également déclarer lors d’une « marche pour la vie », que 200 000 petites vies supprimées chaque année par l’avortement, « c’est la plus grande souffrance de notre pays ». La condamnation est pain bénit pour les journalistes forcément objectifs comme Laurent Ruquier qui s’exprimait ainsi samedi 9 mars au sujet des catholiques désireux de défendre le mariage : « C’est bizarre que deux hommes ou deux femmes ensemble, ça les dérange, mais un homme et un enfant ensemble, ça… pas de manif. »

L’affiche du film est particulièrement violente. Un petit garçon, de dos, contemple un magistral vitrail. Le titre du film s’affiche sur ses épaules. Grâce à Dieu. Grâce à Dieu, ce petit garçon a pu être abusé en tout impunité ? Est-ce l’idée qui a présidé au choix de ce titre, l’idée qu’à cause de Dieu, à cause de cette religion qui impose le célibat à ses prêtres, d’innombrables victimes ont subi viols et attouchements ? L’insinuation est insupportable pour qui sait que l’Evangile condamne sans appel ceux qui « scandalisent un de ces petits ». Halte-là, me direz-vous, Ozon n’a pas voulu que son film fût une charge contre l’Eglise. En réalité, on doit ce titre au repoussant Barbarin, qui a osé dire, lors d’une conférence de presse, « la majorité des faits, grâce à Dieu, sont prescrits ». Dans cette conférence où il était pourtant sur la défensive, la phrase plus que malheureuse a échappé à Barbarin. Heureusement, les faits abominables sont prescrits. Heureusement il n’y aura ni procès ni justice pour ces enfants dont l’innocence a été ravie de la façon la plus répugnante. Voilà les pensées secrètes de Barbarin qui ont transpiré à cet instant. Certes. Nulle charge contre l’Eglise. Mais dans la bande-annonce du film, lorsque Barbarin, coupable de s’être tu, coupable d’avoir voulu étouffer l’affaire, est présenté, avec sa mitre, au sommet de sa cathédrale, dominant tout Lyon, en brandissant un ostensoir, et que le titre s’étale alors à l’écran, que signifie ce « grâce à Dieu » ? Dieu n’est-Il pas là, dans les mains du cardinal, n’est-Il pas considéré comme coupable, aussi ? 

Ignorance crasse du réalisateur ou ironie, l’ostensoir du cardinal, cependant, est vide. Non, ce n’est pas grâce à Dieu que les postes clés de l’Eglise sont occupés par des pervers qui se cooptent et se protègent, qui ne dénoncent pas les crimes de peur de voir leurs turpitudes révélées au grand jour. Non, ce n’est pas grâce à Dieu que ces loups déguisés en cols romains et mitres plongent dans le stupre et la fornication jusqu’à ce que, n’en ayant jamais assez, ils trempent dans les crimes sexuels à l’encontre des plus faibles et des plus humbles. 

Le 7 mars, le cardinal Barbarin a été condamné à six mois de prison avec sursis et a annoncé qu’il remettrait sa démission à Bergoglio. Une démission qui a finalement été refusée par François. C’est décidément l’hécatombe dans les rangs des cardinaux conciliaires. En février, le cardinal Theodore McCarrick a été défroqué à cause de faits avérés d’abus sexuels. Presque au même moment, le cardinal Pell, numéro trois au Vatican, a été jugé en Australie pour des faits similaires et condamné à six ans ferme. Il est en prison. Le titre du film d’Ozon est délibérément choquant ; puisse-t-il susciter un tel rejet, qu’enfin, les baptisés catholiques se réveillent et se rendent compte que c’est grâce à Barbarin, à Bergoglio, à Ratzinger, à toute cette épouvantable et pestilentielle “hiérarchie” moderniste, à ces assassins de la foi et des âmes que le vice a cessé d’être condamné, que les canaux de la grâce ont été volontairement obstrués par l’adultération des sacrements et la perte de la foi et que l’Evangile et la doctrine catholique sont de plus en plus méprisés. On ne le dira jamais assez, les déviations doctrinales entraînent toujours de graves déviances morales, l’erreur et le vice se nourrissant l’un l’autre.

 

Jérôme BOURBON

 

 

12/03/2019

La PMA au parlement avant l’été .

 

On sait Marlène Schiappa, la secrétaire d’État à l’Égalité femmes-hommes du gouvernement Macron, acquise à la déstructuration des générations futures sous la pression du lobby Lgbt.

Dans un entretien au Parisien, elle a confirmé que la PMA, la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes, c’est-à-dire tout spécialement pour les duos de lesbiennes infertiles à cause de leurs mœurs contre-nature, “sera mise à l’agenda avant cet été”

“La parole qui compte est celle du président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand. C’est lui qui a la main sur le calendrier parlementaire  (…)  Il tiendra cet engagement du président de la République” a-t-elle affirmé en soulignant ainsi qu’il n’y aura pas de report des débats.

La Gaystapo est En Marche

Francesca de Villasmundo

 

05/03/2019

Le pouvoir macroniste LGBT est en guerre contre les familles !

Si l'on avait annoncé à des générations de Poilus que les députés français voteraient officiellement en 2019 la suppression du père et de la mère des formulaires administratifs des écoles, soit ils auraient cru à une plaisanterie de mauvais goût, soit ils seraient devenus fous. C’est pourtant bien ce que la représentation nationale a acté : les père et mère disparaissent au profit de parent 1 et de parent 2 !

C’est là une nouvelle étape, et elle est décisive, dans la mise en œuvre méthodique et systématique d’une tyrannie LGBT.

Il n’est en effet pas excessif d’affirmer que l’Etat macronien est un pouvoir ouvertement pédérastique et contre-nature.

A peine élu, Emmanuel Macron rédigeait un communiqué officiel de la présidence de la République pour approuver et encourager la Gay Pride...

Déjà soutenue par la mairie de Paris et le conseil régional d’Ile-de-France, cette manifestation des fiertés homosexuelles est officiellement parrainée par l’Elysée depuis 2017. Et l’année dernière, au moment de la Gay Pride 2018, les murs de l’Assemblée nationale ont été recouverts par de larges banderoles arc-en-ciel de la communauté LGBT. Le symbole était fort : cela signifiait que la République faisait corps avec la communauté homosexuelle et ses revendications les plus maximalistes, que la représentation nationale tout entière, loin de défendre la famille traditionnelle et de promouvoir la natalité française, glorifiait les inversions et se reconnaissait en elles. D’ailleurs, au même moment, Macron transformait l’Elysée en lupanar pédérastique en accueillant, lors de la fête de la musique, des danseurs noirs LGBT clamant sur leurs maillots : « Fils d’immigré, noir et pédé ». Trois mois plus tard, comme pour se faire bien comprendre, Macron enlaçait des délinquants de couleur, torses nus, aux Antilles, et se faisait photographier avec eux, les prisonniers faisant ostensiblement un doigt d’honneur !

 

On aurait cependant tort de croire que Macron est à l’origine de ce renversement. Voilà vingt ans au moins que les pouvoirs publics, de “droite” comme de gauche, cèdent aux revendications du lobby LGBT, lui-même appuyé par les cénacles mondialistes (ONU, Conseil de l’Europe, Parlement européen, Cour européenne des droits de l’homme…) qui veulent ainsi détruire ce qui reste de société et de morale traditionnelle et bâtir un monde fondé sur le nomadisme, le sans-frontiérisme, l’absence de toute racine et de toute identité ethnique, sexuelle et religieuse. 

A l’instar du lobby immigré et du lobby juif, le lobby LGBT a procédé, pour avancer, selon la technique du voleur chinois qui consiste à déplacer de manière presque imperceptible un objet jusqu’à ce qu’il disparaisse.

Tout a vraiment commencé avec le PACS, le Pacte civil de solidarité en 1999. Accorder des droits sur le plan fiscal, successoral et patrimonial à des paires homosexuelles choquait alors à juste titre une large partie de l’opinion. Traditionnellement l’Etat accordait un certain nombre de droits et de facilités aux familles parce que le mariage assurait le renouvellement des générations et donc la préservation, la continuation voire le développement de la société. Il n’en va pas de même pour des invertis dont l’activité ne débouche pas sur de nouvelles naissances. Ce qui en sort n’ira jamais en maternelle ! 

C’était donc une folie, en plus d’être une profonde immoralité, de légiférer en faveur de ces marginaux. Mais pour rassurer les récalcitrants, on prit soin de mentir en affirmant que jamais le PACS ne déboucherait sur le “mariage” homosexuel car le mariage, répétait-on, c’est l’union d’un homme et d’une femme.

C’est alors ce que clamait à l’Assemblée nationale le ministre de la Justice de l’époque, la socialiste Elisabeth Guigou. On sait ce qu’il est advenu de ces belles déclarations.

En 2013 le “mariage” inverti fut voté, promulgué et appliqué dans les 36 000 mairies de France et l’on s’apprête à autoriser, cet été, la procréation médicalement assistée (PMA) pour les lesbiennes, le comité national d’éthique (interdit de rire !) ayant donné son feu vert, avant d’autoriser officiellement la gestation pour autrui, la GPA, comme nous y invitent fortement le présentateur gay Marc-Olivier Fogiel qui a même écrit un livre particulièrement glauque sur la question et l’humoriste ratée et invertie Muriel Robin qui a depuis longtemps dépassé la date de péremption ! 

On avait agi de la même manière pour l’avortement, officiellement limité aux cas de détresse en 1975 et précédé d’un entretien préalable dissuasif, et qui est aujourd’hui considéré comme un droit élémentaire et fondamental, une inestimable conquête de la femme, le gage de son émancipation et de sa liberté, un nouveau droit de l’homme, une des religions de la République comme en témoigne la panthéonisation de Simone Veil.

 

Pour être sûrs d’avoir gain de cause et de ne connaître aucun obstacle sur ce chemin de perdition, les pouvoirs publics ont fait voter en 2004 un délit d’homophobie qui interdit dans les faits toute critique véritable de l’homosexualité, ce qui paralyse les adversaires du lobby LGBT.

Cette loi Perben, du nom du ministre de la Justice de l’époque, décidée par un gouvernement (Raffarin) et un président (Chirac) dits de droite, comme ce fut déjà le cas de la loi Veil sous Giscard et Chirac, condamne en effet à un an de prison ferme et à 45 000 euros d’amende, soit à la même peine que le révisionnisme historique (loi Gayssot) et les discriminations raciales, nationales ou religieuses (loi Pleven), les propos, écrits ou considérations “homophobes”.

De même qu’avec la loi Neiertz en 1993 créant un délit d’entrave à l’IVG, on avait interdit les manifestations et prières de rue à proximité des avortoirs (on sait que le docteur Dor a été condamné à 10 000 euros d’amende pour avoir seulement apporté pacifiquement des chaussons de bébé au Planning familial !), de même qu’il a été question d’instituer un délit d’entrave numérique à l’IVG pour interdire les sites et les argumentaires s’opposant à l’avortement, de même la création d’un délit d’homophobie qui date déjà de quinze ans a considérablement facilité la tâche du lobby LGBT et permis d’intimider, de neutraliser ou de faire condamner ses opposants. L’accusation d’homophobie fonctionne comme celle de racisme et d’antisémitisme : elle est un rayon paralysant, un gaz incapacitant, une arme de guerre d’une violence inouïe qui tue socialement, professionnellement, médiatiquement, politiquement. 

 

Plus l' on nous parle de dialogue et de débats, moins il est possible de penser et de s’exprimer librement, moins il est permis de défendre le bien, le beau, le vrai !

Il ne s’agit pas de débattre rationnellement entre gens civilisés, il s’agit sans cesse d’accuser l’autre d’être un affreux réactionnaire, un ennemi des libertés, un sexiste, un raciste, un antisémite, un homophobe, qui ne mérite donc pas d’avoir droit à la parole et dont le propos est par avance disqualifié. On utilise la violence et le mensonge pour discréditer le contradicteur. Ce sont des procédés détestables, soviétoïdes, mais qui hélas sont systématiquement utilisés en Occident pour détruire la société traditionnelle et faire triompher une révolution arc-en-ciel, mondialiste, nomade. 

Ces principes dissolvants, destructeurs et mortifères tirent leur origine de la philosophie des Lumières, de la déclaration des droits de l’homme et ont été réactivés et aggravés à Nuremberg en 1946. Maurice Bardèche l’avait bien compris qui, dans son monumental et prophétique Nuremberg ou la Terre Promise, paru en 1948 et qui lui valut une condamnation à un an de prison ferme (déjà !), écrivait ainsi lumineusement : « Nous vivions jusqu’ici dans un univers solide dont les générations avaient déposé l’une après l’autre les stratifications. Tout était clair : le père était le père, la loi était la loi, l’étranger était l’étranger. On avait le droit de dire que la loi était dure, mais elle était la loi. Aujourd’hui ces bases certaines de la vie politique sont frappées d’anathème. Car ces vérités constituent le programme d’un parti raciste condamné au tribunal de l’humanité. En échange, l’étranger nous recommande un univers selon ses rêves. Il n’y a plus de frontières, il n’y a plus de cités. D’un bout à l’autre du continent, les lois sont les mêmes, et aussi les passeports, et aussi les monnaies ». Plus d’un demi-siècle à l’avance, Bardèche avait prévu la suppression de notre monnaie nationale, de nos frontières nationales, des distinctions entre l’étranger et le national et la suppression de la notion de père. Qui a dit que dans notre camp il n’y avait pas de grands esprits et de grands visionnaires ?