Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lobbies homosexuels

  • La France en 2022 .

    LA NOUVELLE ANNÉE commence aussi mal que la précédente s’était achevée.

    Le président de la République multiplie les provocations : à peine la France avait-elle prise pour six mois la présidence tournante de l’Union européenne, ce machin supranational, antinaturel et antichrétien, que l’emblème européiste bleuâtre flottait sous l’Arc de Triomphe en lieu et place du drapeau national, signe ostentatoire que leur prétendue Europe se fait contre la France, qu’avec leur Union européenne notre patrie se défait. L’Europe bruxelloise, cheval de Troie de l’atlantisme, du mondialisme, de l’écologauchisme et de l’homosexualisme, bref du cosmopolitisme, de la révolution arc-en-ciel, est une machine de guerre contre la France et a vocation à se substituer à elle. Ce n’est pas un hasard si, d’après le quotidien britannique The Telegraph, la France macronienne serait prête à céder son siège du Conseil de sécurité aux Nations unies à l’Union européenne. Même si l’Elysée a démenti cette information, des parlementaires de la République en marche se sont déjà clairement prononcés dans ce sens au nom de leur européisme fanatique qui consiste dans les faits à faire disparaître la France, à fondre notre patrie dans un ensemble technocratique qui n’est en rien une nation et qui ne repose sur aucune réalité charnelle.


    Nous commémorons cette année le trentième anniversaire du référendum sur le traité de Maastricht qui ouvrit la voie à la disparition de notre monnaie nationale, notre compagnon de route de 632 ans, depuis Jean II Le Bon, le franc, mot qui veut dire libre. Nous étions le seul pays au monde dont la monnaie portait le nom, et dont le nom était une vertu. La monnaie est l’un des principaux attributs de la souveraineté. En renonçant à ce pouvoir, nous avons beaucoup perdu et ouvert la porte à la destruction méthodique de tous nos ultimes attributs de souveraineté, avec les traités successifs d’Amsterdam, de Nice puis de Lisbonne. Et il est profondément regrettable, et ô combien significatif, que la quasi-totalité des candidats à l’élection présidentielle refusent de sortir de l’euro et de l’Union européenne, y compris dans le camp dit populiste. Comme ils refusent tous de revenir sur les lois Veil et Taubira destructrices de notre civilisation. Mais comment peut-on prétendre mener une politique authentiquement indépendante, renouer avec la grandeur de la France en restant dans ce machin supranational qui impose ses lois, ses directives et règlements, dispose de ses tribunaux (Cour européenne des droits de l’homme, Cour de justice de l’Union européenne) condamnant régulièrement la France (ce qui n’a pas empêché une Marine Le Pen de déclarer qu’élue, elle respecterait ces juridictions européennes !), et alors même que les traités européens et internationaux sont scandaleusement considérés comme supérieurs à notre droit interne, même constitutionnel, depuis les arrêts Vabre (24 mai 1975) de la Cour de cassation et Nicolo (20 octobre 1989) du Conseil d’Etat ?


    AUTRE PROVOCATION du chef de l’Etat : l’attribution de la Légion d’honneur, lors de la promotion du 1er janvier 2022, à l’ancien ministre de la Santé, Madame Agnès Buzyn, admise au grade de chevalier. Comme l’écrivent pour le coup fort justement les Patriotes qui appellent au retrait immédiat de cette distinction et lancent à cette fin une pétition qui hélas a bien peu de chances d’être couronnée de succès, comme c’est le cas généralement de ce genre d’initiatives, « c’est une véritable provocation quand on connaît le bilan du passage de Madame Buzyn au ministère de la Santé, aussi bien concernant la gestion des débuts du covid, le retrait de l’hydroxychloroquine des pharmacies mais aussi au sujet de la poursuite de la fermeture des lits à l’hôpital. De surcroît, en septembre dernier, Agnès Buzyn a été mise en examen pour “mise en danger de la vie d’autrui” sur le dossier covid par la Cour de justice de la République ! »
    On mesure là le cynisme des pouvoirs publics. On ment aux Français, on les trompe, on les manipule, on affirme tout et son contraire, tout particulièrement depuis les débuts il y a deux ans de cette folie covidesque (un jour les masques ne servent à rien, un jour ils sont indispensables, un jour le vaccin est totalement protecteur, un jour il ne l’est plus, un jour une dose suffit, un jour il faut un abonnement vaccinal trimestriel, un jour le passe sanitaire n’est pas nécessaire, un jour il devient obligatoire, un jour il est transitoire (on le supprimera dès qu’on le pourra, avait affirmé, la main sur le cœur, le sinistre Véran), un jour il devient à durée indéterminée, est indéfiniment prolongé, un jour la vaccination des enfants n’est pas d’actualité, un jour elle le devient, etc., etc.) Et l’on prend des mesures de plus en plus vexatoires et liberticides contre les Français, cherchant à les domestiquer et à les infantiliser : le Premier ministre Jean Castex a interdit, à partir du lundi 3 janvier, et pour au moins trois semaines, de boire debout dans les cafés et les restaurants. Le petit noir au comptoir, c’est fini, ô désespoir ! Dans de nombreux lieux comme les cinémas, les théâtres, les équipements sportifs, les transports collectifs (y compris de longue distance), la consommation de boissons et d’aliments est également interdite. Impossible de boire dans un train ou un avion, même si le trajet dure de longues heures, même s’il fait chaud, même si l’on est malade, diabétique.

    A FORCE de normes et d’interdits, on finit par rendre la société complètement inhumaine, invivable. Et hélas leur monde repose sur la délation citoyenne, la démocratie participative : c’est très souvent un simple passager, et non le contrôleur, qui morigène, au besoin avec agressivité, le voyageur qui ne porte pas le masque ou qui le porte mal (en laissant son nez à découvert). Dans leur monde totalitaire les vraies personnalités se révèlent, ce qu’il y a au fond du cœur humain se donne à voir et ce n’est pas toujours beau : ce mélange de lâcheté, de crainte servile, de délation est assez écœurant. Les comportements de petit chef, de sinistre kapo se multiplient. Au nom bien sûr de notre bien.
    Les jauges sont, quant à elles, rétablies pour les grands événements : 2 000 personnes en intérieur, 5 000 personnes en extérieur. Et surtout, à partir du 15 janvier, le passe sanitaire deviendra un passe vaccinal. Plus moyen désormais d’échapper à la vaccination, sauf à accepter de ne quasiment plus sortir de chez soi, d’être un mort social. Ou sauf à prendre des libertés avec la loi en utilisant de faux passes sanitaires mais à ses risques et périls, la sanction allant jusqu’à cinq ans de prison ferme et devant être prochainement aggravée ! D’ailleurs, il ne se passe pas une semaine sans qu’un nouveau délit soit créé pour restreindre, annihiler, supprimer nos derniers lambeaux de liberté. Qui ne voit que le coronavirus, et ses différents variants, sont un moyen extraordinaire de contrôler, de brider et de brimer la population ? Il n’y a pas que Gaza qui est un camp de concentration à ciel ouvert. C’est quasiment le monde entier, et singulièrement l’Occident, qui est devenu aujourd’hui une vaste prison. Sans qu’on s’en soit toujours bien rendu compte à l’époque, les révisionnistes et les nationalistes ont été à l’avant-garde de la défense de nos libertés. Lorsqu’ils étaient poursuivis, condamnés, pourchassés, traqués, incarcérés, c’était, au-delà de leur personne, le peuple français dans son entier qui était visé. Mieux, c’était l’humanité entière, en tant qu’elle souhaite penser par elle-même, exercer son esprit critique, vivre et se déplacer librement, faire ses propres choix, que l’on voulait mettre en cage. Par la surveillance généralisée, la révolution numérique et électronique, le traçage, le flicage, le règne de la puce et du QR code.

    NOUS COMMÉMORERONS aussi cette année les cinquante ans de la loi Pleven (1er juillet 1972) qui a transformé la France en une République cosmopolite où toute discrimination, distinction entre nationaux et étrangers est frappée d’interdit (pour l’heure sauf le vote, même si les naturalisations massives permettent largement de contourner cette exception). Depuis un demi-siècle, les pouvoirs publics ont traqué, et avec quel acharnement, les patriotes et nationalistes qui s’opposaient à l’immigration de masse et au Grand Remplacement en empilant des législations liberticides (Gayssot, Lellouche, Perben) et des dispositifs (HALDE, DILCRAH) permettant de les bâillonner et de les sanctionner. Le bâillon physique que l’on doit désormais mettre sur le visage est le symbole et le couronnement du bâillon intellectuel, moral et spirituel que nous subissons depuis des décennies.


    Cette année, c’est aussi le soixantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie (juillet 1962) qui ouvrit la voie à une immigration de masse ininterrompue depuis lors dans notre pays, au point que d’ici une génération à peine nous pourrions être minoritaires en France, comme c’est déjà le cas dans nombre de quartiers, de cités voire de départements, comme le 9-3. D’autant que les Français connaissent un hiver démographique aggravé par la politique contraceptive et abortive de masse (pilule gratuite à 100 % jusqu’à 25 ans, avortement remboursé à 100 %) qu’aucun candidat ayant quelque chance d’obtenir les 500 signatures n’entend remettre en question, même à la marge.

    LE MILLÉSIME 2022 marque également le soixantième anniversaire de l’élection présidentielle au suffrage universel direct, réforme approuvée par référendum le 28 octobre 1962. Depuis, nous avons connu dix présidentielles (1965, 1969, 1974, 1981, 1988, 1995, 2002, 2007, 2012, 2017) et cette année sera la onzième. Le pays s’est-il redressé depuis l’adoption de ce dispositif ? Bien au contraire. Plus il y a d’élections, plus l’on fait voter la masse, plus le pays se porte mal. Cette année, comme tous les 5 ans (tous les 7 ans auparavant), on va nous promettre que tout va changer, tout va s’arranger. Par la grâce du bulletin de vote. Par le miracle de l’isoloir. La France est de retour dit Zemmour, reprenant le titre du livre de Le Pen en 1985. La droite est de retour répond en écho Pécresse qui n’est qu’une Macron en jupon. La France va être sauvée, redressée. Elle va renaître de ses cendres. Le pire, ce n’est pas qu’on nous le dise tous les cinq ans. Le pire, c’est qu’il y ait toujours des millions de gens pour y croire. Ils vont agiter leur petit drapeau, payer leur petit écot, donner leur cotisation, ne pas être avare de leurs acclamations, et crier à propos d’un tel (ou d’une telle) à pleins poumons : « Président, Président ». Comme le camembert !


    Nous commémorerons aussi cette année les cinquante ans de la naissance du Front national, le 5 octobre 1972. Un mouvement qui a enthousiasmé les foules, galvanisé les militants, suscité un nombre impressionnant de dévouements et un très grand enthousiasme (Le Pen avait quasiment réussi à remplir le stade Vélodrome à Marseille en 1988, et que dire des magnifiques BBR tant au Bourget que Pelouse de Reuilly !) Mais pour quel résultat ? Cela n’a pas empêché ni retardé la destruction de la nation, de la famille, des corps intermédiaires, le Grand Remplacement, le Grand Déclassement, le Grand Effacement du pays. Et au prix de quels sacrifices personnels, professionnels et familiaux ? Au prix de combien de drames (huit morts, des prisonniers, des divorces, des séparations, des ruines, des faillites) ? Depuis un demi-siècle se sont succédé les mouvements et les chefs qui prétendaient tous sauver la France avec de grands drapeaux tricolores à la tribune. Tous ont échoué. Tous ont trahi. Du RPR de Chirac en 1976 en passant par La Droite de Millon, le Rassemblement pour la France de Pasqua, le Mouvement pour la France de Villiers, le CNI, et tant d’autres. Et pourtant, chacun, à un moment, avait suscité l’enthousiasme, la ferveur, les espoirs de milliers voire de millions de braves gens, de Français ne souhaitant pas voir leur pays se déliter et expirer. Gardons-nous donc des illusions électorales qui ne suscitent qu’un espoir passager, qui ne sont que leurres et chimères, et qui débouchent invariablement sur la déception voire le dégoût, la colère et le désespoir, la rancœur et l’amertume. Soyons convaincus que l’électoralisme est la tare et la sauvegarde du régime, que leur République certes gouverne mal mais se défend bien.

    AUJOURD’HUI, disons-le franchement, au risque de ne pas être vendeur, mais ce qui compte, c’est de dire et de servir la vérité, à vue humaine, toutes les voies nous sont fermées : la voie électorale, on l’a dit, la voie militaire (comme nous l’avions prédit, la tribune des généraux n’a rien donné, c’était un coup d’épée dans l’eau), la voie de la rue (on l’a vu avec l’épisode des gilets jaunes), la voie du coup d’Etat (on le mesure chaque jour avec tous les groupes dits d’ultra-droite dissous et leurs chefs incarcérés avant même qu’ils aient tenté quoi que ce soit, on l’a vu avec l’épisode Rémy Daillet qui, selon toute vraisemblance, passera hélas de longues années derrière les barreaux bien qu’ait fait en 2020 et 2021 des centaines de milliers de vues sur YouTube avec son appel au renversement du gouvernement).


    La seule voie qui nous reste actuellement ouverte, c’est celle de la réanimation, en nous et autour de nous, du sentiment national, des positions et de la doctrine nationalistes. C’est la fidélité aux principes nationalistes et catholiques. C’est la recherche de la cohérence la plus parfaite possible entre sa vie et ses convictions. C’est le goût des bonnes lectures et des amitiés vraies. C’est l’amour et le service des siens. Dans la joie et la bonne humeur malgré les épreuves et les tourments du quotidien. Voilà ce qui peut rendre un homme heureux dans les ténèbres actuelles : la fidélité à ses engagements, à sa parole, à ses convictions, à ses certitudes. Ainsi, si l’on est sincèrement contre le Grand Remplacement, mieux vaut ne pas se métisser. Si l’on est partisan d’une politique d’ordre, mieux vaut commencer par mettre de l’ordre dans sa vie, sa conscience et ses affaires. Si l’on défend publiquement l’accueil de la vie et la famille, mieux vaut ne pas avoir des mœurs complètement dégénérées. Si l’on veut être un chef, mieux vaut commencer par donner l’exemple, aussi imparfait soit-on, car, comme l’écrivait Paul Bourget, « à force de vivre contrairement à ce que l’on pense, l’on finit par penser comme l’on vit ».

    NOUS commémorons enfin cette année le soixantième anniversaire d’un événement funeste, aux conséquences dévastatrices : les débuts du concile (ou plutôt conciliabule) Vatican II. Depuis soixante ans, plus rien ne tient debout, tout se délite, se décompose et se dissout parce que les hommes ont perdu leur boussole et que les sources de la grâce se sont taries. Sans religion authentique, il n’est plus de morale. Et sans morale, il n’est plus de famille, plus de civilisation. Et plus de nation car, comme l’enseignait le maréchal Pétain, « la nation est une famille de familles ».


    On peut faire les plus belles promesses, écrire les plus beaux discours, émouvoir un auditoire, sans ressourcement spirituel et moral, sans respiritualisation de l’homme et de la société, sans retour à une authentique transcendance, tant sur le plan individuel que collectif, sans respect des principes, tout est vain, tout est voué à l’échec, tout n’est que grains de sable et feuilles mortes. D’ailleurs à quoi sert-il de vivre, à quoi sert-il même de fabriquer la vie en laboratoire si l’on en a perdu le sens ? A quoi sert-il de se battre si l’on ne sait plus qui nous sommes, d’où nous venons et où nous allons ? Retrouver du sens, une foi, une morale, une espérance, un idéal, des certitudes qui réchauffent et enflamment, qui réjouissent et rassasient, il n’est assurément rien de plus urgent pour les hommes de notre temps

  • Scandaleuse mise en examen de Jean-Pierre Maugendre à la suite d’une plainte de SOS Homophobie .

     

     

    Je viens d’apprendre que, à la suite d’une plainte déposée par l’association Stop Homophobie, Jean-Pierre Maugendre a été mis en examen, comme directeur de publication du site internet Renaissance catholique, par le juge d’instruction pour « provocation à la discrimination à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur orientation sexuelle ».

    Le lobby LGBT Stop Homophobie, grassement subsidié, reproche à Renaissance catholique d’avoir publié sur son site, le 13 juin 2019, un article intitulé : L’Eglise du Dieu vivant : la colonne et l’appui de la vérité (1 Tim 3 ,15) tenant « notamment les propos suivants » : « Les autorités civiles ne doivent pas établir d’unions civiles ou légales entre deux personnes du même sexe, qui clairement imitent l´union du mariage, même si de telles unions ne reçoivent pas le nom de mariage, puisque de telles unions encourageraient le péché grave pour les personnes concernées et seraient cause d´un grave scandale pour d´autres (cf. Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles, 3 juin 2003) ».

    Jean-Pierre Maugendre fait remarquer que le texte incriminé était signé des cardinaux Burke, patron de l’Ordre de Malte, Pujats, archevêque émérite de Riga, et des évêques Peta, archevêque de Sainte-Marie en Astana, Lenga, archevêque émérite de Karaganda et Schneider évêque auxiliaire de Sainte-Marie en Astana.

    Par l’intermédiaire de cette mise en examen, le lobby LGBT tente une fois de plus de priver l’Eglise catholique, son clergé et ses fidèles de leur liberté de proclamer l’enseignement moral catholique, à la lumière de l’Evangile.

    Pas un mois ne passe sans qu’une police de la pensée ne vienne tenter de museler ceux qui refusent d’assister sans broncher à l’effondrement de notre pays et de notre civilisation.

    Ici comme dans d’autres affaires sur lesquelles Civitas s’est déjà exprimé, il convient de répéter que, quelles que soient les différences qui nous séparent sur certains points, nous tenons à exprimer notre soutien à tous ceux qui sont victimes de cette répression.

    Cette mise en examen est inique et scandaleuse. Elle témoigne de l’état de délabrement moral de cette société et de ses gouvernants.

    Alain Escada, président de Civitas

  • Nous allons entrer dans le royaume de la déglingue définitive et de l’effondrement systémique dans l’abrutissement technophile .

     

     

    Le projet Great Reset, vous connaissez ? Non ? Alors lisez Lucien Cerise ! Spécialiste de l’ingénierie sociale et de la fabrique de l’opinion, il nous explique ce que cache la Grande réinitialisation par le système de nos cerveaux.

    R : Qui sont les auteurs et les promoteurs du projet Great Reset ?

    Lucien CERISE : En 2014, Christine Lagarde, alors directrice du FMI, avait déjà parlé de la nécessité d’opérer un « Great Reset » économique, une grande remise à zéro, une grande table rase de l’économie mondiale.

    En 2020, le fondateur du forum de Davos, Klaus Schwab, reprend ce concept de Grande réinitialisation et lui consacre un livre où il élargit les champs d’application de ce Grand recommencement à tous les domaines de l’existence, au prétexte de l’épidémie de coronavirus, qui doit transformer le monde de manière irréversible et dont doivent émerger une nouvelle normalité, une nouvelle réalité, un nouveau monde, selon les éléments de langage en vigueur. Ce projet révolutionnaire de couper l’histoire en deux circule donc depuis plusieurs années dans les milieux du capitalisme industriel et financier. Philosophiquement, le thème de la tabula rasa n’est pas neuf et apparaît déjà dans l’eschatologie monothéiste et sa temporalité linéaire, ascendante, cumulative, avec un avant et un après, qui projette d’en finir avec le Mal et une condition humaine douloureuse pour nous acheminer vers le Bien et un avenir salvateur.

    D’autres cultures ont une conception cyclique du temps et n’envisagent pas d’en finir avec le Mal, ou ce qui est perçu comme tel, ce que Friedrich Nietzsche reprendra à son compte avec le concept d’Éternel retour, du Bien comme du Mal. À l’opposé, le Great Reset appartient à cette tradition utopiste qui rêve d’organiser le monde de manière parfaitement rationnelle, unifiée et centralisée, et d’en finir une bonne fois pour toutes avec le Mal, identifié à la multitude humaine et à l’existence biologique, lesquels induiraient une forme d’irrationalité, c’est-à-dire d’imprévisibilité et d’incertitude.

    Dans plusieurs publications et entretiens, Klaus Schwab nous annonce une quatrième révolution industrielle qui va fusionner le biologique et le numérique. Cette dictature technologique et technophile est en gestation depuis des décennies. Les réseaux d’agents dormants ont été pré-positionnés aux postes clés du pouvoir pendant des années, puis activés tous ensemble en 2020. Ce projet a connu divers noms — positivisme, scientisme, progressisme, mondialisme, transhumanisme —, le Great Reset n’est que le dernier en date pour qualifier cette tyrannie électronique universelle qui se met en place un peu partout sur la planète, car personne n’y échappe. La techno-science surdétermine absolument tout, en particulier les rapports de force internationaux. Les pays qui ne jouent pas le jeu de la rivalité techno-scientifique mondiale s’auto-désarment et se soumettent d’eux-mêmes aux adversaires et concurrents économiques et militaires.

    De fait, c’est toujours le complexe militaro-industriel qui fait avancer la recherche scientifique, dont le seul et unique principe tient en peu de mots : tout ce qui est faisable sera fait. Cette hubris prométhéenne de la techno-science ne connaît aucune limite, c’est une fuite en avant permanente induisant une compétition acharnée de tous les acteurs géopolitiques, quel qu’en soit le coût humain. À intervalle régulier, l’instinct de conservation de l’espèce refait surface et l’on assiste à des initiatives pour encadrer éthiquement la recherche. Mais pour l’instant, il n’y a que dans l’univers fictif de Dune, l’œuvre romanesque de Frank Herbert, que l’intelligence artificielle est interdite définitivement — épisode du Jihad butlérien — en raison de la menace qu’elle fait peser sur l’humanité.

    R. : Quel modèle de société doit naître du monde post-covid ? 

    L.C. : Un modèle de société post-humaine. La grippe covid-19 est un simple prétexte pour en finir avec l’espèce. Comme son nom l’indique, la Grande réinitialisation consiste à appliquer aux sociétés humaines le même traitement qu’à un ordinateur que l’on redémarre. Le but de la manœuvre est de procéder à un transfert de pouvoir total et définitif. De quoi vers quoi ? Des structures politiques de toutes sortes, nationales, internationales, supranationales, vers un système de gestion informatique et technocratique planétaire. Le caractère étatique ou privé est secondaire. Le but est d’en finir avec la politique en général, c’est-à-dire avec la discussion, la polémique, la critique, l’interrogation, c’est-à-dire la régulation des interactions humaines par le langage, pour placer nos existences directement sous pilotage de l’intelligence artificielle, sans qu’il n’y ait plus de discussion possible. Les sujets humains, qui se caractérisent par le goût de la palabre, vont être insérés dans un vaste système de gestion automatisée d’objets connectés. Ce modèle de société est directement issu de la pensée cybernétique, qui ne distingue pas les sujets et les objets.

    La cybernétique a été inventée par le mathématicien Norbert Wiener pendant la Deuxième Guerre mondiale comme une méthode de calcul balistique. Sa particularité est de ne pas vraiment différencier les êtres vivants et les non-vivants, tous traités comme des systèmes d’information en interaction.

    Les conférences Macy qui réunirent divers scientifiques et intellectuels aux Etats-Unis entre 1942 et 1953 posèrent les bases d’une cybernétique sociale avec des applications en politique dans la gestion des citoyens comme s’il s’agissait de simples automates, remplaçables par des machines. Le projet soutenu sérieusement par certains avocats d’accorder une personnalité juridique aux robots va dans le même sens de lissage des différences ontologiques vivant/non-vivant. La fusion biologique/numérique se fera au détriment du biologique et au bénéfice du numérique, induisant un phénomène de chosification du vivant. Le problème majeur à solutionner pour l’utopie cybernétique est le règne animal, distinct du minéral et du végétal — la “viande” comme on dit dans l’univers cyberpunk de William Gibson. Il faut en finir avec les êtres de viande car ils sont indisciplinés et impossibles à insérer directement en tant que tels dans le cyberespace. 

    Dans le monde post-covid, il faut donc supprimer la viande, ce qui explique aussi cet engouement étrange que le sommet du capitalisme entretient pour le végétarisme. En 2016, le forum de Davos nous annonçait dans ses « 8 prédictions pour le monde en 2030 » que « nous mangerons beaucoup moins de viande ».

    La société post-covid est une extension du secteur socio-professionnel tertiaire à toute l’existence, avec ses emplois de bureau en espace climatisé, son télétravail largement répandu et ses faibles dépenses caloriques et énergétiques.

    C’est le monde morbide et dégénéré du bobo, du geek et du no-life, végane, anti-spéciste, cosmopolite, LGBT, masqué, confiné, vacciné et heureux de l’être. Ce modèle de société post-covid entièrement artificialisé est une révolution de l’artefact, qui devient le nouvel environnement et qui prend le pouvoir sur son inventeur en inversant le contenant et le contenu. Depuis la nuit des temps, le monde naturel est le contenant, l’artefact culturel est le contenu. Dans la société post-covid, l’artefact culturel doit devenir le contenant au sein duquel le monde naturel et biologique subsistera comme contenu et auquel il devra se plier.

    Cette inversion signifie que ce ne seront plus les mécanismes de la sélection naturelle qui présideront à notre existence. La sélection naturelle dit que votre destin est défini par votre adaptation réelle à un environnement réel. L’adéquation au réel l’emporte sur l’erreur ; les solutions adaptées à l’environnement l’emportent sur les solutions non adaptées, donc erronées, qui sont éliminées. Or, nous entrons dans ce que l’on pourrait appeler une « sélection artificielle », qui dit que votre destin est défini par votre soumission réelle à un environnement virtuel construit par l’Homme, et donc truffé d’erreurs, de bugs et de dysfonctionnements.

    Exemple : dans un avenir proche, des centaines de milliers de gens vont rater leur avion ou leur train parce que leur test à la covid-19 sera positif avant d’embarquer, alors que ce test aura en fait produit un faux cas positif. Les tests PCR et antigéniques produisent en effet jusqu’à 90 % de résultats faux. Notre vie, notre survie seront bientôt suspendues à des technologies qui accumulent les erreurs de diagnostics, ainsi que les possibilités de trucage, de détournement, de piratage, etc. Notre existence sera entièrement rythmée par la technique et ses multiples problèmes, pannes à répétition, fautes de calcul, falsifications, vols de données, etc. Le tout-numérique fragilise les sociétés en les exposant aux cyber-attaques et aux accidents, comme on le voit déjà avec le compteur Linky. Nous allons passer d’un monde où ce sont les solutions qui marchent qui sont sélectionnées, retenues, puis qui deviennent majoritaires, normatives et contraignantes, à un monde où ce n’est pas forcément ce qui marche qui deviendra normatif et contraignant. Le monde va donc sombrer dans l’inintelligence artificielle et le stade terminal de l’idiocratie. L’automatisation complète du globe terrestre, objectif poursuivi par le Great Reset, sera en fait le grand dysfonctionnement généralisé et la grande désorganisation méthodique de la vie sur Terre.

    Nous allons entrer dans le royaume de la déglingue définitive et de l’effondrement systémique dans l’abrutissement technophile.

    R. : Sur le plan de la communication, ce projet repose avant tout sur la peur et l’utilisation des nouvelles technologies dans le contrôle social. Basculons-nous dans le libéralisme sécuritaire avec l’état d’urgence sanitaire ? 

    L.C. : La peur et le sentiment d’un risque imminent sont des moteurs de l’action que le pouvoir manipule parfaitement. Klaus Schwab, en tant que professeur de management industriel, est parfaitement formé aux techniques du type « conduite du changement », qui visent à fabriquer le consentement au changement en entreprise (et ailleurs) même quand c’est inutile ou nuisible pour les salariés.

    Entretien réalisé par  Monika BERCHVOK.