Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Agriculture

  • Comment Bruxelles et Paris ont étranglé l’agriculture française .

    Blé

     

     

    La «ferme France» est menacée.

    Malgré de bons indicateurs à l’export, la France régresse au classement mondial des puissances agricoles, au point de perdre son autonomie alimentaire.

    Absence de stratégie de l’État, politiques européennes néolibérales et pression écologiste ont creusé la tombe des agriculteurs, qui défilent ce 27 novembre à Paris.

    «Chaque citoyen-consommateur a-t-il bien conscience que sa liberté de pouvoir choisir l’alimentation qu’il souhaite, dans les quantités qu’il espère et la qualité qu’il exige, dans son propre pays, relève de ce principe fondamental qu’est la souveraineté alimentaire?»

    À l’heure où l’on ne jure plus que par le bio, la question peut paraître purement rhétorique. Pourtant, alors que les agriculteurs convergent vers Paris pour manifester leur colère ce mercredi 27 novembre, le rédacteur en chef du magazine Marianne, Jean-Claude Jaillette, tirait en début de semaine le signal d’alarme dans une enquête. Pour lui, le constat est sans appel: la France a perdu son autonomie alimentaire.

     

    Les manifestations d'agriculteurs
    © AFP 2019 Sakis Mitrolidis
     
     
    Une affirmation qui prend le contre-pied d’indicateurs économiques encourageants, de prime abord… En effet, sur le papier, le temps semble au beau fixe pour l’agriculture française. Comme le rappelle le journaliste, cette dernière conforte sa place de leader européenne et les revenus des agriculteurs se maintiennent globalement à la hausse, malgré celle des charges d’exploitation (carburant, engrais…). S’ajoutent à cela de bonnes récoltes de blé et d’orge, qui iront doper les exportations tricolores.

     

    Rappelons que le blé est l’une des matières premières qui constituent le fer-de-lance des exportations agricoles françaises. Fin 2010, alors que le cours du blé flambait (+70% en un an), la lettre d’information Agriculture & Environnement dressait le parallèle suivant: les deux milliards d’euros d’exportations du seul blé tricolore cette année-là représentaient l’équivalent de quarante A320.

    D’ailleurs, selon les chiffres de Bercy pour l’année 2018, les produits agricoles et agroalimentaires figuraient au premier rang des exportations françaises, avec 62,4 milliards d’euros, devant les exportations aéronautiques (57,2 milliards d’euros) –alors même qu’Airbus venait de vivre une année record avec 800 livraisons– ou encore de la filière luxe (51,3 milliards d’euros). Une situation radicalement différente d’il y a quelques années, où le luxe tenait le haut du panier devant les produits chimiques et les produits agricoles.

    L’agroalimentaire: à l’export, un fer de lance… émoussé

    Pour autant, comme le rappelle notre confrère de Marianne, les céréaliers et viticulteurs ne sont pas les seuls agriculteurs en France. Le journaliste, auteur de plusieurs ouvrages sur le monde agricole, rappelle ainsi les chiffres suivants: pour la seule année 2015, la Mutualité sociale agricole (MSA) recensait le suicide de 605 de ses assurés. Selon l’organisme de protection sociale, un agriculteur se suicide chaque jour. Un phénomène sur lequel revenait, juste avant l’automne, le journal La Croix, sur la base d’un photoreportage émouvant.

    Un malaise qui trahit la dure réalité qu’endure le secteur tout entier. En effet, si les exportations et certaines récoltes font bonne figure dans les statistiques économiques du pays, dès que l’on creuse un peu, le tableau est bien moins réjouissant pour l’agriculture française, qui est «en réalité en déclin», assène Jean-Claude Jaillette,

    «La production française stagne en volume alors que celle de nos voisins progresse. Pis, alors qu’elle était la troisième exportatrice mondiale en 2005, la France occupe désormais le sixième rang, quand l’Allemagne, les Pays-Bas et même l’Espagne maintiennent leur rang. Plus grave encore que le recul des exportations, notre agriculture ne parvient même plus à satisfaire les besoins intérieurs.»

     

    Des agriculteurs français allument des «feux de la colère»
     
     
     
    Reprenant les travaux du sénateur (LR) Laurent Duplomb, rapporteur de «La France, un champion agricole mondial: pour combien de temps encore?», un rapport publié en juin 2019, le journaliste en chef de Marianne souligne ainsi que les importations de produits agricoles en France ont bondi de 87% en dix ans, la palme revenant aux produits laitiers, que l’on importe deux fois plus qu’il y a dix ans.

     

    «Un fruit sur deux et un légume sur deux ne sont pas produits en France, comme 34% de la volaille et 25% de la viande de porc. Même le bio, qui devrait être produit au plus près, est importé à 31%», ajoute notre confrère.

    «Au fond, ce déclin est relatif à la montée des agricultures du reste du monde», résume-t-il. Un déclin aux causes «bien identifiables», insiste le journaliste qui s’appuie sur les constats dressés par le sénateur: à commencer par la disparition de 17% de la surface agricole en France depuis 1961, soit «l’équivalent de la région Grand Est», compare l’élu. Autre cause mise en avant par le journaliste et le sénateur, les liens étroits entre la politique agricole française et les politiques européennes.

    Produits agricoles importés: +87% en dix ans!

    Problème, l’Europe «affiche une certaine négligence en matière de stratégie agricole» déplore Laurent Duplomb. Le journaliste évoque par ailleurs la «forte baisse» envisagée du prochain budget de la PAC (Politique agricole commune). Une décision qui «laisse mal augurer de l’importance géostratégique accordée par l’Union européenne au secteur agricole», tacle le sénateur.

    «L’Europe est la seule région du monde à avoir diminué ses soutiens publics à l’agriculture entre 2008 et 2016. En Chine, au Brésil, aux États-Unis et même en Russie, ils ont augmenté. Quand l’Europe démantèle avec une naïveté toute néolibérale sa politique de soutien, le reste du monde fait l’inverse», martèle notre confrère.

    Pour lui, «l’Europe (et la France en particulier) dort sur ses lauriers gagnés grâce à la PAC menée depuis le début des années 50». Illustration de cette «naïveté» tout européenne: les récents contrats de libre-échange négociés avec le Canada, le Chili, l’Ukraine ou encore les pays du Mercosur, dont le Brésil. «Combien de temps nos éleveurs de bovins résisteront-ils à l’arrivée des 99.000 t de bœuf brésilien ultra-concurrentiel, qui viendront s’ajouter aux 80.000 t bradées arrivées au nom des précédents accords?», s’interroge Jean-Claude Jaillette. Pour lui, il faut «inventer de nouvelles régulations internationales remettant en cause le dogme de l’OMC», estimant qu’être «le meilleur élève de l’OMC, comme le souhaite la Commission européenne, conduit à l’échec. Il est temps d’inverser le courant.»

    L’agriculture, comme l’industrie, victimes de «joutes parisiennes hors sol»

    Mais au-delà d’un manque de stratégie au plus haut sommet de l’État concernant l’agriculture, ou même de la politique menée par l’Union européenne dans ce secteur, la perception qu’ont les Français n’est-elle également pas en cause? En effet, ces derniers nourrissent une méfiance grandissante à l’égard de leurs propres agriculteurs. Un phénomène sur lequel revient ce 27 novembre, L’Opinion, se penchant sur le malaise de ces agriculteurs qui «se sentent désormais haïs de leurs concitoyens».

     
    Il faut aussi revenir sur un tournant qui s’est opéré dans l’opinion publique, entre la fin 2015 et le début de l’année 2016. En cause, la publication de vidéos d’activistes antispécistes sur les maltraitances animales dans des élevages ou l’avis d’une agence de l’OMS concernant cancérogénicité de la viande rouge. Les médias ont aussi joué leur rôle dans ce désamour, avec des émissions et documentaires respectivement consacrés aux pesticides et au bien-être des animaux, diffusés à des heures de grande écoute sur les chaînes du service public. En somme, des scandales médiatiques qui marquèrent une opinion déjà «travaillée par le scandale de la vache folle».

     

    S’ajoute à cela la décision d’Emmanuel Macron d’interdire le glyphosate en France sous trois ans. Une décision perçue comme étant purement politique par les syndicats d’exploitants agricoles, le Président cherchant avant tout à «donner des gages» à son aile écologiste. Des syndicats agricoles qui dénoncent ainsi l’influence prise par «l’extrême gauche» sur la thématique, et des «joutes […] hors-sol, très parisiennes».

    Une perception tronquée, un pan majeur de notre économie qu’on livre à la vindicte à des fins politiques, le tout avec des conséquences déplorables à long terme. Un phénomène qui fait écho à la stigmatisation du milieu industriel

    évoqué par Philippe Ansel:

    «Aussi bien pour le grand public que pour le monde politique, l’industrie est synonyme de pollution, c’est quelque chose de sale, c’est synonyme de chômage, de pneus qui brûlent...» résumait le chef économiste de la Fondation Concorde, dressant le tableau d’une industrie, victime des clichés et du marketing politique.

    Résultat, des délocalisations massives, dont l’impact écologique est nettement négatif, sans même parler des questions de souveraineté économique. Un air de déjà-vu, donc pour l’agriculture. Nos agriculteurs et éleveurs permettent depuis des décennies aux Français de jouir de produits d’une qualité souvent supérieure à celle de produits d’importation, soumis à des normes sanitaires drastiques. Pourtant, par clientélisme politique, par européisme, par absence de vision stratégique de secteur-clef de notre économie, non seulement nous abandonnons nos agriculteurs, mais nous mettons en danger notre approvisionnement alimentaire en nous orientant vers des filières étrangères.

     

     

  • Fake news de Macron à propos des feux en Amazonie .

    Selon, Emmanuel Macron, Jair Bolsonaro, président du Brésil, nous "enfumerait" ...

     

    75 000 départs de feu dans la forêt amazonienne ... une hausse de 84% depuis l’année dernière... la faute au méchant Jair Bolsonaro qui incite à la déforestation...

     

    C’est ce que nous servent les médias ad nauseam avec l’aide appuyée du fumeux Macron.

     

    Tout ceci est une bonne grosse fake news de la pire espèce : le détournement d’un problème réel à des fins de propagande.

     

    Il s’agit tout d’abord de noter que chaque année, l’Amazonie brûle à cette période. La grande forêt boréale canadienne brûle, les forêts méditerranéennes brûlent, les africaines également et c’est comme cela tout autour du monde. Sans doute brulaient-elles déjà avant que nous apparaissions à la surface de la terre.

     

    Le feu est la méthode naturelle de régénération des grandes forêts et fait partie intégrante du cycle naturel de ces écosystèmes complexes et bien plus vieux que l’humanité : ils étaient-là avant nous et le seront après nous.

     

    La question devient tout d’un coup plus complexe : les feux en Amazonie que nous semblons découvrir subitement font-ils partie intégrante du processus de régénération ou bien ont-ils dégénéré à cause des déboisements humains ?

     

    Pourquoi les 70 000 départs de 2016 n’ont-ils excité l’attention de personne ?

     

    Depuis 20 ans que l’INPE compte le nombre de départs de feu au Brésil, la corrélation entre la déforestation et les feux est très faible. Elle est de l’ordre de 13,5%. Dans cette configuration statistique il faudrait au moins 40% pour espérer esquisser une relation de cause à effet. Et sachant que corrélation n’est pas cause, l'histoire est belle et plausible mais FAUSSE :  il est impossible de mettre les incendies actuels sur le dos de la déforestation et encore moins sur ceux du président Bolsonaro.

     

      Correlation feux et deforestation Amazonie

     

     

    Aussi, lorsqu’Emmanuel Macron trouve que le Brésil devrait se trouver un président à la hauteur, c’est n’importe quoi, il est impossible de lier les feux à l’action de Bolsonaro : c’est une fausse nouvelle, scientifiquement démontrée, par votre serviteur et ses bons restes en analyse statistique.

     

    Et lorsqu’Emmanuel Macron veut reboiser les zones brulées d’Amazonie, c’est encore du grand n’importe quoi : non seulement, le remède serait pire que le mal, mais surtout, replanter une forêt primaire c’est stupide. Le principe d’une forêt primaire est justement que nous n’y touchons pas.

     

    Il y a donc de la grosse récupération pour parler d’un problème réel : la déforestation.

     

    Depuis les années 1970, la forêt amazonienne a perdu 20% de sa surface.

     

    Heureusement, le rythme effrayant de la déforestation s’est effondré depuis 2004 et ces dernières années, ce ne sont plus « que » 0,2% de la forêt qui sont défrichés chaque année.

     

    Cela reste une mort à petit feu.

     

    Ces terres prises sur la forêt servent un objectif unique : faire du Brésil le 1er grenier du monde.

     

    En l’espace de 20 ans, le Brésil est devenu le 1er exportateur mondial de bœuf, de volaille, de soja... Tout cela s’est fait sur le dos de la forêt amazonienne et quel que soit le parti au pouvoir.

     

    Aussi, plutôt que de faire de l’ingérence au Brésil, nous ferions mieux d’ arrêter d’importer des produits Brésiliens liés à la déforestation et mieux soutenir nos producteurs en proie à une concurrnence voulue par l' Europe!

     

    Par exemple les 60% des importations de soja en France qui viennent du Brésil.

     

    Nous pourrions opérer une montée en gamme comme l’élevage japonais de haute qualité mais il faudrait pour cela que Bruxelles nous laisse développer la filière plutôt que de l’ouvrir aux 4 vents de manière stupide (il n’y a pas d’autre mot)...  en signant des traités de libre-échange avec l’Amérique du Sud par exemple, avec le Canada etc ...

     

    Nous ferions mieux de mettre notre veto au traité de libre-échange avec le Mercosur que Monsieur Macron avait abandonné jusqu’à la semaine dernière... Mais pour combien te temps encore tant il est impuissant à Bruxelles et face à Trump!

     

    Nous ferions mieux de nous occuper de nos arbres à nous, de nos forêts méditerranéennes que nous avons détraquées, replanter le million d’hectares de forêts disparues ces 15 dernières années en France.

     

    Tout cela demanderait du courage, de la sueur et des sacrifices.

     

    Il est tellement plus simple d’organiser un G7, de s’indigner, d’écrire des tweets ravageurs et des discours incompréhensibles.

     

    Vraiment, nous n’avons aucune leçon à donner au Brésil ! ...

     

  • Affaire des oeufs contaminés .

    La France produit plus que sa propre consommation, et la totalité des œufs disponibles tant dans les grandes et moyennes surfaces que sur les marchés sont français, et pas contaminés.

    En revanche, l’affaire du Fipronil, qui s’étend et s’éclaircit, touche de plein fouet les « ovoproduits », c’est à dire les produits faits à base d’oeufs pour des préparations pâtissières, la restauration rapide et/ou collective, les plats préparés. Tous débouchés où la pression des marges est très forte, et où la qualité des œufs importe peu. Bien moins en tout cas que la rapidité de la mise en œuvre, que ce soit en œufs liquide pasteurisés, en blancs et jaunes séparés, en barres d’oeufs au mètre surgelées, œufs écalés, lanières d’omelettes, préparations pâtissières etc.

    Un petit tour au rayon frais d’enseignes comme Metro ou de Promocash permet de se faire une idée sur l’ensemble des produits proposés qui permet aux professionnels de gagner un temps précieux dans leurs préparations… au risque de ne plus faire que de l’assemblage de produits préparés par l’industrie agro-alimentaire.

    Ce qui explique que même si les quantités d’oeufs contaminés sont minimes – 180.000 œufs belges chez Futur Oeuf à Lanouée (56), 200 T d’ovoproduits chez Samo à Mirebeau (86), 32400 œufs des Pays-Bas chez Ygreca à Seiches-sur-le-Loir (49), deux autres entreprises du Nord (Ovo Service) et du Pas-de-Calais (Sovimo) étant touchées, les œufs contaminés se sont rapidement retrouvés dans les assiettes. Futur Oeuf a mélangé deux tonnes d’oeufs livrées à un seul client, qui a réussi à bloquer le lot. D’autres n’ont pas eu cette chance : des marques comme Lu, Lustucru et Pasquier ont fabriqué des produits avec des œufs contaminés, avance Le Parisien. Certains produits pourraient être retirés de la vente – lorsqu’ils seront identifiés, ce qui s’avère très compliqué.

    L’affaire des œufs au Fipronil touche maintenant dix-sept pays, dont l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Roumanie – qui a identifié et bloqué une tonne d’oeufs contaminés venue d’Allemagne – la Suisse, la Suède, le Royaume-Uni, et Hong-Kong. Deux dirigeants de l’entreprise néerlandaise Chickfriend, qui a commercialisé le traitement anti-poux pour les poules contenant du Fipronil, le Dega 16, ont été arrêtés. En Belgique, 26 personnes et entreprises suspectes, au premier rang desquelles le chimiquier belge Poultry Vision qui a mis au point le traitement concerné, sont en ligne de mire d’une enquête.

    Le motif principal des Belges et des Hollandais était le profit : en achetant du Fipronil en Roumanie, un insecticide anti-pou utilisé chez les chiens et les chats, mais interdit dans les denrées alimentaires, ils faisaient baisser le coût du traitement. Ensuite des fermes – principalement des élevages en batterie du Benelux – étaient démarchées, la présence de Fipronil étant bien sur cachée. Le Fipronil se retrouvant chez les poules – dont plusieurs millions pourraient être abattues en Belgique, 300.000 l’ont déjà été aux Pays-Bas – et dans les œufs, il a poursuivi sa route jusque dans les casseries et les assiettes des Français.

    Pour l’heure, en France, un seul élevage, fournissant des poulettes pondeuses, dans le Pas-de-Calais près d’Arras, a annoncé spontanément avoir utilisé du Dega 16 lors de la désinfection des bâtiments. Mais il pourrait y avoir d’autres victimes, notamment dans le nord de la France. Une grande enquête a été lancée par les services vétérinaires dans chaque département : ils ont adressé à chaque éleveur de poules des courriers urgents pour leur demander de vérifier s’ils ont utilisé cet insecticide. Les premiers retours, notamment dans le Val de Loire, la Bretagne, le Maine, l’Anjou ou encore la Vendée, sont rassurants puisque aucun éleveur ne déclare avoir utilisé le produit.

    C’est aussi le profit qui a causé l’irruption des œufs du Benelux contaminés dans les assiettes des Français : ces oeufs ont un avantage : ils sont moins chers que les français, tout en étant peu éloignés des casseries qui les transforment en ovoproduits pour la restauration et l’agroalimentaire. Pourtant la France produit suffisamment pour avoir des œufs de qualité dans ses plats préparés.

    D’autant que les autorités vétérinaires des Pays-Bas et de la Belgique, qui savaient depuis des semaines l’existence d’oeufs contaminés au Fipronil, n’ont fait aucun cas de la santé des consommateurs des pays voisins, et des obligations d’information sanitaire imposées par le droit européen : elles ont fermé les yeux et tardé jusqu’au bout à prévenir les pays touchés. En Suède et en Allemagne, ce sont maintenant des millions d’oeufs qui doivent être identifiés et rappelés, sous toutes leurs formes.

    Louis-Benoît Greffe