Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique nationale

  • Quotas d’immigration : une escroquerie de plus  de la part de Macron et Philippe ...

     

    Le 6 novembre, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté à la presse 20 mesures sur l’immigration.

    Il ne s’agit nullement d’arrêter, et encore moins d’inverser, les flux migratoires, bien au contraire.

    La principale mesure consiste en effet à mettre en place des quotas d’immigration, c’est-à-dire à augmenter encore le nombre d’entrées d’étrangers sur notre territoire.

    Le gouvernement prévoit en effet la relance d’une politique d’immigration économique. Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a ainsi annoncé le 5 novembre que le gouvernement allait mettre en place d’ici à l’été 2020 des quotas d’immigration professionnelle. « Il faut que ça corresponde aux besoins qu’on n’arrive pas à pourvoir », a osé déclarer le ministre dans un pays qui compte au moins six millions de chômeurs réels. La liste des métiers en tension ouverts aux étrangers non ressortissants d’un Etat membre de l’Union européenne devrait donc être réformée. Celle-ci a été fixée par un arrêté de 2008 qui permet à un employeur de recruter un étranger sans avoir besoin de prouver qu’il n’arrive pas à embaucher en France, ce qui est un comble. On y trouve des métiers comme informaticien expert, dessinateur du BTP ou opérateur de formage du verre. « Cette liste a dix ans, a fait valoir Mme Pénicaud. On va la revoir et on en parlera au Parlement chaque année. » Une concertation avec Pôle Emploi et les partenaires sociaux devrait débuter « dans quelques semaines » et permettre d’identifier les secteurs les plus demandeurs. « On fixera les besoins par métiers et par territoires, a indiqué Pénicaud. C’est les partenaires sociaux et les régions qui diront, par exemple, en Alsace, on manque de charpentiers. » Hallucinant ! Pourquoi et au nom de quoi la France ne serait-elle pas capable de former des charpentiers français, et de pourvoir tous les corps de métiers avec ses seuls ressortissants ? 

    A entendre les media du Système et les politiciens, ce sont les immigrés qui doivent mettre au monde les enfants que les Français ne font plus, payer demain les retraites, et même exercer les métiers que nos compatriotes ne pourraient, ne sauraient ou ne voudraient faire.

    A quoi serviront encore les Français de France ? On les a déjà largement remplacés sur le petit et sur le grand écran, voilà qu’on les remplace aussi sur le lieu de travail et un peu partout ! « Un outil statistique sera créé et opérationnel dès l’été prochain. Il permettra d’avoir une lecture en temps réel des besoins économiques locaux des métiers qui justifient de pouvoir faire appel à des compétences extérieures », a par ailleurs précisé au Monde le vice-président du groupe LRM à l’Assemblée, Florent Boudié. « Nous devons oser parler de l’immigration économique, écrivaient déjà les chefs de file de LRM dans une tribune au quotidien vespéral le 4 octobre. Traiter ce sujet ne signifie pas être les naïfs de la mondialisation ou ouvrir grand nos frontières, mais imaginer une stratégie, fondée sur des besoins identifiés et des objectifs chiffrés, en associant tous les acteurs concernés, partenaires sociaux et acteurs locaux ».

     

    Cette idée de quotas n’est ni nouvelle, ni innocente. En pleine crise des gilets jaunes, Emmanuel Macron l’avait évoqué dans le but de sauver sa peau et d’apaiser les esprits. Il en avait discrètement parlé dans la fameuse intervention télévisée où il était blême en décembre 2018, au plus fort du mécontentement populaire, puis il l’avait à nouveau évoquée dans sa lettre aux Français envoyée en préambule du grand débat national imaginé pour en finir avec le mouvement des gilets jaunes. Le chef de l’Etat interrogeait alors de cette manière ses concitoyens : « En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? » La question était vicieuse et ne laissait aucun véritable choix. Loin d’arrêter l’immigration, le président de la République ne laissait aux Français que la possibilité de poursuivre la politique d’asile et de fixer en plus chaque année des quotas d’immigrés supplémentaires. Cela en dit long sur l’arrogance de ces politiciens qui méprisent la volonté du peuple. Alors même qu’il était conspué et détesté, Macron n’a même pas été jusqu’à parler d’immigration zéro. La volonté farouche de ceux qui nous dirigent depuis des décennies est bien d’organiser, conformément aux vœux des cénacles mondialistes et onusiens, la submersion de notre pays et de notre continent. 

    Lorsqu’on y réfléchit, il y a de ce point de vue une grande cohérence dans les mesures prises par les différents gouvernements et présidents depuis les années soixante-dix : regroupement familial, régularisation récurrente de clandestins, carte de séjour de dix ans automatiquement renouvelable, discrimination positive, aide médicale d’Etat permettant aux clandestins de se soigner gratuitement, vote de lois liberticides interdisant aux nationaux de défendre leur pays et de s’opposer efficacement à son invasion (loi Pleven en 1972 suivie de législations encore plus scélérates, de Gayssot à Lellouche en passant par Perben), mise en place d’organismes d’Etat organisant la persécution des Français hostiles à la submersion de notre pays (la Halde : Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité ; la Dilcrah : Délégation interministérielle de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et… la haine anti-LGBT), larges subventions étatiques accordées à des associations ayant pour objectif de lutter contre les Français voulant rester maîtres chez eux (Sos-Racisme, LICRA, Ligue des droits de l’homme, etc.), diabolisation médiatique de tous ceux qui s’opposent au Grand Remplacement. 

     

    A la verité, l’idée même de quotas n’a pas été inventée par Macron. Elle vient de plus loin. Nicolas Sarkozy, que beaucoup de naïfs ont pris pour un véritable homme de droite, en parlait déjà lors de la présidentielle de 2007. Il avait employé le terme d’immigration choisie qui s’ajoutait à l’immigration subie. En fait, si l’on écoute et qu’on lit attentivement les discours des différents politiciens, on sait en général à l’avance ce qu’ils vont faire, car ils le disent. Soit ouvertement, soit à demi-mots. Le problème, c’est que les masses ne sont pas attentives, et donc facilement manipulables. Si l’on écoutait attentivement ce que disait De Gaulle avant 1958, et malgré ses déclarations contradictoires, on pouvait devenir qu’il allait larguer l’Algérie, comme l’avait prédit dans ses colonnes Pierre-Antoine Cousteau avant même le retour au pouvoir du général de brigade à titre temporaire. 

    De même, si on écoutait les déclarations de Giscard sur l’avortement pendant sa campagne présidentielle en 1974, on pouvait prévoir qu’il allait dépénaliser le meurtre des enfants à naître. Et les discours de Sarkozy en 2007, comme d’ailleurs sa pratique au ministère de l’Intérieur sous le second mandat de Chirac, interdisaient de croire que l’ex-maire de Neuilly allait en finir avec l’immigration débridée. Mais il est hélas si peu de Français qui lisent, qui réfléchissent. D’où l’importance d’une presse d’opinion comme RIVAROL qui informe véritablement, débusque les mensonges, démasque les imposteurs, démonte les trucages. C’est un travail de chaque instant qui est absolument nécessaire.

     

    Toute la stratégie des gouvernements depuis un demi-siècle environ est d’imposer aux Français leur remplacement, leur effacement, leur sortie de l’histoire, et demain de leur territoire, en faisant croire qu’ils défendent leur peuple, qu’ils ont compris le message des Français, qu’ils veillent à leurs intérêts, à leurs préoccupations, à leur destin. Il s’agit d’une opération permanente de mensonge, de sidération et de manipulation qui malheureusement a été jusque-là couronnée de succès.

    Et plus la situation du pays est dramatique, plus l’invasion est forte, plus les partis dits de droite dont la mission historique était a priori de défendre la patrie, la terre et le peuple de France, participent eux aussi de la grande trahison. En renonçant comme le RPR et l’UDF en 1986-1987 à la modification du code de la nationalité selon le principe du droit du sang, à la préférence nationale. En supprimant de son programme, comme c’est le cas du néo-FN, devenu RN, la pourtant si nécessaire réémigration. 

    Il y a une trentaine d’années, le Front national de Jean-Marie Le Pen, à une époque où ce mouvement avait encore une colonne vertébrale, avait plcardé sur les panneaux et murs de France deux magnifiques affiches : « Immigration : ouvrez les yeux » et « Quand nous arriverons, ils partiront ». Sur la première, on voyait le visage d’une jeune femme de France, les yeux grands ouverts devant le danger migratoire. Sur la seconde on voyait un avion qui s’envolait d’un aéroport. Le message était simple, clair et limpide. 

    Bien que nous soyons aujourd’hui abandonnés et trahis de toutes parts, y compris par ceux qui devaient nous défendre, la délivrance totale de notre pays, occupé physiquement, mentalement, moralement, politiquement, intellectuellement, spirituellement, doit rester plus que jamais l’objectif impérieux de tout nationaliste conséquent, c’est un point non négociable car vital. Si l’on veut qu’un jour la France redevienne la France. 

     

     

  • Fiscalité: «le niveau de manipulation du gouvernement de Macron est vraiment impressionnant» ! ...

     
     

    La fiscalité française est-elle complexe à dessein? Clairement oui, pour la fiscaliste Virginie Pradel.

    Elle décrypte dans son premier ouvrage les mécanismes qui permettent à l’exécutif de maquiller les hausses et créations d’impôts dans une société où ils sont déjà omniprésents. Retour sur une «gabegie institutionnalisée».

    «Le contribuable doit avoir des clefs pour vraiment comprendre ce qu’il paie et comment il est manipulé. Parce que c’est vraiment scandaleux, ce qui se passe. Je trouve que l’on atteint des sommets de foutage de gueule! Excusez-moi pour l’expression, mais c’est particulièrement choquant!»

     

     

    Alors que le Projet de loi de finances (PLF) 2020 était présenté le 27 septembre en Conseil des ministres, Virginie Pradel, fiscaliste et présidente de l’institut Vauban, un think tank français dédié à la recherche fiscale et économique, ne goûte pas à la communication gouvernementale. Dans son premier ouvrage, Impôts-mania, l’absurdité fiscale française (Éd. de l’Observatoire), elle s’en prend à la folie des prélèvements qui sévit en France et elle a raison car jamais une telle opacité ne s' était vue !

     

     

    François Hollande et Emmanuel Macron au palais de l'Élysée
     
     
    Dans son collimateur, le ministre de l’Action et des Comptes publics, qui a annoncé une baisse «historique» des prélèvements obligatoires à partir du 1er janvier prochain, dont 5 milliards sur l’impôt sur le revenu (IR), ainsi qu’une baisse de l’impôt sur les sociétés (IS). Bercy et ses cinq ministres insistent sur le «cercle vertueux enclenché depuis 2017».

     

    Un «geste» qui n’en reste pas moins «très insuffisant» aux yeux de la fiscaliste, qui rappelle que la France a vu ses prélèvements augmenter «de plusieurs centaines de milliards d’euros en quelques années» (368,5 milliards entre 2002 et 2017, selon un rapport parlementaire).

    Elle ajoute que rien ne garantit que les baisses annoncées par le gouvernement ne seront pas amendées par les parlementaires, et que rien ne dit que les collectivités territoriales ne décideront pas d’augmenter les prélèvements de leur côté.

    «Gérald Darmanin a beau dire que l’on n’a jamais autant baissé les impôts, les impôts n’ont jamais été aussi élevés qu’aujourd’hui», tacle Virginie Pradel.

    Il faut dire que la fiscalité est un domaine où la France excelle: en 2017, le total des prélèvements obligatoires pesait pour près de 48,4% de son PIB selon Eurostat, faisant de notre pays le champion des pays de l’OCDE en matière d’imposition. La même année, cette somme des prélèvements franchissait un autre cap, en volume cette fois, celui des 1.000 milliards d’euros. Une double médaille d’or peu enviée par nos voisins européens qui, dans leur majorité, après le contrecoup de la crise financière de 2008, sont parvenus à diminuer leur niveau global de prélèvements.

    Une opacité fiscale savamment orchestrée

    Paradoxalement, malgré cette omniprésence des impôts –et donc de l’État– dans la vie des Français, le plus souvent, ces derniers ne réalisent pas ce qu’ils paient et pour cause. Virginie Pradel en est convaincue: l’administration et l’exécutif font tout pour rendre la fiscalité la plus opaque et la plus inaccessible possible au commun des contribuables. Des contribuables qui, faute de pouvoir se payer un avocat, n’ont trop souvent pour seul interlocuteur que l’administration fiscale elle-même et que l' on nepeut plus joindre depuis les déclarations obligatoires par internet ...

    Un acteur incontournable, mais qui est juge et partie: il «ne va pas toujours dans le sens des contribuables» et «n’a pas toujours intérêt à y aller. En particulier en période de disette budgétaire», ajoute Virginie Pradel. Elle dénonce un «obscurantisme» fiscal, entretenu en premier lieu par des milliers de pages de textes «laconiques», réparties dans des dizaines de codes juridiques.

    «On est dans une situation où la législation […] est totalement inaccessible aux contribuables. […] On a des textes qui sont obscurs, difficilement compréhensibles, on est dans une zone grise permanente où on ne sait pas ce qu’on peut faire et ce qu’on ne peut pas faire. L’administration instrumentalise beaucoup ça, au détriment malheureusement des contribuables.»

     

    Euro
     
     
    Des textes qui, au-delà d’être pléthoriques, demeurent également particulièrement changeants. En guise d’exemple, l’auteur d’Impôts-mania évoque un article du code général des impôts, relatif au calcul du bénéfice net des entrepreneurs, qui a été modifié à une soixantaine de reprises en quarante ans.

     

    S’ajoutent à ce «maquis» d’impôts, une terminologie «très riche, qui donne à elle seule une idée de l’infini…», où les taxes côtoient les redevances et autres cotisations. Des termes clairement définis, mais utilisés «de façon contre-intuitive et abusive», le tout afin d’éviter l’emploi d’un autre terme auquel les Français sont devenus peu à peu réfractaires: «impôt». Un tour de passe-passe purement sémantique, permettant d’augmenter et de créer des impôts tout en prétendant l’inverse.

    «La contribution est un impôt ou une taxe que l’on n’assume pas de nommer comme tel», précise Virginie Pradel.

    Elle estime ailleurs dans son ouvrage que l’opacité est «bien organisée» et revient également sur les différents qualificatifs, tels que «social» ou «solidaire», qui accompagnent souvent ces impôts maquillés. Elle prend notamment pour exemple la Contribution sociale sur l’Impôt sur les sociétés, la contribution exceptionnelle sur l’IS et la contribution additionnelle à la contribution exceptionnelle sur l’IS (p.26). Trois «contributions» qui ne font que maquiller une évidence: des hausses de l’IS.

    «Contribuer volontairement plutôt qu’être imposé arbitrairement, cela remonte nécessairement le moral aux contribuables», ironise Virginie Pradel.

    Pour autant, ces «impôts déguisés» ne sont pas toujours ceux auxquels on s’attend. Leur grand champion n’est autre que la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), qui est bien un impôt et non d’une «taxe», et dont les recettes (129,2 milliards d’euros en 2019) excèdent celles de l’impôt sur le revenu, de l’impôt sur les sociétés et de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) réunies.

    «Marketing fiscal», comment «maquiller» les hausses d’impôts

    À l’inverse, le fait que l’on rebaptise certains prélèvements n’est pas pour autant bon signe, car ces opérations reflètent les projets du gouvernement. C’est notamment le cas de la redevance audiovisuelle, payée par les seuls détenteurs d’un téléviseur. Comment ne pas voir dans sa nouvelle dénomination «contribution à l’audiovisuel public» les présages de son universalisation à tous les foyers fiscaux français, souhaitée par plusieurs membres de l’exécutif?

    Autre illustration de ce «marketing fiscal» que dénonce notre intervenante: le récent «droit à l’erreur», de la loi ESSOC– pour «État au service d’une société de confiance»– promulguée à l’été 2018 afin de «rend[re] la vie plus facile» aux contribuables– selon le site de Bercy– ne serait en réalité qu’un «droit dérogatoire au contrôle fiscal», s’agace Virginie Pradel.

    «En fait, vous avez le droit de demander à être contrôlé pour vérifier vos erreurs. C’est affreusement grotesque! J’ai donné cet exemple pour montrer le poids de la propagande, le niveau de manipulation du gouvernement qui est vraiment impressionnant…»

     

    Une tirelire. Image d'illustration
     
    Autre exemple de mesure survendue aux Français, le prélèvement à la source. Présenté par les gouvernements successifs des présidences Hollande et Macron comme un «choc de simplification», celui-ci s’avère en réalité un véritable choc de complexification pour une majorité de Français.
    Ils doivent notamment s’assurer que tous les prélèvements mensuels sont bien effectués, sous peine de risquer de voir leur budget déséquilibré par une erreur du fisc. Mais surtout, nous sommes passés d’un temps où Bercy avançait aux contribuables leur impôt sur le revenu durant un an à un mode de prélèvement où les contribuables avancent à présent leurs impôts (prévisionnels) au fisc. Un mode de recouvrement qui, mécaniquement, génère des rentrées supplémentaires, bien que temporaires dans les caisses de l’État.

     

    «Maintenant, avec le prélèvement à la source, des gens sont prélevés alors qu’ils ne sont même pas imposables. C’est-à-dire que dans le système précédent, ils n’auraient jamais eu à payer d’impôts.»

    Pire encore à ses yeux, au-delà des jeux de sémantique et de la communication visant à «maquiller» la création ou la hausse de prélèvements, le gouvernement, qui n’assume plus sa politique fiscale, utilise sa majorité pour faire passer par amendements les mesures sensibles «en catimini, à deux ou trois heures du matin», au lieu de les inclure dans un PLF qui sera épluché par la presse. Un procédé qui entraîne une «prolifération» de niches fiscales, ainsi que des impôts, mais pas seulement…

    «Le problème, en les introduisant par voie d’amendement, c’est que les parlementaires se gardent bien de calculer leur coût. Il n’y a pas d’avis du Conseil d’État. C’est un peu ce qui arrange tout le monde», dénonce Virginie Pradel, qui estime que tout ceci reflète «une faillite démocratique».

    Elle prend ainsi pour exemple un amendement adopté par la majorité dans le cadre de la loi finances 2019 «juste avant la crise des Gilets jaunes», où il était question de favoriser les traders londoniens s’installant dans l’hexagone. Une niche fiscale, médiatiquement passée inaperçue, non chiffrée, dont le financement repose sur une augmentation des taxes sur… le tabac.

    Quand les fumeurs financent… les avantages fiscaux des traders

    Dans cette lancée, le gouvernement prend pour cible d’autres niches fiscales, comme celle des emplois à domicile pour les seniors de plus de 70 ans. Sur cette dernière, on remarquera que la confirmation par Sibeth Ndiaye que le gouvernement souhaitait bien revenir sur cet avantage fiscal survient au lendemain même de la parution au Journal officiel du décret présidentiel validant la conservation de certains avantages par les anciens Premiers ministres, comme une voiture avec chauffeur à vie, aux frais de la Princesse! ...

    «On nous citait l’exemple d’Édith Cresson qui a été Premier ministre il y a 30 ans pendant quelques mois et qui, depuis 30 ans, a une voiture avec chauffeur aux frais du contribuable. Après, on nous dit qu’on ne peut pas réduire la dépense publique… c’est juste inaudible!» réagit Virginie Pradel.

     

    Entrée principale de la rue Cambon à Paris.
     
     
    On imagine ainsi sans mal que si Les Échos n’avaient pas levé le lièvre concernant les retraités, provoquant un tollé suivi d’une reculade du gouvernement, les contribuables concernés auraient été mis devant le fait accompli une fois l’amendement passé dans le cadre de l’examen du PLF 2020.

     

    «C’est scandaleux, tout est comme ça en France!», insiste la présidente de l’Institut Vauban. Selon elle, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, issue de la Révolution française, est bafouée par le gouvernement. Elle pense bien sûr à son article 14, qui affirme le droit des citoyens de constater le bon usage de leurs impôts. À titre d’exemple, la fiscaliste souligne les nombreuses commissions et organismes publics qui jouissent de nombres de taxes et redevances, dont l’opacité des finances a d’ailleurs été pointée du doigt par la Cour des comptes.

    En guise d’exemple, la fiscaliste évoque le cas des sociétés bénéficiaires de la Rémunération pour Copie Privée. Une redevance réglée par tous les acheteurs de cartes mémoire, clefs USB, disques durs et depuis peu d’ordinateurs, en échange de la liberté de pouvoir réaliser des copies, d’œuvres légalement acquises, sur ces supports.

    «Imaginez que le Conseil des prélèvements obligatoires n’arrive même pas à recenser le nombre de taxes. Les taxes parafiscales, comme on les appelle, les taxes annexes qui sont affectées à des organismes en particulier.»

    Dans une telle situation, l’exécutif ne peut se permettre de persévérer dans cette voie, au risque d’attiser encore plus la grogne fiscale, estime Virginie Pradel qui revient sur l’écart grandissant ressenti par les Français entre des impôts toujours plus élevés et des services publics toujours plus dégradés.

    «On n’est pas à l’abri d’une prochaine crise, car pour moi la crise des Gilets jaunes n’était que le début de quelque chose qui va s’amplifier, parce que le gouvernement a beau faire des annonces tonitruantes, les gens voient ce qui leur reste concrètement à la fin.»

    «Les plus gros prélèvements sont ceux que les Français ne voient pas»

     

    Bercy
     
     
    La référence à 1789 et sa Déclaration des Droits de l’homme n’est pas anodine: à l’époque déjà l’ancien régime avait été emporté en partie par une grogne fiscale. Pourtant, l’imposition des paysans ne représentait alors qu’à peine un mois de travail.
     
    Aujourd’hui, sous le régime de la république, un Français doit en moyenne verser l’équivalent de sept mois de travail pour s’acquitter de tous ses prélèvements obligatoires, le jour de «libération fiscale» pour les Français étant fixé en 2018 au 27 juillet par l’institut économique Molinari.
    Si cette année, cette date symbolique est intervenue huit jours plus tôt, la France n’en conserve pas moins sa première place sur le podium européen de l’imposition.

    Et pour 2019, la reévaluation des taxes locatives a été doublée passant de 1,1% à 2,2% !

    «Je pense qu’en France, on ne veut pas simplifier, car si on rend les choses plus transparentes, les gens vont devenir fous parce qu’ils vont enfin comprendre ce qu’ils paient», estime Virginie Pradel.

    Ce qui ne risque pas d’arriver. En effet, «les plus gros prélèvements sont ceux que les Français ne voient pas», souligne notre intervenante. Les impôts ne sont ainsi pas seulement «maquillés» ou «votés en catimini», ils savent aussi prendre leur distance avec leurs payeurs. C’est là le gros point noir de l’imposition à la source aux yeux de la fiscaliste. À présent, les contribuables ne font plus eux-mêmes le chèque, l’impôt étant directement prélevé sur leur salaire, tout comme les charges patronales ou sociales, qui à elles seules représentent déjà plus de 60% de la somme déboursée par l’employeur pour verser un salaire à un employé. Une «imposition cachée» que dénonce Virginie Pradel.

    «C’est un vrai problème démocratique. Pour moi, c’est une vraie faillite, je pense que le fait que les contribuables ne soient pas en mesure de voir ce qu’ils paient –parce que tout est prélevé, que ce soit par l’employeur ou l’administration directement–, cela ne peut que générer de la violence à terme, de la frustration et une incompréhension du système de façon générale.»

     

     

  • La république n’a reculé devant rien pour célébrer Chirac fossoyeur et manipulateur des français !

    Chirac : escroc au patriotisme, fossoyeur de la droite et de la nation

    Le panégyrique d’un saint. A écouter l’allocution télévisée d’Emmanuel Macron le jeudi 26 septembre au soir quelques heures après la mort de Jacques Chirac, on aurait dit l’oraison funèbre d’un canonisé. L’ancien chef de l’Etat était en effet paré de toutes les qualités, de toutes les vertus. Tout ce que Paris compte de tout pourri a multiplié les vibrants hommages à Super Menteur. La République judéo-maçonnique est en deuil. Elle a perdu l’un de ses plus beaux fleurons, l’un de ses représentants les plus emblématiques. Registres de condoléances ouverts à l’Elysée, puis aux Invalides, dans les vingt mairies d’arrondissement de la capitale, un peu partout dans le pays, mais aussi dans les ambassades et consulats de France à l’étranger, et jusqu’à l’OTAN dont Chirac fut, il est vrai, un zélé serviteur. Quatre-vingts chefs d’Etat présents à ses obsèques à l’église Saint-Sulpice. Portraits géants de Super Voleur accrochés à la façade de musées, d’autobus, de monuments. Immenses panneaux d’information annonçant à la sortie du métro parisien la mort du délinquant politico-financier. Batteries de sondages martelant que 80 % des Français considèrent que Chirac fut un bon président. Micro-trottoirs destinés à nous convaincre que l’homme de la rue pleure “son” Chirac. Pluie d’hommages de politiques, de chanteurs, d’acteurs, de comédiens, de sportifs dont l’icône Zinédine Zidane qui a confié son immense tristesse, sortez les mouchoirs ! 

    Comble du délire, une minute de recueillement a été observée avant tous les matches de football, tant amateurs que professionnels, disputés samedi et dimanche en France, en hommage à l’ancien président, selon le vœu de la Fédération française de football (FFF). La compagnie Flixbus a, quant à elle, célébré la mémoire de l’ex-Elyséen en déviant sa ligne entre la Corrèze et la capitale. Jusqu’au 30 septembre au soir, les autobus ne sont plus partis de Tulle mais de Sarran devant le musée du président Chirac. Les bus verts du transporteur sont à l’effigie de l’ancien chef de l’Etat. Santo subito !

     

    La république n’a reculé devant rien pour célébrer Chirac : la tour Eiffel s’est éteinte à 21 heures le soir de sa disparition pour lui rendre un impressionnant hommage. Le lundi 30 septembre a été décrété jour de deuil national. Les drapeaux ont été mis en berne.

    Le Premier ministre Edouard Philippe a poussé le ridicule jusqu’à annoncer sur RTL qu’il allait planter un pommier dans le parc de Matignon en hommage au slogan de la campagne présidentielle de Chirac en 1995 : « Mangez des pommes » ! . Il est sûr que le vrai-faux Corrézien a toute sa vie pris les électeurs pour des pommes et qu’il ne s’est toujours intéressé qu’à sa… pomme !

    La dépouille du politicien condamné définitivement pour détournement de fonds publics, abus de confiance et prise illégale d’intérêts a été présentée aux Invalides le dimanche 29 septembre, fête de la Saint Michel Archange, pour qu’elle puisse être vénérée par les Français qui se sont pressés par milliers...

    La foule était telle que la décision a été prise de laisser ouverts les Invalides toute la nuit de dimanche à lundi, jusqu’à 7 heures du matin ! Le 30 septembre à 11 heures Chirac a reçu les honneurs militaires dans la cour des Invalides en présence d’Emmanuel Macron. « Un service solennel » conciliaire a suivi à l’église Saint-Sulpice. Marine Le Pen qui souhaitait s’y rendre a dû y renoncer piteusement, le clan Chirac ayant fait savoir qu’elle était jugée indésirable. A 15 heures, à l’heure où le Christ est mort en croix, une minute de silence (maçonnique) a été observée dans les administrations publiques et les écoles, à l’instar de la minute de silence observée jeudi dernier à l’Assemblée nationale à la demande du mis en examen Richard Ferrand, tout un symbole. L’inénarrable Estrosi veut donner le nom de Chirac à un espace de la ville de Nice, à la hauteur de sa réputation. 

    Gageons que vont se multiplier les rues, les boulevards, les avenues (alors que Chirac mériterait de ne voir accolés à son nom que des impasses et des culs de sac !), les écoles, les collèges, les lycées, les bibliothèques, les musées, les aquariums, les médiathèques, les stades, les gares et les aéroports qui porteront le nom de l’ancien président. Les enseignants ont été vivement encouragés à faire mémoire de Chirac dans leurs cours. Le Premier ministre a publié une circulaire dans ce sens au Journal officiel. Sur un portail du ministère de l’Education nationale, les enseignants pouvaient dès vendredi soir trouver des idées de sujets sur lesquels s’appuyer pour rendre hommage à Chirac. Car naturellement il s’agit d’encenser la personne et l’action du défunt, non de les contester. Et sans surprise tout tourne comme d’habitude autour de la déportation et de la Shoah. Interrogée par Le Parisien, une enseignante d’histoire-géographie à Pontoise dans le Val-d’Oise, déclare qu’elle abordera « avec ses terminales l’ancien président à travers le discours sur la rafle du Vél’ d’Hiv, dans le cadre du cours sur la Seconde Guerre mondiale ». Tout est bon pour sans cesse réactiver la Mémoire ! Et il est somme toute logique que l’école de la République rende hommage au politicien qui a terrassé le fascisme avec 82,21 % des voix et 62 % des inscrits un 5 mai 2002. Car, comme le clamait un slogan comminatoire lors de la quinzaine de la haine : « Votez escroc, pas facho ».

     

    La République qui repose sur l’inversion encense logiquement Chirac et le donne en exemple : il était ambitieux, arriviste, cynique, menteur et corrompu comme elle, versatile, sans conviction, sans principe, sans doctrine, sans flamme intérieure comme elle.

    Chirac est l’archétype de leur régime, le symbole de leurs mœurs, le résumé de leurs valeurs et de leurs profils, l’incarnation de leurs méthodes et de leur mentalité.

    Comme Marianne, Chirac fut toute sa vie un aigrefin : un escroc au patriotisme, le fossoyeur de la droite et de la nation, infidèle en permanence à ses promesses et à ses engagements solennels tant dans sa vie privée que publique. Adultère permanent, cocaïnomane, piètre orateur (il lisait péniblement des prompteurs dans ses réunions publiques et ses interventions télévisuelles  depuis l’Elysée), lamentable débatteur (il fut en dessous de tout face à des lycéens en 2005 lors de la campagne sur le référendum européen et s’il refusa le débat d’entre-deux-tours face à Jean-Marie Le Pen, c’est qu’il savait au fond de lui qu’il serait étrillé !), changeant d’idées et de programmes comme de chemises et de maîtresses, Chirac incarne parfaitement ce monde moderne où les hommes ne croient plus en rien, n’ont ni Dieu ni maître, ni principes directeurs ni vertus cardinales, ni souffle ni flamme ni idéal et ne pensent qu’à leur petite personne, à leur ambition, à leur carrière à laquelle il sacrifie tout : l’honneur, la morale, la vérité, les convictions, les fidélités, les amitiés. 

    Mais, disons-le tout net, ce n’est pas seulement les politiciens qui rendent hommage à l’ancien escroc, ce sont beaucoup de nos compatriotes qui ont la larme à l’œil. Tandis que les files s’allongeaient devant l’Elysée, puis aux Invalides, pour rendre hommage à Chirac (des centaines de feuillets ont été griffonnés sur les registres de condoléances !), les passants se pressaient devant l’hôtel particulier où est mort Chirac rue de Tournon à Paris pour s’y recueillir, y déposer des fleurs, des bougies, des pommes ou… de la bière, boisson préférée de l’ex-président ! Comme quoi les peuples ont les chefs qu’ils méritent ! Notons d’ailleurs que le lieu où s’est éteint Chirac ne lui appartenait pas. Cet hôtel particulier lui avait été prêté par le milliardaire François Pinault, Chirac ayant vécu toute sa vie aux frais de la princesse. Auparavant les époux Chirac étaient hébergés quai Voltaire dans un majestueux hôtel particulier prêté par feu le milliardaire Rafic Hariri, affairiste notoire qui fut Premier ministre du Liban.

    De la mairie de Paris à l’Elysée en passant par ces palais qui étaient gracieusement mis à sa disposition, Chirac n’a jamais versé un centime pour se loger, et avec quel luxe, depuis plus de quarante ans ! Sans compter les valises de billets (bien loin des fameuses pièces jaunes de Bernadette !) qu’il a reçus, que l’on songe au témoignage de l’ancien entrepreneur Jean-Claude Méry évoquant dans une vidéo, peu avant son troublant décès, les trafics auxquels il se livrait en faveur et sur ordre de Chirac lorsque ce dernier sévissait à la mairie de Paris, sans oublier l’argent reçu de Saddam Hussein (on le surnommait alors Ch’irak !) et de moult potentats africains (la Françafric de Chirac) ! Alors même qu’il a occupé pendant des décennies les plus hautes fonctions, aussi prestigieuses que rémunératrices, qu’il percevait plus de 30 000 euros net mensuels de retraite du fait de ses différents mandats électifs et de ses diverses responsabilités exécutives (président de conseil général, maire, député, député européen, secrétaire d’Etat, ministre, Premier ministre, chef de l’Etat). En insatiable glouton, il cumulait les mandats et les fonctions comme il dévorait les têtes de veau sauce gribiche, descendait les bières Corona, s’empiffrait de charcutaille et forniquait avec les personnes du sexe qu’il trouvait sur son passage (il était surnommé : « cinq minutes douche comprise »). 

     

    Avec De Gaulle, Chirac fut probablement la pire catastrophe pour la nation et pour la droite au XXe siècle.

    Le premier sévit trente ans durant de 1940 à 1970, le second une quarantaine d’années de son premier secrétariat d’Etat à l’Emploi en 1967 (il créa les premières Agences nationales pour l’emploi, les fameuses ANPE, tout un symbole, le chômage progressant fortement à chaque fois qu’il fut aux responsabilités !) jusqu’au terme de son second mandat présidentiel en 2007.

    Premier ministre de Giscard de 1974 à 1976, on lui doit les deux réformes les plus détestables et les plus lourdes de conséquence du septennat : la dépénalisation de l’avortement en 1975 et le regroupement familial pour les immigrés en 1976. C’est clairement à partir de cette époque que se mit en œuvre le génocide des Français et une politique de substitution de notre peuple. D’un côté depuis 45 ans plus de 200 000 enfants français parfaitement viables sont tués chaque année légalement dans le ventre de leur mère et de l’autre environ 200 000 immigrés entrent tous les ans en France depuis cette époque, sans compter les naissances allogènes sur notre territoire. Si le visage de notre pays a tant changé depuis un demi-siècle, c’est en grande partie la conséquence directe de ces législations criminelles et mortifères dont Chirac est avec Giscard le premier responsable. 

    Alors que Chirac Premier ministre avait offert un immense bouquet de roses à Simone Veil après son discours à la tribune de l’Assemblée nationale pour présenter son projet de loi ouvrant le droit de tuer les enfants à naître, afin de la remercier de son prétendu courage, et qu’il a été depuis cette époque un partisan constant de l’avortement, que de surcroît c’est sous sa présidence qu’a été institué le Pacs pour les invertis, première étape vers le “mariage” homosexuel, l’adoption, la PMA et la GPA, que l’on doit également à Chirac la loi créant en 2004 un ahurissant délit d’homophobie qui empêche de s’exprimer librement sur les revendications exorbitantes du lobby LGBT et sur l’homosexualité, Bergoglio-François n’a rien trouvé de mieux que d’exprimer ses « vives condoléances » à la mort de Chirac sans émettre la moindre réserve sur son action politique. La « conférence des évêques de France » a fait encore plus fort : elle s’est livrée à un éloge sans nuances du défunt président dont elle a salué « l’énergie, le goût du contact humain, la capacité à affronter l’adversité ». Pas un mot sur la loi Veil (1975), sur le Pacs (1999), sur le délit d’homophobie (2004), pas un mot non plus sur les propos de Chirac pendant sa campagne présidentielle en avril 1995 lorsqu’il avait déclaré, à propos de l’opposition à l’avortement « Non à une loi morale qui irait au-dessus de la loi civile », se plaçant ainsi du côté de Créon contre Antigone, du côté des partisans de la culture de mort contre les défenseurs de la famille et de la vie, du côté de la déraison de l’Etat contre le respect du Décalogue, de la légalité formelle d’une assemblée provisoire contre la loi naturelle intangible. Pas un mot non plus de ces apostats modernistes contre les propos de Chirac qui a vanté à plusieurs reprises, pendant sa présidence, les « racines musulmanes de l’Europe » pour intégrer notamment la Turquie à l’Union européenne. Mais il est vrai qu’entre traîtres à la foi, à la morale et à la nation, il y a forcément des affinités !

     

    Le drame du gaullisme, comme du chiraquisme, c’est qu’il a drainé dans son sillage des décennies durant des millions de Français catholiques et patriotes, sincèrement nationaux, mais trompés, abusés, leurrés, manipulés par des imposteurs qui se grimaient en hommes de droite et de caractère, en défenseurs intransigeants de la nation (Le Canard enchaîné n’avait-il pas surnommé le Corrézien « Facho Chirac » et les portraits de De Gaulle du temps du RPF n’étaient-ils pas maculés par ses adversaires de gauche d’une moustache à la Hitler ?) A la fondation du RPF (Rassemblement pour la France) en 1947 comme à celle du RPR (Rassemblement pour la République) près de trente ans plus tard, militants et cadres intermédiaires étaient massivement patriotes, de droite, attachés à la défense de la nation, de la famille, de la religion chrétienne. Et pourtant la politique qui a été mise en place par leur maître à penser, une fois aux responsabilités, a été aux antipodes de leurs convictions, de leurs aspirations, de leurs intérêts aussi. Le plus effrayant sans doute, c’est que beaucoup d’entre eux par grégarisme, par bêtise, par aveuglement, par naïveté, par manque de formation et par perméabilité aux principes révolutionnaires (il y avait un bonnet phrygien sur la carte d’adhérent du RPR !), par libéralisme et relativisme, ont continué à voter pour ces hommes et leurs soutiens. C’est pourquoi on ne saurait exonérer le peuple de la situation dramatique dans laquelle se trouve aujourd’hui le pays. On ne le dira jamais assez : l’électoralisme rend fou et la bêtise en politique donne une idée de l’infini. 

    La manipulation des masses, si elle n’est pas une nouveauté de l’époque moderne, a cependant atteint des niveaux effrayants à l’ère des grands médias audiovisuels, des campagnes publicitaires, des spots, des slogans et des affiches en quatre par trois dont Chirac était friand. En 1985, on le voyait ainsi cheveux et cravate au vent avec un sourire éclatant nous vanter l’alternance et promettre un avenir radieux. Ces braves Français n’ont pas compris le poison de la démocratie moderne où ce sont les puissances d’argent qui décident des candidats et de la politique qui sera menée. Les électeurs pensent bénéficier d’un véritable choix grâce à leur bulletin de vote et grâce à la diversité apparente des professions de foi. Mais une fois aux responsabilités, les politiciens sont interchangeables, menant les mêmes politiques antinationales, antifamiliales, antimorales, antinaturelles. Il est vrai qu’ils sortent généralement des mêmes écoles, ont accompli souvent des cursus analogues et obéissent aux mêmes cénacles mondialistes. Ils respirent l’air du temps, cèdent aux modes, approuvent ce que la bien-pensance dit d’exalter (les droits de l’homme, la tolérance, le féminisme, l’égalité, le refus des discriminations, la diversité, le commerce équitable, le développement durable, la loi Veil, les lois Pleven et Gayssot que Chirac a encore aggravées avec la loi Lellouche en 2003) et réprouve ce qu’elle ordonne de condamner (le racisme, l’antisémitisme, la haine, la xénophobie, les discriminations, l’homophobie, le sexisme, l’intolérance, le réchauffement climatique, la contestation de la Shoah et de la version officielle du 11-Septembre).