Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2017

NICOLAS Hulot a toujours été un charlatan .

giec,ecologie,hulot,juppé,borloo

 

 

 

 

La seule différence entre hier et aujourd'hui, c'est que le voilà au pied du mur. Il va falloir qu'il cesse d'enfumer le monde comme il a toujours fait. Devenu l'invraisemblable démiurge qui peut seul sortir le macronisme du guêpier dans lequel il s'est fourré, en parvenant à convaincre la majoritédes Français que sa nouvelle société les sauve­ra (biodiversité, transition écologique, énergies renouvelables, réduction des inégalités dans le monde, solidarité avec les réfugiés climatiques, agriculture responsable et biologique, relance globale par le développement durable, l'écono­mie "verte" et la fiscalité écologique, lutte contre le changement climatique, les pollutions, la dé­sertification, la raréfaction de l'eau, les famines etc.). 

 

Par une mystification puissamment médiatisée, le jupitérien farceur a pu tromper 14 ou 15 % des Français, la partie la plus stupide ou la plus cor­ruptible d'entre eux. Puis convaincre les autres soit de voter contre ses adversaires, soit de rester chez eux par lassitude de la chose politique, per­suadés qu'ils n'avaient aucun moyen de mettre fin à ce canular. Mais il va bien falloir passer au concret.

 

La duperie et la simulation se sont pas perpé­tuelles et Macron, ce phénix omniscient, ne sau­rait oublier le fameux plan dialectique d' Abra­ham Lincoln:

« On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps. On ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps ».

S'il n'en a que faire, il en paiera le prix !

 

Est-il plus écologiste que les simulateurs qui se verdissent bruyamment? Le colonel Placé, par exemple. Ou le perroquet monté au perchoir, ce de Rugy dont les ancêtres eurent tant de peine il y a 300 ans à se faire anoblir et qui se dissout dans la roture avec autant de volupté qu'en ressent un député de la France insoumise à ne pas porter cravate au Palais-Bourbon. Ou Cécile Duflot, banlieusarde qui n'a jamais mis les pieds à la campagne, n'a toujours fait que des petits bou­lots , ministre compris, diplômée de I 'ESSEC en économie urbaine. Ou, succédant à un archétype d' écologiste d' esbroufe, Mamère, ce nouvel élu béglais de la France lnsoumise, Loïc Prud'homme, qui, comme son patron, Mé­lenchon, passé du rouge de conviction au vert de circonstance, se dit « écologiste prônant l'émer­gence d'un modèle agricole alternatif et soute­nable » ... Alors qu'il est technicien à l'INRA, cette centrale idéologique qui depuis 1946 n'a cessé d'œuvrer pour la destruction de I'agricul­ture naturelle dans ce pays.

 

Le président de la République d'ailleurs n'est pas plus écologiste que ceux qui se drapent de la capuche environnementaliste sans avoir la moindre idée de ce que cela représente.

D'aus­si méticuleusement que l'on recherche, on ne parvient pas à déceler la moindre inclination de cet urbain organique pour la nature, la biologie du monde, la biosphère. Sauf à y voir un instru­ment de conquête du pouvoir et de conservation de celui-ci.

A y soupçonner une simple opportu­nité de se concilier des millions d'électeurs qui regardent avec suspicion ce personnage carrié­riste et mégalomane, prêt à toutes les compro­missions pour arriver à ses fins. y compris lais­ser de larges prérogatives à un personnage aussi trouble que Hulot au risque d'être entraîné dans des conflits de grande ampleur.

Ne serait­ ce que dans l'imbroglio qui tôt ou tard précipitera les pitres du Réchauffement Climatique dans l'inéluctable refroidissement auquel la planète n'échappera pas.

 

JUPPÉ ET BORLOO, SIAMOIS DE L'ÉCOLOGIE-BIDON

 

Nicolas Sarkozy l'avait bien compris en 2007 lorsqu'il confia un super ministère de l'Ecolo­gie à Alain Juppé, puis un mois plus tard, après le cinglant échec de celui-ci aux législatives, à Jean-Louis Borloo. Ni l'un ni l'autre n'ayantpar le passé montré la moindre fibre environne­mentale !... Et ne s'y ralliant à l'évidence que par opportunisme. On ne sache pas, par exemple, que Juppé, maire de Bordeaux et président de la communauté Urbaine, ait affiché un grand intérêt pour le parc des Jalles qui, tout au long de ces années, fut au centre d'un interminable débat. Au lieu d'être, la vitrine écologique d'une grande metropole régionale dont la renommée et l’économie reposent justement sur I' agricul­ture.

 

Il n'en alla pas différemment de Borloo, cita­din jusqu’au bout des ongles, avocat richissime spécialisé dans la finance et les fusions et acquisitions.Il n’aura jamais manifesté la moindre attention à l’ environnement jusqu a ce que la politique ne s'en mêle.

Quoi de plus judicieux que de créer son propre parti avec quelques « éco­logistes » déjà bien implantés, Lalonde, Mamère, Haroun Tazieff? Et d'appeler ce machin « Géné­ration Ecologie »... Ce sera le début d'une carrière qui le mènera au sommet, succédant à Juppé au poste de N°2 du Gouvernement Fillon comme super-ministre de l'Ecologie, de l'Energie, duDéveloppement et de I' Aménagement Durables en charge des Transports et de la Mer.

Respon­sable du Grenelle de l'Environnement, il ligotera la politique française dans la lutte contre l'effet de serre anthropogénique et contre le Réchauf­fement Climatique. Montrant de façon drama­tique que tout cela n'a rien à voir avec une dé­duction scientifique raisonnée mais relève d'une démarche ideologique liée à l'instauration d'un système de gouvernement bureaucratique mon­dialisé !

 

Quant à Sarkozy, outre le fait d'être à la manœuvre dans un domaine qu'il avaitjusque là toujours méprisé - dans son autobiographie, Libre, parue en 2001 il n'y a pas un seule ligne sur l'écologie -, il se découvrit brusquement une âme d'adulateur de la nature.

Comme Chirac avant lui et Hollande après, il tenta en vain de s'attirer les faveurs de Hulot pour ajouter quelques décimales à ses sondages. Se peignant sans vergogne en vert, allant jusqu'à convo­quer à l'Elysée une réunion semi-clandestine à laquelle participèrent Joseph Stiglitz, Jeffrey Sachs (économiste américain), Pachauri (pré­sident du GIEC, depuis mis en examen), Laurence Tubiana (maitresse des cérémonies de la future COP2l), Jemal Dervis, directeurdu Pro­gramme des .Nations Unies pour le Dévelop­pement, David Held, (Professeur à la London School of Economics), Ricardo Lagos (ancien président du Chili et envoyé spécial sur le Climat du secrétaire de l'ONU).

 

Selon Laurence Tubiana il s'agissait « d'agir de façon importante sur la question de la fiscalité écologique et sur les marchés du carbone. C’est à dire d’abord exemplaire en France et en Europe, pour pouvoir entraîner les pays émergents ».

 

Sarkozy suivra de près la Commission des Ex­perts sur le Changement Climatique qu'il avait confiée à Stiglitz et à Sir Nicholas Stern, appa­ratchik mondialisé à l'origine du GIEC. Mon­trant ainsi le même enthousiasme que partagent Macron et son factotum Hulot.

 

Cela durera ce que durent les enthousiasmes et il y a fort à parier que face à l'irréalisme de l' entreprise et l'invraisemblance de la théorie chaque jour un peu plus infirmée par la réalité climatique, le nouveau président de la Répu­blique fera ce qu'a fait son prédécesseur. Face à des théories absurdes, à quoi sert-il de s'obstiner dans l'erreur, fût-elle partagée par tous ceux quipossèdent le moindre pouvoir sur les esprits ?

 

II reste cependant que depuis un demi-siècle l'écologie a été investie par des milliers d'in­cultes et d'ignorants, dénués du moindre bon sens s'ils sont couverts de bonnets d'ânes qu'ils appellent diplôme.

Il existe dans le monde d'innombrables centres de dressage dans lesquels sont formées ces "élites" scientifiques et bureaucratiques qui ont mis l'écologie" sociale" au service de la révolution d'extrême gauche.

Ce sont ces idéologies et ces idéologues qui par leur ignorance et leurs élucubrations ont provoqué la méfiance des peuples pour des théories dont ils ont bien compris qu'elles n'apporteraient rien à la survie des sociétés traditionnelles balayées par le déferlement migratoire porteur de métissage et d 'uniformisation génocidaire.

 

René BLANC.

 

31/03/2017

Dangers et nocivité du monde numérique .

Des esclaves consentants

 

Chers amis et bienfaiteurs

Les dangers et la nocivité insidieuse mais bien réelle du monde numérique qui envahit, fascine et modifie le comportement de tous les âges de la population sont souvent sous-estimés par ceux qui ont charge d'éducation. L'enjeu est pourtant de taille.

On ne peut nier qu'un usage régulier – pas même intensif – d'internet et des écrans numériques modifie en profondeur les habitudes de vie, la durée et la nature des loisirs, l'objet des préoccupations habituelles de l'esprit. Rares sont ceux qui aujourd'hui échappent à l'emprise de cette pieuvre tentaculaire.

Qui peut douter que la vie spirituelle elle-même n'en soit touchée ? L'esprit de prière et la vie de contemplation s'en trouvent inévitablement diminués, lésés. La vie spirituelle a besoin de silence, de détachement, de renoncement et d'une imagination mortifiée. Même si elle n'est pas une technique, elle exige des conditions, un cadre, d'ordre naturel. Le silence pour les yeux lui est une condition nécessaire, tout autant que le silence pour l'ouïe. Les maisons de prière, les églises, les monastères ont toujours été des lieux où l'on cultivait avec soin le silence. L'âme chrétienne, a fortiori l'âme vouée à Dieu, doit être une maison de prière et, pour cela, éviter ce qui la rend esclave d'une technologie qui perturbe et excite l'imagination.

Le scintillement constant d'internet, sa variété infinie, produisent une dépendance au changement et au divertissement. Ils habituent le cerveau à demander toujours plus de nouveauté, de stimuli, d'excitation. La curiosité devient le moteur principal de l'agir d'un cerveau qui n'est désormais plus disposé à réfléchir, à synthétiser, à juger, à mémoriser, mais à réagir, selon des principes de plaisir et de nouveauté.

La superficialité, la paresse, l'égoïsme, l'impatience, l'irascibilité, l'orgueil de prétendre tout savoir en quelques « clics », se développent chez les usagers des outils numériques ; sans oublier la perte du sens des convenances et de la politesse élémentaire qui voudraient que, lorsque l'on parle à quelqu'un, on ne s'interrompe pas pour répondre immédiatement à la moindre sollicitation de son téléphone ou de sa messagerie.

Quant aux jugements de valeur que certains véhiculent dans les conversations appauvries qu'ils tiennent encore dans la « vraie vie », ils sont désormais dictés par les informations – brèves ! – parcourues et mémorisées pour la durée d'une conversation de pause-café ou de repas. Au-delà, tout est oublié, évacué, dissous. La mémoire, c'est désormais le smartphone ou le moteur de recherche...

Les échanges verbaux sont ainsi dictés par ce que l'on a aperçu ou consulté, par l'opinion de tous ceux qui croient que la majorité fait la vérité, que les sentiments peuvent tenir lieu de pensée, que la vie sociale consiste à partager les mêmes jugements ineptes sur le cours des choses, nivelant toute réalité au rang de l'insignifiance et du renouvelable, sacralisant les faits divers au détriment du doctrinal ou du philosophique, répercutant sans jugement l'opinion de ceux qui ont renoncé à penser audelà de 140 signes...

L'avenir de l'intelligence, pour reprendre une formule célèbre, est plutôt sombre puisqu'on lui impose non seulement le relativisme et le subjectivisme comme cadres philosophiques, mais surtout son remplacement par la machine qui vient s'incruster dans les moindres interstices de la vie intellectuelle, pour en assumer la plus grande part.

Si la plupart des adolescents n'envisagent même plus la possibilité de pouvoir vivre une journée sans leur smartphone, car leur vie est connectée à de nombreux réseaux sociaux, bien des adultes en sont réduits à penser qu'un usage raisonnable du numérique les fera échapper à la dérive que nous mentionnons. Pour être sûr que cet « usage raisonnable » de la technique soit possible, il restera à prouver que l'utilisateur est encore capable de dominer l'utilisation de la machine et non l'inverse, qu'il voudra bien s'en passer, dès lors que demeurent à sa disposition les moyens « antiques » qui développaient les potentialités de l'intelligence humaine. Ce n'est pas impossible. Mais cela est devenu très difficile pour beaucoup. Clercs et laïcs, beaucoup en sont déjà esclaves, avec les meilleures intentions du monde et la tranquillité de conscience de celui qui est sûr de bien faire... puisque tout le monde le fait.

Un test pourrait servir d'avertissement et de repère :

1) Combien de fois par heure, par jour ou par semaine je consulte internet ou ma messagerie électronique ?

2) Combien de temps je passe sur ces outils ?

3)Combien de fois aurais-je pu me dispenser de le faire ?

4) Combien de livres sérieux je lis par mois ?

5) Combien de temps je passe, par jour, à prier Dieu et la Vierge Marie ?

La peur de paraître réactionnaire, ringard ou laissé-pour-compte, mais surtout l'addiction contractée par l'usage régulier des machines, empêchent bien des remises en cause et bien des retours en arrière, même si certains comprennent encore que la dérive de cette vie nouvelle n'est pas la meilleure voie qui soit.

Paradoxalement, parmi ceux qui remettent en cause et refusent la colonisation des esprits par le numérique, beaucoup ont un idéal de vie qui n'est pas le nôtre. Mais ils ont au moins gardé l'idée ancrée en eux que la vie réelle vaut plus que le virtuel, que les facultés de penser de l'homme, sa vie sociale et politique sont plus précieuses que le formatage technologique et l'esclavage de la toutepuissance du numérique qui ont mis en place un totalitarisme consenti.

Qu'en sera-t-il de la génération des catholiques traditionalistes à venir ?

Il faut l'informer des enjeux qui la concernent. L'avenir professionnel appartient à ceux qui sauront lire, comprendre ce qu'ils ont lu, réfléchir, mettre en perspective au regard de la philosophie et de l'histoire, juger selon des principes vrais. C'est à eux que l'on s'adressera pour leur confier des emplois à responsabilité car ils auront des compétences psychologiques, humaines et une vie morale devenues rares. L'Eglise compte aussi sur leur générosité, leur fidélité au combat doctrinal, leur capacité à vivre à contrecourant de la facilité, leur sens du bien commun qui leur fera offrir leur vie à son service, si Dieu les y appelle, ou fonder un foyer chrétien.

Parce qu'ils auront compris que l'esclavage qu'on leur prépare est un piège redoutable, ce sont eux qui se souviendront que l'homme est destiné au Ciel et que cette finalité exige la préservation de leur intelligence, de leur mémoire et de leur volonté ordonnées à Dieu, pour que l'oeuvre de la grâce croisse en eux et avec eux.

 

Abbé Philippe Bourrat

 

25/11/2014

L' énorme bobard du réchauffement climatique ...

Nous assistons depuis quelques années à un déferlement de prévisions cataclysmiques sur les effets du réchauffement climatique et sur le rôle majeur qui serait joué, dans son accélération actuelle, par le recours massif de l’homme aux combustibles fossiles. De prétendus scientifiques, autoproclamés comme de "haut niveau", ont relevé une propagande sur ce thème par des écologistes "manipulateurs" et le suivi inconditionnel des hommes politiques incompétents. Ayant remarqué que les mannes des crédits de recherche s’offraient ainsi aux organismes spécialisés, qui enfourchaient cette obsession, ils ont décidé d’en bénéficier, au prix du renoncement à... la vérité scientifique.

 

Leur thèse essentielle est que, depuis la première révolution industrielle et l’apparition de mesures météorologiques précises (ils ont en général- choisi la date de 1883), la teneur en CO2 de l’atmosphère n’a cessé d’augmenter, ce qui est indéniable ; mais ils en déduisent qu’il s’agit là de la cause de l’augmentation rapide de la température moyenne, annuelle de la surface terrestre.

Ce raisonnement faux, bien qu’il soit asséné comme incontestable, repose, à mon sens, sur deux erreurs manifestes :

- le fait que deux grandeurs (la température moyenne annuelle et la teneur en CO2) s’avèrent indiscutablement corrélées (au sens des mathématiques statistiques) ne permet en aucun cas d’en déduire que l’une est la cause de l’autre ;

- l’évolution du climat est un phénomène complexe, lié à de nombreux facteurs géophysiques très lents, ce qui fait qu’il est donc impossible d’observer convenablement le phénomène sur une durée aussi courte, de 131 ans !

Ma première proposition, qui est une vérité mathématique, n’a nul besoin ici de démonstration.

La seconde demande à être étayée. Or il faut savoir que la température moyenne des sols peut être évaluée, même avant l’apparition de la météo moderne, de façon, certes moins précise, mais néanmoins significative, par l’étude des pollens fossilisés ; et que la composition de l’atmosphère peut, quant à elle, être mesurée- de façon précise en analysant les gaz dissous dans les banquises. Des sondages profonds avaient permis de remonter, il y a déjà quarante ans, jusqu’à un peu plus de 400 000 ans !

La comparaison des graphes, obtenus en inscrivant en abscisse les dates et en ordonnées les températures moyennes annuelles et les teneurs atmosphériques en CO2, laisse entrevoir quatre groupes de pics de températures à peu près simultanés, séparés par environ 100 000 ans. Cependant les graphes s’avèrent si chaotiques qu’ils ne sont pas interprétables en l’état.

En revanche, si on lisse ces graphes, en portant chaque année en abscisse, non pas les valeurs de l’année mais la moyenne de ces valeurs sur une longue période antérieure, les graphes deviennent de moins en moins chaotiques au fur et à mesure que cette période s’allonge. Or il faut lisser sur 300 ans au moins pour obtenir des graphes devenant significatifs bien qu’ils présentent encore des irrégularités.

Pourtant cette constatation suffit à réduire à néant la prétention des "experts" actuels d’établir une prédiction valable, en extrapolant une tendance qui n’est vérifiée que pour 131 ans seulement !

Que constate-t-on donc sur ces graphes lissés ? Tout d’abord, la confirmation de quatre pseudo-cycles analogues, séparés par des pointes aiguës à peu près simultanées de température moyenne du sol et de teneur de l’atmosphère en CO2.

Ensuite, la séparation de ces pics par de très longs méplats dont les minimums absolus se situent beaucoup plus près des pics suivants que des pics précédents. Nous sommes placés actuellement au voisinage immédiat de deux pics de température et de teneur, sans pouvoir dire avec certitude si nous nous situons un peu avant, ou un peu après.

Les méplats précédents se sont situés il y a environ 21 000 ans, à une date correspondant au maximum de la dernière glaciation, au cours de laquelle la banquise recouvrait la moitié de l’actuel territoire français ; et au cours de laquelle le volume planétaire des banquises terrestres était si important que le niveau des mers était inférieur de plus de 100 m au niveau actuel, de telle sorte que la Manche était à sec ! Le climat se réchauffe donc depuis 21000 ans, sans aucune influence qui serait provoquée par les activités humaines sauf, éventuellement, dans une période très récente.

Le paramètre directeur de ces pseudo-cycles apparait donc comme étant la variation de l’éclairement de la Terre, phénomène très complexe dont les effets seraient amplifiés par un comportement du sol comme celui d’un résonateur thermique. Par exemple, le début d’une glaciation augmente le pouvoir réfléchissant de la surface terrestre et accélère ainsi la glaciation en cours, tout en l’amplifiant.

Cette interprétation est renforcée par l’analyse fine des pics qui montre que les pics de température précèdent très légèrement les pics de teneur en CO2 (et non l’inverse), et par le fait que l’on connaisse en gros la quantité de combustibles fossiles extraite depuis 1883 ; enfin que l’augmentation de la teneur en CO2 de l’atmosphère, depuis la même date, ne correspond qu’à la moitié du CO2 produit par leur combustion.

Il apparait ainsi que les variations d’éclairement provoquent des variations de température atmosphérique, qui induisent des variations de la solubilité du CO2 dans les océans, donc de la teneur en CO2 de l’atmosphère.

Rien de moins anthropique que ce diagnostic ! On peut toutefois émettre l’hypothèse que, depuis 1883, l’afflux de CO2 dû aux activités humaines, intervenant aux environs immédiats des deux pics actuels, masque la variation naturelle que nous venons de décrire au point que nous ne savons pas si nous nous plaçons juste avant ou juste après les pics naturels. La disparition de la moitié du CO2 libéré par la combustion massive des combustibles fossiles, depuis 1883, inclinerait à penser que nous avons déjà légèrement dépassé ces pics.

Les prévisions cataclysmiques dont on nous inonde seraient ainsi totalement fausses et nous pousseraient à nous tromper de cible. Ce qui nous menacerait dans le grand avenir, dès que le phénomène de masque aurait été dépassé par l’importance des phénomènes naturels, serait donc un refroidissement climatique rapide. Cela ne signifie évidemment pas qu’il ne faut pas se préoccuper de l’émission massive actuelle des gaz à effet de serre, mais sans panique-, et sans prendre de mesures très coûteuses ; la préparation raisonnée de la prochaine raréfaction du pétrole et du gaz conduisant logiquement à l’inéluctable développement de l’énergie nucléaire civile, et donc à la décroissance concomitante des émissions de CO2.

Ce qui apparait en revanche comme déplorable est le fait que tout ce qui précède était bien connu il y a encore une trentaine d’années et faisait l’objet d’articles, non seulement dans les revues scientifiques, mais aussi dans la grande presse quotidienne (je me souviens d’un excellent article du Figaro sur ce sujet), alors que, de nos jours, les ayatollahs du "politiquement correct" occultent tous ces documents d’archives, en dénonçant avec véhémence tous les témoins qui tentent, de mémoire, d’en faire encore état !
C’est là une perversion redoutable de l’esprit scientifique, qui pousse, à l’heure actuelle dans de nombreux domaines politiquement sensibles, à renoncer à l’observation et à l’interprétation objectives des faits pour privilégier des thèses fausses, mais "alimentaires", grâce aux subventions des États !

Bernard ROLET
Ingénieur de l’École Centrale de Paris
Ancien cadre dirigeant de l’industrie chimique