Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2016

Fête de la Sainte Trinité mystère de notre foi catholique .

 

SYMBOLE DE SAINT ATHANASE

 

Quiconque veut être sauvé doit, avant tout, tenir la foi catholique.

Et celui qui ne l'aura pas conservée inviolablement et intégralement, sans aucun doute, périra éternellement.

Or la foi catholique consiste à vénérer un seul Dieu dans la Trinité et la Trinité dans l'Unité.

Sans confondre les personnes, ni diviser la substance.

Car, autre est la personne du Père, autre celle du Fils, autre celle de l'Esprit-Saint.

Mais du Père et du Fils et du Saint-Esprit, une est la divinité, égale la gloire, coéternelle la majes.

Incréé est le Père, incréé le Fils, incréé l'Esprit-Saint.
Immense est le Père, immense le Fils, immense l'Esprit-Saint.
Eternel est le Père, éternel -le Fils, éternel l'Esprit-Saint.

Et cependant, il n'y a pas trois éternels, mais un seul éternel. Ni trois incréés, ni trois immenses, mais un seul incréé et un seul immense.

De me, tout-puissant est le Père, tout-puissant le Fils, tout-puissant le Saint-Esprit.
Et cependant, il n'y a pas trois tout-puissants, mais un seul tout-puissant.

De même, le Père est Dieu, le Fils est Dieu et l'Esprit-Saint est Dieu. Et cependant, il n'y a pas trois Dieux, mais un seul Dieu.

De même le Père est Seigneur, le Fils est Seigneur et l'Esprit-Saint est Seigneur.
Et néanmoins, il n'y a pas
trois Seigneurs, mais un seul Seigneur.

Car, de même que nous sommes tenus par la vérité chrétienne de confesser que chacune des personnes prise à part est Dieu et Seigneur: ainsi nous est-il défendu par la religion catholique de dire qu'il y a trois Dieux ou trois Seigneurs.

Le Père n'est ni fait, ni créé, ni engendré d'aucun autre.

Le Fils est du Père seul, non pas fait, ni créé, mais engendré.

L'Esprit-Saint est du re et du Fils, non point fait, ni créé, ni engendré, mais procédant. Il n'y a donc qu'un seul Père, et non trois Pères, un seul Fils et non trois Fils, un seul Esprit-Saint et non trois Esprits-Saints.

Et dans cette Trinité, rien d'antérieur ou de postérieur, rien de plus grand ou de moins grand ;mais les trois personnes sont toutes coéternelles et coégales entre elles.

En sorte qu'en tout, comme on l'a dit plus haut, nous devons vénérer l'unité dans la Trinité et la Trinité dans l'uni.

Celui donc qui veut être sauvé doit penser ainsi de la Trinité.

Mais il est cessaire pour le salut éternel de croire aussi à l'Incarnation de Notre-Seigneur Jésus-Christ conformément à la vraie foi.

Il est donc de la rectitude de la foi que nous croyions et confessions que Notre Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, est Dieu et homme.

Il est Dieu, engendré de la substance du Père avant les siècles, et il est homme, né dans le temps de la substance d'une re.

Dieu parfait et homme parfait: subsistant dans une âme raisonnable et une chair humaine.
Egal au Père selon sa divinité, inférieur au Père selon son humanité.

Et, bien qu'il soit Dieu et homme, il n'est pas deux, mais un seul Christ.

Un, non point par un changement de la divinité en la chair, mais par assomption de l'humanité en Dieu.

Parfaitement un, non point par confusion de substances, mais par l'unité de personne.

Car, de même que l'âme raisonnable et la chair ne font qu'un homme, ainsi Dieu et l'homme n'est qu'un seul Christ. .

Qui a souffert pour notre salut, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts.

Il est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d'où il viendra juger les vivants et les morts.

A son avènement, tous les hommes ressusciteront avec leurs corps, et devront rendre compte de leurs actions personnelles.

Et ceux qui auront fait le bien iront à la vie éternelle; mais ceux qui auront fait le mal iront au feu éternel.

Ceci est la foi catholique. Celui qui ne la garde pas fidèlement et fermement ne pourra pas être sauvé.

 

Gloria Patri ...

 

15/08/2015

15 août: Fête de l' Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie .

 
 

Ange
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie
 
En cette fête, qui est une des plus anciennes et la plus solennelle du Cycle marial (VIe siècle), l'Église convie tous ses enfants, dans le monde catholique tout entier, à unir leur joie et leur reconnaissance à celles des anges qui louent le Fils de Dieu pour la glorieuse Assomption de sa Mère, la Très sainte Vierge Marie. C'est dans la basilique de Sainte-Marte-Majeure que se célébrait à Noël le mystère qui est le point de départ de toutes les gloires de la Vierge et c'est là encore que se célèbre aujourd'hui l'Assomption qui en est l'aboutissement; Marie porta en elle l'humanité de Jésus à son entrée dans ce monde et en cette fête, c'est Jésus qui à son tour reçoit au ciel le corps de Marie. Admise à jouir des délices de la contemplation éternelle, la Mère a choisi aux pieds de son divin Fils la meilleure part qui ne lui sera jamais ôtée; aussi lisait-on autrefois l'Évangile de la Vigile à la suite de celui de la fête, afin de montrer que la Mère de Jésus est heureuse entre toutes parce que, mieux que les autres, « elle écoute la parole de Dieu ». Cette parole, ce Verbe, cette Sagesse divine qui, sous l'Ancienne Loi, établit sa demeure dans le peuple d'Israël, est descendue, sous la Loi Nouvelle, en Marie.
Le Verbe s'est incarné dans le sein de la Vierge, et maintenant dans les splendeurs de la céleste Sion, il la remplit des délices de la vision béatifique. Comme Marthe, l'Église se livre sur la terre aux sollicitudes que nécessite la vie présente; mais, comme elle aussi, elle réclame l'aide de Marie.
Une procession fut toujours attachée à la fête de l'Assomption. A Jérusalem, c'était un cortège de nombreux pèlerins qui venaient prier près du tombeau de la Vierge et contribuèrent ainsi à l'établissement de cette solennité. Le clergé de Constantinople faisait également une procession en la fête du Repos et le l'Assomption de Marie. A Rome, du VIle au XVIe siècle, le cortège papal, où prenaient place les représentants du Sénat et du peuple, se rendait processionnellement de l'église de Saint-Jean-de-Latran à celle de Sainte-Marte-Majeure; c'est ce qu'on appelait faire la Litanie.
En France, la procession qui se fait le 15 août après les Vêpres, a pour but de rappeler la consécration qu'en 1638, à pareil jour, Louis XIII fit à Marie de sa personne, de sa famille et de son royaume; elle nous permet de ratifier ce vœu, qui doit nous attirer la protection toute-puissante de la Vierge.
 

24/12/2014

Joyeux et Saint Noël 2014

noel2014_voeux2015.jpg

10:08 Publié dans Catholicisme, Fêtes | Tags : noël 2014 | Lien permanent | Commentaires (0)