Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2017

Aider Emmaüs, c’est aider l’immigration ...

 

 

L’association Emmaüs France, soutenue entre autres par Edwy Plenel et La ligue des Droits de l’Homme, et désormais présidée par Thierry Kuhn, concentre de plus en plus ses moyens à l’aide aux migrants et autres sans-papiers, c’est-à-dire aux immigrés illégaux arrivant massivement sur notre territoire !

Dans sa communication officielle, Emmaüs dit vouloir « porter des alternatives pour démontrer que la libre circulation est et sera bénéfique pour les sociétés et les populations en termes de richesses économiques et culturelles » et revendique un « changement radical de politiques migratoires, […] pour que sur terre aucun être humain ne soit illégal. ».

 

 

Afin de poursuivre sa « campagne de mobilisation citoyenne pour la liberté de circulation » des immigrés, l’association fondée par l’abbé Pierre vient de réaliser un spot réunissant quelques figures de la bien-pensance show-business dont aucun n’a pourtant choisi de partager son domicile avec ces charmants immigrés.

 

01/09/2017

Landivisiau (Finistère) : 90 migrants clandestins bientôt installés dans des logements sociaux !

 

 
 

Cité Marine, Landivizio

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (01/09/2017) Nouvelle étape dans le processus de remplacement de la population bretonne voulu par l’État Français, la commune de Landivizio (Landivisiau), près de Brest, va bientôt se voir imposer 90 colons afro-musulmans sur ordre du gouvernement central.

Le Télégramme (source) :

Quatre-vingt-dix étrangers vont être accueillis, dans les semaines à venir, à Landivisiau, dans le cadre du programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile. Cette opération est cogérée par l’Office français de l’immigration et de l’intégration et la société Adoma, filiale de Société nationale immobilière (SNI). Si Landivisiau, ville de 9.000 habitants, a été choisie, c’est parce que le bailleur social y dispose de nombreux logements dans la « Cité marine ». « Les demandeurs d’asile vont être installés dans 21 appartements vacants. Les premiers doivent arriver dans les tout prochains jours », a indiqué, hier soir, le sous-préfet de Morlaix, Gilles Quénéhervé.

La colonisation de peuplement afro-islamique s’intensifie et le gouvernement français veille à la systématiser sur tout le territoire breton.

La maire, Laurence Claisse (divers droite), affirme avoir été placée devant « le fait accompli » par l’État Français qui cherche à empêcher toute mobilisation populaire contre cette politique de remplacement racial :

On ne connaît, pour le moment, pas le pays d’origine de ces personnes ni d’où elles vont arriver. Le groupe serait composé de 22 personnes seules et de familles. « 44 personnes vont arriver dans le courant de la semaine prochaine et les autres au mois d’octobre », a indiqué, hier soir, Laurence Claisse, la maire de la ville, qui regrette d’avoir été mise « devant le fait accompli ».

Et :

En effet, ce sont les services municipaux, contactés pour des renseignements sur la scolarité et la banque alimentaire, qui ont alerté la maire, mercredi. « J’ai immédiatement appelé la préfecture, qui m’a confirmé cette arrivée », a-t-elle expliqué hier soir. « Ne pas prévenir la mairie d’un tel projet, ce n’est pas normal. Je ne suis pas préparée à m’occuper de 90 étrangers alors que la ville se remet à peine de la fermeture de l’abattoir Gad.»

Pour rappel, les habitants de cette commune de 9,000 habitants ont massivement voté pour le candidat de centre-gauche Emmanuel Macron lors des dernières élections présidentielles hexagonales, avec près de 75% des suffrages au premier tour (source). Ce dernier s’était illustré en décrivant les ouvriers de Gad « d’illettrés » (source).

Emmanuel Macron s’est engagé à intensifier le transfert des migrants clandestins afro-musulmans vers l’Hexagone. Il tient donc les promesses pour lesquelles les habitants de Landivizio l’ont élu ...

31/08/2017

Quimper. Un hôtel Formule 1 transformé en centre pour migrants !

 

formule_1
 
 

 Il y a déjà quelques mois : le groupe Accor a vendu une partie de son parc hôtelier (62 hôtels) à Adoma (ex-Sonacotra) notamment (mais pas que) pour l’accueil de migrants.

A Quimper, l’ancien hôtel Formule 1, situé 30 rue Jacques Anquetil,  n’accueillera pas les SDF que l’on peut rencontrer à Quimper, mais des immigrés rentrés illégalement en France et dans l’attente que l’Etat leur accorde un permis de séjour dans notre pays.

Ils sont 24 déjà installés depuis la fin du mois de juillet, répartis entre Africains et Afghans (qui ne se mélangent pas). Au total, 86 personnes pourront être accueillis une fois des travaux réalisés, tandis que d’autres migrants, évacués du camp de La Chapelle à Paris, sont de retour à Kerlaz ou encore à Pleyber Christ.

C’est le même processus qui se reproduit à chaque fois :

  • entrée clandestine sur le territoire français
  • atterrissage dans une jungle quelconque (Calais, La Chapelle) >
  • Mesure d’évacuation et de répartition de l’Etat dans toutes les régions
  • Demande d’asile
  • En cas de refus : les associations prennent le relais, mettent en avant les enfants et tout ce qui est possible pour ne pas les expulser tandis que l’Etat recule.
  • Si acceptation : les personnes ont le droit de séjourner, de travailler en France, de faire venir la famille, d’y faire des enfants, etc..

Puis avec de nouvelles arrivées clandestines, on recommence.

Des mafias de passeurs aux associations de gauche, de nombreux complices viennent apporter leur aide à cette véritable machine à imposer l’immigration.

« Il est impossible de connaitre les chiffres des clandestins qui sont actuellement en France » nous glisse-t-on du côté de la Préfecture des Côtes d’Armor . « Mais il y’en a beaucoup plus, par définition, que ceux qui sont recensés »...

A Quimper, outre ces migrants, de nombreux mineurs isolés étrangers sont hébergés aux frais du contribuable, par le Département. Policiers et agents administratifs les observent d’ailleurs, chaque midi à la cantine administrative, déjeuner sans régler leur repas pris en charge par les impôts des contribuables, tandis qu’eux doivent évidemment acquitter, malgré des salaires modestes, le leur !