Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persécutions chrétiennes

  • Quand les juifs dirigent la France .

     

    Toujours plus loin dans la folie et la tyrannie : voilà que l’Assemblée nationale criminalise l’antisionisme !

    Jusqu'où iront-ils ? IL y a près de trente ans, le lobby juif était parvenu à criminaliser la recherche en histoire avec l’adoption de la loi Rocard-Fabius-Gayssot du 13 juillet 1990 en profitant de la profanation très suspecte, deux mois plus tôt, du cimetière juif de Carpentras qui avait entraîné une immense mobilisation politico-médiatique « contre l’extrême droite et l’antisémitisme ». Et voici que, le 3 décembre 2019, quelques heures après la profanation de 107 tombes du cimetière juif de Westhoffen, près de Strasbourg, l’Assemblée nationale a adopté une résolution scélérate assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme.

    *Et il s’est trouvé une majorité de députés, parmi ceux qui ont voté, pour avaliser cette infamie!

    Depuis 1990 on ne peut plus faire valoir devant les tribunaux et en public un point de vue sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et sur les camps de concentration qui n’est pas conforme à la version officielle et obligatoire des événements.

    Ne pas réciter la vulgate sur ces questions est s’exposer à l’accusation d’antisémitisme qui est un délit. Les juridictions françaises et internationales ont validé ce point de vue : contester ou minorer le génocide juif, remettre en question l’existence des chambres à gaz homicides, ou simplement émettre un doute, formuler une interrogation, employer un conditionnel ou utiliser des guillemets est l’expression la plus caractérisée de l’antisémitisme. Ainsi le tour est joué : il est impossible de discuter ou de réfuter la thèse officielle, sauf à subir les plus lourdes condamnations et un opprobre de chaque instant. Tout débat est interdit, jugé en lui-même illégitime car déjà suspect d’antisémitisme, de haine raciale. 

    Eh bien il va en être de même désormais pour l’antisionisme ou toute critique de l’Etat d’Israël. Certes la résolution adoptée à l’Assemblée nationale par 154 voix pour (essentiellement des députés macroniens et de la droite parlementaire), 72 contre (des socialistes et des communistes pour l’essentiel) et 43 abstentions, la plupart des parlementaires n’ayant courageusement pas participé au vote, comme les élus du Rassemblement national, particulièrement couards (Emmanuelle Ménard, épouse du maire de Béziers, a toutefois voté la résolution, il faut le savoir et le faire savoir, c’est une honte absolue !) n’est juridiquement pas contraignante. Mais qui ne voit que toute critique quelque peu véhémente de l’entité sioniste, toute condamnation de ses crimes envers les Palestiniens, de son bellicisme à l’égard de tous ses voisins, de l’Irak au Liban en passant par la Syrie, de ses méthodes inhumaines, de ses mensonges permanents, de sa meurtrière politique de répression par air, par terre et par mer pourra être poursuivie et condamnée par les tribunaux comme une manifestation de l’antisémitisme ?

    C’est si vrai que votre serviteur est actuellement l’objet de plusieurs poursuites judiciaires pour avoir condamné la politique de l’Etat hébreu tant vis-à-vis des Palestiniens que des Etats voisins. Le directeur de RIVAROL est en effet actuellement poursuivi devant la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris pour provocation publique à la discrimination, à la haine et à la violence pour avoir écrit en mai 2018, au moment du soixante-dixième anniversaire de l’Eretz qui s’était accompagné d’un épouvantable massacre à Gaza : « La lutte contre l’antisémitisme est un moyen pervers et diabolique d’empêcher toute critique musclée de l’entité sioniste, d’annihiler et de diaboliser tout soutien à la cause palestinienne. Il faut refuser ce chantage immonde. » Autre écrit poursuivi avec le même chef d’accusation : « En toute impunité, avec une totale immunité, grâce au passe-droit de la religion de la shoah qui lui donne en permanence un permis de tuer, tous les jours la criminelle entité sioniste tue, massacre, affame, humilie, torture des civils désarmés. Voilà le vrai visage du sionisme ». A consulter certains sites communautaires, comme Balance ton antisémite, et beaucoup d’autres dans le même genre, manifester la moindre compassion à l’égard du martyre du peuple palestinien (et de plus en plus on nous traite en Europe comme en Palestine occupée, à en juger par exemple par la répression contre des gilets jaunes énuclées, mutilés, passés à tabac) est déjà une manifestation de la haine antisémite.

    Jusqu’où vont l’audace, l’arrogance, l’outrecuidance de ces gens ? Mais il est vrai que tout est déjà dans l’Evangile. En deux mille ans, ils n’ont pas changé.


    Jérôme BOURBON.

  • Profanations et vols dans les églises en France: silence quasi total de tous les médias et du gouvernement ...

     

    Le tabernacle de l’église de Tonnay-Charente profané

     

    Tabernacle fracturé, custode (boîte à hostie) volée, statues brisées, croix du Christ renversée : l’église de Tonnay-Charente en Charente-Maritime a été « profanée » samedi 9 novembre dernier, a annoncé l’évêque de La Rochelle et de Saintes. « Profanée, pas cambriolée », a déclaré Mgr Georges Colomb.


    « Des statues ont été brisées, la croix du Christ a été renversée, la statue de saint Joseph portant l’enfant Jésus a été décapitée. C’est une offense faite aux catholiques », a-t-il estimé. Ces dégradations ont eu lieu samedi vers 18h. « Ça s’est joué à quelques minutes avant que des paroissiens n’arrivent », a expliqué le maire de la commune, Eric Authiat.


    A-t-on entendu des cris de réprobation universels ? Non, une fois de plus le silence règne. Cette église avait-elle le tort de ne pas être une mosquée ou une synagogue ?  La logique de la laïcité est implacable : la vraie religion ne saurait avoir les mêmes égards que les fausses. Les ténèbres haïssent la lumière.

      La laïcité, idée d’inspiration maçonnique, foncièrement opposée au règne du Christ-Roi, a été continuellement condamnée par les Papes avant Vatican II. Il n’y a pas de neutralité possible envers Notre-Seigneur Jésus-Christ : « Celui qui n'est pas avec moi est contre moi » (Matth. XII, 30).


    « Il faut conclure que, de nos jours plus que jamais, la force principale des mauvais c’est la lâcheté et la faiblesse des bons et tout le nerf du règne de Satan réside dans la mollesse des chrétiens… Et à ce reproche qu’encourent les chrétiens pusillanimes et intimidés de tous les pays, ne peuvent se dérober un grand nombre de chrétiens de France. » (Saint Pie X, Allocution Vi son grato, Ven. Fratello, 13 décembre 1908)


    Quelques profanations et vandalismes en France depuis un mois seulement :


    - 12 octobre : statue de la Vierge volée et  retrouvée détruite à Saint-Laurent-de-Cuves (Manche)
    - 13 octobre : portail de l’église Saint-Jean-de-Montierneuf tagué (Poitiers)
    - 14 octobre : vol du tabernacle contenant le ciboire avec les Saintes Espèces dans l’église Saint-Augustin de Renazé (Mayenne)
    - 18 octobre : 80 tombes profanées dans le cimetière de Binic (Côtes-d’Armor)
    - 21 octobre : grotte de Lourdes vandalisée à Freyming-Merlebach (Moselle)
    - 21 octobre : messe interrompue au cri de « Allah Akbar » en la basilique Saint-Epvre à Nancy
    - 21 octobre : vols en l’église Notre-Dame-de-Prospérité de Clermont-Ferrand
    - 23 octobre : croix abattue et brulée à Vico (Corse-du-Sud)
    - 25 octobre : murs de l’église de Fourones tagués (Yonne)
    - 30 octobre : 90 objets chrétiens posées sur les tombes du cimetière du Breuil cassées ou arrachées à Cognac (Charente)
    - 31 octobre : fête d’Haloween avec 75 participants dans la chapelle Sainte-Barbe à Plouaret (Côtes-d’Armor)
    - 1er novembre : dégradations en l’église Saint-Vaast de Béthune (Nord)
    - 3 novembre : tabernacle de la chapelle de la Vierge brûlé dans l’église Notre-Dame de Carentan (Manche)
    - 3 novembre : statue de sainte Bernadette décapitée à l’ermitage Saint-Joseph d’Oberhaslach (Bas-Rhin)
    - 4 novembre : assassinat du Père Roger Matassoli à Agnetz (Oise)
    - 4 novembre : vol de vases sacrés et d’orfèvrerie dans la cathédrale d’Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques)
    - 4 novembre : vols dans l’église Notre-Dame-de-Bon-Secours du Pontet (Vaucluse)
    - 5 novembre : tableau montrant saint Louis vénérant les reliques de la Passion lapidé dans l’église Notre-Dame de Carentan (Manche)
    - 9 novembre : église et croix de la Mission de la Croix-Rouge vandalisés à Marseille

    Seule la prétendue « islamophobie » occupe les esprits et les unes médiatiques. Le silence le plus total et le plus hypocrite règne au niveau national…

     

  • Au Mexique, un prêtre brûle des effigies de Pachamama en réparation du synode pour l’Amazonie .

     

     

    Mexique – Un prêtre catholique a pris ses responsabilités après le scandaleux Synode pour l’Amazonie.

    Devant l’église de Mexico dédiée à Notre-Dame de Guadalupe, le Père Hugo Valdemar Romero a procédé à un acte public de réparation “en demandant pardon au Dieu Un et Trine pour les actes abominables d’idolâtrie et de profanation commis à Rome” et a brûlé trois images de “la diabolique idole Pachamama”. Les fidèles présents ont été invités à réciter avec lui une prière de réparation.

    Notons que le Père Hugo Valdemar Romero est l’ancien directeur de la communication de l’archidiocèse de Mexico, et est depuis l’an dernier le chanoine pénitencier de la cathédrale.

     

    V