Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecologie

  • Macron II et sa " Borne out " .

     

    Le second quinquennat de Macron a commencé officiellement le samedi 14 mai à zéro heure, même si son intronisation a eu lieu une semaine plus tôt, une cérémonie où il a choisi, comme en 2017, de rendre un vibrant hommage à ses prédécesseurs élyséens. Ce qui n’est guère étonnant puisque l’actuel président constitue la synthèse et le point d’arrivée des chefs d’Etat successifs de la Ve République. Son slogan de la présidentielle de 2022, « Nous tous », fait référence à « la France pour tous » de Jacques Chirac en 1995. Le primat que Macron accorde à l’européisme et à l’économisme fait également de lui le clone de Giscard. Son « en même temps » fait écho à l’ambivalence fondamentale de Mitterrand, maître de l’ambiguïté, et à la duplicité manœuvrière de De Gaulle. Et la première indication que le chef de l’Etat a choisi de donner en nommant le 16 mai au soir à Matignon une femme de gauche, Elisabeth Borne, une technocrate sexagénaire qui fut ministre sans discontinuité pendant les cinq ans de son premier mandat, n’est pas non plus dépourvue de sens et prouve que l’Elyséen inscrit aussi ses pas dans ceux de Jospin et de Hollande que Borne a consciencieusement servis.

    Cette nomination signifie d’abord que le chef de l’Etat a décidé, au moins symboliquement, d’orienter davantage à gauche sa politique. Lors de son premier mandat, il avait choisi des Premiers ministres venus de la droite (ou prétendue telle) : Edouard Philippe (2017-2020), puis Jean Castex (2020-2022). Il a choisi cette fois-ci, ce qui n’était pas forcément évident au départ, une personnalité politique fortement marquée à gauche puisqu’elle est passée par les cabinets de Lionel Jospin à Matignon (1997-2002) et par celui de Ségolène Royal à la Transition écologique (2014-2015), sans oublier un détour par la préfectorale et la mairie de Paris tenue par le Parti socialiste depuis une vingtaine d’années.


    Elisabeth Borne a été de toutes les aventures depuis la gauche plurielle il y a vingt-cinq ans ... sous la présidence de Jacques Chirac, a été directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Ecologie sous François Hollande. Avec Gérald Darmanin, Bruno Le Maire et Jean-Yves Le Drian, Elisabeth Borne, âgée aujourd’hui de 61 ans, fait partie des rares ministres qui le sont restés tout au long du quinquennat. Nommée aux Transports en mai 2017, elle est appelée à la rescousse en juillet 2019 pour remplacer au pied levé à la Transition écologique François de Rugy, contraint à la démission. Un an plus tard, elle est propulsée au ministère du Travail à la place de Muriel Pénicaud, un poste qu’elle a occupé jusqu’à sa nomination le 16 mai à Matignon. En matière de nouveauté et de renouvellement, on fait mieux. C’est la deuxième femme à occuper le poste de Premier ministre. Y réussira-t-elle mieux qu’Edith Cresson qui fut Premier ministre de François Mitterrand pendant 10 mois et 18 jours, du 15 mai 1991 au 2 avril 1992, et qui fut d’une rare incompétence, multipliant les boulettes et autres maladresses, n’étant manifestement pas à la hauteur de la fonction ? Ce n’est pas gagné d’avance, même si elle semble avoir plus de métier que la favorite de l’homme à la Francisque.

    Le fait que Macron ait choisi ce profil prouve en tout cas qu’il entend désormais réduire l’influence électorale de la gauche après avoir contribué à affaiblir et diviser les droites (ou ce qui en tient lieu). Cette nomination prouve que, pour lui, les droites ne sont plus un danger électoral, ce qui n’est pas faux actuellement vu leurs divisions extrêmes, leur atomisation suicidaire, et qu’il convient désormais de limiter les performances électorales des partis situés à sa gauche. La personnalité d’Elisabeth Borne est également très significative. C’est une technocrate jugée cassante, inhumaine et n’ayant aucune fibre sociale. Ce qui tendrait à démontrer que, contrairement à ce qui s’est produit de 2017 à 2022, ce n’est plus Marine Le Pen que le président choisit comme première opposante mais la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) de Mélenchon. Lequel a commenté la nomination de Borne en rangeant cette dernière « parmi les figures les plus dures de la maltraitance sociale ». Dans ses différents ministères, Elisabeth Borne a en effet géré plusieurs dossiers sensibles comme la réforme de la SNCF au printemps 2018 ou la réforme de l’assurance-chômage en 2021. Et elle sera chargée de l’épineux dossier de la réforme des retraites, une question très inflammable. Elle n’est pas connue pour son souci du compromis.
    Celle qui fut présidente de la RATP est au contraire considérée comme dure, raide voire brutale, désireuse de tout contrôler. Elle a la réputation d’user ses équipes : « avec elle, une note incomplète ou imprécise expose son auteur à des moments difficiles. Celles ou ceux qui l’ont côtoyée pointent l’ambiance qu’elle a imposée parmi ses troupes. « Elle est très dure, jusqu’à lessiver ses équipes. Très grosse travailleuse, elle s’attend à ce que tout le monde autour d’elle suive le même rythme », estime Gilles Dansart, directeur de la lettre spécialisée dans le transport Mobilettre.

    Dans les couloirs du pouvoir, la nouvelle Première ministre a rapidement gagné un surnom : « Borne out ». L’exaspération a parfois été telle que certains dans l’administration ont envisagé sérieusement d’en référer par écrit au président de la République et au Premier ministre, sans suite finalement. « Ce n’est pas une bisounours dans ses relations de travail, c’est sûr. Mais cela s’est normalisé avec le temps », confie une source proche, tout en anticipant des réunions bilatérales “compliquées” avec celui ou celle qui la remplacera au ministère du Travail. Les syndicalistes se souviennent aussi d’Elisabeth Borne. Au printemps 2018, elle était chargée de mener à bien la réforme de la SNCF. Elle a dû gérer une grève perlée qui finira par s’essouffler. « Elle était intransigeante, restant sans dévier sur la ligne fixée par Matignon. Il n’y avait pas grand-chose à négocier. Et avec les représentants syndicaux, elle est toujours restée distante et froide », se rappelle Roger Dillenseger, ancien secrétaire général de l’Unsa Ferroviaire » note le quotidien économique Les Echos qui lui est pourtant favorable et qui salue sa compétence.

    MACRON, ce qui n’est pas étonnant de sa part, a fait le choix d’une pure technocrate qui appliquera sans état d’âme sa politique qui sera à n’en pas douter d’une très grande dureté sur le plan social et sur celui des négations de libertés.

    Cette nomination prouve que le chef de l’Etat qui ne peut se représenter une nouvelle fois en 2027 a l’intention de conduire une politique bien plus dure et anti-sociale lors de son second quinquennat. Tout laisse à penser que Macron II sera bien pire encore que Macron I. Les classes moyennes peuvent se faire du souci car l’Exécutif va les tondre comme des moutons. Elisabeth Borne doit s’entourer de deux ministres forts, l’un chargé de la « planification énergétique » et l’autre de la « planification écologique territoriale ». Des dossiers que cette polytechnicienne (et ancien préfet de région) est censée connaître parfaitement. Elisabeth Borne a souligné lors de la passation de pouvoir avec Jean Castex le « défi écologique et climatique » sur lequel « il faut agir plus vite et plus fort ». Il s’agit de passer en force.
    On peut craindre le pire : au nom de l’écologie, on ne cesse de multiplier les taxes, de persécuter l’automobiliste, souffre-douleur et vache à lait de l’Etat, de restreindre les libertés. Nul doute qu’un coup d’accélérateur va être donné avec ce nouveau gouvernement. Et cela au détriment du peuple. N’oublions pas que le mouvement des gilets jaunes est né dans la France périphérique à cause des taxes excessives sur les carburants qui rendaient la vie impossible à des millions de provinciaux qui ont besoin de leur voiture au quotidien pour se déplacer. Et l’essence et le diesel sont aujourd’hui beaucoup plus chers qu’à l’époque du déclenchement de ce mouvement populaire à l’automne 2018. Et ces denrées pourraient encore augmenter puisque les mesures de freinage (plus que relatif !) de l’envolée des prix prises par les pouvoirs publics sont provisoires et doivent s’achever le 31 juillet 2022, un mois environ après la fin des élections législatives, comme par hasard !

    Avec la transition et la planification écologiques, on peut compter sur la Macronie et sur ses sbires pour pourrir encore davantage la vie des Français au quotidien, pour les traiter de pollueurs, les inonder de taxes et d’impôts, les obliger à acheter une voiture électrique, à en finir avec leur chaudière au fuel ou au gaz, bref à les brider et à les brimer de toutes les façons dans leur vie de chaque jour, à les opprimer et à les écraser au nom de folies écolo-gauchistes.

    Il faudra résister de toutes nos forces et par tous les moyens possibles à ce rouleau compresseur appauvrissant et asservissant notre peuple, et voulant lui voler ses biens, sa terre et son âme.  « A bas les voleurs » criaient les manifestants le 6 février 1934. Ce slogan reste d’actualité dans toute son ampleur. Car ceux qui nous dirigent et nous oppriment ne sont pas seulement corrompus, ces propagandistes de l’euthanasie et de l’infanticide de masse veulent nous déposséder, nous voler ce qui nous est le plus cher, nous ôter jusqu’à notre raison de vivre, d’aimer et de lutter, nous prendre nos biens et assassiner notre âme. Il faut leur faire face de toutes nos forces, avec toute notre énergie et toute notre foi.

     

  • La mise en oeuvre du DPE et ses conséquences sont une grave atteinte au droit de propriété .

     
    Encore un sujet qui n’aura pas été abordé lors de la campagne présidentielle : la question de la rénovation des logements dits énergivores qui pose elle-même une question autrement importante, celle du respect du droit de propriété en France.

    La règlementation sur le diagnostic des performances énergétiques

    Créé en 2006 en congruence avec une directive communautaire pour la performance énergétique des bâtiments, le diagnostic de performance énergétique, dit DPE, constitue l’un des diagnostics techniques obligatoires pour la location ou la vente d’un appartement ou d’une maison. Son rôle revient à évaluer la consommation d’énergie et l’impact en termes de gaz à effet de serre. Il s’agit dans le premier cas de la consommation annuelle totale d’énergie liée au chauffage et à la production d’eau chaude sanitaire divisée par la superficie du logement. Et dans le second cas de la quantité de Co2 rejetée par an et par m² en fonction du système de chauffage et d’eau chaude sanitaire. Des logements sont classés de A à G, de la meilleure à la plus mauvaise classe énergétique.

    Selon un mécanisme bien connu, ce qui relevait jusque-là de la simple information est devenu obligatoire, opposable et sanctionnable. Le calendrier a finalement été établi de la manière suivante :

    • Au 1er septembre 2022, les loyers des logements classés de E à G seront gelés ;
    • Au 1er janvier 2023, les logements qui dépassent le seuil de consommation de 450 kilowattheures d’énergie finale par m² de surface habitable et par an seront interdits à la location ;
    • En 2025, seront également concernés les logements classés G ;
    • En 2028, ceux classés F ;
    • Et en 2034, ceux classés E.

    En 2023, 90 000 logements ne pourront plus être loués, dont 70 000 dans le secteur privé. En 2028, 4,8 millions de logements, soit 17 % du parc de logements, devraient être touchés.

    Les ratés du DPE

    Le ministère de la Transition écologique a dû reconnaître sur son site que les DPE réalisés entre juillet et octobre 2021 et classés D à G, avaient conduit à des résultats « non anticipés (sic) », notamment sur les biens construits avant 1975. Il a donc fallu prendre en catastrophe l’arrêté du 8 octobre 2021 modifiant la méthode de calcul et les modalités d’établissements du diagnostic sur la méthode de calcul entrée en vigueur le… 1er juillet précédent, soit trois mois plus tôt !

    Cet arrêté faisait suite à une multitude de protestations issues des professionnels. En pratique, les diagnosticiens referont sans frais les diagnostics avant le 30 avril 2022 pour les logements construits antérieurement en 1975 et classés F ou G, ou bien à la demande des propriétaires pour les logements classés D ou E. Ils seront indemnisés à hauteur de 60 € par diagnostic. Traduisons : les contribuables paieront la facture consécutive aux erreurs commises par les bureaucrates. La méthode de calcul aura donc fait l’objet de deux décrets en 2020 et de cinq arrêtés entre mars et octobre 2021, témoignage du harcèlement textuel subi par les Français.

    La difficile rénovation des logements

    Les coûts de rénovation énergétique des logements ont été évalués selon une fourchette de 180 à 300 € par m². Encore s’agit-il d’une estimation qui ne concerne pas les biens classés G.

    Hormis le fait que de nombreux propriétaires n’auront pas les moyens de rénover leurs logements, et que les classes moyennes supérieures et les catégories supérieures n’auront évidemment pas droit à une aide gouvernementale, le nouveau DPE dévalorise en réalité les travaux de rénovation énergique. Un logement jugé performant peut néanmoins se trouver classé en E ! Christophe Demerson, le Président de l’Union nationale de la propriété immobilière, dite UNPI, a parlé en février 2022 d’un « outil à fabriquer de l’obsolescence programmée » et il prédit que le nouveau DPE pourrait provoquer la fermeture définitive de plusieurs millions de logements. Et ce, alors même que le marché du logement est déjà très tendu.

    Il faut particulièrement insister sur le fait que les bâtiments anciens, et notamment ceux en pierre de taille si commun dans les villes, à commencer par Paris, interdisent les travaux d’isolation par l’extérieur. Absurdité technocratique : les travaux d’isolation par l’intérieur réduiront mécaniquement la surface habitable, si bien que pour les plus petits des logements les normes de décence ne pourront plus être respectées et les logements ne pourront plus être loués, tandis que pour les autres, de manière tout aussi mécanique, les loyers seront revus à la baisse !

    Une atteinte majeure au droit de propriété

    Rappelons que la ministre de la Transition écologique est Barbara Pompili, verte de gauche (un pléonasme). Quant à la ministre déléguée auprès d’elle chargée du Logement, Emmanuelle Wargon, il s’agit d’une énarque, originellement socialiste, qui appartient elle-aussi à l’aile gauche du gouvernement. La rumeur nous dit actuellement que cette dernière serait « premier-ministrable » lors du second quinquennat du Président actuel…. C’est bien elle qui, le 14 octobre 2021, avait qualifié la maison individuelle de « non sens écologique, économique et social », avant de piteusement rétropédaler. Il est vrai qu’être propriétaire d’une maison estimée à 1,5 million d’euros cadrait mal avec un amour immodéré pour les logements sociaux….

    La règlementation sur les « passoires énergétiques » est très révélatrice des tares françaises :

    • une règlementation communautaire non contestée (les candidats à l’élection présidentielle ont fait preuve d’un silence assourdissant à ce sujet) ;
    • une transposition bureaucratique en droit interne, et également non contestée, puisque les questions écologiques confinent au tabou et que la lutte contre le « changement climatique » est de nature à tout justifier ;
    • et un mépris achevé envers les propriétaires.

    Si le degré d’une civilisation se juge à l’aune du respect du droit de propriété, la situation de notre pauvre pays apparaît bien inquiétante. Et le fait qu’Emmanuel Macron vienne de se déclarer le chantre de la « planification écologique » pour attirer le chaland mélanchoniste augure mal de l’avenir…

  • Total est encore en Russie ? L écolo et va-t’en guerre Jadot porte plainte !

     

    Zelensky veut une 3ème guerre mondiale!

     Alors s’il pouvait demeurer au pouvoir, s’en mettre plein les fouilles et, surtout, éviter le Conseil de guerre/procès que ne manquera pas de lui faire Poutine quand il aura écrasé ses ennemis qui sont aussi les nôtres… ça l’arrangerait, et pas qu’un peu.

    Alors,  que fait l’écolo-dingo qui se présente à la présidentielle ? A lieu d’en appeler à la raison, à la négociation ; au lieu d’inviter Zelensky à fuir en Amérique du Sud pour laisser les braves négocier un accord honorable garantissant et la paix à Kiev et la sécurité à la Russie, Jadot  le minable, Jadot le donneur de leçons comme tous les écolos-dingos porte plainte contre Total qui a le mauvais goût de continuer à travailler avec la Russie.

    Jadot aussi veut une 3ème guerre mondiale !

    Il est vrai qu’en temps de guerre, tout est possible… et quand on est à 6 % dans les sondages, on a peut-être et envie d’exister et envie de tirer son épingle du jeu en espérant se refaire une santé !

    Alors le va-t’en guerre Jadot porte plainte pour « complicité de crimes de guerre », rien que ça !

    J’accuse Total d’être complices des crimes de guerre perpétrés en Ukraine en ayant conscience des atrocités et en travaillant avec les oligarques visés par les sanctions internationales .

    Le 11 mars dernier à Bordeaux, Yannick Jadot avait fustigé devant les journalistes le maintien des activités de l’entreprise française en Russie. “C’est une honte, c’est une honte pour notre pays qu’un grand groupe national soit complice de crimes de guerre. Donc je demande au président de la République d’imposer le retrait de la Russie à Total”, réclamait-il. Il réclame non seulement l’arrêt des activités pétrolières, mais aussi gazières.

    Dans un tweet ce mercredi, il a d’ailleurs répondu au patron de Total, maintenant ses propos: “TotalEnergies, soutenu par E. Macron, fait quelques concessions mais maintient l’essentiel de ses activités en Russie (…). Oui c’est être complice! J’appelle P. Pouyanné, PDG de Total, à débattre avec moi”, a réclamé le candidat écologiste...

    Le PDG de Total a aussitôt réagi, il attaque Jadot en diffamation, défendant le principe de ses opérations d’achat de gaz en Russie pour le revendre, notamment en Europe pour le bénéfice des consommateurs européens.

    Monsieur Jadot accuse les 100.000 salariés de Total de complicités de crime de guerre. C’est gravissime, c’est une insulte”

    Moi je ne suis ni écolo ni facho… j’aime bien Total qui veut que je n’aie pas froid l’hiver prochain, que je ne sois pas obligé de me doucher à l’eau froide  !

    D’ailleurs le PDG de Total est un pragmatique..

    On comprend qu’il a d’autres solutions pour le pétrole… c’est les Saoudiens qui vont dorénavant nous vendre leur pétrole. Bravo Jadot ! Bravo l’islamo-collabo !

    Par contre Total avoue que Jadot lui demande juste l’impossible. Non seulement il n’a pas de solution pour remplacer le gaz russe mais, en sus, il est engagé par des contrats pour 25 ans… s’il se dégage, qui paye ? Jadot ?

    “On ne peut pas se substituer aux gouvernements”

    Le 22 mars, Patrick Pouyanné a annoncé l’arrêt, d’ici fin 2022, d’achat de pétrole russe. Une “décision forte” qu’il explique avoir prise en responsabilité et non pas sous “la pression”. “On ne peut pas prendre des décisions à l’emporte-pièce sans savoir quelles sont les conséquences. Pour nous, la question était de savoir si on pouvait remplacer ce pétrole russe”, a détaillé le dirigeant.

    Une solution de repli a pu être trouvée avec le gouvernement allemand – un des bénéficiaires des importations russes – mais aussi pour la France “qui importe 30% de son diesel de Russie”. “On va prendre le diesel saoudien pour l’envoyer en France plutôt qu’en Asie”, explique Patrick Pouyanné.

    Mais il ajoute: “Si hier j’ai annoncé sur le pétrole, c’est parce que je sais le remplacer. Le gaz, je ne sais pas le faire”. “jai des contrats de 25 ans et je ne sais pas sortir de ces contrats. (…) Si j’arrête le gaz russe, je paie des milliards immédiatement aux Russes, a-t-il indiqué.

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/patron-total-repond-a-jadot-et-montre-une-photo-demployes-engages-aupres-de-lukraine_fr_623ad627e4b0d39357cebe90

    Mais ça, l' irresponsable Jadot n’en a cure.. il fait partie  de ces gens qui disent « c’est gratuit, c’est l’Etat qui paye ». Ben quoi l’Etat n’a qu’à payer à Total son dédit. Le cochon de contribuable n’aura qu’à partir en retraite à 85 ans, travailler 48 heures par semaine, prendre une semaine de congés payés et vivre dans des petits logements, sans voiture…

    N’oubliez jamais que tout ça c’est et le projet de Schwab (Forum économique de Davos), et de Wargon, ex-ministre du Logement, et de Sanchez premier ministre espagnol… tout un programme.

    https://resistancerepublicaine.com/2021/10/15/faites-ce-que-je-dis-pas-ce-que-je-fais-wargon-veut-supprimer-votre-reve-la-maison-individuelle/

    https://resistancerepublicaine.com/2021/05/24/plus-de-maison-ni-de-voiture-personnelle-plus-de-cdi-retraite-a-70-ans-sanchez-annonce-notre-avenir/

    Et il y a encore des nigauds et des masos  pour  voter Macron,Jadot ou Mélenchon (qui ne veut plus de nucléaire !) ...