Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2018

L’inquiétante dérive vers le national-sionisme des partis « identitaires » européens .

 

A l’approche des élections européennes, il y a lieu de s’inquiéter du développement de ce qui peut être qualifié de national-sionisme, c’est-à-dire d’OPA du sionisme sur différents partis, mouvements et médias considérés comme populistes ou identitaires.

L’approche est toujours identique : sur base du légitime désir de préserver son pays d’une immigration en grande partie islamique, un dirigeant d’un parti, d’un mouvement ou d’un média « patriote » est contacté par certains émissaires sionistes généralement prêts à se montrer « généreux » si des « convergences » semblent envisageables… avec les intérêts israéliens...

 

La dernière illustration en date de ce phénomène est l’annonce par l’américain Steve Bannon, qui se dit lui-même sioniste, de l’installation à Bruxelles de bureaux et d’experts d’une nouvelle organisation baptisée « The Movement » qui aurait pour intention de fédérer les populismes européens. La première question qui se pose : qui paye ? Or, il n’est un secret pour personne que de nombreuses initiatives de Steve Bannon ont reçu l’appui financier de « mécènes » sionistes. Et les premiers relais de Steve Bannon en Europe sont tous connus comme ayant adopté une position sioniste, comme nous l’avons déjà démontré dans un précédent article.

Le phénomène a démarré depuis plusieurs années. En décembre 2010, il était symbolisé par le voyage effectué en Israël par des représentants du FPÖ autrichien, du Vlaams Belang et du SD (parti des démocrates suédois dont il a beaucoup été question récemment). Parmi eux, H.C. Strache et Filip Dewinter. Tous avaient été accueillis par des officiers de Tsahal et avaient accepté de porter le béret rouge de l’armée israélienne…

Elus du FPÖ, du VB et du SD (suédois) avec le béret rouge israélien. Au centre H.C. Strache.

Les organisateurs de cette visite en Israël se nommaient David Ha’Ivri, administrateur des colonies de Shomron, et Hillel Weiss.

Hillel Weiss est une figure éminente du mouvement sioniste. Il croit en la nécessité de reconstruire le temple et d’instaurer la domination juive sur le Grand Israël. Il s’était opposé à une visite du pape Benoît XVI en Israël. En octobre 2014, Hillel Weiss a été accusé par plusieurs médias israéliens, dont Haaretz, de préconiser « l’annihilation des Palestiniens ».  Weiss avait créé la controverse en déclarant qu’il n’y avait pas de génocide contre le peuple palestinien, les Arabes palestiniens n’ayant jamais constitué un « peuple ».

Quelques mois après avoir organisé la visite d’élus du FPÖ, du Vlaams Belang et du SD en Israël, David Ha’Ivri et Hillel Weiss faisaient un tour d’Europe, avec l’appui de ces mêmes élus et prenaient la parole dans différents parlements, du parlement flamand au parlement européen.

Hillel Weiss prenant la parole au Parlement Européen
Filip Dewinter, figure du Vlaams Belang, entouré de Hillel Weiss et David Ha’Ivri en visite en Belgique

 

Ci-dessous, quelques vidéos qui illustrent tout ceci. Dont Marine Le Pen, très amie avec la Ligue de Défense Juive.

 

 

 

 

 

(Source MPI)

L’association maçonnique « Les Amis d’Henri Caillavet » se produit à l' Assemblée nationale !

 

La franc-maçonnerie ne manque pas de culot. Voilà des années qu’elle profite de ses relais dans les médias dominants pour se présenter à l’opinion publique comme une société philanthropique ne faisant pas de politique.

Or, les différentes obédiences maçonniques n’ont jamais cessé d’intriguer, de préparer en loges projets et propositions de lois et de placer leurs représentants dans les cénacles du Pouvoir, qu’il soit politique ou autre.

Tout prochainement, c’est l’association maçonnique « Les Amis d’Henri Caillavet » qui organisera le jeudi 27 septembre de 14h00 à 18h00 à la Salle Colbert de l’Assemblée nationale un colloque sur le thème « Les libertés en question », ce qui ne manque pas de piquant, là encore, quand on sait le rôle des francs-maçons dans la mise en place de lois liberticides destinées à nous aider, sous la menace du bâton, à penser comme il faut. C’est le fameux totalitarisme démocratique que dénonça le dissident Soljénitsyne découvrant les folies de l’Occident.

Au programme de cette journée :

Débats animés par Renaud Dély, Directeur de la rédaction de Marianne

14h00 Ouverture du colloque
– Accueil et présentation des travaux par Patrick Kessel, président de l’association Les Amis d’Henri Caillavet.

14h30 Table ronde – Des libertés menacées ?
Le terrorisme n’enferme t-il pas progressivement la démocratie dans une dérive sécuritaire ? La France est-elle toujours une terre d’accueil inconditionnel pour les réfugiés ? La liberté de la presse et l’indépendance de l’information sont-elles assurées dans notre pays ? La propagation des « fake news » est-elle un phénomène inéluctable à l’ère du numérique ou un mal susceptible d’être combattu par les pouvoirs publics, en particulier à l’échelle de l’Europe ? Confrontée au communautarisme, la laïcité, joyau de la République, est-elle toujours une valeur partagée ? L’islamisme est-il compatible avec les lois de la République ?

Françoise Laborde, journaliste, ancien membre du CSA, membre du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes.
Jean-Pierre Sakoun, président du Comité Laïcité République.
Pierre-Charles Ranouil, vice-président de l’association Les Amis d’Henri Caillavet.
– Débats avec la salle

16h00 Table ronde – Des libertés nouvelles ?
Quel est le rôle du scientifique et de la science dans une démocratie ? A l’issue des Etats généraux de la bioéthique, le législateur ne doit-il pas entendre la demande exprimée et réitérée par une majorité des citoyens qui revendiquent une fin de vie digne et librement choisie ? A quand un nouveau cadre juridique de la PMA afin de favoriser la liberté de procréer sans aucune discrimination ? L’intelligence artificielle peut-elle créer de nouveaux espaces de liberté au service de l’humanité, sans verser dans les excès des tenants de l’homme augmenté ? A quel horizon, des « robots empathiques » seront-ils susceptibles de partager notre vie quotidienne et notre intimité ?

Jean-Pierre Changeux, neurobiologiste, professeur honoraire au Collège de France, membre de l’Institut.
Laurence Devillers, professeur à l’université Paris-Sorbonne 4, chercheur au laboratoire du CNRS-LIMSI.
Yves Tournois, vice-président de l’association Les Amis d’Henri Caillavet.
– Débats avec la salle

17h30 Synthèse des travaux.
Jean-Louis Touraine, professeur de médecine, député du Rhône.

Bref, il s’agit une fois de plus d’assurer la promotion de l’immigration, de la PMA, de la GPA, du transhumanisme « éthique », ainsi que de considérer que seuls les médias dominants sont acceptables, puisque dociles, les autres étant coupables de propager des « fake news », car comme dans le monde orwellien, les désinformations des médias aux ordres doivent être considérées comme des vérités tandis que les vérités révélées par les médias dissidents doivent être considérées comme des mensonges.

Au fait qui est ce Henri Caillavet dont les amis viennent tenir leurs réunions à l’Assemblée nationale ? Entré au Grand Orient de France en 1935, Henri Caillavet, politicien radical de gauche, fut ministre, député puis sénateur, et longtemps président de la Fraternelle parlementaire.

Son activité au Parlement passe notamment par l’élaboration de projets de loi ou de propositions législatives concernant :

  • le divorce par consentement mutuel ; proposition de loi en avril 1971 ;
  • l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ; il est rapporteur en 1974 devant le Sénat de la loi Veil ;
  • les greffes d’organes en 1976 ; une loi sur le don d’organes porte son nom (« loi Caillavet ») ;
  • l’euthanasie et l’acharnement thérapeutique.; il propose un projet de loi en avril 1978, sur le droit de mourir, qui précède de près de 30 ans, la « loi Léonetti »  ;
  • l’homosexualité en 1978 ; ses propositions pour retirer du code pénal des mesures dites discriminantes envers les homosexuels ne seront adoptées complètement qu’en 1981 ;
  • le Contrat d’Union Civil (CUC), en 1991, préfiguration du PACS voté en 1999 ;
  • le transsexualisme en 1981 et 1982.

Henri Caillavet avait justifié l’avortement et l’euthanasie par des arguments eugénistes, affirmant que dès lors qu’un enfant peut poursuivre ses ascendants en justice pour réclamer le droit à ne pas naître handicapé (arrêt Perruche) : « permettre à un enfant handicapé de venir au monde est une faute parentale et peut-être même le témoignage d’un égoïsme démesuré ».

Il contribua à lancer le Réseau Voltaire, alors axé essentiellement sur l’antichristianisme et la défense de la pornographie, notamment homosexuelle.

Plusieurs fois président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), promotrice de l’euthanasie, il en démissionna le 23 juin 2007.

Se présentant comme athée et rationaliste, il avait été intégré au Comité consultatif national d’éthique en 1981.

Il présida également le Comité Laïcité République jusqu’en 2009.

Il est mort le 27 février 2013 (à 99 ans).

L’un de ses quatre fils, François Caillavet, assureur, a été impliqué dans le scandale financier provoqué par Jacques Crozemarie président de l’Association pour la Recherche sur la Cancer (ARC) en 1991...

 

22/09/2018

La montée du salafisme en France et en Europe n’est ni plus ni moins que la montée de l’islam tout court !

 
 

Les responsables musulmans français ont beau dénoncé un « amalgame », le troisième rapport de l’Institut Montaigne sur la croissance du salafisme leur donne amplement tord : quelques milliers salafistes dans les années 90, aujourd’hui ils sont  50 000 adeptes déclarés, sans compter les autres donc. Un bond de 900 % !

L’Institut Montaigne, think tank libéral, est dirigé par le puissant homme d’affaires Henri de Castries et par le sociologue franco-tunisien Hakim El Karoui, ancien directeur chez Rothschild & Cie Banque, neveu de l’ex-premier ministre de Tunisie, Hamed Karoui, conseiller de l’ex-président de Tunisie Ben Alì. Ce curriculum vitae explique l’objectif de ce document publié le 10 septembre dernier. Tout en dressant un scanner de l’islam en France et de la montée du salafisme, il est un moyen pour les libéraux de l’Institut Montaigne d’imposer l’idée qu’il peut exister un islam à la française, un bon islam compatible avec « les valeurs de la République ».

Le rapport s’intitule « La fabrique de l’islamisme » et dénonce « la progression de l’idéologie islamiste chez les musulmans de France » grâce à « des usines de production de l’islamisme » (Frères musulmans en Égypte, wahhabisme en Arabie saoudite, « turco-islamisme en Turquie »…) et les réseaux sociaux. Cette idéologie islamiste s’opposerait à l’islam en tant que religion.

Le rapporteur El Karoui dit constater une « progression de l’idéologie islamiste » mais note toutefois que « les islamistes […] sont largement minoritaires ». Les salafistes – branche rigoriste de l’islam – « gagnent du terrain à l’intérieur de la communauté », surtout chez « les jeunes ». Selon lui, la France doit « se doter de moyens et de réseaux importants pour diffuser [un] contre-discours » aux thèses salafistes.

Pour Hakim El Karoui, l’enjeu est donc de réformer l’islam en France pour contrer cette influence de l’islamisme qui prendrait le dessus : « Comme on a des militants d’un côté, et qu’en face personne ne dit autre chose, ils ont une influence très au-delà de leurs sympathisants ». Il préconise donc la création d’une association musulmane pour l’Islam de France (AMIF). Cette institution serait en charge de la rémunération, la construction des lieux de culte, d’une taxe hallal, de la réorganisation des pèlerinages pour La Mecque, du travail théologique et de la lutte contre l’islamophobie et l’antisémitisme. Hakim El Karoui demande aussi que l’apprentissage de l’arabe soit relancé à l’école. En somme il veut « nationaliser » l’islam dans un pays qui prêche le laïcisme.

El Karoui, comme d’ailleurs le pape François, croit et espère en un nouvel islam progressiste. Mais celui n’existe pas ou alors il serait une négation de l’islam.

L’islam, c’est celui qui ressort de « la fabrique de l’islamisme », c’est celui du Coran. L’islam a une dimension idéologique tout en étant universaliste, absolutiste et théocratique : toute société ou pays où les musulmans sont en force doit se plier à la loi religieuse coranique qui fait office de la loi politique et civile. C’est pourquoi l’islam qui croît dans les pays européen devient un danger extême pour la civilisation européenne et chrétienne !

La montée du salafisme en France et en Europe, ce n’est ni plus ni moins que la montée de l’islam tout court !

Francesca de Villasmundo