Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2018

Gilets jaunes : le gouvernement et les médias diabolisent le mouvement !

 

Libération s’en étrangle de rage : les gilets jaunes seraient racistes, antisémites et homophobes ! ...

On en tremble ! Alors qu’ils voulaient forcer un barrage dans l’Ain avec leur voiture, un conducteur et son passager ont été pris à partie, nous assure-t-on, par des gilets jaunes. A en croire Raphaël Duré, conseiller municipal de Bourg-en-Bresse, et son concubin, ils auraient été agressés parce que homosexuels, ce que rien ne prouve.

Mais il en va de la prétendue homophobie comme de l’antisémitisme, il suffit que les minorités visibles, surprotégées et surreprésentées accusent et se lamentent pour qu’on les croie sur parole!

Alors que l’on recense des millions de crimes et de délits dans notre pays chaque année, le nouveau et pitoyable ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a cru bon de poster un tweet alarmiste, à propos d’un incident mineur dont n’est donnée de surcroît qu’une seule version des faits : « Rien. Absolument rien ne saurait justifier ces actes odieux. Chaque insulte, chaque agression homophobe est une injure à notre pacte républicain. Solidarité avec les victimes. Confiance en nos enquêteurs qui feront toute la lumière sur ces faits ». Le maire socialiste de Bourg-en-Bresse, Jean-François Debat, n’a pas été en reste : « J’ai eu Raphaël Duré au téléphone ce matin qui m’a indiqué son intention de porter plainte et qui m’a dit : on a été pris à partie comme d’autres mais on a eu un peu plus à partir du moment où ils ont su qu’on était gay ». Les officines spécialistes de la délation ont également pointé du doigt des gilets jaunes qui faisaient la fameuse quenelle de Dieudonné, que la LICRA assimile, avec un grand sens de l’imagination, à « un salut nazi inversé » voire à une « sodomisation des victimes de la Shoah ».

De là à ce que les organisations spécialistes de la pleurnicherie établissent un parallèle entre les gilets jaunes et l’étoile jaune pour stigmatiser un mouvement jugé fasciste, il n’y a qu’un pas !...

Le quotidien anarcho-bancaire en a fait des tonnes également sur la mésaventure supposée d’une automobiliste de couleur qui aurait tenté de forcer le passage et qui aurait été prise à partie, avec des propos jugés racistes, sur les déboires d’une conductrice mahométane qui aurait été contrainte par des gilets jaunes à enlever son voile. Sachant que la journée du 17 novembre a réuni sur les routes de France plusieurs centaines de milliers de manifestants, on constate une nouvelle fois la volonté de désinformation des media mainstream qui braquent le projecteur sur des faits mineurs, accessoires, et dont de plus nous ne connaissons ni le contexte exact ni la réalité.

 

A la vérité ce mouvement ne plaît pas à l’oligarchie car il est d’essence poujadiste et parce qu’il met en scène essentiellement des Français de souche, et qui plus est des Français de la France d’en bas, rurale, provinciale, de cette France délaissée, moquée, abandonnée, de cette majorité silencieuse qui habituellement ne revendique pas, mais qui est exaspérée tant elle voit son pouvoir d’achat diminuer, les impôts et les taxes flamber au moment même où l’on accueille chaque jour davantage des flots de migrants que l’on héberge et que l’on soigne gratuitement, qui bénéficient d’aides et d’allocations diverses, et dont les enfants sont scolarisés gracieusement. 

Quoi qu’on pense des modes d’action utilisés, et notamment de la technique utilisée ici et là de barrages fixes très pénalisants pour ceux qui ont l’absolue nécessité de circuler, l’exaspération populaire dont témoigne le mouvement des gilets jaunes est sur le fond parfaitement légitime.

Depuis des décennies en effet l’automobiliste est le souffre-douleur et la vache à lait de l’Etat. Non seulement il est de plus en plus bridé dans ses libertés avec la multiplication des radars automatiques, les limitations de vitesse de plus en plus drastiques (l’abaissement à 80 km/heure hors agglomération est une inutile brimade que rien ne justifie véritablement !), une réglementation de plus en plus tatillonne, mais de plus le prix du carburant, du fait essentiellement de taxes exorbitantes, ne cesse d’augmenter et voilà que le gouvernement demande maintenant aux Français d’échanger leur voiture diesel ou essence contre une électrique (chères, peu écologiques et sans autonomie ...). Or, pendant des années, les pouvoirs publics ont encouragé les Français à acheter des voitures diesel parce que, disaient-ils, il coûtait moins cher, usait moins rapidement le véhicule, et tout d’un coup voici qu’on diabolise ce que l’on a promu hier ! Et à l’arrivée comme toujours ce sont les automobilistes, les classes moyennes, qui sont les perdants. 

D’autant que pour la plupart de nos compatriotes, surtout ceux habitant en province ou en banlieue, ce n’est pas du luxe de posséder une voiture, et même souvent deux, du fait de la généralisation du travail féminin rendue souvent nécessaire aujourd’hui à cause de la cherté de la vie, de la réduction des prestations familiales et de l’impossibilité de s’en sortir avec un seul salaire dans le foyer, toutes choses qui ont bien sûr été voulues !

 Par conséquent, exiger des Français qu’ils changent tout à coup de voiture et de mode de vie au nom de l’écologie est une imposture. 

 

Disons-le d’ailleurs tout net, l’écologisme politique de gauche qui sévit depuis plusieurs décennies et dont la malfaisance s’accroît au fil des années, est sans doute l’un des pires fléaux qui nous soit arrivé. L’écologie qui était à droite avec notamment le Docteur Alexis Carrel est aujourd’hui contrôlée, dirigée et dévoyée par la gauche qui en fait une arme redoutable pour la transformation de la société et la destruction de nos traditions les plus ancrées et les plus légitimes.

Au nom de l’idéologie anti-spéciste et de la souffrance animale, il ne faudrait plus manger de viande et se contenter d’herbes, de graines et de tofu ..., ce fromage de soja d’origine chinoise absolument ignoble.

Au nom du Dogme du (Faux) Réchauffement climatique il faudrait accueillir en masse les prétendus réfugiés climatiques ! Au nom du trou de la couche d’ozone et de la pollution atmosphérique, il faudrait renoncer à mettre au monde des enfants.

En 2009, l’ex-député Vert Yves Cochet préconisait ainsi de supprimer les allocations familiales aux familles françaises ayant plus de deux enfants car, disait-il « un enfant européen a un coût écologique comparable à 620 trajets Paris-New York » ! Il fallait l’oser, celle-là !

Les Verts prétendent lutter contre la pollution mais ils sont les propagateurs des pires pollutions morales et sociétales : dépénalisation des drogues, ouverture de salles de shoot, théorie du genre, transsexualisme, homosexualisme, transhumanisme, immigrationnisme. 

L’écologisme de gauche est une négation de la vie, du réel et du bon sens. C’est une idéologie mortifère. Avec ses discours catastrophistes, il entend culpabiliser, tétaniser l’homme blanc, l’Occidental et le faire payer toujours davantage, au propre comme au figuré. Il faut absolument refuser ce chantage, ces brimades incessantes. Et face à un gouvernement qui ne veut pas céder, il convient de ne surtout pas reculer !

 

Et voici que le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin n’a pas fait dans la dentelle : « Ce ne sont pas les gilets jaunes qui ont manifesté (sur les Champs-Elysées le samedi 24 novembre), c’est la peste brune. Ce n’est pas parce que vous mettez un gilet jaune que vous ne portez pas une chemise brune en dessous », a-t-il tranché. Ces propos qui montrent le mépris de ce petit marquis poudré pour la France d’en bas qui souffre et qui souvent n’a même pas de quoi se chauffer ont suscité l’ire d’un certain nombre de responsables politiques de l’opposition mais le ministre n’a nullement retiré ni adouci ses propos depuis. Sur Twitter, il a au contraire confirmé : « Quand certains s’attaquent physiquement à nos concitoyens, à des journalistes, à des policiers et gendarmes, à des parlementaires, ce sont des méthodes d’extrémistes qu’il faut condamner et pas excuser. Ils n’ont rien à voir avec les honnêtes gens qui manifestent. Le nier, c’est blesser la République. » Outre que blesser la République devrait précisément être l’objectif des gilets jaunes tant ce régime exécrable et contre-nature les dépossède, les méprise et les nie dans leur existence et dans leur souffrance, il est faux de prétendre que les quelques violences et destructions qui ont eu lieu samedi soir soient le fait de ce que les media appellent « l’ultra-droite ».

Cette violence est pour l’essentiel le fait des Black Blocs d’ultra-gauche qui sont coutumiers de ce genre d’agissements et qui profitent de rassemblements, de manifestations, de défilés pour casser, brûler et piller. 

 

Toujours est-il que le gouvernement, plutôt que d’essayer de répondre aux revendications, à la colère et à la détresse légitimes de millions de nos concitoyens entend s’en prendre à « l’ultra-droite ».

Il faut dire que l’exécutif et les media ne peuvent éprouver aucune sympathie pour le mouvement des gilets jaunes dès lors qu’il est composé de Français de souche, de Blancs à plus de 95 %, souvent entre deux âges, très majoritairement entre 40 et 60 ans, de travailleurs des classes moyennes qui sont asphyxiés d’impôts, de taxes, de règlements tatillons, de contraventions, qui sont flashés par les radars automatiques au moindre petit excès de vitesse, et qui ont de plus en plus de mal à vivre décemment.

Alors que les grands media sont toujours très discrets quand il s’agit de mettre en évidence les violences et déprédations commises par des « chances pour la France », la moindre barricade, le moindre accrochage avec des membres des forces de l’ordre font l’objet de commentaires désapprobateurs et ces incidents sont considérablement grossis, ce qui n’est évidemment ni innocent ni anodin.

 

Face à ce mouvement populaire qui réagit contre la hausse continue et déraisonnable des carburants et contre la volonté du gouvernement d’imposer à nos compatriotes d’abandonner brusquement leur voiture essence ou diesel pour une électrique, que fait l’Exécutif ? Il envisage sérieusement de dissoudre des « groupuscules d’extrême droite »! ... Le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, a ainsi déclaré le lundi 26 novembre que les militants et groupements qualifiés d’extrême-droite faisaient l’objet de « toute l’attention des services centraux » et « il n’est pas exclu qu’interviennent des décisions de dissolution de tel ou tel groupe ». Le préfet a ajouté, toujours sur l’antenne de Cnews, que « la dissolution peut être la réponse juridique » pour mettre hors d’état de nuire ces mouvements jugés extrémistes. Parlant sans rire de “commandos” (comme si ces militants nationalistes avaient causé des morts ou des blessés graves, mais ne parlait-on pas aussi de « commandos anti-IVG » à propos des actions pacifiques et des prières de rue conduites par l’admirable et infatigable docteur Xavier Dor à l’approche des cliniques massacrant les enfants à naître ?), Michel Delpuech a expliqué que l’objectif de ces manifestants était de viser les institutions, qu’ils infiltraient, inspiraient et manipulaient sur les Champs-Elysées le mouvement des gilets jaunes et que des organisations « d’ultra-droite » pourraient donc être dissoutes. L’Obs a précisé que des groupements comme Génération identitaire et le Gud pourraient être visés, sans doute pour faire un exemple et montrer l’implacable fermeté du gouvernement envers « la peste brune ». 

 

On remarque que les Black Blocs d’ultra-gauche qui ne sont pas avares de violences, de provocations et de déprédations ne sont nullement mis en cause, leur dissolution, leur interdiction n’est nullement évoquée, non plus que celles des Black Blocs. On voit donc une nouvelle fois que c’est la mouvance nationaliste qui est dans le viseur, comme l’avait déjà montré l’affaire Clément Méric en 2013 qui avait conduit à la dissolution de quatre mouvements dits d’extrême droite, Troisième Voie, les Jeunesses nationalistes  de Serge Ayoub, les Jeunesses nationalistes  d’Alexandre Gabriac et l’Œuvre française d’Yvan Benedetti, les deux derniers mouvements cités, ce qui est un comble, n’ayant de surcroît absolument aucun lien, ni direct ni indirect, avec les acteurs de la bagarre qui a si mal tourné le 5 juin 2013. Mais la liste des dissolutions des mouvements dits d’extrême droite est impressionnante sous leur République. Ce fut le cas précédemment d’Unité radicale en 2002 après l’affaire Maxime Brunerie, du nom de ce jeune homme qui aurait essayé de tirer sur Jacques Chirac, toujours sur les Champs-Elysées, d’Ordre Nouveau en 1973 après un meeting organisé par ON contre l’organisation sauvage et perturbé par la Ligue communiste, du mouvement activiste Occident en 1968, de 1958 à 1960 de plusieurs mouvements défendant l’Algérie française, de Jeune nation au Front national des combattants en passant par le Parti nationaliste et en 1936 on se souvient de la dissolution des Ligues par le Front populaire. 

On le voit, ce régime anti-national s’est toujours acharné sur les nationaux et nationalistes, sur la vraie droite et les français de souche . Et il n’a jamais changé depuis. Incapable de répondre aux aspirations du peuple qu’il méprise, il sait en revanche se montrer répressif envers tous ceux qui le contestent radicalement et le combattent vigoureusement.

 

 

 

26/11/2018

Colère des gilets jaunes : de la fiscalité à l’identité .

 

Samedi 17, le mouvement populaire des gilets jaunes a paralysé de façon spectaculaire une partie de la France grâce à une mobilisation massive : 287 000 manifestants dans plus de 2000 rassemblements d’après le ministère de l’Intérieur. Une démonstration de force, exprimant une colère qui ne semble pas prête de s’apaiser .

La grogne de cette France périphérique est tournée vers la fiscalité écrasante dont elle est la cible. Toujours plus matraquées de taxes, les classes moyennes et populaires n’ont pas supporté une énième hausse des prix du carburant, qui s’ajoute aux impôts, aux radars, à l’écotaxe ou encore à la baisse de la vitesse autorisée sur les routes.

Les bobos et les pseudo-élites ne comprennent pas ce ressentiment qui explose enfin. Les gens de nulle part, les vainqueurs de la mondialisation, ceux qui « passent leurs vies dans les aéroports » selon les mots d’Eric Zemmour face à Jacques Attali, considèrent que les gens de quelque part, enracinés, ceux qui ont besoin de leur voiture, sont des « beaufs », des « ploucs » méprisables, qui ne comprennent pas les bienfaits du supposé progrès. Ils ignorent de quoi est faite la vie hors des grandes villes : près de 70 % des Parisiens se rendent au travail grâce aux transports en commun, mais seulement 7 % du reste des Français le peuvent.

Symbole de liberté individuelle, d’émancipation, et surtout nécessité hors des grands centres urbains, la voiture est essentielle au quotidien de la majorité des Français. Prétendant ne pas vouloir taxer le travail, le gouvernement Macron tape sur le carburant, indispensable pour pouvoir aller au boulot : c’est bien une taxe qui touche les travailleurs, les culpabilisant au passage, les accusant d’être de gros pollueurs quand l’empreinte carbone des porte-containers ou des avions essentiels à la mondialisation est bien plus importante. Cette hausse des prix touche aussi les familles, les retraités, forcés de faire toujours plus de route pour trouver un médecin, un centre commercial, une boulangerie ou un bar, de plus en plus rares à cause de la désertification des campagnes au profit des villes.

Mais que les observateurs ne s’y trompent pas ! Le mouvement des gilets jaunes est avant tout une révolte, plus ou moins consciente, contre l’immigration massive.

Pourquoi ces hausses des taxes et des impôts, incessantes, si ce n’est pour payer les coûts toujours plus faramineux de l’immigration voulue par les bobos, ceux-là même qui vomissent la France périphérique, la France qui souffre, la France qui travaille et qu’on tond ?

Car il faut bien régler la facture : allocations familiales et chômage, les milliards engloutis par les multiples plans banlieues pour arroser les cités en oubliant les départements ruraux, plusieurs centaines de millions afin d’ouvrir des centres d’accueil pour les migrants clandestins, l’aide médicale d’État dont profitent les clandestins qui a coûté 1,1 milliard d’euros en 2015…

La hausse du prix du carburants n’est que le dernier moyen trouvé par l’État de faire cracher au bassinet le peuple Français qui doit payer pour les nouveaux arrivants. Ceux qui travaillent toute leur vie passent après d’autres qui n’ont jamais rien fait.

Ces derniers, d’ailleurs, ne leur en sont même pas reconnaissants. Au pire ils détestent ceux qui subissent leur venue, au mieux ils sont totalement indifférents. Car la foule des manifestants de samedi n’est pas que jaune : elle est aussi presque uniformément blanche.  Le mouvement des gilets jaunes illustre, une nouvelle fois, la fracture entre le peuple historique de France et celui qui le remplace, qui ne se sent pas concerné par ses problèmes, qui n’a rien à voir avec lui.

Les gilets jaunes le sentent. Soutenus par une large majorité du peuple français, plus des deux-tiers d’après plusieurs sondages Odoxa, ils font face à deux problèmes liés : l’immigration massive, et ceux qui l’imposent, c’est-à-dire les bobos qui se prennent pour des élites. Samedi, les manifestants ont tenté d’occuper l’Élysée ou les locaux de France Télévision. Dans le même temps, tout au long de la journée, ceux qui ne comprenaient pas les blocages et insultaient ou menaçaient, au point de provoquer des scènes de violence, étaient très majoritairement issus de l’immigration. Lundi matin, dans l’Eure, les gilets jaunes sont même allés bloquer l’entreprise Rayan-S, qui embauche des migrants plutôt que des Français.

Les révoltes contre Rome, les grandes jacqueries médiévales, la Révolution de 1789… de nombreux bouleversements majeurs ont commencé par la hausse des prix.

Le mouvement des gilets jaunes camoufle mal un autre enjeu, bien plus important et qui pourrait vite en devenir le cœur : celui de l’identité.

Thierry Dubois

23/11/2018

Avec Macron, 11 nouveaux impôts ont été créés depuis juin 2017 !

 

 

Le gouvernement a annoncé une baisse des impôts de 25 milliards d’euros en 2019. Mais, pour les fiscalistes du cabinet Delsol Avocats, les choses sont plus compliquées : d’après leurs calculs, les efforts demandés aux ménages et aux entreprises pourraient s’alourdir de 11,9 milliards d’euros l’an prochain.

L’IREF est heureux de publier cette Etude sur les prélèvements obligatoires en France parue dans Le Figaro Magazine du 23 novembre.
A Lire aussi, sur le Figaro, l’interview de Jean-Philippe Delsol :
« Toujours plus d’impôts en 2019 »

La colère des « gilets jaunes », excédés par le poids des ­impôts et des taxes, était prévisible. Déjà, en 2018, la pression fiscale s’est beaucoup accrue sur les Français. Le produit de la CSG a augmenté de 25 milliards d’euros (Mds €), soit 25 %, avec un taux rehaussé de 1,7 % dès le 1er janvier de cette année. Il n’a été compensé par une baisse pleine de cotisation qu’à compter du 1er octobre, et seulement pour les ­salariés. C’est évidemment ce qui ­explique la baisse du pouvoir d’achat des Français en 2018.

Par ailleurs, la baisse de l’impôt sur les sociétés a bien été poursuivie, mais à une allure d’escargot, et la multiplication des seuils et des taux laisse entrevoir qu’à l’instar de l’impôt sur le revenu, l’impôt sur les sociétés prend dangereusement le chemin de la progressivité, ce qui heurterait notre compétitivité. L’exonération de taxe d’habitation est discriminatoire puisque 20 % des Français en sont écartés, et elle pénalisera l’autonomie des communes. L’instauration du ­prélèvement forfaitaire unique (PFU) au taux de 30 % sur les revenus mobiliers a certes été une bonne décision, mais il est regrettable d’en avoir exclu du bénéfice les revenus fonciers encore pénalisés par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) alors que nous avons autant ­besoin d’investisseurs pour construire des usines et des logements que pour créer des entreprises.

Enfin, les hausses déjà massives des taxes sur l’énergie en 2018 ont empêché la pression fiscale de baisser significativement, tandis que le ratio de dépenses publiques français, en croissance de 0,6 % en volume (hors inflation), restait le plus élevé d’Europe, environ 10 points au-dessus de la moyenne européenne. Ce qui a inéluctablement conduit à une aggravation de la dette publique.

Malheureusement, la situation ne s’améliorera pas en 2019. Quoi qu’en dise le gouvernement, les dépenses continueront d’augmenter, les prélèvements obligatoires aussi. « Il n’y aura pas d’augmentation de la pression fiscale d’ici à 2022 », déclarait pourtant le ­président de la République le 15 avril. Dans son projet de loi de finances pour 2019, le gouvernement annonce qu’« en 2019, les prélèvements obliga­toires diminueront de près de 25 milliards d’euros après une baisse de 10 milliards d’euros en 2018 », soit 35 Mds € au total. Mais même le député Joël Giraud, LREM, rapporteur général du budget au nom de la commission des Finances, explique que la baisse effective ne serait que de 12 Mds €. En fait, la réalité est pire encore : les efforts – prélèvements directs ou latents – demandés aux ­ménages et aux entreprises, augmenteront, dans la durée, de 11,9 Mds € en 2019. Voici pourquoi.

La TVA sur la TICPE

Le gouvernement a reconnu que les contribuables allaient supporter, en 2019, 4 Mds € de fiscalité en plus au titre de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), soit 1,9 Md € de plus pour les ménages et 2,1 Mds € de plus pour les entreprises, notamment sur le diesel. Mais il faut ajouter la TVA de 20 % calculée sur la TICPE elle-même et que, à tort, le gouvernement ne prend pas en compte pour évaluer la surcharge des contribuables en 2019, qu’il faut donc majorer de 0,4 Md € pour les ménages et de 0,2 Md € pour les entreprises qui ne peuvent déduire cette TVA que partiellement.

TICPE + TVA (en Mds €)

TICPE + TVA (en Mds €)

Les charges indirectes de la transformation du CICE

La transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse de charges sociales permettra aux entreprises de bénéficier, en 2019, pour 20,4 Mds €, du remboursement du CICE 2018. Mais celui-ci est déjà inscrit dans les bilans 2018 et il s’agit là d’une disposition exceptionnelle et non récurrente. Joël Giraud a donc, à juste titre, exclu ce montant des allégements de charges à prendre en compte dans le budget 2019. Par ailleurs, en lieu et place du CICE, les entreprises bénéficieront d’une réduction de charges sociales de 6 % sur les bas salaires, ce qui générera une augmentation de leur résultat imposable parce que le CICE n’était pas comptabilisé dans le bénéfice imposable tandis que la baisse de charges le sera.

Prenons l’exemple d’une PME de services réalisant un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros avec 1,6 million d’euros de salaires et un résultat de 300 000 € : la transformation du CICE lui coûtera 27 000 €, soit près de 15 % de son bénéfice après impôt.

Exemple d’une TPE qui réalise un CA de 4 millions d’€

Exemple d'une TPE qui réalise un CA de 4 millions d'€

Globalement les entreprises pourraient supporter 3,6 Mds € d’impôt supplémentaire par rapport à ce qui est déjà prévu à ce titre au budget (2 Mds €).

L’impôt latent sur les retraités et les familles

La limitation à 0,3 % de la revalorisation des retraites, des allocations familiales et de l’APL (jusqu’à présent revalorisées à hauteur de l’inflation) représente une perte de pouvoir d’achat évaluée à 4,5 Mds € par rapport à une inflation prévue par la Banque de France à 1,7 % en 2019 et qui sera peut-être très supérieure à ce chiffre. Examinons la situation d’un couple de retraités ayant en 2017 une retraite nette de respectivement 2 000 et 1 500 € par mois et des revenus fonciers de 800 € par mois.

Près d’un mois de retraite perdu au profit de l’Etat

Près d'un mois de retraite perdu au profit de l'Etat

En bleu, revenu disponible après impôt et prélèvements sociaux de ce couple en l’absence d’augmentation de la CSG et si ces retraites avaient été indexées sur l’inflation. En rouge, revenu disponible après impôt et prélèvements sociaux de ce couple après augmentation de la CSG et en prenant en compte une absence d’augmentation des retraites en 2018 et une augmentation limitée à0,3 % en 2019 et 0,6 % pour les régimes complémentaires.

Au total, ce couple perdra 3 169 € en trois ans, soit près un mois de retraite ! Certes, il bénéficierait d’une réduction de sa taxe d’habitation s’il avait un peu moins de revenus, mais cette exonération, dont 20 % de la population est privée sans juste motif, sera sans doute compensée par la hausse des prix de l’énergie qui pèsera sur leurs coûts de chauffage et de déplacement.

Le mois caché du prélèvement à la source

Il faut encore prendre en compte dans la durée l’augmentation réelle de l’impôt sur le revenu due en particulier au prélèvement à la source. Le projet de loi de ­finances pour 2019 prévoit un rendement de l’impôt sur le revenu en 2019 de 70,5 Mds €, contre 73 Mds € en 2017 et environ 73,5 Mds € en 2018. Pourtant, le prélèvement à la source a été mis en place pour assurer un meilleur rendement de l’impôt. Jusque-là, il n’était ­recouvré qu’à 95 % et doit l’être à 97 % dès 2019 et à 99 % ensuite. Si le produit de l’impôt sur le revenu baisse en 2019, c’est seulement parce que, la première année du prélèvement, l’administration fiscale ne collectera que 11 mois d’impôt : l’impôt dû au titre des salaires du mois de décembre 2019 ne sera perçu par l’Etat que début janvier 2020. Il manquera donc 5,9 Mds €. Mais les contribuables français seront néanmoins redevables de cet impôt au titre de 2019 et ils l’auront payé en 2019 par imputation sur leur salaire de décembre. Il faut donc le comptabiliser sur l’année 2019.

Globalement, les ménages supporteront 9 Mds € de prélèvements supplémentaires en 2019, si l’on additionne l’effet du décalage d’un mois des recettes du prélèvement à la source, l’impact du plafonnement des pensions de retraite et des prestations familiales (ce qui n’est pas donné, quelque part, est pris) ou ­encore le poids de la TVA sur la TICPE. Les prélèvements supportés par les ­entreprises s’alourdiront quant à eux de 2,9 Mds € en 2019. Soit, au total, entreprises et ménages confondus, une hausse de 11,9 Mds €.

Comparaison des évolutions des prélèvements obligatoires annoncées pour 2019

Comparaison des évolutions des prélèvements obligatoires annoncées pour 2019

« Il n’y aura pas de nouvel impôt pendant le quinquennat, je m’y engage », a déclaré Bruno Le Maire sur BFM-TV et RMC le 12 janvier 2018. « On ne supprime pas un impôt pour en rétablir un autre. On ne prend pas dans la poche des Français ce qu’on vient de leur donner de l’autre main », a-t-il ajouté. En fait, il y a eu 11 nouveaux impôts ou équivalents depuis juin 2017 qui représentent un prélèvement pour 2019, selon les estimations de la loi de finances, de 11Md€.

Impact des nouveaux prélèvements et suppression de certains allègements entre 2018 et 2019 en Mds €

Impact des nouveaux prélèvements et suppression de certains allègements entre 2018 et 2019 en Mds €

Il faut bien payer les dépenses qui continuent d’augmenter :

Dépenses - budget de l’état (en Mds €)

Dépenses - budget de l'état (en Mds €)

Et nos dépenses d’aujourd’hui seront payées par les générations futures ! En effet, l’augmentation des charges 2019 est masquée par un recours à l’endettement en très forte augmentation

Déficit budgétaire (en Mds €)

 

nouveaux impôts et macron

Par Jean-Philippe Delsol, avec Frédéric Subra, Maïlys de Meyer et Philippe Battiston (Delsol Avocats)