Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

écolos

  • Gilets jaunes : le gouvernement et les médias diabolisent le mouvement !

     

    Libération s’en étrangle de rage : les gilets jaunes seraient racistes, antisémites et homophobes ! ...

    On en tremble ! Alors qu’ils voulaient forcer un barrage dans l’Ain avec leur voiture, un conducteur et son passager ont été pris à partie, nous assure-t-on, par des gilets jaunes. A en croire Raphaël Duré, conseiller municipal de Bourg-en-Bresse, et son concubin, ils auraient été agressés parce que homosexuels, ce que rien ne prouve.

    Mais il en va de la prétendue homophobie comme de l’antisémitisme, il suffit que les minorités visibles, surprotégées et surreprésentées accusent et se lamentent pour qu’on les croie sur parole!

    Alors que l’on recense des millions de crimes et de délits dans notre pays chaque année, le nouveau et pitoyable ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a cru bon de poster un tweet alarmiste, à propos d’un incident mineur dont n’est donnée de surcroît qu’une seule version des faits : « Rien. Absolument rien ne saurait justifier ces actes odieux. Chaque insulte, chaque agression homophobe est une injure à notre pacte républicain. Solidarité avec les victimes. Confiance en nos enquêteurs qui feront toute la lumière sur ces faits ». Le maire socialiste de Bourg-en-Bresse, Jean-François Debat, n’a pas été en reste : « J’ai eu Raphaël Duré au téléphone ce matin qui m’a indiqué son intention de porter plainte et qui m’a dit : on a été pris à partie comme d’autres mais on a eu un peu plus à partir du moment où ils ont su qu’on était gay ». Les officines spécialistes de la délation ont également pointé du doigt des gilets jaunes qui faisaient la fameuse quenelle de Dieudonné, que la LICRA assimile, avec un grand sens de l’imagination, à « un salut nazi inversé » voire à une « sodomisation des victimes de la Shoah ».

    De là à ce que les organisations spécialistes de la pleurnicherie établissent un parallèle entre les gilets jaunes et l’étoile jaune pour stigmatiser un mouvement jugé fasciste, il n’y a qu’un pas !...

    Le quotidien anarcho-bancaire en a fait des tonnes également sur la mésaventure supposée d’une automobiliste de couleur qui aurait tenté de forcer le passage et qui aurait été prise à partie, avec des propos jugés racistes, sur les déboires d’une conductrice mahométane qui aurait été contrainte par des gilets jaunes à enlever son voile. Sachant que la journée du 17 novembre a réuni sur les routes de France plusieurs centaines de milliers de manifestants, on constate une nouvelle fois la volonté de désinformation des media mainstream qui braquent le projecteur sur des faits mineurs, accessoires, et dont de plus nous ne connaissons ni le contexte exact ni la réalité.

     

    A la vérité ce mouvement ne plaît pas à l’oligarchie car il est d’essence poujadiste et parce qu’il met en scène essentiellement des Français de souche, et qui plus est des Français de la France d’en bas, rurale, provinciale, de cette France délaissée, moquée, abandonnée, de cette majorité silencieuse qui habituellement ne revendique pas, mais qui est exaspérée tant elle voit son pouvoir d’achat diminuer, les impôts et les taxes flamber au moment même où l’on accueille chaque jour davantage des flots de migrants que l’on héberge et que l’on soigne gratuitement, qui bénéficient d’aides et d’allocations diverses, et dont les enfants sont scolarisés gracieusement. 

    Quoi qu’on pense des modes d’action utilisés, et notamment de la technique utilisée ici et là de barrages fixes très pénalisants pour ceux qui ont l’absolue nécessité de circuler, l’exaspération populaire dont témoigne le mouvement des gilets jaunes est sur le fond parfaitement légitime.

    Depuis des décennies en effet l’automobiliste est le souffre-douleur et la vache à lait de l’Etat. Non seulement il est de plus en plus bridé dans ses libertés avec la multiplication des radars automatiques, les limitations de vitesse de plus en plus drastiques (l’abaissement à 80 km/heure hors agglomération est une inutile brimade que rien ne justifie véritablement !), une réglementation de plus en plus tatillonne, mais de plus le prix du carburant, du fait essentiellement de taxes exorbitantes, ne cesse d’augmenter et voilà que le gouvernement demande maintenant aux Français d’échanger leur voiture diesel ou essence contre une électrique (chères, peu écologiques et sans autonomie ...). Or, pendant des années, les pouvoirs publics ont encouragé les Français à acheter des voitures diesel parce que, disaient-ils, il coûtait moins cher, usait moins rapidement le véhicule, et tout d’un coup voici qu’on diabolise ce que l’on a promu hier ! Et à l’arrivée comme toujours ce sont les automobilistes, les classes moyennes, qui sont les perdants. 

    D’autant que pour la plupart de nos compatriotes, surtout ceux habitant en province ou en banlieue, ce n’est pas du luxe de posséder une voiture, et même souvent deux, du fait de la généralisation du travail féminin rendue souvent nécessaire aujourd’hui à cause de la cherté de la vie, de la réduction des prestations familiales et de l’impossibilité de s’en sortir avec un seul salaire dans le foyer, toutes choses qui ont bien sûr été voulues !

     Par conséquent, exiger des Français qu’ils changent tout à coup de voiture et de mode de vie au nom de l’écologie est une imposture. 

     

    Disons-le d’ailleurs tout net, l’écologisme politique de gauche qui sévit depuis plusieurs décennies et dont la malfaisance s’accroît au fil des années, est sans doute l’un des pires fléaux qui nous soit arrivé. L’écologie qui était à droite avec notamment le Docteur Alexis Carrel est aujourd’hui contrôlée, dirigée et dévoyée par la gauche qui en fait une arme redoutable pour la transformation de la société et la destruction de nos traditions les plus ancrées et les plus légitimes.

    Au nom de l’idéologie anti-spéciste et de la souffrance animale, il ne faudrait plus manger de viande et se contenter d’herbes, de graines et de tofu ..., ce fromage de soja d’origine chinoise absolument ignoble.

    Au nom du Dogme du (Faux) Réchauffement climatique il faudrait accueillir en masse les prétendus réfugiés climatiques ! Au nom du trou de la couche d’ozone et de la pollution atmosphérique, il faudrait renoncer à mettre au monde des enfants.

    En 2009, l’ex-député Vert Yves Cochet préconisait ainsi de supprimer les allocations familiales aux familles françaises ayant plus de deux enfants car, disait-il « un enfant européen a un coût écologique comparable à 620 trajets Paris-New York » ! Il fallait l’oser, celle-là !

    Les Verts prétendent lutter contre la pollution mais ils sont les propagateurs des pires pollutions morales et sociétales : dépénalisation des drogues, ouverture de salles de shoot, théorie du genre, transsexualisme, homosexualisme, transhumanisme, immigrationnisme. 

    L’écologisme de gauche est une négation de la vie, du réel et du bon sens. C’est une idéologie mortifère. Avec ses discours catastrophistes, il entend culpabiliser, tétaniser l’homme blanc, l’Occidental et le faire payer toujours davantage, au propre comme au figuré. Il faut absolument refuser ce chantage, ces brimades incessantes. Et face à un gouvernement qui ne veut pas céder, il convient de ne surtout pas reculer !

     

    Et voici que le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin n’a pas fait dans la dentelle : « Ce ne sont pas les gilets jaunes qui ont manifesté (sur les Champs-Elysées le samedi 24 novembre), c’est la peste brune. Ce n’est pas parce que vous mettez un gilet jaune que vous ne portez pas une chemise brune en dessous », a-t-il tranché. Ces propos qui montrent le mépris de ce petit marquis poudré pour la France d’en bas qui souffre et qui souvent n’a même pas de quoi se chauffer ont suscité l’ire d’un certain nombre de responsables politiques de l’opposition mais le ministre n’a nullement retiré ni adouci ses propos depuis. Sur Twitter, il a au contraire confirmé : « Quand certains s’attaquent physiquement à nos concitoyens, à des journalistes, à des policiers et gendarmes, à des parlementaires, ce sont des méthodes d’extrémistes qu’il faut condamner et pas excuser. Ils n’ont rien à voir avec les honnêtes gens qui manifestent. Le nier, c’est blesser la République. » Outre que blesser la République devrait précisément être l’objectif des gilets jaunes tant ce régime exécrable et contre-nature les dépossède, les méprise et les nie dans leur existence et dans leur souffrance, il est faux de prétendre que les quelques violences et destructions qui ont eu lieu samedi soir soient le fait de ce que les media appellent « l’ultra-droite ».

    Cette violence est pour l’essentiel le fait des Black Blocs d’ultra-gauche qui sont coutumiers de ce genre d’agissements et qui profitent de rassemblements, de manifestations, de défilés pour casser, brûler et piller. 

     

    Toujours est-il que le gouvernement, plutôt que d’essayer de répondre aux revendications, à la colère et à la détresse légitimes de millions de nos concitoyens entend s’en prendre à « l’ultra-droite ».

    Il faut dire que l’exécutif et les media ne peuvent éprouver aucune sympathie pour le mouvement des gilets jaunes dès lors qu’il est composé de Français de souche, de Blancs à plus de 95 %, souvent entre deux âges, très majoritairement entre 40 et 60 ans, de travailleurs des classes moyennes qui sont asphyxiés d’impôts, de taxes, de règlements tatillons, de contraventions, qui sont flashés par les radars automatiques au moindre petit excès de vitesse, et qui ont de plus en plus de mal à vivre décemment.

    Alors que les grands media sont toujours très discrets quand il s’agit de mettre en évidence les violences et déprédations commises par des « chances pour la France », la moindre barricade, le moindre accrochage avec des membres des forces de l’ordre font l’objet de commentaires désapprobateurs et ces incidents sont considérablement grossis, ce qui n’est évidemment ni innocent ni anodin.

     

    Face à ce mouvement populaire qui réagit contre la hausse continue et déraisonnable des carburants et contre la volonté du gouvernement d’imposer à nos compatriotes d’abandonner brusquement leur voiture essence ou diesel pour une électrique, que fait l’Exécutif ? Il envisage sérieusement de dissoudre des « groupuscules d’extrême droite »! ... Le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, a ainsi déclaré le lundi 26 novembre que les militants et groupements qualifiés d’extrême-droite faisaient l’objet de « toute l’attention des services centraux » et « il n’est pas exclu qu’interviennent des décisions de dissolution de tel ou tel groupe ». Le préfet a ajouté, toujours sur l’antenne de Cnews, que « la dissolution peut être la réponse juridique » pour mettre hors d’état de nuire ces mouvements jugés extrémistes. Parlant sans rire de “commandos” (comme si ces militants nationalistes avaient causé des morts ou des blessés graves, mais ne parlait-on pas aussi de « commandos anti-IVG » à propos des actions pacifiques et des prières de rue conduites par l’admirable et infatigable docteur Xavier Dor à l’approche des cliniques massacrant les enfants à naître ?), Michel Delpuech a expliqué que l’objectif de ces manifestants était de viser les institutions, qu’ils infiltraient, inspiraient et manipulaient sur les Champs-Elysées le mouvement des gilets jaunes et que des organisations « d’ultra-droite » pourraient donc être dissoutes. L’Obs a précisé que des groupements comme Génération identitaire et le Gud pourraient être visés, sans doute pour faire un exemple et montrer l’implacable fermeté du gouvernement envers « la peste brune ». 

     

    On remarque que les Black Blocs d’ultra-gauche qui ne sont pas avares de violences, de provocations et de déprédations ne sont nullement mis en cause, leur dissolution, leur interdiction n’est nullement évoquée, non plus que celles des Black Blocs. On voit donc une nouvelle fois que c’est la mouvance nationaliste qui est dans le viseur, comme l’avait déjà montré l’affaire Clément Méric en 2013 qui avait conduit à la dissolution de quatre mouvements dits d’extrême droite, Troisième Voie, les Jeunesses nationalistes  de Serge Ayoub, les Jeunesses nationalistes  d’Alexandre Gabriac et l’Œuvre française d’Yvan Benedetti, les deux derniers mouvements cités, ce qui est un comble, n’ayant de surcroît absolument aucun lien, ni direct ni indirect, avec les acteurs de la bagarre qui a si mal tourné le 5 juin 2013. Mais la liste des dissolutions des mouvements dits d’extrême droite est impressionnante sous leur République. Ce fut le cas précédemment d’Unité radicale en 2002 après l’affaire Maxime Brunerie, du nom de ce jeune homme qui aurait essayé de tirer sur Jacques Chirac, toujours sur les Champs-Elysées, d’Ordre Nouveau en 1973 après un meeting organisé par ON contre l’organisation sauvage et perturbé par la Ligue communiste, du mouvement activiste Occident en 1968, de 1958 à 1960 de plusieurs mouvements défendant l’Algérie française, de Jeune nation au Front national des combattants en passant par le Parti nationaliste et en 1936 on se souvient de la dissolution des Ligues par le Front populaire. 

    On le voit, ce régime anti-national s’est toujours acharné sur les nationaux et nationalistes, sur la vraie droite et les français de souche . Et il n’a jamais changé depuis. Incapable de répondre aux aspirations du peuple qu’il méprise, il sait en revanche se montrer répressif envers tous ceux qui le contestent radicalement et le combattent vigoureusement.

     

     

     

  • Tous les écolo-gauchistes, loin de défendre réellement la nature, sont des agents actifs et nocifs de la culture de mort.

     

    Tous les partis politiques français participent activement à la destruction du pays et de ses traditions mais si l’on devait désigner celui qui est le pire de tous, c’est le parti (ou la secte) des Verts qu’il faudrait nommer. En effet, les écolo-gauchistes, loin de défendre réellement la nature, de vouloir conserver le vivant, sont des agents actifs et nocifs de la culture de mort.

    Ils sont d’avance acquis à toutes les perversions politiques et morales. Ce sont des adeptes fanatiques du sans frontiérisme physique et moral. Ils sont opposés à l’idée même de nation, c’est pourquoi ils sont si frénétiquement européistes et favorables à tous les traités européens, à l’image d’un Cohn-Bendit. 

    Ce sont des militants de l’ouverture totale des frontières aux capitaux, aux marchandises mais surtout aux hommes.

    Immigrationnistes décomplexés, ils sont des militants convaincus de l’avortement et de l’euthanasie, du “mariage” homosexuel et acquis à toutes les revendications, y compris les plus délirantes et les plus maximalistes, du lobby LGBT, au point d’avoir présenté aux législatives de 2017 des candidats ouvertement et explicitement transsexuels !

    Ils prétendent défendre la nature et la qualité de la vie, alors qu’ils sont favorables à la légalisation des drogues qui détruit et avilit la jeunesse, corrompt l’ordre social et crée des générations de grands malades et d’assistés qui ne feront rien de leur vie tant ils se sont abîmés et qui constituent une charge considérable pour la société.

     

    Or, c’est ce parti, et l’idéologie détestable et mortifère qu’il véhicule, qui sont flattés depuis des décennies par les différentes formations politiques, et singulièrement par le PS. C’est grâce aux accords avec le parti à la rose que les Verts ont pu obtenir des députés, puis un groupe parlementaire, à l’Assemblée nationale. C’est grâce aux socialistes que les Verts ont pu également disposer de ministères importants dans différents gouvernements, de Lalonde à Voynet en passant par Cochet. Celui-là même qui disait vouloir réduire de manière drastique les allocations familiales dès le troisième enfant car, déclarait-il sans rire, un enfant européen pollue plus qu’un avion faisant l’aller-retour Paris-New York ! Dans un entretien au Monde daté du 24 novembre 2009, Yves Cochet crachait toute sa haine des Européens : « On ne peut réfléchir sainement sur la question démographique qu’en prenant comme indicateur principal l’empreinte écologique. C’est-à-dire la multiplication entre le nombre d’habitants d’un territoire et leur impact sur l’environnement. Soit encore l’extraction des ressources naturelles avant la production et les rejets après la consommation. Donc un enfant européen a une empreinte dix fois supérieure à un enfant africain. L’Europe est un petit continent de plus de 500 millions d’habitants, tandis que l’Afrique est un vaste territoire d’un milliard d’habitants. De plus, l’empreinte écologique d’un Européen moyen est telle qu’il faudrait trois planètes si toute l’humanité vivait comme nous, alors que l’empreinte écologique d’un Africain est dix fois inférieure à celle d’un Européen. Bref, il faut toujours multiplier le nombre par l’impact pour faire un raisonnement correct. » 

    Bref, on l’a compris, les Blancs polluent, mais pas les Noirs ! Aussi, pour résoudre la question du financement des retraites, faisait-il appel avec cynisme à l’immigration du Tiers Monde : « S’il y a moins d’actifs et plus d’inactifs, notamment du troisième âge, la question des retraites en 2020 ou 2030 ou 2040 sera plutôt résolue par quelques (admirez l’euphémisme !) réfugiés climatiques de la jeunesse du Sud que par une gestion purement comptable des caisses de retraite françaises. » En clair, ouvrez en masse les frontières aux migrants pour qu’ils payent vos retraites et sauvent l’environnement dégradé et menacé par les Blancs dès le ventre de leur mère !

     

    Hulot et son successeur au ministère de l’Ecologie, François de Rugy, ne valent pas mieux que Cochet et consorts. Ils participent activement, eux aussi, de toutes les impostures (dogme du réchauffement climatique, dogme de l’origine humaine dudit réchauffement, volonté de donner asile aux prétendus « réfugiés climatiques », etc.) qui visent à culpabiliser et à ponctionner toujours davantage les peuples occidentaux, et singulièrement les automobilistes, véritables souffre-douleur et vaches à lait du régime, mais ils n’ont en fait aucune conviction véritable, aucune colonne vertébrale. 

    François de Rugy, qui n’a d’aristocrate que la particule, est ainsi passé par tous les partis politiques de gauche ou presque, de Génération Ecologie de Brice Lalonde aux Verts, du Parti socialiste à la République en marche. En 2015, après avoir quitté les Verts, il participe à la création de l’Union des démocrates et écologistes, un mouvement écologiste de centre gauche. Quelques jours plus tard, il annonce que ce nouveau parti s’appellera finalement Ecologistes. Il laisse à son mouvement 11 600 euros de cotisations non payées ! Il participe par la suite à la primaire du parti socialiste en 2017, défendant pendant la campagne la légalisation du cannabis, de l’euthanasie et du suicide assisté, la procréation médicalement assistée (PMA) pour les lesbiennes et la gestation pour autrui (GPA) afin de permettre aux invertis d’adopter des bébés. Alors qu’il s’était engagé le 15 janvier 2017, lors d’un débat télévisé, à soutenir publiquement le vainqueur de la primaire socialiste, qui fut Benoît Hamon, il renonce un mois plus tard à cette promesse solennelle et s’engage aux côtés d’Emmanuel Macron. Un choix payant puisqu’il lui permet d’obtenir la présidence de l’Assemblée nationale quelques mois plus tard, une fonction aussi prestigieuse que rémunératrice. 

    Ce n’est certes pas par conviction écologiste que Rugy a rallié Macron mais bien par carriérisme. En effet, en janvier 2017, un mois avant de le soutenir officiellement, François de Rugy ne disait-il pas sans ménagement d’Emmanuel Macron : « il ne parle pas d’écologie », « Quand il était ministre de l’Économie, non seulement il n’allait pas dans le sens de l’écologie, mais il était même plutôt sur l’ancien monde. Lui qui se veut moderne, c’était le nucléaire, le diesel, l’extraction des sables dans la baie de Lannion » ? Et c’est ce triste sire qui est aujourd’hui ministre d’Etat, ministre de la Transition Ecologique et solidaire (sic) ! C’est cet individu sans convictions, sans foi ni loi, qui va nous faire la leçon, nous appeler au civisme et pontifier sur le développement durable, le tri sélectif, le dogme “réchauffiste” et les réfugiés climatiques !

    Décidément, plus les gouvernements et les présidents passent et trépassent, plus tout va de mal en pis, plus le personnel politique devient chaque jour davantage fade, laid, cynique, méprisable, minable et apatride.

     

  • Le "modèle agricole" de Bruxelles et des éoclos-rastas ...

     

     

    Les violentes manifestations qui prennent pour prétexte le fait divers du barrage de Sivens se ferait, nous dit-on, au nom d’un slogan qui entraîne l’adhésion  : « Quel modèle pour la France ? ». Voyons la chose de plus près.

    D’abord il s’agit d’un modèle agricole qui ne nous est pas imposé par les conseillers généraux du Tarn mais par les fantômes sans visage de Bruxelles et ceux encore plus anonymes mandatés dans les conclaves mystérieux de l’ONU. Que ce soit à Kyoto, à Rio, à Durban et demain à Paris. La France, le Tarn, la Somme c’est bien petit et c’est bien dérisoire.

    Il reste cependant qu’une fois encore les media électroniques de ce pays, trompant effrontément l’opinion publique et dénaturant les faits sans vergogne, présentèrent une vision falsifiée des évènements. Bien entendu le bon gros media citadin qui se sent directement concerné par ce qui se passe au fin fond du Tarn vole au secours des pouilleux à tresses qui jouent aux guerilleros de Sierra Nevada, mais, Seigneur, se mettent à piailler dès que la maréchaussée leur tire dessus. Quand il y a quelque mois les mêmes gendarmes mobiles de Valls tapaient à bras raccourcis sur les “veilleurs” pacifiques, nos sonneurs de tocsins de l’ultra-gauche se rengorgeaient sur leurs blogs.

    Libération, par exemple, donne à longueur de colonnes la parole aux quelques dizaines de militants accourus de Notre-Dame-des- Landes dans leurs combis Wolkswagen taggés, affublés d’une poignée de profs en disponibilité qui jouent aux paysans de la Conf’. Et tous expliquant avec véhémence aux agriculteurs du coin que puisque depuis des siècles leurs ancêtres se sont débrouillés avec la gadoue l’hiver et, de juin à septembre, les prairies sahéliennes, les sols craquelés et leurs “bouilles” ingrates, ces landes à peu près stériles, ravagées périodiquement par des orages méditerranéens, ils n’avaient eux aussi qu’à faire avec. C’est leur façon citadine de protéger la faune biodiversifiée qui, pour survivre, n’a d’autre recours que de s’enterrer chaque été sous ce qu’il reste du lit de la squelettique Tescou. On voit bien que ces parasites, nomadisant de situations sous tension en conflits larvés, vivent d’alibis et de prétextes et n’ont d’autre projet que de renverser les harmonies et traditions qui sont la négation de tout ce qu’ils proclament.

    S’étonnera-t-on que ressurgissent alors les factieux qui eux aussi hibernaient ? Les Bové, Mamère, Mélenchon et autres étrons écolo-sociaux qui leurs servent de mercenaires.

    L’Isle-sur-Tarn et Gaillac représentent 18 000 habitants. Le survol par Google montre que, outre un patchwork de petites propriétés extraordinairement fragmentées, on a affaire à un habitat morcelé bien que très dense. Sans doute encore plusieurs milliers d’habitants. Et pourtant le discours des opposants, trahis par leur accent du Nord, que les media nous auront servi en boucle, n’était en rien celui des indigènes : « Nous nous opposons à ce projet pour montrer la façon dont nous voudrions vivre », éructe celui-ci dans Le Monde. « Nous voulons vivre en rupture avec la dictature du profit », braille cet autre. Leur modèle c’est, vitupère un troisième, « un monde participatif et solidaire ». Ils sont là quelques centaines d’hystériques vociférant, mi-Black Block, mi-Beatniks archaïques, soixante-huitards attardés que l’on avait cru définitivement disparus. Tout ce qui possède tam-tam électronique répercute leurs imprécations.

     

    UN TERROIR EN CONFETTIS

     

    Ainsi, à les entendre, la guerre de Sivens aurait opposé dans un coin perdu du Tarn le conseil général de ce département et son président socialiste, Thierry Carcénac, accusé par ses anciens amis d’être soumis aux banques, aux multinationales de l’agro-chimie, de la bio-génétique et de l’industrie agromécanique, confrontés à la population de cette région rassemblée derrière les écologistes, la Confédération Paysanne et les agriculteurs solidaires du combat contre la grosse exploitation et l’agro-chimie-industrielle. Tous, à les en croire, se seraient rangés comme un seul homme au côté de la résistance née du Grenelle de l’Environnement. Bien alignés derrière Bové, Mélenchon, la Conf’, le Parti Communiste, Attac et tout ce que ce pays renferme de groupuscules à bannières vertes, en particulier celui qui fait 2 % aux élections mais possède des centaines d’élus grâce aux magouillages avec le PS. Sauf que la plupart des agriculteurs de cette région adhèrent soit à la FNSEA, soit à la Coordination Rurale. Lors des élections de 2013 aux chambres d’Agriculture la Confédération Paysanne est arrivée très largement derrière ses deux concurrentes, elle n’a envoyé aucun élu à la Chambre d’Agriculture régionale contre 2 au syndicat majoritaire et un à la CR. Ceux-ci ont pris résolument position en faveur du barrage de Sivens. Sa construction est même soutenue par nombre d’agriculteurs “bio” qui ont bien entendu besoin d’eau en été lorsque la petite rivière susceptible d’alimenter le lac, la Tescou, est à sec.

    L’un des gros arguments avancés par les opposants serait que les 32 hectares qui seront mis en eau sont riches d’une grande biodiversité et ne sauraient être remplacés par les vingt situés en aval de la mise en eau que le conseil général a prévu de réserver justement à cet effet. Mais que font en vérité ces sourcilleux vigiles lorsque chaque année 80 000 hectares des plus belles terres agricoles sont recouvertes de béton et de bitume afin que les mégapoles puissent accueillir encore plus de malheureux venus d’ailleurs ?

    En fait ce qui mobilise cette faune citadine dépenaillée, crasseuse et vociférante c’est le mot “irrigation” qui depuis des décennies sert de cri de ralliement à l’ultra-gauche dans son combat à mort contre la paysannerie. Et il est tout à fait symptomatique que la Confédération Paysanne et le Modef qui ne manquent jamais une occasion de s’affirmer comme champions de la petite propriété familiale et défenseurs des schémas agricoles traditionnels se soient retrouvés dans cette affaire vent debout contre les derniers représentants d’une polyculture-élevage en pleine désagrégation.

    Retournons sur Google Earth. Ce qui frappe dans la proximité immédiate de la forêt de Sivens, en amont et en aval de la zone destinée à être inondée puis au-delà jusqu’à l’Ile-sur-Tarn, Rabastens, Gaillac et même Graulhet, plus au sud, et Albi à l’est, c’est l’extraordinaire parcellisation du paysage. On ne voit nulle part de grandes étendues, nulle part de Beauce, de Brie, d’Aquitaine ou de Picardie. Ici tout est bocage, petites prairies et petits champs comme si ce paysage avait été miraculeusement préservé du Remembrement des années 1960 qui fut fortement inspiré par une idéologie “progressiste” dont sont issus nos écolos-béton d’aujourd’hui .