Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2019

Les chiffres de l' inflation en france sont truqués ! L'inflation réelle dépasse les 3 % .

L’inflation serait repartie à la hausse en 2018 :1,8 % selon l’INSEE ?
 
 
 
Cela ne veut rien dire. Et de toute manière, ce chiffre est FAUX.
 
 L’inflation en 2018 est toute dans la hausse des prix de l’énergie (+8 %) et des matières premières, du tabac (+12 %) ainsi celle des produits frais non transformés (+8 %)…
 
En revanche les prix des produits manufacturiers sont en repli de 0,3 %, signe de grosse morosité : les usines ne vendent plus. Et les services, à +1,2 %, ne sont guère plus reluisants.
 
Notons que la baisse des prix des produits manufacturiers est générale en occident et se fait malgré la prétendue « guerre commerciale » entre les États-Unis et la Chine, gros rideau de fumée glauque qui ne cache même plus le ralentissement mondial.
 
À l’époque où les cycles économiques n’étaient pas faussés par les manipulations grossières des banques centrales, les baisses de prix étaient les déclencheurs des crises.
 
La crise s’installe et les banques centrales et gouvernements n’ont aucune marge d’action.
 
 
Le calcul est faux pour 3 raisons :
 
  • Les calculs officiels de l’inflation ne prennent pas en compte les prélèvements obligatoires : autant, il est normal de ne pas compter la part qui va à la redistribution mais les hausses affectées aux services de l’État — santé (+2,3 %), éducation (+2,8 %), sécurité (+6,8 % pour le ministère de l’Intérieur !), justice (+3,9 %) — devraient être prises en compte.
 
  • L’inflation ne prend pas plus en compte les frais d’hospitalisation privée (sans doute craignent-ils que l’on demande à comparer avec les frais d’hospitalisation publics qui ne sont pas plus calculés) ! Or la santé est un des plus gros postes d’inflation dans le monde : le prix des soins augmente de 10 % dans le monde… Sauf en France où ils baissent officiellement de -1 % mais où l’on se contente de regarder les consultations chez le médecin et les médicaments… L’hôpital c’est gratuit, d’après l’INSEE.
 
  • Le meilleur pour la fin : l’INSEE considère que votre logement représente 7,64 % de vos dépenses (eau et taxes sur les ordures ménagères comprises) ! Oui, vous avez bien lu. 7,64 %, c’est-à-dire 4 fois moins que la réalité. Or les prix de l’immobilier ont augmenté de 3,2 % en 2018.
 
Au final les 3 plus gros postes d’inflation en France sont simplement ignorés ou massivement minorés. En rétablissant la bonne pondération, l’inflation française serait plutôt à 3 %.
 
Mais alors les salaires et rendements garantis, ainsi que tous les engagements de l’État indexés sur l’inflation s’envoleraient.
 
Dans cette configuration, l’État touche effectivement ses impôts et taxes sur les transactions et donc sur l’inflation réelle mais ne redistribue que sur l’inflation minorée.
 
C’est-à-dire que l’on paie en France toujours plus cher ses impôts, ses soins et son logement sans que les revenus suivent, alors le reste à vivre diminue et il reste de moins en moins d’argent pour les autres postes de dépense : la mauvaise inflation chasse la bonne, il ne reste plus d’argent pour mieux se nourrir, mieux s’équiper, mieux se vêtir.
 
La mauvaise inflation chasse la bonne.
 
C’est comme si vous aviez un voisin très encombrant assis à côté de vous dans le train, qui squatte la moitié de votre place en plus de l’accoudoir, vous empêche de bouger, vous laisse à peine respirer… Et vous demande encore un peu plus de place, pour vous donner la becquée...
 
L’inflation d’un côté, créée la déflation de l’autre pourtant si redoutée, celle qui fait s’arrêter les usines et les entreprises.
 
Ce n'est pas mieux pour notre épargne. En 2018, les fonds euros des assurances vie ont rapporté 1,4 % en moyenne (prélèvements sociaux inclus). Corrigés de 3 % d’inflation réelle, Le « placement préféré des Français » nous fait perdre -1,6 % de pouvoir d’achat.
 
 

Hulot est un médiocre et un fou, ça tout le monde le savait ! Voici qu' il propose aujourd'hui un totalitarisme vert pour remplacer le totalitarisme communiste ...

Pour Lénine, tous les moyens sont bons pour que la critique du capitalisme et l’avènement du communisme, tels que proposés par Marx, soient suivis d’effet. Au prix de la terreur et la violence, il faut se débarrasser des classes qui « exploitent le peuple » et instaurer la dictature du prolétariat. Il faut, d’abord, faire table rase du passé et planifier la nouvelle « société socialiste multilatéralement développée ». Ce que veut Lénine en 1917, c’est un nouveau monde qui serait, forcément, le « paradis sur terre » pour le peuple. Ces belles promesses ont entraîné des événements parmi les plus tragiques de l’Histoire et, pourtant elles font toujours rêver.

C’est le cas, entre autres, de l’ancien ministre Nicolas Hulot qui, depuis qu’il a quitté ses fonctions, semble avoir passé la plus grande partie de son temps à potasser les classiques du totalitarisme.

Dans un document publié mardi 5 mars dans le journal Le Monde, Messieurs Hulot et Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, affirment ne plus vouloir de la société actuelle ! ...

Au nom de la lutte contre les « injustices et les inégalités » (c’est ce qu’invoquait Lénine aussi), ils proposent, comme l’auteur de « Que faire ? », un modèle tout neuf qu’au travers d’un « nouveau pacte politique, social et écologique », ils définissent comme « un pacte pour l’humain et pour l’humanité (…). Un pacte du pouvoir de vivre, aujourd’hui et demain, dans la dignité et le respect, un pacte qui nous engage tous ». Rien de moins que le paradis sur terre ! Une terre, bien entendue, transformée, parfaite, débarrassée de toutes les impuretés, « avec comme exigence centrale la préservation de l’environnement et des conditions de vie futures de l’humanité » telle la « société purifiée » dont rêvait Lénine.

Ce Pacte contient 66 propositions qui font froid dans le dos.

Au nom de l’écologie, du bien-être et de l’égalitarisme, il envisage l’étatisation et la confiscation de nos libertés au profit de ceux qui ont décrété que la réalité serait conforme à leurs convictions et nous disent comment doit fonctionner le monde.

Ces nouveaux bolcheviks de l’écologie veulent contrôler les loyers et les logements, grandes obsessions socialistes qui débouchent forcément sur la hausse des prix et la spoliation des propriétaires.

Ils veulent « Faire reculer le poids de l’appartenance sociale sur la réussite scolaire » et « Investir dans les politiques publiques d’éducation populaire » ! Qu’est-ce que « l’éducation populaire » ? C’est simple, demandez à Lénine ! lls proposent de « Développer une culture d’écoute des aspirations individuelles dans l’éducation, l’orientation et la formation tout au long de la vie. » Magnifique ! Cela ressemble aux réunions du parti auxquelles étaient obligés d’assister les ouvriers pour mieux les soumettre.

Le travail doit changer aussi. Il sera « émancipateur ». Sous la surveillance de l’Etat (du parti ?) en « généralisant la qualité de vie dans les entreprises », en « faisant évoluer automatiquement la grille salariale… » ! Par directive du Politburo ?

Bien sûr, il faut plus de « maisons de services au public » et il est impératif de prendre en charge les jeunes avec la « garantie jeune universelle », ainsi que les retraités avec une pension assurée.

Vive les contrôles, les taxes, les impôts et…les « kolkhoses »

L’Etat ou le parti vont s’assurer que les discriminations disparaîtront en mettant en place une « politique nationale de lutte contre les discriminations ». Pourquoi pas un programme de psychanalyse nationale ? L’économie et la finance doivent être « responsables » (sous le contrôle des soviets ?). Dans les kolkhoses, tout le monde était « responsable », à tel point que les produits manquaient et la famine revenait régulièrement.

Bien entendu, il faut « taxer » et aussi garder un œil vigilant sur les ennemis de classe, les patrons, dont « la rémunération variable [...] doit être adossée à la performance sociale et environnementale, et pas seulement financière ». Toujours les concernant, il faut « Plafonner les rémunérations des dirigeants d’entreprise, et encadrer les écarts entre les plus hautes et les plus basses rémunérations ».

Encore plus d’impôts progressifs, encore plus de taxes sur le patrimoine, « instaurer une fiscalité sociale et écologique » et « concevoir, piloter et évaluer les politiques économiques en fonction de leur impact sur la qualité de vie, la justice sociale, la réduction des inégalités, l’usage sobre des ressources et leur capacité à favoriser des emplois de qualité ». Qui décide des « emplois de qualités » Les nouveaux apparatchiks de l’écologie ?

Tant qu’on y est, il faudra aussi « Rendre obligatoire la négociation dans les entreprises sur leur « raison d’être » » ou « Faire participer tous les salariés à la définition de l’agenda social dans l’entreprise, à l’initiative des institutions représentatives du personnel ». C’était le rôle des commissaires du peuple en URSS ! « Tout le pouvoir aux Soviets ! », demandait Lénine.
On pourrait en rire si ce n’était pas si inquiétant. Monsieur Hulot et ses comparses veulent nous imposer une société écologique multilatéralement développée, une nouvelle URSS dans laquelle la dictature des écologistes remplace celle du prolétariat.

Lénine n’avait jamais travaillé et pourtant il pensait savoir mieux que tous ce qui est bon pour le prolétariat.

Selon sa déclaration du patrimoine, Monsieur Hulot ne possède pas moins de sept voitures dont des 4X4. Sait-il vraiment ce que c’est que l’écologie ? Ce type est un hypocrite et un fou à enfermer ou à exiler ! ...

 

11/03/2019

Honneur au Colonel Jean-Marie Bastien-Thiry !

 

 
Rendons un hommage tout particulier au Colonel Jean-Marie BASTIEN-THIRY, héros et martyr de la Patrie, fusillé il y a aujourd’hui 56 années, le 11 Mars 1963.

Jean-Marie BASTIEN-THIRY était Lorrain, polytechnicien, Lieutenant-colonel dans l’Armée de l’air et l’inventeur de deux missiles antichars, les SS-10 et SS-11. Il avait 36 ans et laissait une veuve et trois petites orphelines.
Organisateur de l’opération du Petit-Clamart, le Colonel Jean-Marie BASTIEN-THIRY aura tout sacrifié, sa famille et sa vie, pour l’honneur de la France. Il nous a laissé, en versant son sang, un message, un exemple à méditer, à admirer et à suivre.

 

Alors que les tireurs du Petit-Clamart seront graciés par De Gaulle, celui-ci refusera d’accorder sa grâce au Colonel BASTIEN-THIRY.

Jean-Marie BASTIEN-THIRY était l’exemple parfait du dévouement, du courage, de l’abnégation, du don de soi et du sacrifice de sa vie pour la Patrie. Il est l’honneur de l’Armée Française.

 

Homme de Foi, grand Catholique, il mourra comme un saint, marchant vers le peloton d’exécution son chapelet à la main, après avoir entendu la Messe. Refusant d’avoir les yeux bandés, il regardera la mort droit dans les yeux avant de pouvoir contempler ensuite la Vie éternelle. Il sera le dernier condamné à mort à avoir été fusillé en France.

Assassiné sur ordre de celui qui aura trahi l’Algérie Française et livré des dizaines de milliers de Harkis et Pieds-noirs aux tortures les plus innommables des bouchers fellouzes du FLN, le Colonel Jean-Marie BASTIEN-THIRY demeure un Français modèle, un héroïque soldat dont le nom restera pour toujours inscrit sur le Martyrologe de notre pays.

Que Jean-Marie BASTIEN-THIRY repose en paix, aux côtés de tous les Morts pour la France, dans le Paradis des Héros, des Martyrs et des Soldats.