Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2017

La France est entrée en dictature mais personne ne le sait parce que la télévision ne l’annonce pas...

C’est la révélation des présidentielles 2017: la dictature est en marche. Le contre-poids d’Internet n’était qu’une illusion, la pensée unique n’a plus de vecteur d’opposition en France. A quoi bon se démener pour ré-informer ? Depuis ces cinq dernières années le web pavoisait: bientôt les grandes chaines de télévision allaient être caduques, renvoyées dans les ténèbres de l’Histoire puisqu’ Internet allait prendre la main en mettant à nu tous les mensonges des gros médias du Système et en donnant les informations tenues cachées.

Car que voyons-nous ? Internet est partout, dans les ordinateurs, les téléphones portables, les tablettes, la porte semblait enfin grande ouverte à la ré-information, à la libre information!

Mais patatrac! Les élections présidentielles viennent de démontrer combien grande était l’illusion! C’était sans compter avec la démarche qui est volontaire sur Internet alors qu’elle est passive face à la télévision. Pour trouver sur Internet il faut chercher, il faut pianoter, il faut une série d’actes volontaires, car sur la toile, en dehors des publicités on ne trouve que ce que l’on cherche ou à peu près. Tandis qu’il suffit de s’assoir dans son fauteuil et d’appuyer sur un bouton pour que la télévision déverse sa propagande, souvent insidieuse, et le plus souvent brutale, tant les précautions sont inutiles. Il y a une sorte d’hypnotisme de la télévision qui fait que même au moment des pubs, même au cours d’une émission sans intérêt il est difficile de faire le petit acte volontaire qui consiste à changer de chaine. La télévision déverse son discours à sens unique… Avec des cerveaux formatés dés le plus jeune âge par l’éducation nationale, la nouvelle bible qui se déverse à travers le petit écran a la partie facile...

Mais le web, cette immense toile d’araignée pavoisait: la ré-information allait rentrer partout, adieu le bourrage de crâne des médias aux ordres, finie la pensée unique sortie des loges. La toile allait faire prendre conscience de la terrible désinformation des gros médias, de la terrible manipulation des cerveaux. C’était la fin du lavage de neurones des écoles de la république « alahïque » et maçonnique, désormais il serait impossible d’arrêter la grande lessive des écuries d’Ogias lesquelles allaient être lavées à grande eau par le gigantesque fleuve libre de la ré-information.

J’avoue que j’étais plus que sceptique, je me suis même fendu de quelques articles plus que dubitatifs pour mettre en garde contre cette vaste illusion… Mais à force de l’entendre, de constater l’enthousiasme des « youtubeurs » et des chroniqueurs de talents, de lire des informations qui n’apparaissent nulle part ailleurs, j’avais fini par me mirer comme les autres dans le miroir aux alouettes.

Jamais comme depuis cinq ans le régime désastreux de Hollande n’avait été mis à jour! Durant cette campagne présidentielle, les mensonges et les manipulations de Macron n’ont-ils pas été dénoncés, démasqués à leur tour sous toutes leurs innombrables formes, sur d’innombrables sites, des plus laïques aux plus catholiques? BFMacron allait voir ce qu’il allait voir! Le magnat de la presse Drahi, et son groupe n’aurait plus de secrets pour personne, ses connivences avec le ministre Macron allaient exploser. La trahison de Macron opérée contre Alstom allait soulever d’indignation la France entière! Ses millions mystérieusement non-déclarés aux impôts allaient faire trembler d’indignation les mélenchonistes et  jusqu’aux  immigrationnistes qui s’attendrissent si volontiers sur la misère des pauvres « réfugiés »…

Mais alors quelle claque monumentale au soir du deuxième tour des élections! Certes Marine Le Pen a lamentablement négocié ces trois derniers jours de campagne… Mais cela changeait-il quelque chose à la réalité du personnage d’un Macron au service de la classe des jets privés ?

Certes, même baignant dans l’illusion totale, plus aucun internaute raisonnable n’attendait encore le succès des patriotes tant le ramonage des cerveaux par les sondages et par tous les canaux médiatiques nous avaient déjà prédit la Bérézina. Mais un bon gros résultat à 40%, -voire plus- de Marine Le Pen aurait fait vaciller un instant  dans le ciel les jets des young leaders du Bilderberg où Macron a été programmé!

Au lieu de cela le score de Marine Le Pen n’a fait que descendre tout- au- long de la soirée électorale, au point qu’on pouvait se demander si le lendemain au réveil il lui resterait encore quelques voix…

Tous ceux qui ont œuvré pour une France identitaire et souverainiste, et Dieu sait s’ils sont nombreux sur la toile, ne se sont pas encore remis de cette raclée monumentale. Finies les illusions. A quoi bon des lois liberticides supplémentaires contre la libre information de la toile ? Après ces présidentielles et les législatives qui s’annoncent, à quoi bon? Les instituts de sondage disent la messe et les grands médias donnent la bénédiction finale.

La triste réalité semble être que les Français ne se servent d’Internet que  pour étaler sur Facebook leur médiocrité gentillette, pour parcourir les sites d’achats ou pire pour se vautrer dans la pornographie…  En tout cas ce qui les rassemble tous c’est la sainte télévision, leur nouvelle bible sur laquelle ils restent  le regard vissé à rire avec le Pakistanais Hanouna qui multiplie d’un air entendu les grasses plaisanteries contre Marine Le Pen et le Front national, tandis que ceux qui se veulent les plus intellectuels vont se défouler avec Laurent Ruquier contre le bouc émissaire FN dans « on n’est pas couché ».  Au moment du repas ils regardent le JT de 20 heures l’œil morne, le cerveau encore habité par Ruquier, Hanouna et tous les autres ramoneurs de crânes…

Depuis, les « youtubeurs » enthousiastes et les chroniqueurs besogneux qui avaient le sentiment de faire œuvre utile sont décontenancés, anéantis, un immense doute, un phénoménal doute a pris l’empire de leurs cerveaux. Ils ne s’indignent même plus des sondages ravageurs qui prédisent un ras-de-marée de la République en Marche aux législatives avec l’annonce de l’élection probable d’un ou deux candidats seulement pour représenter les 12 millions d’électeurs de Marine Le Pen, comme si cela n’avait absolument rien de scandaleux.  A quoi bon ? Qui les entendra ? La ré-information de la toile tourne en boucle entre gens de bonne compagnie qui se renvoient les uns aux autres les bonnes vidéos, les bons articles. Après quelques jours de sidération, les chroniqueurs désabusés ont repris leur clavier, sans illusion, bien conscients que tout cela ne sert à rien, qu’ils ne convainquent que les gens déjà convaincus, que la dictature des télés n’a jamais été aussi bien ficelée, que la pensée unique n’a jamais si bien circulé et que l’abaissement du niveau intellectuel n’a jamais été si bien orienté vers un abrutissement aussi généralisé…

Mais alors pourquoi dans le monde anglo-saxon les succès de Trump et du Brexit, objecterez-vous ? Sans doute parce que dans ce monde-là l’information n’est pas encore pleinement contrôlée comme en France. Sans doute en raison de la langue beaucoup plus répandue dans le monde que le Français, sur de beaucoup plus vastes territoires et dans de beaucoup plus nombreux pays, donc plus difficile à embrigader totalement. Ainsi  RT (Russia Today) diffuse-t-elle sur de vraies chaines de télévision aux USA et en Grande Bretagne, sur un vrai canal télévisuel, et apporte-t-elle une information alternative, ce qui n’existe pas en Français puisque ce média ne diffuse en français que sur Internet rendant son impact en France dérisoire.

Du reste l’information est tellement contrôlée en France que si des chaines indépendantes demandaient au CSA un canal de diffusion, il est bien peu probable qu’il serait accordé.

Conclusion: La France est entrée en dictature mais personne ne le sait parce que la télévision ne l’annonce pas!

 

11/06/2017

Pas de voix pour la politicaillerie !

Le rideau vient de tomber sur ce premier tour des élections législatives et, comme lors des présidentielles, la vraie nature des responsables politiques s’est affichée au grand jour…

            C’est le chef de file LR, l’inénarrable et haut franc-maçon François Baroin –postulant à Matignon- qui avait ouvert, dès le 5 juin, la marche des courtisans vers le Pouvoir en prônant « un désistement dans le cas d'une triangulaire où le FN serait susceptible de l'emporter », invitant la République en marche et le PS à faire de même.

            Ces alliances ineptes ne sont pas de nature à transcender les partis, mais à favoriser les arrangements entre amis pour avoir sa place au soleil… Dès lors, il en résulte, par-delà les ambitions personnelles et les jeux de pouvoir, un manque flagrant de probité et d’éthique qui détourne inexorablement des urnes, les électeurs lassés par tant de malversations, de collusions, de palinodies et de versatilités de la classe politique… Où ils attendent l’espérance, on leur offre des bilans truqués, des chiffres faux, des compromissions, des « affaires » à répétitions… Rien, dans tout cela, qui ressemble à de la volonté, de l’enthousiasme, de l’espérance, par conséquent à de l’avenir. Alors, le sondage tombe comme une pierre dans le jardin de ces messieurs : ils nous ennuient… et les abstentions se multiplient lors des consultations électorales à l’exemple de ce premier tour où plus de 50% des électeurs se sont abstenus de voter. Que devient donc leur légitimité ? Que devient celle du Parlement ?

            Ce qui manque précisément aux élus, c’est la liberté de ne pas faire comme les autres, ne pas suivre aveuglément les consignes de partis, ne pas être inféodés à des lobbies. Ce qui manque à la plupart des responsables politiques pétris d’orgueil et assoiffés de pouvoir, c’est la liberté de faire valoir leurs talents propres, d’injecter des initiatives personnelles qui tiennent compte d’avis divergents, plutôt que s’évertuer à préserver contre vents et marées leurs propres intérêts. Ils sont le symbole moderne du cynisme absolu, de l'absence totale de fidélité à leurs idées, de l'opportunisme à la puissance 10

            Ce qui lasse désormais les électeurs, c’est cette nomenklatura régnante qui se partage depuis des lustres le pouvoir. Chez elle, le courage et la droiture sont passés de mode. Les fourbes sans esprit et les intrigants moroses sont en tous lieux les favoris des oligarques.

Quand entendons-nous un de ces oligarques qui nous propose l’ardeur, l’action, l’honneur, l’élan, le sacrifice, la gloire, la patrie ? Mais non, il n’est question que de combinaisons, de petites alliances qui permettent de prendre les petites places et, par-dessus tout, de réchauffer sans cesse, pour en tirer son profit et y gagner sa croûte, l’opposition et presque la haine, entre Français.

Depuis fort longtemps nous manquons d’hommes politiques d’envergure capables d’affronter les pires situations sans craindre d’être mis en « minorité », d’être « sanctionnés » lors d’une consultation électorale, de se voir opposer une « mise à l’écart » ou un chantage quelconque.

Aujourd’hui, face au péril croissant que représente l’islamisation de la France, on sait bien ce qui se passerait si, par extraordinaire miracle un homme providentiel surgissait pour le combattre… Les laquais de télévision, les scribouillards, la « bien-pensance », les « humanistes » et le « politiquement correct » le traiteraient de « raciste », du moment qu’il voudrait libérer la France. On tendrait à sa sincérité tous les pièges possibles. Au lieu de l’aider, le soutenir et l’admirer, on ne s’occuperait que de le faire trébucher, à le déconsidérer, à l’écœurer. Hélas ! On y parviendrait sans doute, car quel cœur propre peut survivre aux ignominies de la « politicaille » ?

09/06/2017

Ne votez pas les dimanches 11 et 18 juin .

S'abstenir, c'est ne pas aller voter... alors même que l'on est inscrit sur les listes électorales. Selon les cas, elle traduit soit un désintérêt total pour la politique, soit une volonté de montrer son désaccord en ne se rendant pas au scrutin. Rien à l'heure actuelle ne permet de distinguer le désintérêt de la vie publique, de l'abstentionnisme "militant".

 

Souvent commentée les soirées d'élections, notamment par le pouvoir politique qui la voit régulièrement comme une non-participation, l'abstention augmente en France depuis plusieurs décennies. Seule l’élection présidentielle y échappe, parfois supérieure à 30%, mais pour les autres échéances électorales, la barre symbolique de 50% des inscrits est souvent franchie.

 

Par ailleurs, le fait de s' abstenir aux élections législatives permet de diminuer le financement des partis politiques qui nous trompent et nous ruinent depuis des décennies ...