Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2018

Le député juif Meyer Habib fait entrer en toute impunité un Israélien armé à l’Assemblée Nationale ! ...

 

 

L’affaire est passée quasiment inaperçue, toute l’attention étant accaparée par l’affaire Benalla depuis de nombreux jours.

Fin juillet, Le Parisien signale comment le député franco-israélien Meyer Habib a contourné les règles de sécurité de l’Assemblée nationale pour y faire entrer un agent dé sécurité israélien qui a ostensiblement montrer son arme pour narguer les agents de sécurité de l’Assemblée nationale :

(…) Dans un courrier envoyé aux questeurs de l’Assemblée et dont nous avons pu prendre connaissance, le secrétaire général de la questure signale les faits suivants :

Le 3 juillet dernier, le député (Meyer Habib, ndlr) s’est présenté à la réception du 126 rue de l’Université, une des entrées de l’Assemblée, accompagné de quatre personnes et d’un officier de sécurité armé. Ce dernier n’ayant pu présenter de badge d’accès, le chef de groupe a « légitimement expliqué qu’il ne pouvait entrer », peut-on lire dans ce courrier.

Le ton est monté et l’officier de sécurité a fini par tourner les talons pour entrer par le 128 rue de l’Université. Un peu plus tard, cet officier est revenu accompagné de Meyer Habib et a « délibérément provoqué les agents en ouvrant sa veste pour montrer (…) une arme portée à la ceinture. » Meyer Habib a verbalement pris à parti le chef de groupe en insinuant qu’il lui était personnellement hostile pour « des raisons évidentes », « l’insinuation d’antisémitisme ne laissant aucun doute au chef de groupe », précise encore le secrétaire général de la questure.

Contacté Meyer Habib, explique que les personnes qu’il accompagnait étaient des représentants de l’armée israélienne, invités par la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée dont il est vice-président.

(…) Selon nos informations, Florian Bachelier, le premier questeur s’interroge sur l’application de l’article 40 du Code de procédure pénal et donc la saisine du Parquet.

 

Quand les "réfugiés " retournent prendre des vacances dans leur pays d' origine ! ...

 

http://media.medias-presse.info/wp-content/uploads/2018/08/migrants-dos.jpg

 

 Durant les six premiers mois de cette année, 115 personnes ayant obtenu le statut de « réfugiés » en Belgique ont déjà été identifiées alors qu’elles étaient en train de se rendre dans leur pays d’origine. C’est presque autant qu’en 2017 et plus de deux fois plus qu’en 2016. La presse flamande signale que ces « réfugiés » risquent de perdre leur permis de séjour en Belgique. Cette sanction n’est même pas une certitude...

Pourtant, ces immigrés ont obtenu le statut de « réfugié » et le permis de séjour qui l’accompagne en affirmant être en danger dans leur pays d’origine. Le fait d’y retourner démontre bien qu’ils ont menti et ne sont nullement en danger dans leur pays d’origine. C’est donc tout simplement une escroquerie pour obtenir différents avantages financiers et matériels. Et la sanction devrait être automatique et systématique.

Mais c’est sans compter le laxisme des autorités, en Belgique comme en France.

En Belgique, depuis 2016, 103 personnes ont perdu leur statut de réfugié, mais 67 autres ont été autorisées à le conserver malgré le voyage dans leur pays d’origine. 135 autres dossiers sont toujours en cours d’examen par le Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides.

 

05/08/2018

Grand remplacement: Il est imposé aux français de financer leur remplacement au prix du renoncement à leur intérêt propre, comme à celui de leur progéniture !

L’ONU VEUT 160 MILLIONS D’IMMIGRÉS EN EUROPE À
L’HORIZON 2025 !

Dès janvier 2000, la presse évoquait un rapport préliminaire de la Division de la population de l’ONU préconisant l’ implantation dans les nations européennes, à I’ horizon 2025, de 160 millions d’immigrés afin de parer aux effets du vieillissement de la population et de maintenir au niveau de 1995 l’équilibre entre actifs et inactifs.
Pour maintenir simplement le niveau de population active, le besoin ne serait « que » de 25 millions. Joseph-Alfred Grinblat, l’un des auteurs du rapport, admettait,  afin d’atténuer le choc… que ces chiffres risquaient de provoquer sur une partie de la population assez lourdement anesthésiée, qu’ils « ne sont pas réalistes et qu’il faudra chercher la solution autre part : soit dans le relèvement de l’âge de la retraite à 75 ans, soit dans le panachage entre d’avantage d’immigrés et une vie active plus longue ». Ces propositions, notamment celle évoquant un relèvement à 75 ans de l’âge de la retraite, relèvent de la galéjade de mauvais goût si l’ on considère que l’ âge de l’ espérance de vie en bonne santé, c’est-à-dire sans incapacité, ni maladie chronique, s’établit en France à 64,1 ans pour les femmes et 62,7 pour les hommes, chiffres tout ce qu’il y a d’officiel publiés par l’INSEE et la Data Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques). A noter que si l’espérance de vie progresse encore très modestement, cette donnée de vie en bonne santé marque le pas depuis plus de dix ans malgré les dizaines et centaines de milliards de chiffre d’ affaires réalisés par les géants de la chimie médicamenteuse pour, officiellement, améliorer notre état de santé.
La courbe de l’espérance de vie en bonne santé ne s’est hélas pas alignée sur celle de l’envolée de leurs profits et dividendes. De telles données limitent les solutions surannées consistant à rallonger indéfiniment la durée de cotisation, ce qui ne peut résoudre le problème lorsque l’on sait, de plus, que les entreprises n’embauchent quasiment pas de quadragénaires, ni de quinquagénaires et, évidemment, encore moins de sexagénaires. Dans quelle entreprise continuera à travailler et donc à cotiser le salarié perdant son emploi à 45, 50 ou 60 ans et auquel il manquera donc 5, 15 ou 20 ans de cotisa­tions ? Tout au plus pourra-t-il prétendre à l’ allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) remplaçant depuis 2005 le minimum vieillesse. Soit 833 euros pour une personne seule et 1 293 pour un couple.  Toute personne dont les ressources se situent en dessous d’un certain niveau peut prétendre à ce revenu minimum à partir de 65 ans même en n’ ayant jamais cotisé une seule heure. Il lui faudra juste, au moment de sa demande, avoir résidé six mois en France.


Voici l’un des rouages de la formidable pompe aspirante qui a ruiné la France en même temps qu’elle a accéléré sa sub­mersion migratoire. Le salarié au revenu modeste et à la carrière incomplète percevra une pension guère supérieure à l’ allogène fraîchement débarqué en France pour y couler une retraite, sinon heureuse, tout au moins libérée des tracas matériels, au frais de la princesse, c’est-à-dire des cotisants et contribuables autochtones.


Ces données sont à mettre en perspective avec l’actualité de la réouverture prochaine des négociations sur les retraites dont les grignotages réguliers continuent de paupériser les pensionnés. Le dernier mauvais  coup en date consistait à augmenter à partir du 1er janvier 2018 la CSG de 1,7% sur l‘ensemble des revenus, retraites y compris !
C’est maintenant aux pensions de reversion que compte s’attaquer tout prochainement le gouvernement, au nom de » l’équité » et la justice, bien sûr, tout en rajoutant sans doute encore quelques trimestres de cotisation que justifierait arithrnétiquement l’allongement de l’espérance de vie.


 A propos du vieillissement bien réel de la population, il est remarquable que jamais ne soient évoqués les effets dévastateurs de l’avortement sur la démographie et que, bien au contraire, d’année en année, politiques et législateurs aient œuvré à en faciliter l’accès en même temps que la répression s’abattait sur ses opposants. Parallèlement, aucune mesure ambitieuse d’une politique authentique ment familiale ne fut jamais adoptée, bien au contraire. Etrange, non?


Avec le temps et le recul, il devient de plus en plus évident que nous assistons à un gi­gantesque transfert de richesses de la France française d’hier vers la France métissée de demain.

Il est imposé aux autochtones de financer leur remplacement au prix du renoncement à leur intérêt propre, comme à celui de leur progéniture. La progressivité, l’étalement dans le temps et la technicité des mesures et dispositifs de prédation empêchent la plupart de nos concitoyens de percevoir le plan d’ensemble qui, une fois saisi, s’impose comme une évidence que l’on s’en veut d’avoir trop longtemps ignorée.


II apparaît clairement aujourd’hui, mais un peu tard, aux yeux de quelques milliers ou dizaines de milliers de nos compatriotes, que ce qui se passe en France et en Europe est le fruit d’une volonté concertée,d’envergure mondiale, et d’un plan de substitution de civilisation et des peuples, parfaitement conceptualisé, organisé, planifié et pleinement assumé par des castes dominantes visibles et invisibles. Entendre aujoud’hui certains responsables de mouvement patriotiques nier ce processus de remplacement planifié de population ne laisse plus guère d’autre choix que de les classer dans le camp de la bêtise ou celui de la trahison.


S’inscrivent dans ce processus de transfert contraint de richesses sur le principe des vases communicants, les centaines de mesures fiscale aboutissant à paupériser la population active. Chaque création et aug­mentation de taxe, suppression d’exonération, alourdissement des frais de succession, de transrnission de patrirnoine et d’entreprise, modification de seuil, suppression de prétendendue niche fiscale, cotisation sociale supplémentaire, rabotage des retraites, augmentation des impôt et contraventions des taxes sur les carburants, du tabac ... aggrave  le niveau global de prélèvement sur la population et sur le patrimoine au profit de I implantation des « migrants » . Une gigantesque pompe aspirante parachève la ruine de nos concitoyens et de leur descendance au profit de populations d’importation. Il est imposé aux Français de financer leur remplacement.


L’ ONU PREPARE UN PACTE SUR LES MIGRATIONS
 
Un remplacement que prévoit en toute discrétion l’ONU dans le projet de pacte sur les migrations qu’ elle concocte depuis plus d’un an et demi et escompte faire signer aux 193 États-membres dans un proche avenir.


Il ne s’agit ni plus ni moins que de formaliser un cadre juridique mondial pour une immigration sans entraves en décrétant que toute personne de par le monde possède le droit inaliénable de migrer où bon lui semble et d’être accueilli dans les meilleures conditions par le pays de son choix.


 La répartition des immigrés s’imposera donc aux nations du monde entier tout en rendant caduques les no­tions de quotas, de frontières ainsi que les législations nationales et européenne en matière d’immigration. C’est la fin de tout débat sur le sujet en même temps que la ruine programmée de l’ensemble des pays économiquement développés en moins de deux décennies. Ces orientations mondiales contribuent à expliquer la déferlante de moyens envisagés s’ajoutant aux centaines de milliards déjà déversés dans les diverses politiques de la Ville.

Le président de la République décrète en effet une mobilisation générale en faveur des banlieues avec, notamment, l’ opération « Cœur de ville» de rénovation des quartiers, la création d’une agence nationale de cohésion des territoires qui permettra sans doute de recaser quelques copains et coquins malchanceux en politique, la création d’ une instance de recours pour les habitants comme pour les élus. Il est aussi question de mener un débat d’évaluation sur l’équité territoriale. Bref, cette fois, c’est l’artillerie lourde, une artillerie financée à crédit, annonciatrice d’une pression fiscale qui ne peut que s’aggraver encore et toujours.
Pour conclure quand même sur une part de rêve, imaginons un instant que Ia moitié ou même un quart des sommes colossales - plusieurs centaines de milliards d’euros - affectées depuis trop longtemps, avec le succès que l’on sait, à l’intégration ou à l’assimilation, on ne sait plus trop, des immigrés aient été destinées à une authentique politique nataliste et familiale, à la formation, au logement, à la santé, à I’ insertion professionnelle des jeunes Français et au maintien d’un système de redistribution équitable, généreux mais contenu d’une part et à défendre l’intégrité de nos frontières et du territoire national d’autre part. Fin du rêve, tous les politiciens successifs et leurs électeurs (aveugles) ne l’ont pas voulu !