Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique nationale - Page 4

  • Coronavirus: la démocratie est vraiment le règne du bavardage, de l’inutilité et du mensonge!

    Pas de trêve pour les confineurs !

    LA MONTAGNE a accouché d’une souris, pis d’un moustique. La conférence de presse du Premier ministre Edouard Philippe, du ministre de la Santé Olivier Véran et du directeur général de la Santé Jérôme Salomon, descendant de Dreyfus (décidément rien ne change dans leur République judéo-maçonnique !) qui était censée donner tous les détails et précisions nécessaires sur les modalités pratiques du déconfinement de la mi-mai ne nous a finalement rien appris. Hormis le fait qu’à partir du lundi 11 mai le port d’un masque sera en principe obligatoire dans les transports en commun et que toutes les écoles ne rouvriront pas dans trois semaines, cela dépendra des régions Le contenu est donc bien mince. On le voit une nouvelle fois, de manière frappante, la démocratie est vraiment le règne du ba-vardage et de l’inutilité : plus les dirigeants parlent longtemps (et de ce point de vue ni le chef de l’Etat ni le chef du gouverne-ment ne savent faire court !), moins il y a de substance véritable dans leurs inter-ventions orales. Un chef, un vrai, doit être économe de ses propos et de ses com-munications. Une parole, pour être pré-cieuse et efficace, doit être rare et brève. Mais cette logorrhée permet de créer de la confusion et de désarmer les esprits critiques et les oppositions. Macron avait ainsi mis un coup d’arrêt au mouvement des gilets jaunes en 2019 avec l’organisa-tion de son pseudo-grand débat national et ses discours interminables, des heures durant, devant les édiles. Il avait noyé la contestation de la rue sous un flot ininterrompu de paroles.

    On ne le dira jamais assez : dans les démocraties modernes la parole ne sert qu’à manipuler, à mener en bateau, à asservir le grand public. Elle n’a pas d’autre fonction. Et plus le flot de paroles est important, plus les discours sont contra-dictoires, plus l’on crée de la confusion. De même que trop d’informations tue l’information, de même la juxtaposition de discours et de postures contradic-toires de politiques, de scientifiques, de décideurs, de commentateurs permet de domestiquer et de tétaniser le peuple qui ne sait plus quoi penser ni à quel saint se vouer. L’alliance de la science, de la mé-decine, de la politique avec la finance est une catastrophe pour la société car ce n’est plus le bien commun qui est visé mais le profit et la domination insolente de quelques-uns.

    La surinformation favorise la désin-formation et permet une permanente manipulation des masses, ce qui est un crime organisé contre l’esprit. Bernanos le dénonçait déjà dans son lumineux et prophétique essai La France contre les robots : « La Civilisation des machines uti-lise des machines à bourrer le crâne (et les grands médias audiovisuels font partie au premier chef de ces machines), participe activement de « cette énorme entre-prise d’abêtissement universel, où l’on voit collaborer les intérêts les plus divers. Politi-ciens, spéculateurs, gangsters, marchands, il ne s’agit que de faire vite, d’obtenir le ré-sultat immédiat, coûte que coûte, soit qu’il s’agisse de lancer une marque de savon, ou de justifier une guerre, ou de négocier un emprunt de mille milliards » « Etre informé de tout et condamné ainsi à ne rien comprendre, tel est le sort des imbéciles » qui, par cet abrutissement permanent induit par la force de la propagande, se trouvent dans l’impossibilité « d’atteindre le petit nombre d’humbles vérités auxquels ils ont droit, qu’un genre de vie proportion-né à leurs modestes capacités leur aurait permis d’atteindre, et qui doivent subir, de la naissance à la mort, la furie des convoi-tises rivales, déchaînées dans la presse, la radio. »

    ON NE CESSE de nous mentir.

    Sait-on par exemple que, malgré le Covid-19, la France a connu moins de décès au premier trimestre 2020 qu’à la même période en 2018 ? En effet, d’après les chiffres officiels de l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), « au niveau national, le nombre de décès totaux enre-gistrés à la date du 10 avril 2020 et survenus entre le 1er et le 30 mars 2020 est supérieur à celui enregistré sur la même période en 2019 : 57 441 décès ont été enregistrés en 2020 en France contre 52 011 en 2019. Ce nombre reste néanmoins inférieur au nombre des décès enregistrés sur la même période en 2018 (58 641 décès en France), année où la grippe saisonnière était encore virulente au mois de mars ». On est donc loin pour l’heure de l’hécatombe de décès dont on nous rebat les oreilles. Rappelons qu’en France il meurt 600 000 personnes par an en moyenne, soit environ 50 000 par mois. Cela permet de relativiser les discours alarmistes et catastrophistes qui sont tenus tant par les pouvoirs publics que par les grands media. Pourquoi donc nous ment-on à ce point ?

    C’est que la peur panique permet de mettre en œuvre un contrôle social de masse ja-mais atteint jusque-là, de décourager et de tétaniser les peuples occidentaux qui craindront encore davantage que naguère de fonder des foyers, de mettre au monde des enfants (n’oublions pas que les cercles mondialistes ont depuis longtemps pour objectif de réduire fortement la population mondiale, et singulièrement celle des pays riches).

    C’est aussi un moyen de détruire l’économie réelle, de réduire de manière drastique le pouvoir d’achat des peuples européens. Il s’agit de niveler par le bas le niveau de vie des peuples du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest. Ce qui n’empêchera pas pour autant les populations du Sud de continuer à venir à l’assaut de celles du Nord car pour elles le Vieux Continent reste un Eldorado alors qu’en réalité, pour reprendre l’expression de Jean-Marie Le Pen, l’Europe, « c’est l’Eldorado… de la méduse » !

    PAR AILLEURS, en détruisant la libre entreprise qui crée des emplois, on asservit les peuples qui ne vivent alors que d’aides, d’allocations, de pitances versées par l’Etat. Rappelons que, pendant sa campagne présidentielle, le triste candidat socialiste Benoît Hamon avait préconisé l’instauration d’un revenu minimum uni-versel dans le cadre d’une société sans travail. Si un travailleur ne vit que de l’au-mône de l’Etat et qu’il doit rembourser des emprunts aux banques, il n’est pas libre. Il est taillable et corvéable à merci. Il s’agit de traiter les entrepreneurs comme l’ont été les paysans avec la Politique agricole commune, ce qui est une horreur. Rappelons que l’agriculture est la profession, avec la police et la gendarmerie, où l’on compte depuis longtemps le plus de suicides, ce qui n’est pas un hasard.

    Avec le coronavirus il s’agit ni plus ni moins que de remodeler le monde occi-dental, de le réinventer, pour reprendre l’expression de Macron pour lequel « rien ne sera plus comme avant », mais de le remodeler hélas pour le pire.

    Avec une restriction accrue des libertés et une surveillance de masse généralisée. Comme en Chine communiste. Et l’instauration d’une délation citoyenne à grande échelle. Tant sur les réseaux sociaux que dans la rue. Où il s’agit de dénoncer le voisin manquant de civisme républicain et insuffisamment respectueux de l’ur-gence sanitaire qui s’ajoute désormais à l’urgence climatique et antiraciste. Lesquelles ont pour mission de nous préparer le meilleur des mondes ! ...

  • Tandis que les banlieues s’embrasent sous l’œil bienveillant de Castaner, des Français inoffensifs sont verbalisés à tour de bras !

     

    Alors que le confinement emprisonne les honnêtes citoyens chez eux, détruit leur outil de travail lorsqu’ils sont commerçants, artisans, petits entrepreneurs, dans les banlieues, le confinement, la racaille s’en balance.

    Pire, ces no-go-zones s’embrasent, les violences ne cessent de croître, notamment depuis l’accident d’un motard de 30 ans, multi-récidiviste, qui s’est blessé après avoir percuté un véhicule de Police à Villeneuve-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. 

     

     

     

    Depuis, ceux que peu de journalistes ose dénommer selon leur comportement, des « racailles », narguent et agressent chaque nuit les forces de police et les pompiers, avec des tirs de cocktails Molotov et de projectiles par des lance-roquettes.

    Mais pour le ministre de l’Intérieur venu des sombres salles de jeu, Castaner, « ces tensions ne sont pas d’un niveau de gravité exceptionnelle (…)

    Les causes sont nombreuses, notamment le confinement (…) ». Il faut dire que le gouvernement, via les media aux ordres, minimise largement ces faits, avant tout parce que l’État a depuis longtemps abandonné ces quartiers non pas populaires mais d’immigration aux trafics de drogue et aux caïds.

    Par contre, si l’État excuse toutes ces violences en banlieue, non pas quartiers populaires mais d’immigration, il prend sa revanche sur les vrais Français populaires, tous des Gilets Jaunes en puissance qu’il faut mater, et envoie manu-militari sa police sanctionner sans trêve les honnêtes citoyens du monde rural ou les confinés des villes normales. Ainsi une petite vieille, pas riche du tout, a été verbalisée pour avoir été se promener sur un quai d’une petite ville de Bretagne. Et un cavalier parti se promener avec son cheval s’est pris une amende sur un sentier de terre, les gendarmes du petit despote Macron ne pouvant concevoir le cheval comme un honnête moyen de déplacement pour sortir en confinement. 

  • Confiner les personnes âgées jusqu’à la fin de l’année ! Le projet dictatorial de la Commission européenne !

     

    Vous reprendrez bien un peu de confinement ? Surtout pour les personnes âgées… C’est en substance le message de la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen.

    Dans un entretien au quotidien allemand Bild, Ursula Von der Leyen prévient : la recommandation européenne sera de maintenir le confinement des personnes âgées jusqu’à la fin de l’année !

    Je sais que c’est difficile et que l’isolement pèse mais c’est une question de vie ou de mort“, a-t-elle dit. Une phrase à double sens !

    En gros, pour soit disant éviter aux personnes âgées le risque d’attraper le coronavirus, la présidente de la Commission européenne recommande d’emprisonner les personnes âgées. Soit elles seront euthanasiées, soit on les incitera à se laisser mourir puisqu’on leur annonce qu’elles n’auront plus l’autorisation de voir ni famille ni amis pendant près d’une année entière.

    Et pendant ce temps, toujours au nom de mesures sanitaires en temps d’épidémie de coronavirus, l’Etat libère des milliers de détenus, y compris des islamistes condamnés dans des dossiers de terrorisme.

    Pas de déconfinement sans jackpot pour les industries pharmaceutiques

    Sans vaccin, il faut limiter autant que possible les contacts des seniors“, a expliqué la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, pour justifier sa recommandation de cloîtrer les personnes âgées jusqu’à la fin de l’année.

    Et qu’importe à la présidente de la Commission européenne que le traitement à l’hydroxychloroquine existe et démontre son efficacité.

    La priorité du monstre eurocratique, c’est d’imposer une vaccination mondiale. Pour le plus grand enrichissement des industries pharmaceutiques, un vaccin devrait être commercialisé à la fin de l’année si tout se passe comme Bill Gates le souhaite.

    D’ici-là, le plan de réduction de la population peut s’appliquer selon les recommandations chères à Jacques Attali de mettre fin à la vie de personnes âgées qui ne contribuent plus à la logique consumériste du Nouvel Ordre Mondial !.