Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fiscalité - Page 4

  • Fiscalité: «le niveau de manipulation du gouvernement de Macron est vraiment impressionnant» ! ...

     
     

    La fiscalité française est-elle complexe à dessein? Clairement oui, pour la fiscaliste Virginie Pradel.

    Elle décrypte dans son premier ouvrage les mécanismes qui permettent à l’exécutif de maquiller les hausses et créations d’impôts dans une société où ils sont déjà omniprésents. Retour sur une «gabegie institutionnalisée».

    «Le contribuable doit avoir des clefs pour vraiment comprendre ce qu’il paie et comment il est manipulé. Parce que c’est vraiment scandaleux, ce qui se passe. Je trouve que l’on atteint des sommets de foutage de gueule! Excusez-moi pour l’expression, mais c’est particulièrement choquant!»

     

     

    Alors que le Projet de loi de finances (PLF) 2020 était présenté le 27 septembre en Conseil des ministres, Virginie Pradel, fiscaliste et présidente de l’institut Vauban, un think tank français dédié à la recherche fiscale et économique, ne goûte pas à la communication gouvernementale. Dans son premier ouvrage, Impôts-mania, l’absurdité fiscale française (Éd. de l’Observatoire), elle s’en prend à la folie des prélèvements qui sévit en France et elle a raison car jamais une telle opacité ne s' était vue !

     

     

    François Hollande et Emmanuel Macron au palais de l'Élysée
     
     
    Dans son collimateur, le ministre de l’Action et des Comptes publics, qui a annoncé une baisse «historique» des prélèvements obligatoires à partir du 1er janvier prochain, dont 5 milliards sur l’impôt sur le revenu (IR), ainsi qu’une baisse de l’impôt sur les sociétés (IS). Bercy et ses cinq ministres insistent sur le «cercle vertueux enclenché depuis 2017».

     

    Un «geste» qui n’en reste pas moins «très insuffisant» aux yeux de la fiscaliste, qui rappelle que la France a vu ses prélèvements augmenter «de plusieurs centaines de milliards d’euros en quelques années» (368,5 milliards entre 2002 et 2017, selon un rapport parlementaire).

    Elle ajoute que rien ne garantit que les baisses annoncées par le gouvernement ne seront pas amendées par les parlementaires, et que rien ne dit que les collectivités territoriales ne décideront pas d’augmenter les prélèvements de leur côté.

    «Gérald Darmanin a beau dire que l’on n’a jamais autant baissé les impôts, les impôts n’ont jamais été aussi élevés qu’aujourd’hui», tacle Virginie Pradel.

    Il faut dire que la fiscalité est un domaine où la France excelle: en 2017, le total des prélèvements obligatoires pesait pour près de 48,4% de son PIB selon Eurostat, faisant de notre pays le champion des pays de l’OCDE en matière d’imposition. La même année, cette somme des prélèvements franchissait un autre cap, en volume cette fois, celui des 1.000 milliards d’euros. Une double médaille d’or peu enviée par nos voisins européens qui, dans leur majorité, après le contrecoup de la crise financière de 2008, sont parvenus à diminuer leur niveau global de prélèvements.

    Une opacité fiscale savamment orchestrée

    Paradoxalement, malgré cette omniprésence des impôts –et donc de l’État– dans la vie des Français, le plus souvent, ces derniers ne réalisent pas ce qu’ils paient et pour cause. Virginie Pradel en est convaincue: l’administration et l’exécutif font tout pour rendre la fiscalité la plus opaque et la plus inaccessible possible au commun des contribuables. Des contribuables qui, faute de pouvoir se payer un avocat, n’ont trop souvent pour seul interlocuteur que l’administration fiscale elle-même et que l' on nepeut plus joindre depuis les déclarations obligatoires par internet ...

    Un acteur incontournable, mais qui est juge et partie: il «ne va pas toujours dans le sens des contribuables» et «n’a pas toujours intérêt à y aller. En particulier en période de disette budgétaire», ajoute Virginie Pradel. Elle dénonce un «obscurantisme» fiscal, entretenu en premier lieu par des milliers de pages de textes «laconiques», réparties dans des dizaines de codes juridiques.

    «On est dans une situation où la législation […] est totalement inaccessible aux contribuables. […] On a des textes qui sont obscurs, difficilement compréhensibles, on est dans une zone grise permanente où on ne sait pas ce qu’on peut faire et ce qu’on ne peut pas faire. L’administration instrumentalise beaucoup ça, au détriment malheureusement des contribuables.»

     

    Euro
     
     
    Des textes qui, au-delà d’être pléthoriques, demeurent également particulièrement changeants. En guise d’exemple, l’auteur d’Impôts-mania évoque un article du code général des impôts, relatif au calcul du bénéfice net des entrepreneurs, qui a été modifié à une soixantaine de reprises en quarante ans.

     

    S’ajoutent à ce «maquis» d’impôts, une terminologie «très riche, qui donne à elle seule une idée de l’infini…», où les taxes côtoient les redevances et autres cotisations. Des termes clairement définis, mais utilisés «de façon contre-intuitive et abusive», le tout afin d’éviter l’emploi d’un autre terme auquel les Français sont devenus peu à peu réfractaires: «impôt». Un tour de passe-passe purement sémantique, permettant d’augmenter et de créer des impôts tout en prétendant l’inverse.

    «La contribution est un impôt ou une taxe que l’on n’assume pas de nommer comme tel», précise Virginie Pradel.

    Elle estime ailleurs dans son ouvrage que l’opacité est «bien organisée» et revient également sur les différents qualificatifs, tels que «social» ou «solidaire», qui accompagnent souvent ces impôts maquillés. Elle prend notamment pour exemple la Contribution sociale sur l’Impôt sur les sociétés, la contribution exceptionnelle sur l’IS et la contribution additionnelle à la contribution exceptionnelle sur l’IS (p.26). Trois «contributions» qui ne font que maquiller une évidence: des hausses de l’IS.

    «Contribuer volontairement plutôt qu’être imposé arbitrairement, cela remonte nécessairement le moral aux contribuables», ironise Virginie Pradel.

    Pour autant, ces «impôts déguisés» ne sont pas toujours ceux auxquels on s’attend. Leur grand champion n’est autre que la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), qui est bien un impôt et non d’une «taxe», et dont les recettes (129,2 milliards d’euros en 2019) excèdent celles de l’impôt sur le revenu, de l’impôt sur les sociétés et de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) réunies.

    «Marketing fiscal», comment «maquiller» les hausses d’impôts

    À l’inverse, le fait que l’on rebaptise certains prélèvements n’est pas pour autant bon signe, car ces opérations reflètent les projets du gouvernement. C’est notamment le cas de la redevance audiovisuelle, payée par les seuls détenteurs d’un téléviseur. Comment ne pas voir dans sa nouvelle dénomination «contribution à l’audiovisuel public» les présages de son universalisation à tous les foyers fiscaux français, souhaitée par plusieurs membres de l’exécutif?

    Autre illustration de ce «marketing fiscal» que dénonce notre intervenante: le récent «droit à l’erreur», de la loi ESSOC– pour «État au service d’une société de confiance»– promulguée à l’été 2018 afin de «rend[re] la vie plus facile» aux contribuables– selon le site de Bercy– ne serait en réalité qu’un «droit dérogatoire au contrôle fiscal», s’agace Virginie Pradel.

    «En fait, vous avez le droit de demander à être contrôlé pour vérifier vos erreurs. C’est affreusement grotesque! J’ai donné cet exemple pour montrer le poids de la propagande, le niveau de manipulation du gouvernement qui est vraiment impressionnant…»

     

    Une tirelire. Image d'illustration
     
    Autre exemple de mesure survendue aux Français, le prélèvement à la source. Présenté par les gouvernements successifs des présidences Hollande et Macron comme un «choc de simplification», celui-ci s’avère en réalité un véritable choc de complexification pour une majorité de Français.
    Ils doivent notamment s’assurer que tous les prélèvements mensuels sont bien effectués, sous peine de risquer de voir leur budget déséquilibré par une erreur du fisc. Mais surtout, nous sommes passés d’un temps où Bercy avançait aux contribuables leur impôt sur le revenu durant un an à un mode de prélèvement où les contribuables avancent à présent leurs impôts (prévisionnels) au fisc. Un mode de recouvrement qui, mécaniquement, génère des rentrées supplémentaires, bien que temporaires dans les caisses de l’État.

     

    «Maintenant, avec le prélèvement à la source, des gens sont prélevés alors qu’ils ne sont même pas imposables. C’est-à-dire que dans le système précédent, ils n’auraient jamais eu à payer d’impôts.»

    Pire encore à ses yeux, au-delà des jeux de sémantique et de la communication visant à «maquiller» la création ou la hausse de prélèvements, le gouvernement, qui n’assume plus sa politique fiscale, utilise sa majorité pour faire passer par amendements les mesures sensibles «en catimini, à deux ou trois heures du matin», au lieu de les inclure dans un PLF qui sera épluché par la presse. Un procédé qui entraîne une «prolifération» de niches fiscales, ainsi que des impôts, mais pas seulement…

    «Le problème, en les introduisant par voie d’amendement, c’est que les parlementaires se gardent bien de calculer leur coût. Il n’y a pas d’avis du Conseil d’État. C’est un peu ce qui arrange tout le monde», dénonce Virginie Pradel, qui estime que tout ceci reflète «une faillite démocratique».

    Elle prend ainsi pour exemple un amendement adopté par la majorité dans le cadre de la loi finances 2019 «juste avant la crise des Gilets jaunes», où il était question de favoriser les traders londoniens s’installant dans l’hexagone. Une niche fiscale, médiatiquement passée inaperçue, non chiffrée, dont le financement repose sur une augmentation des taxes sur… le tabac.

    Quand les fumeurs financent… les avantages fiscaux des traders

    Dans cette lancée, le gouvernement prend pour cible d’autres niches fiscales, comme celle des emplois à domicile pour les seniors de plus de 70 ans. Sur cette dernière, on remarquera que la confirmation par Sibeth Ndiaye que le gouvernement souhaitait bien revenir sur cet avantage fiscal survient au lendemain même de la parution au Journal officiel du décret présidentiel validant la conservation de certains avantages par les anciens Premiers ministres, comme une voiture avec chauffeur à vie, aux frais de la Princesse! ...

    «On nous citait l’exemple d’Édith Cresson qui a été Premier ministre il y a 30 ans pendant quelques mois et qui, depuis 30 ans, a une voiture avec chauffeur aux frais du contribuable. Après, on nous dit qu’on ne peut pas réduire la dépense publique… c’est juste inaudible!» réagit Virginie Pradel.

     

    Entrée principale de la rue Cambon à Paris.
     
     
    On imagine ainsi sans mal que si Les Échos n’avaient pas levé le lièvre concernant les retraités, provoquant un tollé suivi d’une reculade du gouvernement, les contribuables concernés auraient été mis devant le fait accompli une fois l’amendement passé dans le cadre de l’examen du PLF 2020.

     

    «C’est scandaleux, tout est comme ça en France!», insiste la présidente de l’Institut Vauban. Selon elle, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, issue de la Révolution française, est bafouée par le gouvernement. Elle pense bien sûr à son article 14, qui affirme le droit des citoyens de constater le bon usage de leurs impôts. À titre d’exemple, la fiscaliste souligne les nombreuses commissions et organismes publics qui jouissent de nombres de taxes et redevances, dont l’opacité des finances a d’ailleurs été pointée du doigt par la Cour des comptes.

    En guise d’exemple, la fiscaliste évoque le cas des sociétés bénéficiaires de la Rémunération pour Copie Privée. Une redevance réglée par tous les acheteurs de cartes mémoire, clefs USB, disques durs et depuis peu d’ordinateurs, en échange de la liberté de pouvoir réaliser des copies, d’œuvres légalement acquises, sur ces supports.

    «Imaginez que le Conseil des prélèvements obligatoires n’arrive même pas à recenser le nombre de taxes. Les taxes parafiscales, comme on les appelle, les taxes annexes qui sont affectées à des organismes en particulier.»

    Dans une telle situation, l’exécutif ne peut se permettre de persévérer dans cette voie, au risque d’attiser encore plus la grogne fiscale, estime Virginie Pradel qui revient sur l’écart grandissant ressenti par les Français entre des impôts toujours plus élevés et des services publics toujours plus dégradés.

    «On n’est pas à l’abri d’une prochaine crise, car pour moi la crise des Gilets jaunes n’était que le début de quelque chose qui va s’amplifier, parce que le gouvernement a beau faire des annonces tonitruantes, les gens voient ce qui leur reste concrètement à la fin.»

    «Les plus gros prélèvements sont ceux que les Français ne voient pas»

     

    Bercy
     
     
    La référence à 1789 et sa Déclaration des Droits de l’homme n’est pas anodine: à l’époque déjà l’ancien régime avait été emporté en partie par une grogne fiscale. Pourtant, l’imposition des paysans ne représentait alors qu’à peine un mois de travail.
     
    Aujourd’hui, sous le régime de la république, un Français doit en moyenne verser l’équivalent de sept mois de travail pour s’acquitter de tous ses prélèvements obligatoires, le jour de «libération fiscale» pour les Français étant fixé en 2018 au 27 juillet par l’institut économique Molinari.
    Si cette année, cette date symbolique est intervenue huit jours plus tôt, la France n’en conserve pas moins sa première place sur le podium européen de l’imposition.

    Et pour 2019, la reévaluation des taxes locatives a été doublée passant de 1,1% à 2,2% !

    «Je pense qu’en France, on ne veut pas simplifier, car si on rend les choses plus transparentes, les gens vont devenir fous parce qu’ils vont enfin comprendre ce qu’ils paient», estime Virginie Pradel.

    Ce qui ne risque pas d’arriver. En effet, «les plus gros prélèvements sont ceux que les Français ne voient pas», souligne notre intervenante. Les impôts ne sont ainsi pas seulement «maquillés» ou «votés en catimini», ils savent aussi prendre leur distance avec leurs payeurs. C’est là le gros point noir de l’imposition à la source aux yeux de la fiscaliste. À présent, les contribuables ne font plus eux-mêmes le chèque, l’impôt étant directement prélevé sur leur salaire, tout comme les charges patronales ou sociales, qui à elles seules représentent déjà plus de 60% de la somme déboursée par l’employeur pour verser un salaire à un employé. Une «imposition cachée» que dénonce Virginie Pradel.

    «C’est un vrai problème démocratique. Pour moi, c’est une vraie faillite, je pense que le fait que les contribuables ne soient pas en mesure de voir ce qu’ils paient –parce que tout est prélevé, que ce soit par l’employeur ou l’administration directement–, cela ne peut que générer de la violence à terme, de la frustration et une incompréhension du système de façon générale.»

     

     

  • Prélèvements record et dépenses record: un duo fatal pour l’économie française !

    Budget 2020: déficit, dépenses, impôts, la France de tous les records

     

    Le budget 2020 doit être présenté le 25 septembre. Tout porte à croire qu’aux hausses de dépenses s’ajouteront des renoncements en matière d’économies. Une combinaison qui, depuis près d’un demi-siècle, a contribué à faire de la France ce qu’elle est aujourd’hui: un enfer fiscal.

     

    Décidément, la France multiplie les médailles dans la catégorie Finances publiques. Après être monté sur la première marche du podium de l’OCDE en matière de pression fiscale, l’hexagone s’arroge également la place numéro un en matière de dépenses et de déficit public. Si la première se comprend au vu de notre système de redistribution, la seconde l’est forcément beaucoup moins.

     

    Quoi qu’il en soit, à une semaine de la présentation devant le Parlement du projet de loi de finances (PLF) 2020, Le Figaro flinguait récemment la communication de l’exécutif autour de ce qui n’est plus un évènement de la rentrée parlementaire. Le quotidien revenait sur les statistiques peu flatteuses du Fonds monétaire international (FMI) concernant la France, publiées au cours de l’été. Un gouvernement qui chercherait à «dorer la pilule encore plus que de coutume», fustigent nos confrères qui enfoncent le clou:

    «Cette ritournelle est un leurre de gros calibre. Que ce soit le déficit, le niveau des impôts ou celui des dépenses publiques, la France affiche en 2019 les chiffres les plus élevés au sein des dix-neuf pays de la zone euro, nous dit le FMI.»

    Il faut dire qu’aux dépenses supplémentaires (principalement en matière d’écologie), s’ajoutent les renoncements en matière de réduction des dépenses publiques.

    Si certains font valoir que l’exécutif souhaite favoriser la paix sociale au détriment de l’effort budgétaire et jouerait ainsi «l’apaisement», avec des reculades successives sur les coupes dans l’indemnisation des arrêts maladie ou encore dans des APL (en somme dans la redistribution), c’est oublier que le gouvernement a surtout revu significativement à la baisse ses objectifs en matière de réduction des dépenses de fonctionnement de l’État lui-même.

    En effet, contre les 120.000 suppressions de postes dans la fonction publique d’ici 2022, promises par Emmanuel Macron durant sa campagne présidentielle, Gérald Darmanin annonçait fin juillet, dans un entretien accordé au groupe de presse Ebra qu’elles ne seraient plus que de l’ordre de 15.000 dans la fonction publique d’État ..., dont «moins de 2.000» en 2020. Des suppressions «pour l’essentiel à Bercy», précisait le ministre de l’Action et des Comptes publics. Une annonce qui s’est vérifiée début septembre lorsque, devant les syndicats, Gérald Darmanin annonçait 5.800 suppressions de poste à Bercy entre 2020 et 2022.

     

    Du côté des dépenses publiques, dans un premier jet dévoilé en juillet –où l’écologie était à l’honneur–, le gouvernement planchait sur une hausse de 4,6 milliards d’euros (0,5% supplémentaires… hors inflation) en 2020 par rapport à la loi finance initiale 2019. Une augmentation chiffrée pour l’heure à 14 milliards d’euros d’ici la fin du quinquennat.

     

    Bref, difficile à première vue d’y voir le «budget de pouvoir d’achat», annoncé fin août par le vice-président LREM de la commission des finances de l’Assemblée nationale, une ritournelle entendue chaque année. En effet, qui dit hausse des dépenses publiques dit nécessairement hausse des recettes fiscales.

    Reprenant les chiffres du FMI, sous le «triptyque» du déficit, des niveaux de dépenses et des recettes publiques, le journaliste du Figaro dresse un constat sans appel: les finances publiques tricolores seraient «les plus dégradées des pays du sud» de l’UE. Indicateur le plus «pertinent» à ses yeux pour juger de l’état des comptes: le solde primaire, car il n’est pas «pollué» par la charge de la dette :

    «Ce concept en apparence abscons est très simple: il consiste à faire abstraction de la charge annuelle de la dette publique. La France enregistre ainsi un “déficit primaire” de 1,7% de son PIB et elle est le seul État dans ce cas avec la Finlande (- 0,3%). Tous les autres, y compris la Grèce et l’Italie, affichent des excédents primaires!», développe le quotidien.

    Côté déficit, la messe est dite, si le gouvernement met en avant d’être parvenu à le ramener sous la barre symbolique des 3% fixé par Bruxelles celui-ci reste encore et toujours déficitaire… comme tous les budgets depuis 1974. Sur ce point, autant dire que la possibilité pour la France de se refinancer auprès des marchés à des taux négatifs ne devrait pas contribuer à inverser la tendance, bien au contraire: les économies dégagées sur le «poids de la dette» représentent autant d’invitations supplémentaires de financer de nouvelles dépenses.

    D’ailleurs, en matière d’emprunt, la France jouit d’un «traitement de faveur», estime le quotidien, celle-ci pouvant «emprunter à des taux voisins de son homologue allemand». Le journaliste rappelle à cet égard que notre endettement public (99,2%) est «équidistant» de la dette italienne et de celle de nos voisins outre-Rhin (respectivement 133,4% et 56,9%).

    Du côté des dépenses publiques, rien à signaler, puisqu’elles continueront d’augmenter –dans l’absolu–, pesant près de 55,6% du PIB en 2019.

     

    Sans grande surprise, malgré cette baisse des dépenses projetées par les instances publiques, la pression fiscale n’a quant à elle pas décru. On note d’ailleurs que les recettes (prélèvements obligatoires) atteignent non seulement un niveau record dans notre pays (52,4% du PIB), mais que la France se place dans le groupe minoritaire des États européens où cette pression n’a pas diminué depuis 2010.

     

    Au-delà de la comparaison avec des pays n’ayant pas le même système de redistribution que le nôtre, notons que les dépenses publiques représentaient 41,9% du PIB tricolore en 1968, comme le rappelait Capital en 2018. Qu’il s’agisse du nombre de personnes à la retraite, du mode de calcul de la revalorisation des pensions ou de l’élargissement du nombre de personnes pouvant bénéficier d’allocations cette progression d’une quinzaine de points de PIB en un demi-siècle serait, selon le site spécialisé dans l’analyse des finances publiques Fipeco, au trois quarts dus aux prestations sociales et pour le reste à l’augmentation constante du nombre de fonctionnaires. Comme le souligne le FMI, ces derniers représentent 20% de la force de travail en France.

    Paradoxalement, si le système de redistribution en France est plus «relativement plus efficace» qu’en Allemagne ou dans les pays du Nord, l’hexagone fait moins bien que ces derniers en matière de lutte contre les inégalités. L’instance internationale souligne notamment d’«importantes différences» intergénérationnelles, les jeunes étant bien plus pauvres que leurs aînés. Des aînés dont la pauvreté relative ne cesse de reculer.

    N’oublions pas, dans ces dépenses toujours plus élevées, la part de la fraude sociale : 7 à 9 milliards d’euros, selon l’ACOSS (Agence centrale des organismes de sécurité sociale) ou 13,5 à 45 milliards d'euros, selon la députée Carole Grandjean (LREM) et la sénatrice Nathalie Goulet (UDI), qui ont récemment présenté un rapport parlementaire sur le sujet. Du côté des recettes, le manque à gagner que représente la fraude fiscale oscillerait entre 25 et 100 milliards d’euros par an selon les sources.

    Ajoutons également le poids économique grandissant de l’immigration en France . Pour ne prendre que la seule immigration irrégulière, l’Aide médicale d’État (AME), qui permet l’accès et la gratuité des soins aux clandestins, a vu son ardoise doubler en dix ans pour aujourd’hui frôler le milliard d’euros de dépenses annuelles.

    Prélèvements record pour dépenses record, un duo fatal à long terme pour l’économie. Mais au-delà de tout débat autour du nombre de fonctionnaires nécessaires au bon fonctionnement des services du pays ou quant à la générosité de notre système social, le problème réside avant tout en France dans le fait que les dépenses publiques progressent bien plus vites que la création de richesses. Une chose est sûre: tant que cette tendance ne sera pas inversée, le poids des charges qui pèsent sur les contribuables ne fera qu’augmenter, ce qui ne contribue pas à la création de richesses…

  • Ce ne sont pas les immigrés qui paieront votre retraite ! ...

    Lorsque les gouvernements parlent de réformes, il faut toujours s’attendre au pire. Contrairement à ce que l’on croit souvent, ce n’est pas de réformes que la France manque. C’est au contraire les réformes et révolutions permanentes qui la détruisent, la détricotent, l’avilissent, la rendent méconnaissable depuis quelques décennies.

    La révolution du droit de la famille avec la contraception, l’avortement et aujourd’hui la tyrannie du lobby LGBT qui s’en prend à la filiation, bouleverse les repères moraux et civilisationnels les plus séculaires, promeut et institutionnalise tout ce qui est contre-nature avec la théorie du genre, le “mariage” inverti, le transhumanisme, la PMA et la GPA.

    La destruction de la nation avec la submersion migratoire, le regroupement familial, la suppression des frontières physiques et morales, la caducité de toute distinction entre un national et un étranger. La révolution de l’école et de l’enseignement avec les pédagogies modernes, la généralisation de la mixité, le poids de l’immigration, le nivellement par le bas, les mensonges permanents sur notre histoire et notre civilisation. 

    Et voici qu’aujourd’hui, à l’instar de nombre de leurs prédécesseurs depuis le gouvernement de Michel Rocard à la fin des années 1980, Macron et Philippe nous parlent de la réforme des retraites.

    En réalité, on veut nous vendre sous le doux mot de réformes une régression sociale de grande ampleur. Si pour l’heure on prétend ne pas vouloir reculer l’âge légal du départ à la retraite fixé à 62 ans, il s’agit d’une formidable hypocrisie puisque, pour bénéficier d’une pension à taux plein, il faut avoir cotisé pendant quarante-trois ans pour les personnes nées à partir du 1er janvier 1973. Et les pouvoirs publics entendent augmenter encore le nombre des annuités. Sachant que la plupart des Français entrent dans la vie active aujourd’hui beaucoup plus tard que ce fut le cas naguère, du fait de l’allongement de la durée des études, cela signifie que beaucoup de nos compatriotes devront travailler jusqu’à 70 ans et plus pour bénéficier d’une retraite à taux plein. A condition qu’il existe encore à long terme un système de retraites, ce qui est tout sauf certain quand on connaît le montant abyssal des déficits et de la dette, que l’on ajoute à cela le chômage de masse et le non-renouvellement des générations du fait d’une dénatalité qui est de plus en plus forte. 

     

    Le propre d’un gouvernement soucieux du bien commun, c’est de penser au futur, de conjurer le danger et d’assurer le développement spirituel, moral et matériel du peuple, la prospérité du pays, la perpétuation de l’espèce. D’où l’importance de promouvoir des politiques familiales et natalistes. Or c’est tout le contraire qui a été fait ces dernières décennies. On promeut dès le collège toutes les formes de contraception, en assimilant quasiment la grossesse à une maladie, à un drame, on exhorte à l’avortement de masse considéré comme un droit fondamental, une marque d’émancipation féminine, on fait venir dans les écoles des associations homosexualistes pour désorienter nos petites têtes blondes et crépues et parallèlement on favorise une immigration de peuplement qui tend progressivement à se substituer à la population française.

    Et voici qu’on a aujourd’hui le cynisme de dire que ce sont les immigrés qui vont payer nos retraites puisqu’on fait tout pour que les Français ne mettent plus au monde des enfants, sauf s’il s’agit de duos d’invertis ayant recours aux manipulations génétiques.  L’ONU depuis le début des années 2000 dans des rapports tout à fait officiels professe que l’Europe doit accueillir des immigrés du Tiers monde par dizaines de millions pour assurer la continuité et l’équilibre du système de retraites. Quels arguments n’utiliserait-on pas pour encourager par tous les moyens à l’invasion et à la submersion de notre pays, de notre continent, à la destruction de notre civilisation (ou de ce qu’il en reste) ?

    Comment croire en effet que les immigrés qui arrivent aujourd’hui en France et qui sont pour 95 % d’entre eux des ayants-droits sociaux percevant moult soins et allocations et ne cotisant rien vont demain payer le plus tranquillement du monde les retraites des seniors de souche ? On se moque du monde !

     

    Depuis de longues décennies les gouvernements successifs ont systématiquement fait l’inverse de ce qu’ils devaient accomplir. En matière de gestion des flux migratoires et de révolution du droit de la famille, on l’a dit. Mais également en mettant en œuvre au tout début des années 1980 sous François Mitterrand la démagogique retraite à soixante ans lors d’une période marquée par les chocs pétroliers, la montée continue du chômage, la baisse de la natalité, et alors même qu’à cette époque l’espérance de vie, tant des hommes que des femmes, ne cessait de croître. Cette réforme du pouvoir socialo-communiste fut une catastrophe que nous ne cessons de payer au prix fort depuis bientôt quarante ans. Ce fut un contre-sens historique. La gauche en a l’habitude. La fausse droite aussi.  

    Aujourd’hui les caisses sont vides,la dette est abyssale et d’autant plus que l’on promeut depuis près d’un demi-siècle une immigration extrêmement coûteuse, et il faut donc s’attendre dans les années à venir à des réformes de plus en plus brutales, de plus en plus régressives.

    De même que les prélèvements obligatoires ne cessent de s’accroître jusqu’à devenir confiscatoires, les pensions vont baisser de plus en plus. Et ce à un moment où l’espérance de vie commence à stagner voire à reculer après avoir longtemps augmenté. Une tendance logique et qui devrait se confirmer du fait de l’explosion des cancers qui touchent aujourd’hui un Français sur trois, de la toxicité de la nourriture industrielle que nous ingérons et de la pollution de l’air que nous respirons. Comment les jeunes gens gavés de Mac Do et de coca-cola depuis leur plus tendre enfance peuvent-ils sérieusement espérer devenir centenaires ou même profiter tranquillement de leur retraite à 70 ou 75 ans ?

     

    C'est dans ce contexte qu’il faut replacer toute la propagande actuelle en faveur de l’euthanasie. Le prétendu droit à mourir dans la dignité répond certainement à des motivations idéologiques, maçonniques et anti-chrétiennes, mais s’explique aussi plus prosaïquement par des motifs économiques et mercantiles. Comme il est difficile dans le cadre d’un régime reposant sur l’élection et le suffrage universel d’augmenter trop massivement les cotisations et de réduire très fortement les pensions, surtout que les plus de soixante ans constitue chaque jour davantage une part plus significative de l’électorat et que les personnes âgées sont généralement beaucoup moins abstentionnistes que les jeunes générations, il existe une solution plus simple, plus radicale, vantée depuis quarante ans par le cynique Jacques Attali (qu' on devrait euthanasier sur le champ vu son âge: 76 ans ...), la réduction du nombre des retraités par l’euthanasie de masse. Et c’est ce vers quoi on s’oriente avec la réforme (encore une !) des lois de bioéthique. Pour que le génocide par persuasion des Français puisse se poursuivre, s’amplifier et aller à son terme. Ce qui assurera la solution finale au problème du financement des pensions.  Car, comme l’aurait dit Monsieur de La Palice,  s’il n’y a plus de retraités, il n’y a plus besoin de retraites. Dans leur régime ce n’est pas la retraite ou la mort. C’est le retrait (de la vie) par injection létale, la mort par persuasion globale.  Telle est la nouvelle valeur de leur République.