Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persécutions chrétiennes - Page 5

  • L’urgence du gouvernement Castex et de Macron : faire passer en catimini la loi bioéthique…qui est tout sauf éthique !

     

    Emmanuel Macron a beau avoir changé de premier ministre, troqué Philippe le filandreux maire du Havre à la barbe bi-colore pour Castex, le maire de Prades à l’accent prononcé du Sud-Ouest mais au visage fade, essayé de faire croire aux Français qu’il mène la barque plus à droite, la réalité est qu’il ne renonce à rien de sa ligne arc-en-ciel, qu’il continue à promouvoir la culture de mort et le changement de civilisation, la révolution anthropologique voulue par les puissants lobbies libertaires et nihilistes de l’univers Lgbtqi.

    Rien n’arrête ces apprentis-sorciers d’un meilleur des mondes coloré : effacer la nature de l’homme, remodeler la Création selon leur choix, faire éclater toutes les frontières éthiques au nom d’une loi « bioéthique » qui porte bien mal son nom, -on a là un bel exemple de novlangue.    

    Le nouveau gouvernement Castex veut vite franchir un nouveau pas eugéniste, dans une société française et occidentale déjà profondément eugéniste. Le premier ministre n’en a pas parlé dans sa déclaration de politique général du 15 juillet dernier devant les députés. Il a annoncé à satiété, et son cicérone Macron avait fait de même le 14 juillet, que « la priorité des priorités » c’est l’emploi, mais dans les faits, le premier dossier mis en branle à l’Assemblée nationale concerne l’avancement de la loi bioéthique introduisant la PMA sans père, anti-chambre de la GPA. Le projet de loi bioéthique concocté par La République En Marche sera ainsi examiné en deuxième lecture, au cœur de l’été, à partir du 27 juillet.

    Comme l’a souligné Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous : 

    « La méthode du tandem Emmanuel Macron / Jean Castex est bien de faire avancer un projet de loi ni bio ni éthique en catimini, au cœur de l’été. C’est un pari risqué. Les Français ne sont pas dupes. Ils voient où l’exécutif place ses priorités. Au lieu de préparer et adopter des dispositifs efficaces pour contenir la crise économique et sociale, le gouvernement choisit de céder à une poignée de parlementaires emmenés par Guillaume Chiche pour permettre de faire volontairement des enfants privés de père et d’affaiblir ainsi la filiation et la famille, premier lieu de solidarité et refuge pour les plus vulnérables. »

    Membre de la commission spéciale de l’Assemblée nationale chargée d’examiner le projet de loi relatif à la bioéthique, le député LR Thibault Bazin juge quant à lui qu’il y a des risques accrus  « de dérive marchande, de dérive eugénique, de dérive transhumaniste ».

    De son côté la Fondation Jérôme Lejeune demande aux députés de :

    «  – Refuser, à la suite des sénateurs, le diagnostic pré implantatoire des aneuploïdies (DPI-A) qui vise à détruire dans le cadre des PMA les embryons porteurs d’une anomalie chromosomique. « Quel signal envoyons-nous aux personnes handicapées ? Quelle stigmatisation, quelle violence du message vis-à-vis des trisomiques ! Quelle société voulons-nous ? » alertait la sénatrice Cécile Cukierman (CRCRE) au Sénat en janvier dernier.

    – Confirmer la suppression de l’article 17 qui rendait possible la création d’embryons transgéniques et chimériques  et l’intégration de cellules humaines  (cellules souches pluripotentes induites dites iPS ou cellules souches embryonnaires) dans l’embryon animal.

    – Refuser l’allongement de la durée de culture des embryons in vitro.

    – Réintégrer le délai de réflexion de huit jours avant une interruption de grossesse dite « médicale », supprimé au Sénat au mois de janvier dernier. La Fondation Jérôme Lejeune qui suit au sein de son centre médical plus de 10 000 patients dont la plupart sont porteurs d’une trisomie 21 dénonce la traque revendiquée d’une population qu’elle soigne depuis un quart de siècle.

    Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune, rappelle que « la pandémie a été l’occasion de redécouvrir le prix de la vie humaine. Si le droit l’emporte sur la vie, alors il permet de tricher sur tout. Que le premier acte symbolique après la pandémie soit une loi qui promeuve le sacrifice d’embryons humains à très grande échelle pour économiser l’expérimentation animale en dit long sur le Nouveau Monde inhumain qui nous est imposé. »

    Avec Macron & Co, on ne marche pas vers, on navigue en plein dans l’ère post-moderne qui se caractérise par la logique ultime de la culture de mort, cette « culture du choix » « qui permet de nous adapter au changement et qui garantit à chacun la liberté de construire son propre mode de vie », où plus aucun repère naturel, biologique, moral, identitaire, spirituel n’est la norme. La norme c’est de choisir son sexe, son identité, son espèce, sa race, sa famille, d’acheter un enfant ou de le faire porter par autrui, de tuer l’embryon s’il n’a pas les yeux bleu ou noir désirés par celui-celle qui n’en est de toute façon ni le père ni la mère… 

    Dans ce meilleur des mondes qui se profile, -mais n’est-il pas déjà là ?-, la norme, c’est le choix de l’anti-nature, sa police la Gaystapo.

     

     

     

     

     

    Francesca de Villasmundo

  • Véronique Lévy veut convoquer un Nuremberg pour juger les coupables de l’avortement .

     

     

    En cette fin de mois de juillet, Véronique Lévy, sœur de Bernard-Henri, vient encore de se fendre d’un texte qui ne va pas faire plaisir à son frère.

    Je convoque un nouveau Nuremberg où seront jugés ceux qui ont légalisé l’attentat contre l’espèce humaine car contre DIEU

    Désormais je porterai le voile du Désert, le long voile des hommes bleus, les princes des dunes infinies. Mon masque ne sera pas un masque mais un voile, un voile INVIOLABLE.
    Je le porterai en signe de deuil. Mais aussi en signe de l’Hymen virginal avec le Créateur !

    Qui rendra la vie aux 10 millions d’enfants exterminés dans le sein de leur mère, congelés, disséqués ou fabriqués ex utéro pour alimenter l’industrie des lobbies de la technoscience? Qui rendra la vue, les oreilles à ces coeurs de pierre qui légiférèrent, légalisèrent ce génocide aux larmes interdites? En facilitent désormais l’accès et les modalités? Suppriment la liberté de conscience des soignants, le délai de réflexion des mineures et allongent le délai légal d’aspiration foetale à 14 semaines ?

    Qui ouvrira les lèvres à tous ces “chiens muets” dont parle le prophète Isaïe ? Qui citera au memento des morts le nom des ces petits dont les Anges aux Cieux voient la Face de Dieu.
    Les idolâtres veulent faire du peuple de sujets une masse informe et uniforme, corvéable à merci dès sa conception. C’est là que s’insinue l’envahisseur, c’est là, dans le lieu saint de la conception humaine. Pour servir les intérêts des lobbies de la mort et au-delà, des croquemitaines à la solde de satan !

    OUI au Voile de l’Hymen inviolé de la féminité. Il sera signe du ralliement à la vie nue et je le porterai en étendard! Non à la muselière de la soumission d’un club fétichiste à ciel plombé !

    J’aimerais déchirer de mes larmes le cœur partagé de ceux qui se disent catholiques et qui ne le sont pas, eux qui servent le monde avant Dieu. Ils se sont soumis au nouvel ordre de l’esclavage mondial de l’Homme par une minorité à la solde de la bête! Incendions les SECOS ! Libérons les minuscules! Empêchons l’abomination en marche, l’industrialisation de l’homme fabriqué en série et arraché à l’Image adorable de son Créateur.

    Je vomis avec Lui les hypocrites, la tiédeur d’un silence qui confond douceur évangélique et collaboration !!!

    je n’en dors plus, je mourrai de cette douleur de savoir que ces petits sont torturés , qu’ils sont réduits à être une masse congelée à -196 °, une masse dont disposent les ogres et qu’ils recyclent à volonté… Petits d’homme exterminés dans le mensonge et le silence servant une propagande mondiale.

    Je supplie le Créateur : J’appelle un Nuremberg éternel où seront jugés ceux qui ont légalisé tous les attentats contre l’Espèce humaine car contre DIEU.

    Ou qu’ils se convertissent!

    Arrachons nos masques! Qui est l’envahisseur? L’envahisseur n’est pas qui vous croyez. Le jour où vous direz non à ceux qui veulent faire du peuple de sujets libres, une masse informe et uniforme, corvéable à merci dès sa conception, vous serez des hommes. C’est là que s’insinue l’envahisseur, c’est là, dans le lieu saint de la conception humaine.

    Alors OUI au Voile de l’Hymen inviolé de la féminité. Non à la muselière de la soumission!

    Le Voile dont je parle n’est ni le voile musulman, ni le voile chrétien mais au-delà, le voile de la Conception Où Dieu appose Son Image. Le Voile tissé de nos 46 chromosomes, le voile du Temple qu’est notre corps: Inviolable …Notre corps tout empli de Son Souffle, notre corps crée à Son Image. Car berceau de l’Esprit! Je me recouvre du voile de la nuptialité. Et je vais au Désert, le Désert des Noces avec l’Epoux. “Je te séduirai, Je t’emmènerai au désert et là, JE parlerai à ton coeur.”

    Les envahisseurs, je vous assure, ce sont ceux qui séquencent nos génomes pour nous contrôler, ceux qui programment les embryons à vivre ou à éliminer; ceux qui fabriquent déjà des gamètes artificielles, des “organoïdes”, des “modèles embryonnaires” qu’ils démembrent ou vendent au plus offrant en pièces détachées de nerfs, d’organes, de coeur arrachés à leur petit être encore palpitant, pour satisfaire le commerce implicite du don d’organes ou des lobbies pharmaceutiques. Et que dire des chimères, cellules humaines implantées dans des ovocytes de porc ou de singes! Ce n’est pas une fiction mesdames et messieurs. C’est le programme de déshumanisation en marche qui bientôt condamnera vos libertés.

    L’Espèce humaine est menacée par ces rapaces: “là où il y a le corps, là s’assemblent les vautours “avait annoncé le Seigneur. Oui, j’arrache la convention du voile bourgeois, je m’enveloppe du Voile Sacré de la femme éternelle qui seule écrasera satan dans l’oeuf de son repaire, de son faux temple, lui qui veut nous arracher à notre liberté irréductible, celle d’avoir été créés pour le Don de l’homme à la femme et de la femme à l’homme, dans l’altérité de cet amour qui est un pont vers l’Unité.

    On ne sépare pas l’union de l’homme et de la femme de l’amour et de la création. QUE LES MARCHANDS NE TOUCHENT AU SANCTUAIRE DU OUI où veille la Vierge éternelle, gardienne de l’immaculé du monde.

    Dis Bernard-Henri, pourquoi tu tousses ? ...

     

     

  • Bac pour tous sauf pour les cathos de Bretagne ...

    L’année 2020, année de la crise du coronavirus, d’une année scolaire bâclée et mutilée de plus d’un trimestre, ne sera pas un grand cru… même si le taux de réussite au baccalauréat bat tous ses records !

    Validé cette année uniquement via le contrôle continu, les résultats du fameux sésame pour entrer en établissements supérieurs, sont tombés mardi 7 juillet au soir : 91,5% des 740.000 candidats ont été reçus au premier tour ! ... Et ce score historique ne pourra qu’augmenter à l’issue des oraux de rattrapage, qui se terminent ce vendredi 10 juillet. Le ministère avait appelé à un “esprit de bienveillance” largement suivi par les rectorats, que l’élève le mérite ou pas.

    Enfin cette bienveillance a été largement suivie, sauf pour les élèves de trois écoles hors-contrat catholiques de Bretagne. Le rectorat a refusé de les diplômer au motif de « dossier incomplet ». Des parents ont dénoncé une « discrimination ». Le Bac 2020, c’est pour tous sauf les cathos !

    " OUEST Torchon" relate les faits dans son édition du 8 juillet dernier :

    « Quarante et un lycéens bretons devraient passer des épreuves du baccalauréat, lors de la session de rattrapage en septembre. Ils l’ont appris mardi 7 juillet. Le rectorat de Rennes a refusé de les diplômer au motif de « dossier de contrôle continu incomplet ».

    Tous sont scolarisés dans trois lycées hors contrat de confession catholique en Bretagne : quatorze filles au cours Sainte-Anne de Kernabat à Plouisy (Côtes-d’Armor), dix-sept à l’Institution dominicaine Saint-Thomas d’Aquin de Pont-Callec, à Berné (Morbihan), et dix garçons à l’école catholique traditionaliste de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, à Saint-Père-Marc-en-Poulet (Ille-et-Vilaine).

    Ces écoles sont privées, indépendantes et n’ont pas passé de contrat avec l’État, au sens de la loi Debré de 1959, hormis pour la validation des diplômes. « Elles sont libres de leur pédagogie et de leur organisation, mais sont contrôlées par des inspecteurs de l’Académie », explique Titiane Salleron, responsable juridique de la Fondation pour l’école, qui chapeaute ces établissements. « Les élèves sont des candidats au bac comme les autres. »

    La Fondation avait déjà bataillé pour obtenir une égalité de traitement, quand le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, avait annoncé, en avril, que les lycéens des établissements hors contrat devraient passer des vraies épreuves en septembre. Il s’était ensuite ravisé, assurant que ces élèves pourront bénéficier du contrôle continu. « Ce n’est malheureusement pas le cas dans l’académie de Rennes », déplore un parent d’élève du lycée de Plouisy qui s’interroge sur le caractère « discriminatoire », « les trois lycées concernés étant exclusivement de confession catholique ».

    Il a pu récupérer la décision du jury de Saint-Brieuc concernant la classe de sa fille. « Sur les quatorze, toutes auraient dû avoir leur bac L, douze avec mention. » Des parents ont mandaté un avocat pour qu’un référé soit ordonné.

    Visiblement, il n’y a qu’en Bretagne où le problème se pose. Comme l’explique Titiane Salleron, « les congrégations ont complété et transmis leur dossier sur le même mode opératoire. Dans d’autres académies, le bac a été attribué aux élèves. »

    Conséquences ? « Nos enfants, bien souvent admis dans l’enseignement supérieur, pour certains dans des formations prestigieuses, sont empêchés de poursuivre leurs études », déplorent des parents.

    Mercredi 8 juillet en fin de journée, la Fondation pour l’école a reçu la confirmation que les services de la Dgesco (Direction générale de l’enseignement scolaire) « ont bien entrepris de vérifier la situation avec les services académiques de Rennes ». Contacté, le rectorat ne nous a pas répondu. »

    L’action entreprise par La Fondation pour l’école a porté ses fruits. Celle-ci communique aujourd’hui 10 juillet que « le rejet discriminatoire des dossiers de contrôle continu au Bac des 3 lycées indépendants bretons a été annulé : tous les élèves ont été reçus à l’examen ».

    Reçu brillamment si l’on en juge par les 37 mentions :

    « Les 41 élèves de terminale, annonce La Fondation pour l’école, ont tous été reçus à l’examen du Baccalauréat 2020, avec un succès certain : 8 mentions Très bien, 18 mentions Assez Bien et 10 mentions Bien ont été obtenues, soit un total de 37 mentions. »

    « Ce revirement », ajoute le communiqué avant de remercier les lycées pour leur confiance et la bonne coordination des actions entreprises, « est un signe fort : le respect des directives ministérielles, demandant une parfaite égalité de traitement de tous les candidats devant les épreuves 2020 des examens nationaux, quel que soit le statut de leur établissement, ne doit souffrir aucune exception ».