Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2018

Orban et Poutine s’entendent pour la défense de la civilisation chrétienne et des chrétiens dans le monde .

 

 

Le Premier ministre hongrois et le président Poutine se sont rencontrés en Russie le mardi 18 septembre 2018 pour renforcer leurs accords sur les projets d’énergie nucléaire qu’ils ont en commun. Ils en ont profité, au cours d’un point de presse, pour rappeler leurs désirs réciproques d’intensifier leur rapprochement, non seulement par des contrats énergétiques mais aussi par des échanges commerciaux et culturels.

« Nous attachons une grande importance à la préservation et au renforcement de la culture chrétienne »

Toujours préoccupé par la pérennité de la civilisation chrétienne aujourd’hui lourdement remise en cause par les institutions européennes et par l’invasion migratoire en provenance des pays musulmans, -elle aussi voulue par les autorités de Bruxelles-, Viktor Orban  a tenu à rappeler en présence de la presse internationale, l’unité de point-de-vue entre la Russie et la Hongrie sur la défense de la civilisation chrétienne et des chrétiens en général:

La Hongrie a des intérêts multiples. Nous avons tiré des leçons de l’histoire au cours des 100 dernières années. Quand il y avait des tensions entre l’Europe occidentale et orientale, les choses étaient toujours mauvaises pour les Hongrois. Et quand l’Ouest et l’Est ont coopéré, les choses ont été bonnes pour la Hongrie. La Hongrie s’intéresse donc à la meilleure coopération possible entre ces deux parties du monde.

Le président [Poutine] a évoqué les principales questions dont nous avons discuté lors des négociations de ce jour, mais je voudrais ajouter qu’il existe un domaine particulier de notre coopération: nos deux pays appartiennent à la civilisation chrétienne. Nous attachons une grande importance à la préservation et au renforcement de la culture chrétienne dans le monde moderne et, à cette fin, nous faisons ce que nous pouvons; nous essayons de soutenir les chrétiens en danger. Au nom de la Hongrie, je peux dire que les Hongrois ont toujours apprécié les réalisations culturelles des autres pays. Nous sommes certainement fiers de nos propres réalisations, mais la Russie jouit d’un énorme prestige dans notre pays à cet égard. Source: Kremlin

« l’immigration est encouragée avec des prestations élevées »

Immédiatement après un journaliste hongrois a interrogé Vladimir Poutine sur l’immigration, un problème qui préoccupe tout particulièrement les Hongrois et leur Premier ministre qui s’est fait mettre en minorité sur ce sujet par le Parlement de Strasbourg, dernièrement, qui réclame des sanctions à l’encontre de son pays:

Question: J’aimerais demander au président Poutine: que pensez-vous de la crise de l’immigration en Europe? Pensez-vous que le nombre d’immigrants restera le même ou continuera de croître? Je vous remercie.

Vladimir Poutine: Vous savez, ce n’est pas facile pour moi de commenter des questions qui ne nous concernent pas directement. Nous avons nos propres problèmes, nos propres problèmes concernant les étrangers en Fédération de Russie. Dans une certaine mesure, cette question n’est pas plus facile pour nous que pour l’Union européenne, mais nous n’avons pas de frontières avec les pays d’origine des immigrants. Cependant nos problèmes ont leurs propres défis, même si, en règle générale, ce sont des personnes originaires des anciennes républiques soviétiques – ce qui signifie que souvent, ils parlent le russe, ils comprennent les bases de notre culture et s’adaptent plus facilement à la Russie. Mais ce n’est toujours pas un processus simple et il y a des problèmes, y compris sur le marché du travail.

En ce qui concerne l’Union européenne, la situation est plus compliquée à cet égard, je pense. Des personnes ayant des traditions culturelles complètement différentes arrivent dans les pays européens. L’adaptation est un processus très difficile. Ce sont des problèmes qui doivent être résolus au sein de l’Union européenne, pas en Russie.

Compte tenu des circonstances actuelles, il est peu probable que l’afflux d’immigrants diminue. Premièrement, il y avait des immigrants de Syrie, d’Irak et d’autres pays du Moyen-Orient. Maintenant, il y a aussi des nouveaux venus de l’Afrique noire. Ce nombre ne cesse de croître, la situation ne change que géographiquement et le flux entrant augmente à nouveau.

Dans l’ensemble, il est clair que l’immigration en Europe est potentiellement massive et qu’il s’agit de politique. Si l’immigration est encouragée avec des prestations élevées et d’autres formes d’aide, pourquoi l’afflux d’eau s’arrêterait-il? Je ne comprends pas très bien cela. Mais, encore une fois, nos collègues européens doivent décider eux-mêmes de ce qui est meilleur pour l’UE et son développement. Voilà! Source: Kremlin

La Russie, « une alternative au mondialisme »

Viktor Orban a été l’un des plus virulents opposants au communisme et aux autorités soviétiques de son pays du temps de l’URSS,  et l’un des plus fervents promoteurs de l’indépendance de la Hongrie. Mais il n’a pas oublié non plus les trois siècles de domination musulmane turque qu’a subi la Hongrie ! ...

Cette rencontre entre Poutine et Orban était la septième depuis 2014. Une relation qui arrange les deux chefs d’État, tous les deux maltraités par  l’Union européenne. Après le vote sanction du Parlement européen contre la politique hongroise de la semaine dernière, la rencontre de mardi tombait à point nommé pour Viktor Orban bien décidé à montrer qu’il ne manque pas d’un puissant allié sur son flanc est et qui partage son point-de-vue concernant l’identité chrétienne. Au moment où l’Italie avec Matteo Salvini (Liga), l’Autriche avec Hainz-Christian Strache (ÖVP) ou la France avec Marine Le Pen (Rassemblement National) réclament la levée des sanctions contre la Russie, les deux chefs d’État ont tous les motifs de s’épauler mutuellement.

« Aujourd’hui, de très nombreuses forces politiques en Europe se tournent vers la Russie, cherchant en elle une sorte d’alternative à cette idéologie mondialiste, non seulement la Hongrie, mais aussi une partie de la société française, en Allemagne, en Italie souligne Andreï Sidorov de l’Université de Moscou. Mais la Hongrie a été constante dans la poursuite de sa politique de défense de ses intérêts nationaux. Pour la Russie, c’est très important, car nous défendons aussi nos intérêts nationaux« . Source: Euronews

La Russie a tissé des liens économiques forts avec la Hongrie en lui accordant un prêt de 10 milliards d’euros pour la construction de la centrale nucléaire Paks 2 qui fait débat et ne plait pas du tout à la commission de Bruxelles.

La question ukrainienne est un autre point qui rassemble Moscou et Budapest, car la Hongrie à l’identité forte et enracinée dans l’Histoire est à l’opposé des aspirations euro-atlantiques et mondialistes de Kiev, et les relations entre l’Ukraine et le pays magyar ne sont pas des meilleures, Kiev ayant limité la langue hongroise dans les écoles. Or, cela devrait affecter 16 000 enfants en Transcarpatie ukrainienne où vit une diaspora de 100 000 magyars.

 

L’inquiétante dérive vers le national-sionisme des partis « identitaires » européens .

 

A l’approche des élections européennes, il y a lieu de s’inquiéter du développement de ce qui peut être qualifié de national-sionisme, c’est-à-dire d’OPA du sionisme sur différents partis, mouvements et médias considérés comme populistes ou identitaires.

L’approche est toujours identique : sur base du légitime désir de préserver son pays d’une immigration en grande partie islamique, un dirigeant d’un parti, d’un mouvement ou d’un média « patriote » est contacté par certains émissaires sionistes généralement prêts à se montrer « généreux » si des « convergences » semblent envisageables… avec les intérêts israéliens...

 

La dernière illustration en date de ce phénomène est l’annonce par l’américain Steve Bannon, qui se dit lui-même sioniste, de l’installation à Bruxelles de bureaux et d’experts d’une nouvelle organisation baptisée « The Movement » qui aurait pour intention de fédérer les populismes européens. La première question qui se pose : qui paye ? Or, il n’est un secret pour personne que de nombreuses initiatives de Steve Bannon ont reçu l’appui financier de « mécènes » sionistes. Et les premiers relais de Steve Bannon en Europe sont tous connus comme ayant adopté une position sioniste, comme nous l’avons déjà démontré dans un précédent article.

Le phénomène a démarré depuis plusieurs années. En décembre 2010, il était symbolisé par le voyage effectué en Israël par des représentants du FPÖ autrichien, du Vlaams Belang et du SD (parti des démocrates suédois dont il a beaucoup été question récemment). Parmi eux, H.C. Strache et Filip Dewinter. Tous avaient été accueillis par des officiers de Tsahal et avaient accepté de porter le béret rouge de l’armée israélienne…

Elus du FPÖ, du VB et du SD (suédois) avec le béret rouge israélien. Au centre H.C. Strache.

Les organisateurs de cette visite en Israël se nommaient David Ha’Ivri, administrateur des colonies de Shomron, et Hillel Weiss.

Hillel Weiss est une figure éminente du mouvement sioniste. Il croit en la nécessité de reconstruire le temple et d’instaurer la domination juive sur le Grand Israël. Il s’était opposé à une visite du pape Benoît XVI en Israël. En octobre 2014, Hillel Weiss a été accusé par plusieurs médias israéliens, dont Haaretz, de préconiser « l’annihilation des Palestiniens ».  Weiss avait créé la controverse en déclarant qu’il n’y avait pas de génocide contre le peuple palestinien, les Arabes palestiniens n’ayant jamais constitué un « peuple ».

Quelques mois après avoir organisé la visite d’élus du FPÖ, du Vlaams Belang et du SD en Israël, David Ha’Ivri et Hillel Weiss faisaient un tour d’Europe, avec l’appui de ces mêmes élus et prenaient la parole dans différents parlements, du parlement flamand au parlement européen.

Hillel Weiss prenant la parole au Parlement Européen
Filip Dewinter, figure du Vlaams Belang, entouré de Hillel Weiss et David Ha’Ivri en visite en Belgique

 

Ci-dessous, quelques vidéos qui illustrent tout ceci. Dont Marine Le Pen, très amie avec la Ligue de Défense Juive.

 

 

 

 

 

(Source MPI)

L’association maçonnique « Les Amis d’Henri Caillavet » se produit à l' Assemblée nationale !

 

La franc-maçonnerie ne manque pas de culot. Voilà des années qu’elle profite de ses relais dans les médias dominants pour se présenter à l’opinion publique comme une société philanthropique ne faisant pas de politique.

Or, les différentes obédiences maçonniques n’ont jamais cessé d’intriguer, de préparer en loges projets et propositions de lois et de placer leurs représentants dans les cénacles du Pouvoir, qu’il soit politique ou autre.

Tout prochainement, c’est l’association maçonnique « Les Amis d’Henri Caillavet » qui organisera le jeudi 27 septembre de 14h00 à 18h00 à la Salle Colbert de l’Assemblée nationale un colloque sur le thème « Les libertés en question », ce qui ne manque pas de piquant, là encore, quand on sait le rôle des francs-maçons dans la mise en place de lois liberticides destinées à nous aider, sous la menace du bâton, à penser comme il faut. C’est le fameux totalitarisme démocratique que dénonça le dissident Soljénitsyne découvrant les folies de l’Occident.

Au programme de cette journée :

Débats animés par Renaud Dély, Directeur de la rédaction de Marianne

14h00 Ouverture du colloque
– Accueil et présentation des travaux par Patrick Kessel, président de l’association Les Amis d’Henri Caillavet.

14h30 Table ronde – Des libertés menacées ?
Le terrorisme n’enferme t-il pas progressivement la démocratie dans une dérive sécuritaire ? La France est-elle toujours une terre d’accueil inconditionnel pour les réfugiés ? La liberté de la presse et l’indépendance de l’information sont-elles assurées dans notre pays ? La propagation des « fake news » est-elle un phénomène inéluctable à l’ère du numérique ou un mal susceptible d’être combattu par les pouvoirs publics, en particulier à l’échelle de l’Europe ? Confrontée au communautarisme, la laïcité, joyau de la République, est-elle toujours une valeur partagée ? L’islamisme est-il compatible avec les lois de la République ?

Françoise Laborde, journaliste, ancien membre du CSA, membre du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes.
Jean-Pierre Sakoun, président du Comité Laïcité République.
Pierre-Charles Ranouil, vice-président de l’association Les Amis d’Henri Caillavet.
– Débats avec la salle

16h00 Table ronde – Des libertés nouvelles ?
Quel est le rôle du scientifique et de la science dans une démocratie ? A l’issue des Etats généraux de la bioéthique, le législateur ne doit-il pas entendre la demande exprimée et réitérée par une majorité des citoyens qui revendiquent une fin de vie digne et librement choisie ? A quand un nouveau cadre juridique de la PMA afin de favoriser la liberté de procréer sans aucune discrimination ? L’intelligence artificielle peut-elle créer de nouveaux espaces de liberté au service de l’humanité, sans verser dans les excès des tenants de l’homme augmenté ? A quel horizon, des « robots empathiques » seront-ils susceptibles de partager notre vie quotidienne et notre intimité ?

Jean-Pierre Changeux, neurobiologiste, professeur honoraire au Collège de France, membre de l’Institut.
Laurence Devillers, professeur à l’université Paris-Sorbonne 4, chercheur au laboratoire du CNRS-LIMSI.
Yves Tournois, vice-président de l’association Les Amis d’Henri Caillavet.
– Débats avec la salle

17h30 Synthèse des travaux.
Jean-Louis Touraine, professeur de médecine, député du Rhône.

Bref, il s’agit une fois de plus d’assurer la promotion de l’immigration, de la PMA, de la GPA, du transhumanisme « éthique », ainsi que de considérer que seuls les médias dominants sont acceptables, puisque dociles, les autres étant coupables de propager des « fake news », car comme dans le monde orwellien, les désinformations des médias aux ordres doivent être considérées comme des vérités tandis que les vérités révélées par les médias dissidents doivent être considérées comme des mensonges.

Au fait qui est ce Henri Caillavet dont les amis viennent tenir leurs réunions à l’Assemblée nationale ? Entré au Grand Orient de France en 1935, Henri Caillavet, politicien radical de gauche, fut ministre, député puis sénateur, et longtemps président de la Fraternelle parlementaire.

Son activité au Parlement passe notamment par l’élaboration de projets de loi ou de propositions législatives concernant :

  • le divorce par consentement mutuel ; proposition de loi en avril 1971 ;
  • l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ; il est rapporteur en 1974 devant le Sénat de la loi Veil ;
  • les greffes d’organes en 1976 ; une loi sur le don d’organes porte son nom (« loi Caillavet ») ;
  • l’euthanasie et l’acharnement thérapeutique.; il propose un projet de loi en avril 1978, sur le droit de mourir, qui précède de près de 30 ans, la « loi Léonetti »  ;
  • l’homosexualité en 1978 ; ses propositions pour retirer du code pénal des mesures dites discriminantes envers les homosexuels ne seront adoptées complètement qu’en 1981 ;
  • le Contrat d’Union Civil (CUC), en 1991, préfiguration du PACS voté en 1999 ;
  • le transsexualisme en 1981 et 1982.

Henri Caillavet avait justifié l’avortement et l’euthanasie par des arguments eugénistes, affirmant que dès lors qu’un enfant peut poursuivre ses ascendants en justice pour réclamer le droit à ne pas naître handicapé (arrêt Perruche) : « permettre à un enfant handicapé de venir au monde est une faute parentale et peut-être même le témoignage d’un égoïsme démesuré ».

Il contribua à lancer le Réseau Voltaire, alors axé essentiellement sur l’antichristianisme et la défense de la pornographie, notamment homosexuelle.

Plusieurs fois président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), promotrice de l’euthanasie, il en démissionna le 23 juin 2007.

Se présentant comme athée et rationaliste, il avait été intégré au Comité consultatif national d’éthique en 1981.

Il présida également le Comité Laïcité République jusqu’en 2009.

Il est mort le 27 février 2013 (à 99 ans).

L’un de ses quatre fils, François Caillavet, assureur, a été impliqué dans le scandale financier provoqué par Jacques Crozemarie président de l’Association pour la Recherche sur la Cancer (ARC) en 1991...