Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2018

Pour accéder au pouvoir en France, c' est le plus corrompu et le plus mafieux qui l' emporte !

Terrorisme et corruption : le visage hideux de la République

En l'espace de seulement quelques jours, deux événements, qui n’ont en soi aucun lien entre eux, ont montré de manière superlative à quelles extrémités peut conduire un régime aussi contre-nature que celui que nous subissons sans discontinuité depuis des décennies. Le 21 mars, premier jour du printemps, Nicolas Sarkozy, ancien président de la République, était mis en examen pour corruption massive, financement illicite de campagne électorale et recel de détournements de fonds publics libyens à l’issue d’une longue garde à vue. Les enquêteurs suspectent le ci-devant chef de l’Etat d’avoir, en partie au moins, financé sa campagne présidentielle victorieuse de 2007, de manière illégale, avec l’argent de Mouammar Kadhafi. Il ne s’agit pas là d’une mince affaire parce que sans cette manne (si bien sûr les faits sont avérés et prouvés) Sarkozy n’aurait peut-être pas accédé à l’Elysée.

On voit donc encore une nouvelle fois combien l’argent, et singulièrement l’argent sale, est consubstantiel à la démocratie et au système électoral. Aurait-on les meilleures idées, le meilleur programme, serait-on le plus vertueux, le plus capable, le plus compétent, le plus désintéressé, sans argent on ne peut absolument rien faire dans leur Système. C’est d’ailleurs généralement le candidat qui dépense le plus qui décroche la timbale. Et lorsqu’on observe l’ordre d’arrivée au premier tour de l’élection présidentielle, on s’aperçoit qu’en général moins les candidats ont dépensé, moins ils ont de bons résultats. Celui qui arrive le bon dernier est habituellement celui dont la campagne était financièrement la plus minimaliste. 

Mais cela va encore plus loin que cela : il faut non seulement être personnellement corrompu pour accéder aux plus hautes fonctions mais il faut en amont organiser un système mafieux de financement.

Disons-le clairement : sans l’affaire Urba et le financement occulte du Parti socialiste, jamais François Mitterrand n’aurait été élu à la magistrature suprême, sans la mise sous coupe réglée de la mairie de Paris par le RPR, jamais Jacques Chirac, qui fut maire de la capitale pendant dix-huit ans, n’aurait pu accéder à l’Elysée. Et il est probable que sans l’argent libyen, jamais Nicolas Sarkozy ne serait devenu président de la République. Et si, comme certains le prétendent, Sarkozy a éliminé Kadhafi en 2011, détruit son pays et démantelé son régime en partie pour éviter que le colonel parle, ce serait encore infiniment plus grave, même si l’expédition en Libye semble correspondre à des causes plus profondes, obéir à des considérations géoéconomiques et géostratégiques qui dépassent largement la personne et les intérêts directs de Sarkozy comme par exemple la volonté de détruire l’Europe en favorisant son invasion et de favoriser les intérêts de multinationales anglo-saxonnes.

Reste que pour réussir dans ce régime, pour parvenir au sommet, il faut être un chef mafieux. Le mot n’est pas excessif, il correspond très exactement à la réalité. Nous sommes dirigés, gouvernés et tyrannisés par des mafias qui, tantôt se combattent, tantôt s’entendent entre elles.

La corruption est consubstantielle à leur République. Cette dernière ne peut exister et se pérenniser sans reposer sur des systèmes criminels, qu’il soit d’ordre financier, d’ordre sexuel (comme c’est le cas par exemple des réseaux pédocriminels). Et c’est somme toute logique car lorsqu’on évacue explicitement Dieu de la cité, des lois, des institutions, des consciences, des familles, que reste-t-il, sinon le règne de Mammon, sinon le triomphe de toutes les perversions ?

 

Deux jours seulement après la garde à vue et la mise en examen de l’ancien chef de l’Etat, notre pays était encore le théâtre de nouvelles attaques terroristes, à Carcassonne et dans un supermarché Super U de Trèbes dans l’Aude. Ces attentats, comme les précédents, ont été officiellement revendiqués par l’Etat islamique et ont fait cinq blessés et quatre morts, dont le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, officier de 44 ans qui a pris la place d’une otage du supermarché et qui a été sauvagement égorgé. Si l’acte de cet officier témoigne d’un courage et d’une force d’âme incontestables (donner sa vie pour sauver un otage est une action en soi héroïque), c’est un funeste signe des temps qu’aujourd’hui les militaires soient conduits par des pouvoirs malfaisants à ne plus guère combattre l’arme à la main sur le champ de bataille pour terrasser et tuer l’ennemi. Si le sacrifice d’un homme seul force toujours le respect et l’admiration, pour la nation tout entière il serait en soi préférable que l’ennemi qui frappe soit neutralisé et anéanti et non qu’un gendarme soit conduit à s’immoler. Si individuellement et humainement le geste est magnifique, il n’est hélas pas sûr du tout qu’il soit de nature à décourager les terroristes qui, eux, ne comprennent que la force brute et qui pourraient au contraire interpréter ce sacrifice individuel comme une faiblesse de notre part, comme un refus de notre armée de combattre et, le cas échéant, de mourir les armes à la main. Qu’un prêtre se sacrifie pour sauver un otage, cela se conçoit sans difficulté, qu’un militaire professionnel le fasse dans un contexte guerrier, car le terrorisme est évidemment une forme de guerre, au delà de l’incontestable beauté du geste personnel, cela peut apparaître aux yeux de fanatiques comme l’expression d’une confondante faiblesse de notre système de défense et de répression. Il ne faut jamais perdre de vue que c’est d’abord et avant tout l’ennemi qu’il faut frapper et anéantir si l’on veut vaincre.

Certes le terroriste a été abattu par le GIGN mais combien de milliers d’ennemis potentiels prêts à des actions meurtrières sont actuellement sur notre territoire, y vivent et y circulent en toute liberté ?

Comme toujours dans ce genre d’affaires, l’auteur des attaques est un étranger extra-européen naturalisé et, comme souvent, il était fiché S. Radouane Lakdim était un Marocain naturalisé français en 2004. Il avait 25 ans.

Comme toujours dans ces circonstances, les chefs de l’exécutif et les responsables politiques multiplient les communiqués et les déclarations disant leur consternation, leur émotion, leur solidarité avec les victimes et leurs familles mais jamais rien n’est fait concrètement pour agir efficacement sur les causes de ce terrorisme endémique.

Car de même que, comme nous l’écrivions tout à l’heure, la corruption est au cœur de leur République, l’immigration de masse est au centre des politiques menées depuis des décennies par les gouvernements successifs.

Notre pays est en état d’invasion libre et de surcroît le code de la nationalité n’a toujours pas été réformé selon le principe du droit du sang, du droit de filiation (c’était pourtant l’un des points essentiels de la plate-forme RPR-UDF pour les législatives de 1986 mais l’affaire Malik Oussékine, du nom de ce jeune Beur handicapé et décédé accidentellement en marge de manifestations estudiantines contre la loi Devaquet a eu raison des velléités réformatrices du gouvernement Chirac). L’actuel code de la nationalité crée en masse des Français de papier. 

En favorisant par tous les moyens depuis plus d’un demi-siècle une immigration de masse, extra-européenne, les pouvoirs publics ont gravement mis en danger notre pays et notre peuple. Il n’est pas excessif de dire que ce sont des gouvernements criminels. Dans ses discours, depuis le début des années 1980, et même avant, Jean-Marie Le Pen dénonçait sans cesse « la folle et criminelle politique d’immigration des gouvernements successifs de droite comme de gauche » qui allait déboucher immanquablement sur des drames épouvantables. Nous y voilà ! Que ne l’a-t-on écouté plutôt que de le vilipender, de l’ostraciser et de le diaboliser !

C’est Radouane Lakdim qui a tué mais nous savons, nous, qui a armé son bras. Et celui de ses devanciers comme celui de ses successeurs car cela hélas ne s’arrêtera pas.

 

22/03/2018

Contrôles idéologique et de censure mis en place par Macron et son premier ministre ...

Chaque dîner du CRIF ouvre tous les ans la voie à de nouvelles restrictions des libertés, le chef de l’Exécutif promettant devant cette auguste assemblée un renforcement, une aggravation des mesures destinées à lutter contre un antisémitisme que l’on nous dit chaque fois plus puissant, plus redoutable, plus effrayant ! ...

Le cru 2018 n’a pas fait exception, le Premier ministre ayant présenté le 19 mars, jour de la fête de saint Joseph, un « nouveau plan (le énième !) contre le racisme et l’antisémitisme ». Il s’agit dans ce projet liberticide de procéder au « renforcement des obligations de détection et de suppression des contenus illicites sur Internet ».

Voilà trente ans et plus que les gouvernements successifs, de gauche comme de droite, n’ont de cesse de renforcer l’arsenal répressif de sorte que la liberté d’expression, d’opinion et de recherche, et plus gravement encore la liberté de dire la vérité sur tous les sujets, se trouvent de plus en plus réduites et entravées.

Il s’agit toujours de réprimer « les contenus haineux, racistes ou antisémites ». Mais qui décide de ce qui est haineux, sinon précisément ce que feu François Mitterrand appelait « un lobby puissant et nocif » ?

Lors d’un discours au Musée national de l’Histoire de l’immigration à Paris, un lieu chargé de symbole et qui n’avait évidemment pas été choisi au hasard, le chef du gouvernement a fait part de sa volonté de s’en prendre tout spécialement aux réseaux sociaux. Et si la loi française ne suffit pas, Édouard Philippe a d’ores et déjà prévu d’aller « se battre pour un projet législatif au niveau européen contraignant les opérateurs du Net à retirer très rapidement ce torrent de boue ». « On ne me fera jamais croire, a ajouté le locataire de Matignon, que les réseaux sociaux seraient des espaces hors-sol. Pour moi, tout ce qui est publié et diffusé en France, est publié et diffusé en France. Et doit donc répondre aux lois de la République. Ce qui m’énerve, c’est que de nos jours, il semble plus facile de retirer la vidéo pirate d’un match de foot que des propos antisémites. »

Pour accomplir cette mission de contrôle idéologique et de censure, le chef de la majorité a constitué une équipe représentative de la France d’aujourd’hui et de demain, un trio arabe-noir-juif : l’enseignant et écrivain franco-algérien Karim Amellal, la députée “marcheuse” Laetitia Avia et le vice-président du CRIF Gil Taïeb, laquelle triade va avoir pour fonction de traquer tous ceux qui ne se soumettent pas au politiquement, à l’historiquement ou au moralement correct.

La répression sera particulièrement sévère et passera par des amendes très dissuasives contre les réseaux sociaux qui ne retirent pas les « propos haineux » sous 24 heures, par la fermeture des comptes ayant osé diffuser « de manière massive et répétée des messages de haine ». Le gouvernement entend mettre en place des « enquêtes sous pseudonyme de cyber-enquêteurs » sur les espaces de discussion en ligne, ce qui passe par l’infiltration et le strict contrôle des forums et des commentaires (sous les articles et les vidéos), sans oublier bien sûr la facilitation du dépôt de plainte « en cas d’actes racistes » : « Sans plainte, pas d’enquête, pas de responsable et pas de sanction. Seulement un acte. Dans cette optique, une formation approfondie sera expérimentée dès septembre auprès d’un réseau enquêteurs et de magistrats afin d’améliorer l’accueil et la prise en charge des victimes. » 

 

Trois jours seulement après la présentation de ce nouveau plan répressif, l’on commémore le cinquantième anniversaire du mouvement du 22 mars qui allait donner naissance aux événements de mai 1968. Il est intéressant de faire le lien entre les deux car les révolutionnaires qui jetaient des pavés il y a cinquante ans et qui se voulaient libertaires (« il est interdit d’interdire » clamaient les murs de la Sorbonne) ont dans les faits donné naissance à une société certes extrêmement permissive sur le plan des mœurs mais on ne peut plus liberticide et totalitaire quant aux idées.

L’antiracisme dogmatique et unilatéral d’une part et la liberté sexuelle la plus effrénée d’autre part sont les fruits évidents de Mai-68.

Le mouvement du 22 mars dont le principal animateur et instigateur était le juif juvénile, Daniel Cohn-Bendit, né à la faculté de Nanterre, avait en effet pour principale revendication le droit pour les garçons d’aller dans les chambres des filles de la résidence universitaire. 

Dès le 8 janvier 1968 Cohn-Bendit, dont l’impudence et le culot ont toujours été phénoménaux, interpelle François Missoffe, alors ministre de la Jeunesse et des Sports, qui inaugure la nouvelle piscine de Nanterre, sur son livre blanc : « Monsieur le ministre, j’ai lu votre Livre blanc sur la jeunesse. En trois cents pages, il n’y a pas un seul mot sur les problèmes sexuels des jeunes ». À quoi le ministre répond : « Avec la tête que vous avez, vous connaissez sûrement des problèmes de cet ordre. Je ne saurais trop vous conseiller de plonger dans la piscine ». « Voilà une réponse digne des Jeunesses hitlériennes » aurait rétorqué, insolent, Cohn-Bendit, déjà adepte de la reductio ad hitlerum. C’est l’époque où les étudiants de ce qui allait devenir le Mouvement du 22 Mars passaient leur temps à diffuser leurs idées sur la liberté sexuelle et sur les “névroses” qu’induisait selon eux le manque de liberté dans ce domaine. 

 

On voit un demi-siècle plus tard où ont conduit ces revendications : la cellule familiale a été extrêmement fragilisée, les divorces et les séparations ont explosé avec toutes les conséquences psychologiques dévastatrices, notamment sur les enfants, l’institution du mariage a été considérablement ébranlée. Le slogan « jouissez sans entrave » a eu (et a toujours) des conséquences funestes en détruisant la stabilité des couples et des foyers, en mettant à mal la notion de fidélité, d’engagement, de parole donnée, en exprimant le refus radical et militant de toute forme de sacrifice et de maîtrise de soi et de ses pulsions, y compris les plus effrayantes.

C’est dans la foulée de mai 68 que l’on fera l’apologie de la pédophilie, de l’homosexualité, de la transexualité. De ce bouleversement complet de l’ordre traditionnel la société ne s’est toujours pas remise, et d’autant moins qu’on ne cesse d’aller plus loin dans les réformes mortifères voulues par les lobbies féministes et LGBT.

Et pendant que l’on va toujours plus loin dans la promotion du libertinage et de la débauche la plus éhontée, l’on restreint toutes les vraies libertés : liberté de circulation, de manifestation, de réunion, d’affichage, d’opinion, de recherche, d’expression, de pensée. Même les humoristes n’ont plus le droit de faire rire leur public sur certains sujets considérés comme sacrés, comme intouchables. La répression des automobilistes, des délinquants de la pensée, des militants politiques de la vraie droite, la surveillance chaque jour plus étroite des écoles libres hors contrat, le flicage des réseaux sociaux ne cessent de s’accroître. Tels sont les fruits de 68 : antiracisme dogmatique et unilatéral et libertinage à tous les étages, nouvel ordre moral et nouvel ordre mondial.

Ce qui a pour effet de détruire à une vitesse foudroyante notre civilisation et de mettre en danger de mort, mort physique et mort spirituelle, à court et moyen terme, un peuple et une nation plus que millénaires.

 

20/03/2018

Triomphe électoral pour Vladimir Poutine réélu à la tête de la Russie avec prés de 77% des voix et 70% de participation .

 

http://media.medias-presse.info/wp-content/uploads/2018/03/Taux-en-Tch%C3%A9tch%C3%A9nie.jpg

 

Les hyènes enragées ont été lâchées à peine les estimations étaient-elles connues sur les télévisions de grand chemin.

En tête de la meute, Christine Okrent sur BFMTV, mais les autres chaînes n’étaient pas en reste, et notamment FranceTVinfo qui a tracé de Vladimir Poutine l’image d’un vampire qui ne remporte les élections depuis 18 ans que grâce à ses guerres, à commencer par celle de Tchétchénie. Alors que c’était l’Occident qui attisait la braise du terrorisme dans cette république pour tenter d’en confisquer le pétrole.

D’ailleurs les républiques musulmanes du Caucase, dont les habitants savent eux, de quoi il retourne vraiment, ont donné des taux de voix en faveur de M. Poutine supérieures à la moyenne nationale. Les Français sont habitués à un tel déferlement de haine à chaque fois qu’un adversaire du Système remporte un succès contre lui. C’est ce qui leur est infligé à chaque victoire du Front national depuis que Jean-Martie Le Pen est arrivé en seconde position à la présidentielle en 2002, ce fut également le cas, en à peine un peu plus nuancé, contre François Fillon sommé de laisser sa place à Emmanuel Macron l’élu du Système.

Avec 76,66% des voix et 67,98% de participation à l’élection, Vladimir Poutine, loin d’avoir reculé dans sa popularité depuis l’élection de 2012, l’a fortement renforcée. Son opposant principal, M. Navalny, soutenu par l’Occident, avait appelé au boycott de l’élection ne pouvant se présenter puisqu’il est sous le coup d’une condamnation judiciaire. Les observateurs occidentaux comptaient donc sur une participation inférieure à celle de 2012 (65,27%) pour démontrer que l’opposition étant muselée, la réélection de M. Poutine n’était pas concluante.  C’est tout le contraire qui s’est passé avec une participation en 2018 de 67,7%. En 2012 V. Poutine avait obtenu 63% des voix. A chaque fois il a été élu dés le premier tour. Et ceux qui continuent de voir la Russie comme un pays communiste ne sont pas mieux lotis puisque les deux candidats communistes qui se sont présentés contre lui totalisent à peine plus de 12% des voix.

 

La Crimée donne plus de 92% de ses voix à Poutine

http://media.medias-presse.info/wp-content/uploads/2018/03/Crim%C3%A9e-768x402.jpg

 

Ce triomphe électoral loin d’avoir cloué le bec des mondialistes a au contraire galvanisé leur haine. Il faut préciser que la Crimée a donné le plus fort taux de voix en faveur de Vladimir Poutine, lui qui a été l’acteur du rattachement de la péninsule à la Russie, il y a précisément 4 ans ce 18 mars d’élections. La Crimée, berceau du christianisme de la Russie qui a reçu son baptême de l’un des princes de Kiev, Saint-Vladimir -le-Grand.

Première intervention de Poutine après sa ré-élection

Contrairement aux mondialistes qui dirigent l’Occident qui sont aigres et consternés, les Russes ont fait la fête, ici à Moscou place du Manège, près du Kremlin, où Vladimir Poutine est venu en tout premier saluer ses électeurs, au début de la soirée électorale.

 

Pourquoi tant de haine contre le pays le plus vaste de la planète et le plus puissant de l’Europe ?

Tout simplement parce que son dirigeant sait dire non, parce qu’il « n’est pas à la solde des pouvoirs financiers internationaux, ce qui provoque en France une partie de la propagande contre la Russie et contre son président, » dit M. Poisson, ex-adversaire d’Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017 en France.

Pour essayer de minimiser la victoire électorale de Vladimir Poutine, les commentateurs s’évertuent à parler, sinon de dictature, du moins de « démocrature », un mot inventé récemment à l’égard de la Russie parce que « dictature » c’était difficile à faire avaler, même aux plus crédules. D’autres, même bien intentionnés, parlent de « démocratie jeune »: qui n’est pas encore aboutie contrairement aux pays occidentaux chez qui la démocratie roulerait comme sur des roulettes. Mais quelle est la démocratie en Occident qui peut faire envie à un russe ? La dictature à peine déguisée d’Emmanuel Macron qui est parvenu au pouvoir par un coup d’État médiatique? La dictature de l’UE dirigée par des commissaires, non élus, mais qui sont choisis par la haute finance ? Une Union européenne dont il est impossible de sortir après y être entré ?

Les résultats

Les résultats préliminaires officiellement annoncés par Ella Pamfilova, président de la Commission électorale centrale de la Fédération de Russie le 19 mars, confirment la large victoire de Vladimir Poutine, qui récolte 76,66% des suffrages, soit quelque 56 millions de voix. La participation se monte à 67,7% (65,27% en 2012) ; quelque 73 millions de votants se sont rendus aux urnes.

Le milliardaire communiste, Pavel Groudinine, arrive en seconde position avec 11,8% des voix. Suivent le nationaliste Vladimir Jirinovski, Parti libéral-démocrate de Russie, 5,6%),  la libérale, Xénia Sobtchak (Initiative citoyenne, 1,6%), Grigori Iavlinski (Iabloko, 1%), Boris Titov (Parti de la croissance, 0,7%), Sergueï Babourine (Union des peuples russes, 0,6%) et Maxime Souraïkine (Communistes de Russie, 0,6%).

http://media.medias-presse.info/wp-content/uploads/2018/03/participation-1024x335.jpg

Hormis la Crimée qui plébiscite celui qui l’a arrachée des griffes de l’Occident avec 92% des suffrages, Moscou et Saint-Petersbourg dont les Occidentaux espéraient une complicité, ont voté largement en faveur de Vladimir Vladimirovitch, Moscou à plus de 71% et Saint-Pétersbourg à plus de 75%. La Sibérie, cette Russie d’Asie,  dont certains en Occident voudraient bien qu’elle se détache de la Fédération, a donné des taux très élevés de voix au Président sortant jusqu’à plus de 91% dans l’oblast de Touva à la frontière de la Mongolie.

1 513 observateurs internationaux

L’élection présidentielle russe a fait l’objet d’un dispositif particulièrement important d’observation et de surveillance, comme l’a rappelé la Commission. «Pour la première fois nous avons retransmis en direct les images de [pratiquement] tous les bureaux de vote, permettant à chacun de vérifier ce qu’il s’y passait», a souligné la présidente de la Commission électorale Ella Pamfilova, rappelant que 474 000 observateurs étaient présents dans les bureaux de vote, soit, en moyenne, 6 ou 7 observateurs par bureau de vote.

Premières félicitations dans le monde

Si l’Occident fait grise mine, en revanche les autorités des pays d’Asie sont beaucoup plus chaleureuses. Du président chinois Xi Jinping qui c’est félicité que « le peuple russe progresse résolument vers le développement et la renaissance d’un pays fort.» , au dirigeant de l’Arménie, en passant par celui du Kazakhstan, de l’Azerbadjian, jusqu’à celui du Japon.

En Europe les félicitations ne se sont pas bousculées, le Président serbeAlexander Vucic et le président moldave Igor Dodon ont été les premiers à donner leurs chaleureuses félicitations.

Russie, pôle de résistance des valeurs chrétiennes dans le monde

Le soutien des pays d’Asie est particulièrement important dans la quête d’un monde multipolaire, chère au président russe, puisque l’avenir économique du monde semble devoir se situer sur ce continent vers lequel le regard des plus grandes puissances converge. Si les dirigeants des pays de l’Union européenne œuvraient en toute liberté pour le bien de leurs nations respectives et non pas pour leurs mentors mondialistes, ils devraient resserrer les liens avec la Russie qui est le pont entre l’Europe et l’Asie, entre la civilisation européo-chrétienne et le vaste continent asiatique qui compte la plus importante population du globe. Malheureusement ils semblent se soumettre à la dictature de la guerre froide imposée par les grands groupes financiers qui détiennent les dettes pharamineuse de leur pays, et qui les font élire.

La réélection de Vladimir Poutine est une très bonne nouvelle pour la Russie et pour le monde, mais aussi pour l’Europe et pour la France, attaquée de toutes parts dans sa civilisation et sa culture chrétienne, par les puissances occultes qui dirigent le monde occidental, avec l’afflux des immigrés clandestins musulmans auxquels ils ouvrent les portes. La Russie est sous l’autorité de M. Poutine le pôle de résistance principal de la civilisation chrétienne face au mondialisme qui met tout en œuvre depuis plus de deux siècles pour l’abattre .

E. Defresne .