Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Médecine - Page 4

  • Quatre courageux Maires bretons se mobilisent avec leurs administrés pour défendre le Dr Françoise Van Dien et les autres médecins suspendus parce que non-« vaccinés » .

     

     

    Le 13 octobre, David Boixière, maire de Pleudihen-sur-Rance, Marie-Christine Pinard, maire de Saint Hélen, Alain Brombin, maire de La Vicomté-sur-Rance et Bruno Ricard, maire de Lanvallay ont signé une lettre adressée à l’ARS de Bretagne pour prendre la défense du Dr Françoise Van Dien, médecin de la commune de Pleudihen, d’excellente réputation depuis de nombreuses années, suspendue pour n’être pas “vaccinée” contre le Covid-19.

    Ces élus de terrain soulignent les difficultés pour assurer la présence médicale dans leurs territoires ruraux. Depuis juin 2021, ils ne sont plus que trois médecins en activité pour couvrir un vaste territoire. Parmi eux, le Dr Françoise Van Dien, personnalité fortement impliquée dans la vie locale et élue depuis 2008 du conseil municipal de Pleudihen-sur-Rance. C’est d’ailleurs le Dr Van Dien qui a initié dès le 17 mars 2020 la cellule de crise COVID locale. « Avec courage et dévouement, elle a personnellement maintenu et même accru son activité professionnelle durant cette période afin de répondre aux sollicitations d’une population parfois désorientée« , soulignent les quatre maires bretons.

    Et les quatre maires d’insister :

    « Aujourd’hui, nous sommes sollicités par plusieurs personnes qui s’inquiètent de la possible cessation d’activité du Dr Van Dien au 16/10/21 suite à votre injonction. Compte-tenu du déficit médical accru auquel nous faisons face et de la forte activité du Dr Van Dien, nous partageons cette vive inquiétude et tenons à vous l’exprimer« .

    « Nous connaissons déjà la réponse officielle que vous serez tenté de nous écrire quand à l’obligation vaccinale. Cependant, notre interrogation resterait entière : alors que « l’amélioration de la situation sanitaire se confirme » au niveau du COVID, comment gérer la santé des 1.583 patients du Dr Van Dien, la centaine de consultations qu’elle assume hebdomadairement dont la dizaine de visites pour des personnes hospitalisées à domicile ou dépendantes, sans compter ses interventions régulières pour les résidents de l’EHPAD de Pleudihen ? »

    « En tant que Maires, nous nous devons de vous alerter sur les conséquences qu’entraîneraient l’absence du Dr Van Dien et les risques encourus par des patients qui se trouveraient sans solution médicale de recours. Ses collègues se voient déjà contraints de refuser depuis plusieurs mois tout nouveau patient. Par ailleurs, il nous semble utile de vous mettre en garde sur le profond attachement qui lie ce « médecin de famille » à ses patients. Sa possible absence est jugée incompréhensible par des centaines de personnes qui l’ont exprimé via une pétition qui recueillait plus de 800 signataires 72h après sa mise en ligne.« 

    Le maire de Pleudihen a repris la plume dans le même sens dans son éditorial du journal communal.
    Il semblerait que cette initiative soit approuvée par d’autres maires.

     

  • Le gouvernement accro aux injections covid : trois doses ou plus de passe sanitaire ! ...

     

    Ils vont être contents ceux qui se sont faits vacciner contraints et forcés, pour partir en vacances, pour aller boire un café,  pour certains pour simplement travailler. Le gouvernement, main sur le cœur, le leur avait promis : deux doses et vous aurez votre passe sanitaire, le sésame pour avoir une « vie normale ».  

    Et bien, fallait pas le croire mais plutôt écouter les « complotistes » qui prédisaient une troisième dose obligatoire pour garder son laissez-passer. D’ailleurs il faut vraiment avoir la tête dans le sable pour croire en ces politiciens, il suffisait de regarder du côté d’Israël le laboratoire de ces injections anti-covid pour se douter que cette troisième dose allait arriver en France. Et on peut déjà prédire une 4e, et puis une 5e, et ainsi de suite…

    Le Canard enchaîné a divulgué l’information dans un article intitulé L’idée piquante d’Olivier Veran : le ministre de la Santé a demandé le 6 octobre la « désactivation du PassSanitaire » pour ceux qui n’auront pas de 3è dose sept mois après la 2è. Macron a conclu : « Travaillez sur ce scénario! »

    Le gouvernement n’a pas démenti le Canard, au contraire, les médias mainstream reprennent l’info comme argent comptant et Elisabeth Borne, le ministre du travail, la confirme ce matin au micro de Sonia Mabrouk. Et tout comme en Israël, les vaccinés 2 doses perdent leur statut de vaccinés au bout de 6 mois s’ils ne font pas leur 3ème dose. La raison "officielle" de cette 3e piqure : protéger les « personnes vulnérables ».  la raisons officieuse : ne pas engorger les services des hôpitaux dont le gouvernement supprime les lits, et la raison encore plus officieuse, tenir en laisse les Français.

     

    Bienvenus au club des accros à la piqûre ! Et la société d’esclaves consentants est en marche...

     

  • La facture du «quoi qu'il en coûte» de Macron dépasse les 240 milliards d'euros !!

     
     

    Le soutien financier de l'État à l'économie française pendant la crise sanitaire du Covid-19 a atteint 80 milliards d'euros en termes de subventions aux entreprises et 160 milliards pour les prêts garantis par l'État (PGE), a déclaré lundi le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance.

    «Quatre-vingts milliards d'euros de subventions, 160 milliards d'euros de prêt, c'est aujourd'hui la facture du "quoi qu'il en coûte"», a-t-il précisé sur France inter.

    Cette formule lancée par Emmanuel Macron lors d'une allocution solennelle en mars 2020 au début de l'épidémie de Covid-19 en France va désormais céder la place au «sur-mesure», avec des aides concentrées sur les secteurs pénalisés par les restrictions sanitaires encore en vigueur, selon les termes de Bruno Le Maire la semaine dernière à LaREF (la rencontre des entrepreneurs de France, ex-université d'été du Medef).

    Le ministre a rappelé sur France inter que le montant total des subventions accordées aux entreprises se décomposait entre le fonds de solidarité (35 milliards d'euros), l'activité partielle (35 milliards) et les exonérations de charges (10 milliards).

     

    A votre bon coeur !!