Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2018

Un clandestin mineur touche annuellement de la part du gouvernement français l’équivalent de ce que gagne 2,5 travailleurs payés au SMIC ! ...

L’invasion migratoire en provenance du monde afro-musulman va si vite que les caisses sociales des départements français sont en train d’imploser. Le seul accueil des mineurs clandestins – qui n’intègre pas l’immigration clandestine adulte ou légale – atteint désormais 1,5 milliards d’euros par an.

 

Le Figaro (source) :

Le coût annuel de leur accueil atteindrait 1,5 milliard dans six mois !
La courbe est exponentielle. De l’aveu même des départements, le coût de la prise en charge des mineurs étrangers non accompagnés (MNA) ne cesse d’augmenter. Compte tenu du nombre d’accueils enregistrés chaque semaine, les collectivités estiment que la facture pourrait atteindre 1,5 milliard dans six mois, alors qu’elle était évaluée à 1 milliard en septembre dernier.
Le coût de la prise en charge d’un mineur étranger au titre de l’aide sociale à l’enfance (ASE) atteint 50.000 euros par jeune et par an, alors que la contribution de l’État ne dépasse pas 1250 euros par mineur. Chaque année, les départements assument ainsi 25.000 cas, soit 1,25 milliard d’euros.

Un clandestin mineur touche donc annuellement de la part du gouvernement français l’équivalent de ce que gagne 2,5 travailleurs payés au SMIC.

Les Bretons, par exemple, ont vu le nombre de clandestins mineurs exploser à Roazhon (Rennes) ou Brest avec des répercussions dramatiques en termes de criminalité, surtout pour ce qui touche au trafic de drogue .

Ne pouvant être placés en détention, ils repartent libres au bout de quelques jours et constituent des recrues de choix pour les mafias ethniques qui s’implantent dans les villes françaises et bretonnes pour cette raison précise.

Avec des budgets sociaux déjà largement mis à mal par un endettement massif, les départements ne peuvent faire face à cette situation et c'est le contribuable français que le gouvernement passe en permanence à "l' essoreuse" ! ...