Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

IGPN: selon les vidéos-surveillance, les policiers n’auraient fait que se défendre contre les violences de "Théo" .

 

 

Une vidéo-surveillance corroborant le témoignage à chaud d’un policier deux heures après les faits, et image par image, confirme que Théo est venu agresser les policiers violemment, obligeant ceux-ci à se défendre, à l’arrêter et à le neutraliser.

 Le "viol" semble donc n’être qu’un abus de langage tenu par un délinquant pour se justifier.  Il est donc plus que jamais surprenant que la thèse de ce « voyou » ait été répandue comme une trainée de poudre par tous les médias du Système socialiste, avec l’appui des plus hautes autorités de l’Etat et en particulier de François Hollande, alors que le témoignage du policier confirmé par la vidéo a été tenu secret jusqu’à hier soir.

Dans une vidéo qu’il a postée après sa sortie d’hôpital, Théo ainsi que sa mère remercient tous ceux qui l’ont soutenu, formés principalement d’émeutiers, ce qui confirme bien, que loin  d’être une pauvre victime prônant le calme, ce voyou profite de la mise à son service du Système médiatico-politique socialiste, dont la réélection est aux mains des néo-français de fraîche date. En effet 80% du corps électoral musulman a permis l’élection de François Hollande en 2012. Une opération que le Système entend renouveler au profit de la Gauche en mai prochain, et que jouent à fond Emmanuel Macron, la créature de l’Elysée, ainsi que son concurrent Benoît Hamon.

Voici les extraits du témoignage du policier que s’est procuré Le Point :

« […] Un des individus contrôlés avançait sa tête vers la mienne en signe de défiance, alors, de la paume de la main, j’ai repoussé fermement sa tête au niveau de sa joue. C’est à cet instant que l’individu [«Théo»] qui se trouvait sur sa gauche et qui n’avait pas encore fait l’objet d’une palpation s’en mêlait et que ce dernier m’attrapait au niveau du col et me disait quelque chose du genre : « Eh, tu fais quoi là ? ». Je repoussais immédiatement son bras avec ma main, mais il ne me lâchait toujours pas. Un collègue intervient alors. Il lui saisissait son bras afin qu’il me lâche. Mais l’individu [toujours «Théo»] se retournait vers lui, puis un échange de coups s’ensuivait. […] Alors que je venais de lui saisir le bras, je recevais de sa part un coup de poing au niveau de la pommette gauche. Durant quelques instants, j’ai été sonné. J’ai compris à ce moment-là que l’individu serait prêt à tout pour se soustraire. Il se débattait, portait des coups de poing à tout va, gesticulait en tout sens, même des jambes.»

Ainsi, selon la version du policier, qui concorde point par point avec les images de vidéo-surveillance scrupuleusement analysées seconde par seconde par l’IGPN, le jeune homme serait entré en violent contact physique avec les policiers pour les empêcher de procéder à la palpation d’un autre jeune homme du quartier. Ce dernier ayant pris la fuite, les trois agents auraient alors eu beaucoup de mal à maîtriser l’énergumène qui leur résistait avec force et ont en effet dû user à plusieurs reprises de leur matraque télescopique. Le rapport poursuit :

«J’usais de ma matraque télescopique et lui portais des coups en visant l’arrière de ses cuisses. Il continuait de se débattre, il se retournait, gesticulait en usant de son gabarit musclé et il parvenait à se relever. Il continuait de porter des coups dans tous les sens. Là, je le voyais piétiner mon collègue qui était encore au sol dos contre terre et, subitement, un jet de gaz lacrymogène s’échappait de la bombe de mon collègue. Malgré le gaz, l’individu parvenait à se relever. […] Il continuait de piétiner le collègue. Je décidais de lui porter des coups de matraque télescopique en visant ses membres inférieurs dans l’espoir de lui faire perdre l’équilibre et de l’amener au sol. Mon effort portait ses fruits et l’individu basculait à terre. Au sol, il continuait de donner des coups de pied, j’ai donné un coup de matraque au niveau des jambes. Enfin, nous arrivions à lui passer une menotte, puis la seconde.»

«Je le voyais piétiner mon collègue qui était encore au sol dos contre terre»

Le compte rendu détaillé de l’IGPN

On le voit, le récit du policier diffère très sensiblement de celui de la victime. Or il concorde avec les images des trois caméras de surveillance de la municipalité. Le Point a pu lire le compte rendu d’exploitation détaillé minute par minute par l’IGPN, la police des polices, qui, au vu de ces images, avait conclu à l’absence d’intentionnalité de la part du policier. Une conclusion qui avait suscité l’indignation. Reste que ce rapport de l’IGPN ne contredit pas l’audition du policier faite moins de deux heures après les faits, ce qui lui aurait laissé peu de temps pour échafauder un scénario concerté avec ses collègues.

À 16 h 47 et 50 s, constatons que le nommé L se bat avec les fonctionnaires de police.

Selon le compte rendu : « À 16 h 45 et 15 s, constatons la présence de 4 individus, dont le nommé Théo L., face au studio d’enregistrement le CAP (lieu de l’intervention de la BST, NDLR). À 16 h 46 et 19 s, constatons l’arrivée du véhicule de police sur l’avenue principale. À 16 h 46 et 29 s, constatons qu’un fonctionnaire (de police, NDLR) se dirige pédestrement vers le groupe d’individus. À 16 h 46 et 43 s, constatons que le fonctionnaire dirige le groupe à l’arrière du bâtiment. À 16 h 47 et 35 s, constatons qu’un individu repousse le gardien de la paix. À 16 h 47 et 50 s, constatons que le nommé L (Théo, NDLR) se bat avec les fonctionnaires de police. »

Une chose est sûre : l’intervention de Théo L. intervient quinze secondes après l’arrivée des policiers. Par contre, la police des polices n’a pas réussi à trancher la question de savoir qui a commencé l’altercation. Le rapport poursuit : « À 16 h 47 et 50 s, constatons que le nommé L est emmené au sol. À 16 h 47 et 53 s, constatons que le gardien de la paix utilise le bâton télescopique de défense au niveau des jambes du nommé L et qu’un usage de gaz lacrymogène a été utilisé. A16 h 48 et 38 s, constatons que le nommé L est menotté. À 16 h 49 et 7 s, constatons que le nommé Théo L. se trouve au sol, le gardien de la paix se trouvant debout à côté de lui. Selon les images de la vidéosurveillance, donc, il a suffi d’à peine plus d’une demi-minute pour immobiliser au sol le jeune homme en le frappant « au niveau des jambes ».

La question du "viol"

Le récit qui se poursuit ne fait pas état de nouveaux coups. « Remarquons qu’un individu porteur d’un col jaune filme la scène. Remarquons que les trois autres gardiens de la paix dispersent le groupe d’individus restant. À 16 h 50 et 59 s, constatons que le nommé Théo L., menotté et relevé, se dirige en compagnie des policiers interpellateurs en direction de l’escalier menant au véhicule. (…) À 16 h 53 et 31 s, constatons que les fonctionnaires descendent les escaliers en compagnie du nommé Théo L. et se dirigent vers le véhicule de police stationné sur le parking. À 16 h 53 et 50 s, les policiers et Théo L. montent dans le véhicule. À 16 h 54, ils quittent les lieux. »

Théo a-t-il été violé ? Selon l’IGPN, le visionnage des images enregistrées par les caméras de la ville ne permet pas de trancher en faveur d’une version ou de l’autre. Les policiers ont porté plainte contre le jeune homme pour « rébellion » et « outrage ». Ils sont mis en examen.

Alors que l’individu a porté plainte pour viol, dénonçant un passage à tabac et des insultes racistes à son encontre totalement gratuits, tandis qu’il était alors simplement adossé contre un mur «tranquillement», le policier impliqué dans les faits très graves de viol présumé a depuis été entendu par l’IGPN.

Source des Citations: le Point du 16 février 2016

Les émeutes se poursuivent toujours en région parisienne et s’étendent sporadiquement à d’autres zones ethniques de France avec la complicité du gouvernement .

 

Les commentaires sont fermés.