Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2017

Duel Mélenchon–Le Pen au second tour: «symptôme d’un effondrement du système politique»?

 

Après la spectaculaire percée dans les sondages qu’a enregistrée Jean-Luc Mélenchon à deux semaines seulement de la présidentielle, le candidat des «Insoumis» peut-il réellement décrocher un ticket pour le second tour? Des experts analysent pour Sputnik les facteurs de sa réussite et apportent des éléments de réponse.

 

Fiscal Kombat
À deux semaines du scrutin présidentiel, les sondages n'en finissent plus de valser. Dernier rebondissement: selon une étude Kantar Sofres-One Point, Jean-Luc Mélenchon devance désormais François Fillon et s'installe en troisième position avec 18 % d'intentions de vote, alors que les deux favoris, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, perdent deux points à 24 % chacun.

 

Les dizaines de milliers de personnes rassemblées en meeting ce dimanche 9 avril, au Vieux-Port de Marseille, et cette percée spectaculaire dans les enquêtes d'opinion marquent-ils un tournant décisif dans la campagne?

Malgré toutes les réserves qu'on peut apporter à la fiabilité des sondages, pourrait-on envisager un second tour opposant Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen? Sputnik a posé la question au politologue Olivier Rouquan.

« La possibilité d'un second tour Le Pen-Mélenchon existe, mais il faut être prudent: avec la marge d'erreur de 2 % des sondages, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon sont en fait au coude à coude en intentions de vote. D'autant que l'incertitude reste importante: autour de 35 % des sondés restent indécis, et il y a les "changeurs", c'est-à-dire des gens qui changent de candidat au fil du temps », explique-t-il.

Cette possibilité d'un duel entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon existe également pour le politologue et chercheur associé à l'IRIS Eddy Fougier. Analysant les raisons de la montée du chef de la « France insoumise » dans les intentions de vote, M. Fougier observe que celle-ci s'effectue majoritairement au détriment de Benoît Hamon, alors que M. Mélenchon « siphonne » l'électorat du candidat socialiste.

« Il y a une sorte de fluidité entre les électorats de Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, un peu comme on a pu le connaître lors de la primaire de la droite entre François Fillon et Nicolas Sarkozy. Pour les électeurs, il n'y a pas de coût particulier à passer de l'un à l'autre », estime le chercheur.

 

Sondage: Mélenchon fond sur Fillon, Macron et Le Pen en recul ?
 
 
Pour lui, M. Mélenchon a également « réussi à capter les déçus du hollandisme » et laisse « assez peu de marge de manœuvre pour Benoît Hamon », car « le centre gauche se dirige massivement vers Emmanuel Macron, et la gauche un peu plus radicale » vers le candidat de la « France insoumise ».

 

Mais en quoi consiste le secret de cette brusque montée en popularité? Eddy Fougier voit la réunion de plusieurs facteurs, et surtout la « rupture » avec la ligne de François Hollande, quinquennat qu'« une partie de la gauche considère » comme « raté »:

« Son succès est dû à la fois à la communication politique (il a l'expérience d'une campagne présidentielle, ses meetings sont innovants, c'est un "bon client" dans les médias, ses initiatives sur internet sont très marquantes) », explique-t-il, avant de poursuivre: « mais aussi à sa stratégie de rupture par rapport au quinquennat de François Hollande et à sa volonté de placer son mouvement en dehors des partis politiques ».

Tout comme Olivier Rouquan, qui qualifiait la possibilité d'un second tour entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon de « saut dans l'inconnu », Eddy Fougier dénonce l'imprévisibilité de ce scénario.

« La question qui va se poser, c'est de savoir ce que vont faire les électeurs de droite si jamais François Fillon était battu dès le premier tour. Je ne suis pas sûr que le "front républicain" fonctionne lors d'un second tour éventuel sans la présence de François Fillon », s'interroge-t-il et ajoute: « Dans un cas de second tour Mélenchon-le Pen, pour moi, la favorite est Marine Le Pen. »

Mais le chercheur ne considère pas moins la perspective d'un duel Le Pen-Mélenchon comme « le symptôme d'un effondrement du système politique ».

« Déjà, le fait que Jean-Luc Mélenchon soit susceptible d'arriver devant le candidat socialiste est un événement en soi. Que Marine Le Pen devance le candidat de la droite classique, on s'y attend depuis un moment. Mais le fait qu'il n'y ait plus de candidat de partis dits "de gouvernement" au second tour, ce serait un désaveu terrible pour la classe politique », assure-t-il.

Et de conclure: « Ce ne serait pas tellement surprenant malgré tout, parce que la droite et la gauche, avec respectivement les quinquennats de Nicolas Sarkozy puis François Hollande, ont déçu. La tentation chez de nombreux électeurs est donc de dire "ça n'a pas marché, essayons autre chose"... »

 

28/02/2017

Second tour des présidentielles: des sondages qui affolent les franc-maçons .

 

Le Système médiatico-politique s’inquiète: Malgré les attaques et calomnies contre Marine Le Pen sur des affaires montées de toute pièce pour ternir son image, malgré la sortie d’un film anti-FN: « chez nous », malgré la multiplication quotidienne des émissions chargées de la diffamer, malgré les abus de la « Justice » aux ordres, non seulement Marine continue de caracoler en tête des sondages, non seulement elle est la seule à augmenter son score, mais en plus elle progresse au second tour de la présidentielle avec plus de 40% dans tous les cas de figure, ce qui la met en position de gagner la Présidence.

 

 

Deux sondages ont été publiés hier mardi. Tous les deux montrent les mêmes tendances: Marine Le Pen, grimpe, Emmanuel Macron chute, et au milieu François Fillon refait surface: avec 28% Marine Le Pen gagne deux points, à 21% Fillon remonte et à 18,5, Macron perd encore 1,5 points.

Les commentaires se plaisent à indiquer « quelque soient les cas de figure Marine Le Pen serait battue au second tour »... Certes, mais avec de moins en moins de marge et de plus en plus en plus de chances de transformer son essai du premier tour puisque jamais le FN n’a été à un tel niveau et si proche de la barre des 50%, avec semble-t-il des réserves de voix comme jamais. Face à Fillon Marine le Pen serait à 44% et face à Macron elle serait à 41% avec un gain de 4% en un mois.

 

 

Soros en embuscade ?

Les commentateurs ne cachent plus leur désespoir, un peu comme ce fut le cas avec Trump. On se demande ce que le Système peut encore inventer pour tenter d’abattre Marine Le Pen… Jusqu’à éventuellement la manipulation de foule à la Soros, qui permettrait, grâce à l’état d’urgence de différer la date des élections ? Car comment expliquer les autorisations de manifester sans limite depuis quinze jours ? Alors que les banlieues flambent et que les policiers et les civils sont sans cesse menacés ?

 

 

Finance oblige!

Un autre sondage IFOP-Le Figaro qui titrait triomphalement:  « Sondage: Macron gagnerait à 61,5% (IFOP) », manifestait en réalité la même tendance concernant à la fois la chute du chouchou de la haute finance de la Gauche caviar, Macron, et la poursuite de la montée de Marine Le Pen: « Marine Le Pen recueillerait 26% des suffrages au premier tour, Emmanuel Macron 19% et François Fillon 18,5%« .

 

Réserves de voix en faveur de Marine

Avec dans les deux cas de figure des électeurs qui se disent sûrs de leur choix pour Marine Le Pen à plus de 80%, alors que seulement 40% des sondés sont sûrs du leur concernant Macron.

A remarquer que jamais autant que lors de cette élection Le Figaro n’a trahi ses lecteurs en faveur d’une Gauche qui roule pour la Haute finance… Finance oblige! Car tous ces canards ne vivent que des grasses subventions de l’État et des finances de … la haute finance!

Ces sondages ne sont que des sondages, mais les sondages se sont tellement trompés concernant l’élection de Donald Trump aux USA et sur le résultat du Brexit au Royaume-uni, qu’ils leur faut malgré tout tenter de regagner quelque crédibilité cette fois-ci en publiant des données qui se rapprochent de la vérité et qui permettent au Système de ne pas s’illusionner lui-même …

 

Inutile d’attendre que les mondialistes félicitent Marine Le Pen !

A moins de deux mois du premier tour de l’élection présidentielle, et en dépit de tous les chausse-trappes qui ne manqueront pas d’être glissés sous les pas de Marine Le Pen d’ici là, les électeurs souverainistes ne doivent  pas se laisser manipuler par les commentateurs, les effets de manche d’une Justice aux ordres,  et autres émissions à charge contre la candidate FN, car le Système mondialiste auquel la candidate a déclaré la guerre, déploiera sans désemparer toutes les embûches possibles contre un retour à l’identité française: de la manipulation de masses au trafic des urnes et au plombage du moral des électeurs identitaires. Avec des agressions d’autant plus lourdes et imaginatives que la candidate souverainiste sera plus dangereuse pour leurs prébendes. Une seule attitude face à la haine du Système: faire le dos rond et aller voter sereinement!

Photo de tête: rencontre hier de Marine Le Pen avec le patriarche maronite du Liban, Bechara Raï, alors qu’un peu plus tôt elle avait refusé de coiffer un voile et avait tourné le dos au mufti sunnite de Beyrouth, qui voulait le lui imposer.