Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2014

Les tristes bilans de l ' UE et les prévisions pour 2015 .

L'Union européenne a dressé les bilans décevants de l’exercice 2014. Selon le chef de la Banque Centrale Européenne Mario Draghi, la croissance économique dans la zone de l'euro s'est avérée être moins sensible que l’on ne comptait en UE .

Et en 2015, il ne faut pas s'attendre aux changements pour le mieux.

Cependant, contrairement aux nombreux pronostics, la Banque Centrale Européenne n’a pas osé déclarer le passage aux mesures anticrise plus efficaces, y compris l'achat des obligations d'État en grande quantité.

Au lieu de cela, on propose aux investisseurs potentiels de se contenter de promesses vagues diffusées par Mario Draghi « d’étudier dans les premiers mois de 2015 le succès des programmes stimulants actuels ».

D'ailleurs, il est problématique de caractériser comme un succès la situation qui s’est formée dans l'économie européenne. L'indice de l'activité d'affaires PMI diffusé par l'agence financière Markit est tombé en novembre jusqu'au minimum au cours des derniers 16 mois. Il montre que la zone de l'euro frise une nouvelle récession. « Au lieu de baisser encore une fois ses propres pronostics de la croissance économique et de l'inflation, la BCE ne fait que corriger ses déclarations », - a déclaré à cet égard l'économiste principal de la compagnie Crédit Agricole Corp. Frederik Ducrozet.

A l’époque, la direction de l'Union européenne avait qualifié de mesure stratégique anticrise le respect de la discipline budgétaire par les pays-membres de l’UE et particulièrement par ceux de la zone de l’euro. Sous le slogan de la lutte contre le déficit budgétaire dans les pays « à problèmes », on licenciait les gens, gelait les salaires, diminuait les dépenses sociales.

Et voici ce que l’UE a reçu en fin de compte pour l'année 2015. D'après les données de la Commission Européenne, seulement cinq États pourront correspondre aux paramètres demandés du déficit budgétaire : l'Allemagne, l'Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Slovaquie. Et parmi les violateurs de la discipline budgétaire, sont mentionnés non seulement les pays « à problèmes » comme le Portugal et l'Espagne, mais aussi la France et l'Autriche.

Dans ces conditions, il est étonnant de voir la Slovaquie dans la liste des meilleurs. Cela s'explique par sa politique économique plus pondérée que dans d'autres États de l’Europe centrale et orientale, a souligné dans l’interview à Rossiya Segodnya l'expert de l'Institut de l'économie de l'Académie des Sciences de Russie Viacheslav Sentchagov :

En Union européenne, les normes financières établies n'étaient pas du tout respectées, c'est un fait. Mais sur cette toile de fond, les pays de l'Europe de l’est ont une meilleure image. Ils n’ont pas un nombre aussi grand de grosses dettes que leurs voisins en UE.

Il y a un autre facteur important - l'expérience acquise de la coopération des États de l’Europe centrale et Orientale avec la Russie et d'autres pays en dehors de l'Union européenne. Dans la structure de l'importation de la Slovaquie, la Russie occupe la troisième place après l'Allemagne et la République Tchèque. Un des partenaires clés dans les échanges commerciaux de Bratislava, c’est le pays qui se trouve bien loin de l’UE - la Corée du Sud. Cette diversification est une des raisons des succès économiques slovaques .

 

Les commentaires sont fermés.