Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2017

Cherchez l’erreur: Le PS a obtenu 30 députés avec 10 fois moins de voix que le FN qui n’obtient que 8 députés !

 

Faut-il parler d’échec du Front national suite à ces dernières élections ou bien d’ostracisme ? Une analyse rapide des résultats montre que les tactiques de barrage du vote patriote sont manifestes et plurielles.

Le Parti communiste avec 217 833 voix et 0,46% des inscrits obtient 10 sièges de députés.

La France insoumise de Mélenchon, avec 883 573 voix et 1,87% des inscrits obtient 17 députés.

Le Parti Socialiste avec 1 032 842 voix et 1,87% des inscrits obtient 30 élus.

Le Parti radical de gauche avec 64 860 voix et 0,14% des inscrits obtient 3 élus.

les Divers gauche avec 263 488 voix et 0,56% des inscrits obtiennent 11 sièges.

et le FN avec 1 million 590 mille voix et 3,36% des inscrits n’obtient que 8 élus.

On pourrait poursuivre les comparaisons, toutes sont largement défavorables au Front national. Voir le tableau des résultats du second tour des législatives du ministère de l’Intérieur ci-après.

Quand on observe que tout le long de la Méditerranée, en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), en Languedoc et en Roussillon, dans la vallée du rhône et dans de nombreuses circonscriptions du Nord, les candidats FN étaient très largement présents au second tour et ont souvent navigué entre plus de 30 et plus de 40% des voix, la sous-représentation du FN à l’Assemblée nationale frappe l’esprit.

Comment cela est-il possible alors que seuls les candidats et les électeurs FN semblent frappés par cette injustice? Les raisons sont variées, mais les plus probables sont les charcutages du contour des circonscriptions, le front républicain et le système majoritaire uninominal à deux tours.

  • Les derniers charcutages des circonscriptions visaient tout particulièrement l’électorat FN. Ainsi, entre le référendum de 2005 contre la constitution européenne et les élections présidentielles de 2017, les cartes électorales se recoupent ainsi que je l’ai démontré. Les zones souverainistes de 2005 sont celles qui ont voté Marine Le Pen en 2017. De ce fait les découpages effectués en 2009 pour pulvériser et dispatcher l’électorat FN sont encore pleinement opérationnels en 2017.
  • Le Front républicain qui profite systématiquement à tous unis contre le Front national diabolisé par les partis de gauche comme de droite, forme une entente globale pour barrer l’élection aux candidats patriotes.
  • Le scrutin majoritaire uninominal à deux tours est le troisième responsable, d’autant plus efficace que la très forte abstention supprime les cas de triangulaires qui dans certains cas peuvent neutraliser le front républicain au profit du candidat FN. En effet pour être présent au second tour il est nécessaire de récolter au minimum 12,5% des inscrits.

Ainsi  que se serait-il passé si ces élections s’étaient jouées à la proportionnelle intégrale ? Le graphique ci-dessous le montre:

Comme le montre ce graphique du Monde établi en fonction des chiffres du Ministère de l’Intérieur, le Front national ferait bien meilleure figure, en dépit du Front républicain qui systématiquement le dessert, s’il était crédité d’un nombre de représentants proportionnel au nombre de ses électeurs; il serait la troisième force de l’Assemblée nationale.

Tandis qu’il est de bon ton en un consensus général qui va des médias dominants jusqu’à Rivarol de dénoncer l’échec du FN, on remarque que dans ce cas de figure le parti de Mélenchon, aux résultats duquel Mélenchon et les médias dominants crient victoire, n’obtient avec le Parti Communiste que 76 sièges contre  85 au FN et apparentés.

Ainsi malgré le front républicain, les étranges milliers de rejets de cartes d’électeurs en zones FN, et la propagande ignominieuse d’un FN assimilé aux auteurs de la tragédie d’Oradour-sur-Glanes, le Front national serait la troisième force de l’Assemblée si ses électeurs recevaient leur juste représentation. Ce score des législatives qui, certes, reste décevant au vu du score de Marine Le Pen au premier tour des présidentielles, serait néanmoins fortement envié par la plupart des autres partis.

Ces résultats, loin de pousser au ramollissement, devraient inciter les membres du prochain Congrès des patriotes qui devrait se réunir au début de l’année prochaine,  à ne surtout pas se tromper d’adversaire, ni à se faire enfumer par les mous et les relativistes, mais au contraire à affermir la ligne souverainiste, identitaire et chrétienne qui prévaut parmi ses électeurs et parmi les responsables.

Quant aux causes de l’abstention massive des dernières élections qui s’élève avec les bulletins blancs et nuls aux environs de 62%  au second tour des législatives, il faut les rechercher dans la méthode de confiscation du pouvoir des mondialistes qui ont porté Macron à la présidence de la République et qui consistait principalement à décrédibiliser ses adversaires en les accusant d’abus de pouvoir pour s’enrichir au dépends des contribuables. De ce fait les électeurs pensent que les politiques ne sont qu’un ramassis de profiteurs et que quoi qu’ils fassent et quel que soit le candidat, ils se feront toujours rouler dans la farine puisqu’en définitive les jeux sont faits à l’avance et que le Système mettra qui il veut à sa tête. C’est si vrai qu’Emmanuel Macron qui a été élu en magouillant sur la moralité de la vie publique éprouve la nécessité pressante de rassurer par une loi tout aussi mensongère et trompeuse que son élection sur la moralisation de la vie publique.

La majeure partie des candidats du Front national (ils étaient encore 120 en lice au second tour) qui se sont battus et ont mis en jeu leur réputation et parfois leur emploi, ainsi que les électeurs du Front national, majoritairement favorables aux traditions catholiques de notre pays, et qui ont bravé les oukases de la presse aux ordres,  méritent mieux que d’être écrasés de mépris et renvoyés à un cuisant échec qui, en réalité relève principalement d’une flagrante injustice, au risque que d’élections en élections, ils se mobilisent de moins en moins pour la cause de la souveraineté, de l’identité et de nos traditions chrétiennes, pour le plus grand profit de l’oligarchie mondialiste qui orchestre tout cela.

Ci-dessous les tableaux des résultats officiels du Ministère de l’Intérieur

Nuances de Candidats Voix % Inscrits % Exprimés Nb Sieges
Parti communiste français 217 833 0,46 1,20 10
La France insoumise 883 573 1,87 4,86 17
Parti socialiste 1 032 842 2,18 5,68 30
Parti radical de gauche 64 860 0,14 0,36 3
Divers gauche 263 488 0,56 1,45 11
Ecologiste 23 197 0,05 0,13 1
Divers 100 574 0,21 0,55 3
Régionaliste 137 490 0,29 0,76 5
La République en marche 7 826 245 16,55 43,06 306
Modem 1 100 656 2,33 6,06 42
Union des Démocrates et Indépendants 551 784 1,17 3,04 17
Les Républicains 4 040 203 8,54 22,23 112
Divers droite 306 074 0,65 1,68 6
Debout la France 17 344 0,04 0,10 1
Front National 1 590 869 3,36 8,75 8
Extrême droite 19 034 0,04 0,10 1

http://elections.interieur.gouv.fr/legislatives-2017/FE.h...

Rapport de force à l’issu du premier tour de la Présidentielle:

Mme Marine LE PEN 7 679 493       voix 16,14 % Inscrits 21,30 % exprimés
M. Emmanuel MACRON 8 657 326 18,19 24,01

Rapport de forces à l’issue du second tour de la présidentielle:

M. Emmanuel MACRON 20 743 128 43,61% Inscrits 66,10% Exprimés
Mme Marine LE PEN 10 638 475 22,36% 33,90%

 

11/06/2017

Pas de voix pour la politicaillerie !

Le rideau vient de tomber sur ce premier tour des élections législatives et, comme lors des présidentielles, la vraie nature des responsables politiques s’est affichée au grand jour…

            C’est le chef de file LR, l’inénarrable et haut franc-maçon François Baroin –postulant à Matignon- qui avait ouvert, dès le 5 juin, la marche des courtisans vers le Pouvoir en prônant « un désistement dans le cas d'une triangulaire où le FN serait susceptible de l'emporter », invitant la République en marche et le PS à faire de même.

            Ces alliances ineptes ne sont pas de nature à transcender les partis, mais à favoriser les arrangements entre amis pour avoir sa place au soleil… Dès lors, il en résulte, par-delà les ambitions personnelles et les jeux de pouvoir, un manque flagrant de probité et d’éthique qui détourne inexorablement des urnes, les électeurs lassés par tant de malversations, de collusions, de palinodies et de versatilités de la classe politique… Où ils attendent l’espérance, on leur offre des bilans truqués, des chiffres faux, des compromissions, des « affaires » à répétitions… Rien, dans tout cela, qui ressemble à de la volonté, de l’enthousiasme, de l’espérance, par conséquent à de l’avenir. Alors, le sondage tombe comme une pierre dans le jardin de ces messieurs : ils nous ennuient… et les abstentions se multiplient lors des consultations électorales à l’exemple de ce premier tour où plus de 50% des électeurs se sont abstenus de voter. Que devient donc leur légitimité ? Que devient celle du Parlement ?

            Ce qui manque précisément aux élus, c’est la liberté de ne pas faire comme les autres, ne pas suivre aveuglément les consignes de partis, ne pas être inféodés à des lobbies. Ce qui manque à la plupart des responsables politiques pétris d’orgueil et assoiffés de pouvoir, c’est la liberté de faire valoir leurs talents propres, d’injecter des initiatives personnelles qui tiennent compte d’avis divergents, plutôt que s’évertuer à préserver contre vents et marées leurs propres intérêts. Ils sont le symbole moderne du cynisme absolu, de l'absence totale de fidélité à leurs idées, de l'opportunisme à la puissance 10

            Ce qui lasse désormais les électeurs, c’est cette nomenklatura régnante qui se partage depuis des lustres le pouvoir. Chez elle, le courage et la droiture sont passés de mode. Les fourbes sans esprit et les intrigants moroses sont en tous lieux les favoris des oligarques.

Quand entendons-nous un de ces oligarques qui nous propose l’ardeur, l’action, l’honneur, l’élan, le sacrifice, la gloire, la patrie ? Mais non, il n’est question que de combinaisons, de petites alliances qui permettent de prendre les petites places et, par-dessus tout, de réchauffer sans cesse, pour en tirer son profit et y gagner sa croûte, l’opposition et presque la haine, entre Français.

Depuis fort longtemps nous manquons d’hommes politiques d’envergure capables d’affronter les pires situations sans craindre d’être mis en « minorité », d’être « sanctionnés » lors d’une consultation électorale, de se voir opposer une « mise à l’écart » ou un chantage quelconque.

Aujourd’hui, face au péril croissant que représente l’islamisation de la France, on sait bien ce qui se passerait si, par extraordinaire miracle un homme providentiel surgissait pour le combattre… Les laquais de télévision, les scribouillards, la « bien-pensance », les « humanistes » et le « politiquement correct » le traiteraient de « raciste », du moment qu’il voudrait libérer la France. On tendrait à sa sincérité tous les pièges possibles. Au lieu de l’aider, le soutenir et l’admirer, on ne s’occuperait que de le faire trébucher, à le déconsidérer, à l’écœurer. Hélas ! On y parviendrait sans doute, car quel cœur propre peut survivre aux ignominies de la « politicaille » ?