Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

apostasie

  • D' halloween au métissage et au grand remplacement .

    Halloween et l’apocalypse en cours

    La monstrueuse fête d’Halloween se substitue de plus en plus en France à la Toussaint et à la Fête des morts.

    Même dans les villages les plus reculés et les plus paisibles de notre pays, le 31 octobre au soir, des enfants déguisés en sorciers ou en diablotins sonnent à la porte pour quémander, souvent même en s’exemptant des traditionnelles formules de politesse, des bonbons ou des espèces sonnantes et trébuchantes pour célébrer Halloween ! Dans des halls d’immeubles à Paris et en province sont glorieusement affichés des dessins d’enfants à l’occasion d’Halloween, à base de citrouilles et de sorcières. Cela ne choque personne. En revanche si des enfants dessinaient des crucifix, représentaient la Sainte Vierge ou si une crèche était installée dans le hall, alors on crierait à l’atteinte à la laïcité et on ordonnerait sur-le-champ le retrait de ces symboles religieux attentatoires au vivre ensemble et à la sacro-sainte laïcité. Des adultes que nous avons croisés le 31 octobre sur des aires d’autoroute se préparaient eux aussi, tout excités, selon leurs propres aveux, à fêter Halloween. 

    Il n’était pas a priori évident que cette détestable fête qui nous vient des Etats-Unis d’Amérique devienne si populaire en France, et de manière si rapide. Et pourtant c’est le cas désormais, au grand bonheur des commerçants et des magasins de farces et attrapes, qui augmentent fortement leur chiffre d’affaires.

    Cela prouve que beaucoup de Français d’aujourd’hui sont profondément déculturés, déchristianisés, dénationalisés, déspiritualisés et qu’il ne faut pas s’illusionner désormais sur les capacités de résistance intellectuelle, mentale et spirituelle de notre peuple.

    Alors que la France était par excellence le pays de la gastronomie, les fast food, du Mc Do au kébab, n’ont eu hélas aucun mal à s’implanter partout dans notre pays, et il est fréquent de voir des parents, et même des grands-parents, se réjouir d’emmener leurs enfants et petits-enfants au McDo ou au Burger King du coin, au lieu de leur faire découvrir les trésors de la gastronomie française. Alors que notre pays, et singulièrement sa capitale, était, par excellence la terre de l’élégance vestimentaire, on s’afflige de voir aujourd’hui la façon dont la plupart des Français sont accoutrés, le négligé et le débraillé vestimentaires l’emportant à peu près partout. C’est à tout cela aussi que l’on mesure l’agonie d’une civilisation. Qu’il est loin le temps où tout un chacun allait se recueillir dévotement sur les tombes de ses parents, se faisait fort de les fleurir et de prier pour les défunts en ce mois de novembre qui leur est consacré ! Le monde dans lequel nous vivons n’a quasiment plus rien à voir avec celui qui a prévalu si longtemps.

    Toute piété filiale, tout enracinement ont été arrachés, bannis, éliminés. C’est le monde de l’anarchie et de l’inversion, de l’ego et du chaos.

     

    C'est dans ce contexte d’apostasie et de démission généralisées où la France se défait un peu plus que les prétentions des nouveaux venus dans notre pays se font de plus en plus exorbitantes, comme en témoignent toute une série de déclarations et d’événements récents lourds de menaces pour la paix civile et l’avenir des indigènes français.

    Le 27 octobre, lors d’un rassemblement parisien contre l’islamophobie, dans une envolée d’une arrogance nickel-chrome, Yassine Bellatar, histrion médiatique de son état, nous avertit ainsi sans ménagement : « Nous ne sommes pas dans un projet d’assimilation…

    La France doit s’habituer au fait que nous restons [sic]… Mon grand-père a défendu ce pays, mon père l’a bâti et moi je le revendique… Ils ne se rendent pas compte de ce que nous avons préparé, c’est-à-dire nos enfants ». Si l’on comprend bien, nous autres, Français arriérés, nous devons nous faire à l’idée que ces ouvriers de la 25e heure (dont beaucoup sont inscrits sur les rôles du Revenu de solidarité active), « sont chez eux chez nous » comme l’avait très tranquillement déclaré avec sa proverbiale “force tranquille”, Mitterrand, dès son accession au trône républicain. D’ailleurs, joignant aussitôt le geste à la parole, l’homme de Jarnac aggravait alors considérablement les politiques suivies par ses prédécesseurs et régularisait derechef 130 000 étrangers en « situation irrégulière ». 

    Or, si nous comprenons bien le sieur Bellatar, c’est “nous” qui sommes désormais « chez eux », aujourd’hui tolérés (jusqu’à quand ?), demain parqués dans des bantoustans, voire carrément expulsés et jetés sur les routes de l’exil ! Irons-nous alors recoloniser l’Afrique, Madagascar ou la Cochinchine ? Le Canada acceptera-t-il notre arrivée en masse comme nous le fîmes pour le million et demi de Pieds-Noirs qui avaient eu à choisir entre « la valise et le cercueil » ? Ce Bellatar n’est pas le premier venu. C’est un homme-orchestre. Wikipédia nous le présente comme un humoriste, un producteur radio et un patron de bar. Ses affinités électives nous disent tout sur le personnage. Ainsi, en novembre 2011, il animait à Strasbourg le Festival du Changement aux côtés de François Hollande, d’Emmanuel Zemmour (de l’Unef et ultérieurement conseiller d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris) et de Guillaume Ayné, directeur général de SOS Racisme fondé par deux fieffés communautaristes : Harlem Désir et Julien Dray. 

     

    Ajoutons que ces gens si arrogants, si sûrs d’eux et dominateurs, ne sont plus seulement installés avec les deux pieds sur la table devant leurs hôtes consternés et penauds, mais, à bien entendre ce magistral malotru, les indésirables, pour finir, ce seraient nous autres. Nous, les autochtones, et non ses petits et ses grands frères qui viennent de cramer, le soir de la fête d’Halloween, une école et un collège à Béziers comme au bon vieux temps des émeutes de 2005 dans la Grande couronne. Dans la nuit du jeudi 31 octobre, une école primaire, un collège et plusieurs véhicules ont en effet été incendiés dans le quartier de la Devèze. Un quartier où l’État a beaucoup investi, en vingt ans près de 300 millions d’euros. Aucun autre quartier de Béziers n’a bénéficié d’autant d’argent. « C’est un échec. L’intégration et tout ce qui tourne autour de la politique de la ville sont un échec. Ils nous ont déjà brûlé des aires de jeux. Une aire de jeux, proche de cette école, a été brûlée 15 fois », dixit Robert Ménard, maire de ladite ville. Quinze fois ! Chiffre qui laisse rêveur lorsqu’on nous bassine avec la pauvreté de ces soi-disant quartiers-ghettos pour “pauvres” grassement subventionnés. 

    Pire encore, ces allogènes ont incendié à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 novembre, le chapiteau d’un « centre des arts de la scène et du cirque » inauguré en juin 2018 après avoir tendu une embuscade aux forces de police et aux pompiers, au cours de ce que la presse qualifie pudiquement de « nuit de violences urbaines ». Caillassages, tirs de mortiers pyrotechniques, les forces de l’ordre étaient attendues par vingt à trente individus munis de bâtons et bien décidés à en découdre. Ne nous aveuglons pas : ce que d’aucuns appelaient les « territoires perdus de la République » sont en fait devenus d’authentiques zones d’interdiction où islamistes et narcotrafiquants réalisent une convergence des luttes, des causes et des intérêts que nos malheureux concitoyens insoumis, segmentés dans leurs revendications, sont bien incapables de réaliser. 

     

    Au reste, à les entendre, ces immigrés ou Français de fraîche date, n’ont-ils pas tous les droits en tant que force nouvelle et prolifique ? De même que la terre appartient à ceux qui la cultivent, la France appartient de plus en plus à ceux qui la mettent en coupe réglée, ce pays laissé en déshérence par ses anciens occupants frappés de caducité et pour beaucoup tombés dans la dépendance du grand âge. Ce pays ne leur revient-il pas de droit, nous susurre-t-on ? Les migrants ne sont-ils pas parfaitement dignes d’éloges, nous dit-on, puisqu’ils fournissent les gros bataillons d’« auxiliaires de vie » procédant à la toilette de personnes hors d’âge que le grand philanthrope Jacques Attali préconisait d’euthanasier passée la soixantaine en raison de leur coût social ? Le grand-père puis le père de M. Bellatar — bis repetita placent — n’ont-ils pas, sans discussion possible, « défendu et bâti » ce pays ? Ce qui, sous-entend que rien (ou pas grand chose) n’existait avant eux. Qu’ils l’ont en quelque sorte inventé et qu’en vertu du principe de causalité, ils en sont à présent les seuls véritables légitimes propriétaires. Qu’en conséquence, ils sont libres, en application d’un postulat du droit romain “usus et abusus”, d’en faire ce que bon leur semble. Brûler les écoles, les voitures, les églises (par exception Notre-Dame serait une chasse gardée de services très spéciaux jouissant d’un monopole quant à l’exercice de la vengeance divine dévolue à certains titulaires héréditaires de cette charge séculière), abattre les croix dans les cimetières, considérer nos dodues oies blanches et nos chères bécasses comme un gibier chassable, tirable et plumable à toute heure et en toutes saisons. Dernier épisode remarquable, le pillage du trésor inestimable de la cathédrale d’Oloron-Sainte-Marie (inscrite au patrimoine mondial) et située dans les Pyrénées-Atlantiques sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Un édifice catholique attaqué par un commando qui a utilisé une voiture-bélier pour briser l’une des portes latérales de la cathédrale dans la nuit du 4 novembre. Un vase et une statue vandalisés ont été retrouvés abandonnés sur le parvis de la cathédrale. 

    Toutes choses impensables ou impossibles si le Gaulois, trop peu réfractaire à « la racaille d’en bas », n’était aussi bien cornaqué et ahurie par la « canaille d’en haut », laquelle regarde nos “sauvageons” (expression datée de 1999, due à Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Intérieur de Jospin, et ayant fait scandale,) avec les yeux de Chimène et les couvre d’une prodigieuse manne pécuniaire tirée directement de nos escarcelles.

    À la décharge de nos compatriotes, rappelons que les leucodermes hexagonaux ont été infestés par de terrifiants parasites idéologiques (égalitarisme, universalisme, relativisme, subjectivisme, egolâtrie, etc.) qui les ont privés de tout libre arbitre, de toute véritable autonomie du consentement, de toute raison critique. 

     

    Dans un tel cadre, on comprend comment, sous couvert de laïcité, l’islam fournit d’inépuisables troupes d’assaut utiles à éliminer — ou à réduire à la portion très congrue — ce qui subsistait encore d’identité spirituelle de la France d’hier. Outre le métissage, promoteur de la destruction de l’identité génétique des populations autochtones, l’Islam est une imparable machine de guerre contre l’Église, l’Ecclésia, autrement dit, contre une communauté de croyants plus que millénaire et jusqu’à il y a peu spirituellement homogène, résultat du prix fort payé à l’occasion des guerres de religion, commençant en 1562 pour ne prendre véritablement fin qu’en 1598 avec l’édit de Nantes. 

    M. Bellatar, dans une belle envolée lyrique, nous dit en fin de compte ce qui nous attend… sans coup férir (en douceur mais sûrement), la pression démographique qui va nous submerger : « ce que nous avons préparé, c’est-à-dire nos enfants », ne disant ni plus ni moins que ce que le président algérien, Houari Boumediene, annonçait en 1974, douze ans après l’indépendance : « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas en tant qu’amis. Ils iront là-bas pour le conquérir, et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire ». Et en effet le ventre toujours fécond de l’Orient est en passe — si ce n’est déjà fait — d’avoir opéré une colonisation à front renversé. Sans combat, si ce n’est celui du messianisme des droits de l’homme, régnant sans partage depuis 1945, qui, depuis soixante-quinze ans, conduit une guerre inexpiable, culturelle et spirituelle, semant en Europe un extraordinaire chaos intellectuel et moral dont les effets pourraient bien se traduire par des fleuves de sang et d’épouvantables misères. Songeons au sort des chrétientés d’Orient qui n’ont cessé de fondre et de se dissoudre depuis un siècle. 

    Car, pendant que le pouvoir amuse la galerie avec l’épouvantable « procréation médicalement assistée », l’avortement ayant été érigé en Droit fondamental et sacré (ce qui en dit long sur le degré d’inversion mentale aujourd’hui atteint), qu’arrive le débat sur le droit à mourir dans la dignité (l’euthanasie pour tous), les migrants nantis d’un authentique esprit de conquête prosélyte, ne pratiquent pas, eux, le coïtus interruptus. A la différence de la plupart des Françaises de souche converties hélas à l’interruption volontaire de grossesse, au carriérisme et au vagabondage sexuel, cela pour ne pas être en reste sur une gent masculine préférant de nos jours résolument la « teuf au taf » [wiktionary.org/wiki/taf].

     

    Tout cela est bel et bon, mais si l’on tourne les regards vers le Septentrion, là où la social-démocratie a pris de l’avance sur les pays latins, les populations dans l’incapacité de faire bouger le monolithe idéologique qui les écrase, préfèrent, plutôt que de supporter les nuisances qui accompagnent les transferts de populations, tailler la route, changer de zones, ou carrément de pays, un peu comme ces fermiers afrikaners, plutôt que de se faire assassiner à domicile (ce à quoi les expose une politique prévoyant des expropriations de terres agricoles sans indemnité) émigrant en Géorgie, en Nouvelle-Zélande ou en Australie. La Suède de Greta Thunberg nous offre un avant-goût des comportements qu’on nous contraindra peut-être à adopter d’ici peu. Finies les marches blanches pour les filles violées et assassinées bestialement, finis les oursons en peluche déposés sur les trottoirs entre deux pisses de chien et des chandelles rouges à la flamme vacillante, il deviendra peut-être hélas difficilement évitable de prendre la tangente et de pratiquer la fuite salvatrice. 

    Mi-octobre la télévision suédoise diffusait un reportage relatif à la crise « existentielle et financière » que traverse Filipstad, ville forte de dix mille âmes. Jim Frölander, responsable de l’intégration au sein de l’administration municipale, déclarait sans ambages : « nous vivons un changement de population. Pensez ce que vous voulez… Mais tel est le constat, c’est ce que nous vivons et c’est ce à quoi nous devons faire face ». En effet, entre 2012 et 2018, 640 Suédois de souche ont quitté Filipstad tandis que 963 allochtones venaient s’y installer. Les partants appartenant aux classes d’âge comprises entre 20 et 64 ans, étaient bien entendu en capacité d’exercer des métiers productifs (d’où une perte nette de recettes fiscales pour une ville devant faire face à une lourde pénurie budgétaire). Pour compléter le tableau, écoutons ce qu’en dit lui-même le maire de Filipstad, Claes Hultgren : « À Filipstad, nous avons environ 750 adultes originaires de Syrie, de Somalie, d’Erythrée, d’Afghanistan et d’Irak… Dans ce groupe de population, le chômage est très élevé, le niveau d’éducation très bas et personne ne peut vivre sans recourir à l’aide sociale. Ces personnes vivent à l’écart du reste de la société et risquent de ne jamais sortir de l’exclusion qui est la leur aujourd’hui. Leur exclusion impacte, par ailleurs, lourdement l’économie locale ». 

    En un mot, les nouveaux arrivants ne possèdent pas les qualifications minimales pour accéder au marché du travail ou ils n’y accéderont que très difficilement et dans tous les cas seront à la charge, en partie ou en totalité, de la communauté. Dans ce cas de figure, parfaitement emblématique du projet totalitaire européen, seule l’idéologie messianique du métissage l’emporte. Périssent les peuples et les économies, et pour la Suède le fruit de deux siècles de développement (auparavant, avant la révolution industrielle du XIXe siècle — à partir de 1850 — fondée sur la sidérurgie et le charbon, elle était un pays agraire d’une grande pauvreté), pourvu que les racines et le terreau vital du “nationalisme” honni soient extirpés, à savoir l’homogénéité ethnique, culturelle et confessionnelle. Mais, rétorqueront les chantres du nouvel Eden cosmopolite, un migrant est un humain comme les autres et dispose des mêmes droits que tout un chacun, qu’il soit productif ou non, c’est un “humain” et rien que cela. Face à la tyrannie des universaux négativistes de toutes spécificités et singularités, nous n’avons, nous susurre-t-on, qu’à rendre les armes et à laisser le champ libre aux incapables majeurs, aux parasites et aux assistés à perpétuité.

     

    Nous ferions bien de méditer l’exemple sud-africain.

    Une terre quasiment vierge défrichée par des laboureurs hollandais. Aujourd’hui ces mêmes fermiers, assassinés et persécutés, en sont réduits à fuir le pays de leurs pères. Au cours des années 1990, les autorités ont recensé quelque 250 000 personnes assassinées. Les données d’Interpol pour l’Afrique du Sud établissent actuellement le nombre d’homicides et de tentatives d’homicides à 48 000 par an, pour 56 millions d’habitants contre 2 000 lorsque la police de l’apartheid était à l’œuvre pour s’interposer entre combattants Xhosas et Zoulous (à titre de comparaison, on recense 700 meurtres annuels en France pour 67 millions d’habitants). Deux meurtres sur cinq visent des Blancs, soit 40 % des victimes, et depuis 1994 ce sont 70 000 Blancs qui ont été lâchement assassinés.

    La démocratie raciale est à cet égard un indéniable franc succès. Un clou chasse l’autre. On comprend alors pourquoi Brandon Huntley, âgé de 31 ans, est allé jusqu’à demander officiellement l’asile au Canada après avoir été attaqué la bagatelle de sept fois dans sa ferme en raison de la couleur de sa peau. Au demeurant se faire traiter au quotidien de « chien blanc » est chez nous d’une grande banalité. Hélas, cela commence par des gros mots et cela finit souvent par des coups. L’Institut sud-africain de relations raciales, le South African Institute of Race Relations (notons que les races existent officiellement en République d’Afrique du Sud, même si chez nous, pays des Lumières, le mot a été supprimé de la Constitution), révélait en 2018 qu’entre 1995 et 2005 ce sont 800 000 Sud-Africains blancs, âgés de 25 à 35 ans, qui ont quitté le pays. Chiffres impressionnants si on les rapporte à la population totale dont seulement 10 % des 49 millions de Sud-africains sont de race blanche. Nous savons ce qui nous attend au terme du processus d’expropriation maintenant déjà très engagé. Que Dieu nous préserve de cette tragédie !

     

    Léon CAMUS et

    Jérôme BOURBON.

  • Don Davide Pagliarani dénonce l’abomination des rites idolâtres dans le sanctuaire de Dieu .

     

     

    Communiqué du Supérieur général de la FSSPX à propos du Synode pour l’Amazonie

    , le 28 octobre 2019

    En la fête des saints Simon et Jude, apôtres

     

    Chers Membres de la Fraternité,

    Le récent synode sur l’Amazonie a été le théâtre de spectacles exécrables où l’abomination de rites idolâtres est entrée dans le sanctuaire de Dieu d’une façon inédite et impensable.

    De son côté, le document final de cette assemblée tumultueuse s’en prend à la sainteté du sacerdoce catholique, en poussant à l’abolition du célibat ecclésiastique et au diaconat féminin. Vraiment les germes de l’apostasie, que notre vénéré Fondateur, Monseigneur Marcel Lefebvre, avait très tôt identifiés comme étant à l’œuvre dans le Concile, continuent à porter tous leurs fruits avec une efficacité renouvelée.

    Au nom de l’inculturation, des éléments païens s’intègrent de plus en plus dans le culte divin et l’on constate, encore une fois, comment la liturgie de Vatican II s’y prête parfaitement.

    Devant une telle situation, nous appelons tous les membres de la Fraternité et les tertiaires à une journée de prière et de pénitence réparatrice, car nous ne pouvons rester indifférents devant de telles attaques envers la sainteté de l’Eglise notre mère. Nous demandons qu’un jeûne soit observé dans toutes nos maisons le samedi 9 novembre prochain. Nous invitons tous les fidèles à faire de même et nous encourageons aussi les enfants à offrir prières et sacrifices.

    Le dimanche 10 novembre 2019, chaque prêtre de la Fraternité célèbrera une messe réparatrice, et dans chaque chapelle seront chantées ou récitées les Litanies des Saints, tirées de la liturgie des Rogations, pour demander à Dieu de protéger son Eglise et de lui épargner les châtiments que de tels actes ne peuvent manquer d’attirer. Nous invitons instamment tous les prêtres amis, ainsi que tous les catholiques qui aiment l’Eglise, à faire de même.

    Il en va de l’honneur de l’Eglise romaine fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui n’est pas une foire idolâtre et panthéiste.

    Abbé Davide Pagliarani

    Supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

    (Sources : Maison générale / La Porte Latine du 29 octobre 2019)

     

  • La laïcité "à la française" est en réalité, et depuis l’origine, une machine de guerre contre l’âme de la France .

    Le gilet, le croissant et la crèche



    COMME IL LE FAIT chaque année depuis 2014, le maire de Béziers Robert Ménard avait installé une crèche dans sa mairie. Le tribunal administratif de Montpellier a aussitôt enjoint à l’édile de retirer sous 48 heures la crèche et il a également prononcé une astreinte de 2 000 euros par jour de retard. Le juge a rappelé que « l’installation d’une telle crèche, à titre temporaire, à l’initiative d’une personne publique, dans un emplacement public, n’est légalement possible que lorsqu’elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, sans exprimer la reconnaissance d’un culte ou marquer une préférence religieuse. ». Mais qui va déterminer, et selon quels critères, s’il s’agit d’une initiative de nature culturelle, festive ou religieuse ? Le juge des référés, censé se prononcer sur l’urgence, rend un jugement de fond sur la crèche, en décidant arbitrairement qu’il s’agit d’une manifestation cultuelle et non culturelle.

    Le maire de Béziers a essayé de trouver la parade en déplaçant la crèche… de douze mètres. Située initialement dans la cour d’honneur de la mairie, elle est désormais placée sous le porche de l’hôtel de ville, mais en dehors du périmètre officiel de la « maison du peuple ». Conscient que la justice pourrait lui demander de la déplacer à nouveau, l’édile a prudemment opté pour une crèche… à roulettes ! Mais la décision du juge des référés est lourde de conséquences.

    Le plus significatif peut-être dans cette affaire, c’est que ce jugement a été pris à la suite d’une plainte du sous-préfet de l’Hérault qui a saisi le tribunal administratif de Montpellier selon une procédure d’urgence. « Nous demandons l’enlèvement immédiat de la crèche », avait en effet indiqué avec fureur le sous-préfet Christian Pouget au quotidien Midi Libre le 4 décembre 2018. Manifestement il a mis sans tarder ses menaces à exécution. En 2017, l’Etat avait déjà saisi la justice, et avait déjà gagné. C’est encore le cas cette fois-ci. Ce ne sont donc pas des groupes mahométans ou ouvertement laïcistes qui ont demandé en 2017 et en 2018 le démontage et le retrait de la crèche, c’est l’Etat français, la République française. Comme l’écrivait déjà Robert Ménard dans un communiqué publié le 18 décembre 2017 après la précédente interdiction et intitulé « pour la première fois en France, l’Etat expulse la crèche d’une mairie », « Il ne s’agit pas là de quelques associations “laïcardes” bien décidées à faire la peau à nos santons, comme ce fut le cas en 2014 et en 2016.

    Non, cette fois c’est bien l’Etat qui, seul, via son représentant dans l’Hérault, fait retirer la crèche. C’est une “première”, dont la portée symbolique — et historique — n’a pas fini de nous abasourdir. » C’est l’Etat, à son plus haut niveau, qui décrète l’interdiction des crèches dans les lieux publics. C’est la plus haute juridiction administrative, le Conseil d’Etat, celui-là même qui avait interdit en 2014 de manière arbitraire les spectacles de Dieudonné comme troublant l’ordre public, celui qui avait affirmé en 1989 la supériorité du droit européen sur le droit national (arrêt Nicolo), qui, une fois de plus, a pris une décision scélérate. En effet, dès le 9 novembre 2016, cette juridiction avait proscrit dans un arrêt les crèches dans les bâtiments publics, sauf circonstances particulières extrêmement restrictives.

     

    ON LE VOIT avec cet exemple emblématique, nous vivons dans un pays occupé. Occupé mentalement, intellectuellement, spirituellement.

    Occupé par des lobbies, des hommes, des organisations qui sont étrangers à l’âme de la France historique, qui renient chaque jour les promesses du baptême de notre patrie, qui promeuvent le faux, le laid, le mal. Leur laïcité est en réalité, et depuis l’origine, une machine de guerre contre l’âme de la France, contre sa religion historique et véritable, contre la foi de ses aïeux qui a imprégné si profondément nos territoires, nos paysages, nos terroirs, nos traditions, notre calendrier, les noms et prénoms que nous portons ou que nous donnons à nos enfants mais aussi à des villages, des villes ou des monuments, notre vocabulaire, nos dictons, et il y a encore quelques décennies, avant l’apostasie universelle, jusqu’à nos modes de vie et de pensée.

    La “laïcité” est souvent présentée comme l’application du principe de neutralité de l’État à l’égard des différentes confessions, toutes mises sur le même pied (égalité et nivellement obligent), ce qui est déjà un principe philosophique en soi condamnable. Mais en réalité, il ne s’agit même pas de cela.

    En fait, la prétendue “laïcité” n’est que la couverture d’un athéisme fanatique qui est en soi une contre-religion à part entière, elle n’est donc qu’un instrument, une arme, dans le cadre d’une guerre ouverte mais qui avance masquée, et surtout qui refuse d’être désignée comme telle sous couvert d’égalitarisme républicain !

    C’est pourquoi il est inconséquent de combattre l’Islam dans notre pays au nom de la laïcité car on ne peut lutter contre une religion conquérante avec une arme qui précisément nous détruit et nous avilit depuis plus de deux siècles, nous coupe de nos racines, de notre passé, de notre héritage, de notre lignée et qui agit sur nous comme un gaz incapacitant. Face au croissant, comme face à la shoah, plus que jamais il faut opposer la crèche et la Croix !

     

    CE N’EST PAS un hasard si aujourd’hui de plus en plus d’églises sont détruites ou transformées en cinéma, en office de tourisme, en maison particulière, en hall public, en hôtel, et demain sans doute, en mosquées ou en supermarchés (voir le dessin en page 2).

    La journaliste Caroline Fourest, très active dans le lobby LGBT, préconisait ainsi de transformer les églises en centre commercial. C’est d’ailleurs le lieu où se réunit désormais une grande partie des consommateurs le dimanche (quand les magasins sont ouverts, ce qui est de plus en plus fréquent). Autrefois on se réunissait sur la place de l’église, au centre du village, et on se retrouvait tous à la sortie de la messe, ceux qui avaient assisté à l’office et ceux qui étaient allés au café en face, mais tous participaient à la vie villageoise. Aujourd’hui c’est le centre commercial anonyme ou le stade qui est le lieu de vie et au bout de la chaîne c’est le cancéropôle, l’oncopôle, ce qui va parfaitement ensemble car la nourriture industrielle vendue dans les hypermarchés ne peut produire que des effets désastreux.

    Certes, dès lors que les églises se vident, il est logique qu’elles finissent par disparaître. Ce qui n’apparaît plus utile dans une société, à un moment donné, finit par s’écrouler. Mais si les églises se vident, c’est non seulement parce que nous vivons dans une société matérialiste et hédoniste où Dieu apparaît facultatif voire superfétatoire pour le plus grand nombre, mais c’est aussi parce que, depuis Vatican II, le culte qui y est encore, ici et là, pratiqué, n’a plus rien de sacré, plus rien qui élève l’âme, plus rien qui relie l’homme à Dieu, le Ciel et la Terre. On y dispense dans des sermons généralement très médiocres (n’est pas Bossuet qui veut!) un humanitarisme horizontal, un droit de l’hommisme compassionnel qui ne fait que paraphraser sottement ce que l’on enseigne déjà à longueur de journée à l’école, dans les media, dans les variétés, au cinéma. Si c’est pour entendre à l’église paroissiale les discours et les accents dont on est déjà abreuvé en permanence partout ailleurs, il n’est pas étonnant que les gens ne s’y déplacent plus.

     

    NOUS VIVONS un désert spirituel dont nous ne mesurons sans doute pas l’étendue et la profondeur et dont les conséquences sont et seront incommensurables pour les familles, pour les nations, pour la concorde en société, pour le bien commun. Il est de bon ton de répéter que les croyances religieuses sont fauteuses de troubles, de violence, de haine et de crimes. Et on se plaît à énumérer les massacres qui, dans l’histoire, auraient été commis au nom de Dieu. En omettant de préciser que le plus souvent, dans ce genre de tragédies, il s’agissait en réalité de considérations essentiellement politiques qui avançaient masquées derrière d’apparentes revendications religieuses. En revanche, on ne s’interroge jamais sur l’étendue des crimes, des persécutions, des violences, des injustices commis au nom du refus de Dieu, au nom de sa radicale négation. Et pourtant n’est-ce pas le communisme athée qui, aux quatre coins du globe, a fait, et de loin, le plus de victimes au XXe siècle ?

    Depuis la Révolution française n’est-ce pas, au nom du refus de la religion, que l’on a massacré des innocents, de la Vendée aux carmélites de Compiègne, que l’on a tué des prêtres et des religieuses, que l’on a, au mépris de toute justice, de toute humanité, crocheté des couvents, des églises, supprimé des congrégations, conduit à l’exil tant de prêtres et de religieux et organisé l’un des plus grands vols de l’histoire en se saisissant, tant sous la Révolution que durant la IIIe République, des biens de l’Eglise, du clergé, de toutes les églises paroissiales construites avant 1905 ?

    Il n’est pas sans danger pour l’homme, pour la société, pour la concorde sociale, pour la vie en commun d’éliminer totalement Dieu du domaine public. Car la foi doit pouvoir se vivre, non seulement dans sa conscience, dans son foyer, dans sa famille mais doit aussi pouvoir s’exprimer en public. Dans le culte, dans les processions et pèlerinages. Dans les églises et les chapelles, au moyen de statues et de calvaires, de chemins de Croix, de chapelets et de crucifix. Elle doit pouvoir s’exprimer et se vivre dans les écoles et les tribunaux, dans l’administration et jusque dans les hôpitaux.

    Si l’on supprime les crèches des dernières mairies qui souhaitaient les installer, plus souvent, il faut l’avouer, par folklore et respect de traditions locales encore populaires qu’au nom d’une foi ardente, c’est qu’on a déjà retiré toute trace de religion et de divin des autres lieux publics, c’est que l’on a conduit jusqu’à son terme, jusqu’à son sommet, l’apostasie publique d’une nation.

     

    FAUT-IL que ce Divin Enfant, bien que tout petit, muet et sans défense, gêne considérablement les puissants de ce monde pour qu’on décide ainsi de le cacher, de le faire disparaître, toutes affaires cessantes, des lieux publics avec un fanatisme impressionnant ? Et en effet la simple vue de cet Enfant, de sa sainte Mère et de son père adoptif, l’humble charpentier maniant la varlope et le rabot, est insupportable à ceux qui ont en main les leviers de commande de ce pays. Car la Sainte Famille représente par excellence tout ce qu’ils combattent, tout ce qu’ils haïssent.

    La pureté et l’innocence alors qu’ils scandalisent et pervertissent l’enfance et la jeunesse, dès le plus jeune âge, promeuvent toutes les perversions, toutes les déviances, de la Gay Pride officiellement parrainée chaque année pour la Saint-Jean par le chef de l’Etat, le maire de Paris et le conseil régional d’Ile-de-France au “mariage” gay en passant par ces réalités sordides cachées derrière les affreux acronymes IVG, PACS, PMA et GPA et par la diffusion chaque jour plus massive, à la télévision et sur la Toile, de la pornographie.

    La pauvreté et la simplicité alors qu’ils ne pensent qu’à s’enrichir toujours davantage au détriment des plus modestes, au détriment de la nature, de la tempérance et du bon sens, au détriment de ces millions de gilets jaunes qui expriment à leur façon leur détresse, leur colère et leur désarroi face à un pouvoir qui les spolie, les nie, les ruine, les dépossède.

    La paix, le silence et la discrétion alors que notre monde ne vit que de bruit, de fureur médiatique, de cris et d’hurlements et qu’il est une conspiration permanente contre toute forme de vie intérieure, contre toute aspiration à la méditation et à la contemplation. Il faut toujours qu’il y ait du bruit, une musique assommante dans les magasins, dans les restaurants, dans les transports et jusque dans les rues.

    L’intransigeance sur les principes alors qu’ils n’ont aucune colonne vertébrale et que leurs seules valeurs sont mobilières.

    L’amour de la vérité et de la sincérité alors qu’ils sont faux et fourbes, que mentir pour eux est une deuxième nature, et qu’ils ne cessent de tromper, de leurrer, de manipuler, de fourvoyer par le trucage des chiffres, des statistiques, de l’histoire, de la mémoire, par les promesses non tenues, les engagements violés sans vergogne, les trahisons tant des idées qu’ils sont censés avoir pour se faire élire que des hommes qui les ont aidés à faire carrière.

    La vie qui se donne, se sacrifie et se perpétue, la vie naturelle et surnaturelle, la vie du corps et la vie de l’âme, la vie toute simple et la vie de la grâce face à un monde mortifère où l’on entend légaliser l’euthanasie active, le suicide assisté, même des enfants, où l’on s’en prend aux deux bouts de la vie, des fœtus avortés aux vieillards euthanasiés, tout en fabriquant en laboratoire des bébés éprouvettes pour des paires homosexuelles et en ouvrant la voie à la location du ventre de mères porteuses pour la satisfaction de sodomites en mal de chair fraîche ! Peut-on aller plus loin dans la barbarie et la marchandisation de l’être humain ?

     

    LE CHRISTIANISME est par excellence la religion et la civilisation de l’Incarnation car il adore le Verbe incarné, le Dieu qui s’est fait homme. Or le monde moderne est au contraire celui de la désincarnation et d’une contre-incarnation. Il est le monde du virtuel et non plus celui du réel, de l’anonymat des réseaux sociaux et non de la chaleur d’un foyer aimant. Le monde de l’émotion instantanée qui fait pleurer les masses sur les infortunes de stars du petit écran mais qui ne s’occupe pas au quotidien de l’aïeule, de la tante, de l’enfant ou du voisin qui aurait tant besoin de présence et de chaleur humaine. Bernanos le disait déjà : « l’homme moderne a le cœur dur mais la tripe sensible ». Notre univers est celui du strass et des paillettes et non celui des humbles vertus domestiques, du martyre quotidien du devoir d’état, de l’effort inlassable, du dévouement discret au sein de la famille. Il est le monde de l’immédiateté et de l’évanescence, de l’individualisme et de l’égocentrisme, le monde où l’on peut gagner des millions en un instant dans un jeu télévisé stupide, où l’on peut changer du jour au lendemain, sans aucun problème, de sexe, de convictions, de religion, d’organisation, d’« orientation sexuelle », où l’on peut sans cesse se réinventer, se transformer, refaire sa vie (comme si l’on avait ici-bas plusieurs vies !). Il est le monde de l’apparence et du divertissement, du frelaté, du faisandé et de l’avarié, de l’impasse, du mensonge et de la mort  face à Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie. Il est le monde où l’on est sans cesse relié à son téléphone portable, à son GPS, à son ordinateur et à son lecteur MP3 (voire MP4 !) mais où l’on n’est plus relié en profondeur ni à la terre, ni à la nature, ni aux autres, ni à Dieu.

     

    QUANT À NOUS, ayons à cœur la défense de cette tradition toute simple, la crèche de Noël et ses santons qui expriment de manière si simple et si compréhensible les mystères de notre religion, nourrissent notre foi, dilatent notre cœur, enflamment notre espérance, chassons de nos foyers l’hideux Père Noël importé par les soldats américains en même temps que leur immonde Coca-Cola. La lumière n’est pas faite pour être mise sous le boisseau. Puissions-nous la faire rayonner autour de nous. La diffusion du bien, du beau, du vrai est possible, si nous nous gardons de la contagion du monde et si, malgré les tourments et les vicissitudes ici-bas, nous conservons au cœur une invincible espérance et cette joie chrétienne, simple et profonde, que personne ne pourra nous ôter.

    Joyeuses et saintes fêtes de Noël à tous !



    Jérôme BOURBON.