Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

antifas

  • Protégée par la "ripoublique", la sauvagerie de l’ultra-gauche a encore pu déferler ce dernier samedi sur les Champs Élysées ! ...

     

    La France est ainsi ce début du XXI° siècle confrontée à plusieurs barbaries.

    La plus sanguinaire à ce jour a évidemment été celle de l’islam jihâdiste à l’image de ce qu’il est toujours et partout dans le monde avec notamment ses organisations terroristes  internationales, telles qu’Al-Qaïda, l’État islamique, Boko Haram et autres, faisant dans des sommets d’atrocités des centaines de milliers de victimes, chrétiennes ou yézidies, et juives encore, mais aussi dans les populations musulmanes d’autres branches honnies de l’islam.

    Mais une autre barbarie s’est une fois encore manifestée en marge des gilets jaunes…

    À Paris surtout, mais pas seulement, la violence émeutière, curieusement, incroyablement non prévenue, a été le fait de véritables organisations d’une extrême-gauche de guerre civile, « Black Blocks », « antifas » et autres groupuscules d’anarchisme révolutionnaire admirant Action Directe, la bande à Baader ou les brigades rouges.

    Comment sur ce point oublier l’extraordinaire complaisance judiciaire à sens unique dont ont bénéficié naguère les agresseurs « antifas » dans l’affaire de l’agression délibérée ayant hélas entraîné la mort de l’un d’entre eux, Clément Méric, tombé sous le coup violent qu’il avait manifestement provoqué.

    Mais, pourquoi ces groupuscules de l’ultra-gauche violente et même criminelle qui ce samedi encore ont incendié, pillé, dévasté, et commis des violences qui auraient pu être mortelles n’avaient-ils pas été dissous comme il en fut de très nombreux  groupuscules présentés comme dangereux pour la République et qualifiés « d’ultra-droite » ? Sans que l’on s’avise de préciser en quoi leurs idées semble-t-il vaguement inspirées pour certains par les idéologies totalitaires du fascisme et du nazisme, pouvaient bien être de droite.

    De quelles connivences l’ultra-gauche émeutière bénéficie-t-elle donc ? Ou alors, pour quelle instrumentalisation politique entend donc l’utiliser monsieur  Castaner, si pitoyable ministre de l’Intérieur ?

    Mais il est une autre barbarie, non émeutière et sans doute jamais médiatiquement dénoncée, et au contraire exaltée comme le règne du progrès, c’est celle du « meilleur des mondes ». Celle de la culture de mort, par d’abord la libre suppression en France du droit à la vie, chaque année pour près de trois cent mille enfants à naître. Celle ensuite de toutes les manipulations des embryons d’êtres humains sous le couvert d’une soi-disant bioéthique, à des fins d’eugénisme, et bien sûr pour le libre cours à l’euthanasie, mot qui sonne justement comme « État nazi ».

    Quiconque désormais s’avise de dire son opposition à la suppression d’une vie qu’est tout avortement ou toute euthanasie se voit  aussitôt médiatiquement et politiquement lynché, menacé des foudres de la loi, notamment par de sinistres femmes ministres, véritables furies prosélytes de la barbarie du meilleur des mondes.

    Ainsi est non seulement bafoué le respect de la vie humaine innocente mais exaltée comme un progrès sa suppression. Comme dans le « 1984 » de Georges Orwell, l’inversion du sens des mots est radicale. Les actes de mort comme l’IVG sont présentés comme des conquêtes de la vie sociale !

    Entre les idées des incendiaires anarcho-gauchistes et celles des bourgeois libéraux libertaires au pouvoir, façon Macron, Schiappa, Buzyn, il n’y a que des différences de degrés, pas de nature !

     
     
  • Les milices antifas sont financées par la fausse droite et jamais inquiétées par les forces de l' ordre et la justice !

     

    Véritables sbires à la solde du pouvoir, attaquant les locaux de la dissidence dans une impunité totale (sauf quand ils s’en prennent à des israélites), les Antifas multiplient les actions violentes contre les locaux identitaires, que ce soit à Chambéry, à Clermont-Ferrand et cette fois à Angers.

    La cible était le bar identitaire Alvarium, victime comme ses frères d’autres cités françaises de campagnes de calomnie s distillées par la PQR de gauche (pléonasme). Le samedi 22 septembre, tout ce que Angers comptait de nostalgiques de la peste rouge (environ 200 personnes à l’appel du Réseau Angevin Antifaciste) a pu saccager le centre-ville d’Angers en toute impunité.

    Le bar L’Alvarium, cible de ces nervis, a publié ce communiqué sur Facebook :

    « Alors que depuis des mois notre association est la cible tant des antifascistes que des tracasseries administratives orchestrées par le maire d’Angers Christophe Béchu, la communauté de l’Alvarium souhaite réagir à l’actualité du festival antifasciste. Celui-ci s’est déroulé tout au long de la semaine à l’Etincelle, à qui nous découvrons que la mairie a alloué plus de 50 000 euros depuis 2015, en subventions ou en loyers gratuits…. Ce festival se clôturait par une manifestation antifasciste cet après-midi, réclamant entre autre la fermeture de l’Alvarium.. Comme il fallait s’y attendre cette manifestation a été ponctuée d’agressions, de dégradations et d’incendies…Comment Béchu ose-t-il subventionner l’antifascisme, violent par essence -et ce depuis ses origines- tout en l’ayant nié à de nombreuses reprises et en nous ostracisant pour “extrémisme” ? Comment ose-t-il désormais condamner les violences et dégradations dont il est le premier responsable ? Ces subventions doivent cesser, et Christophe Béchu doit démissionner ! De même pourquoi le préfet a-t-il autorisé cette manifestation non déclarée ? Quant aux antifascistes qui ont clamé tout l’après-midi “un flic une balle, un faf une rafale” nous les invitons à cesser de pousser à une violence gratuite qui a si mal réussi à leur camarade Clément Méric. De même leur anticapitalisme de papier consistant à abîmer des banques tout en arborant les marques les plus à la mode et en favorisant l’immigration massive, armée de réserve du Capital -qu’ils n’ont sans doute pas lu- a-t-il quelque chose de totalement dangereux et incohérent. La communauté de l’Alvarium apporte son soutien aux petits commerces abîmés et dénonce fermement le saccage du mobilier urbain que devra payer le contribuable angevin (qui paye déjà les subventions aux antifas ou leur loyer à l’Étincelle…). Elle renouvelle sa volonté de continuer son action, quitte à pratiquer l’autodéfense si les pouvoirs publics ne suffisaient pas. Elle ne laissera pas la municipalité et la préfecture se défausser de leurs responsabilités dans le financement de la violence antifasciste».

    De nombreux incidents ont éclatés à l’issu du défilé : des gauchistes et autres anars ont brisé plusieurs vitrines d’agences bancaires, incendié une agende de la BNP-Paribas et ont attaqué des policiers en leur jetant des projectiles, faute de pouvoir s’en prendre à leur cible.. « La Ville d’Angers condamne avec la plus grande fermeté les violences et dégradations inadmissibles commises cet après-midi dans le centre-ville », a réagi de son côté la municipalité sur son compte Twitter, affirmant vouloir porter plainte. Elle pourrait déjà  faire repentance pour son soutien à ceux qui ont été à l’origine du saccage du centre-ville. L’aspect positif de cette casse est que les antifas, toujours aussi trouillards, ont annulé leur petite fête par peur de représailles contre eux. Rappelons que Christophe Béchu, maire ex-LR d’Angers (il a quitté le parti en décembre 2017), a versé 50 000€ à L’Etincelle, une association d’”antifas”, aux méthodes violentes.

    Ce n’est pas la première fois que les dégénérés angevins veulent s’attaquer au bar. Déjà, les 16 et 17 avril 2018, ils s’en étaient pris courageusement et anonymement aux domiciles personnels des patriote et de leurs familles, mais aussi celle de l’animateur du Cercle Anjou Conférence Gaétan Dirand. Avec la lâcheté coutumière des héritiers des profanateurs de tombes de la guerre d’Espagne, c’est sur le cimetière de famille d’un des membres des patriotes angevins que les militants antifascistes ont cru bon d’écrire leurs menaces. N’oublions jamais que c’est ce genre d’idées que défendait un certain Clément Méric !

    Hristo XIEP

     

  • L’Union européiste face à la gangrène islamiste ...

     

     

    Le 22 mars, à l’occasion (bien choisie) de la commémoration des attentats islamistes de Bruxelles, au moment où, à Londres, Khalid Massoud alias Adrian Russell Ajao, un “Anglais” âgé de 52 ans, né dans le comté de Kent, écrabouillait sur un trottoir du pont de Westminster des passant innocents, le commissaire européen à la sécurité, Julian King, s’inquiétait de la montée du terrorisme… d’extrême droite ! Menace imminente contre laquelle il conviendrait de concentrer en priorité tous les efforts gouvernementaux. Prenant pour exemple « le meurtre brutal d’un membre du Parlement britannique, Jo Cox en juin 2016 » ou encore « le massacre perpétré par Anders Breivik en juillet 2011 », l’extra-lucide commissaire politique en est arrivé à penser « qu’aucun État membre n’est épargné par l’extrémisme violent de droite… L’an dernier, nous avons été notamment témoins d’un nombre très élevé d’attentats contre des mosquées et des centres d’accueil » en déduisant logiquement que la radicalisation de certains musulmans ne serait en fait que la réponse (normale, en tout cas implicitement compréhensible) à ces actes odieux. CQFD !

    On jugera à l’aune des propos de ce prébendier bruxellois, la déclaration, ce 27 mars 2017 à Singapour lors d’une Conférence relative à la situation internationale, du pantin élyséen qui s’est donné pour ultime mission « avant la fin de son mandat d’éviter que le populisme, le nationalisme, l’extrémisme ne puissent l’emporter, y compris dans mon propre pays ». Vaste programme à la juste mesure d’un personnage qui restera dans l’histoire pour sa totale absence d’esprit partisan.

    Comprenons qu’avec des émoluments de base s’élevant à quelque 25 000 euros mensuels, les commissaires du soviet de Bruxelles se doivent de débiter avec conviction leurs balivernes politiquement correctes et idéologiquement terroristes. Affligé d’un terrible strabisme divergent, ces vrais nantis du système ne dénoncent jamais les bandes de nervis antifas, no-borders, zadistes, blackblocks et compagnie que le pouvoir socialiste utilise extensivement pour faire interdire de parole les oppositions au motif de trouble à l’ordre public.

    Ces mêmes terroristes qui se déguisent en paysans pour mieux couvrir leurs activités de passeurs (de trafiquants d’êtres humains) au service — ils ne peuvent l’ignorer — d’un vil capitalisme prospérant grâce à une main d’œuvre sans droit ni exigence.

    Les débordements de l’extrême gauche sont, eux, bien réels, bien visibles et coûtent chers à la collectivité : pensons au centre de Nantes dévasté le 25 février par 800 casseurs d’extrême gauche ! Précisons que les forces de police ne peuvent intervenir que dans le cadre strict des instructions qui leur sont données. Des émeutiers qui, très curieusement, ne sont jamais dénoncés pour ce qu’ils sont et ne soulèvent aucune inquiétude du côté des pouvoirs publics. Au contraire, les unités de maintien de l’ordre doivent se tenir à carreau, ménager la racaille bien-pensante, sinon gare aux sanctions disciplinaires et aux tribunaux chargés de rappeler aux agents trop zélés tout le respect qu’ils doivent aux milices idéologiques et ultra-violentes du régime.

     

    Massoud Ajao « ne faisait [bien entendu] l’objet d’aucune enquête en cours, n’ayant jamais été condamné pour des délits liés au terrorisme » bien qu’il ait été poursuivi à plusieurs reprises entre autres, pour « possession d’armes » et agressions accompagnées de blessures graves. Une première fois condamné en novembre 1983 et la dernière en décembre 2003 pour détention d’arme, Russel Ajao Massoud ne figurait cependant pas sur la liste du MI5 parmi les trois mille suspects “susceptibles” de commettre un acte terroriste. C’est au demeurant Daech qui a revendiqué l’attentat de Londres, une première sur le sol anglais : « l’auteur de l’attaque en face du Parlement britannique à Londres est un soldat de l’ÉI et l’opération a été menée en réponse à l’appel enjoignant à frapper les pays de la coalition [arabo-occidentale en Irak et en Syrie] ». Bilan : quatre morts et une cinquantaine de blessés. À bon entendeur salut, nul n’est donc plus à l’abri, pas même la Suisse dont les frontières sont des passoires à l’intérieur de l’espace Schengen. Le maire de Londres, Sadiq Khan, avec un fatalisme tout musulman, l’a bien compris, se montrant déjà résigné au pire : « la menace d’attaques terroristes fait partie intégrante de la vie d’une grande ville ». En clair le terrorisme est désormais une composante structurelle des sociétés anarcho-libérales-libertaires dont il faudra bien s’accommoder, bon gré mal gré.

    D’ailleurs soyons très indulgents pour nos Services de sécurité intérieure. Ceux-ci doivent agir dans l’étroit cadre de l’État de droit et laisser courir les criminels tant qu’il n’y a pas eu «commencement de commission» comme en dispose le droit pénal. Et ils ont du pain sur la planche. Plus qu’il n’en faut. Les Anglais du MI5, tout comme leurs homologues français de la DGSI, ne peuvent être à la fois au four et au moulin. En France, le 24 novembre 2015, le Premier ministre, Manuel Valls, n’annonçait-il pas que 20.000 personnes faisaient l’objet d’une fiche S dont 10 500 pour leur appartenance ou leurs liens supposés avec la mouvance islamiste ? 16 000 en 2016 et 4 000 pour la seule Île-de-France. La croissance des radicalisés est forte, notamment chez les nouveaux convertis, 1954 mineurs étant signalés comme ayant passé la ligne à la fin de l’été 2016. À ce titre, on recensait 17 adolescents morts sous la bannière noire de Daech sur les fronts d’Irak et de Syrie, tandis que 37 Hexagonaux étaient mis en examen dans le cadre de procédures directement liées à la préparation d’actes de terrorisme. Enfin, l’on découvre que les jeunes femmes et les filles sont à présent plus nombreuses que les hommes à entrer dans la spirale du fanatisme comme en témoigne un article du 15 septembre 2016 sur lefigaro.fr.

    Notons en outre que 600 “signalements” avaient été effectués au cours d’un laps de temps allant de l’automne 2015 au printemps 2016 dans les établissements de l’Éducation nationale. Un chiffre impressionnant au regard de la dangerosité potentielle des sujets. Mais beaucoup moins que la montée du populisme nous diraient de concert messieurs Cazeneuve et Hollande ! ...