Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2017

Investiture de Macron au service de la finance internationale et de l’euromark...

Le 14 mai, ce n’est pas entre l’Élysée et l’Étoile que se déroulait l’événement national : c’est une avenue presque déserte que Macron a remontée, tandis que les patriotes, en grand nombre, défilaient pour rendre hommage à Jeanne d’Arc entre l’Opéra et les Pyramides. Un Macron qui, pour se faire élire, a surtout pratiqué l’art de l’instrumentalisation. N’est-ce pas Orléans et la célébration des fêtes johanniques qu’il avait choisis, en 2016, pour se poser en homme d’État ? Et n’est-ce pas de nouveau, un an plus tard, le jour de la fête nationale de Jeanne qu’il a été investi ? Certainement a-t-il dû voir là un signe trop grand pour lui, puisqu’il a, dimanche dernier, ignoré Jeanne.

Un autre que lui, un patriote tout simplement, aurait vu au contraire dans la répétition de cette date l’exigence toute tracée de son mandat : redonner à la France son indépendance. Et n’aurait pas manqué durant sa journée d’aller déposer une gerbe à la statue des Pyramides… Mais, des Pyramides, il préfère à l’étendard de la statue de Jeanne le triangle de Peï…

Dès le lendemain, François Hollande nommait Alain Juppé Premier ministre. Pardon, Emmanuel Macron chargeait Édouard Philippe de composer le gouvernement. Du vin vieux dans de nouvelles outres… Que dire d’autre en effet d’une nomination qui, loin d’être une révolution, s’apparente surtout à un retour en force de la cuisine politicienne de la IVe République, enterrant ce qu’il reste des institutions de la Ve ? À l’heure où nous écrivons, nous ne connaissons pas encore les membres du gouvernement que le président de la République aura nommés sur proposition du Premier ministre, selon la formule consacrée… Mais nul besoin d’être un devin pour savoir que ce gouvernement, évidemment « resserré », se voudra, comme annoncé, sur fond de parité, un subtil dosage non seulement entre politiques et membres de la société civile mais aussi entre fidèles de la première heure et débauchés du PS et de LR… Histoire d’affaiblir les partis de gouvernement, qui n’ont toutefois pas encore rendu l’âme, au profit d’un nouvel appareil à la solde du nouveau président. Mais un nouvel appareil qui devra tout, précisément, à des politiciens venus des anciens… Amenant avec eux, comme une seconde nature, les vieilles pratiques…

Édouard Philippe, un boulet

D’ailleurs, Édouard Philippe lui-même fait déjà débat. Disciple d’Alain Juppé, il l’est à coup sûr sur la question du communautarisme, le maire du Havre ayant pour l’islamisme politique la même indulgence que le maire de Bordeaux... C’est ainsi qu’il n’a pas hésité, le 15 octobre dernier, à prêter une salle municipale pour une conférence organisée par l’UOIF, durant laquelle se sont exprimés des orateurs prônant un islam radical! Il est vrai qu’en 2013, il avait déjà inauguré une mosquée proche des Frères musulmans. Quant à l’Observatoire du nucléaire, il dénonce la nomination au poste de Premier ministre d’un personnage qui aurait, en raison de son passé françafricain et uranifère, des mains « très… radioactives ». Il faut également rappeler, à la suite de Mediapart, les défaillances, en 2014, de sa déclaration de patrimoine, qui le feront écoper d’un blâme de la part de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, pour « manquements d’une certaine gravité ». Aux questions sur la valeur de son patrimoine, n’a-t-il pas répondu n’en avoir « aucune idée » ? La nomination de Philippe est une provocation de l’oligarchie à l’égard du pays réel. Elle traduit toute l’arrogance et tout le mépris de la France de Macron à l’égard de la France qui travaille et qui souffre et qui connaît, elle, quand elle en a un, la maigre valeur de son petit patrimoine. Il n’est donc pas certain que, dans sa hâte à débaucher un quadra des Républicains proche de Juppé, Macron soit tombé sur le bon numéro… et que celui-ci ne soit pas bientôt pour lui plus un boulet qu’un collaborateur lui permettant de parvenir rapidement à ses fins : recomposer à son profit le paysage politique français tout en en conservant son vice rédhibitoire, servir les intérêts de l’oligarchie. Une oligarchie qui a tout de suite adoubé Macron, rassurée que, poursuivant une tradition de servilité inaugurée par Sarkozy et poursuivie par Hollande, il soit allé, aussitôt après avoir nommé le Premier ministre, faire allégeance à Berlin, capitale d’une Allemagne qui codirige l’Europe avec la Commission européenne. En donnant ce gage de soumission, Macron a évidemment rassuré les marchés : il sera bien au service exclusif de la finance internationale et de l’euromark.

Son objectif premier, ce sont les législatives : s’assurer une majorité solide pour pouvoir réaliser son programme en toute quiétude. Certes, rien n’est jamais acquis : cette majorité, Hollande ne l’avait-il pas avant que des frondeurs ne décrédibilisent son autorité et sa politique ? D’où sa tentative d’enliser dans un vaste marais allant du centre droit au centre gauche des professionnels déjà blanchis sous le harnais politicien, tout en espérant que ceux des élus de la société civile qui lui devront tout lui demeurent d’une fidélité sans faille.

Encore une fois, les Français ne devront compter que sur eux-mêmes. Car rien ne serait plus dangereux pour le pays que Macron arrive à ses fins.

Le Front national est manifestement trop occupé par ses dissensions internes pour constituer, au mois de juin, une force parlementaire crédible d’opposition nationale. L’échec de son alliance avec Debout la France en est un présage supplémentaire. Il n’est donc pas certain qu’il arrive à faire élire ces quinze députés qui lui permettraient d’obtenir un groupe à l’Assemblée. La contre-performance de Marine Le Pen à l’élection présidentielle laissera des traces profondes après avoir été une source immédiate de déception pour ses électeurs, dont une grande partie des 10,5 millions du second tour bouderont le vote FN en juin. Quant au retrait de Marion Maréchal-Le Pen, qui s’est mise en réserve de la République après un parcours sans faute, peut-être participera-t-il d’une recomposition du camp national, mais ce sera pour bien après les législatives ! Seule perspective immédiate : tout faire pour que Macron ne puisse disposer d’une majorité à l’Assemblée .

 

20/05/2017

Les liens existant entre le sommet de l'État français et la French-American Foundation ont mis la puce à l'oreille de certains Français, dénoncant le fait que le Président serait au service des États-Unis.

 

Dans sa récente publication sur sa page Facebook, la French-American Foundation, qui œuvre depuis 1976 à l'amélioration des relations entre les deux États, a exprimé sa joie que le Président Emmanuel Macron et son Premier ministre Édouard Philippe fassent partie de ses « Young Leaders » (Jeunes Leaders), un de ses programmes phares ! ...

 Or, ce qui représente la fierté de la fondation semble plutôt semer l'inquiétude dans l'âme de certains Français et leur donne un nouvel élan pour se mettre à la recherche des liens existant entre le nouvel hôte de l'Élysée et Washington.

« La France est complètement soumise aux USA et à l'Allemagne, elle est dans la main de Washington et de Berlin. Quelle honte et humiliation pour notre pauvre pays », a réagi un internaute sous la publication, ouvrant ainsi une discussion où plusieurs participants semblent partager son avis : « Ça y est, on connaît le nouvel État des USA: la France! », « La France sous occupation ? ».

Le fait qu'Emmanuel Macron soit passé par la French-American Foundation a déjà été débattu dans certains blogs et sur certains sites francophones.

« Cette fondation a formaté avant que qu'ils ne soient connus du grand public des personnages tels que François Hollande en 1996, Alain Juppé en 1981, Emmanuel Macron en 2012 en même temps que cet Édouard Philippe, et même Nicolas Dupont-Aignan en 2001. Notons également Arnaud Montebourg en 2000, Nathalie Kosciusko-Morizet en 2006 et bien d'autres comme Laurent Wauquiez. Cette fondation ne retient que 20 candidats par an...

 

 

17/05/2017

Un nouveau gouvernement ulta-maçonnique .

 
La constitution du gouvernement Edouard Philippe dont la liste a été donnée ne surprend pas. Elle est sans doute un bon dosage de représentants des intérêts et des tendances fédérées dans la même utopie constructiviste eurocratique.
Les références à des sensibilités d’origine dites de droite, de gauche ou du centre n’y signifient strictement rien.
Notons d’abord que « la secrète religion de la République » qu’ont invoquée à peu près tous les derniers chefs de l’État et ministres de l’Intérieur y sera bien respectée. Deux titulaires de ministères régaliens, Gérard Collomb et Jean-Yves Le Drian sont de hauts gradés au sein du Grand-Orient de France ...
 
Mais François Bayrou désormais Garde des Sceaux n’est pas moins le tenant fanatique d’un ultra-laïcisme intégral. Il rappelle à l’occasion que s’il va à la messe, c’est à titre strictement personnel ! ; que la religion doit être absolument reléguée dans la sphère privée, que rien ne doit interférer de la morale religieuse dans l’esprit des lois. Ce qui est, on le sait, la position du Grand-Orient de France et des autres obédiences laïcistes.
On se souvient qu’il avait été le seul homme politique à fulminer de la rage contre le fait que les cloches de France aient sonné le glas à la mort de Jean-Paul II.
L’idéologue ultra-laïciste Bayrou est ainsi à l’opposé de l’enseignement de l’Évangile fondateur de la laïcité fondée sur le respect de ce qu’il faut rendre à Dieu et de ce qu’il faut rendre à César. Comme si les lois des Républiques pouvaient bafouer la loi morale naturelle et universelle du Décalogue.
Or, cet apostat et traître à la nation française professe par ailleurs une grande et sourcilleuse admiration pour l’islam qu’il persiste à ne désigner que comme une religion alors qu’il s’agit d’une théocratie totalitaire dans laquelle n’existe pas la distinction entre ce qu’il faut rendre à Dieu et ce qu’il faut rendre à César.
 
Bayrou, Garde des Sceaux, cela n’augure donc vraiment rien de bon. D’autant que l’on a gardé de son passage au ministère de l’Éducation Nationale sa totale soumission aux desiderata des syndicats.
 
On n’attendra guère mieux à la Culture de la franco-belge Françoise Nyssen, formatée elle aussi par le chaudron maçonnique de l’Université Libre de Bruxelles et adepte  des tenues blanches au Grand-Orient. Militante active en faveur de l’euthanasie. Il est à craindre que cette ministre de la Culture ne soit pas un rempart contre la culture de mort.
 
 
Bref, les loges fulminent de joie à ce jour ! ...
 
 
 
 
 
Édouard Philippe inconnu du grand public est aujourdhui en place à Matignon mais qui est-il ? Et qui sont ses soldats du libéralisme à la Macron qui entendent nous dicter leurs lois ? Mais surtout et c'est là grande question : pourquoi eux ? Franc-maçonnerie et Bilderberg investissent un conseil des ministres qui ne ressemble en rien à son peuple mais bien à l'élite occulte Occidentale. Que les choses soient dites : tous ces ministres ou presque épousent la doctrine libérale-mondialiste soutenue par l'État profond américain. Cette même doctrine qui encourage le « fédéralisme Européen » en assassinant nos nations et par la même occasion : nos cultures et toutes les valeurs qui font de nous des peuples fiers et droits. 
À première vue si nous regardons à la volée, nous ne voyons pas ce qui peut lier tous ces nouveaux hauts fonctionnaires de l'État .
 
À tout seigneur tout honneur, Édouard Philippe nouveau Premier ministre et proche dAlain Juppé : qui est-il, doù vient-il ? La question qui se pose en réalité c'est : comment un simple maire du Havre, inconnu du grand public a pu coiffer au poteau tous ceux qui prétendaient s'asseoir à la droite de Rothschild Junior ? Édouard Philippe est clairement dans la lignée de Macron, porté et coopté par bien plus puissant que lui. Cest un ancien énarque il va de soi... ; en fin d'études il intègre le conseil dÉtat ce qui signifie quil est jugé apte à servir les intérêts de ceux qui soctroient le droit de penser pour tout le monde.
La maçonnerie a accouché de nombreux autres « clubs de réflexion » qui ne sont rien d'autre que des réseaux d'influences au comportement mafieux réunissant les plus puissantes fortunes de la planète et les jeunes pousses prometteuses sortant des grandes écoles.  Ces nouveaux groupes de réflexion permettent de recruter et d'affilier de nouveaux partisans de la doctrine mondialiste sans qu'ils aient à intégrer systématiquement la maçonnerie ce qui les tiens éloignés de certains secrets et permet de ratisser plus large. Le plus célèbre actuellement c'est bien sûr le groupe Bilderberg . Ce « groupe » très influent se réunit chaque année et ceux qui y sont invités sont tenus au secret le plus total. Cette association de malfaiteurs d'envergure internationale est une institution libérale ayant pour objectif la construction d'une nation unique bâtie sur les règles d'un marché mondialisé ; vous pourriez y croiser : Juppé, Fillon, Lagarde mais aussi en 2014 : Emmanuel Macron qui deviendra Ministre de l'économie trois mois plus tard et en 2016 : Édouard Philippe qui a été très appuyé par Antoine Rufenacht ancien maire du Havre et proche de la loge des « 3H » mais surtout « Young leaders » de la French American Foundation  l'antichambre du Bilderberg, Giscard dEstaing, Juppé, Hollande entre autres y sont passés mais aussi Macron bien sûr. Bref Édouard Philippe nest pas arrivé ici par hasard, cet homme qui a grandi dans l'ombre des cabinets ministériels est un bon soldat du dollar, intelligent et maîtrisé. Noublions pas qui il représente. Noublions pas qu'il a toujours menti sur son patrimoine. Édouard Philippe sinscrit dans une stratégie globale qui se prépare depuis longtemps et qui dotera les puissances Européennes de gouvernements libéraux qui détruiront les systèmes politiques nationaux et renforceront les institutions non démocratiques internationales comme l'Union Européenne.
 
Mais il y a pire !
Goulard Sylvie : Ministre des armées, elle dit "ne pas se sentir française " ... Européiste convaincue, cette énarque de la promotion « liberté, égalité, fraternité » ça ne s'invente pas, a participé à la réunion du Bilderberg en même temps que le Premier ministre. Cest aussi une « Young leaders » de la « French American Foundation ». Eurodéputée depuis 2009 elle a fait l'essentielle de sa carrière dans les couloirs de Bruxelles, elle a même enseigné au « Collège de l'Europe. Elle a été conseillère de Romano Prodi et chargé du suivre la Convention sur l'avenir de l'Europe présidé par Giscard dEstaing qui accouchera du traité de Lisbonne. Ses activités au sein de l'Union Européenne sont multiples mais elle travaille clairement et depuis longtemps à la création dune véritable administration gouvernementale Européenne.
Selon plusieurs sources :
« Le 15 septembre 2010, Sylvie Goulard cofonde, avec Daniel Cohn-Bendit, Isabelle Durant et Guy Verhofstadt le groupe Spinelli, une association de députés européens, d'universitaires et d'autres personnalités politiques qui a pour objectif de promouvoir le fédéralisme européen. »
« Parallèlement à sa fonction de députée européenne, elle a travaillé en tant que consultante au sein de l'Institut Berggruen… » ( L'Institut Berggruen est un groupe de réflexion se voulant indépendant et non-partisan consacré à l'étude comparative et à la conception de systèmes de gouvernance adaptés aux défis complexes spécifiques au xxie siècle. ) et comprenant entre autres :
« The Council for the Future of Europe : un groupe de réflexion interne institué afin de débattre et de préconiser des moyens visant à parvenir à une Europe unifiée. »
 Il est présidé par l'ancien Premier ministre italien, Mario Monti. Parmi ses membres figurent notamment d'anciens chefs dÉtat : Tony Blair (R.-U.), Gerhard Schröder (Allemagne), Felipe González (Espagne), Romano Prodi (Italie), Matti Vanhanen (Finlande), Guy Verhofstadt (Belgique), Franz Vranitzky (Autriche), et Marek Belka (Pologne) ; on y compte également des économistes : Joseph Stiglitz, Michael Spence, Robert Mundell, Jean Pisani-Ferry, Nouriel Roubini, et Otmar Issing ; y figurent encore des chefs d'entreprise tels que Mohamed El-Erian et Juan Luis Cebrián, ou des universitaires comme Niall Ferguson et Anthony Giddens ; l'ex-président de la Commission européenne Jacques Delors ainsi que l'ex-directeur du Comité international de la Croix-Rouge Jakob Kellenberger, le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce Pascal Lamy, le président de Goldman Sachs et l'ex-directeur de l'Organisation mondiale du commerce Peter Sutherland, l'ex-directeur de la Deutsche Bundesbank Axel Weber, Doris Leuthard, membre du Conseil fédéral suisse et l'homme daffaires Alain Minc en font également partie.
 
 Le groupe milite pour une intégration politique plus importante au sein de l'Europe par le biais dune meilleure consolidation fiscale européenne, d'une extension des pouvoirs attribués à la Banque centrale européenne, et de la contribution active des citoyens européens. »
 
Mais aussi :
 « The 21st Century Council : un conseil consacré à la réforme de la gouvernance internationale. Le conseil est présidé par l'ancien Président du Mexique, Ernesto Zedillo. Composé d'anciens chefs d'états, de lauréats du prix Nobel et de chefs d'entreprises internationales. », le tout étant bien sûr basé aux États-Unis.
Mais au fait, avec un tel parcours : pourquoi Silvie Goulard se retrouve-t-elle ministre des armées et non aux affaires Européennes ce qui paraîtrait plus logique ? Serait-ce pour faciliter la création de l'Armée Européenne ? Un pays qui ne maîtrise ni son économie, ce qui est déjà le cas, ni son armée, ce qui risque d'arriver, n'est plus une nation. L'idée de Macron et de ses sbires est de créer une Europe fédérale dotée d'un gouvernement n'étant pas soumis au suffrage universel, avec bien sûr sa monnaie qu'elle possède déjà mais surtout une armée capable de rivaliser avec n'importe quelle superpuissance.
Sylvie Goulard aux Armées, cest l'armée à Bruxelles et par conséquent c'est le dernier pilier de la nation qui s'effondre pour laisser place à ce nouvel Empire Libéral Européen.
 
Quant à Jean-Yves Le Drian, c'est lui qui se chargera des affaires Européennes et étrangères.( Il est initihaut gradé au Grand Orient de France).
 
Gérard Collomb Ministre de l'Intérieur et soutien de la première heure est aussi franc-maçon au Grand Orient de France et cofondateur de la fondation Jean Jaurès qui milite notamment pour la promotion de la « démocratie » dans le monde.
 
François Bayrou, opportuniste notoire est membre du club "le Siècle".
 
Bruno Le Maire, ancien secrétaire d'État aux affaires Européenne représentant la France est à la commission trilatérale.
 
Françoise Nyssen, la preuve que même issue de la société civile ils sont tous pervertis, cette célèbre éditrice est une adepte de la philosophie d'Anthroposophie, mais direz-vous quest-ce que c'est ? :
« L'anthroposophie est une philosophie occulte traitant de l'Homme et son environnement naturel, développée par Rudolf Steiner. Le terme d'« anthroposophie » est inspiré du livre de Thomas Vaughan Anthroposophia Theomagica, et signifie « la sagesse appliquée à l'Homme ». Partant de la conviction qu'il existe un monde spirituel accessible à l'intuition, Steiner s'appuie sur la théosophie de Blavatsky et développe son propre système en y incorporant des données empruntées à de nombreuses traditions occultes, astrologiques, religieuses, mythiques et philosophiques de l'humanité. L'anthroposophie se déclare d'un caractère universel et veut s'appliquer à une large diversité de domaines, notamment l'éducation, la musique, la peinture, l'agriculture, la médecine et l'architecture. »
En 1995 Françoise Nyssen fonde avec son mari « l'école du domaine possible » sur le modèle des écoles Steiner-Waldorf, c'est très louche et ça sent la secte à plein nez ! Mais pas de soucis Madame Nyssen a le profil de ministre de la culture !
 
Continuons avec :
 
 Jean-Michel Blanquer : pur produit de l'Éducation nationale et franc-maçon c'est normal.
 
Muriel Pénicaud : Ministre du travail est diplômée de « l'Institut européen d'administration des affaires. » Fondée entre autres par Giscard dEstaing. Elle a travaillé dans différents cabinets ministériels mais elle a surtout occupé des postes à hautes responsabilités dans des groupes comme Danone, Orange et même Dassault. Depuis 2014 elle est membre du « comité de pilotage des 34 plans de la Nouvelle France industrielle » qui est une sorte de parallèle à la commission Attali et dont la seconde phase a été lancée par Macron lui-même. Leur rapport sintègre parfaitement dans la politique sociale-libérale qui nous attend et Muriel Pénicaud aura pour mission de concrétiser le projet.
 
Nicolas Hulot lui-même serait franc-maçon qui ne l'est pas dans la "ripoublique" ?
 
Où nous emmène donc Emmanuel Macron, l'homme qui une fois président a marché avec l'hymne Européen jusquà la pyramide de verre aux 666 facettes ? Vers une Europe fédérale dont nous ne contrôlerons démocratiquement plus aucun organe. Une Europe fédérale libérale où l'élitisme sera la norme. Une Europe qui continuera à creuser le fossé entre les plus riches et les plus pauvres. Une Europe qui continuera de semer la guerre et la terreur dans le sillage de l'oncle Sam qui infeste nos politiques étrangères et nous implique dans des machinations sordides.
 
Un gouvernement mondialiste qui va mettre le coup de grâce aux nations et aux cultures Européennes sans nous demander notre avis. Un gouvernement soumis à une doctrine suprématiste qui impose sa volonté pseudo démocratique à coup de guerre et de magouilles partout dans le monde. Ce gouvernement est taillé sur mesure pour satisfaire toutes les obédiences et autres réseaux dinfluences mafieux qui détruisent notre histoire, nos vies, notre avenir et celui de nos enfants.
 
 Il faudra rester vigilant tout le temps, ne pas se laisser endormir par leur propagande et les médias et être prêts à réagir le moment venu. Le gouvernement Macron s'inscrit dans un futur très sombre. Nous devons nous réveiller et faire prendre conscience à tout le monde que ces réseaux sont  très puissants et que ce sont eux qui font le jeu politique, possèdent les banques et les médias les plus influents et sont prêts à tout y compris une nouvelle guerre mondiale.
 
« La France ne peut exister qu'au travers du sentiment patriotique, d'amour profond de la terre de France et de sa culture taillée par des siècles d'histoire, de heurts et de grandes réussites. C'est au Français de comprendre que la patrie nous protège des Empires qui ne tendent qu'à croître par tous les moyens même les plus fourbes et les plus ignobles. La France existe au travers du peuple Français et ceux qui l'oublient seront sans identité, sans attache, sans Ame. » .