Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avortement - Page 3

  • L’exception irlandaise a vécu !

    L’exception irlandaise a vécu. Le 25 mai, vendredi de l’octave de la Pentecôte, les Irlandais ont dit oui à 66,4 % à la légalisation de l’avortement (33,6 % ont répondu non). Le résultat est d’autant plus significatif que la participation a été élevée : 64,1 % des électeurs se sont rendus aux urnes. Le oui est encore plus massif parmi les nouvelles générations, particulièrement déchristianisées et très sensibles à la propagande médiatique, et il est plus élevé dans les villes que dans les campagnes. Ce score n’est pas vraiment une surprise pour ceux qui ont suivi de près l’évolution de la mentalité et des mœurs des Irlandais ces dernières décennies. Le divorce a été instauré dans la Verte Erin en 1995 et il y a trois ans, le 22 mai 2015, les Irlandais avaient déjà voté, à 62,07 %, pour la légalisation du “mariage” homosexuel (et à 71 % dans la capitale, Dublin !). A partir du moment où les électeurs votaient en masse pour le principe d’une union civile entre personnes du même sexe, il était somme toute assez logique qu’ils missent fin au principe du refus de l’avortement. La libéralisation de l’IVG est totale et massive : l’avortement sera autorisé jusqu’à trois mois sans motif, et jusqu’à six mois sur justification médicale. La législation sur l’avortement sera désormais plus laxiste dans la ci-devant très catholique Irlande que dans la protestante Irlande du Nord où l’IVG est actuellement limitée au risque pour la vie de la mère ou pour sa santé mentale ou physique « à long terme », ce qui permet déjà des interprétations très larges. Déjà, l’on fait pression pour que l’Ulster libéralise encore sa législation sur ce sujet, les partisans de la culture de mort ne désarment jamais ! L’interdiction de l’avortement, formulée dans le huitième amendement de 1983 à la constitution irlandaise, n’aura donc pas résisté à l’apostasie universelle, à l’immoralité générale, aux pressions des cercles européistes, des milieux médiatiques, aux lamentables exemples donnés par tous les autres pays européens et occidentaux. 

    Redisons-le, ce résultat est tout sauf étonnant, même si la large victoire du oui est tout de même impressionnante. La déchristianisation est aujourd’hui quasiment aussi forte dans la Verte Erin que sur le reste du continent européen. La plupart des Irlandais n’ont plus aucune pratique religieuse, si ce n’est, pour des raisons essentiellement mondaines et sociales, à l’occasion d’un mariage, d’un baptême ou d’un enterrement. Il faut dire aussi que la pédomanie, hélas avérée, au sein du clergé “catholique” irlandais a fait un mal fou, beaucoup de gens étant écœurés par le comportement en effet scandaleux d’ecclésiastiques déviants et indignes et perdant la foi. Des Irlandais nous disaient qu’ils hésitaient à mettre leurs enfants au catéchisme, de crainte qu’ils ne fussent victimes d’un prédateur. Certes les media se sont complu à donner une publicité maximale à ces affaires, en en grossissant l’importance numérique, mais hélas ils ne les ont pas inventées. 

    Il faut dire aussi que la publicité pour la contraception est très agressive en Irlande depuis de longues années dans les rues, dans les écoles et les universités, dans les lieux publics. Or, contrairement à ce que beaucoup de gens croient, c’est la mentalité contraceptive qui favorise l’avortement. Elle n’est en rien un frein ou un remède. C’est si vrai que tous les pays occidentaux qui ont dépénalisé les moyens de contraception ont légalisé l’avortement cinq à dix ans plus tard. C’est notoirement le cas de la France où la loi Veil libéralisant l’avortement (janvier 1975) a succédé moins d’une décennie plus tard à la loi Neuwirth (décembre 1967) légalisant la pilule contraceptive. La contraception de masse favorisant l’hédonisme, l’individualisme et l’irresponsabilité, découplant la sexualité de la procréation, conduit mécaniquement et inexorablement à l’avortement de masse. 

     

    Quelle est donc cette société barbare qui considère comme un droit fondamental et élémentaire, comme une fantastique conquête de la femme et des temps modernes, qu’une mère tue le fruit de ses entrailles, ce qui est l’inversion satanique de l’Ave et de l’Incarnation du Verbe !

    Comment un peuple peut-il avoir un avenir s’il tue ses enfants avant même leur naissance ? Comment même mérite-t-il de vivre, de durer s’il se comporte de manière aussi moralement abjecte ? L’avenir d’une nation repose sur les nouvelles générations, sur les enfants qui seront conçus, qui naîtront et seront élevés et éduqués. Comment peut-on croire à l’avenir d’une nation qui décide d’éliminer le plus légalement du monde tous les bébés à naître qui la gênent dans son appétit de jouissance ? Les télévisions ont montré des scènes de liesse après les résultats du référendum indiquant une victoire triomphale des partisans de la mort et du crime. Quelle indécence ! Mais aussi quel symbole de la dégénérescence morale d’un peuple qui fut autrefois si pieux, si vertueux, si travailleur, si dur au mal, si fier de sa foi, de ses traditions, de ses saints, de ses héros et de ses martyrs, si jaloux de ce trésor inestimable que constitue la foi en Dieu !

     

    On parle souvent du Grand Remplacement et on a raison de le faire. Ce phénomène est le fruit de l’immigration de masse, des naissances allogènes sur notre territoire mais il est tout autant la conséquence de la contraception et de l’avortement de masse, ce que l’on ne dit pas assez. Quels sont les mouvements politiques qui dénoncent ce génocide silencieux (plus de huit millions de victimes depuis la loi Veil en 1975 à raison de 300 000 par an) ? Quels sont ceux qui promeuvent une politique familiale et nataliste ambitieuse ? Certes il ne suffit pas de mettre au monde des enfants, encore faut-il les élever en leur inculquant un certain nombre de principes et de vertus et en faisant l’impossible pour qu’ils y restent fidèles, ce qui n’est pas facile dans le monde d’aujourd’hui, mais il est vain de prétendre inverser le cours des choses, redresser la nation sans la constitution et l’épanouissement de familles nombreuses et enracinées, aux convictions solides, sans une vie familiale à la fois joyeuse, aimante, chaleureuse, cultivant les vertus domestiques, le dépassement de soi, la bonne entente et la bonne humeur. 

    On évoque souvent dans nos milieux la nécessité d’une réémigration, graduelle ou brutale, partielle ou totale, des immigrés extra-européens présents actuellement sur notre territoire. Mais on aura beau mettre en œuvre toutes les réémigrations que l’on voudra, tenir à ce sujet les discours les plus enflammés, prendre les mesures les plus musclées, on ne sauvera pas un peuple qui ne fait plus d’enfants, on ne pourra continuer à faire vivre une nation qui a choisi de se suicider, ou plutôt que l’on a aidée à se supprimer. On disserte sur le Grand Remplacement des peuples, et on a bien sûr raison de le faire, mais il est peut-être pire encore, c’est le Grand Remplacement des cœurs, des esprits et des âmes. Si les peuples européens et occidentaux n’ont plus l’énergie et l’envie de vivre, de se battre, d’aimer et de se donner, de se sacrifier, de se dévouer, de se transcender pour transmettre la vie et tout un héritage, à la fois matériel et immatériel, alors il n’y a plus rien à faire. La solution ne dépend pas seulement de ceux qui nous dirigent, elle dépend aussi, très modestement mais très concrètement, de chacun d’entre nous.

     

  • Raisons pour lesquelles les "marches pour la vie" ne portent pas de fruits .

    Le texte ci-dessous examine la Marche pour la Vie à la française (car différente de la façon dont se passent des marches du même nom dans d’autres pays) pour en tirer une réflexion stratégique à usage des catholiques.

    J’ai voulu rédiger et publier cette réflexion après le déroulement de la Marche pour la Vie du 21 janvier 2018, afin qu’on ne puisse pas m’accuser d’avoir eu l’intention de saboter sa réussite.

    Peut-on d’abord parler de réussite ? En terme de quantité de participants, malgré une météo pluvieuse, parler de réussite n’est pas usurpé. Mais le nombre n’est pas tout, loin s’en faut. Et si, depuis de nombreuses années, cette Marche pour la Vie attire de nombreux participants, elle n’a guère pu enrayer le processus mortifère, encore moins faire entamer au législateur machine arrière.

    Il est donc légitime de s’interroger : pourquoi une telle mobilisation reste-t-elle infructueuse ? Et si la raison provenait d’une erreur stratégique ?

    Le combat de la jeunesse

    Il est très réconfortant de constater le nombre important de jeunes gens qui participent à cette Marche pour la Vie et même s’investissent dans son organisation logistique avec fougue et enthousiasme. Mais ce potentiel précieux de générosité de la jeunesse de France est-il guidé comme il se doit ?

    Une fois de plus, j’ai été effondré de voir l’ambiance festive de cette Marche pour la Vie. En direct, un tweet de la Marche pour la Vie, très symptomatique, disait : « On nous dit moyen-âgeux ? On danse !« . Le message était assorti d’une courte vidéo montrant les jeunes participants à la Marche pour la Vie se trémousser sur une chanson de Stromae. Une chanson dont les paroles sont notamment : « Alors on chante. Alors on danse. Et là tu te dis que c’est fini. Car pire que ça ce serait la mort. » Et en effet, à voir ces images, on se dit que si ces jeunes font la fête, chantent et dansent lors d’un rendez-vous contre l’avortement, c’est que ce combat est fini, perdu.

    Il y avait d’ailleurs une similitude frappante avec ces images de Marine Le Pen en train de danser après l’annonce de sa défaite électorale à l’élection présidentielle.

    C’est une faute grave que d’entraîner ces jeunes gens généreux à faire la fête, chanter et danser le jour où ils se rassemblent contre l’avortement qui tue chaque année plus de 250 000 enfants dans le ventre de leurs mères. Les faire agir ainsi, c’est anesthésier leur potentielle vertu de force qui pourrait les conduire à de grandes choses.

    Relisez ces mots de Paul Claudel : « Ne croyez pas ceux qui vous disent que la jeunesse est faite pour s’amuser. La jeunesse n’est pas faite pour le plaisir, elle est faite pour l’héroïsme« .

    Le combat des mots

    Il faut d’ailleurs noter également une erreur stratégique des organisateurs de la Marche pour la Vie dans le choix des mots. Les mots ont un sens. Et il est affligeant de constater que la Marche pour la Vie s’entête à utiliser le langage de l’adversaire, cédant d’emblée du terrain.

    Ainsi, pas une pancarte, pas une banderole officielle de la Marche pour la Vie n’utilise le mot « avortement ». Partout, il est question d’IVG pour interruption volontaire de grossesse. Cet acronyme inventé par les partisans du droit à l’avortement cherche précisément à atténuer l’image d’un enfant mis à mort. Le mot « interruption » est absurde. L’interruption est l’action qui fait cesser momentanément la continuité de quelque chose. Si vous interrompez une lecture, c’est pour ensuite la reprendre. Dans le cas d’une grossesse, il n’y a pas interruption mais arrêt définitif et irrémédiable. L’avortement tue l’enfant dans le ventre de sa mère.

    Comment faire comprendre à l’opinion publique l’horreur de l’avortement si on choisit d’utiliser les mots de l’adversaire inventés pour en atténuer la réalité ?

    Le combat des idées

    C’est aussi une erreur des organisateurs de la Marche pour la Vie d’utiliser les références de l’adversaire. Ainsi, parmi les pancartes et banderoles officielles de la Marche pour la Vie figurait le slogan : « Les Droits de l’homme commencent dès l’origine« . Mais les droits de l’homme sont un héritage de la révolution de 1789 qui est à l’origine même des bouleversements dont l’avortement et l’euthanasie sont des conséquences.

    Ces droits de l’homme ont été rédigés par la franc-maçonnerie. Cette même franc-maçonnerie qui est l’auteur d’origine de la loi sur l’avortement. Le Dr Pierre Simon, ancien grand maître de la Grande Loge de France, déclarait dans une interview à TF1, le mercredi 7 décembre 1992, dans l’émission Droit de Savoir : «  C’est par le canal particulier de la fraternelle parlementaire, d’une part, mais d’autre part aussi par d’autres amis qui aiment bien écouter la pensée maçonnique et réfléchir avec nous, c’est par dessus les partis que l’on a pu faire passer la législation sur l’avortement. « !

    Selon les mots de Bossuet, « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ».

    Le combat doctrinal et eschatologique

    J’en termine avec une faute stratégique essentielle de la Marche pour la Vie : être portée majoritairement par des catholiques tout en faisant le silence total sur Dieu.

    Les organisateurs de la Marche pour la Vie m’objecteront que c’est précisément leur choix stratégique. Mais on juge un arbre à ses fruits et cette stratégie est un échec complet. A l’inverse, en Amérique latine comme en Europe centrale, les marches pour la Vie ont un caractère explicitement catholique et utilisent des slogans condamnant fermement l’avortement. Et c’est dans ces pays-là que les résultats sont les plus importants en ce qui concerne les lois.

    Saint Pie X nous enseigne à ce sujet : « Sans doute, quand il s’agira d’éclairer des hommes hostiles à nos institutions et complètement éloignés de Dieu, la prudence pourra autoriser à ne proposer la vérité que par degrés. Mais ce serait transformer une habileté légitime en une sorte de prudence charnelle que de l’ériger en règle de conduite constante et commune. » (Encyclique Jucunda Sane)

    Or, l’avortement est un crime contre Dieu.

    Le Docteur Xavier Dor, inlassable défenseur des enfants à naître, l’a fort bien expliqué. « Le crime contre Dieu n’est pas un acte individuel, isolé ou même répété. Dû à notre misère, il est un acte collectif, réfléchi, orchestré, tour à tour caché et exalté, déclaré moral, financé et rentable, offert à la révolution sexuelle et à la volonté de puissance de quelques-uns. Les victimes ne sont pas seulement les plus petites, mais la société toute entière, blessée dans sa chair, pervertie, emportée dans le tourbillon d’une folie suicidaire.

    Le crime contre Dieu n’est pas tant celui des âmes que celui des institutions. C’est un crime politique. Il est celui de la morale et de la justice livrées à la souveraineté populaire, de l’homme en assemblée qui décide du bien et du mal, de la laïcité qui substitue la déclaration des droits de l’homme au Décalogue, la loi civile à la loi morale, l’arbitraire à l’immuable. Ce crime est l’envahissement de la politique par le subjectivisme. La Cité se fait Dieu. L’intention est évidente. Elle ressemble trop au mensonge de Satan : « Vous serez comme des dieux », pour ne pas être satanique elle-même.« 

    Et si certains doutent encore, relisez ces propos ô combien toujours d’actualité que le socialiste laïque Jean Jaurès écrivait dans son journal à l’issue d’un débat à la Chambre et au Sénat : « Nos adversaires ont-ils opposé doctrine à doctrine, idéal à idéal ? Ont-ils eu le courage de dresser contre la pensée de la Révolution, l’entière pensée catholique, de réclamer pour le Dieu de la révélation chrétienne, le droit non seulement d’inspirer et de guider la société spirituelle, mais de façonner la société civile ? Non, ils se sont dérobés, ils ont chicané sur des détails d’organisation. Ils n’ont pas affirmé nettement le principe même qui est comme l’âme de l’Eglise.« 

    Ces reproches que Jean Jaurès adressait avec raison aux catholiques de son époque expliquent sans détour les défaites des catholiques de France depuis plusieurs décennies...

    Puisse cette modeste réflexion stratégique que je vous livre permettre d’enfin changer les choses. Il est temps que les catholiques de France, à l’image par exemple des catholiques de Pologne, assument d’agir en catholiques, portent ouvertement témoignage de leur foi et de leur doctrine, et fassent entendre publiquement leur voix, même s’ils ne sont pas certains de pouvoir récolter là où ils auront semé.

    Alain Escada, président de Civitas

    http://media.medias-presse.info/wp-content/uploads/2018/01/civitas-prier-agir.jpg

  • Horreur de l’avortement : témoignage d’une infirmière québécoise .

     

    Nos confrères de Contre Info ont publié aujourd’hui le témoignage d’une infirmière canadienne  – Siv Bertilsson – quand à l’extermination des fœtus avec le commentaire suivant : «L’intérêt du présent article, est qu’il montre l’horreur de l’avortement et l’abandon dans lequel on laisse les bébés ayant survécus à l’avortement, sans aucun soins, et de montrer que les sages-femmes peuvent perdre leur travail si elles refusent de participer à un avortement ». Ce témoignage est extrait du rapport de l’European Centre for Law & Justice Late Term Abortion & Neonatal Infanticide in Europe, daté du 29 juin 2015.

     « J’ai d’horribles souvenirs du temps où j’étais au service de gynécologie où je participais à des avortements tardifs, la plupart autour de 16 semaines, où le fœtus se débattait et essayait de respirer pendant 5 à 15 minutes. Parce qu’il n’y a pas de loi ou de règle sur ce qu’on devrait faire avec un fœtus qui lutte pour vivre, vous laissez le fœtus mourir dans une cuvette ronde ou dans une bassine. Horriblement inhumain, à mon avis. Et ceci n’est pas un évènement inaccoutumé. Approximativement 25% des 16 à 17 semaines survivent pendant un certain temps. Maintenant je suis remise à ça. J’avais décidé que jamais de ma vie je ne m’impliquerais dans cette corvée. Je suis maintenant forcée d’arrêter de travailler comme sage-femme ? Comment devrais-je agir ? Et si je suis forcée à me résoudre à faire ceci de nouveau, que devrais-je faire avec le fœtus quand il est vivant ? Je lis dans le Animal Welfare Act (Loi sur la protection des animaux) comment tuer les chatons, les chiots ou d’autres sortes d’animaux, et il y a des règles claires pour la façon dont l’euthanasie devrait être faite, d’une façon qui ne cause ni anxiété chez l’animal ni ne lui cause de douleur… »

    Elle est belle la société des Veil, des Bergé et du Planning Familial, la société des « démocrates » et des « humanistes »… Comme disait l’autre : « Quand on voit ce que les gens raisonnables ont fait de ce monde, il aurait mieux valu laisser diriger les fous… ».

    Hristo XIEP