Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique nationale - Page 7

  • Tandis que les banlieues s’embrasent sous l’œil bienveillant de Castaner, des Français inoffensifs sont verbalisés à tour de bras !

     

    Alors que le confinement emprisonne les honnêtes citoyens chez eux, détruit leur outil de travail lorsqu’ils sont commerçants, artisans, petits entrepreneurs, dans les banlieues, le confinement, la racaille s’en balance.

    Pire, ces no-go-zones s’embrasent, les violences ne cessent de croître, notamment depuis l’accident d’un motard de 30 ans, multi-récidiviste, qui s’est blessé après avoir percuté un véhicule de Police à Villeneuve-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. 

     

     

     

    Depuis, ceux que peu de journalistes ose dénommer selon leur comportement, des « racailles », narguent et agressent chaque nuit les forces de police et les pompiers, avec des tirs de cocktails Molotov et de projectiles par des lance-roquettes.

    Mais pour le ministre de l’Intérieur venu des sombres salles de jeu, Castaner, « ces tensions ne sont pas d’un niveau de gravité exceptionnelle (…)

    Les causes sont nombreuses, notamment le confinement (…) ». Il faut dire que le gouvernement, via les media aux ordres, minimise largement ces faits, avant tout parce que l’État a depuis longtemps abandonné ces quartiers non pas populaires mais d’immigration aux trafics de drogue et aux caïds.

    Par contre, si l’État excuse toutes ces violences en banlieue, non pas quartiers populaires mais d’immigration, il prend sa revanche sur les vrais Français populaires, tous des Gilets Jaunes en puissance qu’il faut mater, et envoie manu-militari sa police sanctionner sans trêve les honnêtes citoyens du monde rural ou les confinés des villes normales. Ainsi une petite vieille, pas riche du tout, a été verbalisée pour avoir été se promener sur un quai d’une petite ville de Bretagne. Et un cavalier parti se promener avec son cheval s’est pris une amende sur un sentier de terre, les gendarmes du petit despote Macron ne pouvant concevoir le cheval comme un honnête moyen de déplacement pour sortir en confinement. 

  • Confiner les personnes âgées jusqu’à la fin de l’année ! Le projet dictatorial de la Commission européenne !

     

    Vous reprendrez bien un peu de confinement ? Surtout pour les personnes âgées… C’est en substance le message de la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen.

    Dans un entretien au quotidien allemand Bild, Ursula Von der Leyen prévient : la recommandation européenne sera de maintenir le confinement des personnes âgées jusqu’à la fin de l’année !

    Je sais que c’est difficile et que l’isolement pèse mais c’est une question de vie ou de mort“, a-t-elle dit. Une phrase à double sens !

    En gros, pour soit disant éviter aux personnes âgées le risque d’attraper le coronavirus, la présidente de la Commission européenne recommande d’emprisonner les personnes âgées. Soit elles seront euthanasiées, soit on les incitera à se laisser mourir puisqu’on leur annonce qu’elles n’auront plus l’autorisation de voir ni famille ni amis pendant près d’une année entière.

    Et pendant ce temps, toujours au nom de mesures sanitaires en temps d’épidémie de coronavirus, l’Etat libère des milliers de détenus, y compris des islamistes condamnés dans des dossiers de terrorisme.

    Pas de déconfinement sans jackpot pour les industries pharmaceutiques

    Sans vaccin, il faut limiter autant que possible les contacts des seniors“, a expliqué la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, pour justifier sa recommandation de cloîtrer les personnes âgées jusqu’à la fin de l’année.

    Et qu’importe à la présidente de la Commission européenne que le traitement à l’hydroxychloroquine existe et démontre son efficacité.

    La priorité du monstre eurocratique, c’est d’imposer une vaccination mondiale. Pour le plus grand enrichissement des industries pharmaceutiques, un vaccin devrait être commercialisé à la fin de l’année si tout se passe comme Bill Gates le souhaite.

    D’ici-là, le plan de réduction de la population peut s’appliquer selon les recommandations chères à Jacques Attali de mettre fin à la vie de personnes âgées qui ne contribuent plus à la logique consumériste du Nouvel Ordre Mondial !.

  • Pour les deux tiers des Français l’exécutif est incapable de faire face à l’épidémie, selon un sondage Ifop ! ...

     

    Les Français se montrent de plus en plus sceptiques face aux actions du gouvernement visant à lutter contre le coronavirus. 62% des personnes interrogées à l’occasion d’un sondage Ifop pour le JDD ne font ainsi pas confiance à l’exécutif.

     

    Au bout de quatre semaines de confinement, la confiance de la population envers le gouvernement continue de baisser. Seuls 38% des Français interrogés considèrent que l’exécutif est capable de faire face à l’épidémie de coronavirus, indique un sondage Ifop réalisé pour le Journal du Dimanche.

    Ce résultat représente une chute de neuf points par rapport à une étude identique faite la semaine dernière. Par rapport au sondage réalisé quelques jours après la mise en place du confinement, le gouvernement a perdu 17 points de confiance.

    «La défiance s’enracine, même si on assiste à une dissociation entre des Français qui font bloc autour de la figure présidentielle et un regard de plus en plus dur sur la gestion gouvernementale de cette crise hors norme», a précisé Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop.

    Opinions des partis politiques

    L’écrasante majorité des membres de LREM interrogés (84%) font confiance au gouvernement, tandis que moins de la moitié des Républicains partagent cet avis. Seul un membre du Parti socialiste sur trois croit qu’il lutte efficacement contre la crise sanitaire.

    Avec 18%, le parti qui doute le plus de l’efficacité de l’exécutif est le Rassemblement national. Il est devancé d’un point par La France insoumise (19%).

    Pour réaliser cette enquête, 1.013 personnes représentant la population française, âgées de moins de 18 ans, ont été interrogées, a fait savoir le JDD.

    Enfin, selon une série de sondages Elabe réalisés pour BFM TV, la confiance de la population envers le gouvernement dans la gestion de la crise a progressivement diminué depuis le début de l’épidémie pour atteindre 41% début avril.