Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Laïcisme - Page 4

  • L’anti-pape François annule toutes les ordinations 2022 de prêtres et diacres dans le seul diocèse de Toulon-Fréjus.

     

    C’est un coup de tonnerre dans le diocèse de Toulon-Fréjus. Cela ne s’est pratiquement jamais passé dans toute l’histoire de l’église catholique : l’annulation par Rome pure et simple de l’ordination de diacres et prêtres d’un diocèse. Nous sommes là devant un fait extrêmement rarissime dans l’histoire de la papauté et du catholicisme.

    Quatre prêtres et six diacres devaient être ordonnés le 26/06/2022. Ces ordinations sont la consécration de nombreuses années de formations, stages, contacts, réflexions personnelles, prières, réflexions de groupe.

    Comment l’anti pape a-t-il eu les renseignements nécessaires pour prendre une telle décision ?

    Et bien, dans l’église catholique, on n’est pas mieux qu’ailleurs. Il y a les opportunistes au service de leurs supérieurs pour, d’une part garder leurs places, et d’autre part essayer d’avoir des promotions.

    L’espion est donc Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille. Rome (le Vatican) a missionné en 2021 ce gentil archevêque de Marseille pour faire une « visite amicale » à l’archevêque de Toulon-Fréjus avec à sa tête Mgr Dominique Rey.

    L’archevêque de Marseille aurait eu pour mission de relever plusieurs points posant question dans «la formation et le discernement des candidats du séminaire de la Castille » (lieu de rencontre, et grand séminaire du diocèse de Toulon-Fréjus) selon les informations de « Famille chrétienne » (lien).

    À noter que les deux revues et journaux catholiques, « Famille chrétienne » et « La Croix » ont des idées politiques très nettes et très à gauche.

    « La Croix » a d’ailleurs demandé à tous ceux qui le lisent de voter Macron avant les élections présidentielles de 2022, je le cite : « Aussi, nous considérons que seul le vote pour Emmanuel Macron permet à notre pays de préserver les principes républicains et de consolider les valeurs d’ouverture, de tolérance… » .

    D’ailleurs, ce même torchon de « La Croix » à abondamment ouvert ses colonnes, avant les élections présidentielles de 2022, à différents responsables islamiques lesquels ont tous demandés à leurs fidèles de voter Macron. Faut quand même le faire : question protection de la chrétienté, on peut trouver mieux et pour moins cher.

    Alors, quelles sont les raisons de la décision de cet anti-pape mondialiste communiste immigrationiste ?


    Cet anti pape a dit à de nombreuses reprises que tout responsable catholique ne devait aucunement manifester le moindre désaccord avec les lignes directrices établies par lui. C’est signe d’une grande démocratie fidèle aux mondialistes, de plus extrême-gauche.

     

    Le diocèse de Fréjus-Toulon est géré par Mgr Dominique REY. Il a été mis en place à la tête de cet évêché le 16/05/2000 par Jean-Paul II. Quand un pape nomme un futur évêque dans un diocèse, il se renseigne abondamment et connaît parfaitement les idées de celui qu’il va nommer.

    Dominique Rey, que je connais un peu pour l’avoir rencontré à plusieurs reprises, est un homme d’une grande souplesse et dans un souci permanent d’arranger les choses au maximum. La gestion de son évêché est pacifique et il évite les conflits, qui sont nombreux dans un diocèse. J’

    C’est également un homme qui a des idées et qui, sans brutalité et avec grande souplesse, les fait connaître. Il a la réputation d’être un évêque à tendance conservatrice. Ce n’est évidemment pas un intégriste, sinon le pape François l’aurait remplacé depuis longtemps.

    • il avait affiché son soutien en 2012-2013 à la Manif pour Tous qui s’opposait au mariage de personnes homosexuelles
    • il apporte son soutien, et participe, en 2019, à la manif « Marchons Enfants » contre le projet de loi bioéthique contenant entre autres l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée aux femmes seules ou en couple.
    • Il a autorisé des prêtres et diacres à se joindre aux manifestations contre le pass de la honte (communément appelé pass vaccinal) et contre les privations de libertés relatives aux produit expérimentaux appelés, pour ceux qui y croient donc « vaccin ».
    • en 2015 il invite Marion Maréchal à une université d’été catholique
    • en 2007 il publie un livre intitulé : « Peut-on être chrétien et franc-maçon ? ». Il y expose les causes de l’incompatibilité entre la doctrine catholique et la franc-maçonnerie
    • Le 28 juin 2009, il ordonne 14 prêtres et 11 diacres à La Castille (lieu de rencontre et d’ordinations pour ce diocèse du Var) devant près de 5 000 personnes et le 26 septembre 2009, deux prêtres dans le rite tridentin (intégristes catholiques de Saint Pie V) à la cathédrale Notre-Dame-de-la-Seds de Toulon devant un millier de personnes.
    • Il invite des prêtres des Serviteurs de Jésus et Marie (mouvement à la fois intégriste et ouvert sur l’église d’aujourd’hui), fondés en 1988, à s’installer dans une paroisse de Toulon
    • Le 2 mai 2009, il célèbre le mariage de Jean d’Orléans, « duc de Vendôme » (fils d’Henri d’Orléans, « comte de Paris », prétendant orléaniste au trône de France) avec Philomena de Tornos y Steinhart en la cathédrale Notre-Dame de Senlis
    • Il est le fondateur des rencontres « Communion évangélisation », réseau qui rassemble tous types de chrétiens — laïques, jeunes, prêtres, séminaristes, consacrés, responsables pastoraux, etc. pour découvrir des initiatives innovantes ou créatives, trouver de nouvelles idées pertinentes, prier et se ressourcer pour (re)trouver un nouvel élan missionnaire pour l’Église. Ceci en dehors des chemins habituels de l’église catholique.
    • Etc, etc, etc…

    Il est évident que cet évêque, Mgr Dominique Rey, représente exactement tout ce dont a horreur l’anti pape mondialiste communiste immigrationniste François. Alors, comme il ne peut pas s’en séparer, il cherche à le contrarier et l’humilier.

    Le mois de juin est traditionnellement un mois en France où il y a quelques ordinations de prêtres et diacres dans certains diocèses. L’histoire n’a même pas mémoire qu’un pape ait annulé une cérémonie d’ordinations pour cause d’idées différentes de l’évêque du diocèse à celles de Rome. Seul un mondialiste communiste soucieux de la destruction de son église catholique peut procéder ainsi.

    L’église catholique est au plus mal en Occident. La pratique religieuse est en constante baisse, certes. Cependant, la mission d’un pape est triple :

    • enseignement de la foi et évangélisation 
    • garantir les conditions du culte
    • servir d’unité dans l’Eglise.
    Il doit aussi protéger et développer son Eglise.
    Le souci majeur de cet anti pape François est de permettre une immigration anti chrétienne ,totale et absolue, la plus massive qui soit, qu’elle soit au détriment de nos métiers, nos maisons, notre sécurité, nos familles, notre travail, notre culture .

    Le conclave de 2013 qui a mis à la tête de l’église cet apostat, n’a pas été inspiré que par l’Esprit Saint, c’est d’une évidence éclatante. À l’image de l’Institut pour les œuvres de Religion (IOR), anciennement appelé Banque du Vatican, spécialisée dans le blanchiment d’argent de la drogue et la prostitution, les cardinaux n’ont très certainement pas été insensibles à l’argent des mondialistes ou à leurs menaces de révélations sur leurs vies privées éventuelles, et ont voulu, ou dû, voter pour ce pape.

     

    Enfin, tournons notre regard vers l’anti pape François à la solde des mondialistes qui lui ont fixé le rôle de détruire l’église catholique . Il n’y a pas une seule de ses paroles, un seul de ses silences, une seule de ses actions qui prouvent le contraire.

    Qui lui a donné sa mission ? De toute évidence les mondialistes. Ils ont gangrené le conclave de 2013 qui a, le 13 mars de cette année, mis sur le trône de Saint-Pierre, Jorge Mario Bergoglio, archevêque de Buenos Aires (Argentine), communiste, immigrationniste et mondialiste lui-même, et qui succèdait ainsi à Benoît XVI.

    Dans les conclaves, censés être animés par l’Esprit Saint, tout n’est pas rose. Les cardinaux électeurs, et toute autre personne qui pourrait être amenée à les approcher, prêtent serment, la main sur les Evangiles, de garder perpétuellement le secret sur tout ce qui concerne directement ou indirectement l’élection (art. 53). Les correspondances, télécommunications, et tout autre moyen de communication avec l’extérieur sont interdits, sauf raison très grave ou urgente. Un contrôle est effectué afin de s’assurer du respect de cette règle (chapitre IV). Ainsi, celui ou celle qui ne respecterait pas ce serment, n’ira pas en prison mais sera totalement banni de la communauté catholique.

    J’ai réalisé un dossier complet concernant l’anti pape François . La conclusion de ce dossier est que cet homme est un mondialiste d’extrême-gauche immigrationiste complet . Je vous invite à lire ce dossier, (lien), et ils verront, nombreuses preuves à l’appui, que cet homme n’a qu’un souhait : la mondialisation par l’invasion colossale islamique, là où ladite mondialisation s’installe progressivement (dont l’Europe évidemment, terrain de prédilection de la mondialisation), et donc par conséquence évidente, la destruction complète de la chrétienté.

    Juste, un exemple pour bien situer cet apostat.
     Ci-après une déclaration de ce monstre d’hypocrisie aux recommandations mondialistes,le 21 août 2017 pour la « Journée mondiale du migrant et du réfugié » (sic) qui a été célébrée le 14 janvier 2018. Depuis, ses positions se sont encore davantage radicalisées. Voici les paroles du bon pape François…

    Références des déclarations ci-dessus :

     

    Pourtant, en 2021, 5 898 chrétiens ont été tués en raison de leur foi. Les chrétiens sont le groupe religieux le plus persécuté du monde : en 2021, les 5 898 chrétiens tués pour leur foi, et très souvent martyrisés avant et tués de façon horrible, représentent 24 % de plus qu’en 2020. Le Nigeria, où Boko Haram et l’État islamique se livrent à une sorte de compétition morbide, et enregistre un triste record, avec 4 650 victimes (référence).

    Egalement, 5 110 lieux de cultes chrétiens ont été ciblés, détruits ou fermés en 2021, soit 14 % de plus que l’année précédente. 59 % de ces églises bouclées l’ont été en Chine (référence).

    Enfin, 6 175 chrétiens sont en prison pour leur croyance soit 44 % de plus qu’en 2020 ! Sur le plan carcéral, l’Inde arrive en tête, suivie par le Pakistan et la Chine. Ces trois pays enferment la moitié des chrétiens arrêtés pour leur foi dans le monde (référence).

    À part quelques mots dits très rapidement au sujet de tous ces martyrisés et de tous ces lieux de cultes détruits, notre anti pape mondialiste communiste ne s’est vraiment pas beaucoup attardé.

    Par contre il ne cesse, et ce en permanence, de louer l’immigration, lui donner toutes les qualités, et il fait de cette immigration sa principale mission papale.

    Alors, on comprend maintenant avec facilité pourquoi ce pape a interdit les ordinations de prêtres et diacres dans le diocèse de Toulon-Fréjus dans le Var.
     
  • Macron humilie une fois de plus nos armées.

     

    Les nouveaux entrants au gouvernement font parler d’eux et notamment Sébastien Lecornu.

    L’armée est une fois de plus humiliée. Les chefs d’état-major vont être obligés de se mettre au garde-à-vous devant cet homme de 35 ans, qui, n’ayant pas fait de service militaire, n’a jamais vu un fusil de près!

    Politicien dans toute l’acception de ce terme, il est passé de l’UMP et des Républicains à LREM pour obtenir des sous-maroquins dans des ministères n’ayant aucun rapport avec les questions de défense et où il n’a laissé aucune trace de son passage.

    Il va maintenant donner des directives à des chefs militaires qui ont vingt ans de plus que lui, qui ont participé à des opérations extérieures en Europe balkanique, en Afrique et au Moyen-Orient et qui, en sus des compétences propres à leur armée, ont acquis sur le terrain les connaissances géopolitiques et géostratégiques indispensables à la connaissance du monde actuel. Qui, mieux qu’un marin ayant navigué sur les mers du globe, mieux qu’un aviateur ayant survolé l’Europe, la Méditerranée, l’Afrique subsaharienne, mieux qu’un fantassin s’étant immergé dans les populations de ces pays, peut avoir une vision des menaces pesant sur la France et des moyens d’y parer ? Sûrement pas ce politicien récompensé par un portefeuille régalien de sa soumission au pouvoir.

    Les chefs militaires recevront des ordres mettant en jeu la vie et la mort de leurs hommes de la part d’un irresponsable incompétent. Il est criminel d’attribuer ce ministère pour des raisons bassement politiciennes à un personnage qui, gendarme de réserve, a été nommé en 2017, à 31 ans, colonel de gendarmerie de réserve après sa nomination comme secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot.

    Une fois de plus nos armées sont humiliées par Macron .

     

  • Macron II et sa " Borne out " .

     

    Le second quinquennat de Macron a commencé officiellement le samedi 14 mai à zéro heure, même si son intronisation a eu lieu une semaine plus tôt, une cérémonie où il a choisi, comme en 2017, de rendre un vibrant hommage à ses prédécesseurs élyséens. Ce qui n’est guère étonnant puisque l’actuel président constitue la synthèse et le point d’arrivée des chefs d’Etat successifs de la Ve République. Son slogan de la présidentielle de 2022, « Nous tous », fait référence à « la France pour tous » de Jacques Chirac en 1995. Le primat que Macron accorde à l’européisme et à l’économisme fait également de lui le clone de Giscard. Son « en même temps » fait écho à l’ambivalence fondamentale de Mitterrand, maître de l’ambiguïté, et à la duplicité manœuvrière de De Gaulle. Et la première indication que le chef de l’Etat a choisi de donner en nommant le 16 mai au soir à Matignon une femme de gauche, Elisabeth Borne, une technocrate sexagénaire qui fut ministre sans discontinuité pendant les cinq ans de son premier mandat, n’est pas non plus dépourvue de sens et prouve que l’Elyséen inscrit aussi ses pas dans ceux de Jospin et de Hollande que Borne a consciencieusement servis.

    Cette nomination signifie d’abord que le chef de l’Etat a décidé, au moins symboliquement, d’orienter davantage à gauche sa politique. Lors de son premier mandat, il avait choisi des Premiers ministres venus de la droite (ou prétendue telle) : Edouard Philippe (2017-2020), puis Jean Castex (2020-2022). Il a choisi cette fois-ci, ce qui n’était pas forcément évident au départ, une personnalité politique fortement marquée à gauche puisqu’elle est passée par les cabinets de Lionel Jospin à Matignon (1997-2002) et par celui de Ségolène Royal à la Transition écologique (2014-2015), sans oublier un détour par la préfectorale et la mairie de Paris tenue par le Parti socialiste depuis une vingtaine d’années.


    Elisabeth Borne a été de toutes les aventures depuis la gauche plurielle il y a vingt-cinq ans ... sous la présidence de Jacques Chirac, a été directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Ecologie sous François Hollande. Avec Gérald Darmanin, Bruno Le Maire et Jean-Yves Le Drian, Elisabeth Borne, âgée aujourd’hui de 61 ans, fait partie des rares ministres qui le sont restés tout au long du quinquennat. Nommée aux Transports en mai 2017, elle est appelée à la rescousse en juillet 2019 pour remplacer au pied levé à la Transition écologique François de Rugy, contraint à la démission. Un an plus tard, elle est propulsée au ministère du Travail à la place de Muriel Pénicaud, un poste qu’elle a occupé jusqu’à sa nomination le 16 mai à Matignon. En matière de nouveauté et de renouvellement, on fait mieux. C’est la deuxième femme à occuper le poste de Premier ministre. Y réussira-t-elle mieux qu’Edith Cresson qui fut Premier ministre de François Mitterrand pendant 10 mois et 18 jours, du 15 mai 1991 au 2 avril 1992, et qui fut d’une rare incompétence, multipliant les boulettes et autres maladresses, n’étant manifestement pas à la hauteur de la fonction ? Ce n’est pas gagné d’avance, même si elle semble avoir plus de métier que la favorite de l’homme à la Francisque.

    Le fait que Macron ait choisi ce profil prouve en tout cas qu’il entend désormais réduire l’influence électorale de la gauche après avoir contribué à affaiblir et diviser les droites (ou ce qui en tient lieu). Cette nomination prouve que, pour lui, les droites ne sont plus un danger électoral, ce qui n’est pas faux actuellement vu leurs divisions extrêmes, leur atomisation suicidaire, et qu’il convient désormais de limiter les performances électorales des partis situés à sa gauche. La personnalité d’Elisabeth Borne est également très significative. C’est une technocrate jugée cassante, inhumaine et n’ayant aucune fibre sociale. Ce qui tendrait à démontrer que, contrairement à ce qui s’est produit de 2017 à 2022, ce n’est plus Marine Le Pen que le président choisit comme première opposante mais la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) de Mélenchon. Lequel a commenté la nomination de Borne en rangeant cette dernière « parmi les figures les plus dures de la maltraitance sociale ». Dans ses différents ministères, Elisabeth Borne a en effet géré plusieurs dossiers sensibles comme la réforme de la SNCF au printemps 2018 ou la réforme de l’assurance-chômage en 2021. Et elle sera chargée de l’épineux dossier de la réforme des retraites, une question très inflammable. Elle n’est pas connue pour son souci du compromis.
    Celle qui fut présidente de la RATP est au contraire considérée comme dure, raide voire brutale, désireuse de tout contrôler. Elle a la réputation d’user ses équipes : « avec elle, une note incomplète ou imprécise expose son auteur à des moments difficiles. Celles ou ceux qui l’ont côtoyée pointent l’ambiance qu’elle a imposée parmi ses troupes. « Elle est très dure, jusqu’à lessiver ses équipes. Très grosse travailleuse, elle s’attend à ce que tout le monde autour d’elle suive le même rythme », estime Gilles Dansart, directeur de la lettre spécialisée dans le transport Mobilettre.

    Dans les couloirs du pouvoir, la nouvelle Première ministre a rapidement gagné un surnom : « Borne out ». L’exaspération a parfois été telle que certains dans l’administration ont envisagé sérieusement d’en référer par écrit au président de la République et au Premier ministre, sans suite finalement. « Ce n’est pas une bisounours dans ses relations de travail, c’est sûr. Mais cela s’est normalisé avec le temps », confie une source proche, tout en anticipant des réunions bilatérales “compliquées” avec celui ou celle qui la remplacera au ministère du Travail. Les syndicalistes se souviennent aussi d’Elisabeth Borne. Au printemps 2018, elle était chargée de mener à bien la réforme de la SNCF. Elle a dû gérer une grève perlée qui finira par s’essouffler. « Elle était intransigeante, restant sans dévier sur la ligne fixée par Matignon. Il n’y avait pas grand-chose à négocier. Et avec les représentants syndicaux, elle est toujours restée distante et froide », se rappelle Roger Dillenseger, ancien secrétaire général de l’Unsa Ferroviaire » note le quotidien économique Les Echos qui lui est pourtant favorable et qui salue sa compétence.

    MACRON, ce qui n’est pas étonnant de sa part, a fait le choix d’une pure technocrate qui appliquera sans état d’âme sa politique qui sera à n’en pas douter d’une très grande dureté sur le plan social et sur celui des négations de libertés.

    Cette nomination prouve que le chef de l’Etat qui ne peut se représenter une nouvelle fois en 2027 a l’intention de conduire une politique bien plus dure et anti-sociale lors de son second quinquennat. Tout laisse à penser que Macron II sera bien pire encore que Macron I. Les classes moyennes peuvent se faire du souci car l’Exécutif va les tondre comme des moutons. Elisabeth Borne doit s’entourer de deux ministres forts, l’un chargé de la « planification énergétique » et l’autre de la « planification écologique territoriale ». Des dossiers que cette polytechnicienne (et ancien préfet de région) est censée connaître parfaitement. Elisabeth Borne a souligné lors de la passation de pouvoir avec Jean Castex le « défi écologique et climatique » sur lequel « il faut agir plus vite et plus fort ». Il s’agit de passer en force.
    On peut craindre le pire : au nom de l’écologie, on ne cesse de multiplier les taxes, de persécuter l’automobiliste, souffre-douleur et vache à lait de l’Etat, de restreindre les libertés. Nul doute qu’un coup d’accélérateur va être donné avec ce nouveau gouvernement. Et cela au détriment du peuple. N’oublions pas que le mouvement des gilets jaunes est né dans la France périphérique à cause des taxes excessives sur les carburants qui rendaient la vie impossible à des millions de provinciaux qui ont besoin de leur voiture au quotidien pour se déplacer. Et l’essence et le diesel sont aujourd’hui beaucoup plus chers qu’à l’époque du déclenchement de ce mouvement populaire à l’automne 2018. Et ces denrées pourraient encore augmenter puisque les mesures de freinage (plus que relatif !) de l’envolée des prix prises par les pouvoirs publics sont provisoires et doivent s’achever le 31 juillet 2022, un mois environ après la fin des élections législatives, comme par hasard !

    Avec la transition et la planification écologiques, on peut compter sur la Macronie et sur ses sbires pour pourrir encore davantage la vie des Français au quotidien, pour les traiter de pollueurs, les inonder de taxes et d’impôts, les obliger à acheter une voiture électrique, à en finir avec leur chaudière au fuel ou au gaz, bref à les brider et à les brimer de toutes les façons dans leur vie de chaque jour, à les opprimer et à les écraser au nom de folies écolo-gauchistes.

    Il faudra résister de toutes nos forces et par tous les moyens possibles à ce rouleau compresseur appauvrissant et asservissant notre peuple, et voulant lui voler ses biens, sa terre et son âme.  « A bas les voleurs » criaient les manifestants le 6 février 1934. Ce slogan reste d’actualité dans toute son ampleur. Car ceux qui nous dirigent et nous oppriment ne sont pas seulement corrompus, ces propagandistes de l’euthanasie et de l’infanticide de masse veulent nous déposséder, nous voler ce qui nous est le plus cher, nous ôter jusqu’à notre raison de vivre, d’aimer et de lutter, nous prendre nos biens et assassiner notre âme. Il faut leur faire face de toutes nos forces, avec toute notre énergie et toute notre foi.