Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Economie - Page 5

  • Les chiffres de l' inflation en france sont truqués ! L'inflation réelle dépasse les 3 % .

    L’inflation serait repartie à la hausse en 2018 :1,8 % selon l’INSEE ?
     
     
     
    Cela ne veut rien dire. Et de toute manière, ce chiffre est FAUX.
     
     L’inflation en 2018 est toute dans la hausse des prix de l’énergie (+8 %) et des matières premières, du tabac (+12 %) ainsi celle des produits frais non transformés (+8 %)…
     
    En revanche les prix des produits manufacturiers sont en repli de 0,3 %, signe de grosse morosité : les usines ne vendent plus. Et les services, à +1,2 %, ne sont guère plus reluisants.
     
    Notons que la baisse des prix des produits manufacturiers est générale en occident et se fait malgré la prétendue « guerre commerciale » entre les États-Unis et la Chine, gros rideau de fumée glauque qui ne cache même plus le ralentissement mondial.
     
    À l’époque où les cycles économiques n’étaient pas faussés par les manipulations grossières des banques centrales, les baisses de prix étaient les déclencheurs des crises.
     
    La crise s’installe et les banques centrales et gouvernements n’ont aucune marge d’action.
     
     
    Le calcul est faux pour 3 raisons :
     
    • Les calculs officiels de l’inflation ne prennent pas en compte les prélèvements obligatoires : autant, il est normal de ne pas compter la part qui va à la redistribution mais les hausses affectées aux services de l’État — santé (+2,3 %), éducation (+2,8 %), sécurité (+6,8 % pour le ministère de l’Intérieur !), justice (+3,9 %) — devraient être prises en compte.
     
    • L’inflation ne prend pas plus en compte les frais d’hospitalisation privée (sans doute craignent-ils que l’on demande à comparer avec les frais d’hospitalisation publics qui ne sont pas plus calculés) ! Or la santé est un des plus gros postes d’inflation dans le monde : le prix des soins augmente de 10 % dans le monde… Sauf en France où ils baissent officiellement de -1 % mais où l’on se contente de regarder les consultations chez le médecin et les médicaments… L’hôpital c’est gratuit, d’après l’INSEE.
     
    • Le meilleur pour la fin : l’INSEE considère que votre logement représente 7,64 % de vos dépenses (eau et taxes sur les ordures ménagères comprises) ! Oui, vous avez bien lu. 7,64 %, c’est-à-dire 4 fois moins que la réalité. Or les prix de l’immobilier ont augmenté de 3,2 % en 2018.
     
    Au final les 3 plus gros postes d’inflation en France sont simplement ignorés ou massivement minorés. En rétablissant la bonne pondération, l’inflation française serait plutôt à 3 %.
     
    Mais alors les salaires et rendements garantis, ainsi que tous les engagements de l’État indexés sur l’inflation s’envoleraient.
     
    Dans cette configuration, l’État touche effectivement ses impôts et taxes sur les transactions et donc sur l’inflation réelle mais ne redistribue que sur l’inflation minorée.
     
    C’est-à-dire que l’on paie en France toujours plus cher ses impôts, ses soins et son logement sans que les revenus suivent, alors le reste à vivre diminue et il reste de moins en moins d’argent pour les autres postes de dépense : la mauvaise inflation chasse la bonne, il ne reste plus d’argent pour mieux se nourrir, mieux s’équiper, mieux se vêtir.
     
    La mauvaise inflation chasse la bonne.
     
    C’est comme si vous aviez un voisin très encombrant assis à côté de vous dans le train, qui squatte la moitié de votre place en plus de l’accoudoir, vous empêche de bouger, vous laisse à peine respirer… Et vous demande encore un peu plus de place, pour vous donner la becquée...
     
    L’inflation d’un côté, créée la déflation de l’autre pourtant si redoutée, celle qui fait s’arrêter les usines et les entreprises.
     
    Ce n'est pas mieux pour notre épargne. En 2018, les fonds euros des assurances vie ont rapporté 1,4 % en moyenne (prélèvements sociaux inclus). Corrigés de 3 % d’inflation réelle, Le « placement préféré des Français » nous fait perdre -1,6 % de pouvoir d’achat.
     
     

  • L’industrie automobile européenne mise en péril par l’UE !

    Carlos Tavares, le président du directoire de PSA est clairement remonté contre l’Union européenne. S’exprimant dans le cadre d’un entretien au Figaro, le patron du groupe automobile a ouvertement critiqué la volonté de la Commission européenne de réduire les émissions de CO2 de manière drastique. Avertissant d’ores et déjà qu’une telle politique risque de fragiliser une filière automobile employant 13 millions de personnes.

    L’industrie automobile européenne mise en péril par l’UE selon Tavares

    Alors qu’en décembre dernier, les élus du Parlement européen et ceux des pays membres se sont entendus après moult tergiversations sur une réduction d’ici 2030 des émissions globales de gaz à effet de serre au sein de l’UE de 37,5% pour les voitures de tourisme et de 31% pour les utilitaires, Carlos Tavares juge de telles normes très négatives.

    « Le vote du Parlement européen est un vote contre l’industrie européenne   » estime ainsi Tavares.

    Selon lui, « le chemin qui est pris » conduit les constructeurs « dans l’impasse ». Une situation qui sera à terme « très douloureu[se] (s’)alarme-t-il.

    Des propos tenus en temps que patron de PSA mais également en tant que président de l’Acea (Association des constructeurs européens d’automobiles).

     

    Ce qui lui donne « l’occasion » d’enfoncer le clou, en affirmant que la politique européenne mettait en péril les 13 millions de personnes qui travaillent dans l’industrie automobile.

    Pire encore, selon lui, les orientations prises vont « très certainement  déstabiliser les sociétés européennes ». Laissant ainsi planer le spectre d‘un effet domino des difficultés économiques de l’industrie automobile sur l’économie européenne dans son ensemble.

    Des Etats réellement capables de financer les innovations ?

    Le patron de PSA s’interroge également sur les réelles capacités des différents Etats à financer les investissements colossaux nécessités par le passage à l’électrique. « Comment les États, exsangues, au bout de leurs capacités d’endettement, de déficit et de pression fiscale, trouveront-ils l’argent pour financer les réseaux de chargement ?« , s’interroge ainsi Carlos Tavares.

    Renvoyant ainsi en quelque sorte dans leurs buts l’Union européenne – et ses exigences en matière du taux d’endettement des pays membres – et les gouvernements des différents Etats, confrontés à des déficits budgétaires colossaux. Sans oublier au passage de tacler à demi mots Emmanuel Macron, mis à mal par la fronde des Gilets jaunes dont les revendications s’avèrent de plus en plus liées à la fiscalité.  Et ce, alors même  que la France est pointée du doigt par l’UE  sur le non-respect des exigences européennes en matière de déficit public …

     

    Une transition vers l’électrique nécessitant un « pilotage stratégique »

    Sans vouloir ouvertement remettre en question la transition vers des véhicules électriques, Carlos Tavares considère toutefois que cette étape majeure nécessite « un pilotage stratégique ».

    Une déclaration s’adressant directement aux gouvernements de France et d’Allemagne. Lesquels ont promis en février dernier de mener une politique industrielle volontariste dans le domaine des véhicules électriques. Laquelle prévoit en tout premier lieu la mise en place d’un « Airbus des Batteries », consortium qui serait mis en place afin de produire des batteries pour les véhicules électriques à travers un investissement commun de 1,7 milliard d’euros.

    Objectif : lutter contre la concurrence chinoise qui grignote chaque jour un peu plus ce marché, poussant les constructeurs européens à être dépendants des fabricants chinois pour un élément clé de toute voiture électrique. Le prix de cette dernière étant très fortement lié au coût de sa batterie.

    Un Airbus des batteries irréalisable ?

    En ce qui concerne tout particulièrement le sujet lié à l’Airbus des batteries, Carlos Tavares s’avère quelque peu sceptique. Redoutant qu’il ne s’agisse que de simples promesses irréalistes …. et surtout irréalisables. Pointant du doigt l’aspect politique du dossier ainsi que le volet financier et les rivalités industrielles entre France et Allemagne notamment. « Nous avons étudié le sujet. Le capital initial nécessaire est colossal », estime ainsi le patron de PSA.

    Mais selon lui, la réussite du projet – voire sa concrétisation ? – dépendra de l’attitude des autorités européennes vis-à-vis de l’application des règles concernant les aides des Etats.

    « L’Union européenne sera-t-elle capable de s’élever à ce niveau de vision stratégique, au-delà des simples règles de concurrence intracommunautaires ? », s’interroge-t-il.

    De longues tractations et des positions divergentes

    Pendant de longs mois, le 28 membres de l’UE ont été divisés sur le niveau d’efforts qu’ils allaient exiger du secteur automobile en terme de réduction d’ici 2030 des émissions globales de gaz à effet de serre.
    Début octobre, le Parlement européen s’était prononcé pour une baisse de 40% des émissions de CO2 des voitures et utilitaires de moins de 3,5 tonnes d’ici 2030. L’Acea (Association des constructeurs européens d’automobiles) plaidait quant à elle en faveur d’une réduction de 20%, tandis que la Commission européenne souhaitait l’application d’une baisse de 30%.

     

  • Acte XII , dehors Les Rothschild !

     

     

    Il y a énormément de monde à Marseille pour l’acte XII des gilets jaunes. Et les slogans montrent un éveil des consciences politiques.

    Ici une pancarte réclamant l’abolition de la loi Pompidou-Giscard-Rothschild de 1973 et l’abolition du Traité de Maastricht.

     

     

    Là, une femme portant sur son gilet jaune l’inscription “Macron, traverse. Retourne chez Rothschild.”

     

     

    Et un autre gilet jaune avec l’inscription “Macron, la sens-tu la quenelle ?”. C’est le député Meyer Habib qui ne va pas être content !