Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Economie - Page 4

  • Qui sont les racailles (surnommées SCM ) qui nous dirigent ?

     

     

    Michel Geoffroy, contributeur régulier du blog Polémia, a récemment publié La Super-classe contre les peuples. Cet ouvrage, préfacé par Jean-Yves Le Gallou, s’attache à démasquer ceux qui détiennent le pouvoir dans le monde moderne. Avec ce dévoilement magistral de la super-classe mondiale, Michel Geoffroy permet de poser les bases d’une reconquête essentielle : celle de notre liberté.
    Polémia propose une analyse en 10 points de cette super-classe mondiale qui fait tout pour nous diriger :

    1/ La Super Classe Mondiale (SCM) n’est pas un fantasme : elle existe bien et elle a pris le pouvoir en Occident et notamment en Europe Occidentale.

    Elle est propriétaire des médias, elle finance le microcosme culturel, les ONG et les groupes de pression et elle impose partout une politique qui va à l’encontre de la volonté du corps électoral. En France elle a réussi à faire élire son candidat lors de la présidentielle de 2017 : Emmanuel Macron

    2/ La SCM correspond à la domination sans limite de l’économie et de la finance sur la société et sur la souveraineté politique, qui s’est produite à la fin du XXème siècle.
    La SCM regroupe les super riches qui veulent s’enrichir toujours plus, grâce notamment à la dérégulation économique et financière. Grâce aussi à la modification des lois fiscales à leur profit. Grâce enfin au « socialisme des riches » qui consiste à mettre à la charge de la collectivité les charges induites par la mise en œuvre des politiques libre-échangistes, pendant que ses bénéfices reviennent à la seule oligarchie

    La SCM incarne la domination sans partage de la loi de l’argent, donc la réduction des hommes à l’état de simple ressource au service des plus riches.

    Pour cette raison on ne pourra remettre à sa place la SCM, si on ne régule pas l’économie et la finance mondiales

    3/ La SCM incarne aussi le retour d’une vieille eschatologie : la prétention hérétique de bâtir le paradis sur terre et d’unifier le genre humain, sans attendre la venue ou le retour du Messie, prétention qui a été reprise par le messianisme protestant et sa croyance en la destinée manifeste des anglo-saxons. Cette eschatologie fonde le projet cosmopolite ou mondialiste de la SCM, qui se prétend élue pour ce faire.
    Ce projet est bien un complot contre la liberté, la souveraineté et l’humanité de l’homme. Car le gouvernement mondial n’ouvrirait pas la voie à une « démocratie planétaire » mais au contraire à la dictature mondiale de l’oligarchie.En accusant les autres de complotisme la SCM pratique en réalité l’inversion accusatoire.

    4/ La SCM est une classe sociale : c’est une oligarchie transnationale qui partage plus de traits communs qu’avec sa population d’origine. C’est une classe qui se croit suffisamment éclairée pour prétendre faire le bien des gens malgré eux.
    Elle correspond au parti de Davos : de ceux qui se rencontrent tous les ans lors du World Economic Forum de Davos, qui partagent la même vue du mondelibérale/libertaire et cosmopolite et qui l’imposent aux gouvernements.

    5/ La SCM a pris le pouvoir en Occident grâce à la conjonction de trois changements historiques majeurs au cours du XXème siècle : l’avènement de la surpuissance anglo-saxonne, la fin du socialisme et du communisme et enfin la mondialisation de l’économie. La fin du socialisme et du communisme a notamment provoqué le grand soulagement des super-riches qui n’ont plus à craindre en Occident une révolution qui menacerait leurs privilèges et leurs intérêts : avec l’immigration, les délocalisations et bientôt l’intelligence artificielle, ils pensent même avoir trouvé le moyen de remplacer les peuples puis de se passer d’eux. Et la mondialisation a donné aux grandes entreprises transnationales plus de pouvoirs que de nombreux Etats, de plus en plus paupérisés.
    Les milliardaires anglo-saxons ont toujours eu la prétention de gouverner le monde. Mais à la fin du XXème siècle, ils ont fini par croire qu’ils en avaient désormais la possibilité.

    6/ La SCM fonctionne par la mise en synergie de 4 cercles ou engrenages : le cercle de la richesse financière et économique transnationale, le cercle des médias et de la culture, le cercle des organisations non gouvernementales et de la société civile, enfin le cercle des élites publiques. Le cercle de la richesse financière et économique transnationale est celui où la puissance est la plus concentrée et la plus opaque : il dirige, influence et achète tous les autres cercles.
    Le premier cercle ne comprend que quelques milliers d’individus, mais les autres cercles sont plus nombreux, en particulier parce qu’ils regroupent des idiots utiles.

    La SCM repose pour cette raison sur un pouvoir impersonnel, désincarné et collégial donc insaisissable (par opposition à la tradition de l’incarnation du pouvoir en Europe)

    7/ La SCM est une oligarchie et non pas une élite : elle préfère toujours l’influence des autres à l’engagement personnel direct.
    C’est pourquoi on peut assimiler son action et son projet à un complot, car elle refuse de le soumettre au verdict démocratique : elle veut au contraire l’imposer subrepticement en le rendant inéluctable. Pour cette raison elle s’est rendue maîtresse du pouvoir médiatique en Occident, qui sert à ahurir la population, à diffuser l’idéologie libérale/libertaire et cosmopolite et à diaboliser tous ceux qui s’opposent au projet de la SCM.

    8/ La SCM fait avancer son projet et son agenda selon une dialectique du chaos et du contrôle. Elle sème le chaos partout comme moyen de détruire la résistance psychologique et l’homogénéité des peuples : c’est principalement le rôle dévolu au chaos migratoire en Europe. Mais aussi au chaos économique, conséquence de la dérégulation systématique, qui place les populations en insécurité économique et sociale croissantes. Ou au chaos moral qui sert à déstructurer les personnalités. Enfin la SCM ne répugne pas à la guerre comme moyen chaotique.

    Le chaos sert ensuite de prétexte à l’instauration du contrôle : la SCM substitue à la souveraineté nationale, le contrôle de la population, qui correspond à l’instauration de la post-démocratie en Occident. La post-démocratie illustre le caractère totalitaire du gouvernement mondial que la SCM voudrait instaurer à son profit : un système où les peuples se voient retirer le pouvoir de changer de politique, où les juges supplantent les législateurs et dont l’Union Européenne constitue le laboratoire

    9/ L’idéologie libérale/libertaire et cosmopolite a été le principal vecteur de l’instauration du chaos au service de la SCM en Occident. Parce qu’elle a contribué à détruire toutes les régulations qui faisaient obstacle à l’instauration du règne de l’argent. Et parce qu’elle a contribué à diffuser un individualisme radical qui détruit tout ordre social et qui ouvre la voie à la marchandisation du monde et finalement de l’homme lui-même.
    Mais la SCM pratique le double standard permanent : dans son comportement interne elle fait tout le contraire de la doxa libérale/libertaire qu’elle préconise pour le reste de la population : elle est hiérarchique, patriarcale et elle aspire au monopole, au pouvoir opaque et au contrôle, non pas à la liberté, à la transparence et à la concurrence

    10/ La SCM a réussi à mettre l’Europe en servitude et à s’enrichir démesurément. Par contre elle va échouer au XXIème siècle à contrôler le monde. La SCM n’est donc pas omnipotente: en fait le monde est en passe d’échapper aux mondialistes, en particulier parce que le cœur nucléaire de la SCM -les pays anglo-saxons- est entré en déclin, et parce que le monde devient multipolaire. L’idéologie de la SCM peine à s’imposer partout et en Europe même, elle soulève une opposition croissante.
    L’oligarchie en a bien conscience et il ne faut donc pas exclure que la SCM ait recours à la guerre mondiale pour tenter de garder son leadership coûte que coûte.
    C’est aussi pourquoi les Européens doivent se libérer de la tutelle de la SCM, qui ne peut que conduire à leur destruction, et pour cela, s’ériger en pôle de puissance autonome.

    Michel Geoffroy, 23/08/2019″

    La Superclasse mondiale contre les peuples, Michel Geoffroy, Editions Via Romana, 475 pages, 24 €

    Francesca de Villasmundo

     

  • Le naufrage d’Alstom va-t-il entraîner Macron le principal responsable ?

     

     

    Des intermédiaires de la vente d’Alstom qui apparaissent dans le financement de la campagne d’Emmanuel Macron, un ex-conseiller responsable de la vente du fleuron français aux Américains à la tête de GE France: des éléments à charges contre l’ancien secrétaire général adjoint puis ministre de l’Économie de François Hollande se précisent.

    «Je reste persuadé que l’affaire Alstom est une affaire extrêmement grave, qu’elle a mis en péril un fleuron de l’industrie française et je souhaite qu’aujourd’hui, où l’on voit que General Electric se dégage, notamment du site de Belfort, nous puissions nationaliser à nouveau la partie nucléaire et hydraulique et que même nous puissions avoir le contrôle de ce qui s’est passé sur les turbines à gaz. Car aujourd’hui on sait avec sérieux que General Electric a transmis à ses usines américaines le savoir technologique des usines françaises.»

     

     

    S’il insiste à ne pas «sauter aux conclusions», le maire Les Républicains de Maisons-Laffitte (Yvelines), Jacques Myard, ne mâche pas ses mots à notre micro. Député jusque sous la XIVe mandature, il avait dès 2014 réclamé l’ouverture d’une commission d’enquête sur la cession de la branche énergie d’Alstom à General Electric.

     

    Dernier élément en date, Olivier Marleix, député LR d’Eure-et-Loir, a été, selon une information de L’Obs, entendu le 29 mai comme témoin par les enquêteurs de l’Office central de Lutte contre la Corruption à Nanterre (OCLCIFF). Celui-là même qui présida la Commission d’enquête en charge d’examiner les décisions de l’État en matière de politique industrielle (Alstom, Alcatel, STX, etc.) et qui, en avril 2018, avait fait part de ses conclusions accablantes dans le rôle joué par l’Élysée dans la vente de l’ex fleuron français à son concurrent américain.

    «C’est extrêmement grave. C’est une question de souveraineté, c’est une question de puissance industrielle et c’est aussi une question de justice, car en cause il y a aujourd’hui des dizaines et des centaines d’emplois qui sont menacés», insiste Jacques Myard.

    Une audition auprès de l’OCLCIFF qui fait suite à la plainte que le député d’opposition avait déposée le 17 janvier 2019 auprès du Parquet de Paris. Mi-janvier, Le Monde avait révélé une partie de la lettre de quatre pages adressée au procureur par Olivier Marleix. Dans celle-ci, l’élu s’interrogeait sur un possible «pacte de corruption» qui aurait été favorable à Emmanuel Macron, alors à la recherche de soutiens financiers pour assouvir ses ambitions politiques.

    Soulignant qu’autant Alstom que General Electric ont dépensé des centaines de millions d’euros en conseil, communication et autres prestations, le député d’Eure-et-Loir s’étonne de retrouver dans la liste des donateurs, ou des organisateurs de dîners de levée de fonds, durant la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, certaines personnes issues de banques de conseil, de cabinets d’avocats ou encore d’agences en communication, rémunérées lors de la vente d’Alstom ou d’autres actifs industriels stratégiques français (Alcatel, Technip).

    «Il faut bien sûr être prudent, mais Olivier Marleix, que je connais très bien, est un député précis, sérieux, qui a présidé la commission d’enquête sur les questions industrielles, dont l’affaire Alstom –c’est-à-dire la vente à General Electric d’un fleuron de l’industrie française. Bien sûr, il reste aux juges à le prouver par enquête –que les bénéficiaires de la vente d’Alstom avaient été, ou sont des gens, qui ont ensuite financé la campagne d’Emmanuel Macron», souligne Jacques Myard.

     

    Dans une interview accordée à Marianne, Olivier Marleix insiste sur le fait que la Commission d’enquête parlementaire avait démontré que les procédures de contrôle des investissements étrangers en France avaient été contournées.

     

    Il souligne également les «montants colossaux» engendrés par les opérations de rachat d’importantes entreprises françaises auxquelles Emmanuel Macron a donné son feu vert durant les deux années où il séjourna à Bercy. En plus d’Alstom, on retrouve ainsi Lafarge, Alcatel ou encore Technip. Des opérations chiffrées en dizaines de milliards d’euros cumulés, laissant présager de conséquentes primes touchées par les conseillers et autres intermédiaires ayant pris part à ces opérations.

    «Que les financiers de la campagne, MM. Kohler et Denormandie, aient été responsables de ces dossiers au cabinet souligne le mélange des genres!», déclare-t-il à nos confrères de Marianne.

    Des éléments «troublants» également aux yeux de Jacques Myard, qui espère que le Parquet de Paris «fera la lumière sur cet enjeu». Lui-même de formation juridique, il se montre confiant dans les magistrats, malgré les liens existant entre le Parquet de Paris et l’Élysée.

    «Je pense que les magistrats sont des magistrats totalement intègres et voudront aller au bout de ce processus. D’une part, pour avoir la vérité et ensuite en tirer les conséquences. Je ne peux pas me prononcer davantage.»

    Au-delà d’une possible implication dans le financement de la campagne de l’actuel Président de la République, ces intermédiaires rémunérés à l’occasion de la cession à des intérêts étrangers d’entreprises-clefs de l’économie française, d’autres éléments troublants sont venus gonfler encore un peu plus à l’affaire Alstom ces derniers jours.

    En effet, l’annonce par General Electric de la suppression de plus de 1.000 postes en France, au lendemain des élections européennes, alors même que l’entreprise américaine avait promis au gouvernement Valls d’en créer autant d’ici fin 2018, l’identité du Président de la branche française du géant de l’énergie américain interpelle.

     

    Hugh Bailey, aujourd’hui à la tête de GE France, n’est autre que l’ancien conseiller pour les affaires industrielles et le financement à l’export d’Emmanuel Macron à Bercy. Un ex-conseiller qui dirigea la vente d’Alstom à General Electric. Une information qui ne manque pas d’alimenter ceux qui accusent le gouvernement d’avoir été au courant, voire d’avoir fait pression sur GE pour reporter une telle annonce au lendemain d’une échéance électorale disputée.

     

    «Ce qui est certain, c’est qu’il y a réellement connivence entre certains acteurs, il est trop tôt encore pour dégager les tenants et les aboutissants. L’affaire Alstom, que je connais bien, a été une véritable trahison à la fois des dirigeants d’Alstom, avec la complicité d’un ministre de l’Économie et des Finances qui a d’ailleurs menti devant le Parlement. Pour ce qui est des intérêts croisés, je m’en remets à la justice.»

    À la lecture des extraits de la lettre du député Marleix publiés par Le Monde, on remarque que Bank of America Merrill Lynch, l’une des deux banques-conseil, avec Rothschild & co, à laquelle avait fait appel Alstom dans l’opération de cession de ses activités énergie à General Electric, a également été mandatée par l’Agence des participations de l’État (APE) pour mener à bien la privatisation d’Aéroport de Paris.

     

     

  • Acculé par la révolte des Gilets Jaunes, le "système macronien" va t'il faire tirer sur le peuple ?

    Ce pouvoir demandera-t-il à l'armée de tirer sur le peuple ?

    LA FRANCE PROFONDE, le pays réel, rejettent en bloc la mal-gouvernance de Macron. Certes il s’agit en principe des politiques poursuivies par le gouvernement. La constitution est à ce sujet sans équivoque : le gouvernement fixe la politique de la nation tandis que le président supervise la bonne marche des institutions. Néanmoins, dans les faits, les politiques gouvernementales aujourd’hui ne sont plus que l’interprétation d’une partition écrite sous la dictée macronienne. À ce titre Macron incarne l’État en ce que, capitaine du navire, il détermine en théorie la direction que doit suivre la nef commune, même si dans les faits il n’est que le serviteur de la finance internationale et d’intérêts étrangers à ceux de la France et des Français. Un bateau passablement ivre roulant bord sur bord et qu’aujourd’hui beaucoup de Français identifient à l’infortuné Titanic tant se multiplient les signaux d’alerte d’une plongée verticale dans les abysses.

    La France n’est-elle pas en passe d’être un État failli ? Ne serait-ce qu’au vu de son endettement réel : 2 300 milliards d’euros en 2018, ce qui correspond à près de 100 % du Produit intérieur brut, soit la totalité de la richesse produite en France en un an, auxquels viennent s’ajouter des engagements hors bilan pour un montant estimé à quelque 4 200 milliards d’euros, soit une dette totale dépassant les 6 500 milliards d’euros. Ces chiffres suffisent à eux seuls à déclarer notre pays en faillite. Et c’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles une majorité encore silencieuse de nos concitoyens ont irrévocablement retiré leur confiance au chef de l’Etat et au gouvernement. 

    Car sur le plan intérieur voici dix-neuf semaines que la France des oubliés a revêtu des gilets jaunes pour tenter de se faire entendre d’une classe politique apparemment sourde à ses appels de détresse. Colère que Macron s’est efforcé de juguler par une constante surenchère sécuritaire, le dernier exploit en date de son ministre de l’Intérieur, l’inénarrable Christophe Castaner, étant, après l’incendie du Fouquet’s, haut lieu de la privilegiatura, de faire appel aux personnels armés de l’opération anti-terroriste Sentinelle. Or, après cette décision tout à fait singulière de recourir à l’armée pour des actions de maintien de l’ordre, le général Leray, gouverneur militaire de Paris, n’a pas craint de déclarer que la troupe était prête à ouvrir le feu sur les émeutiers ! Propos ébouriffants qui cependant transcrivent à la lettre l’esprit des instructions reçues de la bouche du ministre Castaner. Celui-ci, le 21 mars, lors de la prise de fonctions du nouveau préfet de police de Paris, Didier Lallement, ne lui a-t-il pas enjoint de prendre exemple sur Georges Clemenceau, le briseur de grèves, fût-ce au prix de quelques vies ? « La main de Clémenceau n’a jamais tremblé quand il s’agissait de défendre la France… protéger les manifestations c’est briser l’émeute » ! »

     

    En effet, le ministre de l’Intérieur radical-socialiste Clemenceau — à l’instar du socialiste Jules Moch en 1948 — n’hésitera pas à faire tirer sur des manifestants en 1907 à Raon-l’Étape où deux réfractaires furent tués ; en 1908 des gendarmes abattaient à Vigneux des grévistes réunis dans leur permanence ; le 30 juillet 1908, à Villeneuve-Saint-Georges, des dragons tuent quatre manifestants.

    Et que dire du terrifiant massacre de la rue d’Isly à Alger le 26 mars 1962, il y a cinquante-sept ans exactement, quand l’armée française, sur ordre du pouvoir gaulliste assassin, tira sur la foule, sur les vaillants  Français d’Algérie et fit 80 morts et 200 blessés selon le bilan officiel ?

    Les dirigeants successifs de la Ve République gaulliste sont prêts à tout quand il s’agit de réprimer la colère légitime du peuple et de se maintenir au pouvoir. Eh bien ce samedi 23 mars 2019, l’ordre de « briser l’émeute » a été obéi, toutefois, pendant que Paris était placée en état de siège, des villes comme Metz ou Montpellier s’embrasaient… et à Nice, une manifestante septuagénaire a été si sérieusement blessée par une charge aveugle de police, que sa famille entend porter plainte pour « violence volontaire en réunion avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique et sur personne vulnérable ». Est-ce à ce prix que force doit rester à la loi tandis que l’ultra-gauche casse et pille en marge des manifestations pacifiques, et ce, dans la plus flagrante et odieuse impunité ?

    À telle enseigne que certains s’interrogent mezzo voce sur le rôle exact de ces casseurs. Pourraient-ils être des provocateurs destinés à discréditer le mouvement des Gilets Jaunes aux yeux de l’opinion et à justifier une escalade dans la répression, le tout participant d’une sorte de stratégie de la tension ? Une hypothèse jugée si plausible qu’elle vient à charge dans le lourd contentieux opposant la France des grandes périphéries peuplées de sédentaires habitant des maisons de pierre à celle qui s’incarne dans la société liquide, plus ou moins virtuelle, des nomades de la « startup nation ». 

     

    Toujours est-il que les résultats ne se sont pas révélés pas à la hauteur des espoirs placés dans les violents, lesquels ne sont effectivement pas parvenus à casser la dynamique du mouvement de contestation des Gilets Jaunes en dépit de la multiplication des feux de joie et des pavés arrachés sur l’avenue des Champs-Élysées. De l’inédit depuis 1814 quand les Cosaques y campaient et en brûlaient les ormes !

    Le fameux et inénarrable Grand débat — de l’art de parler pour ne rien dire et brasser du vent — n’a, lui également, débouché sur rien quoiqu’il ait charrié d’immenses flots de jactance grisâtre, si ce n’est sur des propositions et des contre-propositions aussitôt démenties ou annulées dans un même souffle. En dépit de ses indéniables talents de bonimenteur virtuose, et malgré la complaisante jobardise — ou la complicité active — de ses Marcheurs, Macron n’est pas parvenu à cacher le fait qu’aucun des dossiers fondamentaux — Europe, euro, immigration invasive, désindustrialisation, chômage de masse, paupérisation, dépeçage du pays par des intérêts prédateurs — n’a été abordé et encore moins traité. Ce Grand débat, ces palabres vaines et ces parlottes inutiles, s’ils ont rempli un bon moment les écrans télévisuels, ont abouti en fin de compte au contraire du but recherché : au lieu d’éteindre la colère et de noyer le poisson, ils n’ont fait qu’attiser le ressentiment et exaspérer les frustrations. Toutes raisons pour lesquelles,et peu importe le résultat des élections européennes, Macron est devenu un corps étranger à la nation qu’une saine réaction immunitaire tend à expulser. Hélas tous voient dorénavant que le roi est nu. Qu’il en soit assuré… et peu rassuré !

    La haute fonction publique à l’image de ses thuriféraires de l’intelligentsia — par définition pléonasmique, de gôche — qui, à peine descendus des barricades de Mai 1968, se sont partagés les grasses prébendes du secteur public, ou encore la médiacratie triomphante, tous feignent de ne pas comprendre que la colère populaire ne trouve pas seulement sa source — ou ne plonge pas uniquement ses racines — dans des revendications trivialement matérielles : niveau de vie tendanciellement décroissant ; baisse de la rémunération du travail mis en concurrence déloyale avec le Tiers-monde, qu’il soit importé à domicile ou celui plus lointain des confins planétaires ; fiscalité insupportable et inéquitable ; déclassement social ; érosion des pensions de retraite ; corsetage réglementaire et réduction subséquente comme peau de chagrin des libertés ; disparition du concept de services publics : le client ayant remplacé l’usager qui désormais doit payer des prestations hier gratuites… Cette liste est longue et Macron la connaît aussi bien que nous, mais apparemment il n’en a cure puisque la soi-disant “modernisation” du pays passe avant toute autre considération. Et puis, n’est-ce pas, l’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ? Mme Albright, alors secrétaire d’État américaine, ne raisonnait pas autrement lorsque, interrogée sur CBS News le 12 mai 1996, elle faisait passer par pertes et profits les centaines de milliers de morts imputables à l’embargo imposé à l’Irak : « Nous pensons que le prix en valait la peine ! ». De la même façon, cela en vaut certainement la peine que de réduire à l’indigence une partie de la population productive de ce pays alors que les moyens financiers existent en abondance qui permettraient de corriger le tir et de rétablir les équilibres… si tant est que l’on ait l’intelligence et le courage politique de revoir de fond en comble la copie budgétaire…

    Réduisons les prélèvements obligatoires, les parts patronale et salariale et le revenu du travail aura meilleure figure. Ramenons à de justes proportions le budget de l’État qui a crevé tous les plafonds et représente actuellement plus de 57 % du produit intérieur brut !

     

    Mais pour ce faire encore faudrait-il que nos classes dirigeantes — celle du conglomérat européen — renonçassent à l’idéologie ultra-libérale libertaire, outrancièrement égotiste, nombriliste et cosmopolite, qui les anime. En sont-elles capables ? Sans doute pas, parce qu’il leur faudrait admettre — ou découvrir — que de facto leur “liberté” ne peut exister qu’au détriment des classes laborieuses soumises, elles, à des règles toujours plus contraignantes. La Liberté des uns est la privation d’une foule de libertés pour les autres. En effet, pour que l’économie soit libéralisée, déréglementée, que tout passe et circule sans entrave ni temps mort, dans une société sans frontières d’échanges universels, il faut que les ultimes producteurs de richesses soient réduits à la portion congrue, ici et plus encore dans cet ailleurs que sont les ateliers du monde, en Asie, où ont réapparu des modes renouvelés de la servitude. L’histoire se répète indéfiniment et les excès du pouvoir se reproduisent sans relâche, quels que soient les régimes, dès lors que la vertu morale n’est plus a priori cultivée et qu’a contrario la corruption des mœurs s’installe, sous forme d’une soif de jouissance sans frein et d’une volonté de puissance habillée des oripeaux des droits de l’Homme.

    Aussi, les demandes de nos Gilets Jaunes — d’une incontestable légitimité — ne sont en réalité que l’antichambre d’attentes plus pressantes, lesquelles sont les conditions sine qua non de la satisfaction des premières. À savoir une profonde réforme institutionnelle, sinon d’une véritable révolution nationale qui permette enfin de défendre les intérêts réels du peuple et de la nation. Ce second étage est lui-même coiffé par un pyramidion, l’aspiration moins clairement ou moins souvent exprimée, mais assurément plus puissante, d’une réorientation de notre société afin de replacer l’homme au centre du projet sociétal en mettant notamment l’économie prioritairement au service de ceux qui par leur labeur sont ou ont été les principaux producteurs de la richesse collective concrète et en défendant une société conforme à l’ordre naturel et surnaturel, au Décalogue et à l’Evangile. 

    Cela suppose que nos sociétés reviennent à un ensemble de principes comportementaux qui ne cessent d’être combattus, notamment à travers la destruction programmée de l’Église.

    Ceux qui ont prétendu substituer une morale laïque — en vérité un matérialisme athée — à la foi héritée de nos aïeux, non seulement n’y sont pas parvenus — et ils n’y parviendront pas — mais se sont comportés en purs nihilistes, destructeurs de la Cité, à commencer par la négation du sens du sacré inhérent à toute l’espèce humaine… et in fine en s’attaquant à son noyau fondamental, la famille ! Inéluctablement les communautés nationales, sauf à disparaître, seront appelées à se reconstruire autour de la transcendance, d’une spiritualité authentique, d’une religion véritable. Certains favorisent la montée de l’islam, y voyant — se donnant l’illusion d’y voir — comme une sorte de socialisme confessionnel, propice au métissage culturel et ethnique et, au demeurant, compatible, dans ses versions les plus édulcorées — ou au contraire les plus rigoristes, tel le wahhabisme — avec l’unification du marché mondial. Nous n’irons pas chercher les racines messianiques de cette vision de l’avenir — très incertain — de l’Humanité et de l’Occident… Ce dernier étant condamné de par son génie propre, à expier éternellement le péché originel d’être parvenu à bâtir une civilisation sur le droit, la liberté et la responsabilité individuelle.

     

    Les Français commencent à bien comprendre que la dislocation de la société, son dépérissement économique, la part croissante que prend la bureaucratie dans leur vie quotidienne, que tous ces phénomènes et leurs contraintes asphyxiantes, sont étroitement liés au progrès de cette mondialisation dont Macron est le chantre et l’efficace fidéicommis. Que la politique européenne qu’il mène, tout comme la désindustrialisation et la vente à l’encan du patrimoine industriel de l’État, nonobstant son intérêt vital ou stratégique — pensons ici à la filière nucléaire d’Alstom ou aux Aéroports de Paris — n’ont qu’un seul but et une unique raison, dissoudre la nation dans l’immense marmite du creuset globaliste. 

    C’est ce contre quoi — plus ou moins bien formellement exprimé — lutte le peuple des “émeutiers” que les forces de maintien de l’ordre républicain ont pour charge de contenir et de réprimer. Mais peut-on conduire une guerre contre sa propre nation ? En outre, nous ne sommes plus à l’heure de simples abandons de souveraineté, ce mot n’a déjà plus lieu d’être, car la vie de la nation — telle que nous la concevons et telle que nous l’avons connue jusqu’à l’arrivée du parti socialiste au pouvoir en mai 1981 — ne tient plus qu’à un fil… et peut-être est-ce justement ce fil que tiennent les Gilets Jaunes entre leurs mains. 

    Peuple en marche, semaine après semaine, dont l’inlassable et froide colère défie l’obstination d’un régime illégitime, sorti des urnes par le truchement de mécanismes électoraux biaisés parce que ne visant depuis quatre décennies qu’à marginaliser ou, pire, à exclure, une majorité réduite à un absolu silence médiatique, voire parfois, à la mort sociale. Ce qui vaut bien les hôpitaux psychiatriques de la défunte Union soviétique, non ?

     

    Qui à présent ne peut voir que le « système » se trouve assiégé de toutes parts ? En France, terre de ces « Gaulois réfractaires à tous changements » — surtout s’il s’agit de leur disparition en tant que peuple et nation — qui ont fait l’objet des sarcasmes macroniens, tout comme en Italie, en Hongrie, en de nombreux pays d’Europe et dans le monde, se lèvent des forces « réfractaires au changement ». Soit la révolte des peuples contre une modernité dissolvante qui, sous couvert de progrès, de Liberté abstraite et de primauté solipsistique de l’individu, conduit à grands pas vers une régression évolutive. Il faudra admettre, volens nolens, que se développe à travers le monde une culture de la résistance qui fait, et fera, pièce, espérons-le, à un système déjà révolu pour ne pas écrire, moribond. Macron en avait eu l’intuition lorsque, dans ses vœux du 31 décembre 2018, il prophétisa urbi et orbi que « le capitalisme ultra-libéral et financier, trop souvent guidé par le court terme et l’avidité de quelques-uns, va vers sa fin » ! Que n’a-t-il tiré les conséquences d’un tel éclair de lucidité, à moins qu’il ne se fût agi alors d’une déclaration hypocrite pour apaiser la forte colère populaire ? Parce que cette dissidence à laquelle il se trouve confronté est la même qui commence à se dresser un peu partout contre l’utopie meurtrière d’une conquérante démocratie de marché et de ses dérives totalitaires. Contre également la volonté à peine voilée de quelques-uns qui, à Washington, à Chicago ou à Londres, œuvrent avec acharnement à détruire une à une les souverainetés nationales encore existantes par le renversement des gouvernements à l’occasion de révolutions de couleurs, en fragmentant les nations, en les divisant contre elles-mêmes, en promouvant et en exacerbant les rivalités ethniques et confessionnelles, cela dans le but à peine caché de régenter l’univers par la diffusion tous azimuts du chaos. 

    Cet ordo ab chao auquel apparemment Macron souscrit sans défaillir, a déjà valu à l’humanité des millions de morts et à l’Occident des dépenses abyssales — 5900 milliards de dollars déboursés par les États-Unis pour perdre une à une les guerres post-11 septembre et conduites le plus souvent sous couvert de l’Otan, c’est-à-dire de l’Europe — tout en suscitant haine et mépris à l’endroit des gouvernements et des hommes politiques qui ont conduit ces conflits. Des aventures impies menées contre les intérêts des peuples — principalement au sein de l’aire géographique musulmane — avec pour arrière-pensée le changement de tous les régimes non totalement alignés sur les “valeurs” devant servir à établir une démocratie universelle, prélude à une gouvernance mondiale. Des ingérences armées dans la vie des peuples parfois sous des prétextes humanitaires comme en Libye ou en sous-main comme en République arabe syrienne, au service d’une utopie tout aussi meurtrière que le fut le marxisme-léninisme, et dans cette occurrence conduites sous la bannière du mensonge… Irak, Libye, Syrie pour citer les plus éhontées manipulations de l’opinion, toutes ayant débouché sur d’effrayants désordres sociaux et politiques. Mais peut-être était-ce là le but recherché.

    Il faut en finir avec ces élites dégénérées qui trahissent sans cesse le peuple et la nation et nous conduisent à la ruine et à l’abîme. Plus que jamais, dans ces circonstances, notre insurection intellectuelle, politique, morale et spirituelle doit être totale. Notre espérance est nationaliste et chrétienne.