Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2015

Valls, un "enragé" franc-maçon du grand orient ...

 

Sur le blog « franc et maçon de l’Express » est paru ce 19 mai 2015 une « révélation » qui explique mieux les aspects troubles de la personnalité de Manuel Valls. Nous avions appris que Manuel Valls avait un double visage et qu’il avait ré-écrit complètement sa propre histoire, qu’il était naturalisé français de fraiche date, qu’il avait  déclaré que par sa « femme [il était] lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël », nous savions encore que Pour Manuel Valls: « le départ de cent mille juifs infligerait un coup plus dur à la France que celui de cent mille chrétiens», mais une grosse part d’ombre supplémentaire vient de sauter avec cette appartenance à la loge la plus révolutionnaire du révolutionnaire Grand Orient de France. Manuel Valls, le Premier ministre de François Hollande n’est pas un socialiste modéré, ce que certains se plaisent à croire, mais  un « enragé » au sens jacobin du terme, puisqu’il a fait « le choix de «ni maîtres ni dieux» comme loge-mère, pour son initiation maçonnique, en 1989. 

L’année 1989, l’année du bicentenaire de la Révolution fêtée en grande pompe par la République, a été, en effet, une excellente année pour vendre son âme au diable.

Selon cet article,  Manuel Valls a été membre du Grand Orient de France, de 1989 à 2005, alors que cela a été jusqu’ici tenu hermétiquement secret et n’apparaît dans aucune de ses biographies officielles, ni dans celles, déjà nombreuses, qui lui ont été consacrées, même pas dans le livre d’Emmanuel Ratier: le vrai visage de Manuel Valls, qui pourtant est chargé en révélations!

Le secret n’est pas une rareté dans la secte maçonnique, lequel appartient à ses fondements mêmes. mais depuis que la laïcité a été reconnue religion officielle de la République par Vincent Peillon, ex-ministre de l’Education nationale, les frères trois points prennent certaines libertés avec le secret.

On comprend mieux le verrouillage autour de cette question quand on apprend « le choix de sa loge-mère, «ni maîtres ni dieux», où il fut initié en 1989 , un atelier de trublions, de rebelles, de libertaires, d’anarchistes, de socialistes autogestionnaires ou de communistes, » commente Alain Bauer.

Au terme de plusieurs semaines d’enquête, L’Express publie ce 20 mai un dossier de couverture titré «Un franc-maçon nommé Valls».

 

Dans cet article de l’Express, Alain Bauer, maçon haut gradé du GODF, raconte que « le parrain de Manuel Valls fut en fait le rocardien Jean-Pierre Antebi, à l’époque Grand Secrétaire aux Affaires extérieures au Conseil de l’ordre du GODF, et que les deux hommes ont été présentés par le frère Yves Colmou (27 ans plus tard, il est aujourd’hui l’un de ses plus proches conseillers à Matignon). C’est Antebi qui a entraîné Valls dans la loge qu’il avait contribué à fonder en 1986, « ni dieux ni maîtres », qui avait à l’époque pour Grand maître Roger Leray.

Il est tout-de-même amusant d’avoir un Grand maître, pour une loge qui prétend n’avoir ni dieux ni maitres… 

Alain Bauer, pillier du Grand Orient de France, des ministères et des grandes administrations estime lui-même que cette loge était révolutionnaire au sein du Grand Orient, déjà réputé comme la plus extrême des maçonneries:

J’ai pu rencontrer plusieurs anciens vénérables maîtres (qui se faisaient appeler «maillet d’Orient») de Ni maîtres ni dieux où Manuel Valls venait «s’encanailler», alors qu’il était déjà un socialiste ambitieux, conseiller au cabinet de Michel Rocard, à Matignon, dit-il.

Selon l’auteur de l’article, son parrain, Jean-Pierre Antebi,  était extrêmement « fier de sa recrue pour laquelle il voyait il y a un quart de siècle un destin de président de la République ! »

Manuel Valls restera six ans et demi à «ni maîtres ni dieux» avant de changer de loge fin 1995, car les jours des tenues (réunions) deux fois par mois n’étaient pas compatibles avec ses obligations au siège du PS. Là, il ne cherche pas midi à quatorze heures : il demande à Alain Bauer d’organiser son transfert dans la loge dont il est le vénérable maître, L’Infini maçonnique.

19/05/2015

Les écoles hors contrat sont dans le collimateur de la marocaine ! ...

Décidément l’attentat terroriste islamique contre Charlie hebdo en janvier 2015 ouvre la voie au contrôle de la pensée,  pour ce gouvernement nostalgique du bolchévisme soviétique!

Tout comme les attentats de janvier et la lutte antiterroriste ont servi de prétexte à la loi sur le renseignement qui instaure la surveillance généralisée, la lutte contre la radicalisation djihadiste sert à justifier la mise en place d’un contrôle resserré sur les écoles hors contrat. Najat Vallaud Belkacem, ministre de l’Education nationale, l’a annoncé hier : elle entend déployer un « pôle » de surveillance au sein de l’Inspection générale qui sera chargé de ce contrôle renforcé. Premières cibles – au moins par le nombre – les établissements de confession catholique qui forment l’immense majorité de ces écoles vraiment libres.

Les nouvelles écoles hors contrat sont déjà soumises à une obligation de déclaration préalable auprès des services du maire, du procureur de la République (!), du préfet et du recteur d’académie. Un lourd parcours qui multiplie les embûches et les possibilités de refus. Chargés de contrôler « l’hygiène » et les « bonnes mœurs », ces autorités n’ont pas un droit de regard direct sur les contenus de l’enseignement. Mais dans la pratique on sait combien ces exigences matérielles, de plus en plus tatillonnes, pèsent sur l’enseignement hors contrat, offrant la possibilité d’un contrôle idéologique déguisé.

Contrôler « les bonnes moeurs », un comble pour ce gouvernement qui enseigne les dépravations les plus abominables dés la maternelle!

« La jurisprudence est plus claire aujourd’hui et permet de vérifier qu’on n’y prêche pas des choses contraires aux valeurs de la République », a déclaré le ministre en réponse à une question de Jacques Myard (UMP), député des Yvelines.

L’information est rapportée par Caroline Beyer, du Figaro, qui axe son article autour de la réalité des (rares) écoles hors contrat islamiques.

C’était d’ailleurs le sens de la question de Jacques Myard, qui interrogeait Najat Vallaud-Belkacem sur une autorisation accordée à un chef d’établissement « qui n’avait pas la nationalité française », qu’il qualifiait de « problématique ». Sans cette question, on n’aurait peut-être pas su que le ministre entendait déployer ce nouveau « pôle » pour permettre la mise en coupe réglée des écoles hors contrat.

Mais c’est l’ensemble des écoles hors contrat qui sont visées, et à n’en pas douter c’est tout le sens de cette nouvelle réforme qui est bien moins « antiterroriste » qu’idéologique, parfait déploiement du plan de refondation de l’école décidé par Vincent Peillon.
La marocaine Najat Vallaud-Belkacem s’engage dans la prévention des « dérives sectaires » : les écoles catholiques hors contrat dans le viseur. Mme Vallaud-Belkacem a annoncé que depuis décembre 2014, dans le cadre de la prévention des « dérives sectaires », quatre inspecteurs généraux ont reçu mission spéciale pour travailler sur le « hors contrat ».

Caroline Beyer cite l’« entourage » du ministre : « Le but est de systématiser les inspections. La liberté d’enseignement ne connaît qu’une limite : le respect des valeurs de la République. »

Cette prétendue « seule limite », qui n’est en réalité pas la seule est de taille, puisque les valeurs de la République empiètent de plus en plus sur la morale chrétienne, qui est le fondement de la société française.

Excusez du peu ! C’est en réalité une limite de taille qui étend son champ de… nuisance à partir du moment où l’on fait respecter l’intégralité du contenu des « valeurs républicaines ». Il s’agit de la forme de l’ Etat, du gouvernement et de la désignation du pouvoir. Du principe de souveraineté : « Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément. » Et du principe démocratique : « la loi est l’expression de la volonté générale ». C’est ce qui fonde la supériorité de la loi civile sur la loi morale dans le régime ou nous vivons : il n’y aura plus qu’à s’aligner.

Il faut y ajouter les « valeurs républicaines » et maçonniques, maintes fois affirmées contre les convictions religieuses, depuis la proclamation de la République, et encore plus nettement affirmées depuis les attentats de janvier. Laïcité, droit au blasphème, liberté d’expression absolue – dans l’exacte mesure de la conformité aux principes susdits.
Le contrôle des écoles hors contrat portera sur les « valeurs de la République »
Tout cela peut aller encore beaucoup plus loin : habillement, mixité obligatoire, cours de religion surveillés, traque de l’« homophobie » dans l’enseignement moral… Le champ est vaste et les outils sont en place pour l’étendre.

Bien que sa hiérarchie ne l’affirme plus guère en France, les valeurs ou plus exactement l’enseignement, la vérité et le bien proclamés par l’Eglise catholique ne peuvent être en conformité avec ces « valeurs de la République » puisqu’ils ne dépendent pas de la volonté du plus grand nombre… affirmée de la manière tyrannique et trompeuse que l’on sait par les détenteurs du pouvoir politique.

Un tel contrôle des écoles hors contrat est nécessaire à la « dictature du relativisme » dénoncée par Benoît XVI, il en serait une forme d’aboutissement et marque une volonté d’emprise absolue de l’idéologie maçonnique de la laïcité de révolte contre Dieu.

Que le contenu des enseignements donnés au sein des écoles hors contrat doive être soumis à un contrôle de l’inspection académique n’est pas nouveau : cela fait plusieurs années que les gouvernements de droite comme de gauche, de Xavier Darcos à Vincent Peillon et aujourd’hui Najat Vallaud-Belkacem insistent sur la nécessité d’exposer tous les enfants au « socle commun », sinon aux programmes et aux modes de progression mis en place par l’Education nationale.

La nouveauté, c’est que ce socle commun devient de plus en plus idéologique, et que les moyens se multiplient pour en vérifier le respect, au détriment des – coûteux – espaces de liberté choisis par les parents dans l’enseignement hors contrat ou à domicile, lui aussi soumis à des règles de plus en plus strictes et à un contrôle qui se renforce au fil des ans.

Il y a trois entités qui veulent la mort de la France .

La France s’enfonce dans une dictature de plus en plus pesante et stressante. La question centrale est de savoir à qui ou à quoi sert cette dictature.

Historique récent

Suite aux attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 à Paris, le "Système" nous a déroulé la gamme :

Phase1. Attentats, de préférence meurtriers.

Phase2. Sidération-ahurissement de la population.

Phase3. Liquidation des libertés et basculement totalitaire.

La même gamme, bien préparée dans les think tanks, avait déjà été déroulée aux USA, base arrière et quartier général du Système, en septembre 2001. Quoi qu’il en soit, félicitons-nous que la mise en œuvre de la gamme totalitaire en France en janvier 2015 n’a coûté que 20 morts et 22 blessés, alors qu’elle avait coûté 180 fois plus de morts avec les attentats à New York en septembre 2001. Il est vrai que les USA sont un pays qui voit les choses en grand...

C’est donc fait, un nouvel palier dans la liquidation des libertés et de la démocratie formelle a été franchi, dans une belle unanimité UMPS à l’Assemblée (qui n’a plus grand chose de) « Nationale », vestige fossile de l’ancien Etat Français, en cours de démantèlement depuis Maastricht 1992. Votes relatifs à la loi sur le renseignement et la surveillance généralisée des Français : 438 voix pour, 86 voix contre et 42 abstentions, zoom sur les collabos mondialistes étiquetés PS : 252 pour sur 288, zoom sur les collabos mondialistes étiquetés UMP : 143 sur 198. Honte à eux, honte à ces nouveaux collabos bruxellois du 21ème siècle.

Pourquoi faut-il instaurer une dictature totalitaire en France ?

Nous décrirons plus loin les forces vouées à la destruction de la France. La raison fondamentale de la mise en place d’une dictature totalitaire en France, c’est que les Français sont de plus en plus en situation de dissidence, de défiance et de rébellion larvée contre le processus de liquidation en cours de leur pays, de leur nation, de leur mode de vie et de la souveraineté qui y était associée.

En particulier, les Français sont de moins en moins sous contrôle mental par les médias et l’appareil radio-télévisuel d’abrutissement et de reformattage nihiliste. Depuis quelques mois, plus de 3 Français sur 4 disent ne plus du tout faire confiance à la mascarade médiatico-politique. Le Gestell de propagande et de lessivage mental ne permet plus un contrôle suffisant des esprits, face à une réalité de plus en plus préoccupante, voire alarmante : tsunami migratoire, insécurité, viols, islamisation, négation de l’identité et de l’existence même de la France et du peuple français, chômage de masse, baisse du niveau de vie, etc. Pratiquement tous les voyants sont dans le rouge écarlate.

Signe de l’entrée croissante en dissidence, le suivi du nombre de visiteurs internet de plusieurs quotidiens a décroché très brutalement en novembre 2014 : 10,6 millions perdus par Le Monde, 3,3 millions par Le Figaro, etc. Les milliards de subvention étatique versés au Gestell de propagande ne suffisent plus.

 Il aura donc fallu attendre deux mois entre l’écroulement  des visites sur les sites de contrôle mental du Système et la mise en oeuvre de la gamme attentats-sidération-liquidation totalitaire.

Qui veut la mort et la liquidation de la France ?

Trois forces principales sont coalisées pour liquider la France. On pourrait éventuellement ajouter en quatrième l’Allemagne, qui reçoit le cadeau de la liquidation de la France en compensation de sa propre soumission à l’oligarchie anglo-américaine.

Le lobby israélo-sioniste

La première force de liquidation de la France est le lobby israélo-sioniste. En effet, Israël a besoin des quelques centaines de milliers de Français juifs, pour alimenter la démographie israélienne, qui est insuffisante. La France est un réservoir de Juifs, qui jusqu’à présent rechignent à quitter leur pays, la France, pour venir « se réfugier » en Israël. Pour ce faire, il est nécessaire de créer et d’entretenir une psychose totale chez les Français juifs, pour qu’enfin ils se décident à partir de France, de gré ou de force, conformément aux désidératas du lobby israélo-sioniste.

Certains porte-voix du lobby israélo-sioniste comme Alain Finkielkraut ont tendance à dénoncer l’islamisation de la France comme étant un problème (pour la France!), mais le passage de la France laïcarde post-chrétienne au Francistan islamique sert les intérêts du lobby israélo-sioniste, car à terme, les Français juifs ne pourront plus demeurer dans le Francistan islamique post-français, à cause de l’aggressivité anti-juive et aussi anti-française des Francistanais, le nouveau peuple de la République en cours d’installation et de conquête. Au regard de la démographie du tout-venant migratoire, d’origine islamo-africaine, cela devrait se réaliser dans les trente prochaines années.

Dans ce cadre, l’installation de soldats devant les synagogues a deux buts principaux : créer une mentalité d’assiégés paranoïaques chez les Français juifs, favorisant ainsi leur départ, et aussi user moralement les soldats français dans une tâche absurde, de façon qu’ils ne représentent pas une force de résistance armée à la liquidation de la France.

Pour mémoire, on pourra regarder à nouveau cette scène extra-ordinaire à la Grande Synagogue de Paris en janvier 2015 où des Français juifs ont chanté la Marseillaise à la figure de Benyamin Netanyahou, grimaçant VRP israélo-sioniste, venu en France pour les inciter à partir.

http://www.reuters.com/video/2015/01/11/netanyahu-visits-...

Netanyahou prend dans la figure la Marseillaise chantée dans la Grande Synagogue de Paris !

On cherchera sans doute en vain cette scène, ou même seulement la mention de cette scène, dans les médias français. Rappelons aussi au passage que les victimes juives des attentats de janvier 2015 ont été raptées et enterrées en Israël contre l’accord des familles.

Les pétro-monarchies islamo-satanistes

Contrairement aux apparences du fameux « conflit » israélo-arabe, le lobby israélo-sioniste est complètement allié aux pétro-monarchies islamo-satanistes. Au passage, cette alliance se fait sur le dos des Palestiniens, étranglés et génocidés à petit feu. Ces deux forces ont en commun la haine millénaire et messianique des Chrétiens, qui doivent être liquidés, par principe. Elles auront la même jubilation de voir la France être submergée par la déferlante islamique. Le deal est que le lobby israélo-sioniste veut récupérer pour lui les Français juifs, pendant que le reste des Français aura le choix entre la conversion, l’exil ou l’égorgement halal.

Le nouveau génocide en cours des Chrétiens d’Orient sert les intérêts conjoints du lobby israélo-sioniste et des pétro-monarchies islamo-satanistes.

Le machin « Daech », qui est une pure création des services secrets occidentaux, grassement financé par le pétrole et aidé militairement et médicalement par Israël, est l’instrument de la liquidation génocidaire des Chrétiens.

Israël achète le pétrole des Kurdes, musulmans et autrefois acteurs du génocide arméno-chrétien du 20ème siècle, avec la bienveillance complice et active des Turcs. Les miasmes et les mahbouls du monstre « Daech » permettront de frapper les Européens jusqu’en Europe.

Les bourreaux d’hier sont les bourreaux d’aujourd’hui, avec la complicité des collabos mondialistes UMPS et les mensonges du Gestell d’abrutissement médiatique. On peut mesurer toute l’idiotie schizophrène et la pourriture collaborationniste du personnel politique français qui commémore le génocide arméno-chrétien du début du 20ème siècle et participe activement au nouveau génocide chrétien du début du 21ème siècle. Ils commémorent ce à quoi ils participent.

Notons que les pétro-monarchies islamo-satanistes pourraient utiliser leur fortune à développer leurs pays frères arabo-musulmans. Mais, en pratique, elles préfèrent une politique de conquête, de taqiya et de djihad dans le dar-el-ḥarb, là où se fait la guerre pour l’Islam. Notez bien le jeu de mots très révélateur : dar-el-ḥarb dar-el-ġarb, maison de la guerre maison de l’occident. Tout un programme.

L’oligarchie anglo-américaine

La troisième force, sans doute la plus puissante et, donc, la plus nuisible, est l’oligarchie anglo-américaine et ses instruments de domination impériale tentaculaire : le dollar, Wall Street, la CIA, la NSA, l’OTAN, l’ONU, le FMI, etc.

La toute petite oligarchie anglo-américaine, qu’il ne faut pas confondre avec le peuple états-unien, malheureuse plèbe impériale décérébrée, désargentée et genderisée, est le haut de la pyramide hiérarchique, et dans une certaine mesure, cette force domine et contrôle partiellement le lobby israélo-sioniste et les pétro-monarchies islamo-satanistes.

Venons-en à la question de fond : pourquoi ces forces veulent-elles liquider la France ?

La 1ère raison toute simple est que la France est la France, qu’elle a (ou avait) un prestige mondial, une sorte de message universel, qui gêne les messianismes concurrents. L’oligarchie anglo-américaine croit à sa supériorité raciale et à sa prédestination prométhéenne, mélange confus de protestantisme, d’utopie techniciste, de scientisme et aujourd’hui de transformisme sociétal LGBToïde. Le lobby israélo-sioniste croit aussi à sa supériorité raciale de peuple élu endogame et au messianisme talmudique. Les pétro-monarchies croient sans doute aussi à la supériorité raciale arabe et au messianisme de leur hérésie judéo-nazaréenne islamo-sataniste, une espèce de protestantisme du pauvre avant l’heure, survitaminée par la barbarie, le machisme et l’esclavagisme.

La 2ème raison est l’appât du gain. La France, même en perdition, est encore relativement riche. Elle possède quelques 2450 tonnes d’or, que l’oligarchie anglo-américaine aimerait sans doute échanger contre quelques brouettes de dollars, la fausse monnaie légale imprimée à la tonne sur simple demande. On ne comprend rien au dollar US, si on ne voit pas que cette monnaie bidon sert à lessiver et accaparer des richesses réelles en échange de billets ou de jeux d’écriture comptable sans aucune valeur réelle.

Les Français auraient environ 12 000 milliards d’Euros d’épargne, sans compter tout ce qui peut être vendu ou volé en France. On comprend mieux pourquoi les collabos UMPS du vichysme bruxellois euro-mondialiste qui nous « gouvernent » laissent filer la dette française. Il sera toujours temps de se servir sur la bête pour rembourser le résultat de leur irresponsabilité volontaire...

Mais, on peut penser ou espérer que les Français ne se laisseront pas voler et spolier sans réagir à un moment ou à un autre. Et ici, on reboucle sur la question de la dictature totalitaire. Il y aura sans doute des foyers de résistance à la liquidation et, pour parler comme la  Taubira il faudra les écraser!