Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2015

L invasion n'est pas un hasard ! ...

Rien du trafic migratoire en Méditerranée n’est ignoré des autorités françaises, militaires et civiles. Le général de corps d’armée (quatre étoiles) Christophe Gomart, patron de la DRM (Direction du renseignement militaire) est chargé de recueillir toutes les informations susceptibles d’aider la France à prendre ses décisions d’ordre militaire. Le général 4 étoiles a expliqué,  en ouverture du colloque Geoint, qui s’est tenu à la Société de géographie, à Paris, les 11 et 12 septembre derniers, comment rien du trafic migratoire au Moyen-Orient et en Méditerranée n’échappe au Renseignement français. 

La DRM, qui est leader en France sur le renseignement d’origine imagerie (ROIM) fourni par les satellites-espions militaires, a inauguré le 19 janvier dernier un très discret centre d’expertise, le CRGI (Centre de renseignement géospatial interarmées). Pluridisciplinaire, il intègre une trentaine de spécialistes civils, militaires et réservistes de haut niveau dont la principale fonction consiste à fusionner le renseignement recueilli par la DRM à partir d’une multitude de capteurs (interceptions, satellites, sources ouvertes, cybersurveillance, etc.). C’est ainsi que la DRM peut aujourd’hui présenter aux dirigeants français une situation précise de la présence des migrants subsahariens en Libye, ainsi que les identités exactes, les modes opératoires et les stratégies des passeurs de migrants. Ces informations sont transmises par la France à l’état-major de la mission européenne en Méditerranée Eunavfor Med, lancée en mai dernier.

Le général Gomart a ainsi pu confier lors du colloque que les militaires français ont repéré les principaux points d’entrée des filières de trafic humain sur le territoire libyen, notamment à partir de la zone des trois frontières (Libye, Soudan, Égypte). Le renseignement français sait où les passeurs échangent leurs cargaisons humaines, où ils les hébergent. Il les voit également préparer les départs vers l’Europe depuis les plages de Tripolitaine et de Cyrénaïque, imposant aux migrants un processus immuable. (Source)

Avant tout départ en mer les passeurs appellent le Centre de Coordination Italien des Secours Maritimes, explique-t-il, et c’est ainsi que les bateaux européens vont recueillir directement en mer les masses immigratoires, pour les transporter à bon port, de crainte qu’ils ne s’égarent sur les côtes africaines…

Le Geoint est devenu « l’outil idéal pour valoriser des données massives géolocalisées. Il joue le rôle d’un accélérateur de prises de décisions en donnant une vision claire et complète aux chefs militaires et aux décideurs politiques », précise le général. (Source)

L’invasion est donc une affaire qui n’avance pas au hasard. 

Voilà, il n’y a aucun mystère. Lorsque les passeurs vont acheter un zodiac au siège du Consulat honoraire de Bodrum, chez Madame le consul Françoise Olcay, les renseignements français le savent… Sans le reportage de France 2, le consul serait toujours en poste. Il est à noter que Madame Olcay a perdu son poste de consul,  mais qu’elle continue d’alimenter le trafic vers la France en poursuivant son commerce illégal et que les autorités françaises le savent, de même qu’elles savent que la Turquie délivre de faux passeports, que les capitaineries ferment les yeux etc. etc.

Et si le Renseignement français est capable de voir le trafic migratoire en Afrique jusque dans ses détails, comment ne pourrait-il pas le voir en Europe et plus encore en France ? Mais qui sait sur qui la surveillance s’exerce en France ? Sur les opposants à l’immigration ?

Cette invasion est voulue.

15/09/2015

Après d'innombrables luttes et d'interminables discussions, on a fini par admettre qu'en matière de pollution, c'était au responsable de payer : le principe du pollueur-payeur s'est peu à peu imposé...

 

Pourquoi n'appliquerait-on pas le même principe à la problématique des réfugiés et des migrants? Il s'agit, bien évidemment, de ne pas faire payer les réfugiés et les migrants, qui ne sont que des victimes, mais les vrais responsables de ces tragédies. Lesquels ne sont d'ailleurs pas les passeurs. Punir les passeurs, qui sont de vulgaires trafiquants de chair humaine, est nécessaire, mais ce n'est que de la poudre aux yeux car ce ne sont que des comparses. Cela reviendrait à punir les mules pour mieux protéger les narcotrafiquants. Non, ceux qu'il faut faire passer à la caisse sont ceux qui sont au sommet de la chaîne. Les coupables ultimes ne pilotent pas des bateaux pourris, ils portent cravate et souliers vernis, ils habitent des palais, et souvent des palais payés par le contribuable.

 Si l'on recherche les causes profondes du flux de migrants qui assaillent les côtes grecques et italiennes et l'identité des responsables, émergent deux catégories de coupables: les dictateurs qui oppriment leurs peuples avec la complicité des multinationales et des banques occidentales qui financent l'exploitation inégalitaire des ressources nationales et corrompent les élites dirigeantes de ces pays, et les présidents d'Etats occidentaux qui, par caprice ou opportunisme politique, changent soudain d'avis avec une inconséquence criminelle et se mettent à déstabiliser des régimes qu'ils avaient naguère soutenu.

Le meilleur exemple de la première catégorie est le dictateur érythréen, qui oblige son peuple à fuir en toute impunité. Quant aux exemples de la seconde, ils abondent: Afghanistan, Irak, Libye, Syrie… Si les Etats-Unis et l'Europe n'avaient pas semé le chaos dans ces pays au nom d'idéaux démocratiques, qui ne les embarrassaient guère lorsqu'ils recevaient leurs dirigeants en grande pompe dans leurs capitales pour conclure des contrats pétroliers ou d'armement, l'Europe du Sud n'aurait pas connu cet été de folie.

 C'est fou ce que l'amnésie frappe quand il s'agit de remonter la piste des responsabilités. Rares sont les médias qui rappellent que derrière les milliers de morts noyés en Méditerranée; il y a avait un Sarkozy et un Bernard-Henri Lévy qui appelaient à abattre Kadhafi et son régime, un Hollande qui voulait bombarder Bachar el-Assad, un Bush qui envahissait l'Afghanistan et l'Irak, un Obama qui terrorise les populations civiles avec les dégâts collatéraux de ses drones tueurs.

S'il y avait des tribunaux pour condamner les responsables ultimes aux dépens et aux frais occasionnés par leurs actes irresponsables, le problème des réfugiés et des migrants n'existerait pas. Si l'on obligeait MM. Sarkozy, Lévy, Hollande et Obama, les dirigeants de multinationales et les banquiers à accueillir chez eux les Syriens et les Africains chassés par la terreur et la famine, le problème des réfugiés et des migrants serait résolu comme par miracle.

 Quant aux dictateurs qui affament et oppriment leurs peuples, pourquoi ne les met-on pas au ban de la communauté internationale et ne leur applique-t-on pas des sanctions? Quand il a fallu condamner la Russie pour son action en Crimée, Etats-Unis et Europe ont prononcé des sanctions en quinze jours! (Alors que soit dit en passant, l'Europe ne connait pas de vague de réfugiés russes, ni criméens. Mais voilà, à la Russie, on ne pouvait pas vendre des Rafale ou des canons et son pétrole faisait concurrence au nôtre…). Tandis que les autres dictateurs sont persona grata tant qu'ils font leurs emplettes dans les bons magasins. Peu importe si leurs peuples crèvent dans la misère. Ils ne viendront de toute façon pas encombrer les palaces et, s'ils réussissent à survivre aux vagues, on les relèguera dans des villages de campagne, des banlieues lointaines ou les abris de luxe de la protection civile.

Hypocrisie, quand tu nous tiens!

La vérité, c’est qu’il s’agit de passer à la vitesse supérieure dans le processus de submersion migratoire de l’Europe. Les élites dirigeantes ont manifestement décidé d’appuyer sur l’accélérateur et de rendre irréversible la submersion migratoire du Vieux Continent et la politique criminelle du Grand Remplacement. On peut même sérieusement penser que les guerres américaines en Afghanistan, en Irak et en Libye ont eu pour objectif principal d’installer le chaos dans ces régions et de favoriser ainsi l’invasion de l’Europe. François Mitterrand le disait lui-même : « La France ne le sait pas mais elle est en guerre contre l’Amérique ». Depuis deux siècles les Etats-Unis n’ont eu de cesse d’affaiblir, de diviser et de neutraliser l’Europe, d’exciter les antagonismes entre les nations et peuples européens. Leur rôle pendant les deux conflits mondiaux et lors des guerres de décolonisation a été particulièrement nocif. Plus récemment dans l’ex-Yougoslavie l’administration américaine a tout fait pour favoriser la création d’un Etat islamo-mafieux, le Kossovo, de nature à déstabiliser la région. Et qui peut nier que les deux guerres d’Irak en 1991 et 2003 ont été particulièrement destructrices, déstabilisatrices comme plus près de nous la guerre en Libye contre Kadhafi ? Or le chef d’Etat libyen avait passé des accords avec Silvio Berlusconi, alors président du Conseil italien, pour éviter l’arrivée massive d’immigrés à Lampedusa.

Et comme toujours depuis un demi-siècle, les différents gouvernements européens, loin de lutter de toutes leurs forces et par tous les moyens, contre une déferlante migratoire qui conduira nécessairement au suicide général, à la misère, au chaos, la favorisent, l’appuient, l’encouragent. Dans sa conférence de presse, la sixième du quinquennat, qu’il a donnée le 7 septembre, François Hollande n’a cessé de parler de la France, de « l’âme de la France », a appelé à « faire France », à « être à la hauteur de la France », à « faire des choix pour que la France puisse être digne d’elle-même ». Or plus les politiciens parlent de notre pays avec grandiloquence, plus ils le détruisent, plus ils le trahissent. France, que de crimes a-t-on commis en ton nom ? « Il y a des images qui frappent à la porte de nos conscience » a martelé le chef de l’Etat pour mieux culpabiliser les Français.

Alors que notre dette est de 2 000 milliards d’euros, que la France croule sous les impôts et les charges, que le chômage est massif et connaît des records historiques, que la croissance est nulle, François Hollande n’a rien trouvé de mieux que d’annoncer l’accueil de 30 000 immigrés supplémentaires rebaptisés « réfugiés « .

En réalité, il s’agit là d’un chiffre minimal et officiel mais il est évident que le chiffre réel sera infiniment plus important lorsque l’on voit le flux massif de “migrants”, la générosité des lois sociales en France et l’empressement de tous les partis de gauche (et pas seulement d’eux !) à accueillir à bras ouverts les “réfugiés” qui demain pourront de surcroît être des électeurs...

 

13/09/2015

Complot : 28 obédiences maçonniques européennes unies en faveur des “migrants” !

 

francs-macons-2_361243
 
BREIZATAO – URZH BED-NEVEZ (10/09/2015) La maçonnerie, fidèle à son objectif de destruction de la civilisation européenne, soutient l’invasion islamique :
“L’initiative est sans précédent, 28 obédiences maçonniques européennes (dont 8 françaises) ont signé un communiqué commun [A découvrir ici. NDL] sur les «migrants» :
Ces 28 obédiences «en appellent aux gouvernements européens pour qu’ils mettent en œuvre les politiques communes indispensables à un accueil digne et humain de populations en détresse et en péril»… en regrettant «l’incapacité des Etats à surmonter les égoïsmes nationaux» (…)
 
Pour la France, huit obédiences sont signataires : GODF, GLFF, GLDF, FFDH, GLMF, GLMU, Oitar, Glisru.” !