Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2015

Une fille restera toujours différente d'un garçon, même les singes en attestent .

La rengaine est connue : dans l'univers des jouets, la préférence des filles pour les poupées et des garçons pour les automobiles miniatures est indéniable mais elle ne serait pas naturelle et proviendrait de la culture et de l'éducation...

Elle tourne au désavantage des filles, qui sont invitées à pouponner. La "méchante société" les conditionne ainsi et, plus tard, elles rêveront du prince charmant et resteront entre quatre murs à s'occuper de leur maison. Les garçons sont, eux, incités à se projeter dans l'action, la technique, le monde extérieur, qui les préparent, une fois adultes, à des rôles en vue. C'est trop injuste, de cantonner la fille à la sphère privée et de glorifier le garçon par des rôles publics ! Telle est la chanson.

C'est probablement en Suède qu'on la chante avec le plus de conviction. Pour promouvoir « l'éducation unisexuée », certains Suédois sont imaginatifs : une entreprise de vêtements pour enfants a supprimé les rayons « filles » et « garçons » de ses magasins ; on a illustré un catalogue de jouets par la photographie d'un garçon poussant un landau rose, aux côtés d'une fille conduisant un tracteur jaune ; un nouveau pronom, ni le masculin « il » (han en suédois), ni le féminin « elle » (hon), mais un neutre (hen) a été introduit dans une Encyclopédie nationale !

Ne marche-t-on pas sur la tête ? Qui a raison ? Quelques études intéressantes nous apportent la réponse : en 2002 puis en 2008, des chercheurs anglo-saxons ont tenté l'expérience de mettre des singes en présence de divers jouets. Le résultat est éloquent : les singes mâles montrent une préférence nette pour les jouets roulants, tels que les camions miniatures, et les femelles manifestent une prédilection pour les poupées et les peluches. Les singes font donc comme les hommes en la matière. Or on aura du mal à nous expliquer que cela découle d'un conditionnement social et culturel ! Les promoteurs de l'éducation unisexuée sont ici face à une objection majeure, d'autant… qu'ils sont en général très favorables à l'idée que l' homme descend d'un primate qui ressemblerait au singe !

Opposons-nous de toutes nos forces à ces billevesées. La différence des sexes est naturelle et vient de Dieu. Elle a pour but la génération, l'éducation, et finalement le renouvellement de l'espèce humaine et le peuplement du Ciel.

S'opposer à cette différence mène donc au suicide de l'humanité, sans parler de la mort spirituelle. Ce dossier vient nous en persuader : d'abord par deux articles envisageant l'éducation différenciée à la maison puis à l'école ; ensuite par une attaque de principe contre la théorie du genre.

Les anges n'ont pas de sexe. Les hommes en ont un. Vouloir qu'ils n'en aient pas, c'est en quelque sorte faire l'ange. Or qui veut faire l'ange, fait la bête… ou bien le démon !...

 

12/06/2015

L’assemblée de Strasbourg est un des principaux foyers de subversion des mœurs et de la loi naturelle dans l’espace européen.

Le 8 juin, le Parlement européen a voté par 321 voix pour et 281 contre, une résolution qui entre autres, vise à « encourager les états membres à promouvoir la PMA » (procréation médicalement assistée) en l’étendant à tous, dont les homosexuelles ! L’assemblée de Strasbourg apparaît une nouvelle fois comme le principal foyer de subversion des mœurs et de la loi naturelle dans l’espace européen.

La résolution Noichl, du nom de l’élue sociale-démocrate qui l’a déposée, viole également le principe de subsidiarité qui, officiellement du moins, est celui de l’Union européenne. La famille, l’éducation, la santé, restent de la compétence des Etats, la PMA ne devrait donc pas être traitée par l’Europe mais celle-là le fait quand même grâce au cheval de Troie de l’égalité entre les sexes et au nom de la lutte contre les discriminations. Le rapport s’intitule : « la stratégie de l’Union européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes pour 2015-2020. »

En réalité, ce que l’on veut imposer, c’est l’égalité de genres. Le mot « genre » revient 83 fois dans la résolution qui exhorte les Etats à développer « une stratégie anti-discrimination plus vaste et à établir une feuille de route distincte pour les personnes LGBTI », c’est-à-dire homosexuelles et transsexuelles. En conséquence, elle incite « à promouvoir la procréation médicalement assistée et à mettre un terme à la discrimination dans l’accès au traitement favorisant la fertilité et à l’aide à la procréation » .

Certes, une résolution parlementaire n’est pas contraignante juridiquement mais elle est fortement incitative, elle indique aux Etats ce qu’ils devraient faire, sous peine de déroger à l’égalité et à se rendre coupables de « discrimination » : c’est le chantage au politiquement correct. C’est aussi un appui pour fonder les réclamations éventuelles de particuliers devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Le gouvernement français, lui, est acquis ! Il soutient à Strasbourg ce qu’officiellement il refuse à Paris ! En effet, Manuel Valls, par l’intermédiaire du Secrétariat général du gouvernement, a demandé, dans un courriel du 30 mars, aux députés européens français de voter en faveur de la résolution de Maria Noichl, alors que François Hollande a annoncé qu’il attendait, pour se prononcer sur la PMA pour les célibataires, l’avis du Comité consultatif national d’éthique !

La résolution demande également de « remettre en question les stéréotypes et les structures, ainsi qu’à partager les exemples de bonnes pratiques visant à vérifier si le matériel pédagogique utilisé jusqu’à présent représente les rôles des femmes et des hommes de manière stéréotypée ». Les bonnes pratiques ayant remplacé les bonnes mœurs, il s’agit sans doute de censurer, d’expurger, d’interdire les livres scolaires qui ne seraient pas conformes à l’idéologie du genre. L’ Eglise catholique ayant renoncé à l’index, les élus européens vont-ils en restaurer un autre qui condamnera les instruments pédagogiques jugés sexistes ? Là-dessus, Marie Noichl peut compter sur la perverse marocaine Najat Vallaud-Belkacem qui est déjà à l’ouvrage...

La Syrie dénonce une diplomatie française guidée par l’argent de l’Arabie Saoudite

La Syrie a dénoncé les déclarations de Laurent Fabius, chef de la diplomatie française, et le communiqué clôturant la conférence des pays de la Coalition internationale qui s’était tenue à Paris et qui démontre clairement l’échec de la stratégie de cette coalition dans la lutte antiterroriste.

Une source officielle du ministère des Affaires étrangères et des Expatriés a déclaré que les politiques occidentales erronées avaient assuré le climat propice pour l’expansion du terrorisme qui compromet la paix et la sécurité régionales et internationales.

La source a abordé le rôle dévastateur et suspect de l’Arabie Saoudite, de la Turquie et du Qatar qui avaient participé à la conférence de Paris et qui assurent toute forme d’appui aux organisations terroristes armées en leur facilitant le passage vers la Syrie, faisant fi des résolutions du Conseil de Sécurité relatives à la lutte contre le terrorisme.

 

La source a enfin indiqué qu’au moment où la Syrie lutte contre le terrorisme et œuvre pour renforcer les réconciliations nationales, le gouvernement français, dicté par des intérêts financiers, procède à l’avortement des efforts du règlement de la crise en assurant l’appui militaire aux groupes terroristes.