Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2015

Les collabos de l’immigration jettent le masque .

 

 Sur l’affaire des “migrants”, en fait celle concernant les vagues d’immigrés illégaux à l’assaut de l’Europe, la grosse presse, largement subventionnée, gorgée d’argent public et de recettes publicitaires, nous sert jusqu’à la nausée son brouet libéral-libertaire, européiste, mondialiste et cosmopolite, celui que refusent un nombre croissant de lecteurs à mesure que croît le décalage entre ce que les Français y voient ou lisent et la réalité qu’ils perçoivent et vivent au quotidien. Il s’agit, bien entendu, selon nos grandes âmes par procuration, d’accueillir avec enthousiasme l’Autre, celui venu d’ailleurs, nimbé de toutes les vertus et paré de toutes les supériorités dont pourraient et même devraient se réjouir des peuples vieillissants et fatigués qu’ils auraient pour mission de régénérer. Heureusement, pour faire pièce à ce déferlement totalitaire d’un conte mièvre destiné aux esprits les plus fragiles, nombreuses sont les sources d’information alternative, sites internet, blogues et quelques courageux journaux résistants à opposer un autre son de cloche.

L’épisode migratoire intensif subi par la France et un certain nombre de nations européennes et son aggravation subite depuis le mois d’août dernier ne doivent évidemment rien au hasard, pas plus que l’imposition foudroyante, y compris, hélas, dans les milieux hostiles à cette immigration illégale et qui devraient se garder de dangereuses dérives sémantiques, du terme “migrants” qui n’a rien à voir avec les tics langagiers que nous imposent régulièrement les media.

Les milieux libéraux entonnent en chœur, avec la gauche, les refrains connus du déficit démographique qu’il convient de combler au plus vite, d’un système social qu’il nous faudrait consolider en accueillant la misère du monde — cherchez l’erreur —, de la nécessaire solidarité à mettre en œuvre et du grand cœur qu’il convient de porter en bandoulière tout en affichant une exaltation bienveillante devant un fléau de grande ampleur qu’il faudrait feindre de prendre pour une inégalable opportunité. C’est un véritable festival dans lequel il n’est pas toujours aisé au néophyte de distinguer les authentiques collabos des véritables tartufes. La télévision et la presse libérale comme de gauche, fidèles et dociles à leurs commanditaires aura une fois de plus joué son rôle, pilonnant sans répit, sans le moindre sens de la nuance.

 

LA GROSSE PRESSE MOBILISEE POUR UN VERITABLE LAVAGE DE CERVEAU

 

Paris-Match, magazine à grand tirage reste l’un des titres-phare de l’empire de presse Hachette Filipacchi Media (HFM), filiale de Lagardère Active possédant des filiales aux États-Unis, au Japon, en Espagne et en Italie, éditant et commercialisant 260 titres dans 34 pays. Ce magazine grand public affichait en couverture de son numéro du 10 septembre une fillette au regard triste, tenant à la main un chapelet, islamique bien entendu, et juchée sur les épaules d’un père visiblement fourbu et le regard baissé, avec pour titre « Accueillez-nous . Le grand défi de l’Europe ». Pas moins de 24 pages étaient consacrées au problème des “migrants”, accompagnées de photos suggestives destinées à attendrir le chaland.

La couverture du magazine Le Point ne faisait pas non plus vraiment dans la dentelle avec son gros plan sur le visage souriant d’Angela Merkel barré du titre « L’incroyable Madame Merkel. Si seulement elle était française… ». Il s’agissait alors de la Merkel 1, celle de l’ouverture inconditionnelle des frontières de l’Allemagne. On sait que l’hommasse teutonne, Merkel 2, se ravisa bien vite, quelques jours après, non en raison d’une quelconque velléité de bon sens ou d’intérêt national mais plus prosaïquement sous la pression de la partie la moins avachie de la population. Ses premières déclarations en faveur d’un accueil inconditionnel des immigrés illégaux avaient pourtant rencontré un large écho positif dans la population mais les nuées ne mirent pas longtemps à se dissiper et la réalité tangible de la submersion lui fit, en quelques jours, rétablir le contrôle aux frontières, nonobstant les laxistes accords de Schengen qui, depuis 1985, les suppriment au sein de la Communauté européenne.

Quant à l’Obs, sa couverture du 3 septembre affiche sur fond noir le visage de Miran, présumé kurde iranien et restaurateur en France, barré d’une énorme titre manuscrit « J’ai été migrant ». Le dossier consacré au sujet constitue une véritable anthologie de témoignages d’immigrés à l’intégration irréprochable. Rien, ni personne n’y manque, de Zukhra, hôtesse d’accueil et étudiante en art, aux Maliens Cissé Seydou et Galadio Cissé, réciproquement épicier et restaurateur, en passant par Madina, tchétchène et traductrice et enfin Haytam, inscrit dans une classe préparatoire scientifique à Orsay, ce dernier ayant l’outrecuidance de déclarer : « c’est en France que j’ai découvert la pauvreté ». Il y a vraiment des ordres d’expulsion qui se perdent.

Dans le journal économique Les Échos, propriété du milliardaire Bernard Arnault — première fortune de France et quatrième fortune mondiale —, dont le patrimoine professionnel seul est estimé à 35 milliards d’euros, le chroniqueur Éric Le Boucher s’en donne à cœur joie dans un article au titre prometteur : « L’immigration sera la chance de nos économies. » En bon laquais déférent de la ploutocratie, Éric Le Boucher nous assène ses vérités et surtout celles de ses maîtres. De but en blanc, il commence son article par un péremptoire « Les économistes ne sont jamais d’accord entre eux, sauf sur un sujet : les bienfaits de l’immigration. » Cette première phrase résume et donne le ton de l’article. Reprenant l’antienne des immigrationnistes, il relativise les chiffres, tempère les analyses et se veut rassurant en affirmant que « l’immigration apparaît “massive”, mais ne l’est pas tant que ça. On compte 230 millions d’immigrés dans une population mondiale de 7,2 milliards, soit 3,2 %. C’est peu ». Ce collabo de choc feint d’ignorer qu’une bonne partie de cette population mondiale n’accueille aucun immigré et que l’immigration de prédation converge essentiellement vers les économies les moins atones. Après avoir plaqué méthodiquement dans son billet l’essentiel des poncifs immigrationnistes, notre plume servile conclut que « tout cela devrait conduire à beaucoup relativiser l’angoisse d’invasion et, puisque l’immigration reste, somme toute gérable, à mener des actions de long terme pour profiter de ses bienfaits et éloigner ses inconvénients ». Il n’omet évidemment pas le mensonge éculé des vieux pays dont le système social a besoin d’être conforté par les immigrés. Gageons que ce rampant ne doit guère fréquenter les guichets des C.A.F., de la Sécurité sociale, ni du Pôle Emploi. Pas plus d’ailleurs que les mairies, les centres sociaux, les transports en commun, les hôpitaux et autres lieux où cet individu serait amené à réviser en accéléré ses belles certitudes remplacistes. Gloser sur l’immigration à Saint-Germain-des-Prés ou dans le seizième s’avère nettement plus plaisant et moins risqué.

Réaliser un tour d’horizon complet de la grosse presse serait fastidieux et répétitif puisque une quasi-unanimité de celle-ci, telle " OUEST TORCHON " en Bretagne met en demeure nos contemporains d’ouvrir grandes les frontières et de profiter de cet horizon indépassable de félicité que représentent la submersion migratoire et la disparition de nos peuples autochtones. Les apôtres du suicide collectif semblent tout émoustillés et ragaillardis par le déferlement massif de la misère du monde aux quatre coins de l’Europe! 

 

21/09/2015

Le génocide organisé des peuples d’Europe et la haine de la république pour les français de souche .

 

 

Les pouvoirs publics, notamment en France,  organisent délibérément la submersion migratoire de notre pays. Alors que le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exigé de l’Union européenne qu’elle accueille 160 000 “migrants”, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve qui recevait à Paris quelque 600 représentants de villes disposées à accueillir des immigrés clandestins a annoncé le 12 septembre l’octroi d’une aide de 1000 euros par place créée pour accueillir des “migrants” dans les communes françaises d’ici 2017. Un « fonds de soutien au financement de l’investissement » pourra être mobilisé pour les opérations lourdes de création de locaux d’hébergement ou de logements, a-t-il ajouté. De son côté, lors de son intervention à cette même réunion des maires de France à la Maison de la Chimie, le Premier ministre a indiqué que de nouvelles places d’hébergement  pour les réfugiés allaient être financées. Selon le ministère de l’Intérieur, le but de cette journée était de lancer une dynamique (en faveur de l’invasion) et de répondre aux questions des maires : « Puis-je choisir de n’accueillir que des Syriens ? », « une famille de ma commune se propose d’accueillir une famille : est-ce possible ? » Les élus ont reçu notamment un petit livret pédagogique (sic !) sur leur rôle.

Alors que les allocations familiales ont été fortement amputées pour un grand nombre de familles françaises qui, elles, travaillent et paient leurs impôts, qu’une foultitude de médicaments sont déremboursés tandis que les clandestins bénéficient de la totale gratuité des soins grâce à l’Aide médicale d’Etat, que la France compte huit millions de pauvres, six millions de chômeurs réels, que la dette publique est de 2 100 milliards d’euros, que nous sommes le pays d’Europe qui compte sur son territoire le plus grand nombre d’immigrés extra-européens, favoriser par tous les moyens l’invasion et la submersion de notre territoire est un crime contre la nation et contre le peuple.

 

Qui peut nier sérieusement que s’opère depuis plusieurs décennies un véritable génocide des peuples européens ? Ce n’est pas un hasard si l’on a concomitamment dépénalisé l’avortement qui tue plus de 300 000 enfants français chaque année et institué le regroupement familial qui permet l’entrée de millions d’immigrés sur notre territoire depuis quarante ans. Les 300 000 enfants français manquant chaque année sont remplacés par l’immigration puisque l’on compte officiellement des centaines de milliers d'immigrés légaux supplémentaires par an (sans compter les clandestins et les enfants nés de parents eux-mêmes étrangers).

On parle ad nauseam du « génocide juif » depuis un demi-siècle et pendant ce temps-là se réalise en toute impunité le génocide des peuples d’Europe. Un génocide programmé et froidement exécuté qui connaît une brusque accélération ces temps-ci.

On évoque sans cesse les « crimes contre l’humanité » à propos de la Seconde Guerre mondiale mais l’on promeut sans vergogne un crime contre l’humanité gigantesque et permanent en procédant au Grand Remplacement, à la disparition, à la liquidation par autopersuasion et par invasion, par dilution interne et agression externe, du peuple français et des peuples du Vieux Continent.

Au lieu de procéder à un ordre de mobilisation générale des cœurs, des esprits, des volontés, des moyens, y compris militaires, pour lutter contre la déferlante migratoire puisque le peuple français est menacé dans son intégrité, dans sa liberté et jusqu’à son existence, nos gouvernants démantèlent les défenses immunitaires, culpabilisent les autochtones, les exhortent à accueillir jusque dans les villages de France les plus reculés et les plus modestes des allogènes, leur imposent un afflux de “migrants” au nom d’une pseudo-générosité dont ils ne font jamais montre à l’égard des Français dans le besoin. La munificence dont font preuve les pouvoirs publics — mais qui ne leur coûte rien puisque ce seront les Français les victimes —, ils en ont manqué terriblement lorsqu’il s’agissait d’accueillir en 1962 les Pieds-Noirs chassés ignominieusement d’un pays qu’ils avaient contribué à construire, à embellir et à civiliser. Comme quoi en République mieux vaut être étranger que national. Il s’agit là d’une inversion proprement satanique car ce prétendu amour du lointain a du mal à dissimuler la haine, elle bien réelle, du prochain.

 

Nous avons évoqué la semaine dernière le rôle nocif de la contre-église de Vatican II dans la submersion du Vieux Continent. Il faut aussi mentionner l’influence puissante et néfaste de la franc-maçonnerie (dont l’église conciliaire réalise les objectifs) : l’initiative est sans précédent, 28 obédiences maçonniques européennes (dont 8 françaises) ont signé un communiqué commun sur les “migrants”. Il s’agit des sœurs et des frères de 16 pays : Autriche, Belgique, Croatie, Espagne, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Luxembourg, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovénie, Suisse et Turquie. Ces 28 obédiences « en appellent aux gouvernements européens pour qu’ils mettent en œuvre les politiques communes indispensables à un accueil digne et humain de populations en détresse et en péril » en regrettant «l’incapacité des Etats à surmonter les égoïsmes nationaux ». Pour la France, huit obédiences sont signataires : GODF, GLFF, GLDF, FFDH, GLMF, GLMU, Oitar, Glisru.

On comprend mieux l’aplatissement de l’Union européenne dont le véritable père-fondateur, Richard Coudenhove-Kalergi, était favorable au métissage des peuples du Vieux Continent. L’excellent blog Aube radieuse explique ainsi qu’« après la Seconde Guerre mondiale, Kalergi, grâce à une activité frénétique et inlassable et au soutien de Winston Churchill, de la loge maçonnique juive B’nai B’rith et des grands journaux comme le New York Times, réussit à faire accepter son plan (d’intégration européenne) par le gouvernement américain. La CIA achèvera plus tard le projet. Dans son livre Praktischer Idealismus, Kalergi indique que les résidents des futurs “Etats-Unis d’Europe” ne seraient plus les peuples du Vieux Continent, mais une sorte de sous-hommes, issus du métissage. Il expose clairement que les peuples d’Europe doivent se mélanger avec les Asiatiques et les races colorées, créant ainsi un troupeau multinational, sans qualités et facilement contrôlable par l’élite dominante. Kalergi proclame l’abolition du droit à l’autodétermination et ensuite l’élimination des nations grâce à l’utilisation de mouvements séparatistes et des migrations de masse ; pour que l’Europe puisse être contrôlée par une élite, il veut transformer le peuple en un mélange homogène de métisses blancs, noirs et asiatiques. Quelle donc est cette élite ? Kalergi nous éclaire particulièrement sur ce point : « L’homme du futur sera le produit de différentes races. Les races et classes d’aujourd’hui disparaîtront progressivement par l’élimination des espaces, du temps et des préjugés. La race eurasienne-négroïde du futur, similaire en apparence aux anciens Egyptiens, remplacera la diversité des peuples et celle des individus. Plutôt que de détruire le judaïsme européen, l’Europe, contre sa volonté, éduque ce peuple et le conduit à son futur statut de leader de ce processus artificiel. Ce n’est pas surprenant que le peuple qui s’est échappé des ghettos-prisons devienne la noblesse spirituelle de l’Europe. Ainsi cette attention particulière de l’Europe a donné naissance à une nouvelle race d’aristocrates. Cela est dû à l’anéantissement de l’aristocratie féodale européenne qui s’est effondré au moment de l’émancipation des juifs [en raison de la révolution française] ».

Bien qu’aucun livre d’histoire ne mentionne Kalergi, ses idées sont les principes directeurs de l’Union Européenne. La croyance selon laquelle les peuples européens devraient être mélangés avec les Africains et les Asiatiques, pour détruire notre identité et créer une seule race métissée, est la base de toutes les politiques communautaires ayant pour but de défendre les minorités. Non pour des raisons humanitaires, mais à cause de directives édictées par ce régime impitoyable qui organise le plus grand génocide de l’Histoire. Le prix européen Coudenhove-Kalergi est remis tous les deux ans aux Européens qui ont excellé dans la promotion de ce plan criminel. Parmi ceux à qui a été remis ce prix on trouve Angela Merkel et Herman Van Ropuy. »

 

L’ONU travaille aussi activement à ce génocide en exhortant à l’accueil de dizaines de millions d’immigrés en Europe, officiellement pour compenser une faible natalité des peuples européens entretenue par la promotion de la contraception et de l’avortement de masse. Dans un rapport publié en janvier 2000 dans Classement de population, une revue de l’ONU à New York, sous le titre “Immigration de remplacement : une solution contre le déclin et le vieillissement de la population”, on pouvait lire : « l’Europe aura besoin avant 2025 de 159 millions d’immigrés. » C’est ce plan effrayant qui est en train de se dérouler sous nos yeux !

18/09/2015

Provocation: l’Arabie Saoudite n’accueillera pas de réfugiés mais propose de financer 200 mosquées en Allemagne pour les nouveaux immigrés musulmans ! ...

 

 
 
mosquee_croissant
 
Pour les pays du Golfe, la déferlante migratoire est une opportunité extraordinaire d’islamiser l’Europe.
Les faits sont confirmés par la « généreuse » proposition de l’Arabie saoudite de financer 200 nouvelles mosquées en Allemagne pour les nouveaux « réfugiés » musulmans.
Voici à ce sujet un extrait du Frankfurter Allgemeine Zeitung :
« Mais aujourd’hui l’Arabie saoudite n’accueille aucun réfugié en provenance des pays en état de guerre civile, et surtout pas venant de Syrie. Au lieu de cela, selon le journal libanais al Diyar, l’Arabie saoudite se propose de construire 200 mosquées pour les réfugiés musulmans qui sont accueillis en Allemagne. Certes, écrit le journal, cela doit se faire en accord avec le gouvernement fédéral. Il serait tout de même préférable que l’Arabie saoudite s’occupe elle-même des réfugiés et soit ainsi à la hauteur de son rôle de leader de l’ »Oumma islamique », la communauté regroupant tous les musulmans. »