Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2015

Déferlante migratoire : les “élites” politico-religieuses complices !

 

 

Bernanos le disait déjà en son temps : « L’homme moderne a le cœur dur mais la tripe sensible ». Il a suffi d’une image soigneusement sélectionnée et passée en boucle le 2 septembre sur les media du monde entier, celle du petit Aylan Kurdi, un Kurde de 3 ans retrouvé sans vie sur une plage à Bodrum en Turquie après le naufrage de son embarcation à destination de l’île de Kos en Grèce, pour que l’on culpabilise à nouveau les Occidentaux et qu’on leur enjoigne d’accueillir à bras ouvert des immigrés clandestins que l’on rebaptise pudiquement du terme de “migrants” ou de “réfugiés”. La manipulation des masses grâce à l’outil audiovisuel atteint des sommets. Beaucoup sans doute de ceux qui s’émeuvent derrière leur petit écran du sort tragique de cet enfant et de sa famille (les corps de Galip, son frère de 5 ans, et de sa mère Rehan ont également été retrouvés sur cette plage, son père Abdullah étant lui sain et sauf) ne s’occupent guère de la misère qu’il y a près de chez eux ou rechignent à aller visiter de vieux parents mais lorsqu’il s’agit de son lointain cela ne coûte rien d’avoir la larme à l’œil. Cette manipulation de l’opinion est odieuse car comme toujours l’on se lamente à propos de certaines victimes mais l’on en oublie volontairement beaucoup d’autres.

Qui s’est soucié du million d’enfants irakiens morts à cause de l’infâme et inhumain blocus américain ? Qui pleure sur les enfants palestiniens régulièrement tués par Tsahal ? Sûrement par Bernard-Henry Lévy qui, lorsqu’il s’agit du petit Aylan verse tout à coup des larmes de crocodiles.

Qui s’afflige des millions d’enfants à naître broyés, étouffés, aspirés chaque année en toute légalité depuis la dépénalisation de l’avortement ? Comme toujours il y a deux poids et deux mesures.

La vérité, c’est qu’il s’agit de passer à la vitesse supérieure dans le processus de submersion migratoire de l’Europe. Les élites dirigeantes ont manifestement décidé d’appuyer sur l’accélérateur et de rendre irréversible la submersion migratoire du Vieux Continent et la politique criminelle du Grand Remplacement. On peut même sérieusement penser que les guerres américaines en Afghanistan, en Irak et en Libye ont eu pour objectif principal d’installer le chaos dans ces régions et de favoriser ainsi l’invasion de l’Europe. François Mitterrand le disait lui-même : « La France ne le sait pas mais elle est en guerre contre l’Amérique ».

Depuis deux siècles les Etats-Unis n’ont eu de cesse d’affaiblir, de diviser et de neutraliser l’Europe, d’exciter les antagonismes entre les nations et peuples européens. Leur rôle pendant les deux conflits mondiaux et lors des guerres de décolonisation a été particulièrement nocif.

Plus récemment dans l’ex-Yougoslavie l’administration américaine a tout fait pour favoriser la création d’un Etat islamo-mafieux, le Kossovo, de nature à déstabiliser la région. Et qui peut nier que les deux guerres d’Irak en 1991 et 2003 ont été particulièrement destructrices, déstabilisatrices comme plus près de nous la guerre en Libye contre Kadhafi ? Or le chef d’Etat libyen avait passé des accords avec Silvio Berlusconi, alors président du Conseil italien, pour éviter l’arrivée massive d’immigrés à Lampedusa.

 

Et comme toujours depuis un demi-siècle, les différents gouvernements européens, loin de lutter de toutes leurs forces et par tous les moyens, contre une déferlante migratoire qui conduira nécessairement au suicide général, à la misère, au chaos, la favorisent, l’appuient, l’encouragent. Dans sa conférence de presse, la sixième du quinquennat, qu’il a donnée le 7 septembre, François Hollande n’a cessé de parler de la France, de « l’âme de la France », a appelé à « faire France », à « être à la hauteur de la France », à « faire des choix pour que la France puisse être digne d’elle-même ». Or plus les politiciens parlent de notre pays avec grandiloquence, plus ils le détruisent, plus ils le trahissent. France, que de crimes a-t-on commis en ton nom ? « Il y a des images qui frappent à la porte de nos conscience » a martelé le chef de l’Etat pour mieux culpabiliser les Français.

Alors que notre dette est de 2 000 milliards d’euros, que la France croule sous les impôts et les charges, que le chômage est massif et connaît des records historiques, que la croissance est nulle, François Hollande n’a rien trouvé de mieux que d’annoncer l’accueil de 30 000 immigrés supplémentaires rebaptisés réfugiés d’ici deux ans.

En réalité, il s’agit là d’un chiffre minimal et officiel mais il est évident que le chiffre réel sera infiniment plus important lorsque l’on voit le flux massif de “migrants”, la générosité des lois sociales en France et l’empressement de tous les partis de gauche (et pas seulement d’eux !) à accueillir à bras ouverts les “réfugiés” qui demain pourront de surcroît être des électeurs.

Le pâle Hollande s’est également mué en chef de guerre en annonçant que la France allait procéder à des vols de reconnaissance en vue d’effectuer des frappes aériennes contre l’Etat islamique sur le sol syrien alors que l’armée française opère déjà en Irak, en Centrafrique et au Sahel.

Si la diplomatie française (sous la houlette du juif Fabius)ne s’était pas acharnée comme d’autres chancelleries occidentales contre le régime de Bachar El-Assad, seul à même de lutter avec quelque chance de succès contre l’EI, s’il n’avait pas armé les rebelles et cherché à déstabiliser par tous les moyens le gouvernement légal de Syrie (comme Sarkozy le fit naguère en Libye avec Kadhafi qu’il avait pourtant reçu peu avant avec tous les honneurs à Paris !) nous n’en serions pas là !

L’Allemagne, il est vrai culpabilisée et rééduquée par soixante-dix ans de propagande haineuse, semble encore plus masochiste que la France puisque nos voisins d’outre-Rhin accueillent encore plus massivement que nous les “migrants” (le pays doit accueillir 800 000 “réfugiés” sur la seule année 2015 !) et, selon un sondage réalisé pour le magazine Stern, 76 % des Allemands jugent qu’il faut accepter sans condition les réfugiés qui viennent d’un pays en guerre et 57 % pensent qu’il doit en être de même en cas de persécution politique ou religieuse. Un nombre important de jeunes Allemands se font stériliser pour ne pas avoir d’enfant car ils sont persuadés d’être issus d’une race criminelle mais ils accueillent avec joie les immigrés du Tiers Monde. Un suicide dans la joie et l’allégresse. Heureux ceux qui n’ont pas vu ce qu’il nous est donné de voir !

 

Et pour être sûr que les Européens accepteront bien docilement de se laisser submerger et remplacer, on fait appel à l’homme en blanc du Vatican toujours prêt à occuper le premier rang dès qu’il s’agit d’encourager à la destruction du Vieux Continent. Bergoglio a ainsi appelé le 6 septembre, au terme de la prière de l’Angélus, à accomplir « un geste concret » de miséricorde en accueillant massivement des refugiés. « Face à la tragédie de dizaines de milliers de réfugiés qui fuient la mort, liée à la guerre et à la faim, et sont en chemin vers une espérance de vie, l’Évangile nous appelle à être proche des plus petits et des personnes abandonnées. À leur donner une espérance concrète. Nous ne pouvons pas seulement dire “courage, patience !…” L’espérance est combative, avec la ténacité de celui qui avance vers un but sûr ». Le successeur de Benoît XVI a donc appelé en vue du “Jubilé de la Miséricorde” « chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère et sanctuaire de toute l’Europe à accueillir une famille de réfugiés, à commencer par le diocèse de Rome ». Il s’agit, précise Jorge Mario Bergoglio « d’un geste concret en préparation à l’Année Sainte » qui débutera le 8 décembre prochain pour fêter les cinquante ans de la clôture du “concile” Vatican II. Bergoglio — qui a reçu très chaleureusement le 1er septembre “Mgr” Gaillot dont il a partage le combat en faveur de l’accueil massif des immigrés mahométans — a conclu en s’adressant directement aux “évêques” européens, « vrai pasteurs » afin que « dans leurs diocèses ils soutiennent son appel, en se souvenant que la miséricorde est le second nom de l’amour ». La contre-église de Vatican II est depuis un demi-siècle l’auxiliaire le plus pernicieux du mondialisme. Cela aussi, il faut avoir le courage de le dire.

 

 

4000 djihadistes de l’Etat islamique ont déjà infiltré le flot des clandestins en UE .

 

 
 
Une immigration en hausse aux frontières de l'Europe ( AFP )
 
La sonnette d’alarme avait été tirée officiellement en mars 2015 par le coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove. Il avait appelé à la vigilance face au risque d’infiltration en Europe de djihadistes se faisant passer pour des réfugiés, en particulier face aux flux venant de Syrie et d’Irak, mais aussi de Libye. Maintenant l’État islamique revendique déjà 4000 infiltrés.
Sous le titre: «Attends … l’Etat islamique révèle qu’il a clandestinement des MILLIERS d’extrémistes en ‘Europe » un article daté du 7 septembre, du Sunday Express citant un porte-parole de l’Etat islamique annonce que d’ores et déjà plus de 4000 combattants du califat se sont infiltrés parmi le flot des clandestins et sont parvenus en Union européenne.
« L’État islamique,  organise activement  la contrebande d’exécutants armés à travers les 565 miles de la  frontière turque faiblement gardée vers les plus riches nations européennes, a-t-il révélé. Ils suivent l’itinéraire bien tracé emprunté par les réfugiés et les migrants qui fuient, voyageant à travers la frontière de la Turquie, puis sur des bateaux à travers la Grèce et à travers l’Europe.
Il y a maintenant plus de 4.000 hommes armés de l’État islamique qui en secret sont prêts [à l’action ndlr] à travers l’Union européenne, a-t-il affirmé.
 
Selon la source invoquée, l’infiltration clandestine n’est que le début d’une grande opération pour mener des attaques de représailles en Occident, contre les frappes aériennes de la coalition sous commandement américain.
 
Les Extrémistes de l’Etat islamique profitent de la générosité des pays développés envers les réfugiés pour infiltrer l’Europe, a-t-il précisé. Les clandestins ont été applaudis quand  ils sont arrivés en Allemagne ce week-end après avoir fait le voyage à travers la Hongrie et l’Autriche, s’est-il réjoui.
Les hommes d’ ISIS ont des armes létales, ils utilisent les clandestins locaux pour se fondre parmi eux et voyager au milieu d’une immense vague de migrants illégaux qui inondent l’Europe. De villes portuaires turques comme Izmir et Mersin, des milliers de réfugiés se hasardent à travers la Méditerranée visant  l’Italie, a-t-il poursuivi, ensuite, la majorité fondent vers les pays les plus accueillants, comme la Suède et l’Allemagne, soutenus par les autorités pour un asile attrayant.
« Ils voyagent comme des réfugiés», a-t-il dit. Notre rêve est qu’il devrait y avoir un califat non seulement en Syrie mais dans le monde entier, et nous l’aurons bientôt, si Dieu le veut.
 
Lors d’une réunion un émir a déclaré qu’il pensait que les futures attaques viseraient seulement les gouvernements occidentaux – pas des civils, selon le porte parole de l’EI, ceci alors qu’il reconnaît qu’il n’a que peu de contrôle sur les détails des attentats terroristes. »
Deux passeurs turcs de clandestins confirment les allégations formulées par la source syrienne de l’EI. L’un d’entre eux, enchaine le Sunday express,  à accepter d’aider plus de dix rebelles d’ ISIS formés à infiltrer l’Europe sous le couvert de demandeurs d’asile. Il a précisé: «Je vais envoyer quelques combattants qui veulent aller visiter leurs familles. » « D’autres sont juste prêts en Europe. »
La source syrienne de l’EI à laquelle se réfère le Sunday express est un ancien membre des forces de sécurité de son pays, il a déclaré que l’Etat islamique avait des plans ambitieux en projet. 
Cette révélation parvient après qu’un porte-parole de l’Etat islamique, poursuit le journal, plus tôt cette année a appelé les musulmans en Occident à mener des attaques terroristes. 
Le djihadiste a dit à ses partisans occidentaux que s’ils  ont la possibilité de verser une goutte de sang dans les pays occidentaux – alors qu’ils doivent le faire.
 
Le Porte-parole Abou Mohammed al-Adnani a également salué les attaques terroristes qui ont eu lieu en Australie, en Belgique et en France.
 Il a dit: «Nous réitérons notre appel aux musulmans en Europe, l’Occident infidèle, de cibler partout  les Croisés dans leur pays d’origine et où ils les trouvent.
« Nous serons ennemis, en face de Dieu, de tout musulman qui peut verser une goutte de sang d’un Croisé et s’abstient de le faire, avec une bombe, une balle, un couteau, une voiture, une pierre ou même un coup de pied ou un coup de poing. »
 
Par ailleurs, un responsable du ministère turc des Affaires étrangères a dit que les autorités travaillaient activement à réprimer la contrebande de clandestins. Il a souligné que depuis que l’Europe a accepté de reconnaître légalement quelques  réfugiés,  la demande de passages en contrebande a augmenté. « La migration illégale est une question importante et la Turquie lutte efficacement contre elle, »  a dit le fonctionnaire, qui a refusé d’être nommé.
« Bien sûr, le moyen le plus efficace pour mettre un terme à tous ces problèmes serait une action immédiate de la communauté internationale pour résoudre le conflit syrien. » Lorsqu’on l’interroge sur la contrebande de combattants de l’État islamique dans les bateaux de réfugiés innocents, le fonctionnaire anonyme déclare que son gouvernement n’est pas au courant du complot. « Nous ne disposons pas de renseignements particuliers [à ce sujet], » a-t-il dit. (Source)
En mars 2015, le coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, avait appelé l’agence européenne de contrôle des frontières, Frontex, à la vigilance face au risque d’infiltration en Europe de djihadistes se faisant passer pour des réfugiés.
« Nous devons être vigilants. Il est relativement facile de pénétrer dans l’Union européenne quand on se mêle au flux de migrants« , a-t-il déclaré en marge d’une réunion ministérielle à Vienne. 
M. de Kerchove, qui s’exprimait auprès de l’agence autrichienne APA, a souligné avoir jusqu’à présent évité d’évoquer le risque d’infiltration par les voies humanitaires, « car il ne faut pas tout confondre ». « Aujourd’hui je le dis: nous devons être vigilants », a-t-il déclaré, en appelant à une sensibilisation accrue des forces Frontex, en particulier face aux flux venant de Syrie et d’Irak, mais aussi de Libye. 
Ainsi donc, le coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme avait dés début 2015 des données sur l’infiltration de l’Etat islamique en Europe par les flots d’immigrés, et depuis cette date nos frontières s’ouvrent toujours plus grandes, sans plus aucun contrôle, et lorsqu’il y en a, certains clandestins refusent souvent eux-mêmes de se laisser contrôler ainsi que diverses sources et vidéos en ont témoigné, et ils passent quand même.
les oligarques européens après avoir assassiné le Moyen-Orient sont en train de mettre en place le moyen d’assassiner les pays membres de la tour de Babel que constitue l’Union européenne.
Braves gens, n’hésitez pas à ouvrir votre domicile aux prétendus immigrés… François Hollande, qui sait à quoi s’en tenir, n’en veut pas! Il l’a déclaré! 
VIDEO. Quand un journaliste demande à François Hollande s’il est prêt à accueillir des réfugiés chez lui:
« C’est ici, si je puis dire. Je n’ai pas de résidence secondaire disponible, mais je comprends ce geste, mais franchement, ce qu’on attend du chef de l’État, des ministres, vous pensez que c’est ce qu’on peut faire à titre personnel ? Ça c’est une affaire de choix, personnel, individuel. Ce qu’on attend d’un chef de l’État c’est qu’il prenne des décisions pour tous et que tous ceux qui veulent accueillir puissent le faire… », a répondu le chef de l’État quelque peu congestionné.
 
Pauvre Président qui « n’a pas de résidence secondaire », il n’a que l’Elysée; en 2017 il sera à la rue, comme un vulgaire sans-dent…
.

Victor Orban : « l’Europe a une identité et des racines chrétiennes » qu’il faut protéger de l’ immigration musulmane.

Alors que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Junker, a annoncé mercredi, selon le journal espagnol Al Païs, que l’UE va encore augmenter, -sans consulter les habitants-, ses capacités d’accueil d’immigrants jusqu’à 160.000 personnes, les pays de l’ex-bloc soviétique, rattachés à l’Union montent aux créneaux. Hier c’était l’ex-président de la République tchèque, Vaclav Klaus, qui s’alarmait, aujourd’hui le premier ministre Viktor Orban  et le ministre des Affaires Étrangères de Slovaquie, font le même constat: il faut stopper l’immigration, parce que l’Europe avec ses valeurs et ses racines chrétiennes, ne s’en remettra pas.

l’immigration sauvage « n’est pas un problème européen mais allemand »

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, actuellement à Bruxelles où il a rencontré le président du Parlement européen Martin Schulz, a déclaré s’adressant aux candidats à l’immigration: « Du point de vue de la morale et de l’humanisme, la solution est évidente: ne venez pas! Dans quel but venez-vous en Europe à partir de la Turquie? La Turquie est un pays en paix et en sécurité. Restez-y! Nous ne pouvons pas garantir que vous serez accueillis ici », a déclaré M. Orban après sa rencontre avec le président Schulz. Dans une tribune du journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), il avait critiqué  la veille « la politique d’immigration erronée » de l’Union européenne. Compte tenu de la crise de l’immigration clandestine, il met en garde contre une «explosion» de l’Europe. Il estime que « la protection des frontières extérieures de l’UE reste essentielle ». Il a défendu la pertinence de la construction de la barrière frontalière que la Hongrie dresse face à l’afflux massif d’immigrés clandestins. Il demande «Qui peut accepter d’être envahi ? personne ne peut l’accepter. »

Le Premier ministre a fustigé «la politique d’immigration de l’UE qui a échoué » . « Chaque homme politique européen est irresponsable s’il fait espérer une vie meilleure aux immigrés en les encourageant à tout quitter pour partir, risquant leur vie en venant en Europe », « il est indispensable de protéger les frontières extérieures de l’UE ». « Voilà pourquoi la clôture que nous construisons en Hongrie est importante. Nous ne le faisons pas pour le plaisir, mais parce que cela est nécessaire. » Ajoutant que l’immigration clandestine « n’est pas un problème européen mais allemand ». Ce qui est lourd de sens quand on sait que les oligarques allemands sont en demande de populations immigrées.

« Personne ne veut plus protéger les frontières de l’Europe »

Il est  « assez déprimant que, sauf nous en Hongrie – ou les Espagnols – personne ne veut plus protéger les frontières de l’Europe, » Le premier ministre hongrois a rappelé: «Les gens veulent que nous soyons maîtres de la situation et que nous protégions nos frontières ». ajoutant qu’ « il ne convient d’ergoter que quand le déluge est arrêté. »

« Il ne faut pas oublier que ceux qui arrivent (…) sont les représentants d’une culture profondément différente », affirme-t-il encore, « dans leur majorité, ce ne sont pas des chrétiens mais des musulmans. C’est un aspect important, car l’Europe a une identité et des racines chrétiennes », « N’est-ce pas déjà assez préoccupant que l’Europe ne soit pratiquement plus en mesure de maintenir son propre système de valeurs chrétiennes ? Si l’on perd cela de vue, la pensée européenne peut se retrouver minoritaire sur son propre continent« , estime le Premier ministre hongrois, actuellement en déplacement à Bruxelles.

Viktor Orban juge par ailleurs inutile de parler de quotas d’accueil tant que le flot de immigrés n’est pas stoppé. « La protection des frontières est la question la plus importante », assure-t-il, ajoutant: « L’Europe doit comprendre que l’on ne peut accueillir personne quand on est submergé. Et là, on est submergé ».

Il est symptomatique que ce soit ces pays de l’ancienne URSS qui  sont les à peu prés seuls aujourd’hui se préoccupent de la sauvegarde des populations européennes blanches, de la civilisation et des racines chrétiennes de l’Europe. Pendant que les grandes âmes démocrates faisaient trembler le prétendu auto-proclamé « monde libre » en pointant l’empire soviétique du doigt, elles nous dépouillait de notre âme et jusqu’à notre instinct de survie.

L’oligarchie cosmopolite de l’UE

A côté des responsables politiques courageux de ces petits pays d’Europe centrale qui ne renoncent pas à protéger leurs peuples, les oligarques des gros pays de l’Europe américanisée font la leçon à ceux qui dressent les barrières. Ils vont même jusqu’à oser donner des leçons de christianisme.

La chancelière allemande Angela Merkel, répondant au propos de Victor Orban de façon à peine voilée s’est empressée de rétorquer que « dans la mesure où nous avons en tête des valeurs chrétiennes, alors je crois qu’il est important que la dignité de chaque être humain soit protégée partout  où elle est en danger ».

Naturellement, Angela Merkel pensait à la protection de la dignité des envahisseurs étrangers et non à celle des Européens dont elle a la charge. Précisant encore, « l’Allemagne fait ce qui est moralement et juridiquement requis, ni plus, ni moins », a-t-elle ajouté. Elle a néanmoins concédé que  « la Hongrie a raison de dire que nous devons aussi protéger nos frontières ». Avant d’ajouter, mais « la Convention de Genève sur les Réfugiés n’est pas seulement valable pour l’Allemagne, elle l’est aussi pour chaque Etat membre de l’Union européenne. » « Le principe en est que tous ceux qui ont besoin d’aide l’obtiennent. Ca doit aussi être valable pour chaque État européen », d’insister. Précisant que si l’Union européenne ne trouve pas d’accord sur une juste répartition des réfugiés, l’espace Schengen pourrait être remis en question. Une menace selon elle mais qui serait une aubaine pour les populations européennes.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, qui recevait aujourd’hui Viktor Orban à Bruxelles, lui a déclaré : « je voudrais souligner que pour moi être chrétien en public, dans la vie sociale, signifie avoir un devoir envers ses frères dans le besoin ». Précisant, être chrétien, c’est « montrer que l’on est prêt à faire preuve de solidarité » , « pour un chrétien, cela ne devrait pas être une question de race ou de religion », a-t-il poursuivi.

La charité c’est promouvoir le christianisme, pas l’ensevelir.

Ces ennemis du christianisme, qui font tout en leur pouvoir pour l’éradiquer de l’Europe, prétendent nous donner des leçons de christianisme pour mieux nous enterrer et nous balayer dans le flot musulman. Le plus triste de cette histoire c’est que le chef de l’Eglise, lui-même, le pape, donne des arguments aux ennemis du Christ en agitant une charité de pacotille qui inverse le sens de la véritable charité chrétienne. La charité n’a rien à voir avec la solidarité, la charité c’est sauver et promouvoir le christianisme, ce n’est pas l’ensevelir sous les flots de l’Islam, car seule la Vérité sauve, et la Vérité c’est le Christ.

Parmi les oligarques cosmopolites qui veulent la peau des Européens, Laurent Fabius, s’est permis de donner une bonne leçon à la Hongrie qui ne « respecte pas les valeurs communes de l’Europe » en posant des grillages à sa frontière. Selon lui, il faut « bien sûr » que la Hongrie démantèle ce mur et que l’Union européenne ait « une discussion sérieuse et sévère » avec les dirigeants hongrois.  

La Slovaquie ne s’en laisse pas compter non plus…

Peu soucieux des sentences de ses oligarques au service du cosmopolitisme, le ministre slovaque des Affaires étrangères Miroslav Lajčák a estimé ce même jour que « de fait, la zone Schengen n’existe plus ».  « Les clandestins traversent sans aucun obstacle les pays qui sont censés protéger les frontières de Schengen. Normalement, il est assez difficile d’obtenir le visa Schengen mais actuellement des dizaines de clandestins arrivent ici et personne ne les contrôle. Avons-nous un accord Schengen ou pas ? », a-t-il lancé.

Le ministre s’est prononcé pour le renforcement de contrôles frontaliers dans le cadre de l’espace Schengen, en soulignant qu’il fallait protéger les frontières successivement, c’est-à-dire, même les frontières internes à l’espace Shengen, que sont les frontières nationales.

Le chef de la diplomatie slovaque a également déclaré que son pays ainsi que la Hongrie et la République Tchèque étaient contre le système de quotas proposé par l’Union européenne pour accueillir des immigrants.

Ces ex-républiques soviétiques s’étaient elles aussi jetées dans le miroir aux alouettes de l’Union mâtinée à la sauve de l’Alliance atlantique; combien les populations bernées doivent le regretter. A quand la révolte des peuples artificiellement conglomérés dans cette Union oligarchique ?

 .