Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2015

Le coût de l’immigration est un sujet tabou en france et pour cause !

Le coût de l’immigration est un sujet quelque peu tabou puisque les différents services de l’Etat ne mettent pas à disposition des citoyens tous les éléments pour faire l’addition. Les différentes évaluations globales du coût de l’immigration en France sont donc diamétralement différentes selon le profil idéologique de la personne chargée de réaliser l’étude.

Ce sujet est pourtant essentiel pour mesurer les implications de la déferlante migratoire en cours, à l’heure même où les contribuables français sont priés chaque jour de faire des efforts financiers supplémentaires.

Sans nous lancer dans une énième étude globale sur le coût de l’immigration qui, dans tous les cas, explose depuis quelques mois, nous avons donc choisi de vous donner quelques indices qui proviennent d’une source peu suspecte d’être politiquement incorrecte. C’est dans le mensuel économique Capital du 1er mars 2015 que nous avons puisé quelques éléments d’information.

Les immigrés vivent plus souvent des minima sociaux que les natifs, et Capital écrit à ce sujet : « les étrangers de première génération recourent plus souvent que les natifs aux minima sociaux, notamment les Africains, dans une proportion presque quatre fois plus élevée« .

Les « fils d’extracommunautaires sont trois fois plus souvent au chômage que les natifs« .

Les immigrés perçoivent « plus d’allocations familiales que les autres« . Et les chiffres disponibles à ce sujet « ne prennent pas en compte les enfants de migrantes nés sur notre territoire, considérés comme Français« .

Un « tiers des immigrés vit aujourd’hui dans un logement social. La proportion grimpe même à 46% pour ceux qui viennent du Maghreb et du reste de l’Afrique, soit trois fois plus que pour les natifs (14%)« .

Les descendants d’immigrés africains « restent massivement logés en HLM (c’est le cas de 45% d’entre eux, contre 22% pour les Asiatiques, et 15% pour les Européens)« .

Chaque année, l’Etat verse « près de un milliard d’euros de subventions aux établissements situés en Zones d’éducation prioritaire« . « Or, comme le reconnaît l’Observatoire des ZEP (OZP), ces zones correspondent « plus ou moins aux quartiers où il y a peu ou pas de mixité sociale, et beaucoup d’immigrés et d’enfants d’immigrés ». Et puis il faut bien financer le soutien spécifique accordé aux arrivants non francophones (rien qu’en 2010-2011, notre pays en a accueilli plus de 38.000, selon l’Insee)« .

Les immigrés « alourdissent les dépenses dé sécurité« . « 87% des vols à la tire sont commis par des étrangers. »

La plupart des immigrés légaux « profitent de la CMU, qui permet une prise en charge à 100% des dépenses de santé » et « grâce à l’Aide médicale d’Etat, les sans-papiers peuvent se faire soigner sans débourser un sou« . Les migrants « vont plus souvent à l’hôpital que les autres« ...

Et tout cela était écrit avant le torrent migratoire que nous connaissons depuis l’été !

 

Quand au Sénat, il se prépare à quelques joutes oratoires lors du débat sur le projet de loi sur le droits des étrangers qui débutera à partir du 6 octobre. Les sénateurs LR ont annoncé leur intention de faire de la France l’un des pays « les plus sévères » en terme d’accueil des immigrés... On voudrait le croire !

Le président de la Commission des lois du Sénat, Philippe Bas (LR) et le rapporteur du projet de loi sur le droit des étrangers en France, François-Noël Buffet (LR) ont relevé un premier constat du ministre de l’Intérieur.  Philippe Bas souligne ainsi :

« Il n’y a pas d’arrivées importantes de Syriens en France. Ils privilégient des pays où l’accès à l’emploi est meilleur et où sont présents des membres de leur famille ».

« Nous voulons une loi qui posent diverses dispositions relatives à la maitrise de l’immigration et non aborder cette question sous l’angle du droit des étrangers. »

« Nous voulons faire partie des pays les plus sévères en matière d’immigration tout en respectant le droit européen. »

Les sénateurs notent que 43% des titres de séjours sont liés au regroupement familial contre 9% liés à l’immigration économique. Les demandeurs d’asile chiffrés dans le rapport à 60 000 par an, sont 46 000 à être déboutés. Mais à peine 5% de ces derniers quittent réellement le territoire.  Ils deviennent alors étrangers en situation irrégulière ce qui ne les empêche pas de faire une demande de séjour pour raison médicale ce qui leur permet de rester en France, un comble !

Le sénateur François-Noël Buffet propose de supprimer le droit au séjour pour raisons médicales si, dans le pays d’origine, il existe les moyens de traitement adéquats. Un forfait de 30 euros pour l’aide médicale d’Etat serait aussi rétabli afin de décourager l’immigration irrégulière.(Ce n 'est pas ça qui sera très dissuasif !) .

François-Noël Buffet déplore également l’assignation à résidence. « Le gouvernement privilégie l’assignation à résidence à la rétention. Seulement le taux d’éloignement effectif n’est simplement que de 19% pour les assignés à résidence contre 57% pour ceux qui sont en rétention ».

Le rapporteur du projet de loi relève aussi qu’actuellement le renouvellement des titres de séjours est de l’ordre de 99%, « ça veut dire qu’on ne vérifie pas assez les conditions ».

Tant mieux, diront certains, si les sénateurs LR s’affairent quelque peu pour limiter l’immigration, mais c’est largement insuffisant car c’est la stopper qu’il faut faire. D’autre part, pourquoi ces mêmes sénateurs n’ont-ils pas été plus actifs sur ces sujets lorsque l’UMP était au pouvoir ? ...

 

04/10/2015

Quand est ce que la Bretagne redeviendra catholique ?



 
le-pardon-de-kergoat---jules-breton
 
 La nation bretonne fut forgée par ses saints fondateurs et ses rois et l’on peut avancer sans se tromper qu’il n’est pas de nation bretonne puissante sans une foi vive dans le peuple et ses chefs. Il est illusoire de vouloir ériger sur les principes de 1789 une nation bretonne authentiquement bretonne.
 
Nous assistons depuis deux siècles à une guerre réellement religieuse contre les fondements spirituels de notre nation, de quoi a logiquement découlé l’effondrement de l’ordre traditionnel breton qui avait fait la grandeur et la beauté de notre peuple. Il n’est pas davantage exagéré d’affirmer que le triomphe temporaire de l’athéisme matérialiste de la Gauche française au sein des masses bretonnes est transitoire.
Qui n’est pas avec le Christ est contre Lui.
 
C’est sans surprise que désormais l’islam pénètre partout chez nous, dans nos villes même les plus modestes. Coalition des apostats et des infidèles, voici le socialo-marxisme et la maçonnerie pavant la voie à l’islamisation rapide de notre vieille nation catholique. Islamisation logiquement induite par la progression fulgurante de la colonisation de peuplement dont nous sommes victimes à laquelle oeuvre avec acharnement le faisceau des gauches, aidée des idiots utiles du pseudo conservatisme français.
 
Il est vrai de dire qu’en ce début de 21ème siècle, l’Eglise Catholique pour ce qui concerne notre pays, ou plus exactement son clergé soumis à l’autorité étatique républicaine, n’oppose aucune forme de résistance à la conquête afro-musulmane. Et le socialisme irénique qui tient désormais lieu de théologie à nombre de prélats dits catholiques ne doit pas tromper sur leur apostasie et leur trahison. Mais il ne faut confondre les agissements de ces mauvais clercs avec l’Eglise Catholique qui est le Corps Mystique du Christ et qui ne se saurait se réduire aux curés de gauche diarrhéiques.
Comme toute être humain, sans âme, aucune nation ne peut exister. Sitôt que l’ordre traditionnel est contesté spirituellement, voici la multiplication des factions et la guerre civile qui se généralise. Les traîtres pullulent, prétendant agir au nom du bien commun quand ils agissent pour le mal objectif et la perte du peuple. Ainsi en est-il depuis que le christianisme a été chassé de l’ordre social. Qu’on ne s’y trompe pas : il y a toujours un ordre spirituel, une idée force, qui préside à la destinée d’une nation et d’une civilisation. Ce n’est pas parce que le Catholicisme a été chassé de l’ordre social que la religion a cessé d’exister. Il n’y a aucun pouvoir “laïque”. La laïcité est elle-même une religion, la religion des ennemis du Catholicisme.
 
La "religion" existe plus que jamais : elle a ses prêtres, ses tabous, son inquisition. Cette "religion", ce sont les "droits de l’homme"... Ses prêtres, les militants de cette religion qui se trouvent dans les médias, les pouvoirs publics et les partis. Son inquisition, c’est la presse aidée d’une magistrature qui se charge des procès à grand spectacle des déviants. Le peuple, dûment rééduqué, chuchote et craint les colères des nouveaux seigneurs dont le pouvoir repose sur l’autorité morale qu’exerce cette religion athée dite des “droits de l’homme” et qui envahit tout.
Mais cette religion du vide, ce nihilisme qui ne repose sur rien d’autre que sur la destruction de l’ordre traditionnel – naturel et surnaturel – annonce en réalité l’avènement d’une autre religion : le fanatisme mahométan. Ayant tout détruit au sein de notre peuple, voici les mêmes qui combattaient la Foi Catholique chercher mille bienfaits dans le surgissement de l’islam chez nous. En réalité, ce qui suscite chez eux cette obséquiosité vis-à-vis des mahométans, c’est la peur.
Ils sont déjà psychologiquement soumis à ce fanatisme allogène et n’osent lui faire les reproches dont par ailleurs ils abreuvent l’Eglise Catholique et les nationaux. Sans surprise, les impies de la maçonnerie sont en première ligne dans cette imposture. L’Ennemi attaque à la fois sur le plan surnaturel la Foi Catholique des peuples européens et – a minima – la foi chrétienne de ceux-ci et sur le plan naturel, tout ce qui relève de leurs caractéristiques propres : identité, famille, communautarisme social et professionnel.
Il est donc logique que les athées internationalistes combattent les chrétiens et les nationalistes, les deux devant par nécessité se confondre sur le plan pratique selon le couple traditionnel prêtre / guerrier.
 
Notre tâche, à nous nationaux bretons, consiste à ériger sur les ruines de la faillite de l’état républicain pré-musulman un état breton libre, nationaliste et catholique, c’est -à-dire un état réellement breton, fidèle à sa tradition millénaire.
 
Nous avons besoin de croisés et ce n’est pas par les élections que nous créerons le nouveau type d’hommes traditionnels qui feront surgir du néant cet état breton. C’est par la pratique du combat. Il n’est pas exagéré de dire que c’est par la croisade, dans des conditions exceptionnelles à tous les égards, que nous ferons advenir la résurrection de notre peuple en tant que nation.
 
La Bretagne est la seule du monde à avoir été créée par 7 saints évêques, 7 étant le chiffre de Dieu lui-même. Ce que Dieu a fait, l’homme ne peut le défaire et la Providence offrira à notre nation une renaissance spectaculaire et elle sera plus puissante qu’elle n’a jamais été dans l’histoire. Les croisés doivent désormais s’avancer pour le salut de notre peuple.
 
 

Le milliardaire juif George Soros exige que l’Europe accueille “un million” de migrants par an!

 


 
soros-sith-lord-jew
 
BREIZATAO – URZH BED-NEVEZ  Le financier et milliardaire juif George Soros a décidé de faire pression sur l’Europe pour qu’elle accepte d’être submergée par des millions d’immigrés musulmans.
Georges Soros est connu pour ses opérations spéculatives (lire ici), son implication dans le coup d’état ukrainien (lire ici), l’agitation raciale dans la ville américaine de Ferguson (lire ici), les troubles récents en Macédoine (lire ici) ou son soutien financier aux Femens qu’il a ensuite suspendusuite à leur décision d’agir en Israël (lire ici).
Encore récemment en compagnie du militant néo-conservateur d’origine juive Bernard Henri Lévy pour son 85ème anniversaire (lire ici), le milliardaire a exigé de l’Europe qu’elle accueille des millions d’immigrés du tiers-monde dans une “lettre ouverte” (lire ici). Il écrit :
“Tout d’abord, l’UE doit accepter au moins un million de demandeurs d’asile par an… L’UE devrait donner 15 000 euros par demandeur d’asile pendant les deux premières années afin de leur assurer un logement, des soins, une éducation”.
L’oligarque n’a pas dit s’il comptait dépenser son immense fortune pour accueillir dans ses propriétés les immigrés musulmans précités ! ...