Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2017

Les liens existant entre le sommet de l'État français et la French-American Foundation ont mis la puce à l'oreille de certains Français, dénoncant le fait que le Président serait au service des États-Unis.

 

Dans sa récente publication sur sa page Facebook, la French-American Foundation, qui œuvre depuis 1976 à l'amélioration des relations entre les deux États, a exprimé sa joie que le Président Emmanuel Macron et son Premier ministre Édouard Philippe fassent partie de ses « Young Leaders » (Jeunes Leaders), un de ses programmes phares ! ...

 Or, ce qui représente la fierté de la fondation semble plutôt semer l'inquiétude dans l'âme de certains Français et leur donne un nouvel élan pour se mettre à la recherche des liens existant entre le nouvel hôte de l'Élysée et Washington.

« La France est complètement soumise aux USA et à l'Allemagne, elle est dans la main de Washington et de Berlin. Quelle honte et humiliation pour notre pauvre pays », a réagi un internaute sous la publication, ouvrant ainsi une discussion où plusieurs participants semblent partager son avis : « Ça y est, on connaît le nouvel État des USA: la France! », « La France sous occupation ? ».

Le fait qu'Emmanuel Macron soit passé par la French-American Foundation a déjà été débattu dans certains blogs et sur certains sites francophones.

« Cette fondation a formaté avant que qu'ils ne soient connus du grand public des personnages tels que François Hollande en 1996, Alain Juppé en 1981, Emmanuel Macron en 2012 en même temps que cet Édouard Philippe, et même Nicolas Dupont-Aignan en 2001. Notons également Arnaud Montebourg en 2000, Nathalie Kosciusko-Morizet en 2006 et bien d'autres comme Laurent Wauquiez. Cette fondation ne retient que 20 candidats par an...

 

 

17/05/2017

Journée mondiale contre « l’homophobie » : l’inversion dialectique au service de la tyrannie des minorités !

 

 
Journée mondiale contre « l’homophobie » : l’inversion dialectique au service de la tyrannie des minorités.
 

C’est aujourd’hui la « journée mondiale contre l’homophobie », et, à l’écoute du traitement que nos médias en donnent, l’on ne peut que constater à quel point cette occasion sert de pretexte à une entreprise de subversion des valeurs et des normes. Sur les chaînes de télévision et les stations radio, le matraquage est permanent, avec la complicité d’associations LGBT dûment subventionnées avec l’argent public.

 

Ainsi, par un retournement dialectique dont la pensée marxiste a le secret, ce sont les minorités qui doivent imposer leur autorité tyrannique à la majorité et les normes qui sont jugées anormales. Les défenseurs des structures naturelles de la parenté, de la famille, de la filiation et de la société, modèles anthropologiques essentiels et immémoriaux, sont donc frappés du sceau infamant de « l’homophobie » et la doxa nihiliste n’hésite pas à pratiquer sur eux les pires amalgames : les marcheurs des Manifs pour tous deviennent aussi rétrogrades et intolérants que des hordes fascistes, quand ils ne sont pas rendus responsables des suicides chez les homosexuels !

 

Préserver les normes et les équilibres, c’est devenir anormal et déséquilibré dans un système politico-médiatique où le minoritaire et le marginal font la loi et définissent ce qu’il est licite de penser ou non. Ce totalitarisme, loué par des générations d’intellectuels gauchistes comme Michel Foucault, continue son travail de sape contre les fondements de notre civilisation et de nos mœurs. Il dicte sa morale et jette ses anathèmes avec le fanatisme de ceux qui sont persuadés d’appartenir au Camp du Bien.

 

Plus que jamais, le courage moral est nécessaire pour résister à toutes les formes de mensonge, de décadence et de perversion qui dessinent un avenir très sombre pour nos sociétés.

 

13/05/2017

10 millions de migrants musulmans en route vers l’Europe ...

 

 

 

BREIZATAO – ETREBROADEL (13/05/2017) Des analystes estiment que l’exemption de visa offre à Erdoğan la possibilité d’exporter son « problème kurde » en Allemagne. Selon le ministre bavarois des Finances, Markus Söder, des millions de Kurdes n’attendent que l’exemption de visa pour échapper aux persécutions du régime d’Erdoğan : « Nous risquons d’importer un conflit interne turc », a-t-il averti . « En fin de compte, moins de migrants arriveront par bateau, mais d’autres arriveront en avion ».

L’Union européenne est ainsi prise dans une situation sans issue. D’une manière ou d’une autre, la Turquie parait déterminée à inonder l’Europe de migrants : soit avec l’autorisation de l’Europe au moyen d’un système d’exemption de visa, soit sans son autorisation, si elle refuse l’exemption de visa.

Les responsables grecs ont récemment révélé qu’ils avaient élaboré des plans d’urgence pour faire face à une nouvelle crise migratoire. La Turquie accueille quelque trois millions de migrants en provenance de Syrie et d’Irak, dont beaucoup attendent probablement l’opportunité de fuir vers l’Europe.

L’Italie se prépare également au pire. Près d’un million de personnes, principalement originaires du Bangladesh, de l’Égypte, du Mali, du Niger, du Nigéria, du Soudan et de la Syrie sont en Libye en attente d’un moyen de traverser la Méditerranée, indique l’OIM.

Le directeur du bureau des Nations Unies à Genève, Michael Møller, a déclaré que l’Europe devait se préparer à l’arrivée de millions d’autres migrants en provenance d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient. Dans une interview au journal The Times, Møller, un Danois a déclaré :

« Nous avons assisté à l’une des plus grandes migrations humaines de l’histoire. Et elle risque de s’accélérer. Les jeunes ont tous des téléphones portables, ils peuvent voir ce qui se passe dans d’autres parties du monde, et cela agit comme un aimant ».

Le ministre allemand du Développement Gerd Müller a fait écho à l’avertissement de Møller :

« Des mouvements migratoires plus vastes sont à venir : la population africaine doublera dans les prochaines décennies. Un pays comme l’Egypte passera à 100 millions d’habitants, et le Nigeria à 400 millions. À notre époque numérique avec Internet et les téléphones mobiles, tout le monde est informé de notre prospérité et de notre mode de vie. »

Müller a ajouté que 10% seulement des migrants qui ont pris la route sont arrivés en Europe : « Huit à dix autres millions sont en chemin ».