Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2017

Tous ceux qui se réclament de De Gaulle sont comme lui des imposteurs en chef .


 

Plus le temps passe, plus le culte de de gaulle se renforce dans la République judéo-maçonnique.

Au fond, quoi de plus logique que cet imposteur en chef soit l’inspirateur et la référence des nullités et des traîtres qui nous gouvernent ?

Le 9 novembre, anniversaire du 47e anniversaire de sa disparition, les différents politiciens se sont tous succédé sur la tombe du fondateur de la Ve République et du fossoyeur de l’Algérie française. Le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, a ouvert le bal des cloportes. Puis vint Laurent Wauquiez, le principal candidat à la présidence des Républicains. Florian Philippot, qui ne cesse de se réclamer de l’homme de Colombey et qui affiche en permanence à son veston une croix de Lorraine, vint avec toute une délégation fleurir la tombe du plus grand commun diviseur des Français avant d’aller présider un déjeuner républicain avec ses Patriotes. Mais le FN mariniste tenait aussi à être là, l’eurodéputé Gilles Lebreton représentait donc Marine Le Pen et insistait devant les caméras pour expliquer qu’au FN, malgré le départ de Philippot et de ses proches, il restait encore beaucoup de gaullistes...

La gauche elle-même tint à rendre hommage à l’homme qui préféra Maurice Thorez au maréchal Pétain : Anne Hidalgo, le maire de Paris, alla donc aussi à Colombey. Le gouvernement Macron n’était pas en reste, puisque “la” secrétaire des Etats auprès de “la” ministre aux Armées présida en fin de matinée une cérémonie d’hommage à De Gaulle.

Lorsque des politiciens se réclament de ce général de brigade à titre temporaire cela ne présage rien de bon.

Tous ceux en effet qui se sont inscrits dans son sillage, ont revendiqué son héritage, de Chirac à Sarkozy, de Balladur à Juppé, ont œuvré à la destruction de la France, de son indépendance, de sa souveraineté, de ses libertés, de son intégrité territoriale.

C’est d’ailleurs toute l’imposture du gaullisme de se prétendre l’incarnation la plus achevée et la plus intransigeante du patriotisme, de l’attachement charnel à la nation alors même que De Gaulle rendit la France plus petite qu’il ne l’avait trouvée en liquidant son immense et puissant empire colonial d’où par contrecoup une immigration massive, une forme de colonisation à rebours. Chaque fois qu’il parvint ou revint au pouvoir, c’était pour ramener avec lui les pires des républicains, des communistes, des francs-maçons. N’oublions pas qu’il fit d’un petit-fils de rabbin, Michel Debré, un Premier ministre, que René Cassin, juif de père et mère, écrivit à la demande de De Gaulle les statuts de la France libre, qu’il fit de l’israélite Lucien Neuwirth l’un de ses intimes. C’est d’ailleurs sous sa longue présidence que fut légalisée la pilule contraceptive dont les conséquences furent dévastatrices quant à la fécondité, à la stabilité et à la solidité des familles.

Mais plus que tout, c’est sans doute le mensonge que De Gaulle a érigé en art de gouvernement. A maintes reprises il avait promis solennellement de conserver l’Algérie française, l’armée, la nation, les Français d’Algérie et les harkis pour la plupart d’entre eux avaient cru à sa parole alors qu’il avait déjà décidé de trahir sa parole, qu’il leur mentait effrontément. Le livre de Peyrefitte ne laisse aucun doute sur la question. Si depuis le mensonge a à ce point empuanti la vie publique, le corps social tout entier, le gaullisme y est pour beaucoup.

Autrefois on accordait beaucoup d’importance à la parole donnée, à l’honneur, au respect des engagements. Donner un tel contre-exemple, un tel contre-témoignage au sommet de l’Etat a eu des effets absolument catastrophiques. Car, on le sait, le poisson pourrit toujours par la tête.

Par ailleurs, et sa responsabilité est là aussi très grave, le fondateur de la Ve République a laissé l’école et la culture à la gauche marxiste. Ses principaux ministres de l’Education nationale, Christian Fouchet et Edgar Faure, contribuèrent au démantèlement de l’enseignement, et singulièrement de l’enseignement supérieur, par des réformes détestables. La ruine de l’université porte un nom : Charles De Gaulle. La réforme conduite par Edgar Faure marque également une rupture dans l’enseignement français en intégrant des revendications de mai 68 et notamment la participation à la gestion des établissements de tous les acteurs de l’enseignement, y compris les élèves mineurs (c’est la création démagogique des délégués de classe) et la facilitation de l’interdisciplinarité tandis que l’étude de la langue latine est reportée de la sixième à la quatrième. Quant à André Malraux, il fit de ses maisons de la culture un nid de gauchistes.

 

On comprend donc mal que des hommes de droite, ou prétendus tels, se disent gaullistes. L’expérience prouve en tout cas qu’on ne peut nullement faire confiance à des politiciens se réclamant de l’homme de la BBC. Avec un tel parrainage leur trahison, leur forfaiture est acquise d’avance. Il n’est pas étonnant qu’à notre époque où ne triomphent que les menteurs et les vendus toute la classe politico-médiatique se réclame de l’un des plus grands imposteurs du XXe siècle. On ne construira rien sur les mythes gaullistes.

Autre endroit de défilé solennel le lundi 13 novembre, le Bataclan et les divers lieux qui ont été le théâtre des attentats de 2015. Emmanuel Macron a payé de sa personne en apparaissant au bord des larmes alors qu’il saluait un proche d’une victime. Une longue minute embarrassante durant laquelle il est allé jusqu’à prendre dans ses bras et embrasser son interlocuteur. Puis, accompagné de son épouse, de François Hollande, d’Anne Hidalgo et de Bernard Cazeneuve, il a assisté à un lâcher de ballons multicolores tandis que deux membres du groupe qui jouait au Bataclan le soir des attentats, les Eagles of Death Metal, distribuaient des roses blanches. Des cérémonies pour « ne pas oublier ». La Mémoire — sélective — est, on le sait, la clé de voûte de leur République.

Mais ce n’est pas avec des ballons et des concerts que l’on vaincra le terrorisme ! ...

Le scénario apocalyptique du G7 Santé : un milliard de réfugiés climatiques d’ici 2050 .

 

Un milliard de « réfugiés climatiques » d’ici 2050 : ce n’est pas un scénario apocalyptique digne des meilleurs films catastrophes hollywoodiens, c’est le prognostique établi par le G7 des ministres de la Santé qui se tient actuellement à Milan en se basant sur le rapport Lancet Countdown et d’autres documents comme celui de l’ONG Oxfam International. La thèse que ces organismes soutiennent serait que cette migration climatique est déjà en acte et ne peut cesser, réchauffement climatique oblige : entre janvier et septembre de cette année, environ 15 millions de personnes, dont 14 millions de pauvres, ont du fuir leurs maisons pour se mettre à l’abri d’un événement météorologique extrême, estiment-ils.

Le réchauffement climatique ne serait-il pas alors la bonne excuse pour imposer aux peuples occidentaux des migrations de masses si ces changements de climat ne sont pas freinés ? C’est l’analyse d’un journaliste italien, Paolo Mauri, paru sur le quotidien Il Giornale qui a décortiqué les implications des politiques internationales qui depuis des années essayent de « mettre un terme, mais le peuvent-elles, à ces changements climatiques ».

L’auteur fait en premier la distinction entre météo et climat :

« La météo n’est pas le climat. Des événements météorologiques extrêmes ont toujours existé dans les anales de l’histoire humaine même avant que l’on ne commence à mesurer les températures et les précipitations systématiquement. »

Pour appuyer ses dires il cite le prestigieux Centre Météo de Lombardie qui, il y a quelques mois, face à l’émotion créée de toutes pièces par les médias en relation avec les orages dévastateurs qui frappèrent le nord de l’Italie, précisa que

« il existe des tests historiques qui documentent – avec les dates et la localisation – les événements météorologiques les plus sévères des siècles passés, certains remontant à l’époque romaine. Jusqu’il y a quelques décennies, la mort et la destruction sur une grande échelle étaient des conditions nécessaires pour que le souvenir en soit transmis à la postérité. Ce qui veut dire qu’un quartier inondé ou un alpage effondré, peut-être avec la perte de bêtes et quelques bergers, étaient des épisodes qui n’arrivaient même pas à la chronique locale ».

En donnant une large visibilité à ces phénomènes météorologiques, les médias favorisent une perception catastrophique d’événements pourtant pas si nouveaux que ça souligne le journaliste italien.

Il rappelle ensuite que

« le NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), fameux institut américain qui travaille sur le climat et les océans, a conclu dernièrement que le nombre de tornades violentes qui ont frappé les États-Unis depuis l’après-guerre à aujourd’hui est en déclin. Quant à la World Meteorological Organization (WMO) dans un récent document de l’Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), “Managing the risks of extreme events and disasters to advance climate change adaptation. Summary for policymakers, a admis qu’il y a une relative faiblesse et peu d’évidences sur l’échelle mondiale en ce qui concerne les statistiques à long terme qui montrent des augmentations d’intensité ou de fréquence des événements extrêmes. »

« Que signifie tout ceci ? »  se demande le journaliste : 

« Qu’est-ce qui a changé ? Étant bien entendu que le déplacement de populations est une réalité, et considérant que l’écrasante majorité vient de pays sous-développés ou tout au moins avec des économies arriérées, ce modèle de migrations climatiques prend un peu « l’eau » – pardonnez le jeu de mots – de toutes parts. Si l’on peut donner pour certain qu’une sécheresse soudaine forcera la population à se déplacer des campagnes aux villes – donc une migration interne – comme cela est advenu en Syrie, la raison pour laquelle un orage ou une tempête devrait forcer des millions, voire des centaines de millions, de personnes à migrer d’un État à un autre en ayant comme but l’Europe est bien moins évidente. L’Italie est un pays avec un fort risque hydrologique et l’a toujours été, cependant l’émigration de milliers d’Italiens vers les Amériques ou vers l’Europe du Nord n’a jamais été motivée par les événements météorologiques extrêmes – que nous avons démontré être une constante dans l’histoire – mais bien par des facteurs économiques ; en outre les différents rapports démontrent comment ces motivations prétendument « climatiques » concernent presque exclusivement le continent africain, avec quelques exceptions fournies par l’Asie (Bangladesh, Népal) et par l’Océanie (Fiji). » 

Paolo Mauri ironise alors :

« Peut-être que l’Europe et les Amériques sont épargnées par les changements climatiques ? Ce n’est peut-être pas vrai que cyclones et tempêtes tropicales dévastent avec la même intensité le Golfe du Mexique et les Caraïbes ? »

« Quel est donc le vrai facteur qui sous-tend ces vagues migratoires ? » interroge le journaliste.

« Encore une fois, cela s’avère être la recherche d’un style de vie meilleur. Certes, un éboulement ou un orage peuvent donner l’impulsion à ce qu’une personne puisse prendre définitivement la décision d’abandonner sa propre terre […]. Mais encore une fois, le changement climatique peut être une cause concomitante, non la cause principale. »

Pour mieux expliquer son propos, Paolo Mauri livre un rappel opportun sur le climat terrestre :

« Notre planète est sortie lentement de ce qu’on a appelé « le Petit Âge glaciaire » qui a duré entre 1300 et 1800 : les dernières implantations de Vikings au Groenland avant l’arrivée des glaces sont datées de 1406 et en 1469 la production de vin en Angleterre cesse, symptôme du refroidissement terrestre. Petite ère glaciaire qui suivit une période très chaude pour la terre commencée en 900. En somme, cycliquement le climat terrestre se modifie, alternant périodes chaudes à froides avec des pics de chaleur ou de gel qui peuvent être très longues à l’échelle de temps humaine. »

« La recherche scientifique nous dit que l’augmentation des gaz à effet de serre […] augmente la température moyenne de la planète et que cette augmentation de CO2 a une empreinte humaine bien précise parce que le carbone qui le compose est de nature fossile. Cela est-il suffisant pour dire que l’homme est en train de changer le climat de la terre ? Peut-être, mais cela ne nous intéresse pas »

précise le journaliste.

« Ce qui nous intéresse c’est que la politique internationale du G7 milanais parle de migrations apocalyptiques et cherche à mettre un frein à ce phénomène en proposant une drastique réduction des émissions et un projet de « développement durable » pour les pays les plus arrièrés et pour ceux qui sont en train de devenir des puissances économiques mondiales. Il y a seulement un problème. « Développement durable » est un oxymore ; s’il y a un vrai développement il ne peut y avoir durabilité et vice-et-versa. Le PIB de la Chine avec toutes ses problématiques de nature environnementale (ou de l’Inde) est là à nous le démontrer. »

En conclusion, tant que le réchauffement climatique anthropique persistera dans « l’imaginaire collectif  de l’homme du troisième millénaire », les  solutions proposées par le G7 Santé, et autres rendez-vous internationaux, pour y mettre un terme étant des leurres, les phénoménales migrations d’aujourd’hui ont encore de beaux jours devant elles…

Le "Grand Remplacement" est en marche avec la bénédiction des judéo-maçons …

 

Afrique du Sud : rumeur de génocide des blancs pour fin novembre .

 

D’après le compte tweeter sud-africain Stop white génocide, des militaires blancs ont signalé à leurs frères de sang que le chef d’Etat du régime racialiste en place à Pretoria a décidé de lancer une offensive armée du groupuscule raciste EFF contre les manifestants blancs pacifiques qui ont l’intention de manifester les 24 et 25 novembre prochain dans tout le pays. Les supérieurs ont annoncé aux soldats qu’ils avaient ordre de ne pas intervenir et de laisser les Blancs se faire massacrer par les milices auxiliaires du régime ANC et de son président Zuma. « Il n’y aura aucune protection pour les Blancs » précise l’informateur. Une femme a d’ailleurs témoigné, photo à l’appui qu’une tentative d’incendie de la maison de ses parents avait été commis et revendiqué par l’EFF.

Cela n’est pas sans rappeler le triste jour du 5 juillet 1962 où 5.000 Européens ont été massacrés par le régime ethno-socialiste du FLN, l’immonde général Joseph Katz (par ailleurs marié ultérieurement à une fellagha de plus de 40 ans sa cadette) ayant donné ordre au 19e Corps de ne pas bouger, gagnant le surnom de « boucher d’Oran » et poussant l’ignominie jusqu’à faire mettre aux arrêts le lieutenant Rabah Klélif, du 30e bataillon de chasseurs portés, qui – désobéissant aux ordres – sauva du massacre des centaines de femmes, enfants et vieillards européens qui allaient se faire exterminer. Katz lui lancera : « Si vous n’étiez pas arabe, je vous casserais ». Par vengeance, le régime gaulliste le bloqua au grade de capitaine.

La dérive raciste du régime mandeliste refroidit même ses plus ardents collabos. Ainsi, le communiste Ronald « Ronnie » Kasrils, juif letton qui comme la plupart de ses coreligionnaires – qui ont œuvrer pour la spoliation des Afrikaners d’abord de leur liberté et de leurs richesses minières (Guerre des Boers), puis du pays qu’ils avaient bâti – a soutenu le régime antiblanc, vient de lâcher définitivement Zuma, qu’il a qualifié de « dangereux, trompeur et traître à son pays ». L’un de ses proches, le journaliste Jacques Pauw, a reçu des menaces de mort le 6 novembre. Quand un régime raciste commence à s’en prendre à ses idiots utiles, le génocide n’est pas loin. L’Afrique du Sud a été longtemps le plus gros producteur mondial d’or, contrôlant jusqu’à la moitié de la production mondiale, et ce jusqu’en 2006. Année après année, l’ Afrique du Sud dégringole au classement, au point de n’être en 2014 que la 6e productrice mondiale avec seulement 5 %, loin derrière la Chine, l’Australie, la Russie, les Etats-Unis et le Canada. Les mines étant épuisés, les vautours changent de nids.

Depuis le dernier article, le nombre de Blancs massacrés augmentent : entre le 5 et le 10 novembre, sont décédés : M. Jan Hough, 64 ans, de Kakamas ; M. Bobby van Zyl, de Krugersdrop ; une jeune fille de 15 ans dont l’identité n’a pas été encore communiquée à Driefontein ; un clochard Blanc de 45 découvert mort, le bras arraché, près de la Klein Olifants River ; M. André Saaiman et son épouse Lidia, âgés respectivement de 65 et 69 ans, ont été assassinés à coups de hache à Port-Elizabeth.

Comme pour confirmer l’avenir sombre pour les Afrikaners, chassés du pays qu’ils ont créé et bâtis par des gens qui pour beaucoup n’en sont pas originaires (en 1965, 14 % des Noirs d’Afrique du Sud étaient originaires du Kenya et de Tanzanie), celle qui est présumée succéder à Zuma, son ex-épouse Nkosazana Dlamini Zuma, communiste et raciste fanatique, a déclaré son intention en cas d’accession au pouvoir de spolier les Blancs des fruits de leur travail, comme me fit Mugabe au Zimbabwe avec le succès que l’on sait.

Si les Sud-Africains Noirs ne veulent plus de leurs Blancs, la France pourrait les acceuillir !. Après tout, nombres de Boers ont des noms français (Rousseau, Du Toit, de Villiers), puisque descendants des Huguenots chassés par Louis XIV.  On pourrait même les échanger contre les 7 millions de Noirs vivants en France métropolitaines,se plaignant constamment du « racisme » et qui de plus veulent "niquer" la France.